Aller au contenu

Messages recommandés

Salut la gang,

Je voudrais apporter un témoignage positif à ceux qui cherchent un emploi ......
Le 25 janvier 2013, j'ai terminé mes études pour l'obtention d'un secondaire 5, à la suite de cela je suis allé mener mon attestation de fin de cours à une grosse compagnie auprès de laquelle j'avais postulé et ou il manquait juste un secondaire 5 pour etre embauché.
A partir de la s'en vient une longue période de désilusion, car il a fallu reprendre le processus d'embauche au complet, alors qu'il ne manquait qu'un diplome et une visiste médicale.
Bref, pendant 1 mois je refais tout le processus, pour qu'a la visite médicale on me dise que mon profil ne correspond plus au critères du poste bla bla bla bla....je passe sur les détails ....

Au lendemain du courrier reçu, je me mets à chercher du travail, je refais mon c.v, je commence à faire un tri des annonces et je fais mon plan de route pour le lendemain sur le terrain.
Entre temps, je contacte un employeur qui me donne rdv justement le lendemain sur Montréal pour apporter des docs et me proposer de la job en tant que truck driver.

Nous voila au lendemain, je me rend comme convenu sur Montréal, je vais voir la personne en question et la, questionnaire à remplir, tests video pour savoir si tu sais conduire un truck, ( c'est vrai qu'une video ça va te faire voir si le chauffeur va écraser toute une file de voiture sur sherbrooke, et si il sait passer les vitesses.......)
Enfin bref, je finis par finir le test et il me dit je t'appelle des que j'ai du job....
En rentrant a la maison, je m'arrete vers st jean baptiste, je savais qu'il y avait pas mal de transporteurs dans se coin, et apres avoir déposé 2 cv, je m'arrete au dernier transporteur rentre dans la cour, regarde l'état des truck des trailers, je me dis que c'est pas bien brillant, je vais pour repartir, pis je doute et je me dis que je risque rien de déposer un cv et de voir si il embauche...

Je me gare, je me dirige vers l'édifice, je trouve pas la porte d'entrée je cherche encore rien, pis je vois sur le coté une petite porte en acier marqué répartition.
Je tire et rentre, pis je monte un grand escalier, je tourne, je ne vois rien pas de bureau pas d'humain enfin bref je pense etre tombé dans un guétapant....

Je continue, pis en tournant encore je vois une porte entre ouverte avec de la lumière, j'avance et la je vois une pitoune 5 pieds 2 pouces....
On se salut et je lui dis: bonjour je suis un criss de français et je cherche de la job en tant trucker classe 1, auriez vous cela a m'offrir ?

Tout dessuite la pitoune se met a rire, une dame tres simple et d'une gentillesse incroyable, et elle me demande se que je cherche comme emploi exactement et si j'ai de l'expérience....
Je lui donne mes docs, je lui explique un peu mon parcours et la je vois que mon accent est ravageur, je sens qu'il se passe quelque chose, elle est en train de craquer pis elle me propose un emploi de soir comme je le veux, biensur il faut d'abord faire le road test et vérifier mes références...On en reste qu'elle me dit je vous appelle des que j'ai pu m'organiser et voir comment je peux vous placer dans mon équipe...

Cela tarde pas aussitot rentré chez moi, le tel sonne, c'est elle, elle veut me voir demain matin a 11.00 pour le road test, et la je lui dit que je ne peux pas, je dois mener mon fils chez le spécialiste pour son handicap, bref elle doit me rappaller......
Une heure apres elle rappelle, elle me demande si je peux venir une heure plus tard je lui dis encore non, j'avais vraiment peur qu'elle se fache et qu'elle croye que je n'avais pas envie de travailler, que mon tour de guignol allait me gacher la partie....

Finalement, la dame me rappelle en fin d'apres midi pour me donner un rdv pour le lendemain matin, et la je lui dis qu'il n'y a pas de problemes j'y serais, bon il a fallu que je décommande 2 rdv mais bon c'est pas grave ça à l'air d'accrocher....
Le lendemain c'est le road test, cela fait un an que j'ai pas conduit, puisque j'étais aux études, et le criss de français ne la ramene pas face au formateur qui va le juger et décider de vie ou de mort sur moi....

Finalement, apres etre passé a une lumière jaune, avoir fait grincher la boite a plusieurs reprises, le gars me dit que dans l'ensemble je me suis bien débrouillé et qu'il va faire son rapport a la patronne, elle me rappellera pour me donner sa décision....
Le lendemain matin soit samedi, la pitoune appelle pour me demander si je serais d'accord de travailler pour son entreprise .....
Donc lundi je serais a nouveau chauffeur pour une nouvelle compagnie....

Moralité de l'histoire, n'ayez pas de préjugés, n'hésitez pas a vous affirmez et a faire votre place dans le traffic comme le dit si bien Cabrel, osez, demandez, essayez, vous gagnerez tot ou tard votre pain quotidien et vous pardonnerez a ceux qui vous ont offensé.....loool

Il y a de la place pour tout le monde, ne perdez pas de temps à vous poser des questions ou vous fâcher après votre société d'accueil, apprenez les codes, usez d'humour ils adorent cela, soyez dérisoire face a vous meme, les québécois apprecient les gens qui savent rire d'eux meme....

Piwi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Bravo couzin ! C'est clair que ton humour est partagé !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bravo Piwi pour ton emploi. Et bonne chance par la suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
:) Envoyé par l'application mobile Forum IC

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La pitoune? Pardon ?

pitoune, c'est une belle femme..

mais sinon, pourquoi dire 'criss de français'? on dit pas ça .. on dit maudit français, mais criss.. non..

en tout cas, félicitations pour le travail!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non désolée Pitoune n'est pas un mot avec une connotation positive...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non désolée Pitoune n'est pas un mot avec une connotation positive...

pourtant oui.. c'est une belle femme habillée sexy. après oui, ça sonne vulgaire comme mot et j'ai jamais entendu un gars le dire. c'est plus les gars mal élevé qui vont le dire j'imagine..

pitoune n'est pas non plus un synonyme de pute..

Modifié par Automne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non désolée Pitoune n'est pas un mot avec une connotation positive...

D'accord avec toi, une pitoune est un terme désobligeant presque une femme facile! De plus criss de français cela se dit..... mais alors la personne est encore pire qu'un maudit français.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ça dépend de qui ça vient et le contexte.

Ici ça veut simplement dire qu'il la trouve belle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est la première fois que je prends part au forum depuis mon inscription, mais je voulais simplement dire bravo à Piwi, j'apprécie beaucoup ton côté positif et combatif et je te dis bon courage et bonne chance !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca fait plaiz de lire ça, mon petit Piwi :) Ca me rassure dans mes démarches, j'espère vivre une story de même !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut la gang,

Je voudrais apporter un témoignage positif à ceux qui cherchent un emploi ......

Le 25 janvier 2013, j'ai terminé mes études pour l'obtention d'un secondaire 5, à la suite de cela je suis allé mener mon attestation de fin de cours à une grosse compagnie auprès de laquelle j'avais postulé et ou il manquait juste un secondaire 5 pour etre embauché.

A partir de la s'en vient une longue période de désilusion, car il a fallu reprendre le processus d'embauche au complet, alors qu'il ne manquait qu'un diplome et une visiste médicale.

Bref, pendant 1 mois je refais tout le processus, pour qu'a la visite médicale on me dise que mon profil ne correspond plus au critères du poste bla bla bla bla....je passe sur les détails ....

Au lendemain du courrier reçu, je me mets à chercher du travail, je refais mon c.v, je commence à faire un tri des annonces et je fais mon plan de route pour le lendemain sur le terrain.

Entre temps, je contacte un employeur qui me donne rdv justement le lendemain sur Montréal pour apporter des docs et me proposer de la job en tant que truck driver.

Nous voila au lendemain, je me rend comme convenu sur Montréal, je vais voir la personne en question et la, questionnaire à remplir, tests video pour savoir si tu sais conduire un truck, ( c'est vrai qu'une video ça va te faire voir si le chauffeur va écraser toute une file de voiture sur sherbrooke, et si il sait passer les vitesses.......)

Enfin bref, je finis par finir le test et il me dit je t'appelle des que j'ai du job....

En rentrant a la maison, je m'arrete vers st jean baptiste, je savais qu'il y avait pas mal de transporteurs dans se coin, et apres avoir déposé 2 cv, je m'arrete au dernier transporteur rentre dans la cour, regarde l'état des truck des trailers, je me dis que c'est pas bien brillant, je vais pour repartir, pis je doute et je me dis que je risque rien de déposer un cv et de voir si il embauche...

Je me gare, je me dirige vers l'édifice, je trouve pas la porte d'entrée je cherche encore rien, pis je vois sur le coté une petite porte en acier marqué répartition.

Je tire et rentre, pis je monte un grand escalier, je tourne, je ne vois rien pas de bureau pas d'humain enfin bref je pense etre tombé dans un guétapant....

Je continue, pis en tournant encore je vois une porte entre ouverte avec de la lumière, j'avance et la je vois une pitoune 5 pieds 2 pouces....

On se salut et je lui dis: bonjour je suis un criss de français et je cherche de la job en tant trucker classe 1, auriez vous cela a m'offrir ?

Tout dessuite la pitoune se met a rire, une dame tres simple et d'une gentillesse incroyable, et elle me demande se que je cherche comme emploi exactement et si j'ai de l'expérience....

Je lui donne mes docs, je lui explique un peu mon parcours et la je vois que mon accent est ravageur, je sens qu'il se passe quelque chose, elle est en train de craquer pis elle me propose un emploi de soir comme je le veux, biensur il faut d'abord faire le road test et vérifier mes références...On en reste qu'elle me dit je vous appelle des que j'ai pu m'organiser et voir comment je peux vous placer dans mon équipe...

Cela tarde pas aussitot rentré chez moi, le tel sonne, c'est elle, elle veut me voir demain matin a 11.00 pour le road test, et la je lui dit que je ne peux pas, je dois mener mon fils chez le spécialiste pour son handicap, bref elle doit me rappaller......

Une heure apres elle rappelle, elle me demande si je peux venir une heure plus tard je lui dis encore non, j'avais vraiment peur qu'elle se fache et qu'elle croye que je n'avais pas envie de travailler, que mon tour de guignol allait me gacher la partie....

Finalement, la dame me rappelle en fin d'apres midi pour me donner un rdv pour le lendemain matin, et la je lui dis qu'il n'y a pas de problemes j'y serais, bon il a fallu que je décommande 2 rdv mais bon c'est pas grave ça à l'air d'accrocher....

Le lendemain c'est le road test, cela fait un an que j'ai pas conduit, puisque j'étais aux études, et le criss de français ne la ramene pas face au formateur qui va le juger et décider de vie ou de mort sur moi....

Finalement, apres etre passé a une lumière jaune, avoir fait grincher la boite a plusieurs reprises, le gars me dit que dans l'ensemble je me suis bien débrouillé et qu'il va faire son rapport a la patronne, elle me rappellera pour me donner sa décision....

Le lendemain matin soit samedi, la pitoune appelle pour me demander si je serais d'accord de travailler pour son entreprise .....

Donc lundi je serais a nouveau chauffeur pour une nouvelle compagnie....

Moralité de l'histoire, n'ayez pas de préjugés, n'hésitez pas a vous affirmez et a faire votre place dans le traffic comme le dit si bien Cabrel, osez, demandez, essayez, vous gagnerez tot ou tard votre pain quotidien et vous pardonnerez a ceux qui vous ont offensé.....loool

Il y a de la place pour tout le monde, ne perdez pas de temps a vous poser des questions ou vous facher apres votre société d'accueuil, apprenez les codes, usez d'humour ils adorent cela, soyez dérisoire face a vous meme, les québécois apprecient les gens qui savent rire d'eux meme....

Piwi.

bravo je suis content pour vous

j'était chauffeur routier en france avant de rejoindre ma femme ici au québec je cherche quelques info pour reprendre mon métier ici au Québec

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bravo beau témoignage et tellement agreable a lire, felicitations pour ta perseverance !

bonne continuation :-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bravo beau témoignage et tellement agreable a lire, felicitations pour ta perseverance !

bonne continuation :-)

Merci beaucoup.....

Salut la gang,

Je voudrais apporter un témoignage positif à ceux qui cherchent un emploi ......

Le 25 janvier 2013, j'ai terminé mes études pour l'obtention d'un secondaire 5, à la suite de cela je suis allé mener mon attestation de fin de cours à une grosse compagnie auprès de laquelle j'avais postulé et ou il manquait juste un secondaire 5 pour etre embauché.

A partir de la s'en vient une longue période de désilusion, car il a fallu reprendre le processus d'embauche au complet, alors qu'il ne manquait qu'un diplome et une visiste médicale.

Bref, pendant 1 mois je refais tout le processus, pour qu'a la visite médicale on me dise que mon profil ne correspond plus au critères du poste bla bla bla bla....je passe sur les détails ....

Au lendemain du courrier reçu, je me mets à chercher du travail, je refais mon c.v, je commence à faire un tri des annonces et je fais mon plan de route pour le lendemain sur le terrain.

Entre temps, je contacte un employeur qui me donne rdv justement le lendemain sur Montréal pour apporter des docs et me proposer de la job en tant que truck driver.

Nous voila au lendemain, je me rend comme convenu sur Montréal, je vais voir la personne en question et la, questionnaire à remplir, tests video pour savoir si tu sais conduire un truck, ( c'est vrai qu'une video ça va te faire voir si le chauffeur va écraser toute une file de voiture sur sherbrooke, et si il sait passer les vitesses.......)

Enfin bref, je finis par finir le test et il me dit je t'appelle des que j'ai du job....

En rentrant a la maison, je m'arrete vers st jean baptiste, je savais qu'il y avait pas mal de transporteurs dans se coin, et apres avoir déposé 2 cv, je m'arrete au dernier transporteur rentre dans la cour, regarde l'état des truck des trailers, je me dis que c'est pas bien brillant, je vais pour repartir, pis je doute et je me dis que je risque rien de déposer un cv et de voir si il embauche...

Je me gare, je me dirige vers l'édifice, je trouve pas la porte d'entrée je cherche encore rien, pis je vois sur le coté une petite porte en acier marqué répartition.

Je tire et rentre, pis je monte un grand escalier, je tourne, je ne vois rien pas de bureau pas d'humain enfin bref je pense etre tombé dans un guétapant....

Je continue, pis en tournant encore je vois une porte entre ouverte avec de la lumière, j'avance et la je vois une pitoune 5 pieds 2 pouces....

On se salut et je lui dis: bonjour je suis un criss de français et je cherche de la job en tant trucker classe 1, auriez vous cela a m'offrir ?

Tout dessuite la pitoune se met a rire, une dame tres simple et d'une gentillesse incroyable, et elle me demande se que je cherche comme emploi exactement et si j'ai de l'expérience....

Je lui donne mes docs, je lui explique un peu mon parcours et la je vois que mon accent est ravageur, je sens qu'il se passe quelque chose, elle est en train de craquer pis elle me propose un emploi de soir comme je le veux, biensur il faut d'abord faire le road test et vérifier mes références...On en reste qu'elle me dit je vous appelle des que j'ai pu m'organiser et voir comment je peux vous placer dans mon équipe...

Cela tarde pas aussitot rentré chez moi, le tel sonne, c'est elle, elle veut me voir demain matin a 11.00 pour le road test, et la je lui dit que je ne peux pas, je dois mener mon fils chez le spécialiste pour son handicap, bref elle doit me rappaller......

Une heure apres elle rappelle, elle me demande si je peux venir une heure plus tard je lui dis encore non, j'avais vraiment peur qu'elle se fache et qu'elle croye que je n'avais pas envie de travailler, que mon tour de guignol allait me gacher la partie....

Finalement, la dame me rappelle en fin d'apres midi pour me donner un rdv pour le lendemain matin, et la je lui dis qu'il n'y a pas de problemes j'y serais, bon il a fallu que je décommande 2 rdv mais bon c'est pas grave ça à l'air d'accrocher....

Le lendemain c'est le road test, cela fait un an que j'ai pas conduit, puisque j'étais aux études, et le criss de français ne la ramene pas face au formateur qui va le juger et décider de vie ou de mort sur moi....

Finalement, apres etre passé a une lumière jaune, avoir fait grincher la boite a plusieurs reprises, le gars me dit que dans l'ensemble je me suis bien débrouillé et qu'il va faire son rapport a la patronne, elle me rappellera pour me donner sa décision....

Le lendemain matin soit samedi, la pitoune appelle pour me demander si je serais d'accord de travailler pour son entreprise .....

Donc lundi je serais a nouveau chauffeur pour une nouvelle compagnie....

Moralité de l'histoire, n'ayez pas de préjugés, n'hésitez pas a vous affirmez et a faire votre place dans le traffic comme le dit si bien Cabrel, osez, demandez, essayez, vous gagnerez tot ou tard votre pain quotidien et vous pardonnerez a ceux qui vous ont offensé.....loool

Il y a de la place pour tout le monde, ne perdez pas de temps a vous poser des questions ou vous facher apres votre société d'accueuil, apprenez les codes, usez d'humour ils adorent cela, soyez dérisoire face a vous meme, les québécois apprecient les gens qui savent rire d'eux meme....

Piwi.

bravo je suis content pour vous

j'était chauffeur routier en france avant de rejoindre ma femme ici au québec je cherche quelques info pour reprendre mon métier ici au Québec

Si je peux partager mon expérience avec toi cela me fera plaisir....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

UN GRAND BRAVO PIWI !!!!!!!!!!!! :thumbsup::rolleyes::yahoo::good:

C'est génial tout çà et je suis vraiment contente pour toi, ta persévérance a fini par être payante. Tu n'as pas baissé les bras malgré les difficultés et c'est super !

Bonne chance pour ce job ... :smile::wub2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

La pitoune c'est comme la Poutine c'est une spécialité délicieuse du Québec lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Piwi,

Voici deux bon mois que je me renseigne de droite de gauche sur different sites officiels pour immigrer et continuer au Canada mon métier de chauffeur Routier. Or je me trouve un peu désorienté par le statut d'immigrant que dois adopter..

Car il va sans dire qu'il va me falloir passer le permis C1. Et c'est là que se situe le noeud du problème... :blink2: D'un côté,on me dit qu'il faut que je prevoit plusieurs mois de formations,donc statut d'etudiant. Pour apprendre ensuite qu'avec une RAC ça devrais être faisable et plus court,mais que je ne serais que chauffeur apprenti C1...!! Bref j'en perd un peu mon latin.. car je ne peux ni ne veux tirer le mauvais bout pour dénouer cette pelote..Donc si tu pouvait un peu éclairer mes lanternes sur cette question, ce serais super sympa de ta part :thumbsup:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Piwi,

Voici deux bon mois que je me renseigne de droite de gauche sur different sites officiels pour immigrer et continuer au Canada mon métier de chauffeur Routier. Or je me trouve un peu désorienté par le statut d'immigrant que dois adopter..

Car il va sans dire qu'il va me falloir passer le permis C1. Et c'est là que se situe le noeud du problème... :blink2: D'un côté,on me dit qu'il faut que je prevoit plusieurs mois de formations,donc statut d'etudiant. Pour apprendre ensuite qu'avec une RAC ça devrais être faisable et plus court,mais que je ne serais que chauffeur apprenti C1...!! Bref j'en perd un peu mon latin.. car je ne peux ni ne veux tirer le mauvais bout pour dénouer cette pelote..Donc si tu pouvait un peu éclairer mes lanternes sur cette question, ce serais super sympa de ta part :thumbsup:

Tu veux pas ouvrir un post rien que pour toi stp :flowers:

FAut d'abord voir si tu es admissible pour un visa .... Et ca ca ne m'a pas l'air gagné.

Modifié par claire682

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mille excuses,je ne suis pas un grand habitué des forums.. :blush2: cependant,puisque Piwi parlais de son experience de chauffeur cela ne me semblais pas hors sujet que de lui demander quelques précisions..

Pour ce qui est du Visa,je ne dis pas que c'est dans la poche..Mais qu'est ce qui te permet de dire que ce n'est pas gagné ? Serais tu voyante,ou aurais tu des infos que j'ignore :db:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Bahtey01
      Je suis caissière, est-ce que j'ai une chance ? De quel justificatif ai-je besoin ? Merci 
    • Par smato
      Comment postuler à un poste au Québec depuis la France ?
      A ceux qui ont déjà fait cela: comment faire? je veux dire : moi j’ai du mal me voir envoyer ma candidature pour une offre d’emploi en disant :’ je vis en France, mais je serais dans à peu près 9 mois à Québec, et c’est moi que vous devez embaucher ? ..j’ironise’
      Sérieusement, comment postuler et dire que nous sommes dans une démarche d’immigration ? 
      Merci à vous tous
    • Par immigrer.com
      [ENQUÊTE] Des chercheurs d’emplois floués par une agence montréalaise
      Par Camille Lopez
       
      Convaincus d’avoir été floués, plusieurs jeunes et nouveaux arrivants se sont tournés vers les médias sociaux pour dénoncer la «fraude» dont ils se disent victimes: une formation vendue par une agence de recrutement d’employés en restauration. L’enquête de Métro a révélé que cette entreprise a recours à des techniques d’hameçonnage pour tirer profit de gens sans expérience à la recherche d’un emploi.
      «On m’a vendu du rêve»
      Mikaël* vit à Montréal depuis quelques mois. En janvier dernier, sur le site de petites annonces Emplois Resto Montréal, il tombe sur une offre d’emploi alléchante: un établissement recherche des «barmans, busboys ou serveuses» «avec ou sans expérience» et promet un «salaire très compétitif».
      Tenté par cette annonce puisqu’il n’a aucune expérience en restauration, le nouvel arrivant pose sa candidature et est rapidement convoqué en entrevue. Toutefois, ce n’est pas un propriétaire de restaurant ou un gérant de bar qui lui répond mais bien le Mentoring Service for Small and Medium Businesses of Canada (MSMB), une agence de placement en restauration créée par Simon Primeau et Guillaume Giraud en novembre 2016. «Ç’a été ma première surprise: je m’attendais à [faire affaire avec] un établissement», a relaté Mikaël à Métro.
      Sous un nom d’emprunt, Métro a répondu à une annonce similaire, trouvée au hasard. Moins de 24 heures plus tard, l’agence a répondu et transmis une convocation pour une entrevue dans ses bureaux situés à l’Atrium Le 1000. Au moment de mettre sous presse, l’offre était toujours sur le site.
       

      L’annonce du site Emplois Resto Montréal à laquelle Métro a répondu. 
       
      Métro a rencontré plusieurs anciennes recrues du MSMB. Leur histoire est toujours la même. Lors de l’entrevue initiale, les candidats apprennent rapidement qu’il n’y a pas nécessairement d’emploi qui les attend. La raison de leur convocation est moins alléchante que l’offre publiée sur internet: on leur propose une place dans l’agence.
      Le MSMB propose à ses candidats de faire partie d’une banque d’employés où plusieurs établissements viennent recruter du personnel. Contrairement aux autres services similaires, cette entreprise ne prend pas de pourcentage sur le salaire des candidats recrutés à l’aide de ses services.
      Alors, d’où proviennent les revenus? La réponse, qui se trouve sur le contrat signé par tous les candidats du MSMB, est plutôt floue: «Je reconnais que MSMB Canada reçoit des revenus de diverses sources pour ses activités de placement de personnel. Ces revenus peuvent, entre autres, provenir des employeurs clients, des candidats et des écoles spécialisées directement et indirectement liés à l’administration de MSMB Canada.»
      Les employés du MSMB font ensuite savoir aux candidats que leur profil convient parfaitement à l’entreprise. Dans chaque cas, on leur dit qu’une fois placés dans un établissement, ils pourraient gagner «au moins 200$ en pourboires» chaque jour.
      Il y a toutefois un «petit problème» avec les candidatures des personnes à qui Métro a parlé: leur manque d’expérience. On leur propose alors une offre «qu’ils ne peuvent pas refuser»: une formation pour compenser. S’ils refusent, ils ne pourront pas se joindre au MSMB. Le cours en ligne coûte un peu plus de 300$.
       
      suite et source
       
    • Par JSmith
      Salutations,
       
      Nous cherchons un planificateur stratégique à Montréal pour une agence de publicité de premier plan. Notre client souhaite recruter des stratèges talentueux venus de France qui souhaite s’installer à Montréal. Idéalement en train d'obtenir leur permis ou peut-être déjà les avoir.
       
      S'il vous plaît partager avec votre réseau ou si vous avez des recommandations, je l'apprécierais grandement.
       
      La clientèle est B2B, professionnelle et intellectuelle. Des compétences supérieures en communication, la capacité de lier un portefeuille de produits et de dissocier le complexe de la simplicité sont essentielles. La personne doit être bilingue.

      L'agence est sur une courbe de croissance ascendante et le rôle relève du PDG.

      Très sincèrement,
       
      Jill Smith 
    • Par thedaviddias
      Après avoir lu beaucoup de témoignages de personnes déménageant au Canada, ayant des regrets et faisant le choix de repartir après, je me devais d'aussi partager mon vécu qui est certainement bien plus positif et encourageant.
       
      Chaque personne est différente, et chaque expatriation l'est aussi. Venir m'installer au Canada, en juin 2018 a beau être ma 3ème expatriation à l'étranger (Brésil, Île Maurice), cette dernière a été très différente des autres.
       
      C'est en octobre 2014 que je posais les pieds au Canada pour la première fois. J'étais venu passé quelques jours avec ma petite amie de l'époque à Toronto, puis à Montréal. Et c'est à ce moment que je suis tombé amoureux de Toronto. Je ne saurais vraiment expliquer quoi en particulier, mais l'ambiance, l'atmosphère m'avait vraiment plu.
       
      Dès mon retour en France, j'ai commencé à faire les recherches classiques: PVT, Visa etc... Alors âgé de 30 ans, le PVT me semblait la solution la plus simple. Je tente alors le PVT en 2015, c'était l'année avant le début des tirages au sort, là où il fallait se connecter à une certaine heure et espérer passer les milliers de connexions simultanées sur les serveurs du CIC. Autant vous dire que je n'ai pas eu de chance. Dans le même temps, voici que ma boîte à Paris me propose de travailler pour un contrat de 2 ans à l'Île Maurice. Ce n'était pas du tout dans mes plans, mais je me suis dis que ce serait une expérience de plus et qu'après il me serait toujours possible de tenter le coup pour le Canada. Me voilà donc parti pour 2 ans sur une superbe île, je vous l'avoue, mais il était pour moi hors de question d'abonner mon project de départ au Canada.
       
      Dès mon arrivée à l'Île Maurice, je changea ma ville et pays sur LinkedIn pour y mettre "Canada, Toronto". Cela me permettrait de recevoir des propositions de travail et d'avoir une idée du marché. Il me suffisait simplement de répondre aux recruteurs que c'était un projet d'expatriation en cours et ça passerait. Et puis un jour, un français, que j'avais rencontré à l'Île Maurice pendant un court passage, me dis qu'il vient de recevoir une proposition de travail et qu'il part s'installer à Toronto. C'est alors que j'entends parler du "Programme Mobilité Francophone" pour la première fois. Je me demandais comment j'avais pu louper ça.
       
      Travaillant en tant que web développeur (Front-End pour les initiés), j'ai toujours su que mon métier est en constante demande, mais j'avais du mal à savoir comment cela pourrait-il m'aider. J'ai donc commencé à faire des recherches sur ce programme francophone et découvre que la seule condition est d'avoir une proposition de travail. Une proposition de travail, payer les frais d'environ 200 dollars et attendre pour recevoir le permis de travail. Ce programme visant les francophones qui souhaitent s'installer en dehors du Québec, c'était exactement ce qu'il me fallait.
       
      Quelques mois avant mon départ de Maurice, je décide de commencer à contacter certaines entreprises pour les convaincre de me faire passer un entretien et les rassurer sur les démarches, alors non couteuses pour eux. Après quelques entretiens par Skype je décide avec ma femme, à venir passer un mois sur place, à Toronto pour voir ces recruteurs en personne.
       
      Nous quittons alors Maurice (mon contrat était terminé), passons quelque temps en France (Espagne, Portugal) avec mes parents et nous voilà avec un billet aller-retour d'un mois pour Toronto. Nous avions alors décidé de prendre un cours d'anglais à l'Université de Toronto (English PLUS) pour qu'au cas où cela se passerait mal, nous puissions au moins dire que nous avions "gagné" quelque chose (et pas juste fait les touristes). Les entretiens se passent extrêmement bien et je me retrouve alors avec plusieurs propositions de travail sur les bras. Situation inespérée pour moi, j'avais du mal à réaliser la situation. Je me décide alors, contacte l'entreprise qui alors remplie un formulaire en ligne, paye les 200 dollars et me donne un numéro que j'allais, moi, utiliser pour transmettre tous mes documents au gouvernement Canadien.
       
      L'estimation pour recevoir mon "work permit" était alors de 4 semaines. Mais nous devions repartir dans 2. Confiant que tout aller bien se passer, nous repartons en France en attendant de revoir le fameux email disant que mon permis de travail était accepté. Je me rappellerai toujours, c'était un dimanche soir de juin 2018, mon cœur s'était emballé en voyant la provenance d'un certain email. Je me rappelle être en pleurs et prendre ma femme dans les bras. Après 4 ans, 2 tentatives de PVT, un déménagement à l'autre bout du monde, j'avais finalement réussi.
       
      Quelques jours après, nous étions à Toronto où je commençais mon nouveau travail.
       
      Après cela, le plus dur a été de trouver un appartement dans le centre de Toronto. Sans "credit history", c'est extrêmement compliqué. Et il était alors pas question d'aller vivre en périphérie. Même avec un extrait bancaire et un peu d'argent de côté, cela n'était pas suffisant. Heureusement, une française: Nelly de Breze (myhometoronto.com) a été d'une extrême patience et a su nous aider à trouver un superbe petit appartement downtown ($c 2150 par mois). 1 mois après, ma femme qui travaille aussi dans le web trouve un travail à 5 minutes de notre appartement (15 minutes à pied pour moi). Et je peux vous dire que nous sommes vraiment heureux de vivre enfin ici.
       
      Beaucoup me disaient que les Canadiens étaient froids... or ici à Toronto, j'ai pu faire la connaissance de plus de personnes que je n'imaginais. Peut-être parce qu'ici, beaucoup viennent des 4 coins du monde, et c'est sûrement l'un des charmes de Toronto. Vous finissez par apprendre autant sur vous que sur les autres, la culture et les expériences de vie. Nous avons des amis français, brésiliens, russes, belges, vietnamiens...
       
      S'expatrier pour la première fois, ce n'est jamais évident. On croit que l'herbe est plus verte ailleurs alors que c'est juste une réalité qui est différente. Il faut se préparer à remettre en question beaucoup de choses, sa perception de soi, du monde, de ces croyances etc... Mais pour moi, c'est justement en passant par tout ça qu'on gagne énormément. Sortir de sa zone de confort est une chose difficile et qui fait peur, mais pour moi, les rencontres que l'on peut faire suite à cela, est ce qui nous permet de grandir.
       
      Je ne sais pas si je vivrais pour toujours au Canada, mais si je le quitte ce sera parce que j'aurais quelque chose d'autre à vivre... dans un autre pays.
       
    • Par Laurent
      Radio-Canada prépare un reportage sur le portrait de l'immigration française au Canada. Cette journaliste aimerait s'entretenir avec un membre du site qui pourrait, à partir de l'expérience sur immigrer.com, parler de l’intérêt grandissant pour le Québec et le Canada. Cette personne peut être déjà installée au Québec ou être en France. 
      N'hésitez pas à répondre ici, mais communiquez vos informations personnelles par mon MP seulement, pas publiquement.

    • Par virg6700
      Je vous écris aujourd'hui pour partager mon expérience plutôt courte d'expatriation au Québec.?
      Je suis arrivée le 1er aout 2018 à Montréal avec un visa étudiant valable jusque fin mars 2020, pour démarrer une formation DEP secrétariat rive-sud Montréal en septembre 2018.
      Tout avait été soigneusement préparé avant notre départ, nous avions fait appel  à un organisme (AEQ)qui se chargeait de mon inscription (CAQ et visa étudiant) et simultanément de l'obtention du permis de travail ouvert pour mon mari et des visa visiteurs pour nos trois enfants.
      De notre côté, nous avions quitté nos emplois (secrétaire Mme et chauffeur poids lourd Mr), vendu notre maison, nos deux voitures et tous nos meubles. Nous partions seulement avec une vingtaine de cartons et Gatsby notre bouledogue français.
      Les "aurevoir" furent dans l'émotion, mais nous étions contents et impatients de découvrir notre nouvelle vie, notre nouveau chez-nous et notre nouvelle voiture.
      Et oui, parce que nous ne faisons pas les choses à moitié,  nous avions, à distance, acheté un condo côté rive-sud, non loin du pont Champlain, à 3 km de Montréal et réservé notre voiture (très peu de KM et casi neuve pour un prix compétitif)?
      Si vous vous demandez pourquoi nous avions acheté un condo ? la réponse est claire, les loyers côté rive-sud et Montréal sont hors de prix. Avec l'apport de notre maison, nous avions un condo pour seulement 700 $/mois contre 1500$/mois en location. Dans nos projets futurs, cet appartement aurait été un investissement locatif par exemple et nous aurions pu acheter une maison par la suite.
      Tous les contacts téléphoniques, que nous avions eu, nous confortaient dans le fait que les gens au Québec sont super gentils et très avenants.
      La banque, le notaire, l'agent immobilier ainsi que l'ancien propriétaire du condo, tous étaient super sympas, toujours présents pour rendre service ou te conseiller.
      Le vendeur du condo nous a même accueilli à l'aéroport avec son fils pour nous aider à transporter nos 7 valises et nous accompagner jusqu'à l'appartement avec le frigo rempli et une bonne bouteille de champagne au frais? qu'on a déguster sur notre balcon avec vue sur le St Laurent et Montréal….le rêve quoi 
      Vous n'imaginez pas le nombre de fois où j'ai eu les larmes de bonheur aux yeux, nous étions chez nous,  enfin … temporairement, puisque nous avions un visa valable jusque fin mars 2020.
      C'était l'euphorie, on ne regrettait pas notre choix .
      Notre arrivée était incroyable, la météo était au top, c'était l'été il faisait très chaud. On profitait pleinement des paysages, des  ballades jusque tard dans la nuit, et la journée de la piscine de notre résidence.
      Oui, l'eau est gratuite, donc les résidences ou les maisons sont toutes munies pour la plupart de piscine, un vrai plaisir de se baigner chez soi sous le soleil de plomb.
      L'appartement était donc très confortable, les meubles avait été réservés en ligne chez Ikea Boucherville , livrés 48h après notre arrivée. 
      Concernant la voiture, aucun regret sur notre achat à distance, le vendeur ne m'avait pas raconté d'histoire, la voiture sentait le neuf, pas une bosse, pas une griffe, magnifique mon Dodge Journey ?
      Et puis nous avons commencé à entreprendre les recherches d'emploi pour mon mari, il n'était pas exigent, il recherchait dans le domaine de la production et voulait faire poste de nuit, pour me permettre d'utiliser la voiture en journée.
      Sauf, que les usines prêtes à embaucher mon mari, proposaient des postes de 23h à 7h (payé 14$/heure brut) et cela bloquait avec la distance, il ne serait jamais à temps à la maison pour que je prenne la voiture et que je parte en cours le matin .
      Donc premier problème, il fallait penser à acheter une deuxième bonne voiture et là "notre coussin financier  " commençait sensiblement à se dégonfler.
      Deuxième problème, les salaires en production sont très , très bas, je devais donc travailler pour tenter de rééquilibrer la balance, car nous le savions  avant d'arrivée en visa temporaire il ne faut pas espérer d'aide avant 18 mois sur le territoire. Trouver un job de 20h/semaine c'est pas évident, surtout avec 3 enfants.
      Troisième problème, les frais quotidiens (alimentaires, internet , GSM, assurances santé, loisirs…) sont très élevées, pour exemple, notre premier passage chez Videotron nous a coûté 1100$, cela couvrait l'activation des abonnements des 3 GSM, internet, câbles à la maison.
      2500$/ an pour l'assurance privé santé, qui couvrait uniquement les urgences, car nous n'avions pas de couverture RAMQ. Dans ces conditions,  la santé devenait une obsession il ne fallait surtout pas se blesser ou tomber malade, car cela devenait très cher. Les urgences peuvent vous laisser 12h  avec votre mal.
      Et si on veut bien manger, il faut magasiner, je dépensai un gros budget alimentaire par semaine (300$) et c'était pas un régale. L'avantage c'est que vous perdez du poids?
      Les loisirs n'en parlons pas, c'est la période estivale , donc tout est payant, de la visite dans un parc naturel, au stationnement en  ville. J'ai comptabilisé en 2 mois pas loin de 700 $ d'amendes de stationnement à Montréal. Les panneaux de stationnement à Montréal sont un véritable casse-tête, C'est sur j'ai compris qu'il fallait utiliser le métro pour se rendre en ville….
       
      Et j'émettrai un petit jugement personnel, qui va m'attirer les foudres, le Québec c'est pas le monde des bisounours!!!
      Ne vous attendez pas à vous faire des amis de pallier, ou un barbecue de quartier. Nous habitions dans une zone résidentielle, au bord du St Laurent,  aménagée en majorité pour les séniors  ou les gens du bel âge , avec résidence standing (concierge, piscine, salle de sport).Et là, j'ai compris que nous les "belges" (comme ils nous appelaient) n'étions pas les bienvenus.(la politesse pour certain était une perte de temps)
      Le syndic de copropriété nous a accueilli  avec un email nous obligeant à payer une amende de 80$/jour, si le chien ne quittait pas les lieux dans les 10 jours. Nous avions acheté l'appart avec la condition que notre chien soit accepté ,mais entre le temps de signer les actes chez le notaire et l'offre d'achat, l'agent immobilier a oublié de me préciser qu'un règlement de copropriété interdisait les chiens à partir de mai 2018 ?
       
       Fini les vacances, on a pas lâcher prise, malgré la fatigue du déménagement et le voyage, nous tenions bon, entre le combat contre les voisins et la pression financière.
      Alors imaginez notre état à mon mari et moi, on pensait vivre notre rêve canadien et c'était devenu un cauchemar, la sensation de l'ascenseur émotionnel?
       
      Seul mon mari avec son petit salaire (de 7,93 euros /heure  net) doit assumer les frais de notre famille entière avec nos économies, qui fondent comme neige au soleil. 
      Et moi, je dois assurer à fond dans mes études, garder la tête froide, me concentrer suffisamment, en évitant de penser à tout ce qui m'attendait à la maison. Le temps nous était compté, plus nous restions, plus nous perdions de l'argent et d'autres obstacles intervenaient sur notre chemin, cela devenait difficile à "digérer".
      Le but de cette démarche d'immigration n'était pas de tout "flamber", nous avions déjà pas mal investi en tant qu'immigrer, mais en plus, nous étions dans la crainte de ne pas obtenir notre RP après tous cela, car vous l'avez surement remarqué, la politique d'immigration est très changeante depuis ces dernières années.
      Nous n'avions pas envie de rentrer en Europe les poches vides sans possibilité de réinvestir dans un bien. La solution aurait été de pouvoir travailler à temps plein tous les deux, pour subvenir à nos besoin sans trop piocher dans nos économies, mais pour cela il aurait fallu avoir un autre visa ou au mieux la RP.
      Nos enfants ne devaient surtout pas ressentir le stress ambiant, eux de leur côté,  n'avaient même pas eu le temps de s'intégrer à l'école car nous attendions depuis aout, le rendez-vous de la commission scolaire. On avait beau les relancer mais toujours pas de nouvelle.
      La peur de tout perdre est devenue une obsession. On a retourné la situation dans tous les sens, nous voulions rester mais mon visa étudiant m'imposait certaines obligations.
      Alors nous avons pris la décision de rentrer.
      Je crois que c'est la première fois que je me suis sentie affaiblie, vidée, diminuée, frustrée de ne pas avoir accompli mon projet jusqu'au bout.
      Je vous épargne les détails des démarches pour la mise en vente qui n'a pas été une partie de plaisir.
      L' appartement vendu rapidement et la voiture partie, nous avons pu réserver  les billets de retour, organiser le déménagement en sens inverse.
      Cela a été le plus grand échec de notre vie et j'espère le dernier. Nous tenions vraiment à réussir ce projet, qui nous tenait tant à cœur, cela faisait des années que nous en rêvions, on y était, mais pas dans les meilleurs conditions.
      Nos enfants n'ont même pas été chamboulés, ils prennent cela comme de longues vacances au Québec. 
      On est rentré, bien triste et déçu, mais on a pas le choix,  il faut avancer et relancer notre vie et tout recommencer.
      Je ne vous cache pas qu'on pense chaque jour à Montréal. Ben oui, parce que le choix de la région et de l'endroit où vivre n'était pas une erreur, on a beaucoup aimé cette ville, même si certaines choses nous on déplu, on s'y accommodait.
      L'erreur que nous avons commis, c'est de partir avec un visa temporaire d'étude, dans le temps la situation aurait été trop dangereuse pour une famille.
      C'est difficile d'admettre que c'est l'argent, qui nous aura pousser au retour en Europe. Si nous avions été que tous les deux , mon mari et moi, nous y serions encore… 
       
      Bon samedi
    • Par abram19000
      Salut tout le monde,
       
      Aprés que j'ai obtenu mon master 02,  je me suis engagé dans une formation dans un institut étatique (BTS), sa durée est 5 semetre(30 mois), mais j abondonné au debut de 5 em semestre donc je n'ai pas eu mon diplome .
      Ma question: est ce que les deux ans que j'ai passé dans cette formation peuvent etre compté  dans la Grille de sélection du Programme régulier des travailleurs qualifiés comme experience professionnelle? et comment les justier? (j'ai les certificats de scolarités).
      merci.
    • Par Laurent
      Les Français sont les premiers immigrants du Québec. Chaque année, plus de quatre mille travailleurs quittent l’Hexagone pour la province francophone. Que viennent-ils y chercher ? Géraldine Martin, directrice de l’entrepreneuriat de la ville de Montréal, a retracé son parcours dans le cadre d’une conférence du Monde Festival à Montréal le 26 octobre au Musée des beaux-arts.

      Source : Le Monde
       
    • Par laurine_pl
      Bonjour à tous,
       
      Je sais qu'il y a déjà des sujets dessus mais ils sont souvent vieux donc je me permet de réécrire dessus, au cas où je puisse trouver des contacts récents.
      Mon emploi en France: Monitrice Educatrice auprès d'adultes souffrant d'un handicap psychique
      Mon projet au Canada: Réussir à obtenir un pvt et partir 2 ans pour travailler dans le social, surement vers Alma (lac st jean). Mon copain fait une demande de formation ébéniste, dans l'école d'Alma.
      Plusieurs questions: le pvt est d'un an, renouvelable un an, quelles sont rêgles pour être renouvelé?
      Est ce qu'il est compliqué pour un moniteur éducateur (diplôme non reconnu au canada) de travailler? Dois je faire un bilan de diplômes?
      Nous souhaitons nous installer à Alma, quelqu'un connait-il le marché de l'emploi là-bas? Est ce facile de s'intégrer?
       
      Je croise les doigts pour avoir de réponses ;)
      Laurine
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles