Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'travail'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Attendeux et échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti? de Lina
  • Documents de Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Genre


Date d'arrivée


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


Ville de résidence


Skype


Facebook


Site web


ICQ

142 résultats trouvés

  1. Bonjour à tous ! 🙋‍♀️ J'ai une question qui me taraude l'esprit depuis un moment et je ne trouve pas d'explications concrètent et me satisfaisant sur l'internet web. Comment devenir auto-entrepreneur une fois arrivé sur le sol Canadien ? Une fois toutes les démarches administratives réalisées pour pouvoir y partir évidemment. En arrivant j'aurais automatiquement le statut d'immigrés (je suppose) et non la nationalité Canadienne... Cela complique-t-il les choses ? Certainement, pour plus d'infos, j'ai pour projet de créer un accueil pour des animations autour de la nature et du patrimoine, en faisant participer des groupes sur une ou plusieurs journées, comme avec des randonnées... Avec peut-être un hébergement sur place. Merci d'avance pour vos réponses malgré cette question plutôt complexe. 😉
  2. cathy60000

    suivre son mari au Quebec famille recomposée

    Bonjour, mon mari a obtenu le feu vert de l'immigration pour partir travailler au Quebec il a un contrat de travail et aura donc un visa fermé en arrivant à l'aeroport (si j'ai bien compris). De mon coté je n'avais fais aucune démarche.Nous sommes une famille recomposée un des enfants est à lui mais pas les 3 autres.Je suis actuellement enceinte et j'aimerais evidemment le suivre alors qu'il doit partir rapidement. Son employeur lui recommande un depart imminent pour que j'accouche au Quebec en profitant d'abord de la securité social francaise (3mois) puis de l'assurance de son travail.Donc son enfant , moi en aura un permis de travail ouvert grace à son permis fermé et son contrat de travail à l'aeroport moyennant 250$ et 155$.Mais comment faire pour les autres enfants ??J'ai pris rendez vous avec une avocate.Ou en prenant juste un AVE et un billet aller est possible de regulariser une fois sur place? Desolée du fouilli mais la nouvelle est toute fraiche et j'ai 1500000 questions...
  3. Bonjour à tous, Cela fait deux ans que nous sommes au Canada avec mon compagnon. En venant nous rendre visite ma famille pris la décision de nous rejoindre. Cependant les procédures leurs étant accessibles demeurent flou, je cherche à savoir si certain d'entre vous auraient vécu une situation similaire ou auraient des idées. Mon frère souhaite étudier, ma soeur hésite entre travailler et étudier et mes parents veulent travailler. Je leur ai conseillé de faire un permis d'étude pour mon frère et ma soeur cependant pour mes parents qui ont 50 ans je ne sais pas comment procéder. Avec mon compagnon nous sommes en attente de résidence permanente (vu les délai nous devrions avoir une réponse en septembre prochain). Les parrainer semble trop lointain. Mon père est électrotechnicien à son compte spécialisé en sécurité depuis 15 ans et à une expérience de plus de 30 ans. Ma mère était commerçante et ancienne comptable. Je pense les inciter à trouver un emploi depuis la France. Pensez vous que cela aurait des chances de succès ? Avez vous vécu des situations comparables? En vous remerciant pour votre aide et vos témoignages, Ioana
  4. Bonjour , tout est dans le titre, et les questions suivront en fonction : Est-ce que le doctorat français est reconnu en tant que tel au Quebec et au canada de façon générale (un PhD en soit) ? quel sont les perspectives que l'on peut espérer si ce dernier est en informatique ( pour ceux qui sont peut être passer par ça ) ? peut-on au moins faire de l'assistanat en enseignement ou de la recherche en labo pour commencer par exemple ? Merci
  5. Hello tous, Apres un petit -- mais vraiment petit -- echange avec Laurent, je decide d'ouvrir ce fil sur les offres d'emploi dans le nord du Quebec. Tout le monde a entendu parler du plan Nord, et donc les 80 milliards prevus dans cet investissement. Le Quebec ne sera pas seul a financer cela, les pays etrangers sont appeles a investir dans ce plan. Je me rends compte en lisant ici et la que les immigrants recherchent en priorite Montreal, Quebec, puis les grandes villes pas trop loin puis les regions. Je ne sais si les regards se portent jusqu'au nord du 49eme parallele car c'est loin et il y a cette image de l'igloo, la glace et la neige 15 mois par an, les ours blancs. J'en oublie certainement au passage. Et pourtant il faudrait regarder un peu en direction du nord, non seulement pour eviter de le perdre mais aussi comme possibilite de faire ses griffes et ses dents sur le marche de l'emploi. Du cote des offres d'emplois, il faut jeter un oeil sur le site du http://www.krg.ca/en/careers sans oublier de jeter un oeil egalement http://www.krg.ca/images/stories/docs/PDF-other_employers/Microsoft_Word_-_Job_Postings_Aug._29-Sept.02_2011-Sept._02_2011.pdf pour d'autres offres. Le KRG, ou l'ARK en francais, est l'Administration Regionale du Kativik. Dans un autre registre, et certainement plus connu, est d'aller sur le site de emploi Quebec http://emploiquebec.net/index.asp et de cocher la case " Nord-du-Quebec".Il y a des offres, surtout a Chibougamau mais cette derniere je ne connais pas. A cote de cela, il y a toutes les mines qui recherchent du monde. Rio Tinto, Canadian Royalties, Barrick Gold, Semafo ... donc il y aurait de quoi faire non ? J'entends d'ici les "C'est Loin" ou encore "Il fait froid" ... alors je vais conter un peu ma vie ici. La boite qui m'embauche est une societe de Montreal et mon poste est situe a Kuujjuaq. Kuujjuaq est en gros la "capitale" du Nunavik, ce Territoire grand comme la France mais peuple que de ... 35 000 personnes il me semble. Il y a ici 2 restaurants, un cinema qui ne passe que des films en anglais a $8 la seance, deux magasins d'alimentations, 2 hotels, deux bars. J'ai du faire le tour la. Oui c'est tout, tout petit en rapport a Montreal ou Quebec, on n'est que 2500 a 3000 habitants. Il doit y avoir environ 500 blancs. Comment cela se passe-t-il pour les emplois ? Facile, tu es deporte envoye par exemple a Kuujjuaq et la, l'employeur te loge. He oui, tu es loge. Soit cela est entierement pris en charge pas l'employeur, soit tu payes une petite participation qui se monte dans mon cas a 10% du loyer. Tout compris (loyer, electricite, eau, entretien ...) cela se chiffre a $ 300 environ. Je n'ai pas oublie de zero, il n'y a pas d'erreur. L'appartement fait environ 60m2, deux chambres et tout equipe. Quelles sont les conditions pour monter, je parle financieres et logistiques. FInancieres, tout depend de qui t'embauche et du poste de travail. Les salaires d'un taux horaire entre $25 et $50 c'est courant. L'overtime regulier si j'en crois ce que j;entends par-ci et par-la. Cote logistique, la regle de base semble etre 3 voyages par an vers Montreal, 4 pour le KRG. Donc oui, tous les 4 ou 3 mois, un petit tour dans le sud. Non ce n'est pas mon cas, je n'ai que 2 voyages. Oui je suis le parent pauvre du Nord ! Cote nourriture car bien sur, tout le monde ne pense qu'a cela. Effectivement c'est plus cher qu'a Montreal car tout arrive par bateau (le dernier etant en Octobre) et par avion. Eloignement oblige. Mais on trouve de tout (sauf du Halal, quoique je me suis fait des hotdogs aux saucisses Halal mais c'est tres rare). Produits laitiers, legumes, fruits ... on ne meurt pas de faim, on ne mange pas du gruau a tous les repas ni de pork'n beans. Et puis il y a les deux restaurants. Bon OK, un cheeseburger-frites avec un the -- le the est pour l'equilibre dans le repas -- cela tourne dans les $13. Donc cote nourriture, pour une personne il faut compter environ $100 par semaine. Pas besoin de pousser de hauts cris, ce n'est rien car cela sera presque la seule depense effectuee. J'oubliais le bar. Effectivement si tu es un accroc de la boisson, tu vas te ruiner. Et rapidement. Aller acheter en magasin ? Pas de bol, pas d'alcool dans les magasins. L'astuce est de ramener dans son demenagement puis a chaque descente dans le sud une cargaison de ce qui coute cher ici ou de ce qui est introuvable. Je ne le fais pas, j'achete tout localement, car je ne veux pas me charger. En bagage accompagne, c'est environ 70 Kgs et puis tu peux mettre au fret et cela n'est pas -- trop -- cher. Le transport ? Le 4 roues est le vehicule ideal pratiquement toute l'annee. Le climat ? Bon OK, effectivement il faity plus frais que dans le sud. La temperature a du tourner toute la journee de ce dimanche entre 4 et 7, mais un tshirt a manches longues et une polaire et le tour est joue. Lorsque l'hiver est la, le canada goose et les Sorel sont les bienvenues. Mais cela ne sera pas pire qu'un autre endroit du Canada. On a eu des poussees a -35 pendant quelques temps mais tout est a portee ici, rien n'est loin. Et puis il y a toujours quelqu'un pour te deposer ou te prendre sur le bord de la route. De ce cote la, le cote social, c'est developpe. Ne compte pas rester seul dans ton coin, abandonne de tous. Sauf si tu le souhaites. Les liens se font rapidement. Normal c'est une petite ville. Les repas a droite ou a gauche se font regulierement, chacun amenant un petit quelque chose. Resultat: le petit repas se transfrome en orgie car il y a toujours de trop a manger. Il y a la question de la famille. He oui, soit on monte avec soit on la laisse dans le sud. Dans ce cas il faut peser le pour et le contre. Beaucoup dans mon entourage sont ici pour le boulot et redescendent tous les 3 mois. Bon OK, certains contrat sont en 6 x 2, six semaines en haut - 10 jours en bas, ce qui est appreciable. Mais la plus part, c'est 3 mois ici. Avec les salaires qui sont proposes ici, il est facile de ne venir ici que pour le travail et laisser sa famille dans le sud et justement dans un coin plaisant sans se coller a Montreal ou Quebec. L'avantage du travail bien remunere sans les inconvenients de se taper lqa circulation pour aller au boulot. L'avantage pour la familel d'etre dans une ville a taille humaine dans le sud sans avoir le defaut de la grande ville. Pour en revenir aux offres d'emploi, ne pas oublier que le Nord se developpe. Les besoins en personnels qualifies cont etre importants. Les entreprises ne sont pas refractaires a embaucher des immigrants. Il faut que le boulto se fasse. Point. Ne pas oublier que les investisseurs ne seront pas forcement canadiens, quebecois .. mais etrangers egalement. Donc le cote "experience canadienne" pourrait passer en second plan pour ces investisseurs. Les petits chinois qui investissent 400 millions ne vont pas voir la productivite diminuer parcequ'il faut que tel guguss ait la bonne carte pour bosser. Ils ont besoin de personnels, je suppose que tout sera fait cote formation ou remise a niveau.
  6. Bonjour, Je fais appel à vous concernant une prolongation de PVT. Mon PVT se termine le 12 janvier 2018 et je souhaiterai rester au Quebec avec mon employeur actuel (qui souhaite me garder). Aussi, j’ai obtenu un CSQ via PEQ. J’ai vu qu’il y a 2 possibilités, dont une qui n’est plus à jour apparement : Faire une demande de prolongation de permis. Apparemment cela se fait sur internet ou par papier. Il me semble que c’est la plus facile des deux mais mon problème est que le relais moyen est de 60 jour, ce qui ferait qu’il me serait accordé une dizaine de jours après la fin de mon visa. Savez vous si pendant ce délais je peux re rentrer dans le pays en touriste tout en gardant mon compte en banque et mon numéro de telephone ? Aller a la frontière avec son CSQ, offre d’emploi, passeport et frais payés par l’employeur et faire le tour du poteau. Il me semble avoir vu que ce n’est plus possible depuis juillet 2016. Avez vous pu avoir votre permis après cette dans via cette méthode ? J’ai une autre question concernant mon CSQ. Est-ce que je suis obligé de faire une demande de RP de suite ? Merci d’avance
  7. hisoka91

    Emploi au Canada

    Bonjour à tous, J'espère que je trouverais la bonne réponse avec vous , un mec de 27ans diplomé en informatique depuis 2013/2014 (université tunisienne) j'ai travaillé dans deux magazins de vente des materiels electrique (vente en details et gros ) de 2015 jusqu'a 2018 ,donc j'ai aucune experience de travail dans le domaine informatique Je veux savoir s'il est possible pour moi , de demander pour un emploi au Canada et commencer une formation en même temps pour améliore mes connaissances dans le domaine informatique ! Merci.
  8. HYacine

    DEP Alternance et PEQ

    Bonjour à tous, j'aimerai savoir si les DEP en mode ATE (alternance travail-étude) sont éligibles au programme de l’expérience québécoise, en effet la condition est d'avoir suivis un DEP d'au moins 1800 heures de formation continue. Je vous remercie d'avance.
  9. J’ai été témoin d’une initiative prise par mon employeur qui, à mon humble avis, a le mérite d’être partagée. Je me prénomme Thomas, PVT français résidant et travaillant actuellement sur la Rive-Sud de Montréal. J’ai intégré la compagnie ISAAC Instruments durant le mois de juin de l’année dernière en tant que développeur web. ISAAC Instruments est une société en pleine expansion qui offre présentement une multitude de postes à pourvoir. Cependant, en raison de la rareté de la main-d’œuvre en TI, la compagnie a ouvert ses horizons et a diffusé ses offres d’emplois à l’international. Or, cela peut être extrêmement risqué aussi bien pour l’employeur que pour le postulant. Du point de vue du candidat, le fait de se lancer tête baissée dans une telle aventure sans avoir bien réfléchi auparavant peut vraiment être une source de stress, de complications et de frustrations. Il n’est pas simple de repartir à zéro à l’étranger. Il faut y être préparé. De plus, du côté des employeurs, c’est un gros risque d’engager quelqu’un qui pourrait brutalement décider de partir, car il réalise que sa nouvelle vie au Québec ne lui convient pas. Afin de pallier à ces problèmes, ISAAC Instruments a eu l’idée de créer et d’organiser des entrevues « Découverte et Immersion ». Je vais vous expliquer en détail le déroulement de ce type d’entretien tel que réalisé chez ISAAC Instruments. Tout d’abord, un premier contact est effectué par visioconférence. À l’issue de ce premier entretien à distance, si le candidat répond aux attentes, la compagnie organise et offre au candidat un voyage de trois jours au Québec. Durant la première journée, le postulant rencontre ses futurs employeurs et collègues et découvre le contexte dans lequel il sera amené à travailler. Le but de la deuxième journée est de faire découvrir la vie, la culture québécoise au travers d’une visite de la ville de Montréal et de ses environs. De plus, durant cette visite, l’entreprise propose à certains de ses employés étrangers de partager avec le candidat leurs propres expériences. La troisième journée est une journée libre où le postulant peut organiser sa propre journée en fonction de ses envies. Ce genre d’initiative peut réellement aider à la fois l’entreprise pour confirmer que la personne répond bien aux attentes et le candidat pour se rendre compte si le contexte lui convient, si sa personnalité, son tempérament est bien en accord avec la culture et les valeurs de sa future entreprise et plus globalement avec la culture du pays. De plus, ayant été choisi pour partager mon expérience, j’ai pu constater que ce type d’entretien est très apprécié des candidats. Cela les rassure et les conforte dans leur choix de venir travailler au Québec. Je trouve vraiment cette initiative très innovatrice et je ne peux que l’approuver à 100%.
  10. 18 avril 2016 - 18 avril 2018 Il y a deux ans pile, nous débarquions au bureau de l'immigration de Montréal-Trudeau, pour valider nos résidences permanentes. Une journée qui a changé nos vies et qu'on n'est pas prêts d'oublier ! Tout avait commencé un soir de déprime, arrosé d'alcool, à l'automne 2013. Bilan de nos vies actives respectives, stagnation de poste et de salaire pour moi, cadre dans une grande entreprise industrielle française, et pour mon mari, une startup au bord du dépôt de bilan, faute d'investisseurs, devenus trop frileux dans un pays enfoncé dans la crise économique. A cela s'ajoutait la vie francilienne et ses désagréments quotidiens, transports, pollution, insécurité, grèves, et j'en passe... Et quel avenir ici pour notre fille, qui n'avait alors pas 5 ans ? Et au fil de nos discussions, une idée folle était en train de naître : pourquoi pas partir au Québec ? On avait déjà regardé des reportages, ça avait l'air simple, et on s'y voyait déjà dans 6 mois ! Le lendemain, l'idée ne s'était toujours pas envolée, et mon mari me ramenait à la maison le fameux livre de Laurence Nadeau, "S'installer et travailler au Québec, édition 2013". Commence alors, comme pour tout le monde ici, le parcours du combattant, jalonné d'intentions de rejet et de rude épreuve pour notre patience . C'est seulement deux ans plus tard, en décembre 2015, qu'on recevra dans notre boite aux lettres les précieuses CRP, notre sésame pour une nouvelle vie ! Peu de temps après, une bonne nouvelle tombe : mon mari obtient une offre d'emploi en informatique après avoir passé des entretiens aux Journées Québec à Paris en novembre. Tout s'accélère, on organise le déménagement avec Galieni, on vend nos meubles, nos voitures, on achète les billets d'avions pour toute la famille, y compris notre chat qui voyagera en soute. On s'occupe également de trouver une école pour notre fille, et une fois sur place, on trouvera un 4 1/2 à louer juste à côté. De mon côté, j'avais établi plusieurs contacts avec des employeurs potentiels via linkedIn, et à mon arrivée en avril, je passe plusieurs entretiens, et j'obtiens rapidement un travail dans une grande institution financière québécoise. Je retourne seule en France quelques mois pour finir l'année scolaire, et reviens définitivement début juillet avec ma fille. Niveau administratif, le Québec est incroyablement efficace. NAS, RAMQ, SAAQ, tout se fait à chaque fois en quelques dizaines de minutes, et on est impressionnés par la gentillesse du personnel, qui nous explique tout en détail, et avec le sourire ! Il faut dire qu'on sortait de 2 mois d'affronts, coups de gueule et médiation avec la CPAM des Yvelines qui refusait de nous délivrer le formulaire SE401-Q207 (celui qui nous permet d'être couverts par la RAMQ dès notre arrivée), et qui avaient osé nous dire au téléphone, sic : "si ça ne vous plait pas vous n'avez qu'à pas partir au Canada ! ". Heureusement, l'extrême efficacité de l'administration québécoise nous fait vite oublier cette mésaventure Depuis notre arrivée, peu de choses nous ont déçu. Il faut dire qu'en deux ans et demi d'attente, nous avons eu largement assez de temps pour nous préparer. Comprendre la culture québécoise, connaitre l'histoire, les lois, les démarches, le format des CV, le système bancaire, apprendre les expressions locales, s'habituer à l'accent en écoutant les web radios... On peut dire, en empruntant une expression québécoise, qu'on était "pas mal prêts", avant de monter dans l'avion. Il y a encore quelques petites choses qu'on a appris sur place, et qui nous font sourire en y repensant, comme par exemple, ma fille qui rentre de son premier jour d'école en nous disputant parce qu'on ne lui avait pas donné de souliers d'intérieur : oui, toute l'année, même l'été, il y a les chaussures pour dehors et les chaussures pour la classe. Ici, c'est comme ça que ça se passe ! Et dans le même esprit, on ne garde jamais ses chaussures dans une maison, même quand on est invités, on les retire toujours à l'entrée, heureusement qu'un ami Français immigré de longue date nous avait prévenu ! Mois après mois, la routine s'est installée, et on a vite eu l'impression d'être ici depuis toujours ! Mais cette routine-ci est nettement meilleure que la précédente. Sortis à 16h30 chaque soir, chez nous à peine 30 minutes plus tard, on a gagné du temps de qualité tous ensemble en famille. Alors bien sûr, il y a l'hiver ! Notre deuxième hiver tente désespérément de s'achever, et on a hâte de pouvoir ranger les manteaux en duvet, les tuques et les mitaines ! Cet hiver a d'ailleurs été un peu plus éprouvant que le précédent, beaucoup de neige, et une longue période de froid extrême début janvier, qui nous a valu des canalisations gelées, et plus d'eau dans la cuisine pendant 24 heures... Mais nous ne nous plaignons pas trop, Montréal est largement épargnée par les gros désagrément de l'hiver, comparée à la ville de Québec ou au Saguenay. Les grands axes sont rapidement dégagées, et les écoles rarement fermées (un jour par hiver depuis notre arrivée). Et on adore les anneaux de patinoires extérieures qui apparaissent un peu partout dans les parcs, de bon moments à passer en famille quand il ne fait pas en bas de -15° ! A l'inverse, l'été est agréable et chaud, le ciel souvent bleu (comparé à Paris...), et l'été indien s'étire jusqu'à la fin octobre : il n'est pas rare de se promener en manches courtes à cette période de l'année. Mais on passe de l'été à l'hiver en deux ou trois semaines. Je me souviens qu'en novembre dernier, on a perdu quelque chose comme 25 degrés en deux jours. Mais Montréal a son charme, été comme hiver. Même dans le froid, de nombreuses festivités se déroulent un peu partout, pour tous les âges et tous les goûts. Et l'été, c'est encore plus animé : on sent que les Québécois ont à cœur de profiter de chaque minute de chaleur, pour recharger les batteries avant la prochaine hibernation Mais parlons d'un sujet un peu plus sérieux : le travail. Je lis des choses parfois horribles sur le forum, mais heureusement, ce sont des cas isolés, ou tout simplement des immigrants qui n'ont pas su s'adapter: il y en a plus qu'on ne le croit ! De notre côté, dans nos jobs respectifs, on apprécie vraiment l'ambiance de travail. On se sent utiles, valorisés, efficaces, pas grand chose à voir avec la France. Ici, pas question d'heures sup' à n'en plus finir, mais on attend de vous de l'implication et de l'autonomie, et on vous demande même souvent votre avis (oui, au début, ça fait bizarre, mais on s'habitue vite... ). Et pour passer haut la main l'étape du recrutement, c'est vraiment important de bien rédiger son CV à la québécoise, en mettant en avant les réalisations qu'on a accomplies dans le passé, et ce qu'on recherche dans notre futur emploi. Le CV peut être long et détaillé, mais pas la peine d'écrire qu'on est marié 2 enfants 1 chien, ni qu'on est passionné de pétanque. Par contre, si vous avez fait du bénévolat, ou si vous êtes engagés activement dans une grande cause respectable (environnement, éducation, humanitaire...), vous pouvez le noter, car c'est très bien vu par ici ! Et si vous avez une passion directement liée à votre métier, bien évidemment, mettez-la ! Dans 99% des cas, on vous demandera des références, donc il faut espérer que votre ancien chef vous apprécie, parce qu'il va avoir un long questionnaire à remplir sur la qualité de votre travail et votre personnalité. Une fois retenus pour un entretien, apprêtez-vous à passer à la laveuse en mode essorage. Ça va être long et difficile. Les recruteurs voudront voir ce que vous avez dans le ventre, et si vous avez vraiment le profil pour le poste. Finis les CV maquillés, ici vous serez rapidement démasqués. Si votre entretien ne dure que 15 minutes, attendez-vous à ne pas être rappelés. Mais avec un taux de chômage très bas, il est quand même probable que vous n'ayez pas trop de difficultés à trouver un emploi en quelques mois, même si ce n'est pas exactement le poste que vous recherchiez. Et ici, ce n'est pas du tout mal vu de partir rapidement pour un autre emploi. Ça m'avait choqué au début, mais je commence à m'habituer : une personne qui trouve mieux ailleurs aura juste deux semaines de préavis à respecter, et personne ne va lui en vouloir, pas même le manager, ça fait partie du jeu. Pour ceux qui le souhaitent (ou qui n'ont pas le choix si leur métier est régit par un ordre professionnel), ici ce n'est pas du tout mal vu de reprendre ses études à l'âge adulte, c'est même très répandu. Et surtout, c'est un moyen sûr de trouver un emploi par la suite, car la formation québécoise sera immédiatement reconnue par les employeurs québécois. De notre côté, on a de la chance, on a pu trouver un travail sans repasser par la case études, nos diplômes et notre expérience en France ont été suffisants. Pour les enfants aussi, l'école ici est très différente de la France. Beaucoup moins de devoirs (au primaire), et des cours très ludiques : on joue pour apprendre. Une méthode pédagogique qui a fait ses preuves: ici, les enfants sont plus épanouis et heureux d'aller à l'école, et ils ont même une belle avance sur le programme de France. Un seul bémol : ils ont des cours obligatoires d'éthique religieuse, où finalement, ils parlent de toutes les religions... sauf l'athéisme ! A la fin, les enfants s'imaginent qu'il est obligatoire de choisir une religion, et se sentent exclus quand ils n'en ont pas... Mais voyons le bon côté des choses, ça nous a permis d'aborder le sujet en famille à la maison, pour mieux expliquer nos choix. Autre point à ne pas négliger, si vous souhaitez que votre enfant apprenne l'anglais dès le primaire (au cas où ça lui servirait plus tard, sait-on jamais...), il vaut mieux choisir une école privée avec une filière d'anglais renforcé, car ici au public, c'est comme en France, seulement 1h par semaine pendant les 6 années de primaire, alors ça ou rien... Et bien entendu, pour nous francophones, les écoles anglophones sont tout simplement interdites d'accès, c'est bon à savoir, car beaucoup de parents débarquent à Montréal en pensant que leur enfant aura facilement accès à un enseignement bilingue dans le public, et finalement, c'est la désillusion. Mais a Montréal, il y a beaucoup de choix pour les écoles privées, et les prix varient de 3000 à 30000$ par année, de quoi trouver son bonheur Dans notre cas, le choix de l'école nous a amenés à nous installer dans un coin tranquille et agréable de l'ouest de l'île de Montréal. Beaucoup de Français vont s'installer sur le plateau, complètement à l'opposé. "Du coup", ici, on ne croise pas beaucoup de Français : il y a en majorité des anglophones et des immigrants asiatiques, et aussi des Québécois francophones. Le bord du lac Saint Louis est à quelques centaines de mètres, on aime s'y promener été comme hiver. C'est certainement l'un des plus beaux coins de l'île, mais peu de gens le connaissent. Alors bien sûr, habiter loin du centre-ville rend l'achat (ou leasing) d'une auto indispensable. Les trains de banlieue passent entre deux et trois fois par heure aux heures de pointe, et on peut aussi compter sur quelques lignes de bus express passé 18h30. Mais ici, les transports sont très ponctuels dans l'ensemble, c'est très appréciable. Pour aller au centre ville en voiture, notre passage obligé est l'échangeur Turcot. En travaux depuis notre arrivée, on le voit évoluer chaque jour, et ça devrait encore durer au moins deux ans. Cela cause quelques ralentissements, mais rien d'insurmontable quand on débarque de l'île de France... Mais les Québécois, eux, sont scandalisés par tant de travaux. L'île est recouverte de gros cônes oranges, devenus l'emblème de la ville, presque autant que le 1000 gauchetière ou le pont Jacques Cartier. Mais je reste persuadée que ces travaux sont une bonne chose, la ville en avait vraiment besoin ! Ils vont fluidifier nos trajets et dynamiser cette belle et grande capitale d'Amérique du Nord. On se sent bien dans notre West Island, alors en janvier dernier, on y a acheté une maison, dans un programme de constructions neuves. On est vraiment contents de notre investissement. Avec 18 mois d'historique de crédit et un statut de résidents permanents, on n'a eu aucun mal à avoir une hypothèque au même taux que n'importe quel Canadien. Mais ça ne nous a pas empêché de magasiner les banques et courtiers, pour faire marcher la concurrence, et finalement, notre banque s'est alignée sur le meilleur taux, nous a offert les frais de notaire, et maintenant on ne paie plus aucun frais bancaire mensuel, c'est vraiment un bon deal. Au bilan, deux années merveilleuses, aucun regret, une excellente intégration pour nous autant que pour notre fille, de belles expériences, de belles rencontres avec les Québécois qui sont tellement gentils, accueillants et généreux avec nous! Mais pour nous, ce sont aussi de nombreux voyages à travers le Canada et aux USA (l'un de mes rêves avant d'immigrer!), et pour finir, nous avons fait comme tout bon Québécois, le printemps refusant d'arriver, nous avons décidé de partir une semaine à Punta Cana ! Il paraît qu'il neige encore à Montréal, ce 18 avril 2018, mais moi je ne le vois pas, car je termine d'écrire ces lignes au bord de la piscine, sous le soleil des Carraibes, par 28 degrés Celsius ! Bonne semaine à tous! Et je souhaite que vos projets se réalisent autant que les miens! Isa
  11. Bonjour, Ma conjointe et moi aimerions nous installer en France tout en revenant chaque année au Canada. J'ai 56 ans et je prendrai ma retraite en 2020. Nous aimerions acheter un terrain en France pour y bâtir notre maison de retraite. Nous contemplons l'initiative d'ouvrir un Airbnb et trouver de l'emploi saisonnier en agriculture. Afin de bien nous préparer, je vous serai très reconnaissant si vous pouvez répondre aux questions suivantes: En achetant une propriété, sommes-nous admissible à un visa prolongé qui se renouvellerait d'année en année? Pourrions-nous vivre en France pour une période de 10 mois par année? Est-ce qu'on continuera à payer des impôts au Canada sur le revenu de notre pension? Cordialement, Gilles
  12. mouin25

    Un PVT, la bonne idée ou d'autres démarches ?

    Bonjour, Je suis tout juste diplômée d'un master en métiers du livre, bibliothèque. J'ai fait un DUT et une licence pro dans le même domaine. J'aimerais partir m'installer au Canada pendant au moins 3 ans et je ne sais pas trop vers quoi me tourner. Je n'ai pas d'expérience professionnelle autre que mes stages (4 de 3 mois). J'aimerai partir dans une des provinces anglophones (nouveau Brunswick, ile du Prince Edouard) mais je n'ai que le niveau B2. Ca serait suffisant ou pas ? Faut-il mieux viser le Quebec dans un premier temps ?J'ai envie de demander le PVT mais ça me parait risqué de partir si je ne trouve pas de travail sur place dans mon domaine. Je pensais faire une demande de résidence permanente ou une "entrée express" mais je ne suis pas éligible au vue de ma non-expérience. Quelles sont les autres solutions ? Merci pour vos réponses !
  13. Bonjour, Avec ma femme nous comptons nous installer en 2019 au Québec (voire la ville de Québec), je suis franco-canadien et vais la parrainer depuis la France (d'ailleurs j'ai un ouvert un post à ce sujet). Voici nos questions sur la partie travail / formations : - Au sujet des diplômes. Je me reconvertis en autodidacte dans le développement web. J'aurai quelques projets à montrer d'ici l'automne. Certains ou certaines ont réussi en autodidacte au Canada ? Pour ma femme, a-t-elle besoin de faire reconnaître un master en développement durable ? Ce n'est pas une profession protégée. Elle est actuellement fonctionnaire. - Est-ce qu'il y a des formations que le Québec ou le Canada finance ou aide sous une autre manière car secteur en crise ? Notre objectif est de réussir notre immigration, donc si on doit changer de secteur on le fera. On aura qu'un an gros max d'autonomie financière. Merci pour vos réponses
  14. RachelG1V4X4

    DE QUEBEC A ONTARIO

    Bonjour à tous. Je suis française et réside actuellement à Québec, je suis venue grâce au permis d'études qu'on m'a attribué avant que j'arrive au Canada. Je ne suis actuellement plus étudiante dans le programme que j'avais choisi à l'origine puisqu'il ne me plait plus. Je souhaite immigrer dans la province de l'Ontario afin d'y entreprendre de nouvelles études et y travailler par la suite et enfin faire ma demande de résidence permanente. Quelqu'un saurait il si comme au Québec après un certain nombre de mois d'etudes on y attribue un visa post diplome? Ou la durée d'études n'importe pas? quelqu'un sait il si ils sont aussi sélectifs en Ontario qu'au Québec en terme d'embauche des étrangers? Je suis véhiculé, pourrais je traverser la frontiere du Quebec vers le Canada anglophone avec mon permis français? Pour informations je suis diplomée d'une licence professionnelle dans la gestion d'entreprise et le secteur dans lequel je souhaite travailler serait la bijouterie. J'ai vraiment besoin de ces informations. Cordialement.
  15. MatthieuG2M

    Prolongation du visa travail en attendant la RP

    Bonjour à toutes et à tous, Ma conjointe et moi venons d'obtenir notre CSQ dans le cadre du PEQ, c'est en partie grâce à l'aide précieuse de @kuroczyd et @PhilMP dans ce fil de discussion : merci beaucoup! Voici en très bref notre situation : Nous sommes un couple travaillant et vivant au Québec dont le PVT finit dans moins de 3 mois. Nous venons d'obtenir un CSQ par le PEQ et allons présenter notre demande de RP au fédéral. Nous sommes couverts jusqu'à la date de fin du PVT par une assurance privée. Nous comprenons bien comment déposer la demande de RP mais sommes perdus pour ce qui est de la prolongation du visa travail : Est-ce qu'il existe un guide déjà tout fait pour une situation comme celle-là? En recherchant je ne trouve pas grand-chose qui corresponde à notre situation présente. Je suis tellement paumé que je suis pas sûr d'avoir trouvé les bons formulaires! Est-ce que c'est bien ça : Demande de modification des conditions de séjour ou de prorogation du séjour au Canada à titre de travailleur ? Ou est-ce qu'il y a une trousse de demande spécifique à ceux ayant un CSQ? Si c'est la bonne trousse de demande, dans l'IMM5556 (la liste de contrôle) il est écrit : "Si votre employeur est dispensé de l'obligation d'obtenir une EIMT (Étude d'impact sur le marché du travail) auprès D'EDSC , il doit vous fournir le numéro de l'offre d'emploi pour que vous l'inscriviez dans votre formulaire de demande de permis de travail". Avoir un CSQ nous dispense d'avoir à fournir l'EIMT, correct? C'est quoi ce numéro d'offre d'emploi? Si on travaille déjà et qu'il n'y a pas forcément eu d'offre publiée pour le poste qu,est ce qu'on est supposés faire SVP? "Si vous travaillez dans la province du Québec, veuillez fournir un Certificat d'acceptation du Québec (CAQ)..." Mes recherches en ligne me disent que le CAQ c'est pour les étudiants / permis d'étude. Est-ce qu'il faut comprendre CSQ? "Si vous êtes un participant au Programme Expérience Internationale Canada (EIC), fournir une preuve d'assurance santé couvrant la prolongation de la durée de votre séjour au Canada" OK donc la RAMQ me dit qu'ils peuvent me couvrir mais il me faut le visa. Pour avoir le visa il me faut une assurance. Le chien qui se mord la queue. Pitié dites-moi qu'il y a une solution ici, et que je suis pas coincé à prolonger une assurance privée hors de prix? "SI VOUS ÊTES CANDIDAT D'UNE PROVINCE, VOUS DEVEZ FOURNIR" Si je comprends bien ils font ici référence au Programme des candidats des provinces, et le Québec n'en fait pas partie puisqu'ils ont leur programme à part c'est ça? "SI VOUS ÊTES L'ÉPOUX OU CONJOINT DE FAIT D'UN DÉTENTEUR DE PERMIS DE TRAVAIL OUVERT" Pas sûr de comprendre si la situation s'applique ici. L'idée est d'avoir ma conjointe qui fera la demande, et je viens me rattacher en conjoint de fait. Je pensais donc ne pas avoir de dossier à remplir et obtenir automatiquement un visa travail d'une durée identique au sien. Mais cette partie-ci laisse penser que chacun doit transmettre sa demande de de prolongation de visa: qu,est ce qui est correct SVP? D'avance un grand merci pour votre aide! Si j'ai manqué de clarté n'hésitez pas à me le dire! Bonne journée.
  16. Bonjour, Je rentre en France début mai après un peu plus de 3 ans au Québec. J'envisage de re-créer ma petite auto-entreprise en France (que j'avais avant le départ) pour faire quelques contrats et je sais que mon employeur québécois serait intéressé à me donner quelques mandats. Pensez-vous que cela soit possible et légal ? Je crois que oui car j'ai lu qu'on pouvait travailler pour des clients étrangers comme auto-entrepreneur. Mais je me questionne si c'est intéressant financièrement, sachant que je ne suis pas non plus dans un domaine où mon travail horaire a une valeur de fou... je vaux peut-être genre 70 ou 80$/h en indépendant... cela va-t-il vraiment être réaliste pour un québécois de payer en freelance sachant qu'il va y avoir la conversion $/€ qui va peut-être leur coûter un peu...? Bref si vous avez des infos là dessus ça m'intéresse et je vous remercie.
  17. Ludovic13007

    CAQ, délais après accusés de réception

    Bonjour Mon futur employeur a envoyé ma demande de CAQ au service de l'immigration le 17 janvier (PTT avec une description de poste qui devrait être identifié par un CNP à processus simplifié). Le 31 janvier ils ont reçu l'accusé de réception du Provincial. Le 13 février ils ont reçu celui du Fédéral. A partir de maintenant combien de temps pour recevoir le CAQ ? Ai-je une chance de l'avoir avant fin février pour lancer mon préavis de 3 mois ? Bonne journée
  18. andrea.camille.léo

    Installation à Ville de Québec

    Bonjour, Ma femme, mon fils de 2 ans et demi et ma futur fille (naissance prévu pour mi-septembre) venons nous installer au Québec à partir d'octobre. Ma femme ne travaillera pas au moins pendant un an, mon fils ira sans doute à l’école vision de Québec, mon salaire sera de 64K annuel, environ 3160$ / mois REER et impôt déduit (dites moi si mes estimations sont fausses) J'aurai voulut avoir des conseils, déjà si toute fois avec ce salaire et une famille de 4 personnes, nous pourrons nous en sortir. Ensuite niveau, loyer actuellement nous cherchons un appartement en centre ville pour un loyer d'environ 850$, sommes nous dans le vrai ? Savoir si vous avez des avis sur l’École vision qui nous semble top, mais peut-être nous trompons nous ... De plus niveau nourriture à Quebec combien budgétiserez vous / mois ? (nous avons comptés environ 500$ par mois). En attendant de vous lire, bonne journée !! Camille et Andréa
  19. cynthiamontier

    Permis de travail ouvert ou permis de travail ? ou encore PVT?

    Bonjour à tous Je me présente, je m'appelle Cynthia. Je suis étudiante en échange international au Saguenay, pour normalement 5 mois. De ce fait, je n'ai aucun titre de séjour à l'exception d'un AVE, autorisation de voyage électronique, qui ne me permet pas de travailler ni de rester plus longtemps; Or j'aimerais travailler, et voyager, prolonger mon séjour. Je ne sais pas par où commencer ni comment m'y prendre. J'ai entrepris une demande de PVT il y a une semaine mais je ne mise pas beaucoup d'espoir là-dessus... J'envisage de demander un permis de travail ouvert et de postuler partout où je le pourrai... Est-ce que vous verriez d'autres solutions plus efficaces ? Est-ce que le permis de travail ouvert est compliqué et long à obtenir ? Ne vaut-il pas mieux que j'attende de trouver une offre et un employeur pour postuler à un permis de travail ? Qu'en dites vous ? Je vous remercie par avance de votre aide et vous souhaite à tous une belle soirée/journée !
  20. Sohaib

    Demeurer au Quebec après DEP 1800H

    Bonjour a tous et a toutes, Je suis un étudiant étranger au Quebec depuis août 2016, ma formation finit dans quelques mois, mais j aimerais résider au Canada après la fin de mes études. La fin de mes études est le 24 Mars 2018, et l'expiration de mon permis d’études et mon visa c'est le 31 mars 2018 (7 jours seulement après la fin des études!!!) Que dois-je faire pour avoir la résidence permanente sans être oblige de retourner au pays.. C'est vraiment difficile a comprendre la procédure car il y a beaucoup de facteurs (Permis de travail Post-Diplôme, PEQ, CSQ, Visa..) Veuillez s'il vous plait m'expliquer ce qu'il faut faire je trouve de l'aide nul part.. Merci.
  21. JulienMenard

    PERMIS DE TRAVAIL SANS PROMESSE D'EMBAUCHE

    Bonjour à tous Julien, 26 ans, Français, travailler 8 ans dans l'armée Française. Ça fais quelques années que ça me trotte, et j'ai donc pris la décision de partir vivre au Canada pour la suite de mon aventure. Je viens à vous car j'ai quelques questions en tête. Je vous explique mon cas ... J'ai un ami qui sait marié avec une Québecoise. Cela fais maintenant 5 ans qu'il vie à Montréal. Je souhaite le rejoindre, et travailler, dans la même entreprise de sécurité que lui. Il a déjà le statut de responsable. Je souhaites venir au Canada cette année, je peut avoir ce job, mais que si je passe la formation de 2 semaines qui est interne au Québec. Cette formation ce passe en interne directement au Canada. Une fois cette formation passé, l'entreprise serais prête à me prendre. De ce fait, que je n'ai pas de promesse d'embauche de ce job. 1. Es ce que je peut faire une demande de Permis ou de Visa sans avoir un job concret et trouver la-bas ? 2. Je ne sais pas quoi faire ( Visa, Permis ) ou autre ... Pour ensuite allais passer ma formation puis ensuite faire ma demande de Visa Permanent. ( une fois sur place ). Bonne journée à vous Je vous en remercie d'avance. Cordialement.
  22. Bonjour, J'ai actuellement 17 ans et je réside en France. Cet été je serais au Canada pendant la période juillet-août et j'aimerais savoir si il m'est possible de travailler la bas, en sachant que je possède la nationalité canadienne. Si oui quelles démarches dois je faire ? Et comment trouver ce travail tant que je ne suis pas sur place (tout type de travail me convient). Merci d'avance
  23. Bonjour a tous et a toutes, Je finirai mon DEP 1800h en telecom le 24 mars 2018, avec un visa et permis d’études encore valable pour quelques jours. L'agent de CIC m'a expliqué la procédure pour avoir le Permis de Travail Post-Diplôme (demander en ligne et payer les frais, cela peut prendre 1mois ou plus) Mais d’après plusieurs témoignages sur le forum, il y a la possibilité de faire un petit Tour de Poteau a Lacolle, payer les frais et avoir le Permis de Travail en moins d'une heure! Est-ce-que cette procédure est encore valable? est-ce-que ça inclus les personne de nationalité Algérienne? est-ce-que l'obtention du permis de travail post-diplôme va m'autoriser de demeurer au Canada? PS: mon visa(et permis d'etudes et CAQ) actuel a titre d’étudiant est valide du 27 Aout 2016 au 31 Mars 2018 J'ai hâte de lire vos réponses, merci infiniment!
  24. RobinLaCapuche

    Tailleur de pierre au Canada

    Bonjour, je suis actuellement tailleur de pierre sur Nantes (France 44) ,j'ai 28 ans et j'aimerai exercer mon métier au canada. Est-il possible d’être mis en contact avec des casses cailloux? Je suis preneur de bons plans et conseils. Bonne soirée à vous Robin
  25. NICKY12

    Etudiante de 15 ans veut travailler

    Bonjour, Peut-être pourrez-vous m'aider : ma fille et moi sommes arrivées à Montréal il y a 2 mois avec des visas étudiants. Pour ma part, j'ai le droit de travailler jusqu'à 20h00 par semaine. Mais ma fille qui a 15 ans souhaite faire de la figuration, des photos publicitaires, en passant par une agence; le problème c'est que son permis d'étude ne l'autorise pas à travailler. Dois-je faire une demande de permis de travail pour elle, tout en sachant qu'elle est mineure ? Si d'autres personnes se sont retrouvées dans ce cas, merci de m'aider.
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles