Jump to content

Rubies

Membres
  • Content Count

    91
  • Joined

  • Last visited

About Rubies

  • Rank
    Avancé

Profile Information

  • Gender
    Femme
  • Statut
    installé
  • Date d'arrivée
    30-12-2017
  • Pays d'origine
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Pour aider un peu à la compréhension, Jiimy: Liste de certaines choses qui sont les résultats du racisme et du sexisme: être violée, gagner moins que ses collègues, se faire contrôler plusieurs fois à l'aéroport, vivre des violences à outrance, être considéré comme une menace à la pureté raciale d'un État ou d'une famille, être fétichisé, ou au contraire ne pas être "le type" que les gens veulent dater, être considéré comme stupide, être vue comme une menace, être perçue comme menaçante quand on est enfant, vivre des violences obstétricale, ne pas être inclue dans les recherches pour des traitements contre des maladies, mourir par manque de soin car on pense que les Noirs n'ont pas vraiment mal quand ils s'en plaignent, ne pas être appelé pour un emploi, se voir refuser un logement, être traité comme des adultes pendant l'enfance, Certaines choses qui ne sont pas du racisme: Dire "homme Blanc hétérosexuel". Je crois qu'une expression Québecoise dit "Ça prend pas la tête à Papineau".
  2. Regarde: Si je vais voir une personne qui travaille au sein du GIEC et lui explique que le réchauffement climatique est une invention, et que d toute façon l'humain a rien à voir là-dedans, je vais me faire envoyer paitre car je suis une étudiante dans un domaine qui n'a rien à voir. C'est pas de la discrimination, j'ai juste dit quelque chose de stupide et non fondé car je n'ai pas les connaissances nécessaires pour comprendre, et que ça m'arrange bien de voir les choses autrement que le consensus scientifique. C'est un peu ça qui se passe quand une personne d'un groupe majoritaire pense mieux savoir que celles qui vivent les oppressions. C'est pas que ton discours est pas recevable c'est que de un vous avez déjà une grande part de la parole, et de deux si c'est en plus pour dire quelque chose de non documenté et peu pertinent, ben on est peut-être mieux d'écouter des gens qui si connaissent vraiment. Donc effectivement, j'ai pas besoin qu'un homme blanc vienne m'expliquer qu'il a mieux compris que moi ce que c'était d'être une femme racisée, et qu'il en conclue que je me victimise, juste parce qu'il l'a décidé. Pis, j'ai jamais inclus "Québecois" dans les catégories pré-citées. Ça n'a rien à voir. On dirait que c'est pas juste les intersectionnels qui s'inventent des oppressions, hum hum.
  3. Tu vois, il y a quelque chose qui s'appelle l'avantage épistémique. Par exemple, étant justement une femme racisée, je connais sans avoir à l'étudier ma condition et les rapports raciaux mieux qu'une personne blanche. Donc ton Mouterde, il ne va pas venir m'expliquer qu'il a mieux compris mon expérience de vie que moi. D'ailleurs, droits collectifs renvoie justement à la notion de catégories, puisqu'ils reposent sur l'appartenance à un groupe au sein d'un État, au contraire des droits individuels, qui reposent sur l'appartenance à l'État. La raison d'évoquer la catégorie "homme Blanc hétérosexuel", c'est justement parce que ce beau monde a tendance à prendre le devant de la scène. Parfois même, ils pensent qu'ils sont une figure de l'universel, alors ça leur fait pas plaisir de se voir donner une identité particulière D'ailleurs, il faut probablement ne jamais avoir vécu ces discrimination pour penser que mentionner ce point de vue bien particulier sur le monde serait du racisme ou du sexisme. En même temps si la société est distincte est autonome, pourquoi regarder ce qui se fait à côté ? Et pourquoi choisir la médiocrité pour faire comme tout le monde ? Si c'est pour suivre ce qui se fait au Canada, me semble que ça vaut plus trop la peine de le quitter, non ?
  4. Énormément de québecois et autres francophones sont victimes de racisme : ceux qui sont racisés. Je ne comprend même pas ce que viens faire la distinction allophone/francophone (ou québecois) quand le propos touche au racisme. Les catégories dont on parle ne se superposent pas. Dans ton graphique, ben parmi les francophones, tu en as qui on des revenus encore plus faibles et des chances d'emplois encore plus faibles que la moyenne, et bien souvent ce sont des personnes racisées. Et non, ce n'est pas à cause des méchants anglos.
  5. "Expat depuis 25 ans".. Si je puis me permettre, votre parcours ressemble plus à celui d'un immigrant que d'un "expatrié"...
  6. Il faut comprendre que, l'immigration étant bien plus longue et difficile pour le Québec, cela fait grincer des dents de voir quelqu'un passer par entré express et vouloir s'installer à Montréal, même temporairement. Surtout que rien n'assure que ce sera temporaire, je trouve que cela prend tellement d'énergie de s'installer quelque part, il est possible qu'après un an d'efforts vous décidiez de rester... Ou pas. Alors que si vous commenciez par vous installer en Ontario (Ottawa est à un pont du Québec), vous n'êtes pas obligé de vous marier à la province, mais votre engagement serait respecté au départ. Et les démarches administratives seraient plus facile, car comme on vous a dit, au Québec on risque de vous demander votre CSQ. Aussi, le Québec est quand même différent de l'Ontario, et même s'il y a des anglophones à Montréal ce n'est pas le meilleur endroit si vous voulez pratiquer votre anglais au quotidien et être prêt à vivre en immersion ensuite. Ce n'est qu'un avis personnel, mais si vous allez en Ontario dès le départ, votre anglais risque de s' améliorer bien plus vite, en plus d'être une démarche plus "honnête".
  7. Ce serait vrai s'il n'y avait qu'un programme fédéral et un programme québecois. Mais toutes les provinces ont aussi des programmes qu'ils leurs sont propres, et n'ont pas intérêt à donner la RP à des immigrants qui vont s'en aller vivre au Québec (ou ailleurs) après. D'où les conditions imposées par certaines provinces pour s'assurer que les immigrants restent un certain temps sur leur territoire. Tout ne tourne pas autour d'une division entre le Québec et le reste du Canada, les autres provinces ont leurs enjeux propres aussi. Et de toute façon, même si les résidents permanents étaient assignés à une province en particulier sur le long terme, la citoyenneté arrive assez rapidement une fois la RP en poche, donc ça ne fait pas vraiment de différence pour le Québec. Par contre, l'intégration est très difficile au Québec si on ne parle pas français (même à Montréal, pour le travail), et ça me semble être un rempart bien plus grand- et efficace.
  8. J'ai l'impression qu'il y a de bonnes opportunités en comptabilité (du marketing abondant de la part de l'ordre des comptables pour attirer les jeunes ces derniers temps). Vous pouvez aller voir sur les sites gouvernementaux qui détaillent l'évolution du marché sur ces secteurs: https://www.guichetemplois.gc.ca/analyse-tendances
  9. Pour l'admission, comme ça a été dit plus haut, ça prend moins de trois mois. Je crois que la majorité de mes demandes n'ont jamais mis plus de deux mois à être traitées. Les résidences ont des places limitées, en effet, tu devrais demander une place dès que tu as une offre si tu veux y vivre. Souvent, il y a beaucoup d'étrangers aux résidences, ou des personnes qui viennent de plus loin au Québec, donc tu devrais réussir te faire des amis. Les résidences ne sont pas pour tout le monde. Personnellement je me plait plus en appartement, mais ça peut-être un bon moyen d'avoir un logement en arrivant, avant de chercher autre chose au printemps, ça t'éviterais le stress d'arriver sans logement. Je me souviens qu'à l'époque j'avais vu des vidéos sur Youtube où ils font visiter les résidences de l'UL, pour avoir une idée.
  10. Ça me fait plaisir ! J'étais rentrée à l'hiver aussi ! Ici, on valide des crédits plutôt que des années, ce qui donne plus de flexibilité. Bien souvent, tu peux même valider des crédits à l'été. Une différence en entrant à l'hiver est qu'il y aura moins d'activités d’accueil (et pas d'initiations). Aussi, dans mon cas j'avais eu les mêmes cours que ceux qui étaient entrés à l'automne, donc c'était un peu plus dur pour moi qui commençait, j'ai fait ma première année en inversé en quelque sorte. Mais ça, ça dépend vraiment de ton programme, j'imagine. Pour la compétitivité, tout dépend des programmes. Les programmes contingentés offrent souvent moins de places, par exemple Si le programme n'est pas contingentés, tu devrais recevoir une offre si tes notes sont supérieures à ce qui est demandé, j'avais appliqué à plein de programmes de premier cycle, et je n'ai jamais eu de surprises de ce côté-là. D'ailleurs, si le programme est contingenté tu devrais pouvoir trouver les statistiques d'admission (nombre de demandes et d'offres, côtes R du dernier dossier admis). N'hésites pas si tu as d'autres questions, je me souviens qu'à l'époque je m'en posais plein
  11. Si c'est ça tu devrais être correct ! Je ne pense pas que ça aie augmenté, j'avais vu ça il y a quelques années (sur une brochure de la faculté des sciences de l'administration). Comme nous sommes en juin et que tu n'avais pas l'air d'avoir appliqué encore, j'ai juste assumé que tu allais le faire pour la rentrée suivante (2021, à moins que le programme ne soit ouvert à l'hiver), ce qui te laisserais un ans à étudier en France (donc valider des cours=crédits), c'est ce que j'entendais par mon propos sur les crédits universitaires
  12. Bonjour, L'université Laval documente normalement la moyenne requise pour les français, dans mon souvenir la moyenne sur les deux dernières années devait être 13 ou 14. Je vous conseille de les contacter pour savoir s'il y a un moyen de faire valoir des problèmes médicaux, car souvent les dossier de premier cycle reposent essentiellement sur les notes. Sinon, vous pouvez toujours acquérir des crédits universitaires, et si vous n'avez plus les mêmes problèmes médicaux (je vous le souhaite ) et pouvez augmenter vos notes, ça devrait donner plus de poids à votre dossier pour appliquer ensuite. Je vous aurais dit que les résultats du bac comptent aussi, mais il me semble qu'il a été annulé cette année. Bon courage!
  13. Bonjour, Ici on valide des crédits et non des années, alors à moins d'avoir des équivalences de crédits pour des cours pris dans d'autres universités (et qui doivent être très fortement similaires à ceux offerts), il n'y a pas vraiment de raccourcis possible, il vous faut valider l'ensemble des crédits requis.
  14. Bonjour, Les moyennes ne se calculent pas par un simple règle de trois ! Par exemple, un 75 % ici est très ordinaire, alors qu'au Royaume Uni c'est une note incroyable. La question n'est pas du tout stupide. Le mieux est de demander à l'université quels sont leur standards pour votre pays en particulier car les systèmes de notation varient beaucoup, et on est loin d'un simple calcul mathématique. Si ça peut aider, fille en échange me disait qu'un 3,5 valait un 14/20 (de France).
  15. Bonjour, Pour ce qui est de la réputation de l'Université, tout d'abord ça dépend du domaine dans lequel vous souhaitez étudier, et deuxièmement ce n'est pas le premier critère des employeurs ici. Je vous conseille plutôt de comparer entre des programmes spécifiques celui qui vous convient le mieux. Ensuite, j'aurais tendance à dire que Gatineau, étant dans la région d'Ottawa, offre un peu plus de dynamisme (bassin d'emploi plus grand), mais comme ça a été dit, tout dépend du secteur. L'immobilier à 3R est très peu cher, vous pouvez facilement comparer les deux en ligne.
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines