Jump to content

Hei

Habitués
  • Content Count

    4,479
  • Joined

  • Days Won

    2

Hei last won the day on May 10

Hei had the most liked content!

4 Followers

About Hei

  • Rank
    Super Fan

Profile Information

  • Statut
    installé
  • Pays d'origine
    france
  • Pays de résidence
    Canada

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Pas du tout, ça prend 1 an en moyenne pour obtenir la citoyenneté
  2. Je crois plutôt que vous serez convoquée dans plusieurs mois peut être même dans 1 an. C’est sans compter les élections qui vont certainement prolonger les délais.
  3. Justement je parle des consultants des firmes informatiques. Mon mari se faisait rembourser les frais de transport ou d’essence quand il allait travailler chez Desjardins et idem pour son cellulaire.
  4. Si vous êtes consultant et non employé en interne, c’est possible. En général ils remboursent les frais de déplacement et certains prennent en charge le cellulaire mais pas internet. Ce sont des avantages imposables.
  5. Tout simplement leur demander la grille de salaires et les avantages sociaux.
  6. Dans un autre fil j’ai vu que Oakville et Burlington étaient des endroits sympas pour les familles près du Lac Ontario par contre je ne sais pas si ce sont des centre TI. Sinon mon mari me disait qu’il y avait Mississauga et bien sûr le centre de Toronto.
  7. Mais c’est Demina vous ne l’aviez pas reconnue ? Je ne sais pas pourquoi elle veut se faire passer pour un homme.
  8. Passer du management à soudeur c'est un virage à 360 degrés. Pourquoi vouloir changer de métier si vous l’adorez ? Je recommanderais d’abord de tater le terrain et éventuellement viser une province anglophone comme l’Ontario après tout vous êtes billingue.
  9. Ou de s’informer directement auprès de l'université. Des étudiants qui viennent faire une maîtrise après leur licence, c’est assez courant.
  10. Ici aussi c’est au bon vouloir du client ou de l’employeur. Par exemple, pour un même client, mon mari a pu travailler en télétravail 1 jour dans la semaine alors que son collègue n'a pas eu cette chance. Même client mais deux équipes différentes.
  11. Ah ah ah je viens d’apprendre par mon chum que c’était le seul hôpital de Montréal où je suis allée et où je suis vite repartie après 2 h d’attente parce que je ne voulais pas y passer la nuit. Je comprends maintenant .
  12. Quelle est la différence d’appartenir ou non au CHUM ? D'après ce que j’ai compris les gens n’y vont plus parce que cet hôpital n'en fait plus partie.
  13. « Il y a près de 15 ans, il était question : de pénaliser les entreprises responsables de vol d’identité; de gel de crédit; d’exiger les créanciers à divulguer les dettes frauduleuses; de ne pas inscrire le numéro d’assurance sociale sur les rapports de crédit; de vérifier l’identité des personnes ou des organismes qui ont accès aux rapports de crédit. Ce document vient du Comité des mesures en matière de consommation, formé par tous les organismes de protection des consommateurs du pays. » Donc ils n’ont rien fait depuis 15 ans et il a fallu le vol de données chez Desjardins pour que ça « bouge » un peu
  14. Bon à savoir, je pensais que c'était uniquement le bras gauche mais des douleurs au bras droit peuvent aussi aboutir à un infarctus. Sinon, contente de ne pas être à Gatineau, j’avais déjà entendu des bruits de couloir et c’était donc vrai.
  15. Le Centre de santé et services sociaux de Gatineau est l’hôpital où sont survenues le plus de morts dues à des accidents médicaux au cours des 20 dernières années, indique la compilation de 900 rapports du coroner effectuée par La Presse. L’Outaouais est la pire région du Québec en matière d’accidents médicaux : au cours de cette période, un habitant de l’Outaouais hospitalisé courait trois fois plus de risque de mourir des suites d’un accident médical qu’un Lavallois ou un Longueuillois. Une enquête de Katia Gagnon et de Fanny Lévesque. Julie est morte d’un infarctus à 38 ans. L’enquête du coroner a conclu que sa mort, survenue le 20 mars 2008, aurait pu être évitée si elle avait été correctement traitée pour un trouble coronarien. L’autopsie a révélé qu’elle avait subi un premier infarctus de deux à huit semaines avant sa mort. « On a dîné avec elle, et elle est retournée à la maison. Puis, à 17 h 30, elle était morte », raconte sa mère Ghislaine, la gorge nouée par l’émotion. Ça faisait déjà quelques mois que Julie se plaignait d’une douleur au bras droit. Elle croyait souffrir d’une tendinite. Elle avait consulté son médecin de famille. Elle prenait des anti-inflammatoires pour apaiser son mal. Mais rien n’y faisait. Le 12 décembre 2007, la douleur devient si intense qu’elle doit immobiliser son véhicule sur le bord de la route. Cette fois, le mal se déplace à la poitrine. De sa voiture, elle appelle sa plus grande sœur, Sylvie. « Elle m’a dit : “Je suis convaincue que je viens de faire un infarctus.” Je lui ai dit : “Voyons Julie, t’as juste 38 ans” », se rappelle l’aînée. Julie Thibault se présente donc aux urgences de l’hôpital de Gatineau. L’électrocardiogramme démontre une anomalie suggérant un problème coronarien. Le résultat n’aurait pas été communiqué à l’urgentologue. Celui-ci n’approfondit donc pas la cause de la douleur thoracique ressentie. Aucun prélèvement sanguin n’est fait. Julie Thibault reçoit son congé sans prise en charge coronarienne ni suivi cardiaque. Trois mois plus tard, la mère de deux garçons s’effondre sur le plancher de la cuisine. Son décès sera constaté à 18 h 30. Elle venait tout juste d’appeler son conjoint pour lui dire qu’elle n’en pouvait plus de cette douleur qui ne cessait de la tenailler. https://www.lapresse.ca/actualites/enquetes/201909/08/01-5240365-lhopital-des-erreurs.php
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines