Jump to content
Sign in to follow this  
Vero74

Notre fils mineur veut rentrer en France

Recommended Posts

Bonjour tout le monde,

Nous avons déménagé au Canada en Alberta en Juin 2017. Nous avons 3 enfants et notre fils de 16 ans n’a jamais accepté notre décision. Il avait 15 ans quand nous sommes partis et a laissé en France de très bons amis. Il n’a qu’une idée en tête : retourner en France. Ici tout est négatif. Il ne veut pas retourner à l’école au mois de Septembre. Je lui ai proposé de changer d’école mais rien à faire. Il ne comprend pas qu’il ne peut pas retourner seul en France avant ses 18 ans. Il nous rend la vie impossible. Doit-on céder et essayer de lui trouver un internat complet en France? Nous n'avons malheureusement pas de famille ou d'amis proches qui peuvent le prendre en charge en France.

Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Cela fait partie des risques à prendre lorsqu'on émigre. Toutefois, je ne me rappelle pas avoir connu une situation similaire. Les jeunes s'adaptent plutot vite et bien contrairement aux parents. 
Pourquoi ne pas inviter ses amis à tour de role? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

@Vero74 moi à votre place, je me tournerai vers un(e) psychologue qui vous (vous et votre fils) aidera à y voir plus clair et ensuite à envisager les bonnes actions à entreprendre. 

Le problème, en Alberta, trouver un psychologue francophone ... 

Edited by qwintine

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le problème, c'est que la psychologue ne servira à rien si le fils n'est pas dans une démarche d'écoute. Ça peut éventuellement l'aider juste elle à trouver des pistes.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 22 minutes, Demina47 a dit :

Le problème, c'est que la psychologue ne servira à rien si le fils n'est pas dans une démarche d'écoute. Ça peut éventuellement l'aider juste elle à trouver des pistes.

 

 

Le psychologue peut aussi jouer la médiation pour débloquer l'impasse actuelle et créer l'espace d'écoute et de discussion. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y aura pas de médiation possible si l'enfant n'est pas dans une démarche d'écoute, encore une fois.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a possibilité de le laisser chez ses grands-parents ? Si ce qu'il veut c'est de vivre en France il ne faut pas lui en empêcher, surtout que l'Alberta c'est pas francophone ça peut être un frein supplémentaire pour lui.

Lors des démarches d'immigration, quel avait été sa réaction ? Il était optimiste ou non à l'idée de quitter la France ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Est ce que le fait d'être dans un monde anglophone rend ça plus difficile pour lui? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Vero74 a dit :

Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

je sais pas si mon commentaire sera bienvenue :D 

 

mais comme vous avez pas la citoyenneté encore et la RP est quand même difficile à obtenir, peut être faire un compromis avec lui. Lui dire, d'accord , tu peux retourner en France MAIS d'abord, faut obtenir la citoyenneté et avoir tes 18 ans.Il est pas majeur et c'est quand même vous qui décidez ... C'est pas l'empêcher d'aller en France, juste retarder un peu.

 normalement il devrait avoir la citoyenneté autour de ses 18 ans si ça fait déjà 1 an que vous êtes là.. Lui expliquer que là , dans sa tête de 16 ans, il peut pas savoir ce que sera le futur. peut être quand il aura 25-30, il va vouloir revenir au Canada pour X raisons et pas nécessairement en Alberta. et que s'il a pas la citoyenneté, il pourra pas revenir à moins de refaire un processus compliqué et il sera peut être pas admissible. Lui expliquer qu'avec la citoyenneté, ça sera également facile de venir vous rendre visite dans le futur s'il a plus sa RP..

Puis s'il a personne en France et qu'en cas d'urgence personne n'est là, c'est quand même problématique..

 

Donc le convaincre que vous êtes d'accord mais pas avant ses 18 ans. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La crise d’adolescence....finalement que vous soyez au Canada ou en France, il l'aurait faite de toute façon...là il se trouve que vous êtes là-bas, c'est là dessus que son mal être se pose...vous seriez resté en France, ça aurait été sur autre chose.

Attention, je ne dit pas que c'est facile (j'ai aussi un ado de 15 ans et demi et on se prépare à repartir au Canada), mais il faut aussi se demander s'il n'appuie pas là où ça vous blesse le plus...les sacrifices que vous avez du faire pour cette immigration pour finalement vous le reprocher...c'est surement un mauvais moment à passer et dans quelques années, il sera heureux de cette expérience.

Aujourd'hui le plus important est de prendre en compte son mal être, qu'il puisse en discuter avec un professionnel ou effectivement trouver un arrangement avec vous pour patienter jusqu'à ces 18 ans....d'ici là, il verra peut-être les choses autrement.

Bon courage

Edited by SDCLEO

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Il surement rencontrer une jeune et charmante albertaine qui va les dissuader de faire l'erreur de repartir...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-08-16 à 23:36, Vero74 a dit :

Bonjour tout le monde,

Nous avons déménagé au Canada en Alberta en Juin 2017. Nous avons 3 enfants et notre fils de 16 ans n’a jamais accepté notre décision. Il avait 15 ans quand nous sommes partis et a laissé en France de très bons amis. Il n’a qu’une idée en tête : retourner en France. Ici tout est négatif. Il ne veut pas retourner à l’école au mois de Septembre. Je lui ai proposé de changer d’école mais rien à faire. Il ne comprend pas qu’il ne peut pas retourner seul en France avant ses 18 ans. Il nous rend la vie impossible. Doit-on céder et essayer de lui trouver un internat complet en France? Nous n'avons malheureusement pas de famille ou d'amis proches qui peuvent le prendre en charge en France.

Les commentaires pour réagir à une expérience similaire sont les bienvenus.

 

Ça va vous revenir souvent à la face comme un boumrang et vous culpabiliserez à chaque fois.

Peut être qu’il n’aime pas l’école, c'est sûre  que le fait d’être séparé de ses amis n’aide pas du tout.

Ma fille aussi a voulu arrêter l’école à plusieurs reprises, je me suis aussi demandée plusieurs fois si je ne devais pas la mettre en pension en France mais le système  est tellement différent.

Il faut essayer de trouver des compromis et surtout le motiver. Je ne sais pas comment ça se passe en Alberta au niveau scolaire. 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il existe en France des internats publics /privés sous contrat pour les expatriés ou non; il pourrait revenir pendant les vacances (ou pas), ça risque de vous coûter cher, mais n'hésitez pas à vous renseigner!

Après, le problème, c'est la résidence permanente. La rupture brutale du cursus a peut-être été également un problème (en plus des amis). Si vous pouvez envisager les cours par correspondance éventuellement...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour toutes vos réponses.

Oui j’espérais qu’il rencontre une jeune et charmante albertaine car il avait toujours des copines en France mais malheureusement non !

Je suis d’accord avec Demina47, le psychologue doit être une démarche de sa part autrement peine perdue et cela est loin d’être le cas.

Comme je l’ai mentionnée, Julien764, ses grands-parents sont trop âgés pour assumer une telle responsabilité.

Je ne pense pas que le fait d’être dans la partie anglophone lui pose un problème. Le seul problème est qu’il a la conviction de rater quelque chose qui se passe en France entre ses amis. De ne pas pouvoir s’amuser avec ses amis à l’âge de l’insouciance.

Oui il existe des internats en France pour expatriés et cela coute une fortune sans compter les assurances santé, responsabilité civile et autres frais. De plus, comme le dit si bien Automne, nous aimerions qu’il patiente pour avoir sa nationalité, mais lui a cette idée fixe de repartir sans en comprendre les conséquences. De plus nous sommes ses responsables légaux jusqu’à ses 18 ans et pouvons être tenues responsables des dommages causés par la faute de notre enfant mineur. Cela serait encore plus dur à gérer s’il était en France.

Chaque jour est un combat avec lui et en devient épuisant.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
il y a une heure, Vero74 a dit :

Merci pour toutes vos réponses.

Oui j’espérais qu’il rencontre une jeune et charmante albertaine car il avait toujours des copines en France mais malheureusement non !

Je suis d’accord avec Demina47, le psychologue doit être une démarche de sa part autrement peine perdue et cela est loin d’être le cas.

Comme je l’ai mentionnée, Julien764, ses grands-parents sont trop âgés pour assumer une telle responsabilité.

Je ne pense pas que le fait d’être dans la partie anglophone lui pose un problème. Le seul problème est qu’il a la conviction de rater quelque chose qui se passe en France entre ses amis. De ne pas pouvoir s’amuser avec ses amis à l’âge de l’insouciance.

Oui il existe des internats en France pour expatriés et cela coute une fortune sans compter les assurances santé, responsabilité civile et autres frais. De plus, comme le dit si bien Automne, nous aimerions qu’il patiente pour avoir sa nationalité, mais lui a cette idée fixe de repartir sans en comprendre les conséquences. De plus nous sommes ses responsables légaux jusqu’à ses 18 ans et pouvons être tenues responsables des dommages causés par la faute de notre enfant mineur. Cela serait encore plus dur à gérer s’il était en France.

Chaque jour est un combat avec lui et en devient épuisant.

 

Envoyez-le de temps en temps chez les parents de ses amis(es) et accueuillez ses amis)es) aussi, en attandant ses 18 ans....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Vero74 a dit :

Merci pour toutes vos réponses.

Oui j’espérais qu’il rencontre une jeune et charmante albertaine car il avait toujours des copines en France mais malheureusement non !

Je suis d’accord avec Demina47, le psychologue doit être une démarche de sa part autrement peine perdue et cela est loin d’être le cas.

Comme je l’ai mentionnée, Julien764, ses grands-parents sont trop âgés pour assumer une telle responsabilité.

Je ne pense pas que le fait d’être dans la partie anglophone lui pose un problème. Le seul problème est qu’il a la conviction de rater quelque chose qui se passe en France entre ses amis. De ne pas pouvoir s’amuser avec ses amis à l’âge de l’insouciance.

Oui il existe des internats en France pour expatriés et cela coute une fortune sans compter les assurances santé, responsabilité civile et autres frais. De plus, comme le dit si bien Automne, nous aimerions qu’il patiente pour avoir sa nationalité, mais lui a cette idée fixe de repartir sans en comprendre les conséquences. De plus nous sommes ses responsables légaux jusqu’à ses 18 ans et pouvons être tenues responsables des dommages causés par la faute de notre enfant mineur. Cela serait encore plus dur à gérer s’il était en France.

Chaque jour est un combat avec lui et en devient épuisant.

 

 

Proposer lui un deal, il faut pour cela trouver la bonne carotte pour le motiver.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour avoir vécu une situation un peu similaire, je n’ai qu’un conseil à donner et il va plutôt dans le sens de l’adolescent. Ne forcez pas un gamin de 16 ans contre son gré alors qu’il s’agit de ses plus belles années sous prétexte que vous vivez votre rêve, pas le sien. Rien ne vous empêche de rester au Canada mais il faut trouver une solution pour ça et l’internat en France en est une à 16 ans.
Après je pense que vous devriez prendre la voiture et faire le tour d’un campus à l’américaine ça devrait vite le faire changer d’avis


Envoyé de mon iPhone en utilisant Tapatalk

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout à fait d'accord. Comme je le disais, il existe des internats publics, pas forcément cher; il existe des sites spécialisés. Ca ne coûte rien de se renseigner. En outre, ce jeune ado est Français; vous n'êtes pas partis depuis si longtemps. Ce n'est pas le seul quand même. Les bourses sont-elles possibles? Par contre, il faudra trouver des solutions pour les vacances. Bref, avant de dire que c'est cher et impossible, il faut se renseigner!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines