Jump to content

Après 11 ans à Montréal, pourquoi je rentre en France...


Adjamee
 Share

Recommended Posts

Ayant lu régulièrement les témoignages sur Immigrer.com au fil des ans pour y trouver de linformation ou simplement un sentiment dexpérience partagée, je laisse à mon tour le mien

Quand je parle de mon expérience québécoise autour de moi, je rappelle que cest une expérience individuelle, bâtie sur une histoire personnelle, des rencontres et des hasards et quil serait donc malvenu de généraliser. Ami lecteur, garde cela à lesprit !

Toulousaine dadoption et coincée dans le chômage, jai décidé de donner un petit coup de pouce à ma carrière (milieu des bibliothèques) il y a 12 ans de ça en reprenant mes études professionnelles pour acquérir un profil ultra spécialisé. Cela ma menée au Québec, que jimaginais naïvement bilingue après avoir fait un stage à Ottawa, et que je pensais utiliser comme tremplin vers une formation aux États-Unis (ma vraie destination). Pour des raisons déquivalences professionnelles et de diplômes qui nexistaient pas à lépoque dans mon secteur entre le France et le Québec, jai dû refaire un second cycle universitaire au complet ce qui a épuisé et mon temps et mes économies : mon projet américain a tourné court.

Mais la chance ma souri car des opportunités demploi dans mon domaine et ma spécialité se sont présentées sur un plateau à Montréal et à partir de là ma carrière a fait un joli bond en avant. Jai également eu lopportunité de commencer à enseigner à luniversité (autre profession qui me passionne) et de me lancer dans un doctorat. Jamais je naurai imaginé pouvoir faire tout ça lorsque jai quitté la France et je ne pense pas que jaurais eu autant douvertures là-bas pour réaliser tout ce que jai accompli depuis sur le plan professionnel. De ce point de vue, mon bilan québécois est tout à fait positif car il a clairement majoré ma trajectoire professionnelle.

Cependant, parallèlement à tout ce que je vivais de stimulant dans mes projets professionnels, denseignement et de recherche, sur le plan culturel et relationnel, les choses ne sont malheureusement pas allées aussi bien.

Dans mon milieu de travail dabord et je parle uniquement du secteur de spécialité qui est le mien au sein du domaine bien plus vaste quest celui des bibliothèques ma nationalité française, ma jeunesse combinée à une ascension rapide, le fait également que je sois une femme, ont cristallisé beaucoup dagressivité. Jai appris le terme et la définition de « harcèlement au travail » dans le bureau dune psychologue que jétais allée consulter chez mon premier employeur, ne sachant plus comment me sortir dun climat de travail hostile et que je ne comprenais pas. La psychologue ma incitée à aller parler à ma hiérarchie immédiatement, hiérarchie qui na finalement rien fait à part mencourager à « garder mon beau sourire » car mon contrat sachevait (et la directrice à laquelle jétais allée parler démissionnait quelques jours plus tard ai-je appris par la suite).

Chez mon employeur suivant, manque de chance je me suis trouvée obtenir un poste convoité par une déléguée syndicale (qui navait pas les qualifications pour le poste) et avant même mon arrivée plusieurs délégués de mon propre syndicat ont commencé à me faire la guerre. Cela a été plusieurs années extrêmement pénibles dintimidation, de sabotage de mon travail, de diffamation et disolement. Pour la petite histoire, lun des délégués est allé jusquà appeler Immigration Canada pour tenter de faire ouvrir une enquête sur moi au prétexte de fausses déclarations faites dans ma demande de permis de travail. Sa tentative pour me faire perdre mon permis de travail et de séjour a heureusement échoué mais ça donne une bonne idée du caractère « no limit » de leurs actions. Lorsque jai obtenu un poste de cadre, lhostilité sest encore accentuée moi et ma direction pensions que ça irait mieux puisque je ne serais plus syndiquée, quelle bêtise ! et jai fini par faire une dépression majeure qui a duré plus dun an. Après une tentative de retour à mon poste, jai décidé de démissionner et de quitter le Québec où je ne voyais aucun autre poste intéressant et où je navais plus envie de faire partie dun milieu que sa petitesse avait rendu exagérément territorialiste et vindicatif.

Je tiens à souligner que par ailleurs tous mes collègues bibliothécaires nappartenant pas à ce petit milieu spécialisé et nétant pas amis avec des délégués voulant voir une des leurs à ma place étaient tous absolument adorables (ou invisibles car se cachant pour ne pas être mêlés à tout ça). Ma démission a aussi été un grand choc pour léquipe des cadres et mon histoire et limpuissance à y remédier a été très mal vécue par beaucoup. Donc comme je le disais au début, mon histoire est le fruit de rencontres mauvaises en loccurrence et ne doit pas être généralisée.

Ce qui se détache néanmoins est que ma nationalité française a à chaque fois servi de levier pour justifier les actions de harcèlement auprès des personnes que les meneurs voulaient rallier à leur cause. Et que ça a toujours très bien marché.

La décision pour moi de quitter le Québec suite à la décision de quitter ce poste que jadorais a été immédiate car ma vie professionnelle était ce qui me nourrissait en lieu et place de tout ce qui me manquait au Québec.

Dune part le fait que la culture québécoise était assez restreinte (je parle en terme doffre dans les musées etc., je ne veux pas dire que la culture québécoise est restreinte !) comparé à leffervescence et la richesse culturelle européenne était pour moi une frustration car je suis une grosse consommatrice de culture.

Dautre part sur le plan relationnel, le fonctionnement québécois tel que je lai expérimenté depuis plus de 10 ans, ne correspondait pas à mes valeurs et ma personnalité.

Que ce soit dans le travail, dans les rapports amicaux ou dans les relations sentimentales, jai été rapidement confrontée à ce que je décrirais comme un décalage entre le discours et le sentiment. Cest-à-dire que dans le rapport verbal, les québécois que jai rencontrés sont très facilement dans un registre affectif (grande cordialité, expression amicale ou amoureuse facile) mais quen même temps, dans les faits, ils restent très distants et les rapports restent superficiels et souvent sans suite. Par exemple, après que jai quitté mes différents emplois, malgré de grandes démonstrations damitié et de tristesse (allant jusquaux pleurs !), pratiquement personne na cherché à me contacter par la suite pour avoir des nouvelles, prendre un verre ou autre. Alors que je suis toujours amie malgré le temps et la distance avec la majorité des collègues que jai laissés en France.

Idem pour les relations amoureuses : les hommes québécois que jai rencontrés tiennent un discours qui donne limpression quils veulent sengager dans une relation de couple (présentation aux amis, à la famille, projets dinstallation ensemble, etc.) alors que pas du tout. Il ny a pas cette clarté que je retrouve chez les européens : que l'on soit en couple ou juste amants (avec toutes les nuances possibles entre les deux :wink: !...), c'est clairement exprimé.

Ce flou artistique se retrouve aussi dans les situations difficiles où il faudrait justement parler de choses qui fâchent ou qui blessent (licenciement, rupture amoureuse, etc.) : la plupart du temps jai constaté que les québécois ont tendance à ne pas dire les choses ou carrément à fuir, à lévidence pour éviter toute situation conflictuelle. Par exemple si vous demandez des nouvelles du renouvellement de contrat qui vous a été confirmé verbalement quelques jours plus tôt et que lon vous répond par courriel quil ny a pas encore de nouveau à ce sujet mais quon vous souhaite la meilleure des chances dans vos projets futurs, cela signifie que vous navez plus de contrat et que vous devez trouver fissa un autre boulot Petit exemple vécu Ma personnalité « cartes sur tables » et mes valeurs saccommodent assez mal de ce fonctionnement très courant au Québec et cest ce qui a certainement empêché que je développe un attachement à la culture québécoise.

Cela dit, il y a plusieurs aspects que j'apprécie particulièrement dans cette culture. D'abord le côté positif pour les femmes : on nest JAMAIS embêtées dans la rue ! Le féminisme québécois a eu du bon même sil a en même temps fait des ravages (pas mal dhommes sont un peu voire beaucoup effrayés par les femmes). Et le côté positif pour les « minorités visibles » (dont je fais partie, étant métisse) : on nest JAMAIS insulté dans la rue ! La xénophobie et le racisme sont tout aussi présents que dans nimporte quel pays mais cela sexprime de manière plus subtile. Et il y a aussi lexception culturelle québécoise marquée par le versant positif du multiculturalisme : chez certains québécois un réel enthousiasme vis-à-vis des immigrants et un amour fou de la France et des français.

En rentrant en France je vais donc perdre cette facilité à évoluer et à vire-volter professionnellement, je vais gagner des salaires moins élevés, vivre dans des logements peut-être plus petits et la rue va redevenir un territoire dinsécurité. Mais je vais avoir plus de chances dexercer ma spécialité qui est aussi ma passion, je vais voir grandir ma nièce, je vais pouvoir retrouver lenvironnement culturel qui ma manqué, retrouver mes amis et la spontanéité des échanges avec eux et jaurai peut-être la chance de rencontrer un amoureux français avec les mêmes valeurs que les miennes

Une petite note finale adressée à ceux qui sinquiètent de lamitié avec les québécois : je laisserai derrière moi quelques bons amis québécois, en avoir est un coup de chance, mais cest possible ! Et ce sont de merveilleux amis !

Voilà, c'était le bilan rapide de mes presque 11 ans de vie à Montréal. Je rentre en France à la mi-juin et je me sens libérée après des années à espérer ce retour !

post-12-0-45268600-1427811837_thumb.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Salut?

Je pense que tu a donné ta propre réponse: ''...Je rentre en France à la mi-juin et je me sens libérée après des années à espérer ce retour !...'' Cela se sent très souvent!

Est-ce que toi tu as fait des efforts par rapport à ce point: ''...pratiquement personne n’a cherché à me contacter par la suite pour avoir des nouvelles, prendre un verre ou autre. Alors que je suis toujours amie malgré le temps et la distance avec la majorité des collègues que j’ai laissés en France...'' Ou tu es restée là en général à attendre que les personnes t'appellent?

Bonne chance!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bonjour,

Je te souhaite un bon retour et une réussite à la hauteur de tes attentes, cela fait toujours réfléchir des témoignages comme le tien, car tu n'as pas l'air d'avoir de ressentit vis a vis de ce que tu as vécu et des personnes que tu as rencontré qui n'ont pas facilité ta vie.....

Je ne sais pas si tu vas te faire à nouveau à ta vie en France car tu as passé 10 ans ici, ce qui veut dire qu'invisiblement tu es imprégnée de ce mode de vie sans histoires mais ca c'est l'avenir qui te le dira....

Bonne route

Piwi.

Link to comment
Share on other sites

C'est vraiment dommage de se limiter au Québec.

Je suis certain que tu reviendras d'ici 2 ou 3 ans, comme je l'ai vu très souvent.

Bonne chance et assume tes décisions.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Dentan,

Ta réaction représente bien celle que l'on retrouve couramment lorsqu'il est question de bilans négatifs d'immigration et des rapports amicaux avec les québécois et c'est donc parfait que cela arrive dans les premières réponses à mon post :).

1) Pour clarifier mon propos, mon espoir de retour date de ma décision - très douloureuse - de démissionner et de quitter le Québec, il y a trois ans. Avant cela je pensais y être établie pour le reste de ma vie (achat d'un condo, nationalité obtenue, projet d'adoption, etc.). Mon désir de partir n'a donc pu "se sentir" qu'à partir de ce moment-là et s'entendre aussi car j'en parlais évidemment beaucoup avec mes amis !

2) Si après 11 ans j'entretiens toujours une amitié étroite avec mes amis et anciens collègues laissés en France et qu'une vingtaine d'amis de Montréal ont répondu présent pour venir à ma fête de départ, c'est qu'a priori j'ai quelques outils de communication amicale de base efficaces je crois... Il y a réellement un mode relationnel différent au Québec, il faut juste l'accepter. À chacun ensuite d'y trouver son compte ou pas ! Moi c'est quelque chose que je trouve dommage et qui m'a causé quelques peines à mes débuts au Québec. J'aurais aimé être mieux avertie de cette dimension de la culture québécoise afin justement de prendre parfois plus de distance et mieux me protéger (car je suis une grande affective !), même si encore une fois, chaque individu étant différent, j'ai rencontré des québécois "raccords" avec l'amitié qu'ils exprimaient (et ils seront d'ailleurs de la fête !).

Cordialement !

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

C'est vraiment dommage de se limiter au Québec.

Je suis certain que tu reviendras d'ici 2 ou 3 ans, comme je l'ai vu très souvent.

Bonne chance et assume tes décisions.

Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

OK Dentan - si tu nous expliquais en quoi les modes relationnels (au travail, en amour, en amitié, etc) sont différents à Montréal et dans le reste du Québec ? Le côté "je fuis les conflits", il est moins présent à Québec ou à Rimouski peut-être ? L'offre culturelle est plus abondante et variée en dehors de Montréal ? Explique...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Tout comme des Québécois (ou d'autres étrangers) , pensant que les Français ne sont pas souriant, qu'ils sont stressés, hautins ect .. Alors que pour la plupart , ils n'ont visité que Paris.

Je le trouve très bien ton témoignage. Après tant d'année au Québec, tu as bien fait de témoigner sur ce forum. 11 années dans un pays permet de pouvoir s'apercevoir ce certaines choses sur la vie, la culture de la région, du pays où tu as habité. Je ne supporte pas les vacanciers ou les gens qui ont vécu que quelques mois faire des comparaisons avec leur pays d'origine. Mais toi, avec ces 11 années d'expérience .. tu peux tout dire (ou presque) , la voie est libre. Pour ma part, tu es presque québécoise. (franco-québécoise)

dentan, il aurait été bien dommage qu'en 11 années , elle se soit terré dans son trou, à Montréal.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

OK Dentan - si tu nous expliquais en quoi les modes relationnels (au travail, en amour, en amitié, etc) sont différents à Montréal et dans le reste du Québec ? Le côté "je fuis les conflits", il est moins présent à Québec ou à Rimouski peut-être ? L'offre culturelle est plus abondante et variée en dehors de Montréal ? Explique...

Bon, cela peut arriver hein .. Il y a une grosse différence concernant les relations entre la population d'Alsace / Vosges ect .. et celle d'Aquitaine (Je suis Bordelais.)

Mais c'est vrai que dentant n'aiment pas trop les critiques (négatives seulement) venant d'un "non québécois pur souche" , sur sa province.

Mais là, je le répète .. Avec ses 11 ans au Québec, Adjamee à cette possibilité là de pouvoir critiquer son (presque) pays. En 11 ans .. on en voit des choses tout de même !

Edited by KanadianFR
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

OK Dentan - si tu nous expliquais en quoi les modes relationnels (au travail, en amour, en amitié, etc) sont différents à Montréal et dans le reste du Québec ? Le côté "je fuis les conflits", il est moins présent à Québec ou à Rimouski peut-être ? L'offre culturelle est plus abondante et variée en dehors de Montréal ? Explique...

Je trouve pour avoir vécu et travaillé à Montréal qu'il est plus difficile de s'y faire des amis. Montréal en tant que très grande ville (population) est plus individualiste! Montréal au niveau des relations est dans un sens (selon moi et mon expérience) comme Ottawa. Les personnes y sont en général, très gentilles au bureau, du lundi au vendredi et de 08h30 à 16h30! Les voisins se saluent mais pas plus mais ces différents si on a des enfants du même âge ou de l'âge de garder les nôtres ou les leurs!

Pour les conflits, il est certain que c'est partout pareil et même dans le monde. Des problèmes de jalousie, de syndicats et de relations de travail, tu en trouves partout dans le monde!

Mais si quelqu'un immigre au Canada en pensant y retrouver la richesse historique de son pays, elle va être très déçue!

Tout comme des Québécois (ou d'autres étrangers) , pensant que les Français ne sont pas souriant, qu'ils sont stressés, hautins ect .. Alors que pour la plupart , ils n'ont visité que Paris.

Je le trouve très bien ton témoignage. Après tant d'année au Québec, tu as bien fait de témoigner sur ce forum. 11 années dans un pays permet de pouvoir s'apercevoir ce certaines choses sur la vie, la culture de la région, du pays où tu as habité. Je ne supporte pas les vacanciers ou les gens qui ont vécu que quelques mois faire des comparaisons avec leur pays d'origine. Mais toi, avec ces 11 années d'expérience .. tu peux tout dire (ou presque) , la voie est libre. Pour ma part, tu es presque québécoise. (franco-québécoise)

dentan, il aurait été bien dommage qu'en 11 années , elle se soit terré dans son trou, à Montréal.

Je ne dis pas qu'elle n,est pas sortie pour des fins de semaine! Mais on apprend quoi de la vie d'une région en une fin de semaine?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Mais là, je le répète .. Avec ses 11 ans au Québec, Adjamee à cette possibilité là de pouvoir critiquer son (presque) pays. En 11 ans .. on en voit des choses tout de même !

Tout à fait d'accord avec toi.

Adjamee, ta décision a demandé beaucoup de courage et je te souhaite la meilleure des chances.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le soucis c'est que , à moins d'avoir mal lu, tu n'as pas toutes ces informations là. Tu ne sais pas si elle a passé ses 11 années à Montréal seulement. Par contre oui, je te rejoins sur le fait qu'il peut y avoir des différences entre différentes régions , voire entre la ville, la banlieue et la campagne. Par contre, s'il vous plait .. je vois tellement de gens ici critiquant le fait qu'il y ai des témoignages négatifs (voire négatifs et positifs) sur le Québec.

Le Québec n'est pas le pays des bisounours. Pour le moment (et pourtant j'ai essayé de chercher) cela n'existe pas.

Le post qu'elle a écrit est vraiment de qualité. J'aurais aimé voir, de ta part ou d'autres personnes, des questions et des réactions de qualités autre que de faire un "quote" (citation) et d'écrire une phrase assassine. Vous savez, des réponses avec des arguments sur plusieurs lignes.

Merci en tous les cas Adjamee. Depuis la France, tu me permets de lire un témoignage neutre (et non négatif) sur ton expérience au Québec.

Avant d'acheter un produit, je regarde toujours les avis "positifs" "neutre" et "négatifs". J'attends de ce forum de voir des témoignages positifs, neutres et négatifs (de gens étant installé depuis plusieurs années au Québec / Canada). Et je me ferai ma propre expérience par moi même.

Edited by KanadianFR
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Merci Adjamee pour ce témoignage, il est très intéressant et comme le dit KanadianFR après 12 ans tu as le recul plus que nécessaire et objectif pour aborder ces sujets.

Dentan, le jour où on lira un commentaire positif de ta part sur un témoignage français ou franco-québécois on pourra déboucher une bouteille de Champ !!

Je suis également convaincue qu'il existe ce genre de personne (je pense à ces collègues ignobles qui ont osé appeler l'immigration) ailleurs dans le monde et même en France...malheureusement. Je te rejoins aussi pour l'exemple au travail du : "tu vas avoir ça c'est sur" et quelques jours après c'est écrit l'inverse. mon mari en a fait les frais.

Mais avec cette riche expérience, et les projets dont tu parlais (adoption et autres..) ça doit être frustrant de devoir partir....mais comme tu le dis, une nouvelle vie s'offre à toi, pleines de retrouvailles et de nouveaux projets.

Je te souhaite une belle poursuite de ta vie "à la maison" !

cécé

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bonne chance à toi pour le retour. En espérant que cette expérience t'aura beaucoup appris et apporté sur le plan personnel si ce n'est professionnel, et bon vent, puisque ta décision semble te convenir !!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Dentan, le jour où on lira un commentaire positif de ta part sur un témoignage français ou franco-québécois on pourra déboucher une bouteille de Champ !!

C'est que généralement ces témoignages sont identiques aux motifs que les Français utilisent pour expliquer leur départ de la France! Marasme économique, insécurité, difficulté voir impossibilité de trouver du travail, etc!

Donc dans bien des cas de retour cela semble des excuses pour avoir ''raté'' son intégration ici! Ce n'est pas la même chose qu'en France au niveau nourriture, culture, travail

Pourquoi ne pas tout simplement dire, la vie ici ne me convient plus ou je l'avais mal évaluée (perçue) et je retourne au lieu de toujours mettre le blâme sur les autres? Mon thème ''favori'' l'amitié, comme si en France on se faisait des amis à tous les coins de rue et à toutes les minutes!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Mille raisons de venir, mille raison de partir.

Ce que j’apprécie dans ton témoignage, et qui devrait être compris par les lecteurs, c'est qu'en effet un retour se prépare autant qu'en arrivée.

Tu as espéré ce retour car tu l'as préparé une fois ta décision prise. De la même façon qu'une fois ta décision prise d'immigrer tu étais impatiente de faire le saut.

C'est certain que c'est pas fait pour tout le monde, ou que les plans changent... Et c'est respectable que tu soies très honnête avant tout avec toi même. C'est ni un échec, ni une réussite, juste une autre étape de ta vie. La famille nous manque tous, et il serait bien malheureux celui qui te jetterai la pierre.

N'en déplaise à Dentan oui le mode relationnel est très différent. C'est ni bon, ni mieux, ni pire, c'est DIFFÉRENT. Et pour certains, au bout d'un moment, ils veulent retrouver la version française des relation plutôt que de continuer dans cette version nord américaine, c'est ainsi, ni bien ni mauvais....

Bref, bon vent, bonne chance dans tes aventures futures, et bon courage car à n'en pas douter tu vas avoir des fois le "blues" du Québec où tu as passé une partie de ta vie :)


Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

OK Dentan - si tu nous expliquais en quoi les modes relationnels (au travail, en amour, en amitié, etc) sont différents à Montréal et dans le reste du Québec ? Le côté "je fuis les conflits", il est moins présent à Québec ou à Rimouski peut-être ? L'offre culturelle est plus abondante et variée en dehors de Montréal ? Explique...

Non Dentan veux juste trouver le moyen de dire que si ça n'a pas marché pour Adjamee c'est de sa faute.... c'est très incriminatoire comme façon de penser, et sert à rien au final.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Mille raisons de venir, mille raison de partir.

Ce que j’apprécie dans ton témoignage, et qui devrait être compris par les lecteurs, c'est qu'en effet un retour se prépare autant qu'en arrivée.

Tu as espéré ce retour car tu l'as préparé une fois ta décision prise. De la même façon qu'une fois ta décision prise d'immigrer tu étais impatiente de faire le saut.

C'est certain que c'est pas fait pour tout le monde, ou que les plans changent... Et c'est respectable que tu soies très honnête avant tout avec toi même. C'est ni un échec, ni une réussite, juste une autre étape de ta vie. La famille nous manque tous, et il serait bien malheureux celui qui te jetterai la pierre.

N'en déplaise à Dentan oui le mode relationnel est très différent. C'est ni bon, ni mieux, ni pire, c'est DIFFÉRENT. Et pour certains, au bout d'un moment, ils veulent retrouver la version française des relation plutôt que de continuer dans cette version nord américaine, c'est ainsi, ni bien ni mauvais....

Bref, bon vent, bonne chance dans tes aventures futures, et bon courage car à n'en pas douter tu vas avoir des fois le "blues" du Québec où tu as passé une partie de ta vie :smile:

Je dirais qu'il me semble que c'est surtout Montréal qu'elle quitte!

On voit souvent des gens se prononcer sur toute la province de Québec et n'ayant vécus qu'à Montréal!

OK Dentan - si tu nous expliquais en quoi les modes relationnels (au travail, en amour, en amitié, etc) sont différents à Montréal et dans le reste du Québec ? Le côté "je fuis les conflits", il est moins présent à Québec ou à Rimouski peut-être ? L'offre culturelle est plus abondante et variée en dehors de Montréal ? Explique...

Non Dentan veux juste trouver le moyen de dire que si ça n'a pas marché pour Adjamee c'est de sa faute.... c'est très incriminatoire comme façon de penser, et sert à rien au final.

Non ce que je dis c'est d'arrêter de mettre le blâme sur les autres! Mais il faut être capable de faire de l'introspection pour cela!

Puis ceux qui n'ont pas réalisé avant de venir dans un autre pays que les mode de relation est différent et qu'ils n'apprécient pas alors, ils font comme elle et retournent. Mais pourquoi mettre les blâmes sur les autres? C'est vrai que cela est plus facile!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Hello Adjamee !

super témoignage . Tu as vécu ton aventure , c'est le plus important. Même si elle ne s'est pas déroulée comme tu l'aurais souhaitée , tu n'auras pas le regret de ne pas l'avoir faite.

bon retour !

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By Pjadern
      Bonjour,

      Je suis une étudiante française qui a la merveilleuse opportunité de pouvoir continuer ses études pendant une année complète (10 mois) à Montréal à partir d'août 2021.
      J'ai obtenu mon passeport, mon CAQ, mon permis d'étude et une AVE (la France est exempté de VRT)... Néanmoins un doute persiste puisque l'AVE n'est valable que 6 mois... Est-ce suffisant avec mon permis d'études pour rester sur le sol québécois pendant 10 mois ou faut-il que je fasse une demande de VRT (Visa de résident temporaire) en plus ? Sachant que cette démarche est assez longue et fastidieuse...

      Merci pour vos réponses !
      Belle journée
    • By Quebec98
      Bonjour, 
       
      Voilà je suis dans une situation particulière et difficile, j'ai beaucoup de difficultés dans ma licence de droit notamment du fait que dans ma fac les profs notent extrêmement sévèrement encore pire lors des rattrapages, et je ne voudrais pas passer ma vie dans les études c'est pourquoi je me demandais si il était possible de trouver un emploi au Québec après avoir obtenu une licence de droit en France, je ne sais pas dans un domaine comme les ressources humaines par exemple ou un métier dans une PME. 
       
      Ou bien peut on passer un certificat/ une certification de 1 an au québec donc sur place et directement travailler après ?
       
      Quels sont les moyens à ma disposition si je souhaite vivre au québec après ma licence de droit? S'il vous plaît 
       
      Le problème est bien évidemment financier comme vous pourrez l'imaginer... car il me faudrait quelque chose qui me permette d'avoir d'avoir un revenu quand je serais sur place pour vivre de manière autonome...
       
      Je désespère vraiment 
       
      Merci d'avance pour vos réponses. 
       
      Bonne journée à vous. 
    • By mi69mi69
      Bonjour,
       
      J'ai un ami qui a dénoncer son ancien coloc, qui lui a voler de l'argent et escroquer, il n'as pas pu accumuler assez de preuve pour une plainte
      Il l'as dénoncer à l'agence des frontière pour visa expirée depuis 2 ans et faux visa
      Il ce demandait si quelqu'un avait les délais pour ce genre de traitement 
       
      Merci
       
       
    • By olivierthms
      Bonjour à tous,

      J'ai parcouru le forum sans trouver la réponse à mon problème. Si vous jugez que ça n'a pas sa place ici, n'hésitez pas à supprimer le post. 

      J'ai un cas très particulier, et j'aimerais savoir si certains d'entre vous pourrait m'aider (ou connaissent des personnes qui peuvent m'aider) :
       
      Ma situation :
      - je suis freelance en marketing, et je travaille depuis chez moi
      - résident québécois depuis le 1er Octobre 2019 (arrivé sur le sol le 03/09/2019).
      - déménagement annoncé aux impôts FR à partir du 03/09/2019
      - auto-entrepreneur en France depuis 2016 (j'établis mes factures via cette micro-entreprise)
      - j'ai envoyé un formulaire à l'ARC pour définir mon statut de résidence fiscal du Québec, sans retour de leur part
       
      2019 : 
      - 100% des revenus réalisés via des sociétés françaises
      - déclaration annuelle faite en France, et 3 mois au Québec (Oct, Nov, Dec) via une déclaration française : n°2024 NR.
      - aucun revenu réalisé grâce via une société canadienne (0$ gagné)
      - aucune facture émise à une société canadienne
      => le comptable m'a annoncé une somme de 2500$ couvrant les cotisations des retraites, et pas de paiement des impôts pour cette année.
       
      2020 : 
      - chiffres d'affaire estimé à l'année de 70 000 CAD$ (30000$ à date).
      - A ce jour, société toujours domicilié en France.
      - Déjà 4790€ versés pour les cotisations françaises (Janvier, Février, Mars, Avril). Ce ne sont pas des impôts mais des cotisations d'entreprise versées à l'URSSAF (charges sociales).

      Mes recherches : 
      La convention fiscale entre la France et le Canada semble dire que si mes bénéfices sont faits entièrement en France via mon entreprise, je paye mes impôts la bas (Source : https://www.canada.ca/fr/ministere-finances/programmes/politique-impot/conventions-fiscales/pays/france-convention-refonte-1975-1987-1995-2010.html)
       
      Questions :
      • dois-je payer mes impôts aux Québec ou en France ? 
      • Si je dois les payer au Québec, j'envisagerais de stopper mes cotisations à l'URSSAF français et de facturer en tant que travailleur autonome canadien, pour éviter de payer les 22% supplémentaires à l'URSSAF Français. Ainsi je payerais uniquement les impôts canadiens et la retraite canadienne. Est-ce la meilleure solution ? 
      • Si je dois les payer au Québec, puis-je espérer avoir un remboursement des 4347€ versés à l'URSSAF français (Janvier, Février, Mars, Avril, Mai) ?

      Je suis véritablement perdu... ! 
      Si vous connaissez quelqu'un qui peut m'accompagner, ça serait génial ? A date, le comptable que j'ai vu ne semble pas savoir véritablement... 

      Merci beaucoup pour votre aide,

      Olivier
    • By ChristinaPLaurence
      Déjà 8 ans au Québec.
      4 ans après avoir perdu mon mari avec qui on avait construit ce rêve commun, mon choix reste intact. Depuis mon dernier bilan, beaucoup de nouveautés. J'ai pu décrocher le poste que j'ai toujours voulu dans mon domaine d'études aussi mais avec des responsabilités et de très bonnes conditions de travail. Cela fait 2 ans que j'exerce aussi comme photographe, je développe une clientèle tranquillement et surtout, j'ai énormément de plaisir. Pendant les shootings, je ne suis ni une maman, ni une employée. Je crée, j'imagine et je fais plaisir aux autres. Que du bonheur.
      C'est à contre-cœur que j'ai dû quitter mon emploi de technicienne juridique en mars mais c'est pour le bien de ma plus jeune fille qui a des besoins spéciaux, en attente de diagnostic TSA et scolarisée seulement en septembre. 
      Alors plutôt que de mettre mon équipe dans le trouble avec un arrêt maladie, j'ai préféré laisser la place et partir la tête haute et la conscience tranquille. Je ne suis pas inquiète de retrouver un emploi rapidement car déjà acceptée pour des examens au Ministère de la justice (annulés pour cause de covid bien-sûr).
      J'ai récemment été confrontée à ma pire angoisse d'expatriée avec mon père qui est très malade et qui me dit être sur le point de rejoindre ma mère. Très dur, d'autant plus que tout voyage serait impossible si quelque chose devait arriver. Mais c'est un choix qu'on fait et c'est un risque qu'on prend en traversant la flaque. Alors évidemment, on s'appelle beaucoup et on croise les doigts très fort pour que tout rentre dans l'ordre.
      Depuis le confinement, la prise en charge de ma fille de 4 ans a débuté avec la psychoéducatrice et l'éducatrice spécialisée (par visioconférence bien-sûr) et le rdv de diagnostic avec le pédiatre est dans une semaine. Alors en attendant de me replonger dans une nouvelle carrière, je profite de mes 2 cocottes et je me repose pour la première fois de ma vie. Je suis plus sereine pour l'avenir car je ne suis plus seule pour affronter tout ça. Un maudit québécois a pris une place très importante depuis 3 ans et embarque bientôt avec nous pour une nouvelle vie à 4. Je ne m'attendais pas à autant de défis, de surprises et de rebondissements en arrivant ici, alors je laisse les épreuves derrière et j’apprécie tous les cadeaux que la vie m'a offerts depuis que j'ai débarqué de l'avion le 15 mai 2012.
      Merci de m'avoir lue.
      Christina
       
       
    • By Aliza
      Bonjour,
       
      Je vois pas mal de post de personnes qui racontent leurs mauvaises expériences d'arrivée au Québec.
      Histoire d'équilibrer un peu la balance, je vais raconter les trucs sympas.
       
      L'aéroport:
      - C'est très bien organisé. Il y a des bornes pour enregistrer votre passeport, votre carte de résident, et le personnel est toujours dispo pour vous aider;
      - Apres l'étape "borne d'enregistrement," il y a toujours un agent qui me demande ce que je suis allée faire a l'étranger et ce que je ramène. Vu que mon metier m'oblige a aller dans des pays pas faciles, je trouve rassurant qu'on me demande ce que je suis allée faire la-bas. Note: quand je vais en France, RIEN, nada, que dalle, aucune question!!!!
      - Je me rappellerais toute ma vie de l'agent qui m'a expliqué comment me connecter au Wifi de l'aéroport: "vous allez sur Gogeule..."   
      - On trouve le bus, le taxi, la navette facilement. Les chauffeurs sont très sympas pourvu que vous soyez sympa aussi et que vous ne payiez pas en billet de Monopoly.
       
      En ville:
      - Étant médaille d'or pour me paumer à Montréal (que voulez-vous, je pige pas ces quadrillages tout droits), les gens sont toujours prêts a vous aider pourvu que vous demandiez avec le sourire;
      - Une fois, il y a un type qui m'a un peu trop collée dans le hall du metro et quand j'ai levé la voix pour lui dire de me laisser, trois gars se sont interposés pour me protéger. Note: Je n'ai JAMAIS vu ca en France;
      - De façon générale, on ne se fait pas harceler. L'incident plus haut est le seul que je puisse rapporter;
      - Dans les restos, etc.: Si vous ne savez pas quoi choisir, demandez a la personne qui sert ce le plat/la boisson qu'elle préfère. J'ai toujours reçu d'excellents conseils;
      - En hiver, je vous conseille d'aller aider vos voisins a pelleter la neige et dégager leur voiture. J'en garde un superbe souvenir et c'est une excellent moyen de faire connaissance avec ses voisins;
      - Les gens tutoient facilement. C'est pas irrespectueux, c'est juste comme ca.
       
      Si vous êtes chialeur comme moi:
      Partagez vos talents. Lors des pannes de metro, les gens ont apprécié que je leur dise comment j'ai réussi a me faire rembourser mes frais de taxi par la STM. Dans une des entreprises ou j'ai travaillé, les patrons ne voulaient pas payer le jour férié de Pâques. Apres avoir gentiment demandé a la Commission du Travail si c'était normal, j'ai réussi a obtenir le paiement de cette journée pour mes collègues et moi-meme. 
       
      Les gens:
      Il y a des trucs qui m'ont décontenancée au debut:
      - Les gens ne disent pas toujours au revoir avant de raccrocher le telephone. Ca semble un peu brutal quand on n'est pas habitué;
      - Ils n'ont pas autant de "protocoles de politesse" comme en France. Il faut pas le prendre personnellement;
      - Etant sportive et me levant avec joie a 5 heures du mat pour m'adonner a mes exercices, je tiens a remercier mes voisins pour leur patience infinie. J'ai bien du les réveiller 2-3 fois. Les immeubles sont mal isolés au Québec.
       
      Pensez-y!
      - Au début, je trouvais les gens super lents. On s'y fait. Maintenant, moi aussi j'attends tranquille sur l'escalator;
      - Étant à la base indisciplinée, je traversais les rues hors des passages piétons. Les policiers qui m'ont arrêtée (deux fois) ont été bien sympathiques de ne pas me coller d'amende. Maintenant j'attends que le bonhomme soit vert. C'est dire si on me regarde bizarrement ici en Irak.
       
      La langue:
      - J'ai mis deux semaines à me faire à l'accent. Il y des gens qui m'ont parfois reprise quand je disais un anglicisme. C'est l'occasion de leur demander ce que représente la francophonie pour eux (c'est très interessant). Il m'arrive parfois de les taquiner en leur disant que parking est un mot de l'ancien français qui est passé chez les anglais puis revenu chez les français. C'est de bonne guerre;
      - Oui, ils font souvent plein de fautes à l'écrit. Les gens sont un peu honteux de l'admettre. Mon orthographe en a un peu pâti d'ailleurs (mais je connais plein de nouvelles expressions sympas comme "se paqueter la fraise"). Au travail, il m'arrivait que mes collègues me demandent de les relire, ce que je faisais avec plaisir;
      - Certains mots de vocabulaire déconcertent au debut. Un ami québécois me parlait de ses "bas." Je lui ai répondu "mais Paul, tu t'habilles comme tu veux le soir, c'est pas moi qui va te juger." Il a fait une drôle de tête.
       
      Infrastructures:
      Il y a l'eau et l'électricité H24!!!!!!! C'est merveilleux! je n'ai pas ça ici.
       
      Au travail:
      - Si vous travaillez dur et que vous ne martyrisez pas vos collègues, vous aurez surement la chance d'avoir des promotions. En France, je pouvais m'assoir dessus;
      - Je n'ai jamais entendu de commentaires sexistes ou des remarques sur mes jambes, ma poitrine ou whatever. C'était un vrai festival sexiste en France;
      - Les gens ne passent pas des heures en reunion. Ca commence a l'heure, ca finit a l'heure et il y a un agenda. Pour moi qui souffre de rester dans des reunions sans but et a rallonge, c'était un soulagement;
      - On peut se déguiser a Halloween (et faire des super photos avec ses collègues);
      - Si vous avez des collègues d'origine grecque ou italienne, vous aurez surement des bons biscuits au bureau pour Noël;
      - Vous pouvez manger un hamburger à 11 heures du matin, personne ne vous jugera.
       
      Si vous avez d'autres expérience positives à partager, postez votre témoignage!
       
       
       
    • By Aliza
      Bonjour,
       
      J'ai immigré au Québec en 2012 comme travailleuse qualifiée. Je suis française. Je ne connaissais rien du Canada et je n'y étais jamais allée. J’avais bien préparé mon installation. Ainsi, pour les novices, pas de panique, vous pouvez très bien vous en sortir.
       
      Le travail
      - J'avais trouvé un travail temporaire avant d’arriver. J'ai crié sur tous les toits que j'allais au Québec et que je cherchais un travail, ça m’a aidée;
      - Soyez prêt à commencer un premier travail qui est en-dessous de vos souhaits. Je n'ai pas travaillé au Mac Do mais j'étais prête à le faire;
      - Quand je cherchais un meilleur travail, je ne comprenais pas pourquoi je ne recevais aucune réponse. Puis j’ai téléphoné avant de postuler pour poser des questions. J'ai été invitée a beaucoup d'entretiens ainsi;
      - J’ai dû me réorienter dans la finance car je ne trouvais rien dans ma branche. Je ne le regrette pas même si je travaille dans un autre milieu maintenant;
      - Soyez plus futés que moi. Dès votre arrivée, renseignez-vous pour obtenir un diplôme d'une université locale. Je m'y mets seulement en automne 2020.
       
      La culture
      - J'ai été très bien accueillie. Beaucoup de gens m'ont dit qu'ils étaient contents que je sois là. J'ai même reçu des cartes de bienvenue;
      - La plupart de mes amis sont des immigrés. Je n'ai pas encore percé tous les mystères pour approcher les québécois. Si quelqu'un peut m'éclairer, merci car je les trouve bien sympathiques;
      - Note sur un racisme éventuel: J'ai eu deux soucis à Montréal. A part ça, RAS. Je précise que je n'ai pas la peau noire ni un physique typé. 
       
      La citoyenneté 
      - Je suis devenue humanitaire en 2015 et canadienne en 2018. Je suis restée au Canada entre deux missions pour me remettre de ma vie trépidante dans un pays en guerre;
      - J'ai tous le temps le mal du pays. Et pour moi le pays c'est le Canada.
       
      La santé
      - Avant de devenir humanitaire, je soupçonnais qu'on était mieux soigné dans un camp de réfugiés qu'à Montréal. Ayant visité des camps en Irak, je confirme que je préfère me péter une jambe ici;
      - Avant de rentrer, je vais faire mes visites médicales. Je vous conseille de faire pareil;
      - Je connais des gens très exigeants qui sont ravis des soins qu'ils ont reçus à Montréal.
       
      Ma situation maintenant
      - Je parraine mon époux et nous attendons notre invitation pour sa visite médicale;
      - Je suis autant stressée par la situation que vous pouvez l'être. 
       
      Je pourrais aborder plein d'autres choses mais ce post est déjà trop long.
      N'hésitez pas à me poser des questions.
    • By Annelg
      Bonjour à tous et à toutes ! 
       
      Actuellement en pleine remise en question sur ma job ( ça arrive parfois ..!) 
      Je me demandais : 
       
      je suis conjoint de fait d'un étudiant au Canada, en emploi et avec donc un permis de travail ouvert. 
       
      je ne souhaite pas faire de permis d'études, déjà fait pour mon conjoint et nous souhaiterions pouvoir avoir deux salaires maintenant pour vivre 😅
       
      Est il possible pour une française comme moi au Québec, de suivre une formation a distance donnée depuis la France ? Est-ce dans " les règles" pour les deux pays ? 
       
      merci beaucoup pour votre aide 🙂
    • By Souslaneige
      Bonjour à tous 😎
      je me presente femme de 45 ans avec mon mari de 45 et enfants de 18 et 21 ans.
      moi et les enfants avons la double nationalité , car mon papa est canadien. ( mais on a toujours vécu en france  )
      nous avions fait quelques voyages au Québec avant de décider de venir nous  y installer .
      nous voila ici depuis un an , et nous devons tenir encore 6 mois ( l enfer) pour nous .
      alors avant d attirer les foudres des lecteurs et de leurs reponses agressives .
      je tiens a dire que ce que j écris ce n est que mon simple vécu et notre simple avis .
      vous prenez et vous jeter ce qui vous intéresse.
      ce post est vraiment a titre de prévention pour ceux qui ont des doutes ou questionnement intérieur.
      donc voici les point négatifs que vous allez rencontrer :
      - l administration : parrainage pour mon époux : il va falloir vous accrocher pour remplis les documents , prévoyez du temps de de l argent 2500 $ dans notre cas.
      le traitement est très très long ...
      et les retours de documents vous mettent le stress ..!
       
      Vie courante et supermarché :
      sachez que vous ne serez plus faire vos courses, ici tout change .. normal jusqu a la vous avez changer de pays !
      oublier les yaourts de toutes sortes , oublier la bonne crème fraiche , oublier votre charcuterie , a moins de la pays en vendent un rein .
      idem pour le fromage etc...
      et oublie d acheter autre chose que de l alimentaire dans beaucoup de magasin.
      il fait souvent faire plusieurs supermarchés avant d avoir toute votre épicerie .
       
      climat: alors ci vous êtes prêt pour 8 mois de neige et bien vous êtes au bonne endroit !
      a l heure ou je vous parle nous sommes le 24 avril 2020 et la neige est toujours là, et des chutes de neige son encore prévu 🤦🏻‍♀️
      On en peut plus .
      on a froid on a besoin de soleil !
      la température est de max 5 degrés. Dure a vivre pour des sudistes .
      donc on oubli le bronzage .
      après en mai ce sera le temps des moustique ou maringoind comme ils disent .
      alors au début ce mots fait rire mais très vite, vous allez en voir mare de ces moustiques qui arrivent en massent , au point de ne pas pouvoir rester dehors deux minutes, ils embrassent votre visage ...! C'est top
      de plus il y a les mouches a chevreuil  qui sont grosse   comme des oiseaux...et qui vous arrache des morceaux de peau.
      ( pour info je suis d origine de la campagne en france avec chevaux etc ... donc je ne suis pas une précieuse )
      bref !!!! Le moment ou il fait bon et que vous pourriez vous détendre en terrasse et bien non !!!!!
      tu rentre ..!!
      après l été arrive en fin il faut en profiter ça  ne dure que 60 jours deux petit mois de rien du tout et vous ne dépasserais pas les 27 ! Degrés.
       
      Ensuite pour ce qui est de la socialisation:
      nous sommes d'origine très sociable , mais ici oulaaaa accrochez vous ..!!! Car quant les québécois comprennent que vous n êtes pas un touriste , leurs façons d être changent ..
      nous avons subi beaucoup de racismes anti francais ..! 
      Je comprend maintenant ce que ressente les immigrer dans d autres pays. 
      C'est vraiment dure a vivre.
      toute les 5 minutes C'est VOUS ETES FRANCAIS ? Ah ! Maudit francais .
      qu est ce que vous faite ici.
      avez vous un travail.
      quel âge avez vous ?
      que venez vous faire ici?
      avez vous des enfants?
      etc... je vous en passe !
      ils sont hyper incorrect avec leurs questions personnel.
      et pourtant le mot correct ils l emplois a toutes les sauces .
      par contre toi tu pose pas de questions , eux ils te disent C'est pas correct !
      ben voyons ! 
      Donc au début vous vous faite avoir mais après vous commencer a vous défendre .
      ce qui est dure et fatiguant !!
      donc pour nous :
      ils posent trop de questions privée 
      ils parle francais comme une vache espagnol .
      ex: bienvenue pour te dire merci 🧐
      ils te vois comme un français qui viens piller leurs pays
      et ils veulent profiter de tes euros .
      il ne faut pas oublier qu ici c'est le pays du dollar et que qui que tu sois on te vois comme un dollars bien grassouillet .
      les arnaques sont toujours là.
      ici personne ne te rend de service , tout est payant , 20$ par ci 40 par là.
      punaise !!!! Oublie de demander a ton voisin un balais ou une aide pour autre chose .
       
      je crois que je vais arrêter la vous avez compris !
      j en ai tellement a dire que ce ne serai pas bienvenue .
       
      alors juste un conseil quant vous immigrerai ici pensent que l herbe est plus verte comme nous l avons pensé.
      faite attention à vous et a votre portefeuille!
       
      et bon courage a tous !
      et n oublier pas il fait fret ici tres fret 
      by by 
      🇨🇦🤗😃  
       
       
       
       
       
       
       
        
          
       
       
       
    • By yrvan
      Salut je suis un étudiant français actuellement en 1ere dans la filière STI2D je prévois après mon bac de partir au canada faire un DEC technique informatique  mais j'ai jeté un coup d'oeil sur le programme et quelque chose m'a interpellé les cours de littérature française québécoise je suis conscient de ne pas être le 1er français à aller au canada mais franchement le français cette année je kiff pas de ouf et je voudrais savoir si d'autre français l'on déja fait ou si c possible d’être dispensé de ce cours sachant que j'aurai déja le bac de français
       
      merci d'avance pour vos réponses
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.




×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement