Jump to content

Azarielle

Habitués
  • Content Count

    4,460
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

Azarielle last won the day on November 25 2011

Azarielle had the most liked content!

About Azarielle

  • Rank
    Super Fan

Profile Information

  • Gender
    Femme
  • Statut
    Québécois(e)
  • Profession
    Enseignante au secondaire
  • Pays d'origine
    Québec
  • Pays de résidence
    Québec
  • City
    Lanaudière

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Recent Profile Visitors

8,339 profile views
  1. J'aimerais bien être une "mamie" comme tu dis. Ça signifierait que j'aurais plus de temps pour lire. En passant, je reste polie avec toi et, dans les règles de ce forum, le respect est d'usage. Peut-être pourrais-tu faire un effort.
  2. C'est quand même inquiétant qu'Internet soit ta seule source d'information. Avec toutes les informations inexactes qui y circulent, avec la propagande qu'on y retrouve, je suis bien contente de fréquenter des lieux que tu juges archaïques comme des bibliothèques. Exercer son jugement critique, c'est aussi confronter différentes sources et en vérifier la validité. Si tu trouves honteux qu'on puisse fréquenter une bibliothèque, moi, j'en suis fière! Et je suis encore plus fière quand je vois tant de jeunes enfants y aller avec leurs parents. Un livre en papier est encore un des meilleurs moyens d'améliorer la littératie.
  3. Comme je disais dans l'autre sujet, je trouve cela triste que tu abandonnes tes études ici pour une relation amoureuse qui n'a même pas encore un an. Tu n'étais pas partie pour de longues années, tu fais un DEP, c'est un diplôme qui s'obtient plus rapidement qu'un DEC ou un bacc. Combien de temps avais-tu pris pour faire les démarches? Combien de temps as-tu attendu ce moment pour venir étudier ici? Ne disais-tu pas que c'était ton rêve de venir étudier ici? Abandonner ton rêve parce que ton nouvel amoureux de quelques mois te met la pression, c'est, à mon avis, une grande erreur. S'il t'aime, il acceptera de te voir moins souvent pendant tes études. Il peut venir te voir pendant les vacances, tu peux y aller aussi. Là, tu vas tout mettre à la poubelle alors qu'il n'existe aucune garantie en amour. C'est toi qui vas faire tous les sacrifices? Votre nouvelle histoire peut durer longtemps comme elle peut se terminer rapidement, même si tu es dans la même ville que lui. C'est encore trop tôt pour le savoir... Mais le fait qu'il te fasse sentir coupable d'être ici est déjà un mauvais signe, non? En te demandant ça, il pense à lui, pas à toi. Maintenant, c'est ta décision, tu feras ce que tu voudras, mais n'agis pas impulsivement, réfléchis bien. C'est quand même une décision majeure.
  4. Il y a aussi l'université de Montréal qui prend des patients dans sa faculté de médecine. Il est possible aussi qu'ils aient tous leurs patients, mais qui ne tente rien n'a rien...
  5. La formation que vous nommez ne vous aidera pas à ouvrir une école primaire dans votre pays. Elle sert à former des éducatrices en garderie (crèche). Si vous voulez ouvrir une école, il faut passer au moins par le baccalauréat en éducation primaire et préscolaire et idéalement, ensuite, par la maîtrise en administration scolaire.
  6. Depuis mars, c'est quand même une relation "jeune" pour risquer de compromettre tous les efforts que vous avez faits. Non?
  7. Il faut en effet vérifier, cependant, je ne crois pas que ça fonctionne puisque ce programme dure plus de 6 mois. Le tremplin-DEC n'est pas un diplôme, c'est une façon plus légère d'aborder la formation qui dure 2 ou 3 ans.
  8. Si tu ne t'es pas fait arrêter en passant devant un policier à 120 km/h, c'est que tu as été chanceux. Il était peut-être occupé à autre chose. Il y a une marge de 10 km/h qui est tolérée, dès qu'on la dépasse, on risque la contravention. Et les photoradars (cinémomètres) peuvent te flasher dès que tu dépasses la limite.
  9. Comme la neige tombe quand elle veut et non pas selon un horaire précis, les routes ne sont pas non plus déneigées selon un horaire précis
  10. Je tiens à féliciter ta prudence. Un mariage, ce n'est pas une décision qui doit se prendre à la légère. Même entre personnes d'une même culture, c'est un geste sérieux. Ça le devient d'autant plus avec des gens qui viennent d'un pays différent puisque les lois ne sont pas les mêmes. C'est important de ne rien précipiter, souvent les gens se lancent rapidement pour pouvoir accélérer les procédures d'immigration. Informe-toi bien et fais-le sérieusement, pas seulement sur les réseaux sociaux (forum, facebook, etc.). On entend/lit souvent que les femmes sont importantes dans la culture X comme dans la culture Y, mais quand on regarde de plus près les droits qu'elles ont, on s'aperçoit que c'est beaucoup moins que nous, même si dans le pays X et Y, ils sont convaincus que la femme a beaucoup de droits. Bencoudonc t'a illustré certains éléments dans ses exemples. Cette réflexion, c'est avant le mariage qu'il faut la faire(autant civil que religieux). Prends le temps d'y réfléchir, n'accepte que personne te bouscule et va chercher les informations justes auprès de spécialistes. Ensuite, peu importe ce que tu auras choisi, tu pourras vivre sereinement avec ta décision puisqu'elle aura été réfléchie.
  11. Pourquoi ne pas en parler avec un(e) conseiller(e) en formation dans votre centre de formation? Il existe des ASP qui sont des spécialisations, ça peut vous éviter de refaire un DEP en entier.
  12. Vous inscrirez votre enfant quand vous serez arrivés. En général, les inscriptions se font en février-mars pour l'année suivante. Mais si vous arrivez en octobre, vous l'inscrivez en octobre et elle sera admise dans les jours qui suivent. Mis à part les projets particuliers, les cours se donnent en français sauf les autres cours de langue évidemment. Pour ce qui est des retours sur le rapport enseignant/élève, ce qu'on voit souvent sur le forum, c'est que c'est plus facile au Québec qu'en France. Cependant, je n''ai pas connu le système d'éducation nationale, alors je n'ai pas la capacité à comparer. Oui, on essaie de s'assurer que les élèves comprennent bien et on offre du soutien pédagogique (souvent appelé "récupération") pour aider ceux qui ont plus de difficulté avec certaines parties de la matière. Sinon, pour les expressions, il peut être bien d'écouter des produits culturels québécois pour s'habituer aux expressions courantes. Je pense à des séries pour ados comme Subito Texto, Ramdam (ça fait quelques années), Jérémie, L'Académie, Le Chalet, Conseils de famille, par exemple. Certaines se trouvent sur youtube. En même temps, ça permettra d'avoir quelques référents culturels, c'est parfois utile lors de discussions avec les pairs. Si votre fille a des questions, vous pouvez aussi m'écrire en privé, il me fera plaisir de lui fournir des réponses.
  13. De l'anarchie dans des villes de taille moyenne comme Victoriaville, tu n'en auras pas. Ce n'est pas le Bronx! Pour ce qui est des retours aux parents, il y a une première communication qui est envoyée au plus tard au 15 octobre, c'est dans la loi de l'Instruction publique. Cette première communication est qualitative et arrive à la moitié de la première étape. Deux volets sont alors abordés : l'apprentissage et le comportement. Donc, si l'enfant est en difficulté, vous le saurez, même au public. Et avec les portails électroniques, vous pouvez avoir les résultats scolaires au fur et à mesure que les travaux ou examens sont corrigés. Vous pourrez donc avoir un portrait global sans attendre les communications plus officielles. Et pour la proximité avec les élèves, c'est une question de personnalité de l'enseignant, pas de public ou de privé. Je suis au public et j'ai souvent été la confidente d'élèves qui venaient chercher des conseils ou de l'aide auprès de moi, ils sont parfois gênés de demander aux parents. Dès que ma porte était ouverte, j'avais toujours des élèves qui se pointaient en classe, avant les cours le matin ou sur l'heure du dîner (déjeuner), même parfois après les cours.
  14. Je ne la vois pas cette différence, peut-être aussi parce que je travaille dans les écoles publiques. On ne peut pas comparer des écoles et les classer comme on le fait pour des voitures. Les écoles ne sont pas des objets. Les écoles sont classées selon les résultats et le pourcentage de diplomation. Une école qui sélectionne ses élèves, qu'elle soit privée ou publique sélective aura nécessairement de meilleures moyennes et un meilleur taux de diplomation. Une école en milieu favorisé aura de meilleurs résultats que l'école en milieu défavorisé. Pourquoi? Parce que les parents scolarisés sont plus en mesure d'aider leur enfant en cas de difficulté, ils ont la culture générale pour le faire, ils sont aussi en mesure de payer des cours privés si des difficultés surviennent, il y a aussi plus de chance qu'ils valorisent l'école. J'ai travaillé en milieu défavorisé, les plus grands s'absentaient souvent pour garder les plus jeunes, quand on en parle aux parents, ils nous répondent souvent : "J'ai pas fini mon secondaire pis je me débrouille, mon fils fera pareil!" Quand les élèves sont en âge de travailler, le diplôme devient alors beaucoup moins attrayant que le chèque de paie, même petit. On a beau tenter de leur expliquer qu'à court terme, c'est intéressant, mais à long terme, ils sont perdants. Ils ne sont pas capables de se projeter dans l'avenir parce qu'ils n'ont pas appris cela dans leur famille. Quand tu dois avoir accès aux mesures d'aide communautaire pour nourrir ta famille, c'est l'immédiat qui compte, pas le long terme. Alors oui, ça me fâche de voir ces palmarès. Il ne tient pas compte de tous les éléments qui influencent la réussite d'un enfant. Un enfant qui a peur la nuit parce qu'il entend ses parents se battre et crier ne réussira pas comme celui qui vit au milieu d'une famille stable et aimante. L'enfant qui a faim ne réussira pas comme l'enfant qui est nourri convenablement. Comment l'école peut-elle être responsable de ces situations. La majorité des signalements que nous faisons à la DPJ ne sont pas retenus. En milieu défavorisé, l'attention de la DPJ va aux cas les plus urgents puisque la DPJ est déjà débordée. Mon école se trouvait en bas de palmarès la dernière fois que je l'ai consulté (j'ai cessé à peu près quand l'Actualité a choisi de cesser de le publier. L'Institut Fraser a dû se tourner vers le Journal de Montréal). Est-ce que les enseignants sont moins bons dans mon école? Je ne crois pas, il y a beaucoup d'expérience, beaucoup de formations continues. Et puis, les derniers enseignants mis à la porte par notre commission scolaire enseignent maintenant au privé. Manque-t-il de ressources? On en prendrait toujours plus, mais on avait quand même 2 orthopédagogues, 4 TES, 1 psychoéducatrice pour une école de moins de 1000 élèves. C'est beaucoup plus que certaines écoles. Les élèves ont cessé de s'intéresser au palmarès, heureusement, parce que pour eux, voir que l'école était mal classée les démotivait. Il y a un effet sournois, personne n'aime être dans les derniers. Si c'est stimulant de finir dans les meilleurs, c'est l'inverse quand on est en fin de peloton. Mais même si notre école était mal classée (principalement à cause du décrochage), on a des élèves avec d'excellents résultats. On a, chaque année, des élèves qui sont récompensés par la Société St-Jean-Baptiste parce qu'ils ont eu plus de 95% à l'examen du Ministère. Même si cette école n'occupe pas une place enviable au palmarès des écoles, on a formé des médecins, des ingénieurs, des architectes, etc. J'ai un ancien élève qui donne maintenant des cours à Stanford. On juge une école sur des critères qui dépendent de facteurs hors du contrôle de l'école elle-même. Un élève qui a les bonnes conditions à la maison réussira aussi bien au public qu'au privé. Si l'école est valorisée à la maison, si l'enfant est aimé, si l'enfant se sent en sécurité, s'il est nourri adéquatement, s'il est soigné quand il est malade, il réussira peu importe l'école.
  15. J'ai fait ce type de trajet pendant 10 ans et j'ai décidé que c'était assez. Même si une bonne partie de mon itinéraire se faisait sur une autoroute, l'hiver dernier, je n'ai pas pu supporter. Le "une heure" est devenu plusieurs fois "2 ou 3 heures". Il est vrai qu'on a eu un hiver particulier. Neige fréquente, poudrerie, vents, glace, des conditions routières exécrables plus souvent. Alors, j'ai changé de milieu de travail pour un autre emploi plus près de la maison. J'aurai 25-30 minutes de voiture à faire avec plusieurs chemins alternatifs en cas de fermeture de route ou d'accident important. J'ajouterais que votre expérience de conduite sur la neige et la glace est à prendre en considération. De ne pas se sentir à l'aise augmente le stress et empoisonne une partie de nos journées. Je suis enseignante et lors des tempêtes, j'ai eu la chance de ne pas avoir à me présenter au travail. Mais cet hiver, il n'était pas rare qu'il neige encore le lendemain ou le surlendemain d'une tempête, donc les employés des transports n'arrivaient pas toujours à rendre les chaussées bien dégagées. J'édite pour ajouter que ça me coûtait une soixantaine de dollars chaque semaine.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines