Jump to content
Sign in to follow this  
Laurent

Des nouveaux immigrants déçus du bilinguisme au Canada

Recommended Posts

il y a une heure, jimmy a dit :

 

Eh non, je pourri la vie uniquement aux maudit Français , tsé ceux qui viennent sur un forum pour afficher leurs mépris pour les Québécois comme si TOUS les Français pensaient comme eux....alors que des milliers de Français sont très heureux au Québec avec les Québécois.

 

Parles-en a ma conjointe...qui est Française !

 

😀

Je donne mon point de vue sur l'anglais et le francais au Canada. Je dois admettre que le "bilinguisme" du Canada est totalement virtuel.

 

Hors NB et quelques foyers de franco, il n'y a rien en francais. Mais le pire C'est que tout le monde fait comme si on faisait des efforts pour le francais dans le ROC.

 

Je comprends à 100% la colère des gens au Québec qui doivent financer des commissions anglo et se faire traiter de racistes dans la presse anglo à cause de la loi 21.

 

Si le ROC aimait le francais, alors chaque enfant devrait apprendre le francais. Dans les faits, il n en est rien.

 

Je connais des francais qui vivent à Toronto (ou à Montreal) mariés à des anglo : les enfants parlent peu francais et donc vont devenir anglo. En - d une génération le francais est perdu...

 

Je viens de France et me comprends aussi les gens qui n aiment pas les francais car ils font parfois honte (voir un post à ce sujet).

 

Les Québécois peuvent être fiers de ce qu il sont, les gens sont ouverts et accueillant envers toutes les cultures. Demander à des communautés Autochones si ils préférent le Québec ou Ottawa. Il n y a qu a ouvrir les livres d histoire.

CE N EST QUE MON OPINION !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, prolib69 a dit :

Je donne mon point de vue sur l'anglais et le francais au Canada. Je dois admettre que le "bilinguisme" du Canada est totalement virtuel.

 

Hors NB et quelques foyers de franco, il n'y a rien en francais. Mais le pire C'est que tout le monde fait comme si on faisait des efforts pour le francais dans le ROC.

 

Je comprends à 100% la colère des gens au Québec qui doivent financer des commissions anglo et se faire traiter de racistes dans la presse anglo à cause de la loi 21.

 

Si le ROC aimait le francais, alors chaque enfant devrait apprendre le francais. Dans les faits, il n en est rien.

 

Je connais des francais qui vivent à Toronto (ou à Montreal) mariés à des anglo : les enfants parlent peu francais et donc vont devenir anglo. En - d une génération le francais est perdu...

 

Je viens de France et me comprends aussi les gens qui n aiment pas les francais car ils font parfois honte (voir un post à ce sujet).

 

Les Québécois peuvent être fiers de ce qu il sont, les gens sont ouverts et accueillant envers toutes les cultures. Demander à des communautés Autochones si ils préférent le Québec ou Ottawa. Il n y a qu a ouvrir les livres d histoire.

CE N EST QUE MON OPINION !!!

 

Bravo Prolib69.

J'aime bien ''le bilinguisme au Canada est totalement virtuel'' ...c'est bien trouvé ca :) ...et tellement vrai.

 

Ce qui est très choquant pour les Québécois le moindrement informés ce sont ces immigrants qui vivent au Canada Anglais et qui viennent ici sur ce forum dire combien ils sont heureux de vivre en français hors Québec...alors que nous Québécois francophone sommes majoritaire au Québec et nous devons quand même lutter pour notre survie linguistique et culturelle dans un environnement hostile qu'est l'Amérique du Nord...alors ont sait que c'est de la foutaise ce que raconte ces immigrants hors Québec.

 

En fait, a leur défense je pense que ce qui se passe c'est qu'ils essaient de justifier dans leur tête cette décision complètement stupide de penser qu'ils pourront vivre en français hors Québec.

Et donc ils s'accrochent a toutes les petites situations qu'ils vivent...genre le gars de la station service du coin leur a dit ''bonnejourre'' et ils se disent : '' tiens tu vois, il y a des gens qui parlent français ici'' . Ils sont un des 3, 4 ou 500 personnes qui ont la chance de travailler PARTIELLEMENT en français pour un organisme francophone...ce qui est une infime minorité. 

 

La ce qui va arriver avec ces gens la c'est que éventuellement ils vont avoir des enfants.

Ces enfants vont jouer dans la rue avec des ti-amis, ils vont aller dans une garderie,  ils vont allé dans des discothèques, ils vont allé a l'Université, ils vont allé travailler...et a tous ces endroits ils vont côtoyer MAJORITAIREMENT des Anglophones (je rappelle que les franco en Ontario sont 2,7% de la population).

Ils vont tomber amoureux d'un de ces Anglos, ils vont avoir des enfants. Lors des party de Noel, des anniversaires, des jour de l'an... étant donné que la parenté du conjoint ne parle pas français, toute la journée et soirée va se passer en anglais...et éventuellement la nouvelle famille va uniquement parler anglais entre eux a la maison.

 

C'est comme ça que en Ontario 1,235,000 personnes originalement d'origine française sont passé a 340,000 aujourd'hui qui parle encore français a la maison. 

 

Mais ces immigrants (il me vient pleins de noms d'oiseaux pas très polis) vont quand même venir sur ce forum vous ''bulshitter'' au sujet de leur super belle vie en français...quand ce n'est pas pour nous ch**r dessus comme le fait happymusher.

 

Tabarnak 😡

Edited by jimmy

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2020-02-21 à 15:32, bencoudonc a dit :

Là aussi, ça dépend qui ! 

 

Mon fils a fait ses études à HEC Montréal, meilleure école de commerce francophone au Canada, j'ai été horrifié quand j'ai lu les supports de cours rédigés donc par des professeurs d'université... Ce n'était pas qu'une orthographe parfois déficiente mais également une grammaire maltraitée. Nous faisons tous des fautes et nous savons que notre langue n'est pas aisée, néanmoins un support écrit se relit, se corrige, et là non pas pour ces professeurs. J'ai été très surpris.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  Mon fils a fait ses études à HEC Montréal, meilleure école de commerce francophone au Canada, j'ai été horrifié quand j'ai lu les supports de cours rédigés donc par des professeurs d'université... Ce n'était pas qu'une orthographe parfois déficiente mais également une grammaire maltraitée. Nous faisons tous des fautes et nous savons que notre langue n'est pas aisée, néanmoins un support écrit se relit, se corrige, et là non pas pour ces professeurs. J'ai été très surpris.   

 

Ça existe aussi en France, j'ai déjà vu des devoirs de mon beau-frère par son prof de français....un comble.   

 

Sans parler du niveau du bac, il l'a eu l'an dernier, sans rattrapages, alors qu'il arrive à me faire des phrases du style "comme même" au lieu de quand-même

 

Où lire ce sujet entre autres : https://forum.immigrer.com/topic/169703-devenir-professeur-dhistoire/?tab=comments#comment-1265287206

 

 

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
13 hours ago, jimmy said:

 

Bravo Prolib69.

J'aime bien ''le bilinguisme au Canada est totalement virtuel'' ...c'est bien trouvé ca :) ...et tellement vrai.

 

Ce qui est très choquant pour les Québécois le moindrement informés ce sont ces immigrants qui vivent au Canada Anglais et qui viennent ici sur ce forum dire combien ils sont heureux de vivre en français hors Québec...alors que nous Québécois francophone sommes majoritaire au Québec et nous devons quand même lutter pour notre survie linguistique et culturelle dans un environnement hostile qu'est l'Amérique du Nord...alors ont sait que c'est de la foutaise ce que raconte ces immigrants hors Québec.

 

En fait, a leur défense je pense que ce qui se passe c'est qu'ils essaient de justifier dans leur tête cette décision complètement stupide de penser qu'ils pourront vivre en français hors Québec.

Et donc ils s'accrochent a toutes les petites situations qu'ils vivent...genre le gars de la station service du coin leur a dit ''bonnejourre'' et ils se disent : '' tiens tu vois, il y a des gens qui parlent français ici'' . Ils sont un des 3, 4 ou 500 personnes qui ont la chance de travailler PARTIELLEMENT en français pour un organisme francophone...ce qui est une infime minorité. 

 

La ce qui va arriver avec ces gens la c'est que éventuellement ils vont avoir des enfants.

Ces enfants vont jouer dans la rue avec des ti-amis, ils vont aller dans une garderie,  ils vont allé dans des discothèques, ils vont allé a l'Université, ils vont allé travailler...et a tous ces endroits ils vont côtoyer MAJORITAIREMENT des Anglophones (je rappelle que les franco en Ontario sont 2,7% de la population).

Ils vont tomber amoureux d'un de ces Anglos, ils vont avoir des enfants. Lors des party de Noel, des anniversaires, des jour de l'an... étant donné que la parenté du conjoint ne parle pas français, toute la journée et soirée va se passer en anglais...et éventuellement la nouvelle famille va uniquement parler anglais entre eux a la maison.

 

C'est comme ça que en Ontario 1,235,000 personnes originalement d'origine française sont passé a 340,000 aujourd'hui qui parle encore français a la maison. 

 

Mais ces immigrants (il me vient pleins de noms d'oiseaux pas très polis) vont quand même venir sur ce forum vous ''bulshitter'' au sujet de leur super belle vie en français...quand ce n'est pas pour nous ch**r dessus comme le fait happymusher.

 

Tabarnak 😡

 

Je trouve gonflé de juger la vie des autres. Je vie à Ottawa nous vivons en Français. j'ai bien dit vivre pas travailler. 

 

Nos amis sur place sont francophone, français immigré tunisiens, marocains immigrés aussi franco-ontariens ou encore quebécois.

Nos enfants vont à l'école francophone, j'irais moi même à l'université en septembre dans un programme 100% francophone. Mon mari travaille à Gatineau car plus facile pour les équivalences et également son niveau d'anglais (il ne faut pas mentir). Les activités sportives et culturelles pour les enfants sont en français.

 

Ne juge pas accepte que certaines personnes arrivent à vivre à 100% en français en dehors du Québec

 

Edited by vineaz

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, vineaz a dit :

 

Je trouve gonflé de juger la vie des autres. Je vie à Ottawa nous vivons en Français. j'ai bien dit vivre pas travailler. 

 

Nos amis sur place sont francophone, français immigré tunisiens, marocains immigrés aussi franco-ontariens ou encore quebécois.

Nos enfants vont à l'école francophone, j'irais moi même à l'université en septembre dans un programme 100% francophone. Mon mari travaille à Gatineau car plus facile pour les équivalences et également son niveau d'anglais (il ne faut pas mentir). Les activités sportives et culturelles pour les enfants sont en français.

 

Ne juge pas accepte que certaines personnes arrivent à vivre à 100% en français en dehors du Québec

 

 

...et ca continue la désinformation...ou plutôt dans ce cas-ci de l'information incomplète.

 

Mon point depuis le départ sur ce fil c'est vous êtes lu sur ce forum par de futurs immigrants qui ne connaissent pas bien la situation linguistique et géographique canadienne et qui demandent a se renseigner adéquatement...et en réponse vous donnez des informations soit inexactes, soit incomplètes...et on en a un bon exemple ici.

 

Alors ce que Vineaz oubli de mentionner c'est que Ottawa est la capitale du Canada...qui évidemment doit conserver une image artificielle de bilinguisme. 

Et Ottawa est a exactement a 1 kilomètre du Québec...il suffit de traverser une rivière.

 

La personne dont ce fil de discussion parle est a Barrie Ontario qui est a 622,3 kilomètres du Québec (merci Google Map) ...pas sur qu'il y a autant de service en français et de vie en français qu'une ville comme Ottawa qui est a 1 kilomètre du Québec et qui en tant que capitale du Canada doit conserver un semblant de bilinguisme. (je suis sarcastique ici, mais c'est pour illustrer la désinformation)

 

De plus Vineaz mentionne qu'elle va allé a l'Université, a Ottawa en français.

Ce qu'elle oubli de mentionner encore une fois c'est qu'il s'agit de l'Université d'Ottawa qui a effectivement un volet français...dont les profs viennent presque tous du Québec, mais surtout que c'est la SEULE Université francophone en Ontario.

 

Mais outre tout ça, cela me frappe a chaque fois cette insouciance dans les propos de certains immigrants a Ottawa. Je vais a Ottawa assez régulièrement pour le boulot.

A part les organismes fédéraux, il n'y a rien , je répète RIEN en français a Ottawa.

Les restos, les affiches de commerces, la vie culturelle autre que le CNA...absolument rien dans le visuel de cette ville n'est en français. (encore une fois je répète; a part les organismes fédéraux).

 

 

https://www.ledroit.com/actualites/ottawa/le-francais-bafoue-a-lhotel-de-ville-dottawa-93223b6307d2b604e98157e46ea09581

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1387416/canadians-language-fairness-antibilinguisme-ville-ottawa

 

GRANDE DÉSILLUSION DES IMMIGRANTS

De nombreux immigrants francophones qui s’établissent à Ottawa tombent des nues lorsqu’ils réalisent que la capitale n’est pas aussi bilingue qu’ils le pensent.

«C’est inquiétant, parce qu’on leur donne une belle image du caractère bilingue de la ville d’Ottawa et à la fin, ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas survivre en français», déplore la présidente du principal organisme qui défend les droits des francophones d’Ottawa­­­, Soukaina­­­ Boutiyeb.

Ottawa a beau être officiellement bilingue depuis l’hiver, une simple promenade en ville permet de constater que le français y est pratiquement absent. Et cela, même si le fédéral rêvait il y a 50 ans d’une capitale où les deux langues officielles du pays cohabiteraient «sur un pied d’égalité».

La désignation bilingue officielle a d’ailleurs été férocement combattue pendant des années par une forte majorité de conseillers municipaux ottaviens, dont le maire actuel Jim Watson.

https://www.tvanouvelles.ca/2018/06/23/ottawa-ville-bilingue-sorry-i-dont-speak-french

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, Happymusher a dit :

 

Écoute Jimmy, dès qu'un français  de France cherche à exprimer un témoignage, tu le traites de Maudit.

 

Tu fais partie des 40 % de Québécois qui pourrissent la vie aux Français, mais aussi aux Mexicains ou aux Vietnamiens, souvent même ici de la seconde génération au Québec, donc même avec le parlé québécois ou l'accent natif.

 

Tous ceux qui voient leur qualité de vie et leur santé psychologique détruite par vos attaques xénophobes constantes et répétées.

Comme des piqures de moustiques.

 

Pour le reste, il y a quand même la majorité des Québécois qui se sentent assez sûrs d'eux pour être ouverts à la différence, d'accent ou de couleur de peau, pour nouer des amitiés enrichissantes.

 

La perte sèche est pour ces 40% de Québécois qui par leur insécurité sont de plus en plus isolés, hors sol, de la vie du Québec. Bon courage. Du fond du coeur, la porte est toujours ouverte, ne vous isolez pas plus. Vous perdez des opportunités.

 

Je me demande d'où vient ce chiffre de 40% ? Tu as une source fiable ?

 

Pour les gens qui m entourent les Québécois sont très tolérants et pour être d'une religion ultra minoritaire, je n'ai jamais eu la moindre réflexion (je vis hors Montréal) et au contraire des questions.

 

Les Québécois sont pour la plupart des gens très ouverts, et à part quelques petis groupes il n y a pas de parties extrémistes au Québec.

 

Il faut faire attention à ne pas généralisé.

 

Exemple : je vis à 2 pas d une école anglo et les élèves ont un mauvais comportement. Alors qu ils parlent le français pour la plupart, ils font semblant de ne pas comprendre quand ils squattent un parc pour enfant à l heure du diner et que je leur demander en français de respecter l endroit.

 

Donc je conclus que les anglo sont TOUS mal polis et que leurs enfants sont mal élevés ?

 

Non je crois que ce sont justes des gamins !!

 

Par contre une qualité que j ai toujours constaté chez les Québécois, surtout chez les riches, c'est la modestie : même qqn de millionnaire ne va pas te prendre de haut. Ce n est pas le cad notamment aux USA où souvent les gens pauvres sont vus comme des looser.

 

Dans mon quartier vit un homme anglo (ne parle pas français) qui est sur l aide social. Je lui ai demandé pourquoi il ne vivait pas en Ontario où ce serait plus facile de travailler (ici sans français ce n est pas facile). Il m a dit que les gens étaient plus plus tolérant au Québec avec les pauvres qu en Ontario !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, jimmy a dit :

 

...et ca continue la désinformation...ou plutôt dans ce cas-ci de l'information incomplète.

 

Mon point depuis le départ sur ce fil c'est vous êtes lu sur ce forum par de futurs immigrants qui ne connaissent pas bien la situation linguistique et géographique canadienne et qui demandent a se renseigner adéquatement...et en réponse vous donnez des informations soit inexactes, soit incomplètes...et on en a un bon exemple ici.

 

Alors ce que Vineaz oubli de mentionner c'est que Ottawa est la capitale du Canada...qui évidemment doit conserver une image artificielle de bilinguisme. 

Et Ottawa est a exactement a 1 kilomètre du Québec...il suffit de traverser une rivière.

 

La personne dont ce fil de discussion parle est a Barrie Ontario qui est a 622,3 kilomètres du Québec (merci Google Map) ...pas sur qu'il y a autant de service en français et de vie en français qu'une ville comme Ottawa qui est a 1 kilomètre du Québec et qui en tant que capitale du Canada doit conserver un semblant de bilinguisme. (je suis sarcastique ici, mais c'est pour illustrer la désinformation)

 

De plus Vineaz mentionne qu'elle va allé a l'Université, a Ottawa en français.

Ce qu'elle oubli de mentionner encore une fois c'est qu'il s'agit de l'Université d'Ottawa qui a effectivement un volet français...dont les profs viennent presque tous du Québec, mais surtout que c'est la SEULE Université francophone en Ontario.

 

Mais outre tout ça, cela me frappe a chaque fois cette insouciance dans les propos de certains immigrants a Ottawa. Je vais a Ottawa assez régulièrement pour le boulot.

A part les organismes fédéraux, il n'y a rien , je répète RIEN en français a Ottawa.

Les restos, les affiches de commerces, la vie culturelle autre que le CNA...absolument rien dans le visuel de cette ville n'est en français. (encore une fois je répète; a part les organismes fédéraux).

 

 

https://www.ledroit.com/actualites/ottawa/le-francais-bafoue-a-lhotel-de-ville-dottawa-93223b6307d2b604e98157e46ea09581

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1387416/canadians-language-fairness-antibilinguisme-ville-ottawa

 

GRANDE DÉSILLUSION DES IMMIGRANTS

De nombreux immigrants francophones qui s’établissent à Ottawa tombent des nues lorsqu’ils réalisent que la capitale n’est pas aussi bilingue qu’ils le pensent.

«C’est inquiétant, parce qu’on leur donne une belle image du caractère bilingue de la ville d’Ottawa et à la fin, ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas survivre en français», déplore la présidente du principal organisme qui défend les droits des francophones d’Ottawa­­­, Soukaina­­­ Boutiyeb.

Ottawa a beau être officiellement bilingue depuis l’hiver, une simple promenade en ville permet de constater que le français y est pratiquement absent. Et cela, même si le fédéral rêvait il y a 50 ans d’une capitale où les deux langues officielles du pays cohabiteraient «sur un pied d’égalité».

La désignation bilingue officielle a d’ailleurs été férocement combattue pendant des années par une forte majorité de conseillers municipaux ottaviens, dont le maire actuel Jim Watson.

https://www.tvanouvelles.ca/2018/06/23/ottawa-ville-bilingue-sorry-i-dont-speak-french

 

 

À Ottawa lieu de pouvoir, il est reconnu que la langue des des décionnaires politiques est l anglais. Et avec le temps ce phénomène devient plus présent.

 

C'est d ailleurs un argument du Parti Libéral : voter pour des francophones pour que l'on porte votre voix à Ottawa.

 

Il faut aussi ouvrir les livres d histoire pour comprendre que pendant longtemps les anglo (décideurs pas les gens de base) voulaient simplement éliminer toute autre culture que la culture anglaise. Les Autochones en ont été les 1er victimes jusque tout récemment. 

 

Partout dans le monde les gens veulent que l on respect leurs identité (écosse, catalogne,...) et il n y a rien de mal à cela. On a le droit de parler français ou anglais. Mais force est de constater que du côté du ROC au delà des apparences, peu est fait pour maintenir ce qui est un de fondement du Dominium : le haut et bas Canada anglais et français.

 

ce serait pourtant si simple : pourquoi ne pas lancer un programme fédéral pour dire que d'ici 20 ans tous les enfants canadiennes parlent le français et l'anglais (c'est déjà le cas au Québec la plupart des jeunes parlent en anglais avec les séries TV et autres).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, jimmy a dit :

 

Bravo Prolib69.

J'aime bien ''le bilinguisme au Canada est totalement virtuel'' ...c'est bien trouvé ca :) ...et tellement vrai.

 

Ce qui est très choquant pour les Québécois le moindrement informés ce sont ces immigrants qui vivent au Canada Anglais et qui viennent ici sur ce forum dire combien ils sont heureux de vivre en français hors Québec...alors que nous Québécois francophone sommes majoritaire au Québec et nous devons quand même lutter pour notre survie linguistique et culturelle dans un environnement hostile qu'est l'Amérique du Nord...alors ont sait que c'est de la foutaise ce que raconte ces immigrants hors Québec.

 

En fait, a leur défense je pense que ce qui se passe c'est qu'ils essaient de justifier dans leur tête cette décision complètement stupide de penser qu'ils pourront vivre en français hors Québec.

Et donc ils s'accrochent a toutes les petites situations qu'ils vivent...genre le gars de la station service du coin leur a dit ''bonnejourre'' et ils se disent : '' tiens tu vois, il y a des gens qui parlent français ici'' . Ils sont un des 3, 4 ou 500 personnes qui ont la chance de travailler PARTIELLEMENT en français pour un organisme francophone...ce qui est une infime minorité. 

 

La ce qui va arriver avec ces gens la c'est que éventuellement ils vont avoir des enfants.

Ces enfants vont jouer dans la rue avec des ti-amis, ils vont aller dans une garderie,  ils vont allé dans des discothèques, ils vont allé a l'Université, ils vont allé travailler...et a tous ces endroits ils vont côtoyer MAJORITAIREMENT des Anglophones (je rappelle que les franco en Ontario sont 2,7% de la population).

Ils vont tomber amoureux d'un de ces Anglos, ils vont avoir des enfants. Lors des party de Noel, des anniversaires, des jour de l'an... étant donné que la parenté du conjoint ne parle pas français, toute la journée et soirée va se passer en anglais...et éventuellement la nouvelle famille va uniquement parler anglais entre eux a la maison.

 

C'est comme ça que en Ontario 1,235,000 personnes originalement d'origine française sont passé a 340,000 aujourd'hui qui parle encore français a la maison. 

 

Mais ces immigrants (il me vient pleins de noms d'oiseaux pas très polis) vont quand même venir sur ce forum vous ''bulshitter'' au sujet de leur super belle vie en français...quand ce n'est pas pour nous ch**r dessus comme le fait happymusher.

 

Tabarnak 😡

Pour ma part j aime le français et même si je serais heureux que mes enfants parlent aussi l'anglais, notre priorité est le français. L'anglais viendra après (et facilement avec les jeunes !).

 

En France parler anglais ne sert à rien pour la plupart des gens mais à l'école on nous dit : il faut savoir parler anglais pour réussir ! Donc bcq de français viennent ici - avec parfois un anglais moyen - et pour donner de la chance à leurs enfants, ils veulent qu ils parlent anglais à 3 ans (je caricature). La réalité (selon mes amis à Montréal et à Toronto) : les enfants dans un milieu anglais vont adopter cette langue naturellement.

 

Je connais même des grand parents (franco) qui ne peuvent plus parler avec les petits enfants (devenus anglo à l'école) et ils sont tristes de pas pouvoir parler avec eux (car ils ne parlent pas anglais).

 

Autant je peux comprendre pourquoi le ROC veut "tenir le Canada" et éviter la séparation (95 et autre) autant je ne comprend pas pourquoi aussi peu est fait pour le français hors du Québec. Sans doute un sujet annexe !

 

Tu as bien raison d'aimer ton pays :) Moi je l'adore !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, vineaz a dit :

 

Je trouve gonflé de juger la vie des autres. Je vie à Ottawa nous vivons en Français. j'ai bien dit vivre pas travailler. 

 

Nos amis sur place sont francophone, français immigré tunisiens, marocains immigrés aussi franco-ontariens ou encore quebécois.

Nos enfants vont à l'école francophone, j'irais moi même à l'université en septembre dans un programme 100% francophone. Mon mari travaille à Gatineau car plus facile pour les équivalences et également son niveau d'anglais (il ne faut pas mentir). Les activités sportives et culturelles pour les enfants sont en français.

 

Ne juge pas accepte que certaines personnes arrivent à vivre à 100% en français en dehors du Québec

 

 

Je n'ai peut-être pas été chanceuse, mais dans les restaurants, je peux rarement me faire comprendre quand je parle en français. Parfois, si c'est possible, on change le serveur ou la serveuse pour quelqu'un qui comprend le français, mais ce n'est pas toujours le cas. Il nous faut donc nous exprimer en anglais.

 

Dans les hôtels, en général, c'est moins difficile, mais maintenant on loge plus souvent à Gatineau, c'est moins cher. Dans les magasins, il est rare que nous tombions sur quelqu'un qui parle français. Heureusement, cependant, ils sont compréhensifs quand ils s'aperçoivent que l'anglais n'est pas notre langue première. 

 

Mon expérience qui est basée sur 1 à 2 visites par année depuis assez longtemps me fait douter de ce que tu avances. Habites-tu un quartier principalement francophone? 

Edited by Azarielle

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Azarielle a dit :

 

Je n'ai peut-être pas été chanceuse, mais dans les restaurants, je peux rarement me faire comprendre quand je parle en français. Parfois, si c'est possible, on change le serveur ou la serveuse pour quelqu'un qui comprend le français, mais ce n'est pas toujours le cas. Il nous faut donc nous exprimer en anglais.

 

Dans les hôtels, en général, c'est moins difficile, mais maintenant on loge plus souvent à Gatineau, c'est moins cher. Dans les magasins, il est rare que nous tombions sur quelqu'un qui parle français. Heureusement, cependant, ils sont compréhensifs quand ils s'aperçoivent que l'anglais n'est pas notre langue première. 

 

Mon expérience qui est basée sur 1 à 2 visites par année depuis assez longtemps me fait douter de ce que tu avances. Habites-tu un quartier principalement francophone? 

Tu confirme ce qui disent bcq !! Il y a toujours des exceptions :)

Share this post


Link to post
Share on other sites
12 minutes ago, Azarielle said:

 

Je n'ai peut-être pas été chanceuse, mais dans les restaurants, je peux rarement me faire comprendre quand je parle en français. Parfois, si c'est possible, on change le serveur ou la serveuse pour quelqu'un qui comprend le français, mais ce n'est pas toujours le cas. Il nous faut donc nous exprimer en anglais.

 

Dans les hôtels, en général, c'est moins difficile, mais maintenant on loge plus souvent à Gatineau, c'est moins cher. Dans les magasins, il est rare que nous tombions sur quelqu'un qui parle français. Heureusement, cependant, ils sont compréhensifs quand ils s'aperçoivent que l'anglais n'est pas notre langue première. 

 

Mon expérience qui est basée sur 1 à 2 visites par année depuis assez longtemps me fait douter de ce que tu avances. Habites-tu un quartier principalement francophone? 

nous habitons Vanier Overbrook. il y a beaucoup de personnes immigrantes c'est sur peut être que nous sommes chanceux je n'en sais rien.

 

Nous parlons généralement en Anglais en premier mais comme nous parlons en français avec les enfants. Les gens nous parle en français. Nous ne les cherchons pas.... 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, prolib69 a dit :

Pour ma part j aime le français et même si je serais heureux que mes enfants parlent aussi l’anglais


Tout à fait, moi aussi je me suis assuré que mes enfants parlent aussi l’anglais

 

Le bilinguisme individuel est une qualité et  recommandé et même souhaitable , c’est super de parler et comprendre plus d’une langue

 

Le problème c’est le bilinguisme institutionnel (comme au Canada hors Québec) car on sait au Québec que statistiquement à plus ou moins long terme l’anglais va toujours gagner car c’est plus simple , plus rapide, plus efficace.


C’est pourquoi au Québec on s’est doté d’une loi (la loi 101) qui entre autre interdit l’affichage en anglais. 
 

Il y a encore à faire car la loi n’est pas toujours respectée, il faudrait aussi l’étendre à l’intérieur des commerces, il faudrait aussi comme le suggère le PQ qu’il soit interdit de demander que les employés soient bilingues pour des emplois ou ce n’est pas vraiment nécessaire.

Par exemple bien sûr que c’est mieux de parler anglais si tu travailles à l’international, mais pour servir le café dans un Tim Horton ce n’est pas absolument nécessaire....et évidemment pleins d’emplois entre les deux ou ce n’est pas nécessaire non plus.

 

Edited by jimmy

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2020-02-23 à 19:10, jimmy a dit :

 

Eh non, je pourri la vie uniquement aux maudit Français , tsé ceux qui viennent sur un forum pour afficher leurs mépris pour les Québécois comme si TOUS les Français pensaient comme eux....alors que des milliers de Français sont très heureux au Québec avec les Québécois.

 

Parles-en a ma conjointe...qui est Française !

 

😀

 

Et donc?

Elle te sert d'alibi?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2020-02-24 à 06:35, jeremyg5y a dit :

Ça existe aussi en France, j'ai déjà vu des devoirs de mon beau-frère par son prof de français....un comble.   

 

Sans parler du niveau du bac, il l'a eu l'an dernier, sans rattrapages, alors qu'il arrive à me faire des phrases du style "comme même" au lieu de quand-même

 

Où lire ce sujet entre autres : https://forum.immigrer.com/topic/169703-devenir-professeur-dhistoire/?tab=comments#comment-1265287206

 

 

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je ne parlais pas du niveau de maîtrise de la langue par les élèves mais du peu d'importance donnée à l'orthographe et à la grammaire par des professeurs d'université. Pour moi c'est significatif quand les personnes les plus éduquées commencent à maltraiter la langue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et je confirme que c'est aussi une réalité en France, ce qu'a encore révélé le classement PISA et l'OCDE.

 

https://www.atlantico.fr/decryptage/3587344/education-nationale--les-raisons-objectives-du-mauvais-classement-de-la-france-au-sein-de-l-ocde-college-lycee-ecole-niveau-enseignants-professeurs-gabrielle-cluzel

 

De plus, si les élèves, à un certain niveau d'études conservent un tel language ou de tel écrit, d'où le sujet que j'ai mis en lien, c'est que l'école échoue à sa mission de base sans forcément corriger le tir.

 

Après pour la ou les raisons j'ai bien peur que soit multiples, programme, recrutement, avancement, salaire, etc

 

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2020-02-22 à 16:01, Happymusher a dit :

 

Le bon point de la francophonie Ontarienne, c'est qu'ils sont plus tolérant et pas xénophobes des accents, mots ou expressions des français de France.

J'ai heureusement de bons amis québécois tolérant mais tristement, au moins 40% des Québécois que j'ai rencontrés sont un peu shizophrènes:

- si tu parles ton français de France, ils te corrigent 

- si tu essaies de te fondre dans la masse et de pogner des expressions québécoises, ils te font "et mais arrête, je comprend plus rien, tu utilises un mot québécois là".

Beaucoup de français partent ailleurs à cause de cela. Un an, deux ans ça va mais quand tu es rendu 10 ans plus tard, un ras le bol , une fatigue s'instaurent et cela peut être un déclencheur pour avoir envie de vivre de nouvelles aventures.

La xenophobie, c'est comme plusieurs piqures de moustiques: au bout d'un moment, le corps ne peut plus...

 

Citation

 

Écoute Jimmy, dès qu'un français  de France cherche à exprimer un témoignage, tu le traites de Maudit.

 

Tu fais partie des 40 % de Québécois qui pourrissent la vie aux Français, mais aussi aux Mexicains ou aux Vietnamiens, souvent même ici de la seconde génération au Québec, donc même avec le parlé québécois ou l'accent natif.

 

Tous ceux qui voient leur qualité de vie et leur santé psychologique détruite par vos attaques xénophobes constantes et répétées.

Comme des piqures de moustiques.

 

Pour le reste, il y a quand même la majorité des Québécois qui se sentent assez sûrs d'eux pour être ouverts à la différence, d'accent ou de couleur de peau, pour nouer des amitiés enrichissantes.

 

La perte sèche est pour ces 40% de Québécois qui par leur insécurité sont de plus en plus isolés, hors sol, de la vie du Québec. Bon courage. Du fond du coeur, la porte est toujours ouverte, ne vous isolez pas plus. Vous perdez des opportunités.

 

 

:innocent:

 

@Happymusher

 

J'ai rarement lu autant de conneries dans seulement quelques phrases.

 

Citation :"  La xenophobie, c'est comme plusieurs piqures de moustiques: au bout d'un moment, le corps ne peut plus...?"  Et bien tu aimes les piqures de moustiques alors parce tu choisis de rester au Québec ! :rofl: Alors soit tu souffres de masochisme sévère ou soit tu souffres de malhonnêteté intellectuelle ...

 

Et quand  tu as des Juifs qui fuient l'intolérance et le racisme en France pour immigrer au Québec, c'est facile alors de voir quelle est la société la plus tolérante entre les 2 sociétés...( voir hyperlien en bas de ce message.)

 

Et les Québécois ne sont aucunement "isolés", c'est plutôt certains Français avec une arrogance nauséabonde qui sont incapable de se faire des amis avec les Québécois car les Québécois rejettent ces individus arrogants et les fuient ! Ce sont ces arrogants qui sont isolés et qui se punissent eux-mêmes ! 

 

Bref l'expression "maudit Français" s'applique seulement à certains Français ridiculement  prétentieux et arrogants et non aux Français qui ont une attitude correcte. 

 

Tu devrais lire cet article, cela comblera peut-être ton ignorance abyssale.

 

Citatiion d'une Française ( Laurence Comet)  sur le syndrome du maudit Français

 

 

« Maudit Français » est en effet une expression péjorative, et certains méritent sans conteste ce qualificatif synonyme de « détestable ». Loin d’être racistes, les Québécois ne réservent cette insulte qu’à certains Français.

Maudit Français

En 10 ans de vie au Québec, j’en ai croisé quelques-uns de ces Maudits Français. J’ai appris à les reconnaître (facile, tu les entends avant de les voir !)…

Au début, je les laissais parler (mais je bouillais intérieurement)…

Maudit Français

Mais après m’être abstenue quelques années, j’ai craqué : j’ai décidé de leur rentrer dans le lard répondre.

Maudit Français

Si toi aussi tu en as marre d’avoir honte pour eux et d’avoir la même couleur de passeport qu’eux, voici les réponses que tu pourras faire au Maudit Français te dira

 

Pour le reste de l'artilce de Laurence Comet

 

https://expatriationtourisme.com/2015/10/22/maudit-francais-tu-menarves/#more-877

 

Article de Radio-Canada sur des Juifs français qui fuient l'intolérance en France pour  immigrer au Québec :

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/708932/juifs-francais-montreal-quebec-fuite-racisme

 

 

Edited by resterzen

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By qwintine
      Le bilinguisme voir mieux le multilinguisme ... l'avenir de nos enfants?
       
      Plus que probable, un excellent exemple "made in" Montréal:
       
       
       
       
    • By MonikaKimmel
      Apprendre le français : un projet d’immigration trop ambitieux ?
       
      Je lis fréquemment le bilan des immigrants francophones, mais je vois rarement les témoignages de ceux ou celles qui arrivent d’ailleurs, notamment, des pays de l’Europe de l’Est où l’on a notre propre langue distincte. Dans cet article, je partage avec vous mes expériences en tant qu’immigrante allophone. 
      Pour commencer, au Canada, un allophone est une personne qui a pour langue maternelle une autre langue que l'anglais ou le français. Le topic est important car au Québec comme d’ailleurs au Canada, les immigrants arrivent des 4 coins du monde sans nécessairement connaître les deux langues officielles du pays. Comme pour n’importe qui, leur but est de s’intégrer le plus rapidement possible dans le nouveau pays d’accueil.  
      De la Hongrie, je suis arrivée à Kirkland au Québec, il y a une dizaine d’années dans l’objectif d’améliorer mon anglais, sans intention d’y immigrer de façon permanente. Néanmoins, suite à quelques aller-retours, j’ai décidé de m’installer.
      Je savais bien que si je reste au Québec, l’anglais ne suffirait pas, et il faut qu’éventuellement j’apprenne le français aussi. Jeune, ambitieuse et surtout très naïve, j’étais prête pour ce nouveau défi.
      J’ai trouvé que les cours de français offerts pour les nouveaux arrivants ne me rendaient pas loin. Par conséquent au lieu d’aller étudier en anglais à Concordia ou à McGill qui aurait été plus facile dans mon cas, je me suis inscrite à l’UQAM où j’ai obtenu mon baccalauréat après 7 ans d’études en français. 
      Malgré toutes ces années d’études, je me suis rendue compte que le français est une langue qui ne s’apprend pas !!! Certes, je parlais bien, j’avais des bonnes notes à l’école, mais les fautes de langue seconde typique ne voulaient pas disparaître ! Le genre des mots, les prépositions entre autres restent un défi constant. Cependant, j’ai déjà trop investi dans cette langue et c’était trop tard d’abandonner.
      Aujourd’hui, (12 ans plus tard) en étant plus intelligente, plus mature et certainement moins naïve, je dirais que le Québec est une belle place pour s’installer pour les gens d’issus des pays francophones (France, Belgique, Maghreb etc…). Mais pour les immigrants allophones comme moi, malheureusement ce n’est pas une place propice pour s’intégrer facilement.  
      Je suis toujours surprise quand j’entends le parcours de mes amis français que dans quelques semaines après leur arrivée, il y avait déjà un emploi. Malheureusement, moi je ne connais pas ça. De mon côté, cela m’a pris plus de 8 ans pour décrocher mon premier travail professionnel en tant qu’intervenante dans un petit centre communautaire au Parc-Extension à Montréal. 
      J’ai lu l’autre jour dans un article qu’un immigrant perd automatiquement 7 ans de sa vie à apprendre une nouvelle langue à parler, à écrire correctement, à faire de petits travaux pour subvenir à ces besoins avant d'avoir un emploi intéressant. Par mon vécu personnel, je confirme les dires de cet article, sauf qu’au Québec le degré de difficulté est doublé, car il est vital d’apprendre les deux langues officielles.
      Tout cela étant dit, je crois que j’ai réussi mes objectifs et mes efforts seront payants. Cela fait 3 ans que je vis au Nouveau-Brunswick. Je viens d’être diplômée à la Faculté de droit de l’Université de Moncton et bientôt je vais être une avocate. 
      Le chemin pour m’y rendre était long et très demandant. Cela a puisé toutes mes énergies et ma jeunesse. Pendant que mes amis ont une carrière, une maison, des enfants, moi, tout ce que j’ai: c’est « ma propriété intellectuelle ». 
      Quant à la langue de Molière, nous avons une relation d'amour et de haine. Je l’apprends encore et je l’apprendrai probablement pour le reste de mes jours. La différence entre avant et maintenant est que j’ai accepté qui je suis et comme je suis. À ce jour, je me focalise plus sur le fond que sur la forme. 
      D’après moi, une langue bien maitrisée est la clé pour toute immigration réussie. En conséquence, elle peut aussi bien faciliter que ralentir le chemin vers le succès.
       
      Monika Kimmel, Moncton, NB
       
       
       
      Apprendre le français un projet d’immigration trop ambitieux Monika Kimmel.docx
    • By Jean Dupond
      Ça fait un moment que je voulais répondre à la polémique sur le bilinguisme à Ottawa et la réponse "baveuse" de notre super premier ministre.
      Pour rappel : bilinguisme à Ottawa
       
      C'est un problème assez récurent, tout comme pour les transports qui sont assurés par une société d'un côté et d'une autre de l'autre côté. Plus qu'ne province, on peut avoir l'impression de changer de pays.
       
      Je pense qu'il serait préférable qu'Ottawa obtienne le même statut que Washington et devienne à son tour District en y incluant la ville de Gatineau. Au passage, Gatineau étant bien plus bilingue que sa grande soeur. 
      Cela réglerait les problèmes de bilinguisme car de faite le district serait obligatoirement bilingue. Mais aussi les problèmes de transports, de santé, d'éducation etc ....
      La plus forte proportion de canadiens parlant anglais et français se trouve chez les francophones. 
      Il y a une nette et claire volonté de la part des anglophones à ne pas vouloir assimiler la deuxième langue du pays. Montréal, par la force des choses, deviendra anglophone.
       
      Gatineau ne serait plus dans le Quebec, tout comme Ottawa ne sera plus dans l'Ontario (pour le plus grand plaisir de Toronto) 
    • By Laurent
      Notre blogueur de Vancouver qui a deux enfants à Vancouver parle du bilinguisme en Colombie-Britannique et hors Québec.
       
      À lire en page d'accueil.
       
      http://www.immigrer.com/blog/didiervancouver/5872-les-defis-du-bilinguisme-en-province-anglophone
       
      Bonne lecture.
    • By UBRANE
      Selon le tout dernier guide de la désignation officielle de régions en Ontario, de l'Assemblée de la francophonie, la population franco-ontarienne a augmenté de 4,9% entre 2006 et 2011.

      Selon les dernières données, l’Ontario compte désormais 611 500 francophones.

      Ces chiffres démontrent une augmentation de 28 805 francophones depuis le dernier recensement qui avait eu lieu en 2006. Cependant, les francophones représentent toujours 4,8% de la population ontarienne, ce qui est resté stable depuis 2006. Il s’agit de la plus importante communauté francophone en Amériques du Nord, hors Québec.

      À lire plus en détails :
      http://monassemblee.ca/wp-content/uploads/2015/03/guide-designation.pdf


    • By immigrer.com
      Dans quels secteurs le bilinguisme est-il nécessaire?
      Publié le 18 décembre 2014 par Simon Granger | 2775 lecturesSujet(s): Actualités, Manchette Jobboom, Marché du travail au Québec, Recherche d'emploi
      Photo : Monkey Business Images / Shutterstock
      Bien que le français demeure la langue officielle du travail au Québec et que la maîtrise de l’anglais ne soit pas essentielle partout, le bilinguisme peut parfois faire partie des exigences d’un poste dans certains domaines d’activité.
      Comme les aptitudes en communication sont de plus en plus recherchées par les employeurs (voir notre infographie Les cinq compétences les plus recherchées), le bilinguisme peut ainsi devenir un atout considérable à inscrire dans son CV. Mais cette compétence a-t-elle la même valeur dans tous les secteurs d’emploi?
      Jobboom a analysé les offres d’emploi publiées sur son site Web au cours de l’année 2014 afin de déterminer, dans chaque secteur d’activité, la proportion de postes exigeant la maîtrise du français et de l’anglais dans les prérequis.
      Voici donc les secteurs d’emploi où le bilinguisme est le plus souvent exigé :
      Secteurs où le bilinguisme est le plus souvent requis Comptabilité, finance et assurances : 30 % des offres en 2014 Ventes, achat et service à la clientèle : 29 % des offres en 2014 Soutien administratif : 26 % des offres en 2014
      Secteurs où le bilinguisme est le moins souvent requis Services sociaux et éducation : 6 % des offres en 2014 Commerce et offres de services divers : 11 % des offres en 2014 Santé : 13 % des offres en 2014 source : http://www.jobboom.com/carriere/dans-quels-secteurs-le-bilinguisme-est-il-necessaire/

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines