Aller au contenu

Messages recommandés

Hier c'était le coup d'envoi du 375e anniversaire de Montréal avec des activités toute la journée et le spectacle d'illuminations du pont Jacques Cartier par Moment Factory.

Le vidéo en accéléré:

 

https://www.facebook.com/375mtl/?hc_ref=NEWSFEED

 

Vidéo de Mes Quartiers (extrait du spectacle) :
 

 

Des photos du Journal Métro http://journalmetro.com/actualites/montreal/1139689/celebrations-du-jour-de-la-fondation-de-montreal-2/


Pour le spectacle complet: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1034217/lancement-celebrations-375e-montreal-programmation

Plus d'infos sur Moment Factory la compagnie montréalaise derrière le projet:

 

https://momentfactory.com/projets/tous/tous/montreal-signe-ode-a-la-vie-fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il manque un bout ou bien ça a durée vraiment que 5 minutes? :o

Pour une spectacle d'ouverture de l'illumination du Pont, ils auraient plus en faire plus long...

mais c'est jolie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait, le premier vidéo est un montage d'un site web Mes Quartiers. Pour voir le show de 45 minutes, il faut regarder le lien de Radio-Canada plus bas! 

 

Ils vont le refaire car le maire Coderre n'était pas content de la manif des policiers pendant l'évènement, il paraît que ça a gâché la fête à plusieurs personnes dans le Vieux-Port donc un autre rendez-vous annoncé bientôt! Et d'ici là, on peut voir l'illumination tous les soirs du pont Jacques Cartier mais dans sa version simple.

 

Bonne projection!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      Le maintien de la valeur des maisons du Québec passe par l’immigration, selon Jacques Nantel
      PUBLIÉ LE VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017

      L'immigration serait la planche de salut pour le maintien de la valeur des résidences en sol québécois, avance Jacques Nantel, professeur émérite à HEC Montréal. Sans l'arrivée d'immigrants, les propriétaires québécois pourraient ne pas avoir d'acheteurs désirant acquérir leur résidence, et au juste prix.
      Les propriétaires de maison présument toujours qu’ils trouveront un acheteur au moment de vendre leur propriété, mais les tendances démographiques pourraient leur jouer un tour, prévient Jacques Nantel.
    • Par immigrer.com
      Le gouvernement de l'Ontario confirme qu'il ira de l'avant avec la recommandation de créer une université francophone de « taille modeste » au centre-ville de Toronto.
      Le conseil de planification, qui avait été formé par la province pour étudier la faisabilité du projet sous la présidence de l'ex-commissaire aux langues officielles Dyane Adam, souhaite que la nouvelle université accueille ses premiers étudiants dès 2020.
      La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, espère que ce sera le cas, mais n'en fait pas la promesse.
      La ministre Lalonde espère que le projet de loi à cet effet sera adopté avant les élections provinciales de juin prochain.
      À l'heure actuelle, l'Ontario a trois universités bilingues (Ottawa, Laurentienne et Glendon), mais aucun établissement universitaire purement francophone*.
      Demande suffisante?
      Source : rapport du Conseil de planification pour une université de langue française en Ontario Photo : Radio-Canada/Vincent Wallon/Icônes : Freepik de www.flaticon.com Toutefois, nombre des étudiants attendus à la nouvelle université viendraient, du moins au départ, d'autres universités et de l'étranger, selon le conseil de planification.
       
      source et suite: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1052071/universite-francaise-toronto
    • Par Laurent
      L’hôpital Notre-Dame doit recruter 700 employés sur fond de pénurie
      Par Mathias Marchal   Mario Beauregard/MétroHôpital Notre-Dame À trois mois du début de sa nouvelle vocation, l’hôpital Notre-Dame doit encore combler 30% de ses postes. Les syndicats doutent que cela soit faisable et craignent pour la qualité des soins.
      Quand le nouveau Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM) ouvrira ses portes au centre-ville, l’hôpital Notre-Dame, proche du parc LaFontaine sera transformé en hôpital communautaire.
      Le changement de vocation est toujours prévu pour le 26 novembre. Mais pour arriver à offrir 250 lits tels que prévu, la direction doit compter sur un bassin de 2000 employés. Compte tenu des effectifs actuels qui seront gardés, cela implique d’embaucher près de 700 personnes en trois mois.
      C’est au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud de l’île de Montréal qu’incombe désormais l’embauche, car l’hôpital Notre-Dame relèvera bientôt de cet organisme public qui chapeaute aussi notamment des CLSC et des CHSLD, l’hôpital de Verdun et la Direction régionale de santé publique.
      «Habituellement, on recrute environ 2000 employés par an. Là, le rythme demandé est presque trois fois plus élevé, mais on est confiants», indique Vincent Lehouillier, directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques du CIUSSS Centre-Sud de Montréal.
       
      suite et source: http://journalmetro.com/actualites/montreal/1187866/lhopital-notre-dame-doit-recruter-700-employes-sur-fond-de-penurie/
    • Par Laurent
      Chute du chômage, hausse du PIB et de l'emploi, que se passe-t-il au Québec?
      PUBLIÉ LE MARDI 22 AOÛT 2017 À 16 H 05
       
      ANALYSE - Les indicateurs économiques du Québec sont au vert depuis quelques mois. Après une période difficile, au cours de laquelle l'économie a été ralentie par les compressions dans les dépenses du gouvernement du Québec et une hésitation de la part des entreprises à investir, la croissance s'est accélérée récemment.
      UN TEXTE DE GÉRALD FILLION
        Le PIB progresse plus rapidement que ce qui était attendu : il pourrait atteindre 2,5 % pour l’ensemble de 2017, alors qu’on prévoyait environ 1,5 % il n’y a pas si longtemps. Le taux de chômage plonge, maintenant à 5,8 %, un niveau que personne n’avait prévu. Et puis on s’attend maintenant à la création de 60 000 emplois au Québec en 2017, le double de ce qu’on prévoyait jusqu’à tout récemment.
      Pour les 5 premiers mois de 2017, les ventes au détail au Québec sont 6,1 % plus élevées que pour les mêmes mois en 2016. Les exportations ont grimpé de 2,3 % durant la même période. Et puis pour les 7 premiers mois de 2017, hausse de 16,1 % des mises en chantier au Québec et ajout de 99 000 emplois, dont 53 000 à temps plein.
      Pourquoi? Comment expliquer cette marche plus rapide de l’économie du Québec? Plusieurs raisons expliquent cette embellie, selon l’économiste Jean-Pierre Aubry.
      Les indicateurs positifs
      D’abord, la chute du dollar canadien commence à faire son effet. La transition a été lente, mais les exportations augmentent cette année. C’est maintenant que la baisse du dollar canadien à environ 75 cents US entraîne son effet bénéfique pour des entreprises du Québec. La baisse d’impôt du gouvernement Trudeau, la création de l’Allocation canadienne pour enfants et les transferts fédéraux plus généreux sont bénéfiques pour les particuliers, qui voient leurs revenus disponibles augmenter. L’annulation de la contribution santé au Québec pourrait aussi avoir un effet positif tout comme les annonces préélectorales qui pourraient faire pleuvoir les millions de dollars dans l’économie. Les cônes orange sont nombreux, surtout à Montréal. Les gouvernements investissent massivement dans les infrastructures. L’effet économique est indéniable avec les gros chantiers de Turcot et du pont Champlain, notamment, et bientôt le Réseau électrique métropolitain (REM).   Le reportage vidéo de Laurent Therrien
       
      suite et source: http://beta.radio-canada.ca/nouvelle/1051696/chute-chomage-hausse-pib-emploi-texte-gerald-fillion
    • Par Laurent
      Un diplômé de l’UQTR contraint de quitter le Canada
      PUBLIÉ LE MARDI 8 AOÛT 2017 À 20 H 42
       
      Un homme originaire de l'île de la Réunion doit quitter le pays le 14 août, car il a franchi la frontière canado-américaine alors qu'il n'avait ni statut ni permis de travail. Il déplore avoir été mal informé des démarches à faire pour régulariser sa situation.
      Johny Maillot réside au Québec depuis 7 ans. En 2014, il a obtenu un permis de travail temporaire de trois ans, après avoir réussi ses études en relations de travail. Depuis que ce permis est arrivé à échéance, il a fait deux demandes de permis de travail qui ont été rejetées, car il n'avait pas d'offre d'emploi.
      Johny Maillot a finalement reçu une offre d'emploi jeudi. Le lendemain, il s'est rendu à la frontière des États-Unis et du Canada. Il souhaitait ainsi accélérer ses démarches en demandant aux agents d'immigration un permis de travail avec son offre d'emploi en mains.
      « De ce que j'avais compris, si tu trouves un emploi, tu peux te rendre à la frontière, et avec ces papiers-là, tu aurais ton permis de travail », explique M. Maillot.
      Or, en sortant du Canada, il s'est plutôt placé en situation d'illégalité, déplore-t-il.
      Johny Maillot est contraint de quitter le Canada contre son gré. Photo : Radio-Canada « Je me devais d'attendre le traitement de ma demande de visa temporaire. Le fait de quitter le territoire, ça a annulé toutes les démarches. Donc en revenant au Canada, je n'ai plus de statut », explique-t-il.
      Pour régulariser sa situation, il dit avoir fait de nombreux appels à Immigration Canada, en plus de s'être adressé aux députés de Trois-Rivières et de Saint-Maurice-Champlain, Robert Aubin et François-Philippe Champagne.
      L'homme doit donc quitter le Canada d'ici le 14 août. Il déplore le manque de clarté du site d'Immigration Canada.
       
      source et suite: http://beta.radio-canada.ca/nouvelle/1049301/diplome-demarches-immigration-statut-trois-rivieres
    • Par immigrer.com
      Accueillir des travailleurs étrangers pour combler ses besoins de main-d'œuvre
      LE MARDI 30 MAI
      Des entreprises de Québec se tournent vers l'étranger pour recruter leur main-d'œuvre. Guylaine Bussiere nous décrit le processus.

      http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7504753/le-reportage-de-guylaine-bussiere
    • Par immigrer.com
      Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis octobre 2008
      PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 8 H 55 | Mis à jour il y a 48 minutes Une personne qui semble se chercher un emploi.   Photo : IStock Le taux de chômage a diminué de 0,2 point de pourcentage au pays pour s'établir à 6,5 % en avril, soit le taux le plus bas depuis octobre 2008, a annoncé vendredi Statistique Canada.
      Radio-Canada avec Presse canadienne L'agence fédérale a expliqué que cette diminution était principalement attribuable à la baisse du nombre de jeunes à la recherche de travail.
      L'emploi a augmenté chez les personnes de 55 ans et plus, alors qu'il a diminué chez les hommes de 25 à 54 ans. Par contre, l'emploi chez les femmes de 25 à 54 ans et les jeunes de 15 à 24 ans a connu peu de variation.
      L'emploi a progressé en Colombie-Britannique et à l'Île-du-Prince-Édouard, tandis qu'il était pratiquement inchangé dans les autres provinces.
      Au Québec, tant l'emploi que le taux de chômage ont peu varié au cours du mois. Au cours des 12 mois qui ont pris fin en avril, l'emploi dans la province a progressé de 88 000 ou de 2,1 %, et l'essentiel de la croissance a eu lieu au cours de la deuxième moitié de 2016.
      Comparativement à 12 mois plus tôt, le taux de chômage au Québec a diminué de 0,8 point de pourcentage, passant à 6,6 %.

      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1032033/chomage-baisse-statistique-canada-depuis-octobre-2008

    • Par immigrer.com
      Immigration : enquête de l’UPAC, cours de français et candidats rejetés
      PUBLIÉ IL Y A 45 MINUTES Photo : Radio-Canada/Radio-Canada EXCLUSIF - Radio-Canada a appris que le ministère de l'Immigration ne fait pas confiance aux résultats des cours de français administrés par des commissions scolaires de Montréal. Une enquête de l'Unité permanente anticorruption a été ouverte et des centaines de personnes voient leur projet d'immigration mis à mal.
      Un texte de Bahador Zabihiyan
      Le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) permet aux étudiants internationaux qui ont obtenu un diplôme au Québec de s’y installer de manière permanente. Pour immigrer, ils doivent notamment démontrer un niveau de français intermédiaire. Pour cela, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion offre plusieurs options au candidat, dont celle de terminer avec succès un cours de français offert par des établissements qui dépendent des commissions scolaires.
      Le ministère a ainsi fait passer des examens oraux à des dizaines de candidats qui ont déjà réussi le cours de français requis, selon l'Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI).
      Or, les dossiers d’immigration de plusieurs centaines de candidats dont la plupart ont suivi le cours des commissions scolaires English-Montreal ou Lester-B.-Pearson font l’objet de vérifications poussées, selon l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration.
      Le ministère de l’Immigration confirme avoir récemment identifié des pratiques douteuses, sans mettre en cause directement les deux commissions scolaires.
      En décembre dernier, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait ouvert une enquête visant les commissions scolaires Lester-B.-Pearson et English-Montreal. Par courriel, le ministère de l’Immigration fait d’ailleurs le lien direct entre les vérifications de dossiers et l’enquête de l’UPAC, sans en dire davantage.

      source et suite: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1027534/immigration-enquete-upac-cours-francais-candidats-rejetes
    • Par immigrer.com
      La Russie conseille à ses ressortissants d'éviter les blagues salaces au Canada
      RCQC  |  Par Radio-Canada.ca Publication: 29/03/2017 06:12 EDT Mis à jour: il y a 3 heures    
      Le ministère russe des Affaires étrangères a récemment mis en ligne un guide de bonne conduite à l'intention des touristes russes. Une soixantaine de pays, dont le Canada, y sont répertoriés.
      Un texte de Bahador Zabihiyan
      -Advertisement- x On y décrit le Canada comme un pays faisant une fixation sur l'égalité des sexes. On y affirme qu'il vaut mieux ne pas y raconter des blagues salaces et qu'il y règne une certaine forme de censure publique lorsqu'il est question des relations entre les hommes et les femmes ou des minorités sexuelles.
      Virginie Lasnier, une experte de la Russie qui étudie à l'Université McGill et qui lit couramment le russe, a parcouru le guide en russe à la demande de Radio-Canada.
      Voici des extraits traduits du passage concernant le Canada :
      « Le Canada, où l'on a depuis longtemps légalisé le mariage [entre personnes] de même sexe et où l'on peut observer une sérieuse obsession pour l’égalité hommes-femmes, ce n'est pas le meilleur endroit pour raconter des blagues masculines salaces ou sur les genres non traditionnels [LGBT]. » « En plus de la censure publique, il y a dans les grandes régions métropolitaines des quartiers compacts composés de représentants de minorités sexuelles (en particulier à Vancouver, à Toronto et à Montréal). Il y a donc le risque de se heurter à une sanction sous la forme d'amendes et même d'être incriminé en vertu de l'article [de loi] intitulé "crime haineux". » « Il vaut mieux aussi ne pas montrer ses émotions lorsqu'on traite avec le sexe opposé afin d'éviter des accusations de tentatives de harcèlement sexuel (sur les campus universitaires, il y a des polices de moralité publique) » Mme Lasnier a résidé en Russie. Elle estime que le guide du gouvernement russe donne une image plutôt négative du Canada, alors que les Russes ont souvent une très bonne opinion du pays, selon son expérience. «Ça démontre avant tout ce que le régime tente d’inculquer à ses citoyens comme image du Canada, plutôt que ce que les Russes vraiment pensent du Canada. On tente en même temps de jouer sur les stéréotypes et les inconforts qui demeurent dans la population russe face aux enjeux liés à l’homosexualité et aux discours féministes.» - Virginie Lasnier, étudiante au doctorat à l’Université McGill et chercheure associée au CÉRIUM

      suite et source: http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/03/29/russie-conseille-eviter-blagues-canada_n_15681126.html
    • Par immigrer.com
      Janine Sutto s'éteint
      PUBLIÉ IL Y A 4 MINUTES La comédienne et actrice québécoise Janine Sutto   Photo : Karim El Fassi Elle a fait rire et pleurer plusieurs générations. La comédienne Janine Sutto est décédée à l'âge de 95 ans. Sa carrière artistique, commencée au début de la Deuxième Guerre mondiale, aura duré près de 75 ans.
      Notre-Dame-du-Théâtre, comme l'avait surnommée Gilles Latulippe, était une artiste polyvalente, campant des centaines de personnages, autant populaires que classiques, sur scène, à la radio et à la télévision.
      Sa jeunesse
      Janine Sutto en 1956, photographiée par Annette et Basil Zarov   Photo : Annette et Basil Zarov Janine Sutto est née à Paris, en avril 1921. Ses parents travaillent tous les deux pour les studios de cinéma Pathé. Son père est l'associé de Charles Pathé, puis il devient distributeur de films, alors que sa mère est la secrétaire particulière du producteur de cinéma. Janine a un frère, André, de neuf ans son aîné.
      La famille part pour l'Amérique en 1929, après avoir été ruinée à la bourse. Elle s'installe à Montréal, où Léopold Sutto et son épouse deviennent vendeurs d'articles religieux.
      Une vie de théâtre
      La comtesse (Janine Sutto) et le curé d'Abrincourt (Yves Jacques) en 1981 dans « Journal d'un curé de campagne ».   Photo : Radio-Canada/André Le Coz La carrière de la comédienne prend sa source dans le théâtre. Janine Sutto débute sur les planches en 1940, dans une pièce jouée par la section française du Montreal Repertory Theater, une troupe mi-amateur, mi-professionnelle, où elle décroche plusieurs petits rôles. Elle joue ensuite régulièrement au Théâtre l'Arcade, qui présente des pièces de boulevard qui changent toutes les semaines, et elle obtient aussi des rôles au Théâtre Saint-Denis, qui présente un répertoire plus classique.
      Au fil du temps, les rôles au théâtre s'additionneront les uns aux autres, et ce, jusque dans les années 2000. Janine Sutto aura finalement joué dans plus d'une centaine de pièces au cours de sa longue carrière, du théâtre classique au théâtre d'été, sur toutes les scènes de Montréal et d'ailleurs au Québec.
      Janine Sutto est notamment des toutes premières pièces du Théâtre du Nouveau Monde, lancé en 1951 avec L'avare, de Molière. Elle participe aussi, en 1968, à la première lecture publique des Belles-soeurs, de Michel Tremblay, et prend part à la deuxième production de la pièce, en 1969, trop occupée pour être de la première. Quarante ans plus tard, en 2010, elle sera par ailleurs de la distribution de la comédie musicale adaptée de la pièce, qui a connu un énorme succès à travers le Québec et à Paris.
      Au fil du temps, les rôles au théâtre s'additionneront les uns aux autres, et ce, jusque dans les années 2000. Janine Sutto aura finalement joué dans plus d'une centaine de pièces au cours de sa longue carrière, du théâtre classique au théâtre d'été, sur toutes les scènes de Montréal et d'ailleurs au Québec.
      Janine Sutto aura reçu plus d'un honneur pour la récompenser d'une carrière si fructueuse, dont le Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle, en 2014.
      De Miss Radio...
      Janine Sutto lors de l'enregistrement d'un radioroman à Radio-Canada en 1945   Photo : BAnQ/Conrad Poirier La carrière radiophonique de Janine Sutto prend son envol presque au même moment que ses débuts au théâtre. Les radioromans sont à la mode dans les années 1940 et 1950, et la comédienne participera à une multitude d'entre eux, dont certains des plus populaires, comme Jeunesse dorée, à Radio-Canada, et Rue Principale, à CKAC.
      Elle est élue Miss Radio en 1945.
      ... à Miss Télévision
      « La mort d'un commis-voyageur » avec Happy (Benoît Girard), Linda (Janine Sutto) et Biff (Jacques Godin) en 1962.   Photo : Radio-Canada/André Le Coz Fidèle à son bagage professionnel, c'est dans un téléthéâtre que Janine Sutto fait ses débuts à la télévision. Elle sera par la suite de la distribution de nombreuses pièces adaptées pour le petit écran.
      On pourra également voir la comédienne dans une multitude de téléromans. Un de ses rôles les plus marquants sera probablement celui de Mademoiselle L'Espérance, une vieille fille qui aime les hommes, dans la comédie Symphorien, de Marcel Gamache, diffusée de 1970 à 1977. Ce rôle lui vaudra le titre de Miss Télévision en 1972.
      Prudence Pothier (Janine Sutto) répond à Séraphin Poudrier (Jean-Pierre Masson). Image du téléroman « Les belles histoires des pays » en 1967.   Photo : Radio-Canada/André Le Coz De 1956 à 1969, Janine Sutto incarne Prudence Pothier dans Les belles histoires des pays d'en haut.
      Par ailleurs, les enfants du début des années 1970 peuvent voir la comédienne dans la série jeunesse Le major Plum-Pouding.
      La notoriété de Janine Sutto prend encore de l'ampleur avec la comédie à succès Poivre et sel, qui sera diffusée de 1983 à 1987. Elle y partage la vedette avec Gilles Latulippe, avec lequel elle forme un couple de septuagénaires.
      Toujours prête à relever de nouveaux défis, elle deviendra à 80 ans chroniqueuse de sexe à l'émission Fun noir, animée par Normand Brathwaite.
      Gilles Latulippe et Janine Sutto dans « Poivre et sel » en 1987.   Photo : Radio-Canada Des rôles au cinéma
      La comédienne fera une vingtaine d'apparitions au cinéma. Elle sera notamment de Deux femmes en or, de Claude Fournier, en 1970, et de Kamouraska, de Claude Jutra, en 1973. Plus récemment, on a pu la voir dans Congorama, de Philippe Falardeau, en 2006, et dans Route 132, de Louis Bélanger, en 2010.
       
      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/804818/biographie-janine-sutto-comedienne-long-parcours-femme-diversite-impressionnante
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×