Jump to content
Sign in to follow this  
mimi44

Retour en France et grosse déception

Recommended Posts

Il y a 3 heures, bleu-sang a dit :

A kuroczyd : Le problèmes n' est pas là. On ne se plaint pas forcement mais il faut être lucide.

La démocratie tel qu' elle est pratiqué en France n' est plus adapté. Un certain nombres de politiques admettent eux-même que le système a besoin d' être changé. La cinquième république a été mise en place et conçu pour asseoir le pouvoir de De Gaulle. La plupart des politologues et des historiens s' accordent sur ce point. Or ce système a commencé a montrer de sérieuses failles à la fin des 30 glorieuses.

L ' époque avait changé. Maintenant nous avons une démocratie fantoche et je suis navré mais les gens ne votent pas pour un programme mais pour des promesses. Hollande l' a bien compris. Son programme était vide et le peu de promesses qu' il contenait; il s' avait d' avance qu' il ne pourrai pas les tenir. Alors Qui doit alors se plaindre ? Ceux qui ne votent pas et qui par ce geste qui est aussi civique que le fait de voter ( car il s' agit d' un choix à près tout ) oeuvre à fragiliser un système qui ne les représentent pas ? Ou ceux qui votent pour faire perdurer un système dont ils se plaignent légitimement ( ben oui; ils ont voté eux ) car ils savent d' avancent qu' ils ont choisi le miroir aux alouettes ?

Qui sont les moutons ?

Parce que tu trouves que c'est civique de ne pas aller voter ? On oublie très vite que des gens meurent encore aujourd'hui pour que d'autres puissent avoir ce droit un jour.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, bleu-sang a dit :

A kuroczyd : Le problèmes n' est pas là. On ne se plaint pas forcement mais il faut être lucide.

La démocratie tel qu' elle est pratiqué en France n' est plus adapté. Un certain nombres de politiques admettent eux-même que le système a besoin d' être changé. La cinquième république a été mise en place et conçu pour asseoir le pouvoir de De Gaulle. La plupart des politologues et des historiens s' accordent sur ce point. Or ce système a commencé a montrer de sérieuses failles à la fin des 30 glorieuses.

L ' époque avait changé. Maintenant nous avons une démocratie fantoche et je suis navré mais les gens ne votent pas pour un programme mais pour des promesses. Hollande l' a bien compris. Son programme était vide et le peu de promesses qu' il contenait; il s' avait d' avance qu' il ne pourrai pas les tenir. Alors Qui doit alors se plaindre ? Ceux qui ne votent pas et qui par ce geste qui est aussi civique que le fait de voter ( car il s' agit d' un choix à près tout ) oeuvre à fragiliser un système qui ne les représentent pas ? Ou ceux qui votent pour faire perdurer un système dont ils se plaignent légitimement ( ben oui; ils ont voté eux ) car ils savent d' avancent qu' ils ont choisi le miroir aux alouettes ?

Qui sont les moutons ?

 

Non correction, les gens votent pour celui qui promet de leur remplir les poches au détriment de tous les autres qui votent pas du bon bord.

Edited by crazy_marty

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, bleu-sang a dit :

 

A hei : tu n' as pas lu mon message ou du moins qu' une toute petite partie.

Je n' ai jamais dit que j' étais contre la démocratie mais contre l' usage dévoyé que nous en faisons dans les pays occidentalisés.

On critique souvent les U.S.A  mais en France aussi le système est devenu du marketing et non de la politique.

Mitterand a commencé et c' était un as de la manipulation et depuis ça se dégrade.

Comme le dit crazy marty ; on promet la lune et on pretend qu' on l' obtiendra sans fournir d' efforts.

Ne pas voter pour des menteurs me semblent assez normal. Les français prétendent être libre de leurs actes et de leurs pensées .

Ce qui s' abstiennent de voter ne supporte plus qu' on les prennent pour des crétins et ils voteraient certainement si on les écouter réellement.

Par exemple; durant les régionales alors que la gauche recule nettement ; le ministre de la défense ( j' ai oublié son nom ) a largement gagné car il a été honnête et il a assumé ses positions. C' est ce que demande les abstentionnistes : des politiques honnêtes et droits qui font ce qu' ils avancent . On ne veut pas de publicitaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir à toutes et à tous.

Je trouve bien dommage que le fil de mimi44 ait tourné en séance de jugements de certains internautes sur d'autres.

Qui sommes-nous pour juger de parfaits inconnus "du Net" ? Connaissons-nous intimement leur vie, leur vécu, leur ressenti ... ?

Enfin voilà, c'etait juste une remarque qui me tenait à coeur.

@Mimi44, je te souhaite un bon retour au Québec. On fait parfois des erreurs dans la vie et lorsque l'on a la chance ou l'opportunité de les réparer, alors on doit se battre pour cela.

Ne jamais avoir de regrets .... jamais ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 12/14/2015 at 09:08, crazy_marty a dit :

 

Quand on aura compris que ceux qui votent FN n'adhèrent pas à leurs idées mais ont simplement envie de changement...on aura fait de beaux progrès. Mais bon, tant que le gros des moutons continuera à voter pour les mêmes abrutis année après année, on avancera pas plus. 

 

Y'a encore des gens qui sont capables de voter pour le PS et pour la clique de Flamby. Même les écolos qui se sont faits fourrer et pas qu'un peu depuis l'arrivée de Flamby, trouvent encore les ressources pour enterrer leur honneur et appeler à voter Flamby.

 

Y'a encore des gens qui sont capables de voter pour LR et la clique à Sarko. La mémoire sélective des électeurs fait peur. 

 

Pis y'a des gens qui votent par raz-le-bol et désespoir et qui comme à chaque fois, ressortent incompris par les politiques dirigeantes et se font insulter de tous les noms au passage. 

 

30 ans de bordel, de politicards sans conviction et sans réelle action...30 ans que les gens votent pour les mêmes. Et dans 30 ans? On dira que c'est la faute aux autres et on votera encore et toujours pour les mêmes glandus. Un éternel recommencement.

 

Un peu comme ici, quoi

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, bleu-sang a dit :

A hei : tu n' as pas lu mon message ou du moins qu' une toute petite partie.

Je n' ai jamais dit que j' étais contre la démocratie mais contre l' usage dévoyé que nous en faisons dans les pays occidentalisés.

On critique souvent les U.S.A  mais en France aussi le système est devenu du marketing et non de la politique.

Mitterand a commencé et c' était un as de la manipulation et depuis ça se dégrade.

Comme le dit crazy marty ; on promet la lune et on pretend qu' on l' obtiendra sans fournir d' efforts.

Ne pas voter pour des menteurs me semblent assez normal. Les français prétendent être libre de leurs actes et de leurs pensées .

Ce qui s' abstiennent de voter ne supporte plus qu' on les prennent pour des crétins et ils voteraient certainement si on les écouter réellement.

Par exemple; durant les régionales alors que la gauche recule nettement ; le ministre de la défense ( j' ai oublié son nom ) a largement gagné car il a été honnête et il a assumé ses positions. C' est ce que demande les abstentionnistes : des politiques honnêtes et droits qui font ce qu' ils avancent . On ne veut pas de publicitaires.

Je n'ai jamais dit que tu étais contre la démocratie, disons que le fait de ne pas aller voter me gêne même si c'est démocratique mais non civique, tu es libre ou non de ne pas le faire mais c'est avant tout un devoir qu'on se doit de remplir par respect pour ceux qui y ont laisser leur vie, il vaut mieux voter blanc que s'abstenir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 13/12/2015 at 15:17, Racinette a dit :

Je vois d'où peut venir le malentendu.

Je suis française et j'aime le débat, la discussion. J'avance des idées et j'attends les réactions. C'est tout.

Je n'ai aucune certitude. Quand j'ai un point de vue sur un sujet ou un autre, j'avance mes arguments et je lis ceux des autres. Quand je ne suis pas convaincue, je reviens à la charge. Je mets mes arguments à l'épreuve. C'est tout.

 

Je te corrige après avoir relu tous tes commentaires :

il n'y a pas de malentendu, tu n'aimes pas la discussion et tu assènes tes vérités en jugeant les sentiments et ressentis des autres de façon systématiquement négative. Tu prends tout le monde de haut, sans même te demander quelles sont les raisons profondes de leurs sentiments. Tu es bourrée de certitudes, au point que quand on argumente contre toi, tu le dis toi-même, tu reviens à la charge. Tu es française, et tu N'aimes PAS le débat. Si tu faisais un peu preuve d'ouverture d'esprit, tu accepterais que la majorité des personnes vivent mal leur retour et le regrettent, pour plusieurs raisons qui leur sont propres. Ton retour s'est bien passé ? Tant mieux pour toi. Mais alors, quelle est la vraie raison de ton retour ? C'est plutôt là que devraient se situer tes arguments, et non pas systématiquement qualifier les arguments des autres comme "trop noirs", "non-réalistes" ...

Si je devais rentrer en France, il faudrait de sacrées raisons, et pas seulement familiales ou professionnelles, il faudrait venir me chercher. Car à ce jour, je n'ai pas envie de re-subir l'administration, me battre pour avoir un boulot dans mon domaine, assister au déclin d'un pays dont j'ai de plus en plus de mal à être fier, me navrer de la pauvreté du débat politico-social, me faire bousculer-tasser-piétiner dans les transports en commun, d'être méprisé socialement, intellectuellement et professionnellement ...

Contrairement à beaucoup, je suis venu en Amérique du Nord avec beaucoup d’à-prioris négatifs, socio-culturels notamment. Avec une vision enchanteresse de la France. Aujourd'hui, après près de 6 années, mon opinion a beaucoup changé, que ce soit vis-à-vis des Québécois, des Canadiens, mais aussi des Américains. Certes, ce n'est pas la paradis, loin de là et tout le monde le dit, mais moi, j'y trouve mon bonheur alors que je déprimais en France ...

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, PhilMP a dit :

Je te corrige après avoir relu tous tes commentaires :

il n'y a pas de malentendu, tu n'aimes pas la discussion et tu assènes tes vérités en jugeant les sentiments et ressentis des autres de façon systématiquement négative. Tu prends tout le monde de haut, sans même te demander quelles sont les raisons profondes de leurs sentiments. Tu es bourrée de certitudes, au point que quand on argumente contre toi, tu le dis toi-même, tu reviens à la charge. Tu es française, et tu N'aimes PAS le débat. Si tu faisais un peu preuve d'ouverture d'esprit, tu accepterais que la majorité des personnes vivent mal leur retour et le regrettent, pour plusieurs raisons qui leur sont propres. Ton retour s'est bien passé ? Tant mieux pour toi. Mais alors, quelle est la vraie raison de ton retour ? C'est plutôt là que devraient se situer tes arguments, et non pas systématiquement qualifier les arguments des autres comme "trop noirs", "non-réalistes" ...

Si je devais rentrer en France, il faudrait de sacrées raisons, et pas seulement familiales ou professionnelles, il faudrait venir me chercher. Car à ce jour, je n'ai pas envie de re-subir l'administration, me battre pour avoir un boulot dans mon domaine, assister au déclin d'un pays dont j'ai de plus en plus de mal à être fier, me navrer de la pauvreté du débat politico-social, me faire bousculer-tasser-piétiner dans les transports en commun, d'être méprisé socialement, intellectuellement et professionnellement ...

Contrairement à beaucoup, je suis venu en Amérique du Nord avec beaucoup d’à-prioris négatifs, socio-culturels notamment. Avec une vision enchanteresse de la France. Aujourd'hui, après près de 6 années, mon opinion a beaucoup changé, que ce soit vis-à-vis des Québécois, des Canadiens, mais aussi des Américains. Certes, ce n'est pas la paradis, loin de là et tout le monde le dit, mais moi, j'y trouve mon bonheur alors que je déprimais en France ...

 

 

Et surtout, en donneuse de leçons, elle ne remplit même pas ses devoirs civiques de citoyenne!

Qui c'est qui a dit "ou tu votes, ou tu fermes ta g....." ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.

 

Voila comment des sous-qualifiés français trouvent une job qui gagne bien au pays des bras cassés et n'arrivent plus à rentrer chez eux...

 

Idem pour moi, si ma job ne me rapportait pas 300K/an je ne resterais pas chez ces ploucs mais je n'arrive plus à rentrer dans ma belle Normandie ou ils demandent des compétences que je ne peux prétendre détenir pour un salaire inférieur de moitié ... donc je reste au congélo et j'amasse comme un écureuil.

 

Edited by Lefrancais

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 9/12/2015 at 15:14, mimi44 a dit :

Retour en France et grosse déception

 

La France s'en va dans le mur. Encore le mois passé, il y a eu une augmentation inquiétante du nombre de chômeurs...

 

La France, c'est le chômage de masse, une croissance anémique, l'état d'urgence, des soldats avec des mitraillettes un peu partout, un niveau de dette inquiétant, un déficit abyssal de la sécurité sociale, le gouvernement français avec une incapacité de faire un budget équilibré depuis plus de 30 ans,  des quartiers dit " sensibles " constamment au bord de l'émeute etc.

 

Alors retourner en France dans un tel contexte, c'est un pensez- y bien.

 

Heureusement pour mimi44, elle peut retourner au Québec.

 

 

Edited by resterzen

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Il y a 10 heures, Cherrybee a dit :

 

Et surtout, en donneuse de leçons, elle ne remplit même pas ses devoirs civiques de citoyenne!

Qui c'est qui a dit "ou tu votes, ou tu fermes ta g....." ?

 

Un abruti (par la propagande gouvernementale du "nous sommes en démocratie"), sans doute !!

Ceci dit, politiquement, l’abstentionnisme désigne l’attitude de celui qui n’exerce pas son droit de vote, tandis que, juridiquement, l’abstentionnisme désigne l’attitude d’un électeur qui exerce son droit de vote en ne votant pas, conformément à la loi (vous n'exercez jamais en permanence tous les droits dont vous disposez).

Il me semble, qu’étant une expression du droit de vote, l’abstention devrait donc être comptabilisée dans les calculs électoraux.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, resterzen a dit :

 

La France s'en va dans le mur. Encore le mois passé, il y a eu une augmentation inquiétante du nombre de chômeurs...

 

La France, c'est le chômage de masse, une croissance anémique, l'état d'urgence, des soldats avec des mitraillettes un peu partout, un niveau de dette inquiétant, un déficit abyssal de la sécurité sociale, le gouvernement français avec une incapacité de faire un budget équilibré depuis plus de 30 ans,  des quartiers dit " sensibles " constamment au bord de l'émeute etc.

 

Alors retourner en France dans un tel contexte, c'est un pensez- y bien.

 

Heureusement pour mimi44, elle peut retourner au Québec.

 

 

Oui tu as raison la France s'en va dans le mur. Je vais me donner tous les moyens nécessaires pour revenir dans mon pays d'adoption et enfin rentrer chez moi. Et oui ici en France je ne me sens plus chez moi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, celine.gov a dit :

Bonsoir à toutes et à tous.

Je trouve bien dommage que le fil de mimi44 ait tourné en séance de jugements de certains internautes sur d'autres.

Qui sommes-nous pour juger de parfaits inconnus "du Net" ? Connaissons-nous intimement leur vie, leur vécu, leur ressenti ... ?

Enfin voilà, c'etait juste une remarque qui me tenait à coeur.

@Mimi44, je te souhaite un bon retour au Québec. On fait parfois des erreurs dans la vie et lorsque l'on a la chance ou l'opportunité de les réparer, alors on doit se battre pour cela.

Ne jamais avoir de regrets .... jamais emoji123.png?

C'est juste en personne en particulier qui se reconnaîtra d'ailleurs. Apparemment cette personne a souvent pris l'habitude de foutre la zizanie dans les groupes de discussion. Si ça lui fait plaisir qu'elle continue moi perso je préfère l'ignorer comme on dit l'ignorance est le meilleur des mépris 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Hei a dit :

Je n'ai jamais dit que tu étais contre la démocratie, disons que le fait de ne pas aller voter me gêne même si c'est démocratique mais non civique, tu es libre ou non de ne pas le faire mais c'est avant tout un devoir qu'on se doit de remplir par respect pour ceux qui y ont laisser leur vie, il vaut mieux voter blanc que s'abstenir.

C ' est vrai ; je cherchais juste à clarifier un peu notre échange.

Je voterai volontiers si un jour un politicien me semble sincère. Mais hollande ou sarko ? Ou est le choix ?

Voter blanc ne sert à rien. Ces votes ne sont jamais pris en compte . Quand on vote pour deux candidats; que le premier obtient par exemple 52%  et le second 48% ; ça signifie que 100% des votants ont exprimé un choix ? Absolument personne n' a voté blanc ou nul ?

Je n' ai pas envie de voter pour un candidat en qui je n' ai pas confiance et quand tu vote blanc c' est un peu comme ci tu votais un peu pour les deux. Je suis libre et je refuse que l' on me force à faire un non-choix. Le centre-droit milite depuis au moins 10 ans pour que les votes blancs soit enfin pris en compte et si ça arrive un jour alors nous aurons un système bien plus démocratique.

Et il y aura peut-être moins d' abstentionnistes.

Pour finir; tu remarquera que lors d' élections; on donne toujours le pourcentage d' abstentionnistes et jamais celui des votes blancs.

C' est peut-être malheureux mais avec ce système ta voix est plus audible quand elle ne s' exprime pas.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour mimi, moi ça fait plus de 2 ans que je suis revenu.

 

Pour ma part, mon retour était dû en partie au travail. Je travaillais dans une des nombreuses firmes d'ingénierie touché et pris dans la tourmente de la commission charbonneau. Le domaine était bloqué, les projets aussi, donc pas de perspective d'avenir pour ma part.

Aussi, comme ma famille étant toute en France, le meilleur des soutiens dans les moments durs, donc après 9 années au Québec, retour en France.

 

Au retour, en bonne réputation des administrations française, les démarches ont pris leur temps...
Point de vue recherche de travail, ça se passait plutôt bien, plusieurs contacts, mais qui ne correspondait pas toujours à mon profil et compétences... dans le style, on est là pour encaisser (cabinet de recrutement) même si ça correspond pas.

 

Ma 1ere expérience de travail dans un grand groupe,  ne fut pas des plus concluntes : tombés sur un responsable vieux gars célibataire proche de la retraite qui n'a eu que son travail dans la vie et qui malheureusement provoquait une très mauvaise ambiance dans le bureau créant un clivage entre ces "bons" et les "mauvais". Tant que je ne côtoyait pas les mauvais, tout se passait bien, mais dès lors que j'ai parlé au "mauvais" (qui m'ont donné leurs son de cloche) durant le repas de Noël sans sa présence,  c'était alors fini pour moi...
Par la suite, je suis tombé dans une petite PME, qui m'a pris pour combler un trou même sans expérience dans le domaine... sans compter l'accueil glacial d'un de mes collègues, le manque d'encadrement dans le cas d'une personne sans expérience dans le domaine et le manque d'ouverture de personnes de mon département d'origine... bref encore une mauvaise expérience !
J'ai eu une autre expérience guère plus concluante en tant que prestataire.

 

Bref, je ne sais pas si c'est une succession de malchance en tombant sur les mauvaises expériences ou bien j'ai été trop habitué au milieu de travail québécois ayant fait la majeure partie de ma carrière au Qc ?

 

Ces derniers temps, je réfléchis de plus en plus à revenir au Québec, là où j'ai été le mieux accueilli et considéré.

 

Peut être que ce retour, comme me disait des amis qui sont passés par le Qc puis revenu en France et sont maintenant en Irlande, est une piqûre de rappel pour se rappeler des raisons pourquoi on fait le choix d'immigrer.

 

On ne peut dresser un tableau noir sur la France, sans en dresser un autre pour le pays qui nous accueille en tant qu'immigrant. Ce que l'on gagne d'un côté, ce perd de l'autre et vice et versa.

Je vais encore tenter une dernière expérience en France, essayer de retrouver ma vie, car depuis mon retour, je suis chez mes parents, donc pas facile d'avoir son indépendance surtout après 9 années loin de eux...

Le choix du retour actuellement m'est difficile, j'aurais le sentiment d'abandonner mes parents, ma famille  de nouveau, même si quand j'ai immigré en 2004, je m'en suis guère préoccupé. 

Je veux pas non plus partir de France suite à un "échec" sans avoir vraiment vécu la vie française. 

Donc l'année qui vient sera déterminante pour mon avenir, espérant qu'elle soit meilleur que l'actuel ! 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, seraphin a dit :

Bonjour mimi, moi ça fait plus de 2 ans que je suis revenu.

 

Pour ma part, mon retour était dû en partie au travail. Je travaillais dans une des nombreuses firmes d'ingénierie touché et pris dans la tourmente de la commission charbonneau. Le domaine était bloqué, les projets aussi, donc pas de perspective d'avenir pour ma part.

Aussi, comme ma famille étant toute en France, le meilleur des soutiens dans les moments durs, donc après 9 années au Québec, retour en France.

 

Au retour, en bonne réputation des administrations française, les démarches ont pris leur temps...
Point de vue recherche de travail, ça se passait plutôt bien, plusieurs contacts, mais qui ne correspondait pas toujours à mon profil et compétences... dans le style, on est là pour encaisser (cabinet de recrutement) même si ça correspond pas.

 

Ma 1ere expérience de travail dans un grand groupe,  ne fut pas des plus concluntes : tombés sur un responsable vieux gars célibataire proche de la retraite qui n'a eu que son travail dans la vie et qui malheureusement provoquait une très mauvaise ambiance dans le bureau créant un clivage entre ces "bons" et les "mauvais". Tant que je ne côtoyait pas les mauvais, tout se passait bien, mais dès lors que j'ai parlé au "mauvais" (qui m'ont donné leurs son de cloche) durant le repas de Noël sans sa présence,  c'était alors fini pour moi...
Par la suite, je suis tombé dans une petite PME, qui m'a pris pour combler un trou même sans expérience dans le domaine... sans compter l'accueil glacial d'un de mes collègues, le manque d'encadrement dans le cas d'une personne sans expérience dans le domaine et le manque d'ouverture de personnes de mon département d'origine... bref encore une mauvaise expérience !
J'ai eu une autre expérience guère plus concluante en tant que prestataire.

 

Bref, je ne sais pas si c'est une succession de malchance en tombant sur les mauvaises expériences ou bien j'ai été trop habitué au milieu de travail québécois ayant fait la majeure partie de ma carrière au Qc ?

 

Ces derniers temps, je réfléchis de plus en plus à revenir au Québec, là où j'ai été le mieux accueilli et considéré.

 

Peut être que ce retour, comme me disait des amis qui sont passés par le Qc puis revenu en France et sont maintenant en Irlande, est une piqûre de rappel pour se rappeler des raisons pourquoi on fait le choix d'immigrer.

 

On ne peut dresser un tableau noir sur la France, sans en dresser un autre pour le pays qui nous accueille en tant qu'immigrant. Ce que l'on gagne d'un côté, ce perd de l'autre et vice et versa.

Je vais encore tenter une dernière expérience en France, essayer de retrouver ma vie, car depuis mon retour, je suis chez mes parents, donc pas facile d'avoir son indépendance surtout après 9 années loin de eux...

Le choix du retour actuellement m'est difficile, j'aurais le sentiment d'abandonner mes parents, ma famille  de nouveau, même si quand j'ai immigré en 2004, je m'en suis guère préoccupé. 

Je veux pas non plus partir de France suite à un "échec" sans avoir vraiment vécu la vie française. 

Donc l'année qui vient sera déterminante pour mon avenir, espérant qu'elle soit meilleur que l'actuel ! 
 

Ton expérience est très intéressante, notamment dans ton expression "rappeler des raisons pourquoi on fait le choix d'immigrer".

Peut-être finalement que la réussite du retour dépend finalement de la raison de départ. Je m'explique : si tu émigres pour changer simplement de paysage et de culture, un peu comme des vacances, alors le retour est plus facile car c'est comme "rentrer à la maison". Mais si tu émigres parce que, par exemple, professionnellement, ça ne va pas du tout en France, alors effectivement, les choses ne changeant pas en 5 ou 10 ans (on peut même dire 30 ans), le retour sera très difficile.

Tu as, je pense, mis le doigt là où il faut !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, seraphin a dit :

Bonjour mimi, moi ça fait plus de 2 ans que je suis revenu.

 

Pour ma part, mon retour était dû en partie au travail. Je travaillais dans une des nombreuses firmes d'ingénierie touché et pris dans la tourmente de la commission charbonneau. Le domaine était bloqué, les projets aussi, donc pas de perspective d'avenir pour ma part.

Aussi, comme ma famille étant toute en France, le meilleur des soutiens dans les moments durs, donc après 9 années au Québec, retour en France.

 

Au retour, en bonne réputation des administrations française, les démarches ont pris leur temps...
Point de vue recherche de travail, ça se passait plutôt bien, plusieurs contacts, mais qui ne correspondait pas toujours à mon profil et compétences... dans le style, on est là pour encaisser (cabinet de recrutement) même si ça correspond pas.

 

Ma 1ere expérience de travail dans un grand groupe,  ne fut pas des plus concluntes : tombés sur un responsable vieux gars célibataire proche de la retraite qui n'a eu que son travail dans la vie et qui malheureusement provoquait une très mauvaise ambiance dans le bureau créant un clivage entre ces "bons" et les "mauvais". Tant que je ne côtoyait pas les mauvais, tout se passait bien, mais dès lors que j'ai parlé au "mauvais" (qui m'ont donné leurs son de cloche) durant le repas de Noël sans sa présence,  c'était alors fini pour moi...
Par la suite, je suis tombé dans une petite PME, qui m'a pris pour combler un trou même sans expérience dans le domaine... sans compter l'accueil glacial d'un de mes collègues, le manque d'encadrement dans le cas d'une personne sans expérience dans le domaine et le manque d'ouverture de personnes de mon département d'origine... bref encore une mauvaise expérience !
J'ai eu une autre expérience guère plus concluante en tant que prestataire.

 

Bref, je ne sais pas si c'est une succession de malchance en tombant sur les mauvaises expériences ou bien j'ai été trop habitué au milieu de travail québécois ayant fait la majeure partie de ma carrière au Qc ?

 

Ces derniers temps, je réfléchis de plus en plus à revenir au Québec, là où j'ai été le mieux accueilli et considéré.

 

Peut être que ce retour, comme me disait des amis qui sont passés par le Qc puis revenu en France et sont maintenant en Irlande, est une piqûre de rappel pour se rappeler des raisons pourquoi on fait le choix d'immigrer.

 

On ne peut dresser un tableau noir sur la France, sans en dresser un autre pour le pays qui nous accueille en tant qu'immigrant. Ce que l'on gagne d'un côté, ce perd de l'autre et vice et versa.

Je vais encore tenter une dernière expérience en France, essayer de retrouver ma vie, car depuis mon retour, je suis chez mes parents, donc pas facile d'avoir son indépendance surtout après 9 années loin de eux...

Le choix du retour actuellement m'est difficile, j'aurais le sentiment d'abandonner mes parents, ma famille  de nouveau, même si quand j'ai immigré en 2004, je m'en suis guère préoccupé. 

Je veux pas non plus partir de France suite à un "échec" sans avoir vraiment vécu la vie française. 

Donc l'année qui vient sera déterminante pour mon avenir, espérant qu'elle soit meilleur que l'actuel ! 
 

Beau témoignage tu as raison de te laisser du temps et de ne pas prendre de décision hâtive. Pour ma part le Québec m'a aussi beaucoup plus valorisée sur le plan professionnel. Le retour en France professionnellement parlant est très difficile pour mon mari et moi. Maintenant oui les raisons qui nous ont poussées à immigrer avant tout étaient d'avoir une meilleure vie. Mon mari a eu une opportunité et du coup oui tu as raison le retour fait mal retour à la case départ avec les problèmes qu'il y avait 6 ans auparavant. Je ne sais pas si nous pourrons retourner vivre au Québec mais on va s'en donner les moyens maintenant on se laisse nous aussi 1 an. Si dans un an nous n'avons rien trouvé nous ne prendrons pas de risque d'y retourner sans avoir un travail.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, PhilMP a dit :

Ton expérience est très intéressante, notamment dans ton expression "rappeler des raisons pourquoi on fait le choix d'immigrer".

Peut-être finalement que la réussite du retour dépend finalement de la raison de départ. Je m'explique : si tu émigres pour changer simplement de paysage et de culture, un peu comme des vacances, alors le retour est plus facile car c'est comme "rentrer à la maison". Mais si tu émigres parce que, par exemple, professionnellement, ça ne va pas du tout en France, alors effectivement, les choses ne changeant pas en 5 ou 10 ans (on peut même dire 30 ans), le retour sera très difficile.

Tu as, je pense, mis le doigt là où il faut !

J'aime bien ton analyse PhilMP car elle résonne en moi. J'ai immigré au QC par envie d'aventure et de découverte d'un autre paysage, d'une autre culture comme tu dis et j'ai saisi une opportunité pour le faire. Je suis rentrée en France après 6 ans au Canada et le retour a été relativement facile effectivement. Réadaptation facile et le sentiment que je n'étais que très peu de temps partie, un job trouvé également rapidement. Aujourd'hui je suis contente d'être rentrée en France mais je crois surtout que le retour en France s'est bien passé parce que j'étais prête pour cela et que j'ai cru à ma chance aussi! Et ça à mon sens c'est capital car si on rentre contre son gré ou suite à un aléas dans sa vie sans avoir projeté cette éventualité avant dans sa tête c'est peut-être bien là qu'on risque de vivre un retour difficile. Et  tout autant si on se met dans un état d'esprit pessimiste avant même d'entreprendre!

Je n'ai plus l'enthousiasme des débuts (cette période de lune de miel existe aussi au retour il faut croire) et je peux vous dire que ma situation niveau boulot n'est pas au top puisque qu'après un contrat temporaire à mon retour qui m'a éreinté, j'ai repris l'activité que j'avais au Canada et que je viens d'y mettre un terme et donc me retrouve sur le marché de l'emploi français pour le début d'année prochaine.

 

Néanmoins je voudrais dire une chose à Mimi44: on ne peut pas jongler à long terme entre 2 pays et je suis bien placée pour te le dire. Il va falloir faire un choix.

Ton retour est-il vraiment une erreur? Ne penses-tu pas que c'était peut-être simplement une étape dans ton chemin de vie? Que cela allait peut-être t'amener à vraiment identifier des désirs profonds?

On est bien d'accord que sans boulot il est difficile de se sentir heureux mais on ne change pas de pays pour un boulot et ça je crois qu'il faudrait plus le dire aux candidats à l'immigration!

Car avec un travail, on peut assurer son existence financière, temporiser pour atteindre quelque chose d'autre, parfois se réaliser mais il ne changera pas la mentalité du pays d'accueil en aucune façon et si on n'est pas en harmonie et en acceptation de cette mentalité, tôt ou tard ça va coincer donc si je peux à mon tout petit niveau tenter de te donner un conseil c'est de te poser la question: est-ce que je me sens en accord avec la mentalité française? Est-ce que je me sens au fond de moi française?

Et distincte bien ta réponse de la déception de ne pas avoir retrouvé la France que tu as quitté, car on fait tous ça (nostalgie des racines), on s'est fait une idée d'un pays en vivant loin déconnecté du quotidien! Oui le pays a changé mais tu n'as pas vraiment vécu ces changements et là tu te les prends d'un coup en pleine face au retour! Il y en a des choses à rattraper! C'est toujours moins plaisant de devoir rattraper des choses où l'on a brillé par notre absence que de se nourrir d'expériences pour tenter d'appréhender une nouvelle donne.

 

Moi, je crois que la clé est de savoir comment tu te sens au moment où tu es dans chacun des pays.

Pas le souvenir de tel ou tel moment mais lorsque tu as pleine conscience d'être là où tu te trouves, ton cœur te dit quoi? Ne penses pas à la faisabilité, aux opportunités professionnelles... Un jour que tu es "dans de bonnes vibes", par une belle journée, balade toi par exemple dans une rue qui te plait stoppe à un arrêt de bus, regarde le paysage, les gens, la vie qui se déroule devant toi quoi... Que vois-tu? Que décrirais-tu?

Là où tu noteras moins de défauts et + de points positifs dans un temps imposé est là où tu devrais t'installer. Fais-le dans un pays puis l'autre sans surtout chercher à compter les + les -, sans vouloir comparer, fais-le de façon intuitive et je crois que tu auras ta réponse. Je ne sais pas si cette expérience t'est réalisable...

 

J'espère que tu pourras rapidement apporter une réponse à ton questionnement car rester dans le doute et l'éventualité de est inconfortable et épuisant ;)

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, TITNINI a dit :

J'aime bien ton analyse PhilMP car elle résonne en moi. J'ai immigré au QC par envie d'aventure et de découverte d'un autre paysage, d'une autre culture comme tu dis et j'ai saisi une opportunité pour le faire. Je suis rentrée en France après 6 ans au Canada et le retour a été relativement facile effectivement. Réadaptation facile et le sentiment que je n'étais que très peu de temps partie, un job trouvé également rapidement. Aujourd'hui je suis contente d'être rentrée en France mais je crois surtout que le retour en France s'est bien passé parce que j'étais prête pour cela et que j'ai cru à ma chance aussi! Et ça à mon sens c'est capital car si on rentre contre son gré ou suite à un aléas dans sa vie sans avoir projeté cette éventualité avant dans sa tête c'est peut-être bien là qu'on risque de vivre un retour difficile. Et  tout autant si on se met dans un état d'esprit pessimiste avant même d'entreprendre!

Je n'ai plus l'enthousiasme des débuts (cette période de lune de miel existe aussi au retour il faut croire) et je peux vous dire que ma situation niveau boulot n'est pas au top puisque qu'après un contrat temporaire à mon retour qui m'a éreinté, j'ai repris l'activité que j'avais au Canada et que je viens d'y mettre un terme et donc me retrouve sur le marché de l'emploi français pour le début d'année prochaine.

 

Néanmoins je voudrais dire une chose à Mimi44: on ne peut pas jongler à long terme entre 2 pays et je suis bien placée pour te le dire. Il va falloir faire un choix.

Ton retour est-il vraiment une erreur? Ne penses-tu pas que c'était peut-être simplement une étape dans ton chemin de vie? Que cela allait peut-être t'amener à vraiment identifier des désirs profonds?

On est bien d'accord que sans boulot il est difficile de se sentir heureux mais on ne change pas de pays pour un boulot et ça je crois qu'il faudrait plus le dire aux candidats à l'immigration!

Car avec un travail, on peut assurer son existence financière, temporiser pour atteindre quelque chose d'autre, parfois se réaliser mais il ne changera pas la mentalité du pays d'accueil en aucune façon et si on n'est pas en harmonie et en acceptation de cette mentalité, tôt ou tard ça va coincer donc si je peux à mon tout petit niveau tenter de te donner un conseil c'est de te poser la question: est-ce que je me sens en accord avec la mentalité française? Est-ce que je me sens au fond de moi française?

Et distincte bien ta réponse de la déception de ne pas avoir retrouvé la France que tu as quitté, car on fait tous ça (nostalgie des racines), on s'est fait une idée d'un pays en vivant loin déconnecté du quotidien! Oui le pays a changé mais tu n'as pas vraiment vécu ces changements et là tu te les prends d'un coup en pleine face au retour! Il y en a des choses à rattraper! C'est toujours moins plaisant de devoir rattraper des choses où l'on a brillé par notre absence que de se nourrir d'expériences pour tenter d'appréhender une nouvelle donne.

 

Moi, je crois que la clé est de savoir comment tu te sens au moment où tu es dans chacun des pays.

Pas le souvenir de tel ou tel moment mais lorsque tu as pleine conscience d'être là où tu te trouves, ton cœur te dit quoi? Ne penses pas à la faisabilité, aux opportunités professionnelles... Un jour que tu es "dans de bonnes vibes", par une belle journée, balade toi par exemple dans une rue qui te plait stoppe à un arrêt de bus, regarde le paysage, les gens, la vie qui se déroule devant toi quoi... Que vois-tu? Que décrirais-tu?

Là où tu noteras moins de défauts et + de points positifs dans un temps imposé est là où tu devrais t'installer. Fais-le dans un pays puis l'autre sans surtout chercher à compter les + les -, sans vouloir comparer, fais-le de façon intuitive et je crois que tu auras ta réponse. Je ne sais pas si cette expérience t'est réalisable...

 

J'espère que tu pourras rapidement apporter une réponse à ton questionnement car rester dans le doute et l'éventualité de est inconfortable et épuisant ;)

 

 

 

 

Merci pour ce beau témoignage. Nous voulons revenir au Québec pour retrouver avant tout les valeurs et la mentalité du pays. Ton exercice est très intéressant il faudrait que je le fasse pour me rendre compte. Ensuite tu as raison lorsque tu dis que vivre dans le doute et l'incertitude est inconfortable. Comme je l'ai déjà dit précédemment notre retour dépendra du travail de mon mari au jour d'aujourd'hui nous ne pouvons plus prendre de risque. Nous avons une petite fille qui a assez subit le changement cette dernière année. 

Il faudra que je fasse ton exercice mais il est vrai que le pays où je me suis sentie heureuse dernièrement est le Québec. Le seul hic c'était la famille qui était beaucoup trop loin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By marine101984
      Voici notre histoire: 
      Voyage de découverte en 2011
      Arrivés en 2013 en RP (à 29 ans)
      Citoyens en 2018
      Nous avons eu un enfant au Québec (et bientôt un 2e). 
      3 ans à Québec, 1 an en Estrie et depuis quelques mois en Montérégie. 
      En 6 ans nous sommes retournés 3 semaines en France pour voir la famille. Certains sont venus de temps en temps mais pas tous. 
       
      Nous avons beaucoup voyagé, mais quasiment uniquement à l'intérieur de la province (+1 séjour de 4 jours à Boston). Le voyage est la découverte sont importantes pour nous et avec 2 semaines de vacances par an, difficile de se promener... 
       
      Ces derniers temps nous nous posons beaucoup de questions quant à un éventuel retour en France. 
       
      Depuis la naissance de notre aîné, nous réalisons à quel point notre famille est importante pour nous. Notre enfant a des grands-parents géniaux et des cousins et cousines, tantes et oncles, qu'elle a vu 2 semaines dans sa vie.... Ici nous n'avons pas réussi à nous recréer une seconde famille d'adoption. Les relations avec les Québecois sont particulières, je ne mets pas tout le monde dans le même panier, mais je ne suis pas tombé sur les bonnes personnes apparemment !! Alors qu'en France nous avons de vrais amis, sur lesquels on peu compter. D'ailleurs nous avons rencontrés certains d'entre eux ici, ils sont rentrés en France et sont heureux de leur choix. 
       
      Le système de santé ici, est une catastrophe, ma fille n'a jamais été suivie depuis sa naissance (je vais ponctuellement dans les cliniques sans rendez-vous lors des maladies, mais on y attend en moyenne 4 heures pour voir des médecins qui ne lèvent même pas la tête de leur ordinateur pour nous dire bonjour, les auscultations sont aléatoires et je trouve un grand manque de professionnalisme, nous semblons être de simples numéros). Elle a eu un problème dermatologique, le médecin nous a prescris une crème sans faire analyser avant par prélèvement, ce qui aurait pu aggraver le problème, mais il voulait "essayer" pour voir, nous avons du attendre 2 mois pour obtenir un rdv pour un prélèvement. Je devais passer un IRM dans un délais de 2 mois, 6 mois plus tard j'attends toujours... Et nous sommes sur liste d'attente pour avoir un médecin de famille depuis 5 ans ! Niveau remboursement, certes on ne paye rien en consultations et aux urgences mais les médicaments même prescris ne sont pas remboursés non plus, les mutuelles coûtent une fortune et ne couvrent pas grand chose: exemple: un nettoyage dentaire coûte 200 $ en moyenne (non couvert par le système public et non couvert par notre assurance privée). 
       
      Le Québec, c'est beau certes, la neige et le froid, les grands espaces :  les premières années c'est magique !! Mais après 6 ans, cela a perdu de son charme pour moi. Tous les villages se ressemblent... Après 500 km, c'est toujours le même panorama: des sapins et des montagnes et des maisons similaires (sauf en Gaspésie, mon endroit préféré au Québec, où les panoramas sont magnifiques). Je suis en manque de patrimoine, de vieilles pierres, d'histoire, de châteaux, de culture, de musées, de paysages variés, d'océan !!!
       
      L'accès à la nature n'est pas si évident si l'on considère que les lacs sont pour la plupart privatisés et donc difficile d'accès, les parcs nationaux, provinciaux sont tous payants,  en fait nous avons constaté qu'a chaque fois que l'on veut faire une activité, il faut payer (et parfois très cher pour ce que c'est, nous avons été souvent déçus). Alors qu'en France, il y a des chemins de randonnée partout, les sentiers côtiers, les sentiers de montagne, etc. (oui je sais je compare ce qui n'est pas comparable, chaque pays est différent)
       
      Certes l'accès à la propriété est facile et rapide (nous avons acheté puis revendu notre maison 4 ans plus tard) mais ce n'est pas ce qui nous intéresse pour l'instant. 
       
      Niveau emploi, j'ai toujours trouvé, aucun problème de ce coté-là. Si on veut travailler on trouve du travail dans la semaine ici. Mon mari est dans l’hôtellerie/restauration donc lui aussi aucun soucis. 
       
      Le coût de la vie est quand même assez élevé si l'on veut bien manger, les cellulaires et l'internet coûtent une fortune... (depuis 6 ans, je pense qu'il a dû augmenter en France également... ) 
       
      En bref, la seule chose qui me freine pour un éventuel retour en France est la sécurité. Ici c'est très paisible. Nous pouvons nous promener à n'importe quelle heure du jour et de la nuit sans craindre une agression. Certaines personnes ne ferment pas leurs portes à clef. Les enfants peuvent jouer dehors dans la rue sans problème. 
       
      Je crains pour l'avenir de mes enfants en France (sécurité, emploi) mais j'ai envie également qu'ils connaissent leur famille et surtout leurs grands-parents qui commencent à vieillir... La vie est longue mais pas tant que cela finalement !  Par ailleurs nous sommes citoyens et nos enfants aussi, alors nous nous disons que nous pourrons toujours revenir si nous ne parvenons pas à nous ré-adapter à la France ? Enfin, nous ne sommes pas arrêtés à la France, mais réfléchissons également à nous réinstaller dans un autre pays européen, ce qui nous permettrait d'être plus proche de la famille qu'en étant au Canada... 
       
      Des expériences/suggestions à partager ? 
       
      Merci et bonne journée ? 
       
       
       
    • By vinee
      Allô,
      Pour celles et ceux qui se demandent comment ré-ouvrir leurs droits d'assurances maladie s'ils doivent quitter le Québec, visitez cette page de la RAMQ
      http://www.ramq.gouv.qc.ca/fr/evenements-vie/etablir-exterieur-quebec/Pages/assurance-maladie.aspx
      Pour les français, il vous faut télécharger le formulaire Z2719 (version 2018 ici attachée) et le faire valider au bureau de la RAMQ avant de partir. Présentez-le ensuite à la CPAM et vous devriez en toute logique récupérer vos droits et votre carte vitale : )

      Pour info, le formulaire est toujours le Z2719 auprès de la CPAM pour les français qui souhaitent s'établir au Québec. Bien le demander avant pour avoir accès à la carte d'assurance maladie du Québec immédiatement à votre arrivée : )

      De rien!
      RAMQ-formulair-entente-qc-fr-2719-fr.pdf
    • By Demina47
      Il y a ceux qui rêvent de partir vivre à l’étranger pour changer de vie - deux millions de Français vivent aujourd’hui hors de nos frontières - et ceux qui rêvent de rentrer au pays, après des années d’expatriation. Entre 200 et 300 000 personnes reviennent d’expatriation chaque année, en France. Des Français qui, à force d’être loin, ont eu le mal du pays. Pendant plusieurs mois, une équipe de Grands Reportages a accompagné trois familles lors de leur retour. Des retours plein de surprises. Certains sont partis il y a plus de dix ans et vont retrouver une France très différente…
       
      À visionner ici

       
    • By Laura0569
      Bonjour tout le monde, 
      Nous avons pris la décision de retourner en France aux alentours du mois d'octobre, 
      Je voulais savoir comment procéder pour la question du logement, on est un peu désemparés c'est comme un cercle vicieux puisqu'on n'a pas encore retrouvé de job en France, on va je pense pas pouvoir trouver aisement un logement...
      Je précise que j'avais un très bon job à lyon avant de partir dans un grand groupe d'assurances, et je ne me fais vraiment pas de soucis quant à retrouver du travail, dans cette société ou une autre, 
      Avez vous des idées? Comment peut-on procéder? Je ne sais plus ce qui se fait en France, peut-on proposer de payer 3 ou 4 mois d'avance? En terme de garants mes parents sont tout juste à la retraite, et je ne sais pas si ca peserait lourd dans mon dossier.... je suis déjà passée par ma banque qui s'était portée caution pour moi mais ici aussi, je ne suis pas sure qu'ils acceptent de nouveau car je n'ai pas encore de contrat de travail...
      C'est le chat qui se mord la queue si je puis dire 
      Merci 
       
      PS: Désolée les admins j'ai du louper quelque chose ca a publié dans études et stages c'est hors sujet, et je peux pas déplacer, ni supprimer (j'ai pas trouvé comment faire) je peux juste éditer :/
    • By Bernardoux
      bonjour,
      nous sommes une famille française (2 adultes de 45 et46 ans et 2 enfants de 10 et 15 ans) ayant immigrée en tant que résidents permanents à montrés en mars 2013.

      Cette année d'intégration a été pour nous un échec et nous avons décidé de rentrer en France le 15 avril prochain (2014).
      Nous n'avons presque plus d'économies.

      Nous venons vers vous pour savoir s'il est possible de nous réinscrire à tous les organismes de Montréal et si il excite un organisme qui pourrait nous aider dans ces démarches , de même que nous informer des aides que nous pourrions avoir (santé, allocations familiale, scolarité des enfants, location d'appartement….).

      D'autre part,
      D'autre part, je suis créatrice de bijoux et d'accessoires de mode.
      Je n'ai pas de statut de travailleur autonome au Québec car je travaille en tant que salariée de façon ponctuelle.
      Je souhaiterai pour notre retour en France participer à des salons et des marchés. je n'ai plus aucun statut en France de travailleur indépendant, ni couverture sociale.
      Pour m'inscrire à ses salons ou marchés de créateurs, je suis obligée de remplir un dossier qui nécessite un statut, un lieu de résidence,…..
      Ma question est de savoir comment procéder pour pouvoir m'inscrire, vendre à ses salons et marchés. J'ai lu sur le site consulat une obtention de la carte d’identité de commerçant étranger pour l’exercice en France d’une activité commerciale, industrielle ou du secteur des métiers, avec ou sans résidence en France, en quoi consiste-t-elle? est ce la bonne démarche et comment l'obtenir? Vers quel organisme me tourner ?

      En ce qui concerne mon mari (ancien travailleur autonome), souhaiterait rentrer en tant que demandeur d'emploi.
      Il y a t-il des organismes qui pourraient l'épauler dans sa recherche d'emploi de Montréal ?

      Je vous remercie d'avance de votre réponse.
      Très cordialement
      Véronique
    • By sonia1801
      Retour tout frais de France depuis seulement 48h !
      Ce fut une escapade très courte, seulement 8 jours sur place.

      Un avantage:
      Un temps court fait que l'on a pas le temps de se poser les questions si on a fait le bon choix de quitter tout son confort pour partir à l'aventure, si on aimerait rester en France ou si on se voit revenir un jour au bercail.

      Un inconvénient:
      Le manque cruel de temps pour voir tous ses proches, profiter de moments plus longs avec eux et se poser à un endroit pour avoir l'impression d'être un peu en vacances ! Car rappelons le, au Québec c'est 2 semaines de vacances dans la plupart des emplois, donc un séjour de 8 jours en france c'est la moitié des congés partie en fumée... cela laisse songeur sur la bonne utilisation de ses vacances et le bon équilibre entre profiter de ce temps libre pour voyager en terre inconnue ou passer ce temps à revoir ses proches.

      Pour les prix, les petits budgets devront choisir des départs en avril/mai/juin puis fin septembre/octobre et novembre. les prix restent abordables à ces dates là au départ de Montréal ou de Québec.
      Selon nos jobs et notre budget, le mois de mai est apparu comme un bon compromis pour nous. Mais si c'était à refaire, j'opterai pour un retour à Noël car je trouve cette période vraiment difficile à vivre ici.
      Car une fois l'émerveillement des décorations de Noël terminé, on a quand même envie de retrouver sa cellule familiale même si les amis expatriés sur place essayent de re-créer au mieux cette ambiance des fêtes.

      Ce premier retour en France fut réconfortant après 1 an 1/2 au Québec, on sait déjà que l'on ne va pas rentrer de nouveau avant 2015 alors on essaye de stimuler un maximum nos proches de venir nous retrouver ici ! Les arguments sont multiples :

      - Pour eux c'est un vrai voyage de découverte
      - Ils ont 5 semaines de congés payés
      - Ils ont un pied à terre sur place (chez nous)
      - Les billets d'avion au départ de la France sont souvent moins chers
      - Qui ne rêve pas de venir au moins une fois au Canada !

    • By verozen
      Je n'aurais jamais pensé que ma vie aurait été aussi mouvementée et je m'en réjouis maintenant.

      Je m'appelle Véronique, j'ai quitté la France en août 1994 avec mon mari et mes 2 enfants alors âgés de 5 et 7 ans. Tout allait bien jusqu'à l'année de tous les changements...Divorce, puis perte d'emploi, vente de la maison, j'ai connu pas mal de désespoir, j'étais un peu perdue et pour couronner le tout, lorsque j'avais retrouvé enfin une job, j'étais tombée sur une boss xénophobe qui m'a sapée le moral. Je ne me sentais plus aussi forte qu'avant, autant dans ma vie personnelle et professionnelle.

      2003 J'ai rencontré mon nouveau chum au Québec, on a vécu 2 ans là bas et j'ai eu, j'ai ressenti un manque de ma famille. Je sentais que ma mère vieillissante avait besoin de moi, que les enfants de mon frère grandiraient sans moi.et une petite fille venait de naître du côté de ma belle famille. Nous décidons donc de rentrer. Mes enfants sont adolescents, un peu indépendants ces derniers temps comme s'ils se détachaient, le cordon était entrain de se rompre, j'acceptais aussi le fait qu'ils prennent leur envol.

      2006 Mon fils nous a suivi en France où il vit encore mais ma fille a décidé de rester. Elle m'avait dit qu'elle réfléchissait, qu'elle finissait son année scolaire et qu'elle reviendrait ….peut-être. Elle m'a écrit un courriel 2 mois après mon retour, m'expliquant son vœu de rester... Ce fut tout un choc pour moi. Nous sommes fusionnelles. Je l'ai comprise car laisser ses amis lorsqu'on est ado est très difficile.

      Mon retour en France ne fut pas facile, tout allait trop vite pour moi, tout était étroit, je ne me sentais plus française, je n'étais plus chez moi.11 années de Québec m'avaient transformée !
      Je me rends compte alors qu'il me faudra faire beaucoup d'efforts pour m'intégrer dans mon propre pays et ce ne sera pas facile. Beaucoup de choses me dérangent :
      les coups de klaxons
      les magasins, banques, poste qui ferment pendant midi ce qui fait qu'on est toujours entrain de courir avant que ça ferme.
      les gens qui crient (hurlent) après leurs enfants
      l'administration lourde
      les clôtures, les volets
      le jour qui se lève tard en hiver
      la neige me manque à Noël !
      L'Halloween aussi me manque
      etc. etc.

      Bien sûr avant de partir j'acceptais ce style de vie à la Française puisque je ne connaissais rien d'autre. Mais j'ai du changer. Je me trouve même différente de ma famille. Elle est toujours restée dans le village natale et n'a jamais connu autre chose que ses frontières campagnardes. Je vois mes frères équipés d’œillères, fermés... Je suis déçue...

      Je trouve divers petits boulots en intérim, très durs physiquement. en parallèle, je suis artiste peintre, Je crée ma petite entreprise de peinture décorative sur bois , je fais des expositions, je décide de restaurer des meubles bref, je tente de faire ma place.

      Le Québec me manque, grave comme disent les d'jeunes ! Ma fille mes amies, mes habitudes de vie. Je ne me sens pas bien ici, je lutte mais rien ne marche comme j'aimerais et c'est normal, je ne peux changer le rythme de vie d'ici voyons ! Serait-ce moi qui ne suis pas à la bonne place ?
      Je prends une bouffée d'air en partant un mois en mars 2009 au Québec, retrouver fille, amis, rythme hmmm que du bonheur!Je rentre reboostée, ça m'a fait du bien mais je décide de continuer en France. Je me dis qu'un billet d'avion peut me combler et ça me semble plus facile que de tout plaquer pour retourner. En France, j'aime les paysages, les randos qu'on fait à vélo, à pieds en montagne, la mer toute proche, la bonne bouffe qu'on trouve à proximité, les 5 semaines de congés etc. etc. Puis une bad luck nous tombe sur le coin du nez en mai 2009 : cancer du sein. Traitement pendant 1 an et demi, conséquence :fermeture de ma petite entreprise...Décidément, j'ai beau vouloir avancer, ça veut pas. Après de longues heures de réflexion pendant ma convalescence, je change de métier et deviens sophrologue. J'apprends le lâcher prise, la confiance en soi, j'apprends à comprendre mes besoins . J'ouvre donc un cabinet de sophrologie en 2012, ça marche tranquillement, il faut du temps pour avoir des clients et se faire connaître. Mais fin août 2012 autre changement de situation à l'horizon. Mon chum perd son emploi!!et paf, pas de bol ! Il cherche donc des entreprises via internet et est appelé par une compagnie de Montréal !! c'est un signe, c'est pas possible ! Il semblerait qu'il y ait pas mal de job fortes intéressantes pour lui en plus !! Alors on ne se pose plus de questions on rentre au Québec !!
      nous avons entamé une démarche de parrainage le mois dernier, on se croise les doigts !
      J'ai voulu faire ce bilan pour donner du courage à ceux qui baisseraient les bras pour changer de vie, apporter du meilleur à leur âme.
      Il faut faire ce qu'on désire, vivre ses rêves, foncer, entreprendre, ne pas avoir peur car la vie ne tient qu'à un fil ! J'aime d'ailleurs cette phrase :
      je suis heureuse parce que je suis en santé et je suis en santé parce que je suis heureuse.

      Quand ça ne va pas et qu'on lutte, un jour le corps décide de vous montrer que quelque chose cloche dans votre façon de vivre.
      Maintenant en rémission, je suis prête à partir, si je m'écoutais mes boites seraient déjà faites mais je ne peux brûler d'étapes. Et vous savez quoi ? Depuis que je sais que je vais rentrer au Québec, je me sens légère.

      Aussi, je ne critique pas les 2 pays, je sais ce que j'aime, ce que je n'aime pas, c'est personnel et propre à chacun.Je sais que le Québec ne m'offrira pas un système de santé à la hauteur de celui que j'utilise ici et bien je ferais avec, l'important pour moi est de retrouver mon essentiel: le Canada et ce/ceux qui va/vont avec.

      Merci de m'avoir lu
      Véro
    • By pilou78
      Bonjour.

      Après huit ans de vie au Quebec et la citoyenneté Canadienne obtenue pour moi et toute ma famille,l'heure du bilan de notre vie ici était venue et nous avons décidé à l'hunanimité que nous devrions rentrer.
      La vie au Quebec à été bercée de joie et de désillusion
      Somme nous deçue de notre choix de vie ici? non
      Pour ceux qui sont à deux doigts de venir s'instaler au Quebec avec des belles images plein la tête il vous faudra mettre une petite dose de réalité, la vie ici est agréable mais pas facile il vous faudra travaillier dur et pour ceux qui disent comme j'ai pu le lire des sociétés vous donne + que deux semaines de vacances par an, ces dites sociétés sont rares ,préparez vous à avoir 2 semaines les 3 premiéres années et si vous changez de job votre compteur retourne à 0 et c'est repartie pour 2 ou 3 ans.Le cout de la vie est asser chére depuis quelque temps car les diminutions des taxes données par le fédéral nous ont eté piquées par le provincial, on est la province la plus taxée et je peux vous dire que votre portefeuille fait la grimace.
      La scolarité n'est pas donnée non plus,j'ai 4 enfants et dur dur la rentrée des classes le portefeuille fait encore la grimace maudit portefeuille!!! La formation de toute sorte pour les adultes est vraiment bien faite si vous voulez vous perfectionner ou apprendre un autre job.
      Les Québéquois(es) sont comme partout dans le monde bons et mauvais vous allez tomber sur des personnes très attachantes et d'autres qui vont vous pourrir la vie.Je suis dans un village avec près de 500 âmes et les têtes de noeux du début sont aussi les têtes de noeud d'aujourd'hui.
      Préparer vous aussi au bonne et mauvaise blague sur les français, à la méchanceté déguisé en blague je dois dire ils sont asser fort dans ce domaine et cela vous suivra toujours votre accent va vous trahir maudit accent !!!!
      Je souhaite plein de bonne chose à ceux qui vont venir au Quebec si je peux me permettre un petit conseil, restez ouvert mais méfiant, gentil mais pas bonnace.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines