Jump to content
Othmac

La chambre des communes adopte la motion sur l'islamophobie

Recommended Posts

Le texte de la motion:

 

Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait :

a) reconnaître qu’il faille endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population;

b) condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques et prendre acte de la pétition e-411 à la Chambre des communes, ainsi que des problèmes qu’elle a soulevés;

c) demander que le Comité permanent du patrimoine canadien entreprenne une étude sur la façon dont le gouvernement pourrait

                (i) établir une approche pangouvernementale pour la réduction ou l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse systémiques, dont l’islamophobie, au Canada, tout en assurant l’adoption de politiques fondées sur les faits, qui soient d’application globale et axées sur la communauté,

                (ii) recueillir des données pour contextualiser les rapports sur les crimes haineux et pour évaluer les besoins des communautés touchées;

 

le Comité devrait présenter ses conclusions et ses recommandations à la Chambre dans les 240 jours civils suivant l’adoption de la présente motion, pourvu que, dans son rapport, le Comité devrait formuler des recommandations que pourra appliquer le gouvernement afin de mettre davantage en valeur les droits et libertés garantis dans les lois constitutionnelles, y compris la Charte canadienne des droits et libertés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quand même vague cette affaire. Je ne sais pas comment le Comité va formuler ses recommandations. C'est quoi les frontières entre une critique et un propos haineux? Comment ca va être évalué?

Share this post


Link to post
Share on other sites

On nage dans le ridicule....ça va être la porte ouverte à toutes les fenêtres cette affaire-là. Vas-y que tu vas avoir procès sur procès pour rien du tout, il va suffire de se victimiser parce que ton voisin a osé te regarder et que tu as pas aimé, pour aller réclamer des dommages et intérêts devant une Cour. 

 

Pis c'est drôle de commencer un texte de loi inclusif d'une communauté en particulier, puis de rester vague pour les autres communautés par après dans le même texte. Les autres citoyens ou résidents d'autres religions, ou sans religion tout court, ont juste le droit de la fermer. C'est beau le multi-culturalisme à la Trudeau.

Edited by crazy_marty

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, crazy_marty a dit :

On nage dans le ridicule....ça va être la porte ouverte à toutes les fenêtres cette affaire-là. Vas-y que tu vas avoir procès sur procès pour rien du tout, il va suffire de se victimiser parce que ton voisin a osé te regarder et que tu as pas aimé, pour aller réclamer des dommages et intérêts devant une Cour. 

 

Pis c'est drôle de commencer un texte de loi inclusif d'une communauté en particulier, puis de rester vague pour les autres communautés par après dans le même texte. Les autres citoyens ou résidents d'autres religions, ou sans religion tout court, ont juste le droit de la fermer. C'est beau le multi-culturalisme à la Trudeau.

 

 

Il n'y a pas d'autre communauté qui a été victime d'un attentat à date. Lequel a été suivi d'une vague de propos plus choquants les uns que les autres, entre les personnalités médiatiques et les élus qui parlent de terrorisme inversé et les messiers-mesdames lambda devant leurs écrans qui déversent leur bile, regrettent qu'il n'y ait pas plus de morts, etc. 

 

Et devine ce qu'on dira si la semaine prochaine il y a un autre tueur fou qui attaque une mosquée? le gouvernement n'a rien fait, le gouvernement est complice, bla bla bla. Bref, damn if you do, damn if you don't ... 

 

C'est sûr qu'une motion contre tous les crimes haineux aurait été préférable, mais c'est déjà sanctionné par le code pénal, non? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kweli a dit :

 

 

Il n'y a pas d'autre communauté qui a été victime d'un attentat à date. Lequel a été suivi d'une vague de propos plus choquants les uns que les autres, entre les personnalités médiatiques et les élus qui parlent de terrorisme inversé et les messiers-mesdames lambda devant leurs écrans qui déversent leur bile, regrettent qu'il n'y ait pas plus de morts, etc. 

 

Et devine ce qu'on dira si la semaine prochaine il y a un autre tueur fou qui attaque une mosquée? le gouvernement n'a rien fait, le gouvernement est complice, bla bla bla. Bref, damn if you do, damn if you don't ... 

 

C'est sûr qu'une motion contre tous les crimes haineux aurait été préférable, mais c'est déjà sanctionné par le code pénal, non? 

 

Peut-être. Mais dans ce cas pourquoi faire une autre loi spécifique sur l'islamophobie, si les crimes haineux sont déjà inclus dans le code pénal? Pis pourquoi après Paris, Istanbul, Bruxelles, et j'en passe, on a pas fait une loi qui condamnait aussi les propos borderline haineux qui laissaient entendre que c'était bien fait ce qui est arrivé? 

 

On surenchérit pour une communauté en particulier. On fait des lois comme on fait l'épicerie. Sur l'émotion du moment, sans réfléchir plus loin. C'est complètement ridicule.

 

La motion telle qu'elle est, cherche à protéger tout le monde, toute religion confondue, ce qui est intéressant. Du moins c'est comme ça que je le comprends.

 

Encore que ça parle que de religion, ce qui est là aussi à mon goût hors propos. 

 

Par contre là où j'ai vraiment du mal c'est qu'on la justifie en jouant sur l'émotion et surtout en insistant que c'est pour une communauté en particulier. Le principe d'une loi c'est d'être juste pour tout le monde et d'être justifiée par la nécessité de protéger l'ensemble des citoyens d'une société. Pas juste quelques-uns. Si on commence à faire des lois à la carte, on entre dans un panier de crabes qui fait plus aucun sens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même une loi sur l'homophobie n'y pourra rien quand le nombre sera important :-) je me bidonne des bisounours bobos planeurs.

 

Les mères et les pères qui avaient placé leurs enfants dans ce centre à Berlin-Reinickendorf avaient peur. Les parents ont appris que l’enseignant qui s’occupait tous les jours de leurs enfant est homosexuel, ils ont lancé une protestation massive.

Un conflit culturel dans la crèche qui n’est pas unique. Dans les centres pour enfants de ce quartier de la capitale, un enfant sur trois est désormais issu de l’immigration. Beaucoup sont musulmans. Dans la crèche à Berlin-Reinickendorf, seulement un enfant est non-musulman, tous les autres sont issus de familles musulmanes qui appartiennent à une religion pour laquelle l’homosexualité est un problème ou bien un crime.

 

https://www.welt.de/vermischtes/article163228126/Muslimische-Eltern-protestieren-scharf-gegen-schwulen-Erzieher.html

 

Imaginons un éducateur musulman pratiquant, les parents mécréants pourrait-ils réagir avec autant de vigeur ?? Je me bidonne :-)

Edited by MicheldeMtl

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 24/03/2017 à 11:32, Kweli a dit :

 

 

Il n'y a pas d'autre communauté qui a été victime d'un attentat à date.

 

Attends, Saint-Jean-sur-Richelieu, Ottawa ? 

 

De plus, par capita, les juifs sont largement en tête des communautés visées par les agressions en tous genres.

 

C'est une honte, cette motion. N'aurait-on pas pu condamner toutes les dérives plutôt ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
N'aurait-on pas pu condamner toutes les dérives plutôt ?

Ben non, c est mieux de communautariser les gens... Et là, c est en plus par loi. C est lamentable comme tu dis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème avec ce genre de lois, quand elle sont appliquées, est double :

  • D'une part les procès qui en résultent sont une tribune pour les extrémistes, renforçant une image de rebelles/victimes du système.
  • D'autre part elle force ces mêmes extrémistes à adopter un discours politiquement correct bien plus dangereux au final.

 

Exemple en France ou la criminalisation du négationnisme a conduit l’extrême droite voulant accéder au pouvoir à en effacer les traces dans le discours officiel, avec le succès qu'on connaît aujourd'hui.

Aux États-Unis, ou la liberté d'expression est plus large, l’extrême droite fasciste est encore à débattre ouvertement du troisième Reich. Moins de risque de s'y tromper !

Edited by Marty

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎2017‎-‎03‎-‎24 à 14:31, crazy_marty a dit :

 

Peut-être. Mais dans ce cas pourquoi faire une autre loi spécifique sur l'islamophobie, si les crimes haineux sont déjà inclus dans le code pénal? Pis pourquoi après Paris, Istanbul, Bruxelles, et j'en passe, on a pas fait une loi qui condamnait aussi les propos borderline haineux qui laissaient entendre que c'était bien fait ce qui est arrivé? 

 

On surenchérit pour une communauté en particulier. On fait des lois comme on fait l'épicerie. Sur l'émotion du moment, sans réfléchir plus loin. C'est complètement ridicule.

 

La motion telle qu'elle est, cherche à protéger tout le monde, toute religion confondue, ce qui est intéressant. Du moins c'est comme ça que je le comprends.

 

Encore que ça parle que de religion, ce qui est là aussi à mon goût hors propos. 

 

Par contre là où j'ai vraiment du mal c'est qu'on la justifie en jouant sur l'émotion et surtout en insistant que c'est pour une communauté en particulier. Le principe d'une loi c'est d'être juste pour tout le monde et d'être justifiée par la nécessité de protéger l'ensemble des citoyens d'une société. Pas juste quelques-uns. Si on commence à faire des lois à la carte, on entre dans un panier de crabes qui fait plus aucun sens.

 

Je pense de même. 

 

Je trouve que nos politiciens,  en mal de capital politique,  sont capables de pondre une loi juste pour montrer qu'ils sont dont compatissants etc.

 

Si on ne doit pas faire d'amalgame,  si on ne doit pas mettre tous les musulmans dans le même panier,  et bien je dis qu'on ne doit pas dire non plus que tous les Québécois/Canadiens sont comme cette personne qui a attaqué une mosquée.

 

Faire une loi dans ce contexte particulier serait comme d'admettre un problème à grande échelle alors que ce n'est pas le cas.

 

Personnellement je suis contre toute loi qui brimerait la liberté d'expression.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tous est tout à fait critiquable. Et je me dis qu'une certaine partie de l'occident (certains médias, certains hommes politiques ...etc) doivent arrêter de prendre les musulmans pour une race et appeler "islamophobe" toute personne qui critique quelque chose dans cette religion car une religion est avant tous un ensemble d'idées dont quiconque pourrait y donner son avis. Interdire la critique c'est interdire même la liberté d'expression, de donner son avis sur quelque chose. Maintenant concernant les discours haineux ou les insultes, il est claire que ceci demeure intolérable, et ce, pour n'importe quelle idée ou religion.

 

Sauf que le soucis majeur qui résident chez beaucoup de musulmans d'ailleurs est le fait de considérer toute critique envers un aspect de leur religion comme étant une insulte et donc l'emploi du mot islamophobe à tort et à travers et dans toutes les sauces.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By qwintine
      http://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201804/23/01-5162076-quand-on-me-demande-dou-je-viens-je-sais-que-je-naurai-pas-la-job.php
       
      Publié le 23 avril 2018 à 07h20 | Mis à jour le 23 avril 2018 à 12h33
      «Quand on me demande d'où je viens, je sais que je n'aurai pas la job»
      Salim Kerdougli a obtenu des jugements du Tribunal des droits de la personne contre les entreprises La Vie en Rose et GE, dont les représentants lui ont posé une question sur l'origine de son nom en entrevue d'embauche.
        LA PRESSE
      SUZANNE COLPRON
      La Presse Salim Kerdougli se fait appeler Sam Kerdougli. Ce n'est pas pour le plaisir de se faire appeler Sam. C'est pour éviter de subir des préjugés et de la discrimination à l'embauche.
      Salim, ce n'est pas un nom occidental, explique-t-il. « Si je dis que je m'appelle Salim Kerdougli, on ne va même pas me convoquer en entrevue à cause de mon origine ethnique, c'est sûr et certain. » Et Sam Kerdougli ? « Ça peut être hongrois ou autrichien... »
      Au Québec, la discrimination dans l'accès à l'emploi des candidats d'origine maghrébine est réelle. Selon Statistique Canada, le taux de chômage chez les Québécois originaires du Maghreb est de 11,5 %, comparativement à 5,6 % pour l'ensemble de la population.
      Salim Kerdougli, contacté sur Facebook, a accepté de nous accorder une entrevue. Pour raconter son histoire, bien sûr. Mais aussi pour faire taire les mauvaises langues. Celles qui disent qu'il abuse du système et qu'il se plaint pour rien.
       
      Depuis que les médias ont rapporté sa victoire contre La Vie en Rose, condamnée à lui verser 5000 $, on le traite de « profiteur » et de « pleurnicheur » sur les réseaux sociaux. Rien pour calmer son sentiment d'injustice.
        Source et suite de l'article : 
      http://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201804/23/01-5162076-quand-on-me-demande-dou-je-viens-je-sais-que-je-naurai-pas-la-job.php
       
       
    • By immigrer.com
      Sondage Léger: le Québec est-il plus raciste que le reste du Canada?
      Quand on leur demande, 14 % des Canadiens se considèrent racistes. Un Québécois sur six se considère raciste (16%), révèle un nouveau sondage réalisé par la firme Léger.
      Le Québec n'est pas la province qui affiche le plus haut taux de racisme. Les Manitobains sont les plus nombreux (23%) à avoir affirmé être plutôt ou peu racistes.
      Au total, 14 % des Canadiens se considèrent racistes, selon leur propre évaluation.
      LÉGER
      La divergence d'opinions entre les générations est minime. Les milléniaux et la génération X sont 14% a se considérer plutôt ou peu raciste. Seulement 1% sépare ces deux générations des baby-boomers qui ont répondu affirmativement avec 13%.
       
       
      suite et source
       
       
       
    • By Tapis
      Je suis tombé ce matin sur cet article qui dévoile ce à quoi il faut s'attendre lorsqu'on est un immigrant artiste. Ça concerne le cinéma, mais on peut penser que c'est à peu près la même chose pour les autres arts :
      http://www.mauvaiseherbe.ca/2018/02/08/discrimination-systemique-dans-lattribution-des-aides-a-la-production-cinematographique/
    • By Laurent
      Si vous croyez que le Canada est un bel espace d’harmonie et de paix, je vous recommande d’arrêter de lire cet article. Vous êtes sur le point d’être profondément déçus, choqués ou les deux.
      Sous son aspect accueillant vous découvrirez rapidement que, comme dans la plupart des autres démocraties occidentales, l’islamophobie n’est pas seulement vivante et répandue au Canada, mais elle a longtemps été une caractéristique déterminante d’au moins un de ses principaux partis politiques et largement répandue dans les médias corporatifs du pays.
      La preuve la plus récente de ce fait incontournable a été le massacre de six musulmans canadiens à la prière dans la grande mosquée de Québec du 29 janvier 2017.
      Immédiatement après l’attentat terroriste, les politiciens se sont occupés du rituel de décrypter les meurtres, en priant pour les victimes et leurs familles en deuil et en exhortant leurs compatriotes à se rassembler autour de la communauté musulmane comme signe d’unité et de soutien.
      Puis rapidement, après la panique d’avoir vu qu’un attentat terroriste sur des musulmans au Canada par un homme blanc réactionnaire pouvait être aussi sérieux que les attaques à Paris, à Bruxelles ou à Londres, la plupart des médias sont rapidement passés à autre chose.
      Mais des questions difficiles restaient sans réponse. La principale parmi elles: Que faire de l’islamophobie qui a mis le feu aux poudres par certains des politiciens et des médias qui plaidaient – avec toute la fausse solennité qu’ils pouvaient avoir – pour l’harmonie et la compréhension?
      CONDAMNANT L’ISLAMOPHOBIE
      Sûrement sceptique de cette rhétorique, le Conseil national des musulmans canadiens (NCCM) – une voix proéminente pour la communauté musulmane du Canada – a écrit une lettre ouverte aux politiciens de toutes les allégeances, les exhortant à prendre des mesures concrètes pour faire face à l’islamophobie, au racisme et à la discrimination qui a envahit leur milieu.
      Parmi ses recommandations judicieuses, le NCCM a déclaré qu’il fallait consacrer plus d’argent pour faire rapport et recueillir des données sur les crimes haineux et former la police; Que, suivant la province de l’Ontario, d’autres provinces devraient créer une direction anti-racisme et établir un cours obligatoire sur le racisme systémique et son impact corrosif sur la société.
      Enfin, le NCCM a lancé son puissant soutien derrière un mouvement largement symbolique et non contraignant, parrainé par un député libéral libéral, Iqra Khalid, qui appelle la Chambre des communes à condamner l’islamophobie et toute discrimination religieuse à la suite de l’attaque de la ville de Québec.
      Pour le contexte, il est important de noter qu’après quelques heures de débat superficiel, les parlementaires canadiens ont adopté à l’unanimité une motion d’un autre député libéral en 2015 condamnant la “hausse de l’antisémitisme dans le monde”.
      Il n’est pas surprenant que la motion de Khalid ait fait face à un sort beaucoup plus différent, tumultueux et instructif.
      Plutôt que d’être approuvé rapidement et à l’unanimité, le Motion 103 s’est transformé en un spectacle de course qui a non seulement dominé l’agenda politique du Canada, mais a également exposé le pus de l’islamophobie qui suinte encore des politiciens et des médias canadiens qui, il y a quelques semaines, exprimaient leur sympathie pour les hommes assassiné pendant les prières du soir parce qu’ils étaient musulmans.
      HORREURS FANTÔMES
      Le chef du Parti conservateur du Canada et le grand nombre de candidats qui tentent de le diriger sont les leaders de la charge hystérique. Tous, sauf un des candidats à la direction, ont signalé leur opposition véhémente à la motion, affirmant que, parmi d’autres horreurs fantômes, cela étoufferait la liberté d’expression et pourrait éventuellement agir comme précurseur de l’invocation de la «Sharia Law».
      C’est évidemment une folie. Mais c’est une folie qui a parcouru sa manière malveillante à travers le cœur du Parti conservateur depuis longtemps et que, comme certains l’ont suggéré, ne sont apparues que récemment depuis le marécage de l’islamophobie pour s’installer aux «franges» radicales du parti.
      C’est un mensonge révisionniste. L’ancien Premier ministre conservateur Stephen Harper a passé une grande partie de son mandat à alimenter et à satisfaire l’islamophobie pas si latente qui faisait appel politiquement à sa légion de partisans en faisant du niqab un cheval de bataille pour sa campagne.
      En passant, la NCCM a poursuivi Harper et son ancien porte-parole pour avoir suggéré que le groupe de plaidoyer respecté avait «des liens documentés avec une organisation terroriste comme le Hamas ».
      Harper a non seulement alimenté son cabinet avec des ministres qui ont partagé son étreinte de ce qui équivaut à de la politique haineuse, mais aussi les sortait de l’obscurité, en leur donnant un profil national, en en faisant la promotion.
      Au cours de la campagne électorale de l’année dernière, Kellie Leitch a présenté le dévoilement d’une « ligne de pointage» approuvée par Harper pour avoir signalé les «pratiques culturelles barbares», un euphémisme bureaucratique déguisé pour pointer l’islam.
      Et aujourd’hui, en tant que candidat de leadership conservateur proéminent et populaire, Leitch continue de canaliser l’odieuse modus operandi de son ancien patron en participant à un “rassemblement de libertés” rempli d’Islamophobes avoués qui sont convaincus que le Motion 103 est un complot inspiré de l’Islam pour saper la Charte canadienne des droits et libertés.
      “Les valeurs canadiennes ne sont pas franches, et ensemble, je sais, nous allons nous battre pour elles” a déclaré Leitch à sa fa foule adoratrice.
      Donc, la prochaine fois que vous êtes enclin à visiter ou même à envisager de déménager au Canada parce que ce serait un refuge accueillant à l’époque de Donald Trump, il serait préférable de se souvenir de ces obscénités avant d’agir impulsivement.
       
      Texte de Andrew Mitrovica, journaliste d’investigation primé et professeur en journalisme.
      Adapté du texte original publié par AlJazeera
      Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale du site immigrer.com.
    • By davidNB
      La Ligue des Noirs du Québec compte porter plainte à la Commission des droits de la personne au sujet de la faible représentation des minorités visibles au sein du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).
      La Presse écrivait récemment que moins de 1 % des pompiers montréalais, soit 19 sur 2430, étaient issus des minorités visibles. « Beaucoup d'organisations liées au gouvernement font des efforts depuis des années pour intégrer des minorités, mais le [SIM] ne fait aucun effort pour améliorer la situation », se désole Dan Philip, président de la Ligue des Noirs du Québec.
      L'organisation compte donc déposer une plainte cette semaine à la Commission des droits de la personne pour demander la tenue d'une enquête sur les efforts de ce service pour embaucher des minorités visibles. Dans un courriel transmis à La Presse, le SIM dit participer à plusieurs programmes pour attirer dans ses rangs des candidats des minorités et des femmes.
       
      Montréal est une ville peuplé de 30% de personnes issue des minorités, appelé au Quebec communauté culturelle et pourtant au sein de la police, des pompiers et dans d'autre domaine les minorités subissent un racisme et une discrimination à l'embauche qui n'a pas son égal ailleurs. 
       
      http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201612/20/01-5053069-minorites-chez-les-pompiers-de-montreal-la-ligue-des-noirs-portera-plainte.php
           
    • By FredG
      Bonjour,

      Je suis le correspondant de la chaine de télévision France 24 au Canada. Je suis basé à Montréal. Dans le cadre d'un reportage en préparation, je cherche à rencontrer des français ou des françaises, d'origine africaine ou nord africaine, installé(e)s à Vancouver. Le reportage présentera différents profils de français ayant fait le choix de venir vivre ici. Et dans les raisons qui les poussent à partir de France, j'aimerais abordé la question du racisme. Pour être moi-même métisse franco-sénégalais, je sais que ce n'est à priori pas la raison principale, mais que cela joue tout de même en faveur du Canada et cela me semble pertinent d'en parler. Si vous vous reconnaissez dans cette description et que donner votre avis ou partager votre expérience sur cette question vous intéresse, je vous invite donc à me contacter.

      Au plaisir,
      FG
    • By Laurent
      Ceci est une histoire vraie :

      La suite : http://cacestdrole.com/article/ceci-est-une-histoire-vraie/8879


    • By will972
      Il y a quelques temps, j'avais posté un message ici sur le changement de nom : http://www.forum.immigrer.com/topic/118610-question-consonance-du-nom-travail-integration-comment-chan/ Comme je disais, « j'ai pas honte de mes origines - j'y suis pas attaché non plus. En fait je m'en fous surtout, j'en suis indifférent et pragmatique. On pourrait dire que je suis plus préoccupé par mon avenir que mon passé, si mon nom peut m'être utile ok, sinon il peut changer... et ça m'empêchera pas de dormir :-) » Pour résumer : le changement de nom et de prénom, je l'ai fait, les effets sont très positifs (je ne vais pas déballer ma vie mais ça vous ouvre beaucoup beaucoup de portes, les noms québecois sont vraiment favorisés c'est pas une légende: http://www.forum.immigrer.com/topic/118539-les-noms-quebecois-favorises/) et je ne peux que conseiller la démarche si vous êtes en paix avec vous mêmes et ne craignez pas de reproches de la famille. Maintenant, vous êtes pas obligé d'être d'accord avec ce qui va suivre, si ça heurte votre conscience ou ne vous concerne pas allez voir ailleurs plutôt que de cracher dans la soupe et critiquer - ce message est là pour aider d'autres personnes qui sont dans la même situation. Le problème, comme expliqué sur d'autre sujets, c'est que c'est dur, et qu'il peut y avoir des refus : http://www.forum.immigrer.com/topic/58219-quand-il-faut-changer-de-nom-pour-sintegrer/ Si vous êtes résidents permanents et motivés, voici la procédure que j'avais suivi et que je peux vous recommander. Peut être qu'il y a mieux ou plus simple - moi j'ai fait ça, et ça a bien marché. 1) D'abord, choisissez un nom de famille bien québecois. Si vous ne savez pas quoi prendre, Tremblay ou Gagnon ça passe partout. Pour le prénom, je vous conseille quelque chose qui fasse le lien entre votre passé et votre futur ou qui a une signification particulière pour vous - c'est un choix personnel, et vu tous les prénoms qu'il y a au Québec vous pouvez difficilement faire un mauvais choix. 2) Ensuite vous allez devoir quitter le Québec sauf à vouloir vous disputer avec l'état civil. Installez-vous au Nouveau-Brunswick pendant au moins 3 mois. Les lois y sont beaucoup moins dures, et vous rencontrerez plus de tolérance pour cette procédure - bien que c'est entrain de changer. La durée minimum de résidence a été récemment rajoutée. Si vous avez l'argent pour aller plus loin, je crois que l'Alberta n'impose pas ce délai, mais un rideshare pour Fredericton c'est moins cher que d'aller à Calgary. Sur place, vous aurez besoin de prendre une location et surtout de le faire avec un contrat écrit qui prouvera votre durée de résidence. Changez aussi dès que possible votre permis de conduire et votre carte d'assurance santé à Service Nouveau Brunswick. 3) Au boût de 2 moins, envoyez un courriel ou téléphonez au service de l'état civil ( (506) 453-2385 ou vitalstatistics@snb.ca) pour recevoir un dossier de changement de nom. Il devra être signé par quelqu'un qui vous connaît depuis plusieurs années et qui sera votre sponsor. Il n'y a pas besoin que cette personne soit au Nouveau Brunswick - quelqu'un au Québec est admissible, mais vous aurez besoin, vous et votre sponsor, d'aller chez le notaire pour qu'il mette son sceau sur le dossier. Compter autour de 70$. 4) Au boût de 3 mois de résidence au Nouveau-Brunswick, votre demande peut être prise en compte. Renvoyez alors votre dossier avec le chèque demandé (autour de 150$, en échange de quoi les frais pour refaire les documents provinciaux sont gratuits). Là commence l'attente, et guetter le facteur. Hésitez pas à rappeler pour avoir des nouvelles de votre demande si ça prend trop de temps. Vous avez peut être oubliés des documents. 5) Enfin, un jour béni environ 2 à 3 semaines plus tard, vous recevrez un certificat de changement de nom par la poste, que vous pouvez utiliser pour aller à Service Nouveau Brunswick pour faire changer votre permis de conduire et votre carte d'assurance santé. Vous aurez votre permis de conduire le jour même. 6) Avec votre permis de conduire, allez faire changer votre NAS, et demandez un nouvelle carte de résident permanent à votre nom si vous le voulez. Sa durée de validité sera de 5 ans à partir de votre date de demande. Vous pouvez aussi aller à la banque et demander une nouvelle carte de crédit et de débit à votre nom. Et voilà, vous serez tranquille. Il restera bien sur toujours un peu de discrimination, mais pour avoir fait la procédure ça vaut le coup. Avec tous les papiers que vous aurez fait, surtout la carte de résident permanent, on vous posera moins de problème lorsque vous retournerez au Québec pour faire changer votre permis de conduire (car le Québec aime pas beaucoup les changements de nom fait ailleurs.... mais peut pas s'opposer si vous avez déjà les documents du gouvernement fédéral) C'est un investissement - 3 mois, des déplacements, et des démarches, mais je ne peux que vous le recommander. C'est aussi un choc émotionnel - c'est pas facile toute ces démarches, mais le bonheur le jour ou enfin vous aurez votre certificat de changement et que vous allez faire refaire vos documents d'identité, il n'y a pas d'équivalent !! Un petit avertissement - si vous pensez que vous pouvez faire ça au Québec ou en France car il existe des possibilités légales, ne vous faites aucune illusion. Les dés sont pipés, et votre procédure échouera. C'est fait exprès pour vous faire perdre du temps (des années en procédure), de l'argent, et vous décourager. On peut en penser ce que l'on veut, moi je crois que c'est un moyen pour une société raciste de garantir qu'elle le restera, en refusant à ceux qui veulent échapper à la discrimination le moyen de le faire. Après tout, imaginez que tout le monde puisse changer de nom et dissimuler ses origines - on ferait comment pour être raciste !! Aussi, faites attention - on vous en voudra. La famille, parce que leur nom ne sera pas transmis et autre bêtises du même genre (bref, leur nom est plus important que votre vie, et ils aimeraient que vous continuez à souffrir pour leur honneur), et certains québecois, car vous aurez contourné un système établi justement pour vous empêcher de réussir. Mais avez assez de motivation, ça ne devrait pas vous bloquer - et au besoin, de retour au Québec si vous le voulez (la vie et pourtant tellement plus agréable au Nouveau Brunswick) rien de nous empêche de retourner dans la même ville, à la même adresse. Vous pouvez aller ailleurs et refaire votre vie. L'immigration, c'est ça, refaire ça vie, et vous allez voir vous même comment tout va devenir subitement plus simple dans la vie de tous les jours - c'est comme jouer à un jeu vidéo à un niveau de difficulté plus simple. Voila, c'est pas une baguette magique, ça vous ouvrera pas toutes les portes, mais au moins certaines. Mes amis, bonne chance à vous tous, et plus particulièrement à ceux qui feront ces procédures.
    • Guest Mahdim
      By Guest Mahdim
      Merci de supprimer ce post.
      CanalD.txt
    • By immigrer.com
      Eh oui, du 21 au 31 mars c'est la semaine d'action contre le racisme.

      Exposition, débat, conférences, spectacles, etc.

      http://inforacisme.com/

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines