Aller au contenu

Messages recommandés

Bonjour a tous, 

J'écris aujourd'hui pour m'aider a y voir plus clair et obtenir votre aide. Je vis quelque chose que je n'aurai jamais pensé ressentir : La dépression lié sûrement au mal du pays. 

J'ai 33 ans, je suis parti en septembre 2016 en PVT à Montréal avec mes deux enfants de 3 et 5 ans et ma femme. Ce nouveau départ répondait à un ras le bol du climat économico-social de la France, une envie d'aventure (nous avons fait le tour de l'Océanie pendant 3 mois avant d'arriver à Montréal) et le désir d'une nouvelle vie. 

Nous avons trouvé tout cela à Montréal. Une qualité de vie bien meilleure que celle que nous avions en région parisienne, une maison avec 3 chambres à 20 min du centre ville pour le prix d'un studio a Paris, du travail trouvé très facilement, de nombreuses activité gratuites pour les familles, un sécurité, un accueil a bras ouverts, un réel climat de "bien vivre ensemble". Nous avons adoré l'hiver, la neige en abondance, les patinoires partout dans la ville, le ski a 30 min....

Mais voilà aujourd'hui que ma famille me manque a un point que je n'aurai pu imaginer et pleins d'autres choses me donne envie de rentrer au plus vite. Je n'ai pas été présent aux 30 ans de mon frère et voir toute ma famille réunit, heureuse, sans moi, sans mes enfants et ma femme m'a déchiré le coeur. Je me rends compte que je ne pourrais supporter de ne pas être présent aux 2-3 réunions de famille annuelle. A cela s'ajoute tous ces autres points qui rendent notre expatriation de plus en plus difficile :

- pas d'école publique avant 5 ans, nous avons donc dû mettre nos enfants pendant un an dans une garderie privé donc le coût s'élève entre 750$ et 1000$/mois par enfant. Mon aîné a pu rentrer à l'école en septembre mais mon second ne pourra pas l'année prochaine car il est né le 1.10 et qu'il faut avoir 5 ans révolu au 30 sept. Vous pouvez demander une dérogation mais cela est compliqué, la règle c'est la règle, béni soit l'école gratuite à partir de 3 ans en France

- mes enfants commencent a prendre l'accent Québécois surtout le deuxième, c'est marrant quand c'est les autres mais je peux vous assurer que lorsque votre fils commence a parler comme eux ça fait très bizarre

- En Pvt, il est très difficile de se faire soigner, je touche du bois car mes enfants sont en bonne santé mais votre assurance ne permet pas de faire des RDV de suivi, nous sommes couvert qu'en cas d'accident. Une consultation à Montréal coûte plus de 150$. Ma femme a dû aller aux urgence un soir, cela m'a coûté 900$ que l'assurance devrait me rembourser mais en cas d'hospitalisation c'est 3500$/jour a avancer, impossible, béni soit la santé gratuite en France.

- Professionnellement nous avons trouvé facilement du travail mais j'ai démissionné à 3 reprises car leur façon de travailler est très différente. Certes, il est génial de finir ses journée à 17h voir 16h, mais le manque de process, de hiérarchie ou d'organisation, peut rendre le travail difficile pour un français. En tant que commercial, cela est d'autant plus dur car bcq de postes sont proposés sans salaires minimum uniquement à la commission.

- La nourriture manque terriblement, on ne se rend pas compte a quel point nous mangeons exceptionnellement bien en France, le vin, le fromage, cela manque cruellement au bout d'un moment

- Nous vivons en autarcie en famille car nous connaissance très peu de personnes et sincèrement nous n'avons pas le goût de se récréer un cercle d'amis car nos amis de toujours nous manque cruellement aussi 

 

Je pourrais continuer la liste mais la question est la suivante : dois je rentrer avec toute ma famille pour retrouver une vie que ne me plaisait plus sachant que je l'apprécierai beaucoup plus maintenant car cette expatriation m'a rappelé à quel point nous sommes choyé en France. Est ce que je ne vais pas regretter d'être rentrer lorsque je devrais de nouveau me confronter aux transports en commun saturé de la région parisienne et regretter cette qualité de vie que nous avions trouvé? Sûrement... Le retour s'annonce aussi compliqué que le départ car nous devons tout recréer, cela donne l'impression d'être dans une impasse.

 

En résumé, nous avons trouvé beaucoup de bonnes choses qui nous ont rendu heureux à Montréal mais il y a quelque chose que nous ne pouvons pas retrouver en expatriation : L'amour et la proximité de sa famille. Ma mère a pris sur elle quand nous sommes partis et elle l'a accepté mais maintenant je me sens coupable et je ne veux plus priver mes enfants de la chance de vivre aux côtés de leur grand-mère et d'une éducation de qualité.

 

Cela fait du bien d'écrire son ressenti. Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Courage!!! c'est vraiment difficile, mais je pense qu'il faut garder en tête le pourquoi.

 

PS humouristique : Tu vas te faire alpaguer par les pourfendeurs des "franco centristes" toi!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour a tous, 
J'écris aujourd'hui pour m'aider a y voir plus clair et obtenir votre aide. Je vis quelque chose que je n'aurai jamais pensé ressentir : La dépression lié sûrement au mal du pays. 
J'ai 33 ans, je suis parti en septembre 2016 en PVT à Montréal avec mes deux enfants de 3 et 5 ans et ma femme. Ce nouveau départ répondait à un ras le bol du climat économico-social de la France, une envie d'aventure (nous avons fait le tour de l'Océanie pendant 3 mois avant d'arriver à Montréal) et le désir d'une nouvelle vie. 
Nous avons trouvé tout cela à Montréal. Une qualité de vie bien meilleure que celle que nous avions en région parisienne, une maison avec 3 chambres à 20 min du centre ville pour le prix d'un studio a Paris, du travail trouvé très facilement, de nombreuses activité gratuites pour les familles, un sécurité, un accueil a bras ouverts, un réel climat de "bien vivre ensemble". Nous avons adoré l'hiver, la neige en abondance, les patinoires partout dans la ville, le ski a 30 min....
Mais voilà aujourd'hui que ma famille me manque a un point que je n'aurai pu imaginer et pleins d'autres choses me donne envie de rentrer au plus vite. Je n'ai pas été présent aux 30 ans de mon frère et voir toute ma famille réunit, heureuse, sans moi, sans mes enfants et ma femme m'a déchiré le coeur. Je me rends compte que je ne pourrais supporter de ne pas être présent aux 2-3 réunions de famille annuelle. A cela s'ajoute tous ces autres points qui rendent notre expatriation de plus en plus difficile :
- pas d'école publique avant 5 ans, nous avons donc dû mettre nos enfants pendant un an dans une garderie privé donc le coût s'élève entre 750$ et 1000$/mois par enfant. Mon aîné a pu rentrer à l'école en septembre mais mon second ne pourra pas l'année prochaine car il est né le 1.10 et qu'il faut avoir 5 ans révolu au 30 sept. Vous pouvez demander une dérogation mais cela est compliqué, la règle c'est la règle, béni soit l'école gratuite à partir de 3 ans en France
- mes enfants commencent a prendre l'accent Québécois surtout le deuxième, c'est marrant quand c'est les autres mais je peux vous assurer que lorsque votre fils commence a parler comme eux ça fait très bizarre
- En Pvt, il est très difficile de se faire soigner, je touche du bois car mes enfants sont en bonne santé mais votre assurance ne permet pas de faire des RDV de suivi, nous sommes couvert qu'en cas d'accident. Une consultation à Montréal coûte plus de 150$. Ma femme a dû aller aux urgence un soir, cela m'a coûté 900$ que l'assurance devrait me rembourser mais en cas d'hospitalisation c'est 3500$/jour a avancer, impossible, béni soit la santé gratuite en France.
- Professionnellement nous avons trouvé facilement du travail mais j'ai démissionné à 3 reprises car leur façon de travailler est très différente. Certes, il est génial de finir ses journée à 17h voir 16h, mais le manque de process, de hiérarchie ou d'organisation, peut rendre le travail difficile pour un français. En tant que commercial, cela est d'autant plus dur car bcq de postes sont proposés sans salaires minimum uniquement à la commission.
- La nourriture manque terriblement, on ne se rend pas compte a quel point nous mangeons exceptionnellement bien en France, le vin, le fromage, cela manque cruellement au bout d'un moment
- Nous vivons en autarcie en famille car nous connaissance très peu de personnes et sincèrement nous n'avons pas le goût de se récréer un cercle d'amis car nos amis de toujours nous manque cruellement aussi 
 
Je pourrais continuer la liste mais la question est la suivante : dois je rentrer avec toute ma famille pour retrouver une vie que ne me plaisait plus sachant que je l'apprécierai beaucoup plus maintenant car cette expatriation m'a rappelé à quel point nous sommes choyé en France. Est ce que je ne vais pas regretter d'être rentrer lorsque je devrais de nouveau me confronter aux transports en commun saturé de la région parisienne et regretter cette qualité de vie que nous avions trouvé? Sûrement... Le retour s'annonce aussi compliqué que le départ car nous devons tout recréer, cela donne l'impression d'être dans une impasse.
 
En résumé, nous avons trouvé beaucoup de bonnes choses qui nous ont rendu heureux à Montréal mais il y a quelque chose que nous ne pouvons pas retrouver en expatriation : L'amour et la proximité de sa famille. Ma mère a pris sur elle quand nous sommes partis et elle l'a accepté mais maintenant je me sens coupable et je ne veux plus priver mes enfants de la chance de vivre aux côtés de leur grand-mère et d'une éducation de qualité.
 
Cela fait du bien d'écrire son ressenti. Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.
 
 

Ça me rappelle un copain belge qui avait aussi sous estimé le manque de contact avec la famille. Il avait étudié en Angleterre, travaillé autour de la Belgique et pensait que ça aller de soi de s éloigner de sa famille (nombreuse). Il avait juste omis le fait que si sa famille lui manquait, il pouvait rentrer pour le weekend quand il était en Europe. Ici, ce n est pas pareil.
Ben là, il est reparti en Belgique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Milaszlow a dit :

A cela s'ajoute tous ces autres points qui rendent notre expatriation de plus en plus difficile :

 

1- mes enfants commencent a prendre l'accent Québécois surtout le deuxième, c'est marrant quand c'est les autres mais je peux vous assurer que lorsque votre fils commence a parler comme eux ça fait très bizarre

2-je ne veux plus priver mes enfants de la chance de vivre aux côtés de leur grand-mère et d'une éducation de qualité.

Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

 

Je reprend 3 points.  en 1, en quoi ça dérange qu'ils prennent l'accent? Je trouve ça insultant pour nous les Québécois. On a un accent différent du vôtre et? C'est une honte de parler Québécois?

 

en 2 

apparemment vos enfants sont pas encore dans le système alors en quoi l'éducation est de mauvaise qualité? parce qu'on envoie pas nos enfants à l'école à 3 ans? 

 

en 3

j'imagine que mes commentaires ne sont pas les bienvenus?

 

Bon retour

Modifié par Automne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Automne a dit :

 

Je reprend 3 points.  en 1, en quoi ça dérange qu'ils prennent l'accent? Je trouve ça insultant pour nous les Québécois. On a un accent différent du vôtre et? C'est une honte de parler Québécois?

 

en 2 

apparemment vos enfants sont pas encore dans le système alors en quoi l'éducation est de mauvaise qualité? parce qu'on envoie pas nos enfants à l'école à 3 ans? 

 

en 3

j'imagine que mes commentaires ne sont pas les bienvenus?

 

Bon retour

 

@Milaszlow, Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah! je t'avais prévenu!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, Automne a dit :

 

Je reprend 3 points.  en 1, en quoi ça dérange qu'ils prennent l'accent? Je trouve ça insultant pour nous les Québécois. On a un accent différent du vôtre et? C'est une honte de parler Québécois?

 

en 2 

apparemment vos enfants sont pas encore dans le système alors en quoi l'éducation est de mauvaise qualité? parce qu'on envoie pas nos enfants à l'école à 3 ans? 

 

en 3

j'imagine que mes commentaires ne sont pas les bienvenus?

 

Bon retour

Je pense qu'il a fait le post juste pour t’embêter ah ah ah!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, erictribalie a dit :

 

@Milaszlow, Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah! je t'avais prévenu!

 

 

genre, je vais dire n'importe quoi sur ton pays, ta langue et tu vas pas réagir , tu vas trouver ça super agréable? ben coudonc ..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, erictribalie a dit :

Je pense qu'il a fait le post juste pour t’embêter ah ah ah!!!!

ah ah ah 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Automne a dit :

 

genre, je vais dire n'importe quoi sur ton pays, ta langue et tu vas pas réagir , tu vas trouver ça super agréable? ben coudonc ..

Il faut arrêter de voir le mal partout. 

C'est usant et ça risque d'augmenter ta tension artérielle pour rien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, erictribalie a dit :

Il faut arrêter de voir le mal partout. 

C'est usant et ça risque d'augmenter ta tension artérielle pour rien.

trop gentil de te soucier de ma tension mais elle est parfaite :) 

 

Genre, s'il avait été sur un forum de la Côte d'Ivoire pour dire le même commentaire mais concernant votre accent, vous auriez tous sauté dessus pour le traiter de raciste non? 

 

Je vois pas le mal partout. Il dit qu'il a du mal que son enfant parle Québécois, j'ai quand même le droit de ne pas comprendre où est le problème là dedans et de réagir à ses propos. 

 On est un forum de discussion non? 

 

Là on peut retourner sur le sujet? Son expérience est intéressante et ça sert à rien de gâcher son sujet et on a le droit de discuter des + et des - . D'être d'accord ou non avec lui. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Automne a dit :

Genre, s'il avait été sur un forum de la Côte d'Ivoire pour dire le même commentaire mais concernant votre accent, vous auriez tous sauté dessus pour le traiter de raciste non? 

On l'aurait écharpé!!! ah ah ah !!! Mais avec humour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans certaines de tes interrogations, ce qui ressort, c'est justement que dans ton esprit tu as toujours été ici temporairement, le fait de venir sur un PVT entre autre. Tu as gardé beaucoup (trop) d'attaches avec ton pays d'origine. Pour preuve - votre non volonté de vous faire des amis ici pour "remplacer" ceux qui vous manquent.

 

Comme on le dit souvent, tu ne peux pas t'épanouir quelque part si tu gardes le cul entre deux chaises - à un moment il faut choisir et être capable de faire des sacrifices, d'un côté ou de l'autre. 

 

Sans compter que les problématiques que tu cites, mise à part le fromage et dans une moindre mesure le travail, sont toutes reliées à un visa comme le PVT: tu as pas accès à la RAMQ, tu as pas d'aides gouvernementales pour les enfants. Mais ça, le PVT, c'était votre choix, et heureusement, tu ne semble pas relier ces problématiques sur le dos du Québec comme beaucoup font, mais bien à ton statut de "visiteur de luxe" qui n'a rien à voir avec la province.

 

Mention moins bien par contre, qui m'a fait tiquer, c'est ton commentaire sur l'accent de tes enfants qui changent. Moi je vois ça comme un signe d'intégration rapide, ce qui est pour moi positif. La façon dont tu le juges ... c'est condescendant et pas qu'un peu. C'est sans doute pas ce que tu voulais faire ressortir, mais c'est comme ça que ça sonne par contre.

Modifié par crazy_marty

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le mal du pays est tout à fait normal. Que l'on s'ennuie de sa famille l'est aussi, cependant il y a plusieurs points évoqués qui me laissent dubitatifs, comme @Automne

En quoi le fait que les enfants prennent l'accent Québécois est-il un problème ? C'est plutôt un bon indice d'intégration car ici c'est l'accent de France qui est un accent.

Aussi, concernant le modèle d'éducation, il est assez documenté que les Québécois n'ont rien à envier aux Français, et c'est même plutôt l'inverse si on se fie aux études.

Payer pour des suivis en santé lorsqu'on est en PVT n'a rien à voir avec le système de santé en soi, le PVT n'est pas un Visa de résident permanent, si vous voulez profiter pleinement de la couverture universelle en santé il aurait fallu choisir un autre visa. C'est un peu comme si je viens faire du tourisme en France et me plains que je dois payer pour me faire soigner.

Quant aux amis, c'est sûr que si vous ne souhaitez pas en avoir de nouveaux, ça ne risque pas d'arriver :)

 

C'est bien de reconnaître une dépression ou un manque, mais il ne faut pas tout confondre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Euh non ce n’est pas le mal du pays, si ne pas être présent à un anniversaire ou une réunion  de famille est vécu comme un drame personnel, alors cela veut dire que tu n’es pas fait pour l’immigration.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Milaszlow Merci pour ton partage. Je le dis et le répète: tous les avis sont pertinents et intéressants, même si on ne les partage pas.

 

Maintenant, je me dis que vous êtes en bonne partie les artisans de vos soucis. La garderie est chère ? Mais cherchez-en une autre, subventionnée de surcroît ! Il y en a des très chouettes.

 

L'accent québécois ? Mon fils a l'accent québécois, et alors ? S'il vit ici, c'est mieux non ?

 

La RAMQ ? Idéalement, pour immigrer dans les meilleures conditions qui soient, un statut de résident permanent est préférable. 

 

La bouffe ? Mais je suis sidéré par le nombre de Français (et de Belges aussi, n'allez pas croire) qui se plaignent pour la bouffe, le fromage et le vin. C'est si important, vraiment ?

 

Par contre, mention très bien pour le climat: beaucoup d'Européens ici aiment se plaindre du climat, comme si c'était une surprise que l'hiver revient encore et encore chaque année. Le premier est sympa, mais au bout du 3e, on est écoeuré... comme la majorité des Québécois en fait, tout simplement.

 

Perso, je vous conseillerais de retourner en France, car votre statut PVT ici n'est pas idéal, parce que vos proches vous manquent à en crever, parce que vous n'avez pas envie de vous refaire un réseau d'amis, etc. En France, il n'y a pas que Paris, si cette ville vous ennuie. Magnifique à visiter, mais je n'y vivrais pas personnellement. Je ne sais pas, le sud, la Normandie, l'Alsace ? Comme ça, un peu de TGV et vous êtes à toutes les réunions de famille sans problème.

 

Mais attention, on dit souvent: "Les conseilleurs ne sont pas les payeurs." Je suis loin de vous connaître assez pour vous conseiller sans sourciller une solution qui implique tant de choses. Mais à ce que je lis, c'est ce que je vous conseillerais. Et si la France vous ennuie, ben revenez, avec un statut de résident permanent ! :) Elle vous a ennuyé une fois ? Elle vous ennuiera encore une seconde, bien plus encore que la première fois, soyez-en sûrs.

 

Quoi que vous décidiez, bonne continuation ! Et surtout, retourner n'est pas un échec, comme certains aiment à dire et comme certains vous feront sûrement sentir, c'est reconnaître qu'on n'a pas fait le bon choix et qu'on ne s'est pas entêté !  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est vrai que le commentaire sur l'accent des enfants fait bizarre. Tu déménages à l'étranger et tu t'imagines que les enfants ne vont pas parler la langue du pays ? Pardon mais tu étais à côté de la plaque, sur ce coup là.

 

Pour la famille qui manque, tu as 2 choix, soit tu t'arranges pour faire le trajet 3 fois par an pour les réunions de famille (ça me semble faisable) ou alors tu rentres, je trouve qu'il y a des gens qui se font des nœuds dans le cerveau alors qu'ils ont la réponse devant eux.

 

 

- En Pvt, il est très difficile de se faire soigner, je touche du bois car mes enfants sont en bonne santé mais votre assurance ne permet pas de faire des RDV de suivi, nous sommes couvert qu'en cas d'accident. Une consultation à Montréal coûte plus de 150$. Ma femme a dû aller aux urgence un soir, cela m'a coûté 900$ que l'assurance devrait me rembourser mais en cas d'hospitalisation c'est 3500$/jour a avancer, impossible, béni soit la santé gratuite en France.

 

 

 

 

L'hospitalisation est ici gratuite pour de vrai (alors qu'en France une partie est payante). Les consultations chez le médecin est tout aussi gratuite (enfin payée par les impôts), il faut juste avoir un médecin de famille, et pour ça, être inscrit sur une liste d'attente. Alors, oui, le PVT est un statut pourri, as-tu une demande en cours de RP via le  PEQ ? Si la réponse est négative, il ne faut pas trop se plaindre de votre sort si vous ne faites pas les formalités nécessaires pour obtenir les services du pays à l'identique des autres gens qui y habitent.

 

 

- La nourriture manque terriblement, on ne se rend pas compte a quel point nous mangeons exceptionnellement bien en France, le vin, le fromage, cela manque cruellement au bout d'un moment

 

 

 

Comme si, à Montréal, on ne trouvait pas de l'excellent fromage et des SAQ tous les 10 mètres... non mais franchement...

Modifié par Demina47

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Laurent a dit :

En quoi le fait que les enfants prennent l'accent Québécois est-il un problème ? C'est plutôt un bon indice d'intégration car ici c'est l'accent de France qui est un accent.

 

Je n'avais pas vu ça comme ça. Vu qu'il se sent déjà seul, si ces enfants deviennent de petits québécois, il doit vivre ça comme un éloignement , un abandon avec une petite pointe de jalousie vu leur intégration rapide  :fou4:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

 

je m'incruste vite vite dans la conversation car j'ai un peu vécu la même chose lors de ma première petite expatriation (mais pas du tout le même contexte). J'ai vécu une année en Angleterre, et ça a été très difficile, le manque de la famille était terrible (et il y a eu 2 décès en plus). Mon contrat d'un an s'est fini, je suis rentrée. J'en avais conclu que ne quitterai plus JAMAIS ma région natale... Mais j'avais beaucoup idéalisé les moments passés en famille, et au final, l'envie de vivre ailleurs et de découvrir autre chose a été plus forte.

2 ans plus tard,  en 2011,  je partais au Canada, et j'y suis toujours presque 7 ans plus tard :) Comme quoi...

 

Parfois, on part au mauvais moment tout simplement, et pour des raison x et y, on arrive pas à s'adapter au changement aussi bien que l'on se l'imaginait. Et parfois, ça prend un retour aux sources pour mieux repartir. Rien n'est jamais définitif... Un PVT est temporaire, tu vas rentrer, faire le point. Et le jour où tu voudras revenir, reviens avec une RP, ça aidera grandement à te donner une sensation d'intégration. Enfin, pour moi la RP, puis la citoyenneté ont été des étapes importantes!

 

My 2 cents... 

 

Ah oui, et pour l'accent, c'est drôle, moi j'adore entendre mes deux ptits québécois avec l'accent local hihi

On est tous différent hein!

Modifié par Christine08
ajout

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je dis que déjà il existe pas un pays parfait et donc ça ne sert pas à grand chose de faire d'interminables comparaisons entre la façon de vivre entre les pays car là où tu y vas tu trouveras surement des aspects meilleurs que ton pays d'origine et d'autres pire.

 

En gros tu en feras le pour et le contre pour les deux pays selon toi et tu verras qu'est ce qui te semble le meilleur, rester ou retourner car après tout c'est toi qui connait le mieux ta situation et donc personne ne pourra prendre cette décision à ta place.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis tout coeur avec vous il n'a rien de mieux que d'être entouré de ses proches. Je suis à ma 11 eme année et j'ai perdu mon père en étant ici je vis avec cette culpabilité. Si j'étais vous j'irai là où je me sentirais le mieux. Du courage 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      Eh oui, ça prend souvent en plein hiver après des mois d'hivernation et notre blogueuse du Plateau est atteinte du symptôme.

      À lire en page d'accueil.

      Et bonne lecture !
    • Par Patoon
      Bonjour à tous

      Pour faire une histoire courte comme on dit ici enfin où plutôt je vais tenter d'être le plus synthétique. Enfin, je vais faire de mon mieux...

      Nous sommes partis de notre pays la Belgique en 2011. Mon épouse avait un poste de fonctionnaire stable. Quant à moi, j'avais un travail stable mais dont j'avais fait largement le tour. Je ne pouvais changer de travail car je coûtais trop cher en ancienneté et dans mon beaux pays, il aurait fallu que j'aille au chômage 6 mois pour qu' un potentiel employeur ai des primes à l'embauche...Du grand n'importe quoi...Nous avons décidé de partir au Québec.On en avait marre de l'insécurité, de l'assistanat ambiant, du manque de perspectives, de la crise linguisitique très grave,... C'était moi l'initiateur du projet. Mais comme nous sommes plutôt à prendre toutes nos précautions, nous avons veillé à avoir la reconnaissance de nos diplômes avant d'introduire notre demande de certificat de résidence permanente. Bref, nous avons entamé les démarches en 2009 pour aboutir enfin à un oui en 2011 que ce soit pour la reconnaissance de nos diplômes et notre certificat de résident permanent.

      Arrivé ici, j'ai tout de suite travaillé dans mon domaine en étant un peu exploité certes mais en étant capable de faire vivre toute ma famille. Ma femme s'est mise à chercher un travail qques mois plus tard et a trouvé facilement un ou "une" job à temps partiel... Nous avions un projet de nous mettre à notre compte. Mais voilà que le sentiment de vide intérieur me vient. Cela fait 16 mois qu'on est ici et mes racines me manquent. C'est étrange parce qu'en soit si je dois rentrer ce n'est pas pour ma famille ni pour ce que va devenir mon pays qui se divise pour le moment entre flammands et francophones...et dont les conséquences sociales et économiques risquent d'être énormes. Mais je sens comme si ces racines me manquent et je finis même par regretter l'inconfort qui me faisait tant pester dans mon pays...Et le stress commence à m'envahir car je sais que si on n'est pas rentré pour le mois de juin mon épouse et moi perdront notre travail et il sera très dur de rentrer car dans notre domaine, il n'y a pas de perspectives... Si seulement, on pouvait avoir plus que deux ans pour nous laisser le temps... mais on sait que si on reste au mois de juin on perdra des emplois stables.... Le pire c'est que mon épouse s'est bien adaptée mais commence à ne pas être bien à cause de moi qui me pose tant de questions... Je sais qu'on ne peut avoir de réponses et que chaque situation est particulière. Mais néanmoins, j'aimerais votre avis... et vous partager cette errance que je vis pour le moment. J'avais très peur de ce sentiment d'être déraciné avant de partir. J'ai néanmoins franchi cette étape frustré principalement par l'absence de perspectives dans mon pays. Mais une fois ici, je me demande si le jeu en vaut la chandelle...

      Ce qui est d'autant plus étrange, c'est qu'on a fait une immigration sans faute. On a trouvé un job dans notre domaine. Notre fille est à une très bonne école et notre fils a une très bonne garderie. Ils ont l'air tous deux de trouver leur équilibre. On a un réseau social et sympathisé avec certains Québecois. Nous avons toujours été conscients qu'on doit faire sa place ici et que personne nous attend. C'est bien normal chacun a construit sa vie et a ses amis, ses obligations... On pensait que tout se ferait difficilement et tout s'est fait dans l'ensemble facilement. Le seul bémol c'est que je travaille comme un fou depuis que je suis arrivé ici.

      Vous n'êtes pas à ma place mais qu'évoque pour vous notre situation? Que feriez-vous si vous l'étiez?

      Impatient de vous lire. Merci d'avance pour le temps que vous prendrez à me répondre.

      Bonne nuit ou bonjour...
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×