Jump to content

L’anglais mieux que le français pour les immigrants


Recommended Posts

MARCHÉ DU TRAVAIL

L’anglais mieux que le français pour les immigrants

7 avril 2016 | Robert Dutrisac - Correspondant parlementaire à Québec  | Québec
«Les immigrants qui ne parlent pas anglais n'ont pas accès à 40 % des emplois» au Québec, relève l'économiste Brahim Boudarbat.
Photo: Fatih Hoca / Getty Images«Les immigrants qui ne parlent pas anglais n'ont pas accès à 40 % des emplois» au Québec, relève l'économiste Brahim Boudarbat.

Les nouveaux arrivants qui ne parlent que le français éprouvent plus de difficulté à se dénicher un emploi au Québec que ceux qui ne connaissent que l’anglais. Le taux de chômage de ces immigrants francophones est de 40 % supérieur à celui de ces nouveaux arrivants anglophones.

 

C’est ce qui ressort de la compilation, obtenue par Le Devoir, que le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) a faite à partir de l’Enquête nationale auprès des ménages de Statistique Canada de 2011 et de 2006.


Ainsi, le taux de chômage des immigrants récents — ceux qui sont arrivés depuis cinq ans ou moins — qui ne parlent que l’anglais atteint 16 %, alors qu’il se gonfle à 23 % chez les mêmes immigrants récents qui ne parlent que le français, pour une différence d’un peu plus de 40 %.
 

 

Dans les premières années suivant leur arrivée, les unilingues francophones (comme leur langue maternelle n’est pas le français pour la plupart, ils sont en fait bilingues) sont affligés du même taux de chômage que les immigrants allophones qui ne connaissent ni le français ni l’anglais. En revanche, ces nouveaux arrivants allophones, souvent des femmes, participent peu au marché du travail.


De leur côté, les immigrants récents anglophones qui ne connaissent pas le français font aussi bien sur le marché du travail que les nouveaux arrivants qui connaissent les deux langues officielles du Canada.

 

Dans la région de Montréal, ces immigrants anglophones peuvent compter sur des entreprises prêtes à les accueillir. Vingt-huit pour cent des immigrants travaillent le plus souvent en anglais, note l’économiste Brahim Boudarbat, de l’Université de Montréal, un des auteurs avec Gilles Grenier, de l’Université d’Ottawa, du volumineux rapport remis au MIDI en novembre 2014 et intitulé L’impact de l’immigration sur la dynamique économique du Québec.

 

«Les immigrants qui ne parlent pas anglais n'ont pas accès à 40 % des emplois» au Québec, relève Brahim Boudarbat.

 

Bilinguisme exigé

 

Une des raisons qui expliquent les difficultés dans le marché du travail des nouveaux arrivants francophones, c’est l’exigence généralisée du bilinguisme, surtout dans la région de Montréal. « C’est clair que c’est un problème », a signalé Michèle Vatz-Laaroussi, professeure en travail social à l’Université de Sherbrooke. « Les immigrants francophones qui arrivent n’ont pas cette qualification-là. » Les organismes en immigration réclament depuis longtemps des cours gratuits pour ces francophones, mentionne-t-elle.

 

source: http://www.ledevoir.com/politique/quebec/467513/chomage-chez-les-nouveaux-arrivants

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
Quoi de plus normal...Il n'y à pas qu'au Québec en outre que la maitrise de l'anglais est un tremplin sur le marché de l'emploi.

C est vrai mais c est tout de même dommage pour une province francophone que des francophones soit plus au chômage que des anglophones. (Il serait néanmoins intéressant de voir la composition par pays d origine de ces francophones sans emploi)

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 17 minutes, kuroczyd a dit :

C est vrai mais c est tout de même dommage pour une province francophone que des francophones soit plus au chômage que des anglophones. (Il serait néanmoins intéressant de voir la composition par pays d origine de ces francophones sans emploi)

C'est exactement ce que je me disais! Je me demande d'où sont originaires les 23% des immigrants récents qui ne parlent que français, même si j'ai ma petite idée la dessus :/

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Je l'ai dit plusieurs fois ici, le Francais à Montréal ne vaut plus rien. Il faut avoir l'anglais comme langue principale et pis le Francais comme atout pour se démarquer. C'est la réalité. Je suis du même avis que ceux qui pensent que le Francais n'a pas d'avenir à Montréal. C'est malheureux, mais c'est comme ca. L'immigrant vient ici pour faire vivre une famille, pas une langue...

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Quel est le pourcentage de ces nouveaux arrivant francophones qui s'installent a Montréal?

A l'extérieur des centres urbains et en région pas de problème pour parler en Français

Mes employés québécois ne semblent au contraire pas apprécier les "anglais"......

Faut juste aller prendre un peu l'air pur de la campagne quand on est francophone.

Après c'est sur que le bilinguisme est un atout pour évoluer.

 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

En France, une entreprise qui exige de ses employés la maitrise de l'anglais comme exigence première se verrait prendre un gros coup de pied dans le cul pour aller travailler là où on parle vraiment anglais c'est-à-dire l'Angleterre. A part quelques métiers de cadres dans la finance ou le génie, personne ne va te demander de parler anglais. Même si on demande aujourd'hui aux officiers de l'armée française d'être bilingue mais c'est à cause de la coopération des armées européennes et les missions à l'étranger.

 

Bref, jamais on va demander pour un poste de base la maitrise de l'anglais. Je les trouve bien fins nos mangeurs de poutine d'accepter l'anglais sur leur sol. Moi je les fouterais dehors tous ces rosbeefs...

Edited by Dust
Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 46 minutes, Dust a dit :

En France, une entreprise qui exige de ses employés la maitrise de l'anglais comme exigence première se verrait prendre un gros coup de pied dans le cul pour aller travailler là où on parle vraiment anglais c'est-à-dire l'Angleterre. A part quelques métiers de cadres dans la finance ou le génie, personne ne va te demander de parler anglais. Même si on demande aujourd'hui aux officiers de l'armée française d'être bilingue mais c'est à cause de la coopération des armées européennes et les missions à l'étranger.

 

Bref, jamais on va demander pour un poste de base la maitrise de l'anglais. Je les trouve bien fins nos mangeurs de poutine d'accepter l'anglais sur leur sol. Moi je les fouterais dehors tous ces rosbeefs...

Oui mais le pays des mangeurs d'escargots n'est pas officiellement bilingue comme l'est le pays mangeur de poutine, il est donc justifié d'exiger la connaissance des deux langues officielles.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 17 minutes, samsara a dit :

Oui mais le pays des mangeurs d'escargots n'est pas officiellement bilingue comme l'est le pays mangeur de poutine, il est donc justifié d'exiger la connaissance des deux langues officielles.

Le Quebec est officiellement une province francophone comme d'autres provinces sont officiellement anglophones.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Et puis l'argument du : "Ah oui mais on a des touristes et des clients anglophones". Ça ne tient pas !

 

La France un des pays les plus touristiques du monde. Ben tu peux toujours rêver pour te commander un jambon beurre en anglais. Et les agents de la RATP préfèrent te jeter sur les rails que de te renseigner en anglais.

Edited by Dust
Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 14 minutes, kuroczyd a dit :

Le Quebec est officiellement une province francophone comme d'autres provinces sont officiellement anglophones.

Oui mais peut on dissocier le Québec des autres provinces et surtout, peut on faire l'impasse sur l'anglais quand nos voisins les plus proches sont les USA ? 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 3 minutes, samsara a dit :

Oui mais peut on dissocier le Québec des autres provinces et surtout, peut on faire l'impasse sur l'anglais quand nos voisins les plus proches sont les USA ? 

Oui, on peut effectivement dissocier les provinces mais non, l'impasse sur l'anglais n'est pas possible. Ma remarque est plus sur le fait que beaucoup de l’extérieur pensent que le Canada est bilingue mais en réalité c'est une belle illusion.

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 9 minutes, Dust a dit :

Et puis l'argument du : "Ah oui mais on a des touristes et des clients anglophones". Ça ne tient pas !

 

La France un des pays les plus touristiques du monde. Ben tu peux toujours rêver pour te commander un jambon beurre en anglais. Et les agents de la RATP préfèrent te jeter sur les rails que de te renseigner en anglais.

Agent de la ratp ou serveur, ça passe, mais quand on a à faire à des futurs doctorants scientifiques qui prennent 2 jours pour décrypter un article ou peinent à aligner une phrase en anglais correctement, on se demande si impliquer d'avantage l'anglais dans la vie de tous les jours ne serait pas plus judicieux. 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 26 minutes, samsara a dit :

Oui mais peut on dissocier le Québec des autres provinces et surtout, peut on faire l'impasse sur l'anglais quand nos voisins les plus proches sont les USA ? 

 

L'idée n'est pas de faire l'impasse sur l'anglais, seulement de lui donner la place qui lui revient et pas davantage. 

Au niveau du marché du travail, il est évident que la connaissance de l'anglais est un atout pour un certain nombre d'emplois. Pour moi, la question est plutôt de se dire "doit-on faire l'impasse sur le français en tant que langue commune, langue de transmission d'un savoir, d'une identité, d'une culture parce que l'anglais est utile en tant que langue de travail? Si oui, ce serait comme demander à tous les peuples de la terre de renoncer à leur langue maternelle parce que l'anglais est la langue du commerce international.

 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 1 minute, kobico a dit :

 

L'idée n'est pas de faire l'impasse sur l'anglais, seulement de lui donner la place qui lui revient et pas davantage. 

Au niveau du marché du travail, il est évident que la connaissance de l'anglais est un atout pour un certain nombre d'emplois. Pour moi, la question est plutôt de se dire "doit-on faire l'impasse sur le français en tant que langue commune, langue de transmission d'un savoir, d'une identité, d'une culture parce que l'anglais est utile en tant que langue de travail? Si oui, ce serait comme demander à tous les peuples de la terre de renoncer à leur langue maternelle parce que l'anglais est la langue du commerce international.

 

Non jamais ! C'est impossible de faire l'impasse sur une langue maternelle qui nous définit du tout au tout. L'idéal c'est de conjuguer les deux langues sans que l'une n'empiète sur l'autre. Comme tu dis, le marché international actuel requiert une bonne connaissance en anglais, or souvent les francophones pensent que le français seul suffit, oui dans un pays fermé au monde, mais au Québec ce n'est pas le cas. 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 1 minute, samsara a dit :

Non jamais ! C'est impossible de faire l'impasse sur une langue maternelle qui nous définit du tout au tout. L'idéal c'est de conjuguer les deux langues sans que l'une n'empiète sur l'autre. Comme tu dis, le marché international actuel requiert une bonne connaissance en anglais, or souvent les francophones pensent que le français seul suffit, oui dans un pays fermé au monde, mais au Québec ce n'est pas le cas. 

 

Pour avoir énormément lu et échangé sur cette question de la dynamique des langues dans le contexte nord-américain, particulièrement au Québec il va s'en dire, je puis t'assurer que c'est très irréaliste de penser que l'on peut naturellement conjuguer deux langues sans empiètement. 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 4 minutes, kobico a dit :

 

Pour avoir énormément lu et échangé sur cette question de la dynamique des langues dans le contexte nord-américain, particulièrement au Québec il va s'en dire, je puis t'assurer que c'est très irréaliste de penser que l'on peut naturellement conjuguer deux langues sans empiètement. 

J'ai oublié d'écrire "dans un monde parfait". Je sais bien que c'est irréaliste et c'est dommage. 

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Juste du bon sens. Quand on va en Italie, on s'attend pas à ce que les italiens parlent français ? Quand on va en Espagne que les espagnols parlent français ?

 

La souveraineté s'exerce aussi dans la langue.

 

Il y a des pays encore plus petit que le Québec comme l'Andorre où on parle le catalan avec une population de 80 000 habitants quand bien même ils sont coincé entre le géant espagnol et français !

 

Et en Europe il y a des dizaines de langues officielles pourtant on parle pas Danois en Allemagne ou Serbe en Grèce ?

 

Donc si des pays plus petits que le Québec arrive à garder leur langue, leur identité et leur souveraineté. Pourquoi on devrait demander aux québécois de parler anglais pour faire plaisir au reste de l’Amérique du Nord ?

 

Je comprends pas comment ils acceptent cet état de fait... La plus grande ville de leur pays (province autonome) et on ne peut pas y parler français.

 

Si la même chose se produit à Paris, on jette les anglais dans la Seine...

Edited by Dust
Link to post
Share on other sites
  • Habitués
il y a 27 minutes, Dust a dit :

Si la même chose se produit à Paris, on jette les anglais dans la Seine...

 

 

Bah oui ! 

 

Tout le monde sait que Paris est la capitale d'une province coincée dans une fédération avec 9 autres provinces et 3 territoires anglophones. 

 

Tout le monde sait que Paris compte quelques siècles de colonisation par un peuple étranger au compteur. Évidement, si les Alliés n'avaient pas aidé les Parisiens à se débarrasser des Boches il y a 6 décennies, ils parleraient aujourd'hui un français parfait quand même. Tout le monde sait qu'ils sont parfaits et fiers, les Parisiens!

 

Et pour finir, contrairement aux Québécois, les Parisiens sont auto-suffisants économiquement parlant! Contrairement aux niaiseux de Québécois, qui dépendent de nombreux partenaires économiques au sud pour importer des matières et exporter des tas de produits!

Edited by Kweli
Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Que les parlementaires québécois qui vont à Ottawa parlent anglais, ok.

Que les chefs d'entreprise québécois qui font des affaires hors du Québec parlent anglai, ok.

 

Mais le problème est rendu que pour n'importe quel poste de base à Montréal, on te demande de l'anglais. Et si tu travailles pour une entreprise où toute la direction est anglophone quand bien même tu sois dans une province francophone c'est aux subordonnées d'apprendre l'anglais. 

 

Et c'est bien que tu parles des allemands car l'Alsace-Loraine a été une terre de bataille de langues. Quand les allemands l'ont occupé, ils ont forcé les français à apprendre l'allemand. Pourquoi ? Parce que la langue montre ton identité et pour les allemands, les alsaciens n'étaient pas des français.

 

Quand un peuple se laisse faire, il peut être sûr de perdre sa culture, sa langue, ses valeurs... 

 

C'est le même genre de problème qu'avec les musulmans. Si tu en fais rentrer des millions chez toi et que tu ne fais pas attention, il y a de fortes chances que tes enfants portent le voile, qu'on t'impose de manger halal, etc...

 

Après je ne suis pas là pour donner des leçons aux québécois. Si leur choix de société c'est d'arrêter le porc et de parler anglais, ils font ce qu'ils veulent. Ce sera quand même dommage car le Québec est l'un des seuls pays civilisés où on peut parler français.

 

Edited by Dust
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By benahssaine
      Bonjour,
      J’espère que vous aller tous super bien,
      Je vous demande des informations pour l'immigration au Canada, J'ai 28 ans, marié, sans enfants,
      Je suis ingénieur en réseaux et systèmes informatiques, j'ai 4 ans d'expérience,
      Merci d'avance.
    • By Leanatan
      Bonjour à tous,
      n'ayant pas pu rejoindre le Québec, la maison que nous avions loué est disponible pour une reprise de bail/nouveau bail.
      La maison est située dans le quartier Duberger à Québec.
      Frigo, poêle et table de cuisine avec 4 chaises fournis, la maison a été rénovée en 2014.
       
      L'annonce Kijiji est ici :
      https://www.kijiji.ca/v-appartement-condo/ville-de-quebec/maison-a-louer-duberger-poele-frigo-table-en-cadeau/1525083774
       
      L'annonce sur le site du propriétaire est ici:
      http://immeublesplus.ca/details-2410-rue-des-alpes/
       
      N'hésitez pas à me contacter (ou contacter le propriétaire) si vous avez des questions !
       
      Les photos sont ici:
      Façade:

       
      Terrasse couverte:

       
      Cuisine:

       
      Cuisine-Salon:

       
      Salon:

       
      Chambre 1:

       
      Chambre 1:

       
      Chambre 2:

       
       Chambre 2:

       
      Chambre 3:

       
      Chambre 3:

       
      Salle de bain:

       
      Salle de bain:

       
      Cours arrière avec piscine:

       
      Salon sous-sol:

       
      Salon sous-sol:

       
      Remise:

       
      Remise:

       
      Cours:

       
      Cours:

    • By prideofgypsies
      Bonjour, je suis sur le point de commencer une procedure de supervisa pour ma mere et je voudrais voir si quelqu'un est déja passé par la. Et je voudrais avoir plus d'infos sur l'assurance qu'ils exigent. 
       
      merci
    • By Quebec98
      Bonjour, 
       
      Je me posais une question mais si quelqu'un est millionnaire et qu'il souhaite vivre et donc devenir résident permanent au québec comment fait il?
      Car pour avoir la résidence permanente il faut un métier et donc un diplôme et un diplôme local est le plus approprié, mais si il est millionnaire il peut s'acheter une maison et vivre etc donc comment cela se passe t il? C'est très intriguant, intéressant je trouve.
       
      Merci d'avance pour vos avis.
       
       
      Bonne journée à vous. 
       
    • By alexestvs
      Bonjour, 
       
      Je suis étudiant cette année de McGill et ait mes cours le soir vers 00H heure française, ce qui n'est pas simple pour les suivre.
      J'ai vu que l'entrée sur le territoire pour étudier à des fins non discrétionnaire comporté le décalage horaire importante qui empêcherait de suivre les cours en ligne en direct, pensez-vous que je puisse entrer au Canada dû à cela?
      Merci d'avance!
    • By ismaas2002
      on vient de me notifier que je suis acceptée en tant que personne protégée au Canada. en tant que personne protegee on m'a dit que je peux lancer la demande de resident permanent (RP).
      lorsque j'ai voulu m'inscrire a la RAMQ on m'a demande un CSQ. Que dois-je faire maintenant, je fais la demande de CSQ ?, je pensais que pour les demandeurs d'asile c’était pas obligatoire la CSQ
      en effet si on regarde la paragraphe "ET ensuite"  du dossier (https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/demande/formulaires-demande-guides/guide-5205-demande-residence-permanente-presentee-canada-personnes-protegees-refugies-convention.html#5205F7) expliquant la demarche a suivre pour demander un RP pour une personne protegee, on voit qu'on peut s'en passer du CSQ.
      Supposant qu'il faut le CSQ avant le RP ou sont les formulaires a remplir 
      si je n'ai pas besoin de CSQ comment faire alors pour la RAMQ.
    • By virginiaz67
      Bonjour à tous et toutes, je compte faire une demande d'admission pour un programme de maîtrise pour 2021.
      Je vais faire mon demande de passeport d'ici quelques jours voir début septembre. Cependant ma compagne et moi risquons de divorcé au cours de l'année.
      Est ce que le fait que sur mon passeport futur le fait d'être marié peut posé un problème par la suite ?  au moment du CAQ, même de l'arrivée sur le sol, ou même de l'admission a une université si le divorce est prononcé ? 
      Si toutefois on reste marié mais que je pars seule, faudra t il quand même prouver une capacité financière pour 2 ou juste pour moi-même ? 
       
      Merci de vos réponses 
    • By Alex71000
      Bonjour à tous,
       
      Ma conjointe et moi sommes dans une situation assez stressante et urgente en espérant que vous serez trouver réponse à nos questions. 
       
      Ma conjointe est en jeune pro et moi conjoint de fait, notre visa expire début novembre, la situation au niveau de
      la CSQ est en cours nous avons fait la demande en juin, le payement n’a toujours pas été retirer. 
       
      Le problème est le suivant : 
       
      ma conjointe va se faire congédier milieu septembre par manque de poste dut à la COVID, pris de cours elle a donc passer des entretiens et se trouve qu’une entreprise serait intéressée par son profil ! 
      Bonne nouvelle mais le problème est que cette entreprise n’a aucune idée des démarches à fair pour qu’elle ne soit plus rattacher à son ancienne entreprise mais bien à la nouvelle ! 
       
      Nous sommes dans le flou total, aucune idée sur les démarches, les délais et tout ça .. nous savons juste que le fait qu’elle se fasse congédier et positif pour qu’elle puisse changer d’employeur mais on en est seulement là .. 
       
      Merci d’avance pour votre aide ça peut nous sauver la mise. 
       
    • By GastonLebeurre
      Bonjour à tous,
       
      J'aimerais partager le projet d'immigration sur lequel ma copine et moi travaillons, pour idéalement avoir des retours d'expérience de personnes ayant eu le même cheminement.
      D'abord, le contexte : ma copine est vietnamienne, je suis français, nous sommes ensemble depuis 3 ans et vivons ensemble depuis 2 ans à Hanoi. Nous sommes en train de collecter tous les documents / certificats / tests de langue nécessaires pour postuler en tant que travailleurs qualifiés dans le cadre de l'obtention d'un visa de résidence permanente au Canada.

      L'idée est d'y aller en deux temps :
      1. à court/moyen terme : immigrer au Canada (en mode "couple" puisque nous pouvons prouver notre résidence commune pendant plus d'un an) > nous sommes très intéressés par une ville en particulier dans laquelle nous aimerions prendre nos marques et travailler (et a priori y rester 1-4 ans, le temps également que le niveau de français de ma copine atteigne le niveau B2/C1 via des cours sur place)
      2. à moyen/long terme (et si nos plans n'ont pas changé d'ici là, si nous sommes prêts à quitter la ville dans laquelle nous nous serons installés au Canada) : immigrer au Québec > l'idée serait de s'y rendre une fois que ma copine aurait le niveau de français suffisant permettant son intégration
       
      D'après nos recherches, c'est en théorie possible car il est indiqué qu'un résident permanent du Canada bénéficie des mêmes droits qu'un citoyen et peut donc s'installer au Quebec (à l'exception des migrants étant passés par une "nomination provinciale"). Nous sommes cependant perplexes car il nous semble que cela rend caduque le fait même d'avoir un système d'immigration propre au Quebec (s'il suffit d'immigrer au Canada puis de changer de province une fois que la procédure est terminée).
      Si cela était possible, nous tenterions directement de migrer au Quebec mais le niveau de français de ma copine semble disqualifiant et le processus semble également bien plus long et complexe depuis la dernière réforme. Mais en réalité, si nous tentons le Québec, je risque d'être le seul de nous deux à avoir le nombre de points suffisants alors que dans le système canadien, nous devrions tous deux remplir les critères et augmenter nos chances d'être acceptés ensemble.

      Je précise que l'étape 1 de notre plan n'est pas juste une étape transitoire en prévision de l'étape 2 : nous serions prêts à rester au Canada "hors Quebec" et c'est une option qui nous motive réellement. C'est juste que la perspective d'être au Quebec nous attire encore plus, et nous sommes prêts à décaler l'échéance.

      Voila, j'espère avoir bien décrit notre situation : nous avons fait des recherches et trouvé des vieux messages de gens ayant eu des expériences similaires mais nous craignons que beaucoup de ces informations soient obsolètes avec la nouvelle réforme, et nous apprécierions vraiment d'avoir d'autres informations à ce sujet.

      Merci d'avance et bonne journée.
    • By virginiaz67
      Bonjour, j'aimerais avoir des témoignages de personnes qui sont passé par entrée express ou par un visa pour Québec (travail ou etude) avec un Master en contrôle de gestion et audit. 
       
      Les métiers relié sont généralement soumis à des ordres professionnels.
       
      Je dois effectuer un choix d'étude, mon but est de pouvoir immigré au Canada par la suite. Y a t il des personnes qui ont réussi à immigré avec des Masters dans les domaines du contrôle de gestion, audit ou de la compta ? Si oui est ce que cela a été assez facile ou plutôt compliqué ? Plutôt a Québec ou au Canada ?
      Ceux qui sont passé par EE, avez vous été tiré du bassin avec des difficultés ou assez facilement ? Quels sont vos profils.
       
      En vous remerciant d'avance 
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines