Jump to content

?? Pas facile d'être Français au Québec même après 17 ans


laulau1

Recommended Posts

  • Habitués
Il y a 16 heures, qwintine a dit :

 Le problème est que le concept woke est un fourre-tout. Il n'a même pas de base théorique étant plus issu d'un culture populaire et de confrontation politique. En 2023, c'est un jouet agiter à qui mieux mieux. 

 

 

Vrai que l'utilisation du mot "woke" est parfois, disons, confondante. ;) 

On a vu le Premier ministre Legault traiter GND de woke et ensuite Éric Duhaime traiter Legault de woke...! :D

 

Selon moi, le mot "woke" est bien davantage qu'une simple appellation  à la mode pour désigner les tenants des mouvements progressistes de notre époque. Le wokisme  a un cadre théorique tout droit sorti des universités américaines. L'idéologie woke a été pensée, conceptualisée, avant d'être transmise  à travers l'action de militants. Certains y voient même une nouvelle religion séculaire en rupture d'avec l'humanisme, l'universalisme et la rationalité développée au siècle des Lumières. On comprend alors la menace qui pèse sur les fondements de nos sociétés occidentales et la bien imparfaite démocratie dans laquelle nous vivons. 

 

Je t'invite fortement à lire ceci: https://www.revuedesdeuxmondes.fr/jean-francois-braunstein-ideologie-woke-snobisme-passager-sans-consequences/

 

ou encore cela: https://www.ledevoir.com/monde/761529/jean-francois-braunstein-au-et-si-le-wokisme-etait-une-religion

 

Bonne lecture! :)

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 17 heures, qwintine a dit :

 

Ça c'est ta croyance !

 

 

C'est plus "angry boomer" ?

C'est mieux que "angry pampers" ?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

@qwintine

Tu parles des deux côtés de la bouche, agressif et insultant au départ, et victime quand les intervenants te répondent sur le même ton. 

La cancel culture et le wokisme sont identique, qu'il soit pratiqué aux USA, au Canada, au Québec, en Belgique ou en France.. Il n'y a jamais eu plus de communautarisme que depuis que l'asso "touche pas à mon pote" a été crée, les attentats islamistes en Belgique et en France perpétré par des bi nationaux est le résultat de cette culture d'anti racisme, qui n'est finalement, que la mise en place d'un racisme anti blancs décomplexé..

Quand je rencontre une personne, je me fous de sa couleur de peau, mais j'ai remarqué que si la personne que je rencontre est chiante et blanche et que je ne lui parle plus, c'est correct, si c'est une minorité visible, je suis raciste.. 

En temps qu'immigrant au Québec, je me suis installé au milieu de québécois, je n'ai pas cherché une communauté de Belge, parce que mon souhait est de vivre en m'intégrant de la culture québécoise au maximum, je ne renierai jamais mes origines franco/belge, mais l'intégration culturelle québécoise pour ma famille et moi est essentielle. Et si chaque migrant fait la même chose, peu importe la couleur de sa peau, il vivra heureux et sera très bien accueilli . 

Comporte toi comme un maudit français, et donne des leçons de vies aux québécois, comme tu le fais ici, et tu ne seras jamais le bienvenu, sauf chez QS !  

Tu ne m'as toujours pas dit pourquoi tu avais choisi le Québec raciste et libéral (ce qui est considéré comme l'extrême droite en Belgique) pour venir t'installer. 

Sachant que les libéraux au Québec (l'équivalant du PS Belge)  à une politique bien plus à droite que le MR  belge, ce choix est particulier pour un kamarade communiste ! 

 

Edited by Hellendorff
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, kobico a dit :

 

Vrai que l'utilisation du mot "woke" est parfois, disons, confondante. ;) 

On a vu le Premier ministre Legault traiter GND de woke et ensuite Éric Duhaime traiter Legault de woke...! :D

 

Selon moi, le mot "woke" est bien davantage qu'une simple appellation  à la mode pour désigner les tenants des mouvements progressistes de notre époque. Le wokisme  a un cadre théorique tout droit sorti des universités américaines. L'idéologie woke a été pensée, conceptualisée, avant d'être transmise  à travers l'action de militants. Certains y voient même une nouvelle religion séculaire en rupture d'avec l'humanisme, l'universalisme et la rationalité développée au siècle des Lumières. On comprend alors la menace qui pèse sur les fondements de nos sociétés occidentales et la bien imparfaite démocratie dans laquelle nous vivons. 

 

Je t'invite fortement à lire ceci: https://www.revuedesdeuxmondes.fr/jean-francois-braunstein-ideologie-woke-snobisme-passager-sans-consequences/

 

ou encore cela: https://www.ledevoir.com/monde/761529/jean-francois-braunstein-au-et-si-le-wokisme-etait-une-religion

 

Bonne lecture! :)

 

 

 


Adorable, ta stratégie du pas feutré.

Interessant. Glissement souple et peu perceptible. Tu dois avoir un style de ski et de patinage élégant. 
Tu m’excuseras mais les millefeuilles argumentatif et la loi de Brandolini faisant,  accorder du crédit à une seule lecture sous couvert de deux biais cognitifs évidents, ce n’est plus mon style. Deux biais sont d’ailleurs évidents : argument d’autorité jouant sur une notoriété et valeur de la preuve faible (on parle ici d’une opinion résumée d’un essais (son livre) qu’il doit vendre).
En rapport à ce cher Brandolini et au millefeuille, tu comprendras que j’ai autre chose à faire de mes journées. 
Cependant, par politesse à ta posture à mon égard, j’ai lu en diagonale ces deux articles. Les prémices sont déjà problématiques concernant les genre. Ils indiquent d’entrée de jeu des biais évidents. Je te renvoie à mes deux publications plus haut dans ce sujet sur la non binarité du sexe biologique et la non binarité de genre. Ces synthèses personnelles sont construites depuis les 5 dernières années bâties sur de nombreuses lectures de qualité , publications revues par les paires dans les domaines de la psychologie, sociologie, biologie (génétique entre autre), …. Je n’aurais pas l’arrogance de prétendre que ce sont des meta analyses. Humblement de simple synthèses personnelles, que j’ai couchées dans mon moleskine virtuel pour bâtir ma compréhension actuelle et faire évoluer ma vision et posture en rapport à ces sujets. 

Ton érudition, j’en suis certain comprendra aisément la position de cette réponse. 

En te souhaitant une bonne lecture

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, qwintine a dit :


Adorable, ta stratégie du pas feutré.

Interessant. Glissement souple et peu perceptible. Tu dois avoir un style de ski et de patinage élégant. 
Tu m’excuseras mais les millefeuilles argumentatif et la loi de Brandolini faisant,  accorder du crédit à une seule lecture sous couvert de deux biais cognitifs évidents, ce n’est plus mon style. Deux biais sont d’ailleurs évidents : argument d’autorité jouant sur une notoriété et valeur de la preuve faible (on parle ici d’une opinion résumée d’un essais (son livre) qu’il doit vendre).
En rapport à ce cher Brandolini et au millefeuille, tu comprendras que j’ai autre chose à faire de mes journées. 
Cependant, par politesse à ta posture à mon égard, j’ai lu en diagonale ces deux articles. Les prémices sont déjà problématiques concernant les genre. Ils indiquent d’entrée de jeu des biais évidents. Je te renvoie à mes deux publications plus haut dans ce sujet sur la non binarité du sexe biologique et la non binarité de genre. Ces synthèses personnelles sont construites depuis les 5 dernières années bâties sur de nombreuses lectures de qualité , publications revues par les paires dans les domaines de la psychologie, sociologie, biologie (génétique entre autre), …. Je n’aurais pas l’arrogance de prétendre que ce sont des meta analyses. Humblement de simple synthèses personnelles, que j’ai couchées dans mon moleskine virtuel pour bâtir ma compréhension actuelle et faire évoluer ma vision et posture en rapport à ces sujets. 

Ton érudition, j’en suis certain comprendra aisément la position de cette réponse. 

En te souhaitant une bonne lecture

 

Ce que tu peux faire preuve de mesquinerie et de prétention! :rtfm:

 

Je constate qu'il est impossible de discuter intelligemment et respectueusement avec toi. Pourquoi te rabaisses-tu ainsi? Je croyais que tu valais mieux que cela. Je me suis trompée. 

 

En passant, en toute bonne foi, j'avais aussi sous la main une référence qui défend le point de vue woke, comme quoi j'espérais un débat d'idées. Hélas, je suis "cancellée" ! :lol:

 

Bon vent!

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Belle tournure que prend ce fil de discussion, ?

 

On a une personne qui vient parler de son mal-être au Québec (qui dure depuis un bon moment d'ailleurs) et on se chicane entre personnes qui apprécient le Québec. 

 

Wow! 

 

Tout ça pour sa dernière réplique qui montre sa difficulté à s'adapter aux valeurs d'équité et de tolérance québécoises. 

Edited by Azarielle
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, Azarielle a dit :

Belle tournure que prend ce fil de discussion, ?

 

On a une personne qui vient parler de son mal-être au Québec (qui dure depuis un bon moment d'ailleurs) et on se chicane entre personnes qui apprécient le Québec. 

 

Wow! 

 

Tout ça pour sa dernière réplique qui montre sa difficulté à s'adapter aux valeurs d'équité et de tolérance québécoises. 

c'est là que l'on mesure la division apportée par cette pensée woke ! 

Il faut la combattre pour maintenir les valeurs du Québec et la préservée des courants de pensées importés des USA ! 

Le revers de l'immigration, c'est que si beaucoup viennent pour les valeurs québécoises et les respectent, d'autres militent et importent leurs idéologies destructrices.. Quand je le lis, j'ai un peu honte qu'il soit Belge ! 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 3 heures, Azarielle a dit :

Belle tournure que prend ce fil de discussion, ?

 

On a une personne qui vient parler de son mal-être au Québec (qui dure depuis un bon moment d'ailleurs) et on se chicane entre personnes qui apprécient le Québec. 

 

Wow! 

 

Tout ça pour sa dernière réplique qui montre sa difficulté à s'adapter aux valeurs d'équité et de tolérance québécoises. 

 

Oui c'est dommage en effet. Cependant, nous avons été plusieurs à avoir réagi à sa dernière réplique qui montrait manifestement comme tu le pointes avec justesse : "sa difficulté à s'adapter aux valeurs d'équité et de tolérance québécoises", plus précisément, nommons-le: la grande ouverture de la société québécoise à au sujet LGBTQ+.

 

C'est probablement là le noeud de son problème. Comment se faire apprécier d'une majorité de Québecois quand on montre une pensée aussi fermée. Car malheureusement, la fermeture sur un de ces sujets est rarement circonscrite et s'enfile également sur d'autres (religion, croyances, couleur de peau, ...).

 

Maintenant, bien que la société Québécoise soit très progressiste, si je compare à la Belgique, c'est le jour et la nuit, on peut certainement encore progresser. L'équité est loin d'être parfaite pour les femmes, les LGBTQ+, les minorités visibles, les personnes présentant un handicap, les premières nations. Il suffit de regarder ce qu'il se fait sur le marché du travail les moyennes et grandes entreprises mettent en place depuis des années des politiques pour luter contre les discriminations et assurer l'équiter et élimer la discrimination.

Enfin, bien que la société Québécoise soit très ouverte et tolérante, on trouve encore des poches de "résistance" qui rappelle la vieille Europe, fort heureusement elles sont minoritaires mais très bruyantes.  

 

Pour conclure, et que cela soit clair, le Québec est un leader de classe mondiale question progressisme (ou pour les amoureux du mot en W du wokisme) ! Est-il parfait ? Non ! Reste-t'il du chemin à parcourir, à améliorer des choses ? Oui ! Dérape-t'il parfois et on ne comprends pas pourquoi ? Oui, par exemple la Loi-21

 

Tout ces évolutions positives d'une société prennent du temps. Mais cal**** que de chemin parcouru depuis la révolution tranquille !

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 1 heure, Hellendorff a dit :



Il faut la combattre pour maintenir les valeurs du Québec et la préservée des courants de pensées importés des USA ! 
 

 

 

Combattre quoi?

 

Je travaille avec des être humains qui plus est sont en pleine adolescence. J'en ai croisés des adolescents qui se détestaient parce qu'ils ne sentaient pas bien dans leur corps, le moment où les corps se développent et deviennent distincts.  Sous prétexte que c'est choquant, je dois leur refuser d'être la personne qu'ils ont envie d'être? Non, je ne me considère pas woke, loin de là, mais je comprends qu'il y a des gens qui ne s'associent pas au sexe dans lequel ils sont nés et je préfère les savoir heureux parce que j'accepte leur identification de genre que de les savoir malheureux parce que certaines personnes ne comprennent pas leur situation et se sentent heurtées dans leurs valeurs. Je les aime mes élèves 

 

Maintenant, qu'on ne soit pas tous logés à la même enseigne quant à notre vision de ce sujet, c'est correct. S'agresser les uns et les autres parce qu'on prétend de part et d'autres de détenir la vérité en est une autre. 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 47 minutes, qwintine a dit :

 

 

 

Pour conclure, et que cela soit clair, le Québec est un leader de classe mondiale question progressisme (ou pour les amoureux du mot en W du wokisme) ! Est-il parfait ? Non ! Reste-t'il du chemin à parcourir, à améliorer des choses ? Oui ! Dérape-t'il parfois et on ne comprends pas pourquoi ? Oui, par exemple la Loi-21

!

 

 

C'est là que j'ai décroché de QS, avec leur position sur la Loi-21. En tant qu'enseignante, je ne dois pas partager mes idées politiques, mes idées religieuses. Je ne peux pas faire de publicité non plus pour des produits. Je dois rester neutre devant mes élèves puisque mon influence, en tant qu'enseignante, reste importante auprès des jeunes. Je dois toujours agir en modèle devant eux. 

 

La Loi-21 est en accord avec cette idée de neutralité où ne devons, en aucun temps, tenter de passer des idées politiques ou religieuses. 

 

Edited by Azarielle
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, Azarielle a dit :

 

C'est là que j'ai décroché de QS, avec leur position sur la Loi-21. En tant qu'enseignante, je ne dois pas partager mes idées politiques, mes idées religieuses. Je ne peux pas faire de publicité non plus pour des produits. Je dois rester neutre devant mes élèves puisque mon influence, en tant qu'enseignante, reste importante auprès des jeunes. Je dois toujours agir en modèle devant eux. 

 

La Loi-21 est en accord avec cette idée de neutralité où ne devons, en aucun temps, tenter de passer des idées politiques ou religieuses. 

 

 

Pour un laîc, une kippa, un turban, un hijab, une burka, un pantalon trop court de hipster du mile-end, une costard de pingouin  place Ville-Marie, une camisole et un tattoo de douchbag de Laval (je sais c'est convenu mais c'est pour détendre l'atmosphère), une mini mini mini de pitoune de Laval (décidément Laval) ce n'est qu'un accoutrement parmi tant d'autres. La signification ou la foi qu'il représente n'est que dans l'espace entre les deux oreilles de celui qui le porte. 

Dans mon monde, il n'y a pas de sacré ni de blasphème. 

 

Par contre, là où je suis intraitable c'est concernant le prosélytisme (discours ou écrits) dans un lieu de neutralité. Ce serait inacceptable. Le recrutement politique c'est la même chose !

 

Mes enfants ont été dans une garderie où des femmes étaient voilée, la direction ne servait pas de porc, leur couscous était à damné un sein. Un soir nos enfants nous demande pourquoi xxx, yyy, zzz, aaa, ... sont voilée. On leur a simplement c'est leurs croyances. On a demandé à nos enfants ce qu'ils en pensaient. La réponse : c'est bin correc, elles peuvent bien s'habiller comme elles veulent. Elle sont super gentilles!

Mes enfants sont-ils devenus musulmans ? Non

 

Au primaire, des enseignantes étaient aussi voilées (pré-Loi21). De super personnes, pédagogues et incoryable dans leur appropriation du modèle d'enseigment québécois (elles étaient déjà enseignantes au pays) . Une donnait même le cours d'éthique et culture religieuse. Les retours que nous avons de nos enfants et des autres parents sont super bon. On a discuté franchement avec celles qui enseignaient à nos enfants durant les rencontres avec les parents. RAS. Ou que des bonnes choses à en dire.

Mes enfants sont-ils devenus musulmans ? Non

 

Par contre, là fin 2022, notre ainé nous annonce qu'elle veut ... faire sa communion (sic)

J'ai donc proposé à notre ainé si iel préférait pas l'islam ou la religion juive ... non je niaise. Je suis pas pour pousser les gens à ces histoires d'ami imaginaire. C'est et sera son choix ! Il ne m'appartient pas.

Moi je préfère courir les clubs de sport et déplacement pour les compétitions le week-end plutôt qu'aller attendre à la sortie du catéchisme. 

 

Comme quoi ... 

 

Edited by qwintine
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 3 heures, Azarielle a dit :

 

C'est là que j'ai décroché de QS, avec leur position sur la Loi-21. En tant qu'enseignante, je ne dois pas partager mes idées politiques, mes idées religieuses. Je ne peux pas faire de publicité non plus pour des produits. Je dois rester neutre devant mes élèves puisque mon influence, en tant qu'enseignante, reste importante auprès des jeunes. Je dois toujours agir en modèle devant eux. 

 

La Loi-21 est en accord avec cette idée de neutralité où ne devons, en aucun temps, tenter de passer des idées politiques ou religieuses. 

 

 

@Azarielle Le fait de repenser à tout cela fait rejaillir des souvenirs pas si lointains.

 

Voici deux exemples concrets de pourquoi le Québec est une paradis "woke" ou de tolérance et d'ouverture pour quelqu'un qui vient d'ailleurs (de la Belgique en l'occurence).

Okay le mot paradis est un peu fort. Disons un paradis pas si pire ? .

 

Dans le fond, ici ce genre de chose c'est tellement commun et normal, qu'on n'y pense même plus.

 

Revenons-en à mes moutons

 

Premier exemple.

 

Nouvel immigrant venant d'une des plus petites contrées de la vieille Europe, un peu progressiste sur certains aspects et franchement réactionnaire sur pleins d'autres. Petite contrée où LGBTQ+ est encore perçu comme une "invention" source de moqueries, quolibets, harcèlements et dans les cas les plus graves de violences physiques. Ne parlons même pas du concept de "transition" , c'est de l'abstrait, du surréalisme à la Magritte, mais surtout du "pas chez nous". NDLR : les p'tits belges ont quand même été dans les premiers pour l'eutanasie (2002), et pour l'avortement (1990, Québec 1988), comme quoi.

 

Fraîchement émoulu de mon nouvel emploi dans une grande entreprise dans la belle province. Au gré de belles rencontres avec des collègues, clients et fournisseurs, je m'émancipe. Je ne cache pas qu'au début les collègues/clients/fournisseurs masculins qui parlent de leur conjoint, des collègues féminines qui parler de leur conjointe etcetera etcetera ça surprend mais après en parlant, en rencontrant les gens, en apprenant à les connaître, à les apprécier sans juger, ça en devient évident. Ça coule de source.

Et devinez quoi ? Tous ces gens sont heureux et épanouis !

 

Ils sont INSPIRANTS ! 

 

Dans mon nouveau monde de licornes, arrive le jour d'une rencontre client importante. Une de mes nouvelles collaboratrices est une personne en transition (lui vers elle). Ma collègue a une crainte : que son état en transition nuise à la rencontre avec le client qui pourrait avoir des apriori et peur.  N'ayant jamais été confronter à tout cela (une transition et devoir coacher une personne en transition), je l'ai rassurée et garanti de mon plein soutient. Je lui ai dit que les clients ils viennent pour ce qu'on a lui vendre et qu'il repartira pas avec elle car moi j'ai besoin d'elle. Ça l'a fait rire et vachement détendue. Et bien, la rencontre s'est super bien passée, les clients ont été impressionnés par le leadership et l'aura de ma collègue. Croyez-moi ou non mais cette épreuve qu'elle a redouté, pour laquelle elle avait des appréhensions à cause d'exprériences passées franchement dégeulasses aussi ici au Québec, eh bien ça l'a transformée ! Sa transition s'est terminée par la suite, elle a continué sa brillante carrière dans des équipes de gestion. Elle est toujours à date un atout pour l'entreprise qui l'emploie aujourd'hui.

 

Quand je vous parlais de gens INSPIRANTS !

 

@Azarielle tu vois, comme je le disais, c'est ça le Québec !

 

Deuxième exemple.

 

Ma fille avait en maternelle une meilleure amie (à cet âge, les enfants en ont plusieurs, mais là n'est pas la question). Un jour notre fille rentre à la maison en nous disant : Aline (prénom d'emprunt), en fait elle est un garçon et elle est une fille !

Nous : Ah bon ? Peux-tu nous en dire d'avantage ?

Elle : Ben ouais, elle un zizi et une zezette (penis et vagin en belche). Les deux en même temps quoi. 

Nous : ok, l'as-tu vu ?

Elle : non, c'est Aline qui nous l'a dit !

Nous :  tu sais, cocotte, c'est des choses qui peuvent arriver parfois. Ce qui compte c'est que vous vous entendiez bien.

 

Quelques semaines plus tard, notre fille nous revient à la maison en nous expliquant que leur enseignante leur avait expliquer (matériel didactique et vidéos à l'appui) qu'il fallait accepter que des enfants choisissent d'être garçon ou fille. Et que Aline, elle a choisi d'être fille. D'ailleurs, elle s'appelait Alain.

A l'époque, en "bons endormis" de la vieille Europe, un red flag "théorie des genres" s'allume dans notre cerveau. Nous avons voulu clarifier rapidement cela avec l'enseignante de notre fille. Notre fille mélangeait aussi un peu les choses dans ses explications.

 

Après une discussion très intéressante et bienveillante avec l'enseignante, celle-ci nous a parlé qu'il y avait une élève, Aline qui était une situation de confusion et de changement de genre. Elle nous a dit aussi que les enseignants étaient formés pour approcher les problèmes éventuels au sein du groupe le tout pour susciter ouverture et respect. L'enseignante a du intervenir car il y avait de plus en plus d'intergogations des autres enfants suite aux "révélations" que Aline faisait dans la cours de récréation.

 

Nous avons fait part de nos inquiétudes, dont celui lié à la théorie des genres. L'enseignante en toute bienveillance nous as remis des pamphlets pédagogiques et invité si nous avions encore des questions ou inquiétudes à la recontacter.

Suite à cela, en complément du matériel reçu de l'enseignante, notre formation scientifique nous a poussé à approfondir le sujet avec des lectures de qualité plus pointues et sérieuses.

 

Il se passe un mois. Notre fille est invitée à la fête d'anniversaire de Aline. En allant rechercher notre cocote après la Piñata, en jasant avec les parents d'Aline, ceux-ci abordent le sujet sans que nous ne demandions quoique ce soit et nous confient leur vie Dès l'âge de deux ans et demi au CPE, Alain affirmait vouloir être une fille. Cela entrainait des troubles de son comportement de plus en plus manifestes et inquiétants. Il y a avait quelque chose qui ne filait pas bien. Les éducatrices du CPE ont invité les parents de Aline à parler à une intervenante du CLSC et également de parler avec la pédiatre d'Aline. De fils en aiguille, de listes d'attentes en listes d'attentes, Aline a pu bénéficier d'évaluations pédopsychiatrique, psycho-cognitivo-comportementales, endocrinologique, etc. On sait tous que vu le système de santé ici ça prend du temp, il faut s'accrocher mais quand on est dedans on lâche pas et on fait tout la patante !

 

Après toute ces chapelles médicales, la recommendation des experts est de laisser Aline s'identifier en fille. Si elle souhaite se faire appeler autrement de laisser faire. Par contre les spécialistes recommandèrent d'attendre la puberté (moment ou les changements physiques et psychologiques sont les plus importants) pour une éventuelle transition. Pour eux, rien ne presse et de continuer à faire un suivi avec la pédiatre et la pédo-psychiatre.

 

Un peu avant ses 4 ans, Alain est devenue Aline, a repris sa vie en tant que petite fille ...

Et devinez quoi, cette petite fille est rayonnante et épanouie encore aujourd'hui !!!

Et devinez quoi, les autres enfants trouvent cela tout à fait normal. Ont-ils eux aussi voulu faire comme Aline ? Non

 

Une enfant, des parents, des enseignants et des professionnels de santé INSPIRANTS !

 

Tu vois @Azarielle ces deux tranches de ma vie illustrent très bien ce que je disais plus haut : "Le Québec est un leader de classe mondiale question progressisme (ou pour les amoureux du mot en W du wokisme) "

 

J'imagine @Azarielle qu'en tant qu'enseignante dans le secondaire, ce genre d'anecdotes tu dois en avoir en masse.

 

Pour conclure, que je devienne aussi tolérant sur ces matières ne se serait jamais passé sans être venu au Québec. Le Québec (mais aussi le Canada soyons honnête) est le cadre idéal pour subir ce genre d'éveil.  

 

Le Québec peut être fier de là où ils sont rendu sur ces sujets "wokes". Mais il reste du pain sur la plance et l'obscurantisme est aux aguets d'une moindre faiblesse.

 

Je suis fier d'être Québécois. Fier de ce que je suis devenu une meilleure personne, plus tolérante, plus ouverte et empathique grâce au Québec.

 

Le Québec m'a ÉVEILLÉ !

Le Québec ÉVEILLE !

 

Tiens les anglophes disent "woke" pour éveil ...   

 

Je ne te cacherais pas que je suis honteux quand les autres québécois marquent un intérêt à mon égard, quand ils veulent en savoir plus de là où je viens: la Belgique. Ce petit pays peu tolérant et réactionnaire.

Faire diversion avec les bonnes bières, les frites, Brugge, le Maneken Pis et nos querelles linguistiques wallons-flamands ("un peu comme icite"), c'est vraiment plate à la longue et comme toute bonne diversion, elle ne peut être que de courte durée.

 

@Laurent j'avais pas prévu d'écrire tout cela. Mais une fois lancé dans le flow ...

Je pense que je ferai un "director's cut" pour publication dans un sujet principal.

 

 

 

 

 

 

Edited by qwintine
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 8 heures, qwintine a dit :

 

@Azarielle Le fait de repenser à tout cela fait rejaillir des souvenirs pas si lointains.

 

Voici deux exemples concrets de pourquoi le Québec est une paradis "woke" ou de tolérance et d'ouverture pour quelqu'un qui vient d'ailleurs (de la Belgique en l'occurence).

Okay le mot paradis est un peu fort. Disons un paradis pas si pire ? .

 

Dans le fond, ici ce genre de chose c'est tellement commun et normal, qu'on n'y pense même plus.

 

Revenons-en à mes moutons

 

Premier exemple.

 

Nouvel immigrant venant d'une des plus petites contrées de la vieille Europe, un peu progressiste sur certains aspects et franchement réactionnaire sur pleins d'autres. Petite contrée où LGBTQ+ est encore perçu comme une "invention" source de moqueries, quolibets, harcèlements et dans les cas les plus graves de violences physiques. Ne parlons même pas du concept de "transition" , c'est de l'abstrait, du surréalisme à la Magritte, mais surtout du "pas chez nous". NDLR : les p'tits belges ont quand même été dans les premiers pour l'eutanasie (2002), et pour l'avortement (1990, Québec 1988), comme quoi.

 

Fraîchement émoulu de mon nouvel emploi dans une grande entreprise dans la belle province. Au gré de belles rencontres avec des collègues, clients et fournisseurs, je m'émancipe. Je ne cache pas qu'au début les collègues/clients/fournisseurs masculins qui parlent de leur conjoint, des collègues féminines qui parler de leur conjointe etcetera etcetera ça surprend mais après en parlant, en rencontrant les gens, en apprenant à les connaître, à les apprécier sans juger, ça en devient évident. Ça coule de source.

Et devinez quoi ? Tous ces gens sont heureux et épanouis !

 

Ils sont INSPIRANTS ! 

 

Dans mon nouveau monde de licornes, arrive le jour d'une rencontre client importante. Une de mes nouvelles collaboratrices est une personne en transition (lui vers elle). Ma collègue a une crainte : que son état en transition nuise à la rencontre avec le client qui pourrait avoir des apriori et peur.  N'ayant jamais été confronter à tout cela (une transition et devoir coacher une personne en transition), je l'ai rassurée et garanti de mon plein soutient. Je lui ai dit que les clients ils viennent pour ce qu'on a lui vendre et qu'il repartira pas avec elle car moi j'ai besoin d'elle. Ça l'a fait rire et vachement détendue. Et bien, la rencontre s'est super bien passée, les clients ont été impressionnés par le leadership et l'aura de ma collègue. Croyez-moi ou non mais cette épreuve qu'elle a redouté, pour laquelle elle avait des appréhensions à cause d'exprériences passées franchement dégeulasses aussi ici au Québec, eh bien ça l'a transformée ! Sa transition s'est terminée par la suite, elle a continué sa brillante carrière dans des équipes de gestion. Elle est toujours à date un atout pour l'entreprise qui l'emploie aujourd'hui.

 

Quand je vous parlais de gens INSPIRANTS !

 

@Azarielle tu vois, comme je le disais, c'est ça le Québec !

 

Deuxième exemple.

 

Ma fille avait en maternelle une meilleure amie (à cet âge, les enfants en ont plusieurs, mais là n'est pas la question). Un jour notre fille rentre à la maison en nous disant : Aline (prénom d'emprunt), en fait elle est un garçon et elle est une fille !

Nous : Ah bon ? Peux-tu nous en dire d'avantage ?

Elle : Ben ouais, elle un zizi et une zezette (penis et vagin en belche). Les deux en même temps quoi. 

Nous : ok, l'as-tu vu ?

Elle : non, c'est Aline qui nous l'a dit !

Nous :  tu sais, cocotte, c'est des choses qui peuvent arriver parfois. Ce qui compte c'est que vous vous entendiez bien.

 

Quelques semaines plus tard, notre fille nous revient à la maison en nous expliquant que leur enseignante leur avait expliquer (matériel didactique et vidéos à l'appui) qu'il fallait accepter que des enfants choisissent d'être garçon ou fille. Et que Aline, elle a choisi d'être fille. D'ailleurs, elle s'appelait Alain.

A l'époque, en "bons endormis" de la vieille Europe, un red flag "théorie des genres" s'allume dans notre cerveau. Nous avons voulu clarifier rapidement cela avec l'enseignante de notre fille. Notre fille mélangeait aussi un peu les choses dans ses explications.

 

Après une discussion très intéressante et bienveillante avec l'enseignante, celle-ci nous a parlé qu'il y avait une élève, Aline qui était une situation de confusion et de changement de genre. Elle nous a dit aussi que les enseignants étaient formés pour approcher les problèmes éventuels au sein du groupe le tout pour susciter ouverture et respect. L'enseignante a du intervenir car il y avait de plus en plus d'intergogations des autres enfants suite aux "révélations" que Aline faisait dans la cours de récréation.

 

Nous avons fait part de nos inquiétudes, dont celui lié à la théorie des genres. L'enseignante en toute bienveillance nous as remis des pamphlets pédagogiques et invité si nous avions encore des questions ou inquiétudes à la recontacter.

Suite à cela, en complément du matériel reçu de l'enseignante, notre formation scientifique nous a poussé à approfondir le sujet avec des lectures de qualité plus pointues et sérieuses.

 

Il se passe un mois. Notre fille est invitée à la fête d'anniversaire de Aline. En allant rechercher notre cocote après la Piñata, en jasant avec les parents d'Aline, ceux-ci abordent le sujet sans que nous ne demandions quoique ce soit et nous confient leur vie Dès l'âge de deux ans et demi au CPE, Alain affirmait vouloir être une fille. Cela entrainait des troubles de son comportement de plus en plus manifestes et inquiétants. Il y a avait quelque chose qui ne filait pas bien. Les éducatrices du CPE ont invité les parents de Aline à parler à une intervenante du CLSC et également de parler avec la pédiatre d'Aline. De fils en aiguille, de listes d'attentes en listes d'attentes, Aline a pu bénéficier d'évaluations pédopsychiatrique, psycho-cognitivo-comportementales, endocrinologique, etc. On sait tous que vu le système de santé ici ça prend du temp, il faut s'accrocher mais quand on est dedans on lâche pas et on fait tout la patante !

 

Après toute ces chapelles médicales, la recommendation des experts est de laisser Aline s'identifier en fille. Si elle souhaite se faire appeler autrement de laisser faire. Par contre les spécialistes recommandèrent d'attendre la puberté (moment ou les changements physiques et psychologiques sont les plus importants) pour une éventuelle transition. Pour eux, rien ne presse et de continuer à faire un suivi avec la pédiatre et la pédo-psychiatre.

 

Un peu avant ses 4 ans, Alain est devenue Aline, a repris sa vie en tant que petite fille ...

Et devinez quoi, cette petite fille est rayonnante et épanouie encore aujourd'hui !!!

Et devinez quoi, les autres enfants trouvent cela tout à fait normal. Ont-ils eux aussi voulu faire comme Aline ? Non

 

Une enfant, des parents, des enseignants et des professionnels de santé INSPIRANTS !

 

Tu vois @Azarielle ces deux tranches de ma vie illustrent très bien ce que je disais plus haut : "Le Québec est un leader de classe mondiale question progressisme (ou pour les amoureux du mot en W du wokisme) "

 

J'imagine @Azarielle qu'en tant qu'enseignante dans le secondaire, ce genre d'anecdotes tu dois en avoir en masse.

 

Pour conclure, que je devienne aussi tolérant sur ces matières ne se serait jamais passé sans être venu au Québec. Le Québec (mais aussi le Canada soyons honnête) est le cadre idéal pour subir ce genre d'éveil.  

 

Le Québec peut être fier de là où ils sont rendu sur ces sujets "wokes". Mais il reste du pain sur la plance et l'obscurantisme est aux aguets d'une moindre faiblesse.

 

Je suis fier d'être Québécois. Fier de ce que je suis devenu une meilleure personne, plus tolérante, plus ouverte et empathique grâce au Québec.

 

Le Québec m'a ÉVEILLÉ !

Le Québec ÉVEILLE !

 

Tiens les anglophes disent "woke" pour éveil ...   

 

Je ne te cacherais pas que je suis honteux quand les autres québécois marquent un intérêt à mon égard, quand ils veulent en savoir plus de là où je viens: la Belgique. Ce petit pays peu tolérant et réactionnaire.

Faire diversion avec les bonnes bières, les frites, Brugge, le Maneken Pis et nos querelles linguistiques wallons-flamands ("un peu comme icite"), c'est vraiment plate à la longue et comme toute bonne diversion, elle ne peut être que de courte durée.

 

@Laurent j'avais pas prévu d'écrire tout cela. Mais une fois lancé dans le flow ...

Je pense que je ferai un "director's cut" pour publication dans un sujet principal.

 

 

 

 

 

 

Qwintine tout ce que tu racontes là est super…et oui le Québec est un paradis de progressisme ?.

Mais tout ce progressisme s’est mis en place lors de la révolution tranquille des années 1960 a 2000, ça n’a absolument rien à voir avec la mode du wokisme.

 

La ou cette folie woke est dommageable pour le Québec c’est que cette philosophie débilitante, de par sa nature même et de façon invariable en vient à s’en prendre aux Québécois parce qu’ils sont blancs et majoritaires sur le territoire québécois.

Le Québécois blanc francophone est donc l’ennemi à abattre.

 

Et c’est là le problème; quand la philosophie woke s’en prend aux blancs américains çà n’a aucune conséquence…..les blancs américains seront toujours là , ils auront toujours le pouvoir car ils sont riches, puissants et bien assis sur leur pouvoir.

 

Ce n’est pas du tout le cas des Québécois 

 

Edited by jimmy
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, jimmy a dit :

ça n’a absolument rien à voir avec la mode du wokisme.

 

La ou cette folie woke est dommageable pour le Québec c’est que cette philosophie débilitante, de par sa nature même et de façon invariable en vient à s’en prendre aux Québécois parce qu’ils sont blancs et majoritaires sur le territoire québécois.

Le Québécois blanc francophone est donc l’ennemi à abattre.

 

Et c’est là le problème; quand la philosophie woke s’en prend aux blancs américains çà n’a aucune conséquence…..les blancs américains seront toujours là , ils auront toujours le pouvoir car ils sont riches, puissants et bien assis sur leur pouvoir.

 

Ce n’est pas du tout le cas des Québécois 

 


hé misère 

Comme si le Québec avait arrêté tout progrès social en 2000. Pour ton info la question LGBTQ+ c’est post 2000. 

Évidement à partir du moment où on s’attaque aux problèmes non résolus plus intensivement depuis les 25 dernières années, l’homme blanc hétérosexuel colonial se sent menacé dans sont statut privilégié de rentier de situation. Situation qu’il a créé lui même depuis des siècles. 

Edited by qwintine
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, qwintine a dit :


hé misère 

Comme si le Québec avait arrêté tout progrès social en 2000. Pour ton info la question LGBTQ+ c’est post 2000. 

Évidement à partir du moment où on s’attaque aux problèmes non résolus plus intensivement depuis les 25 dernières années, l’homme blanc hétérosexuel colonial se sent menacé dans sont statut privilégié de rentier de situation. Situation qu’il a créé lui même depuis des siècles. 

Et voilà…..c’est exactement ce que je déplorais !


invariablement la pensée woke ( que tu incarnes très bien) en vient dans sa folie à s’en prendre aux québécois blanc francophone descendant des colons français comme si c’était ce petit peuple de rien du tout qui gouvernait le monde.

Un bon exemple de la maladie woke c’est ce qu’est arrivé à QS, c’était il y a quelques années; un groupe a l’intérieur de QS ( le collectif anti racisme et. Anti colonial) a ch**r sur le parti car il y avait trop de blanc sur l’ exécutif du parti.

 

Alors voilà un regroupement, le parti Québec Solidaire qui prône l’avance social de la population….et qui se fait ch**r dessus par ses propres membres..et pourquoi?

Parce qu’il est corrompu ? 
Non

Parce qu’il ne défend que les riches ?
Non

Parce qu’il ment ?

Non

 

Parce qu’il y a trop de blanc dans le parti !!!

 

Faut le faire

 

Et c’est la même chose ici; les Russes et les Chinois s’unissent pour détruire le monde avec leurs armes nucléaires, les américains détruisent toutes les petites cultures du monde avec le rouleau compresseur d’Hollywood…..mais on s’en tape,, on va plutôt s’en prendre au petit peuple Québécois, les gros méchants qui essaient de survivre politiquement, linguistiquement et culturellement dans ce monde de fous.

 

Apres tout ce sont des blancs…. faque…..Who fucking cares 

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, qwintine a dit :


hé misère 

Comme si le Québec avait arrêté tout progrès social en 2000. Pour ton info la question LGBTQ+ c’est post 2000. 
 

 

Les années 2000 ne marquent ni le début ni la fin de la question LGBTQ+ et des luttes sociales qui s'y rattachent.

 

Petit résumé:

 

"Dans le sillage de la contreculture et de la mobilisation, au cours des années 1960, des femmes, des noirs et des jeunes apparaît soudainement le mouvement de libération gaie. Il prend forme à partir des émeutes du Stonewall Inn de New York, en juin 1969, un jour après qu’au Canada la loi Omnibus décriminalise les actes homosexuels entre deux adultes consentants en privé. Les groupes précurseurs du mouvement homophile sont vite débordés par les revendications de groupes plus jeunes et plus militants qui se répandent à travers l’Amérique du Nord.

 

À Montréal, la revue Mainmise est le fer de lance de la contreculture et c’est par son entremise qu’est publié le premier appel pour la formation d’un groupe gai pour la défense des droits des gais. Fondé au printemps 1971, le Front de libération homosexuel (FLH) ouvre rapidement un local rue Saint-Denis où les gais peuvent se rencontrer pour parler, participer à des discussions et écrire leurs commentaires dans le « livre de bord ».

 

De plus, en 1973, apparaît la librairie L’Androgyne pour desservir les gais et les lesbiennes. En 1977, l’Association pour les droits des gais du Québec (ADGQ) est fondée, qui deviendra par la suite l’Association pour les droits des gais et des lesbiennes du Québec (ADGLQ), prend le relais pour revendiquer politiquement des droits pour les gais et les lesbiennes. Ces organisations ont maintenant disparu mais elles ont été remplacées par une foule d’autres organisations plus militantes et plus revendicatrices.

..........................

Les années 60 et 70 au Québec sont caractérisées par le bouillonnement des mouvements sociaux. Selon Tremblay et Podmore (2015), le mouvement lesbien québécois aurait émergé grâce au recoupement de deux autres mouvements : le féminisme et le mouvement de libération gaie. La première organisation lesbienne distincte des groupes féministes est fondée en 1973 par des femmes qui ont quitté le groupe de libération gaie de l’Université McGill

Les lesbiennes tendent à être invisibilisées au sein de la société québécoise et parfois même au sein de la communauté LGBTQ2+ elle-même.

........................................

Le premier grand organisme pour les personnes trans au Québec a vu le jour en 1980."

 

http://agq.qc.ca/histoire-des-communautes-lgbtq2s-du-quebec/

 

Ce qui a changé au cours des années 2000 est l'imprégnation de l'idéologie woke au sein des groupes militants. La division du mouvement féministe entre féministes universalistes ( pro Loi 21) et féministes intersectionnalistes (contre la Loi 21) en est un exemple. Le mouvement queer radical en est un autre:

 

"Le mouvement queer est multiforme et inclusif. Il s’adresse à toutes les personnes issues des minorités sexuelles ou de genre qui ne s’identifient pas au modèle normatif hétérosexuel et cisgenré qui prévaut dans la société.

...............................

Le mouvement puise ses racines intellectuelles dans la théorie queer apparue dans les universités américaines et britanniques sous l’influence du féminisme matérialiste et lesbien, ainsi que de la théorie postcoloniale depuis les années 1970. Les penseurs queers (Ferguson, Puar, Duggan, Han, Sedgwick et Butler) mettent en évidence l’influence de la culture ambiante sur l’expression et la construction du genre et de la sexualité, ainsi que des rôles et des identités qui y sont associés. La théorie queer s’oppose à toute normativité et à la rigidité des binarismes masculin/féminin ou hétéro/homosexuel. À partir des années 1990, le queer radical se différencie de la théorie queer – considérée trop académique – et se rapproche de l’anarchisme, du marxisme et du féminisme radical. Dénonçant ce qu’il perçoit comme un tournant libéral conservateur de la communauté LGBTQIA2, le militantisme queer se veut intersectionnel et inclusif, dans le but de favoriser l’expression de membres autrement souvent marginalisés, notamment les personnes racisées ou trans.

....................

À Montréal, bien enraciné dans les Universités McGill (Queer McGill) et Concordia (Queer Concordia), le mouvement donna aussi naissance à plusieurs groupes dénonçant la commercialisation et les discriminations présentes dans la communauté LGBTQIA2 (sexisme, hétérosexisme, homonormativité, classisme, âgisme, sérophobie, racisme). Des groupes comme le P!nk Bloc (2000), les Panthères roses et QueerÉaction (2002 à 2007), Qteam et Radical Queer Anti-Capitalist Ass (2004 à 2007), le collectif Radical Queer, ou encore PolitiQ (2009). Le mouvement queer fut aussi à la base d’initiatives communautaires comme Projet10 (2009), qui travaille à promouvoir le bien-être des jeunes LGBTQIA2, ainsi que Plan Q, qui propose aux cégeps et aux universités des ateliers de sensibilisation aux luttes contre les LGBTphobies."

 

http://agq.qc.ca/histoire-des-communautes-lgbtq2s-du-quebec/

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 19 minutes, jimmy a dit :

Et voilà…..c’est exactement ce que je déplorais !


invariablement la pensée woke ( que tu incarnes très bien) en vient dans sa folie à s’en prendre aux québécois blanc francophone descendant des colons français comme si c’était ce petit peuple de rien du tout qui gouvernait le monde.
 

 

C'est le péché originel d'être blanc! -_-

 

Même Blanc, nous sommes porteurs de plusieurs identités dont celle d'être un peuple lui-même colonisé. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 32 minutes, kobico a dit :

 

C'est le péché originel d'être blanc! -_-

 

Même Blanc, nous sommes porteurs de plusieurs identités dont celle d'être un peuple lui-même colonisé. 

Mais tu vois c’est ça le truc; ça ne se peut pas; selon la philosophie woke, on ne peut pas être blanc et être discriminé, colonisé, écrasé.
 

Et tout ce temps là ce que ces gens là font ( les wokes, QS et compagnie) c’est affaiblir le Québec, au plus grand plaisir de l’intellengtia anglo-saxone
 

 

Edited by jimmy
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a 5 minutes, jimmy a dit :

Mais tu vois c’est ça le truc; ça ne se peut pas; selon la philosophie woke, on ne peut pas être blanc et être discriminé, colonisé, écrasé.
 

Et tout ce temps là ce que ces gens là font ( les wokes, QS et compagnie) c’est affaiblir le Québec, au plus grand plaisir de l’intellengia  anglo-saxone
 

 

 

À noter que l'idéologie woke nous a été transmise, en premier,  par les universités anglophones du Québec (McGill et Concordia en tête). Tout de même très révélateur d'une vision en parfaite adéquation avec les valeurs anglo-saxonnes.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 2 heures, qwintine a dit :


hé misère 

Comme si le Québec avait arrêté tout progrès social en 2000. Pour ton info la question LGBTQ+ c’est post 2000. 

Évidement à partir du moment où on s’attaque aux problèmes non résolus plus intensivement depuis les 25 dernières années, l’homme blanc hétérosexuel colonial se sent menacé dans sont statut privilégié de rentier de situation. Situation qu’il a créé lui même depuis des siècles. 

C'est curieux cette manie de tout miser sur des pratiques sexuelles, tout en rendant responsable de tout les maux les hétéros sexuels blancs, comme si être hétéro était une tare honteuse à cacher.

Faire partie du groupe majoritaire dans un pays démocratique est un privilège, quelque soit cette majorité.. La majorité en démocratie choisi la politique pour tous .. Ce qui te pose problème c'est la démocratie, tu voudrais que les minorités sexuelles, religieuses et ethniques imposent leurs vision politique à la majorité, c'est ce que l'on appelle du totalitarisme, souvent mit en place par la gauche, comme dans tout les pays communistes du monde ! 

Mais ce que tu écris est révélateur, c'est bien ton mouvement Woke qui s'attaque aux hommes blancs colonisateurs hétéro, qui historiquement ne concerne que les amérindiens au Canada et pas les migrants et les LGBTQ+.

Les hommes blancs ne s'attaquent à personnes, contrairement aux woke et à toi, on ne cherche pas à faire un système ou des lois contre les LGBTQ+, on ne cherche pas à les détruire ou a les stigmatiser par une ségrégation quelconque une minorité, par contre on se défend de la ségrégation dont nous sommes de plus en plus les victimes..   

Si je te comprends bien, en partant du biais qu'il y a 400 ans des hommes blancs sont venu coloniser le Québec, les hommes blancs seraient, aujourd'hui, redevable envers toutes les minorités, quelle soient ethniques, religieuses, de genre et/ou de pratiques sexuelles !  

C'est un concept complètement débile et ce genre d'idées politiques ça se combat ! 

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.




×
×
  • Create New...
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com

Advertisement