Aller au contenu

Laurent

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    9461
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    11

Laurent a gagné pour la dernière fois le 4 décembre 2017

Laurent a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Laurent

  • Rang
    Dictateur

Informations du profil

  • Genre
    Homme
  • Statut
    installé depuis + 10 ans
  • Date d'arrivée
    01-05-1995
  • Profession
    Dotcommer
  • Préoccupation
    Repeupler la Nouvelle France
  • Pays d'origine
    France
  • Ville de résidence
    Fremont
  • Pays de résidence
    USA

Pour me contacter

  • Site web
    http://www.immigrer.com
  • ICQ
    3581312

Visiteurs récents du profil

44180 visualisations du profil
  1. Laurent

    Bilan après 3 ans en Mauricie

    Merci pour ce témoignage! Nous allons l'afficher en page d'accueil. Bonne suite à ton intégration.
  2. Laurent

    Petit bilan après 1 an et 3 mois

    Merci pour ce bilan, nous allons l'afficher sur la page d'accueil. Bonne suite!
  3. Le Québec ouvre ses portes aux Français qui veulent devenir meneur de chiens 11/08/2018 à 11h00 VIDEO - Les demandeurs d'emploi de moins de 35 ans sont invités à postuler à une offre de stage. Mission: prendre soin et entraîner une trentaine de chiens de traîneau, dans la baie de Saint-Paul, au Québec. Le poste est rémunéré et le logement fourni. C'est une annonce qui ne passe pas inaperçue. L'Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) propose sur son site une offre de stage de six mois pour devenir guide de chiens de traîneau. Le lieu: la baie de Saint-Paul, une ville située sur la rive nord du Saint-Laurent, au Québec. "C'est l'une des offres les plus relayées sur les réseaux sociaux", confirme Armelle Dugue, directrice de la Mobilité et des partenariats au sein de l'OFQJ. Il s'agit de vivre une saison touristique complète aux côtés d'une meute d'une trentaine de "chiens attachants dont il faudra prendre soin et entraîner". L'annonce précise qu'il faut aussi "ne pas craindre le travail en extérieur en hiver". La proposition est des plus sérieuses, d'ailleurs l'année dernière une offre similaire avait été publiée et avait déjà rencontré un grand succès. "Depuis 2016, l'auberge La Merveilleuse propose des offres de stages dans l'hôtellerie et la restauration. Mais elle offre aussi aux touristes des services complémentaires, comme des balades en traîneau tiré par des chiens. Et pour cela, elle a besoin de personnel", détaille Armelle Dugue. Mais pourquoi recruter des stagiaires en France? En passant par le programme franco-québécois l'employeur bénéficie d'un soutien financier. Il n'aura qu'à verser 300 euros par mois sur les 700 euros mensuels minimum perçus par le stagiaire. Date limite du dépôt de candidature: le 18 août "Les Français bénéficient aussi d'un soutien. S'ils perçoivent des indemnités chômage, ils peuvent continuer à les toucher grâce à une convention conclue entre Pôle emploi et l'office franco-québécois. Un financement peut aussi être apporté par une des régions partenaires ou encore par le biais d'une bourse de l'OFQJ", précise Armelle Dugue. suite et source: https://www.bfmtv.com/economie/video-le-quebec-ouvre-ses-portes-aux-francais-qui-veulent-devenir-meneur-de-chiens-1501923.html
  4. @Uncle_Bens qui a fréquenté le forum pendant de longs mois et qui a passé un an à Montréal parle de son expérience sur Europe 1.
  5. La compagnie française Décathlon continue son expansion au Québec. Une expansion impressionnante avec deux nouvelles boutiques qui vont s'ouvrir au Québec. Après le magasin de Brossard, au sud de Montréal, Décathlon va ouvrir une boutique à la ville de Québec et une autre à Boisbriand, au nord de Montréal. source et suite : https://www.tvanouvelles.ca/2018/08/03/decathlon-va-ouvrir-deux-magasins-a-quebec-et-boisbriand
  6. Laurent

    10 ans au Québec!

    Merci Hawaïenne pour ton super bilan. Bon anniversaire d'immigration! Nous allons poster cela sur la page d'accueil.
  7. CHRONIQUE SANS-PAPIERS À 98 ANS MARIO GIRARD LA PRESSE La journée où je me suis rendu à Saint-Valentin, un vent chaud et vigoureux faisait onduler les champs de maïs. Tout en cherchant la maison des Fleury, je me suis gavé du paysage. Au beau milieu d’un rang, la demeure recherchée m’est apparue. Une pensée m’est tout de suite venue à l’esprit : c’est dans un endroit comme celui-là que je voudrais vieillir. Immense sans être ostentatoire, la maison est accueillante. La lumière s’infiltre dans chaque pièce. Dans la cour, une piscine nous ordonne de plonger. Un sentier nous amène vers un potager à faire rougir d’envie Jean-Claude Vigor. Au loin, le caquètement des poules semble nous dire de prendre ça cool. Ce havre de paix, Micheline Leroux le connaît depuis six ans, depuis que sa fille, Ghislaine Fleury, l’a accueillie. Micheline avait 92 ans quand elle a quitté sa chère France natale. « Mon mari était mort, ma sœur était morte, il ne me restait plus personne », me raconte-t-elle de sa voix douce. Micheline venait chaque année visiter sa fille au Québec. Ses retours à Tours étaient de plus en plus marqués par l’ennui et la solitude. « Ma mère était devenue faible, elle pleurait sans arrêt quand je le lui téléphonais », évoque Ghislaine Fleury. Mme Fleury a alors pris les grands moyens et a fait venir sa mère dans ce petit village de la Montérégie. « Elle est arrivée ici en mauvais état, si je peux dire », dit Ghislaine en regardant tendrement sa mère. Une amie médecin de Ghislaine a rencontré Micheline et a revu sa médication. La dame aujourd’hui âgée de 98 ans a pris du mieux. Il y a deux ans, l’arrivée de l’arrière-petit-fils de Micheline a bouleversé sa vie. À la vue du petit bonhomme, la matriarche s’est sentie revivre. « Mon petit Hugo, il est si mignon », me dit-elle. suite et source
  8. Publié le 23 juillet 2018 à 12h42 | Mis à jour à 12h51 Question sur l'origine de son nom: une 3e victoire pour cause de discrimination Salim Kerdougli, un Québécois d'origine algérienne, a obtenu une troisième victoire devant le Tribunal des droits de la personne pour discrimination lors du processus d'embauche, mais contrairement aux deux décisions précédentes, le juge Mario Gervais lui alloue également des dommages punitifs en plus des dommages moraux. Les Aliments Multibar devront donc lui verser 5000 $ à titre de dommages moraux, un montant qui s'apparente à ceux qu'il a obtenus pour les mêmes raisons dans les deux causes précédentes et 1000 $ à titre de dommages punitifs. Ces montants sont cependant très loin de ceux réclamés par le plaignant, soit 250 000 $ en dommages moraux et 250 000 $ en dommages punitifs. Salim Kerdougli avait postulé en juin 2015 pour le poste de superviseur à la réception et à l'expédition chez Multibar. Il avait franchi les étapes du test écrit, d'une entrevue téléphonique et une entrevue en personne avec une conseillère en ressources humaines, il avait été convoqué à une deuxième entrevue en personne avec, cette fois, le directeur senior à la logistique et au service à la clientèle, Francis Rinfret. Au cours de l'entrevue, celui-ci lui avait posé une question sur son pays d'origine. Vouvoiement vs tutoiement Par la suite, M. Kerdougli avait demandé par courriel à M. Rinfret quelle était « la pertinence de la question sur l'origine de (son) nom lors de l'entrevue ? » et ce dernier lui avait répondu qu'il s'agissait d'une « simple curiosité faisant partie de l'apprentissage de qui est le candidat » et d'une « tentative également de le relier à l'accent perceptible ». Il avait cependant précisé au candidat qu'il devrait vouvoyer les gens qu'il ne connaît pas. Devant le Tribunal, M. Rinfret avait indiqué que Salim Kerdougli le tutoyait durant l'entrevue et qu'il avait cherché à déterminer si cela pouvait être imputable au fait qu'il aurait été plus familier avec l'anglais, où il n'y a aucune distinction entre le vouvoiement et le tutoiement. Selon M. Rinfret, le fait qu'il venait d'un pays où le français est commun démontrait que le tutoiement était davantage une forme de manque de respect qu'une difficulté linguistique. Le juge Gervais reconnaît que « le tutoiement répétitif de la part d'un postulant ait pu agacer, voire irriter M. Rinfret. Par contre, que celui-ci choisisse de questionner M. Kerdougli sur son origine pour déterminer si ce mode d'expression était le résultat d'une méconnaissance du français de sa part ou d'un manque de respect laisse le Tribunal perplexe. » Le magistrat note qu'il était clairement établi que « M. Kerdougli vit au Québec depuis longtemps », que « la maîtrise de son français est plus qu'adéquate » et que son curriculum vitae fait état de ses dix années d'études secondaires et collégiales en français à Montréal : « Il apparaît alors difficile de retenir l'explication selon laquelle M. Rinfret cherchait simplement à savoir si le tutoiement était pour M. Kerdougli le résultat d'un emprunt à l'anglais », conclut le juge. suite et source: http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/actualites-judiciaires/201807/23/01-5190502-question-sur-lorigine-de-son-nom-une-3e-victoire-pour-cause-de-discrimination.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  9. Laurent

    "Je suis tellement content, l'Afrique a gagné la Coupe du monde!"

    Mais difficile de ne pas être d'accord avec son propos : Rappelant l'histoire de Mamoudou Gassama, qui a obtenu fin mai la nationalité française après avoir sauvé un enfant, il conclut: "Quand il était au sol, il était africain. Et dès qu'il a escaladé l'immeuble et sauvé l'enfant, il est devenu français. S'il avait fait tomber le bébé, c'est l'Africain qui l'aurait fait tomber?"
  10. Laurent

    "Je suis tellement content, l'Afrique a gagné la Coupe du monde!"

    Il a ajouté "Ce que je trouve étrange dans ce débat, ce sont les gens qui nous disent qu'ils ne sont pas Africains, mais Français. Pourquoi ne peuvent-ils pas être les deux? Pourquoi est-ce que cette dualité ne s'applique qu'à un groupe restreint de personnes? Leur argument serait donc que pour devenir français ils doivent effacer tout ce qui est africain? Donc on ne pourrait pas être français et africain? Je ne suis pas d'accord."
  11. Trevor Noah, présentateur de l'émission satirique The Daily Show a tenu à félicité l'Afrique pour avoir gagné la coupe du monde de soccer, ce qui n'a pas été du goût de l'Ambassadeur de France aux USA qui veut absolument qu'on dise que ce sont des Français. Ce à quoi l'Animateur américain a répondu : "Quand ils sont sans emploi, quand ils commettent un crime ou qu'ils sont déplaisants, on les considère comme des immigrants. Quand leurs enfants remportent la Coupe du monde pour la France, on ne les présente plus que comme français." Alors qu'en pensez-vous ?
  12. Laurent

    Les Inrocks : Montréal en été

    Fresques géantes, surf et street food : Montréal en été 11/07/18 15h57 PARMina Soundiram Abonnez-vous à partir de 1€ Quand les températures redeviennent positives, la ville sort de son cocon. De nombreuses initiatives naissent dans les rues, les murs se parent de leurs plus beaux atours et les festivals envahissent la place. Pendant plusieurs mois, Montréal devient la ville idéale. Visite guidée. Il est édifiant. A en filer le vertige. Haut de vingt-un étages, l'homme domine de tout son long la rue Crescent. Sous son légendaire couvre chef, il semble veiller sur sa ville de cœur. Né à Montréal, l'artiste Leonard Cohen (décédé en 2016) a passé une grande partie de sa vie dans ce quartier proche du centre. Pour lui rendre hommage, la ville a commandé à deux artistes - l'américain El Mac et le Montréalais Gene Pendon (surnommé Starship) -, une fresque murale à l'effigie de celui qui a étudié à l'université voisine McGill avant de devenir internationalement reconnu. "Je n'avais qu'une seule consigne : que la fresque soit visible à distance, depuis le belvédère du Mont-Royal, la colline surplombant Montréal. Un vrai challenge, c’est au moins trois fois plus grand que ce que je fais d’habitude", raconte Gene Pendon. A l'origine, la peinture devait se trouver à quelques encablures de là. Dans le quartier frenchie du Plateau, sur le bâtiment Cooper, un édifice de neuf étages, à l'angle de la rue Napoléon et du boulevard Saint Laurent, à deux pas de la petite maison face au parc du Portugal de Leonard Cohen. C'est finalement le muraliste canadien Kevin Ledo qui a été désigné pour lui rendre hommage dans cette partie de la ville. Via une oeuvre majeure qu'il a entièrement réalisée à la craie et à l'aérosol, perché sur une nacelle à plusieurs dizaines de mètres du sol. Un exercice périlleux digne d'une haute voltige vu les intempéries de la saison. La fresque de Leonard Cohen à Montréal (photo Mural) L'art urbain sous toutes ses formes L’art possède le pouvoir de transformer nos souvenirs en créations esthétiques. Et cette peinture XXL réalisée en 2017, lors de la 5e édition du festival MURAL illustre toute la ferveur autour de ce monstre sacré. Créé en 2013, par un collectif de quatre garçons dans le vent (André Bathalon, Yan Cordeau, Alexis Froissart et Nicolas Munn Rico), le Festival MURAL s'est imposé comme un pionnier mondial en matière de street art. Cette année, en même temps que les Francofolies, s'est tenue la 6e édition de ce festival international d'art public et le motto n'a pas changé : faire éclater l'art urbain sous toutes ses formes. Pendant dix jours, une centaine de fresques murales peintes durant les six dernières années prennent vie dans les rues de Montréal donnant au visiteur l'impression de se trouver dans une galerie d'art en plein air. Dont l'autoportrait de l'américaine Sara Erenthal ou la fresque en N&B de l'artiste canadien "Le Monstr". Et l'ambition est croissante. "J'aimerais qu'on dessine sur les nuages", confie André Bathalon. Il est midi, le soleil brûle le goudron du boulevard Saint Laurent, l'artère la plus vivante de Montréal, aussi appelé Main. Dix jours par an, elle se transforme en un centre d'art urbain à ciel ouvert. Axe symbolique marquant le point de rencontre des communautés anglophones et immigrantes avec la communauté francophone, ce boulevard est le reflet du multiculturalisme montréalais. Les commerces descendent dans la rue et les stands de streetfood investissent les trottoirs. Les passants sont happés par le fumet des saucisses grillées. A deux pas, un groupe de femmes nous hèle pour nous vendre une limonade maison. Un disquaire a déménagé son shop dans la rue. suite et source: https://www.lesinrocks.com/2018/07/11/style/fresques-geantes-surf-et-street-food-montreal-en-ete-111104006/
  13. France-Croatie Cinq endroits où regarder la finale de la Coupe du monde Benoît Rioux | Agence QMI | Publié le 13 juillet 2018 à 11:18 - Mis à jour à 11:22 TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI Partisans de soccer ou néophytes seront nombreux à assister à la grande finale de la Coupe du monde entre la France et la Croatie, ce dimanche. Mais où devrait-on aller pour regarder ce match? Voici cinq suggestions : Parc Jean-Drapeau Les festivités des Week-ends du monde ouvriront dès 10 h, au parc Jean-Drapeau, pour accueillir les amateurs de ballon rond. La diffusion en plein air commencera à 11 h, sur écran géant, au parterre de l’île Notre-Dame. Plusieurs communautés de Montréal devraient être réunies pour l’occasion. On promet notamment différentes concessions alimentaires «offrant des plats goûteux et diversifiés». L’Barouf Ce bar de la rue Saint-Denis, à Montréal, demeure le quartier général des partisans de soccer français. Naturellement, on devine que L’Barouf sera bondé bien avant le début du match. Pour vivre intensément la frénésie d’une finale chez les Bleus, il sera difficile de trouver un endroit plus approprié. Église de Saint-Nicholas-Tavelic Pour ceux qui recherchent une expérience hors du commun avec des fervents de la Croatie, il est suggéré de se présenter au sous-sol de l’Église de Saint-Nicholas-Tavelic. Notez bien l’adresse : 4990, place de la Savane Place de l’Assemblée nationale À Québec, la finale de la Coupe du monde de soccer sera diffusée sur écran géant à la place de l’Assemblée nationale. L’événement est proposé, à l’initiative du Consulat général de France, en marge du Festival d’été de Québec. Le site est accessible gratuitement et on y attend 2500 personnes. Concessions alimentaires sur place. suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2018/07/13/cinq-endroits-ou-regarder-la-finale-de-la-coupe-du-monde
  14. Le magasin français Challenge vient de sortir sa dernière parution dédiée aux villes qui vont rêver dont Montréal et Vancouver notamment "par le climat canadien de coexistence pacifique et de tolérance". Montréal, la Mecque de l'IA et Vancouver, l'hédonisme fait loi
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles