Jump to content

immigrer.com

Administrateurs
  • Content Count

    2,572
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

immigrer.com last won the day on December 11 2012

immigrer.com had the most liked content!

About immigrer.com

  • Rank
    ÉQUIPE

Profile Information

  • Statut
    autre
  • Pays d'origine
    France-Canada
  • Pays de résidence
    Canada

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bravo pour votre immigration et merci pour votre message. Nous allons le mettre en page d'accueil du site! Bon départ et bonne arrivée. Et tenez-nous au courant.
  2. Merci WLido pour avoir lancé cette discussion intéressante et les autres pour les réponses sur la question du piston. Nous en avons parlé sur la page d'accueil du site. Bonne suite dans votre établissement à tous et à toutes!
  3. Recrutement à l'international : des Français à la rescousse de Chocolat Lamontagne Confrontée à une pénurie de main d'oeuvre, l'entreprise Chocolat Lamontagne a recruté six employés en France. Huit mois plus tard, un seul est arrivé au Québec. Radio-Canada Publié le 2 février 2020 Devant l’incapacité d’embaucher des travailleurs de la région, l’entreprise sherbrookoise Chocolat Lamontagne a dû braver l’orage et recruter à l’international. Fabien Cusimano est originaire de Marseille dans le Sud de la France. Véritable amoureux du Québec, il avait envie d’y vivre depuis quelque temps déjà. Même s’il avait déjà un emploi chez lui, il a entrepris des démarches pour venir s’établir ici. Fabien est le premier Français embauché par Chocolat Lamontagne. PHOTO : RADIO-CANADA / NATACHA LAVIGNE En raison de la pénurie de main-d’oeuvre qui sévit au pays, trouver un emploi s’est fait en un claquement de doigts. Une série d’entrevues avec les ressources humaines de Chocolat Lamontagne a été nécessaire, mais rapidement l'entreprise lui a proposé de payer son billet d’avion et même un logement temporaire à Sherbrooke, le temps qu’il s’installe. Il y est depuis octobre dernier et jusqu'ici, il dit adorer sa nouvelle vie. suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1497220/recrutement-penurie-main-doeuvre-international-delai-chocholat-lamontagne
  4. Le CHUM promet un emploi en moins de «deux heures» Francis Halin | Journal de Montréal | Publié le 4 février 2020 à 14:42 Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) promet un emploi en moins de «deux heures» aux candidats dans ses nouvelles publicités du métro de Montréal. «Sur place, faites un test suivi d’une entrevue éclair. Si les deux étapes sont réussies, obtenez un poste dans un délai de deux heures* dans l’un des établissements de santé les plus innovants au monde!», lit-on sur l’affiche diffusée au cours des dernières semaines dans la métropole. Lancée à la fin du mois de janvier, la campagne de recrutement vise à attirer de futurs candidats à sa journée du 8 février prochain au cours de laquelle elle fera des entrevues en rafales pour faire le plein de nouveaux employés. Infirmière clinicienne Pour les séduire, le CHUM met de l’avant le témoignage de Leïla, une infirmière clinicienne à l’urgence, qui se dit heureuse d’œuvrer au sein de l’institution de santé. «La qualité et la diversité des soins offerts ont grandement influencé ma décision de soumettre ma candidature», partage-t-elle avec le sourire dans la publicité. Proximité des transports collectifs, rabais OPUS et BIXI... le CHUM met le paquet pour séduire les professionnels de la santé comme Leïla sous son giron. suite et source: https://www.tvanouvelles.ca/2020/02/04/le-chum-promet-un-emploi-en-moins-de-deux-heures
  5. HÉLOÏSE ARCHAMBAULT Dimanche, 2 février 2020 01:00MISE À JOUR Dimanche, 2 février 2020 01:00 Un projet pilote prometteur implanté à Montréal permet aux infirmières immigrantes d’intégrer plus facilement le réseau de la santé et de combler la pénurie de personnel. « Mon programme a tout changé, jure Julie Dufort, conseillère en soins infirmiers, volet intégration au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Dès qu’on a une diplômée hors pays, les CV me sont transmis. » « On a besoin d’effectifs partout ! » répète-t-elle. En 2018, ce CISSS a pris part au projet intégration-travail-formation, créé par le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal, et financé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. À noter que le projet s’applique à plusieurs domaines d’emploi (courtier, ingénieur, caissier, etc.). L’objectif ? Mieux intégrer les infirmières immigrantes, accélérer la reconnaissance de leurs compétences et embaucher du personnel. Ainsi, 15 infirmières et infirmiers immigrants ont suivi un stage rémunéré de 40 jours, à l’hôpital Jean-Talon. Cette formation novatrice leur a permis d’éviter de retourner à l’école durant six à dix mois. Tout au long du stage, Julie Dufort les a suivis pas à pas. source et suite: https://www.journaldemontreal.com/2020/02/02/les-immigrants-contre-la-penurie
  6. Merci pour ce récit d'arrivée, nous allons le mettre en page d'accueil. Bonne suite!
  7. Une jeune programmeuse camerounaise a promis de revenir un jour au Québec, quelques instants avant d’en être expulsée lundi soir pour avoir travaillé après la fin trop rapide de ses études. « Ce n’est qu’un au revoir, Québec. Je veux revenir vivre avec vous », a soufflé Rose Eva, 23 ans, en larmes, avant de franchir les contrôles de sécurité lundi soir à l’aéroport Montréal-Trudeau, d’où elle a quitté le sol canadien. • À lire aussi: Jeune programmeuse expulsée du pays: trop parfaite pour le Canada • À lire aussi: Une Camerounaise expulsée après avoir été une bonne élève Elle était entourée d’une vingtaine d’amis et de membres de sa famille habitant au Québec, fort émotifs. « Je suis anéantie. Je suis tombée en amour avec les Québécois qui sont tellement chaleureux. Merci aux Québécois qui ont fait tant pour moi. Desquels j’ai tellement appris », a-t-elle assuré. Travail non permis La Camerounaise est arrivée au Québec en 2017 pour suivre une technique en programmation informatique à l’Institut Teccart à Montréal. Elle a ajouté ce diplôme à une maîtrise en finances de l’Université de Yaoundé, au Cameroun. Immigration Canada lui reproche de ne pas avoir cessé de travailler la journée même de l’obtention de son diplôme, puis d’avoir fait modifier son visa. source: https://www.tvanouvelles.ca/2020/01/28/ce-nest-quun-au-revoir-quebec
  8. Agence France-Presse | Publié le 23 janvier 2020 à 13:09 L'administration de Donald Trump va limiter les visas octroyés aux femmes enceintes soupçonnées de vouloir se rendre aux États-Unis pour que leur enfant y bénéficie automatiquement de la nationalité américaine à la naissance. «À compter du 24 janvier 2020, le département d'État ne délivrera plus de visas de visite temporaire aux étrangers qui veulent entrer aux États-Unis pour du "tourisme de maternité"», afin de tirer avantage du droit du sol américain, a annoncé jeudi la Maison-Blanche dans un communiqué. Les nouvelles règles visent clairement les femmes qui «se rendent aux États-Unis pour que, en donnant naissance sur le sol américain, leur enfant obtienne automatiquement et de manière permanente la nationalité américaine», a-t-elle expliqué. source et suite : https://www.tvanouvelles.ca/2020/01/23/trump-interdit-les-visas-pour-le-tourisme-de-maternite
  9. Payer plus de 10 000$ pour accoucher au Québec Andréanne Larouche | TVA Nouvelles | Publié le 13 janvier 2020 à 21:31 Plutôt que de profiter des joies entourant l’arrivée d’un premier enfant, Jason Lapointe et sa conjointe, Laura Rago, vivent des moments angoissants. La vie du couple a pris une tournure inattendue lorsque Laura est tombée enceinte. Originaire de France, cette dernière vit actuellement au Canada grâce à un permis vacances-travail (PVT). Elle n'a pas encore sa citoyenneté canadienne. Le problème, c'est que le visa de la jeune femme ne lui donne pas accès à une couverture des soins par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). Le couple doit donc assumer tous les frais reliés à l’accouchement, qui coûtera un minimum de 10 000 $. Le montant pourrait grimper si la mère doit subir une césarienne ou si des complications surviennent au cours de la grossesse ou de l’accouchement. suite et source: https://www.tvanouvelles.ca/2020/01/13/payer-plus-de-10-000-pour-accoucher-au-quebec
  10. Merci pour ce témoignage Prolib69. C'est toujours pratique pour les futurs acheteurs d'avoir une idée du déroulement des choses en immobilier. Et Félicitations!
  11. Bonjour, En effet, il s'agit d'un sujet fort délicat. Dans nos FAQ, rubrique Visite médicale, vous avez quelques témoignages de parents pour leurs enfants handicapés et autres. https://www.immigrer.com/categorie/faq/Visite-medicale/ Également le gouvernement canadien a annoncé en 2018 des modifications par rapport à la notion de "fardeau excessif" et en effet, lors de la visite médicale, il y aura un calcul des frais. " Actuellement, le gouvernement canadien peut refuser la demande d’un candidat à l’immigration si le coût des services nécessaires pour traiter son problème de santé dépasse 6655 $ CAN annuellement, ou 33 275 $ CAN sur cinq ans. Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a annoncé cette semaine qu’il allait tripler les seuils concernant l’inclusion des personnes handicapées, soit à 20 000$ CAN annuellement, parce ces derniers ne correspondent pas aux «valeurs canadiennes ni à la priorité du gouvernement du Canada». https://www.immigrer.com/le-canada-leve-les-obstacles-a-limmigration-personnes-malades-ou-handicapees/ Bon courage
  12. Problèmes informatiques à Immigration Québec: prisonniers d’une «maison des fous» PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE Vitalie, Irina et leur fils aîné, Matei (au centre), ont obtenu leur certificat de sélection du Québec, mais pas Stefan (en bas à gauche). Sans ce document, cette famille moldave ne peut entamer les procédures auprès du gouvernement fédéral afin d’obtenir sa résidence permanente et de vivre son rêve d’habiter au Québec. (Québec) Une cinquantaine d’immigrants économiques pourtant déjà sélectionnés par Québec pour venir s’installer dans la province, en manque de main-d’œuvre, sont ralentis dans leurs démarches par un problème informatique. Publié le 14 octobre 2019 à 5h00 HUGO PILON-LAROSE LA PRESSE Stefan* est né en juillet 2018 en Moldavie, quelques semaines après que ses parents, Irina et Vitalie, ainsi que son frère Matei eurent reçu leur certificat de sélection du Québec (CSQ) pour immigrer dans la province. La naissance du bébé, alors que leur dossier était clos dans Mon projet Québec, le portail gouvernemental où se font les démarches des travailleurs qualifiés, a depuis plongé la famille dans un labyrinthe bureaucratique. Mon projet Québec est un portail web qui connaît depuis son lancement en 2016 son lot de ratés (voir l’encadré à la fin du texte). Nouveau problème : il ne permet pas aux immigrants de modifier leur dossier une fois les CSQ délivrés. Dans le cas d’Irina et de Vitalie, cette étape est essentielle afin de recevoir un CSQ pour Stefan, leur deuxième fils. Cette opération était autrefois possible, lorsque les demandes d’immigration étaient faites en format papier. Dépourvue de ce document, ils ne peuvent pas terminer leur demande de résidence permanente auprès d’Ottawa. Le fédéral leur accorde depuis des mois des délais discrétionnaires afin de l’obtenir. Au ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) du Québec, on confirme que le problème informatique touche une cinquantaine de cas. suite et source: https://www.lapresse.ca/actualites/201910/13/01-5245291-problemes-informatiques-a-immigration-quebec-prisonniers-dune-maison-des-fous.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  13. Ce mercredi 9 octobre 2019 à 13 heures conférence gratuite de notre cofondatrice Laurence Nadeau au Salon des Congrès de Montréal à l'Évènement Carrières. https://ecarrieres.com/fr/evenements/salon-emploi-formation-montreal-automne/
  14. C’est l’hiver avant le temps à Calgary, en Alberta, où il est tombé plus de 30 centimètres de neige au cours du week-end. L’été est à peine terminé qu’un épais tapis blanc s’est déjà posé dans la métropole albertaine, où près de 25 centimètres se sont accumulés dans la journée de dimanche seulement, selon les données d’Environnement Canada. Les réseaux sociaux abondent d’images en lien avec cette bordée. En voici un aperçu. Photo Instagram suite et source: https://www.journaldemontreal.com/2019/09/30/en-images-calgary-recoit-30-cm-de-neige-en-plein-mois-de-septembre
  15. Elle promet de créer 150 emplois au cours des prochaines années FRANCIS HALIN Lundi, 30 septembre 2019 09:38MISE À JOUR Lundi, 30 septembre 2019 09:38 Le géant français de la boulangerie Bridor, appartenant au Groupe Le Duff, investira plus de 90 millions $ à son usine de Boucherville, a annoncé l’entreprise lundi matin. Pour l’occasion, le PDG du Groupe Le Duff, propriétaire de Bridor, Louis Le Duff, était entouré du ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, Pierre Fitzgibbon. Bridor réalise en ce moment ce projet d’investissement de 90 millions $ et prévoit injecter un autre 80 millions $ à Boucherville, ce qui portera l’investissement total à 170 millions $. Au total, le Groupe Le Duff estime qu'il aura investi plus de 300 millions $ en Amérique du Nord entre 2015 et 2023. Argent public Même si le Groupe Le Duff est un empire mondial avec un chiffre d’affaires de près de 3 milliards $, le géant a eu droit à un prêt de 34 millions $ d’Investissement Québec (IQ) l’an dernier et d'un autre 15 millions $, en 2015. suite et source: https://www.journaldemontreal.com/2019/09/30/bridor-injecte-80-millions--a-son-usine-de-boucherville
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines