Aller au contenu
  1. UnPeuPlusLoin

    UnPeuPlusLoin

  • Contenu similaire

    • Par kayette917
      ⁉️ hello la communauté,
       
      J'ai été sélectionnée la semaine passée par RSQ recrutement santé Québec et à l'issue de l'entretien j'ai signé un contrat avec un hôpital à Baie-St-Paul.
       
      Pas de précision sur le salaire ou la nature des taches à effectuer, bon je suis infirmière donc je connais mon job.
       
      Mais voilà je me pose des questions, existentielles quand même à savoir si je vais donner suite ou pas.
       
      Le secteur est assez touristique mais isolé tout de même, mon mari va avoir très, très difficile de trouver un job dans son domaine, il est dans l'industriel, et je me demande ce à quoi je dois m'attendre pour éviter de me faire avoir, quelles assurance dois-je prendre ou pas, je sais que je ne peux pas emporter mes voitures, j'essaie de me renseigner sur le coût de la vie, j'ai regardé pour me loger, sachant que nous sommes 2 adultes et nos deux fils, 7 et 14 ans, j'ai également 1 chien (pas très docile) et 3 chats, donc je suis perdue un peu.
      Quelqu'un pour m'éclairer ???

    • Par sunshinespike
      Bonjour à tous ! 
      J'essaye de trouver des réponses mais je reste tout de même un peu perdue :,)
      Je souhaiterai , d'ici l'année prochaine immigrer en Colombie britannique. J'ai un diplôme de management et j'ai eu plus de 2 ans d’expérience en tant qu'assistante manager. Je regarde les visas de travail mais peut on présenter un visa de travail pour la Colombie britannique sans faire partie des emplois prioritaires ? Je compte passer le tef , l'ielts et mettre de l'argent de coté mais je ne voudrais pas que tout ça soit inutile . Est ce que quand ils demandent "emploi spécialisé" c'est forcement ceux de la liste des emplois prioritaires ?
      Pour couper court à toutes les réponses que je vois venir de loin , j'ai déjà fais un PVT en 2014 à Montréal , cette option n'en n'est désormais plus une pour moi ^^.
      Pouvez vous me partager vos expériences ? Pour tout ceux qui ont immigré en CB , faisiez vous partie des emplois prioritaires ? L'avez vous fait seul ?
      En vous remerciant!
    • Par Raul_Pangea
      Bonjour everyone!

      Please excuse my lack of knowledge of votre beau language, I'm representing Pangea Pod Hotel, a new exciting project starting in the heart of Whistler Village.

      We're opening this summer and will be employing a decent number of workers, please feel free to apply.

      We are also keen to help you to get a working visa through one of the programs available (Francophone Mobility Program or Young Professionals)

      Feel free to contact me directly to apply or if you have any questions I could help you with at   r.bc@pangeapod.com

      Check us out!  www.pangeapod.com

      Merci!
    • Par immigrer.com
      La Vérif : Tentant, pour les inrmières françaises, de pratiquer au Québec?
       
      Publié le mardi 1 mai 2018 à 17 h 22
       
      Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau (https://ici.radiocanada.ca/nouvelle/1098339/penurie-inrmieres-etablissements-quebecois-recrutefrance) vers la France pour embaucher des infirmières.
       
      Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier.
       
      Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux
       
      Tout d’abord, le revenu. Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené une étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires.
       
      Résultat : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus. 
       
      Voir le reportage de Radio-Canada
       

       
      source : Radio-Canada
    • Invité
      Par Invité
      Bonjour,
       
      J'ai 25 ans,resident permanent et j'aimerai apprendre l'anglais. Je suis actuellement au quebec, mais j'aimerai une immersion totale. 
      Pour cela j'aimerai aller vers l'ouest : colombie britannique, yukon ou alberta.
       
      Le probleme c'est que mon niveau est plutot moyen, et je m'adresse a vous si vous avez des astuces, des solutions, comment vous avez reussi a immigrer dans une province anglophone sans bien parler la langue.
       
      J'ai deja pensé a plusieurs solutions :
       
      - m'inscrire a l'université en tant qu"audit" dans un programme peu importe. Audit permet generalement de passer outre les pre requis comme la langue pour moi, mais n'autorise pas a passer l'examen final donc pas de diplome.
       
      - trouver un emploi, mais difficile a distance, et difficile de trouver un emploi quand la langue est l'anglais obligatoire.
       
      - Faire du wwoofing, mais cela ne m'arrange pas car j'ai pleins d'affaires que j'aimerai emmener avec moi.
       
      - Plan ultime : Trouver une copine anglaise ( mais a distance c'est impossible )  
       
      Voila, je suis a recherche d'autres solutions si vous avez des pistes je suis preneur. Et ca pourrai aider d'autres personnes j'en suis sur.
       
      Ou et comment apprendre l'anglais dans une province anglophone ? tel est la question 
       
    • Par immigrer.com
      Les besoins en infirmières sont criants, là n’est pas la question. Ainsi, même si le Centre hospitalier universitaire de Québec calcule qu’il aura besoin de 350 à 400 infirmières au cours de l’année, il n’embauche plus à l’étranger.
       
      «C’est trop compliqué», laisse tomber Geneviève Dupuis, porte-parole du CHU de Québec et de l’Université Laval, qui comprend tous les hôpitaux de la ville à l’exception de l’hôpital Laval. «Les règles d’immigration et les règles syndicales sont complexes. Et ça coûte cher, au moins 5000 $ par infirmière.»
      On a donc décidé de tirer un trait sur cette option. «Nous ne faisons plus de mission de recrutement à l’étranger depuis quelques années. On a déjà participé, et ça n’a pas toujours été de bonnes expériences.»
      Pour embaucher une infirmière de l’étranger, un hôpital doit d’abord lui offrir un stage rémunéré de 75 jours en soins aigus, une exigence de l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec. Le stage doit être assorti d’une garantie d’emploi. «Même si ça ne fait pas l’affaire, on est obligés de l’engager.»
      On préfère donc fermer la porte à tout le monde. «On aime mieux ne pas faire miroiter d’emplois.»
      Pourtant, de l’autre côté de l’Atlantique, la province cherche activement des infirmières par l’entremise de Recrutement Santé Québec, qui se trouvait justement à Paris à la fin novembre pour convaincre des candidates de venir prêter main-forte aux travailleurs de la santé.
      Ce qui ne semble pas être clair, c’est qu’on n’embauche pas partout.
      Si la filière française est fermée depuis deux ans pour les infirmières, elle reste toutefois ouverte pour d’autres postes à combler. «Ça nous arrive d’embaucher des pathologistes, des ingénieurs.»
      Avec les mêmes règles d’immigration. 
      Des règles jugées trop complexes quand il s’agit des infirmières. «Les stages, c’est extrêmement complexe, a insisté plusieurs fois Geneviève Dupuis. Ça devient très difficile de recruter comme ça.»
       
      Suite et source
    • Par aliyah
      Bonjour,

      je suis infirmière bachelière diplômée en Belgique vivant à Montréal. J'attends la réponse de l'OIIQ concernant mon dossier...C'est long d'attendre....
      Je voulais savoir si des infirmières belges étaient ou ont été dans le même cas que moi ?
      Savez-vous quel est notre devenir au Québec ? Stages ? Reprise des études ? Vais-je être reconnue infirmières "technicienne" ou "clinicienne" ?
       
      Merci d'avance.
       
    • Par lululatrotteuse
      Bonjour, je suis infirmière française et je travaille depuis trois ans au Québec. Je cherche des infirmières qui auraient fait le choix de partir exercer au Canada anglophone mais plus précisément en Ontario. Avez vous dû passer un examen? L'enregistrement a l'OIIQ est il suffisant? Merci
    • Par Wither
      Bonjour ou bonsoir à tous et à toutes, en fonction de l'heure.
       
      Voilà, mon copain et moi nous songeons de plus en plus à nous installer au Québec (nous avons tous les deux 19 ans), mais cela une fois nos études terminées. Cette année je vais passer les concours afin de devenir infirmière en France et, je voulais savoir s'il y avait une équivalence ou si je devais refaire des années d'études une fois là-bas ? Je vous avouerai que j'ai fait plusieurs recherches mais je me suis plus embrouillée qu'autre chose, c'est pour cela que je préfère créer un nouveau sujet. J'en profite aussi pour me renseigner pour mon fiancé : ce dernier entame sa 1ère année de BTS MUC en alternance (Management des Unités Commerciales), est-ce que ce diplôme possède une équivalence au Québec ou bien devra-t-il repasser des études et si oui, à quel prix environ ?
       
      Sinon, le métier d'infirmière praticienne m'attire énormément et j'aimerais savoir quelles études dois-je suivre, leur coût et surtout, si cela est possible.
       
      Deuxième question et pas des moindres, quels papiers devons-nous obtenir pour être considérés comme des immigrés et travailler de façon permanente ? 
       
      Merci d'avance pour vos réponses et je vous souhaite une très bonne journée/soirée !
       
    • Par PaulineQ
      Bonjour à toutes et à tous ! 
       
      Petite présentation rapide, je débute actuellementma troisième et dernière année de formation en école d'infirmiere en France. Je souhaite depuis aussi longtemps que je me souvienne venir m'installer au Quebec pour de nombreuses raisons. J'ai quand même fais mes études en France, choisis un métier qui me plaît, sans avoir vraiment fais attention aux conditions d'immigrations liées à mon diplôme. Puis en 2013, l'arrangement France-Quebec, etc, la suite on la connait
       
      Depuis le début de ma formation, je me renseigne régulièrement sur l'évolution des démarches à effectuer et des conditions à respecter pour demander l'immigration. L'année dernière j'ai entendu parlé du Salon Recrutement Santé Quebec, avec tous les témoignages de personnes satisfaites qui en découlaient. Seulement aujourd'hui, plus mon diplôme approche, plus je suis perdue dans les informations. 
       
      Alors faisons comme si je ne connais rien au sujet et reprenons par les bases. 
       
      - Quelles sont les conditions pour immigrer au Quebec lorsque on sera, comme moi en Juillet 2017, jeune diplômée Infirmière ?
      - Combien de temps prennent les démarches ?
      - Quels sont les organismes à contacter ?
      - Combien coute environ la totalité des démarches d'immigration ?
      - Dans quel sens faire : trouver un travail puis poser une candidature d'immigration (et dans ces cas là, par quels biais trouver cet emploi) ou alors déposer une candidature puis chercher du travail ?
       
      Toutes les informations sont bonnes à prendre, et des récits d'expériences tout autant 
       
      C'est vraiment un projet qui me tiens à coeur depuis longtemps pour de nombreuses raisons, dont personnelles et professionnelles, je souhaite profondément le réaliser et toute l'entraide qu'il y a autour de ce rêve partagé est vraiment un moteur pour moi mais aussi pour beaucoup d'autres je pense.
       
      Je remercie ceux qui prendront le temps de me lire, de me répondre ou d'apporter leur petite pierre à l'édifice  Je suis certaine que vous n'aiderez pas que moi héhé
       
      Pauline.
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles