Aller au contenu

immigrer.com

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    2493
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

immigrer.com a gagné pour la dernière fois le 11 décembre 2012

immigrer.com a eu le contenu le plus aimé !

À propos de immigrer.com

  • Rang
    ÉQUIPE

Informations du profil

  • Statut
    autre
  • Pays d'origine
    France-Canada
  • Pays de résidence
    Canada

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Et quelques infos ici: http://www.cleiss.fr/particuliers/venir/retraite/quebec.html
  2. Bonjour, En fait, le site va plus répondre aux Français qui immigrent au Québec que l'inverse. Mais vous trouverez des expériences de Québécois en France dans les FAQ: https://www.immigrer.com/categorie/faq/Quebecois-en-France/ Un Québécois peut rester en France en tant que tourisme 6 mois, après il faut un visa. S'il veut travailler, alors là il faut un permis de travail! L'organisme OFQJ pourrait peut-être vous aiguiller. http://www.lojiq.org/destinations/france-ofqj/ Bonne suite
  3. Centre-ville de la métropole Québec investit 93,5 M$ pour un nouveau pavillon à HEC Montréal Guillaume Picard | Agence QMI | Publié le 24 mai 2018 à 10:17 - Mis à jour le 24 mai 2018 à 15:04 HEC Montréal va se réinstaller au centre-ville de Montréal, en plein quartier des affaires, après avoir obtenu le feu vert du gouvernement du Québec pour aménager un nouveau pavillon sur la côte du Beaver Hall, au coin de la rue De La Gauchetière. Le nouvel édifice évalué à 183,1 millions $ sera construit sur le site adjacent à la basilique Saint-Patrick et à l’espace vert de cette dernière. HEC Montréal a obtenu de Québec une enveloppe de 93,5 millions $ pour mener ce projet à bon port. La plus ancienne des écoles de commerce d’administration au Canada a été créée en 1907 et avait pignon sur rue devant le square Viger. Elle revient donc quelques kilomètres plus à l’ouest, directement dans le quartier des affaires. On y offrira des cours à compter de la rentrée de 2021, moins de deux ans après le lancement des travaux prévu à l’hiver 2019. Les nouvelles installations conçues par la firme Provencher Roy Associés Architectes sont nécessaires en raison d’un «déficit d’espace» et par une volonté de se rapprocher des décideurs économiques, la clientèle visée par le nouvel édifice. Les cours s’adresseront «spécifiquement aux professionnels en exercice», a-t-on indiqué, jeudi, par communiqué. Ainsi, on proposera sur place des programmes de MBA, certains diplômes d’études supérieures spécialisées, des certificats et des formations de l’École des dirigeants. «Cette expansion survient à un moment clé de l'histoire de HEC Montréal, alors que les développements technologiques rapides entraînent à la fois de grands besoins de formation et la nécessité d’une collaboration étroite entre le marché du travail et la recherche de pointe, notamment dans les domaines de la science des données et de l’intelligence artificielle», a-ton précisé. source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/24/quebec-investit-935-m-pour-un-nouveau-pavillon-a-hec-montreal
  4. AGENCE QMI Jeudi, 24 mai 2018 09:55MISE à JOUR Jeudi, 24 mai 2018 09:57 Montréal continue à attirer les centres de recherche en intelligence artificielle. Cette fois, c’est au tour du Groupe Havas, la grande agence de publicité et de communication française, d’établir un de ces centres. D’ici 2020, Havas compte ainsi embaucher 60 spécialistes en l’intelligence artificielle et en informatique dans ses installations montréalaises, a-t-on annoncé jeudi. «Notre groupe est bien ancré à Montréal. La région constitue un centre névralgique en matière d’innovation et d’intelligence artificielle», a souligné le grand patron du Groupe Havas, Yannick Bolloré, dans un communiqué. source et suite: http://www.journaldemontreal.com/2018/05/24/havas-etablira-un-centre-en-intelligence-artificielle-a-montreal-1
  5. immigrer.com

    Québec cherche 300 vendeurs de pot

    Légalisation du cannabis Québec cherche 300 vendeurs de pot Annabelle Blais | Bureau d'enquête | Publié le 16 mai 2018 à 05:00 - Mis à jour le 16 mai 2018 à 05:00 La future Société québécoise du cannabis (SQDC) est en mode embauche. Elle cherche entre 10 et 15 vendeurs pour chacune de ses 20 succursales qui ouvriront cet automne, soit près de 300 employés. En entrevue, hier, le grand patron de la Société des alcools du Québec (SAQ), Alain Brunet, a donné un avant-goût de ce à quoi ressembleront les magasins où les Québécois achèteront du pot. Les conseillers ne goûteront pas le pot Ceux qui espéraient se faire embaucher pour tester différents produits sur le bras de la Société d’État seront déçus. Les employés qui seront engagés seront formés tout l’été, mais aucune découverte des produits par la dégustation n’est prévue pour l’instant. ll faudra bien sûr avoir une bonne maîtrise du sujet. La SQDC travaille avec les six fournisseurs afin que leurs vendeurs soient capables de conseiller les consommateurs sur les quelque 150 produits (cannabis séché et huiles) qui se trouveront en magasin. suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/16/quebec-cherche-300-vendeurs-de-pot-1
  6. immigrer.com

    5 ans à Vancouver par DidierVancouver

    Notre blogueur DidierVacouver a fait son bilan de 5 ans dans la belle de Colombie-britannique: https://www.immigrer.com/5-ans-a-vancouver/
  7. immigrer.com

    9 ans ici et je ne m'y fais toujours pas !! des conseils?

    Merci Juju123 pour ce témoignage très touchant. Je ne pense pas que vous êtes seule dans cette situation. Nous avons mis votre texte en page d'accueil. Bonne suite et réflexion.
  8. immigrer.com

    Survey, Dates de la procédure EE et RP minute/minute

    Au cas où vous n'auriez pas vu : https://www.immigrer.com/delais/
  9. immigrer.com

    Harcelé parce qu'il parlait mal anglais?

    GRC POPULAIRE Harcelé parce qu'il parlait mal anglais? Christopher Nardi | Agence QMI | Publié le 15 mai 2018 à 06:38 - Mis à jour à 06:43 Un francophone vient de remporter une première bataille devant les tribunaux pour faire reconnaître le «harcèlement» que lui a fait subir la GRC. La police nationale l’aurait même poussé à partir parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment bien l’anglais. «On m’a forcé à démissionner parce que mon anglais n’était pas assez bon [...] Je n’ai jamais commis une seule faute professionnelle», s’est insurgé Éric Frémy lors d’une entrevue avec «Le Journal de Montréal». Le dédale administratif que vit cette ex-recrue de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est «particulièrement tortueux», écrit le juge de la Cour fédérale Sébastien Grammond. Ce dernier a exigé récemment qu’un arbitre se penche de nouveau sur la démission de M. Frémy afin de déterminer si elle «a été donnée sous la contrainte et [si] elle doit être déclarée invalide. [...] Trop d’éléments de preuve laissant croire que la démission de M. Frémy n’était pas volontaire ont été écartés par les arbitres [qui ont d’abord entendu la cause]». M. Frémy est un ingénieur de formation, né en France, mais ayant vécu une vingtaine d’années au Québec. En 2007, il se joint à la GRC. Unilingue francophone, il dit qu’on l’avait assuré que le fait qu’il ne parlait pas anglais ne poserait aucun problème à la police nationale d’un pays dont le français est une langue officielle. Après son passage à l’école de la GRC à Régina, la police a exigé qu’il intègre un nouveau projet pilote l’envoyant dans un régiment anglophone en Colombie-Britannique pour suivre sa formation pratique tout en apprenant l’anglais en 2009. source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/15/harcele-parce-quil-parlait-mal-anglais
  10. L’entreprise sociale torontoise YouhtfulCities a dévoilé son classement des 13 villes les plus attrayantes pour les 15 à 29 ans du pays sur les plans personnels et professionnels. Montréal tient la troisième position tandis que Québec occupe le septième rang au palmarès. Cet indice se base sur 121 indicateurs rassemblés et divisés en trois catégories, soit la «vie», le «travail» et les «loisirs», elles-mêmes déployées en 20 attributs. Chaque ville est ensuite notée selon ces attributs sur un maximum de 1634 points. Montréal : moins plaisante pour les entrepreneurs En effet, la métropole se situe bien bas dans la section «travail». Elle se positionne septième en ce qui a trait aux services financiers, à l’éducation et l’entrepreneuriat. D’ailleurs, l’étude souligne que le prix d’une licence commerciale est «de loin» le plus cher des villes présentes dans l’indice. Étonnamment, la ville aux cent clochers compte le plus grand nombre d’incubateurs d’entreprises dans la liste. Autre fait intéressant : l’accessibilité aux sports est la plus dispendieuse des villes du palmarès. À titre comparatif, les frais d’inscription à une saison de soccer dans une ligue récréative sont dix fois plus élevés qu’à Calgary! Au moins, Montréal peut se targuer d’être la reine des «loisirs» puisqu’elle règne sur cette section. Elle compte notamment le plus grand nombre de divertissements musicaux et de festivals gastronomiques annuels des colistiers. Québec : où il fait bon travailler Jeunes professionnels, la capitale nationale devrait être à considérer pour vous épanouir dans votre milieu de travail. La ville de Régis Labeaume trône au sommet de la liste pour l’indicateur «emploi». Celui-ci «mesure les outils et mécanismes proactifs mis en place pour lutter contre le chômage des jeunes.» Selon le sondage, Québec affichait le taux de chômage le plus bas de l’indice, avec 4,5% en 2017. CLASSEMENT GÉNÉRAL (SUR 1634 POINTS) 1. Toronto, 1033.64 2. Vancouver, 1006 3. Montréal, 974.76 4. Ottawa, 760.91 5. Edmonton, 757.39 6. Calgary, 721.25 7. Québec, 717.89 8. Winnipeg, 715.01 9. Moncton, 684. 28 10. Saskatoon, 660.19 11. Halifax, 654.01 12. Hamilton, 604.51 13. St John's, 581.42 source et suite
  11. immigrer.com

    Spondylarthrite et visite médicale

    Attention, les règles sont en train de changer par rapport au fardeau excessif et la visite médicale. https://www.immigrer.com/categorie/faq/Visite-medicale/
  12. Oui en effet ! https://www.immigrer.com/plus-possible-de-faire-le-tour-du-poteau-le-week-end-au-quebec/
  13. Afin que vous passiez pas à côté de l'information, même si elle a été diffusée sur le forum, voici les détails du Tour du poteau dans les principaux services frontaliers du Québec près de Montréal et du sud de l'Ontario. https://www.immigrer.com/plus-possible-de-faire-le-tour-du-poteau-le-week-end-au-quebec/
  14. Publié le 04 mai 2018 à 10h00 | Mis à jour à 10h00 Bordeaux a le goût du Québec JEAN-CHRISTOPHE LAURENCELa Presse C'est la dernière chose qu'on se serait attendus à trouver à Bordeaux. Du bon vin, d'accord. Des huîtres, du foie gras, du magret de canard, un peu de bouffe espagnole. Ou turque, à la rigueur. Mais des restos québécois qui servent de la poutine? Agrandir Le propriétaire du restaurant Au Nouveau Monde, Étienne Charest PHOTO FOURNIE PAR ÉTIENNE CHAREST C'est pourtant le cas, mesdames et messieurs. Si Paris peut se vanter d'abriter le seul restaurant exclusivement consacré à la poutine de France (la Maison de la poutine, ouverte en décembre), la capitale de l'Aquitaine détient probablement le titre de ville-française-comptant-le-plus-de-places-à-poutine avec non pas un, ni deux, mais bien trois établissements spécialisés en gastronomie québécoise! On pourrait croire - non sans raison - que l'offre dépasse ici la demande. Et de loin. Mais les principaux intéressés jurent que leurs affaires vont bien, ce qu'on aurait tendance à confirmer après avoir visité les lieux. Très tendance Ouverte depuis deux ans, La brasserie Au Nouveau Monde fait salle comble chaque soir. Ce «broue pub», situé en plein quartier hip du centre-ville, joue sur une fourchette de concepts très tendance, en ne servant que du bio et en brassant sa propre bière, en plus de proposer des burgers véganes. Quant aux poutines, elles viennent en une demi-douzaine de variétés (dont la Bordelaise, au vin et aux échalotes!) avec sauce maison et cubes de tomme de vache fraîche. Son patron, Étienne Charest, 38 ans, pensait devenir prof de sociologie. Mais après avoir vécu quelques années en Allemagne, il a choisi de s'établir à Bordeaux pour ouvrir son commerce. Parfaitement inscrit dans l'air du temps, il n'a jamais douté de ses chances de réussir. Car le Québec, comme la bière artisanale et les produits bios, a plus que jamais la cote dans l'Hexagone. «À cause du mélange d'ambiances, je ne voyais pas ça comme un risque, dit-il. Beaucoup de Français vont au Québec. Ils veulent retrouver ici l'expérience de la poutine. Pour ce qui est des microbrasseries et du bio, il ne fait aucun doute que la vague monte. Avec Au Nouveau Monde, je pouvais rassembler l'éthique et l'économique.» source et suite : http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/europe/france/201805/04/01-5173161-bordeaux-a-le-gout-du-quebec.php
  15. C'est modifié! Merci
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles