Jump to content

10 bonnes raisons de partir étudier au Canada


UBRANE
 Share

Recommended Posts

  • Habitués

source : Le Figaro - 4 février 2016
http://etudiant.lefigaro.fr/international/etudier-a-l-etranger/detail/article/dix-bonnes-raisons-de-partir-etudier-au-canada-18919/

 

 

 

Outre le bénéfice intrinsèque de n’importe quelle expatriation scolaire, le système universitaire du pays à la feuille d’érable permet aux étudiants de retirer des bénéfices très spécifiques de leur séjour. Revue de détail.

 

PHO42047e56-cb1e-11e5-bb1f-1bc37a4226f1-

 

1. L’ouverture d’esprit et l’internationalisation

 

Le Canada reçoit plus de 300 000 étudiants internationaux par an. Ils représentent, en moyenne, 8 % des effectifs dans les écoles et les universités. «C’est une richesse que de se retrouver pour des projets avec des étudiants venus de tous les continents. Chacun a sa manière de voir les choses», raconte Fanny Barret, en deuxième année de bachelor en psychologie à l’Université Bishop’s de Sherbrooke, l’une des institutions anglophones du Québec qui compte 15 % d’étudiants internationaux.

 

2. L’excellence académique

 

Avec quatre universités dans le top 100 du classement de Shanghai - Toronto (24e), Colombie-Britannique (37e), McGill (67e) et McMaster (90e) - les établissements canadiens sont bien dotés: le gouvernement a en outre annoncé, en avril 2015, un plan de 1,33 milliard de dollars canadiens d’investissement sur six ans pour bâtir une recherche de pointe. «L’Université de Montréal dispose, par exemple, de l’un des trois équipements les plus sophistiqués du monde pour étudier la diffraction des rayons X», indique Elodie Rousset, étudiante à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, qui vient d’y terminer sa thèse en chimie.

 

3. Le bouillonnement entrepreneurial

 

Le Canada est une terre d’élection pour les startup. Plusieurs universités, dont Waterloo, dans l’Ontario, considérée comme l’une des plus innovantes, déploient des programmes et des incubateurs pour épauler les candidats à la création d’entreprise. «Mais au-delà, l’esprit entrepreneurial fait partie de notre culture. Cela fait plus de vingt ans que nous apprenons aux étudiants à prendre des risques», explique Normand Beaudry, responsable du recrutement des étudiants étrangers à l’Université Laval de Québec.

 

4. Des enseignants plus proches

 

Ici, le tutoiement entre enseignants et étudiants est de rigueur. La porte des bureaux reste toujours ouverte. La plupart des professeurs communiquent leur adresse mail, voire leur numéro de portable. «L’un de nos enseignants nous a même invités chez lui pour discuter du projet sur lequel nous travaillions avec plusieurs camarades!», s’étonne Salomé Gautier, en maîtrise sur les énergies propres à l’Université de Colombie-Britannique de Vancouver.

 

5. Les étudiants encouragés

 

Les enseignants soutiennent leurs élèves en mettant l’accent sur les réussites et les progrès. Au niveau des masters, ils les incitent à publier, une possibilité inconnue en France. «La notion de plaisir d’apprendre est essentielle. Quand je suis arrivée à l’Université d’Ottawa en maîtrise de criminologie, j’ai vu mon directeur de mémoire pour définir mon sujet. Il m’a recommandé de travailler avant tout sur un thème qui m’intéressait», souligne Gabrielle Pilliat.

 

6. Des cursus pluridisciplinaires

 

«Au-delà des cours obligatoires dans notre discipline, nous avons la possibilité de choisir une mineure (NDLR: champ d’études secondaire) et de multiples options qui n’ont rien à avoir avec notre domaine d’études», insiste Mélanie Gallichet, en troisième année de bachelor en physique à l’Université McGill de Montréal. Elle a ainsi suivi une mineure en histoire et des cours sur l’économie des pays en développement.

 

7. De nombreuses passerelles

 

Au Canada, rien n’est jamais figé. Anne-Claire Gayet en a fait l’expérience: après deux ans en classe préparatoire et une licence d’histoire, elle était à la recherche d’un programme pour se réorienter. C’est à l’Université de Montréal qu’elle a trouvé la solution. «J’ai été admise en maîtrise d’études internationales, un cursus très large où j’ai notamment suivi une initiation au droit. Cela m’a permis de faire un stage au Conseil de l’Europe et au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.» Elle a ensuite poursuivi des études de droit, d’abord à l’Université de Montréal, puis à celle de McGill où elle a décroché un diplôme pour devenir avocate.

 

8. Améliorer son niveau d’anglais

 

Progresser dans la langue de Shakespeare compte parmi les objectifs prioritaires des étudiants expatriés au Canada, y compris ceux dans les universités francophones. Toutes proposent des cours ou options en anglais tandis que la présence de nombreuses nationalités dans les salles de cours facilite également l’apprentissage. «Les progrès seront plus importants si on évite de ne fréquenter que des étudiants francophones!», recommande Julien Dieudonné, diplômé de HEC Montréal.

 

9. Un marché du travail dynamique

 

Faire des études au Canada ouvre les portes d’un bassin d’emploi dynamique, notamment pour les ingénieurs, les diplômés d’écoles de commerce et ceux qui s’orientent vers les Cégeps (collèges d’enseignement général et professionnel) du Québec ou les collèges dans les autres provinces préparant l’équivalent de BTS ou de DUT. «Les étudiants en génie mécanique ont, en moyenne, une dizaine d’offres d’emploi à la sortie. Et la plupart sont recrutés avant même la fin de leurs études», indique Denis Rousseau, directeur des études du Cégep de Trois-Rivières.

 

10. Un coût abordable

 

Les études au Canada sont payantes et les frais d’inscription varient selon le niveau d’études et les provinces (de 6 000 à 25 000 dollars canadiens, soit 4 200 à 18 000 euros par an). «Mais c’est quand même deux fois moins cher que des études aux États-Unis. De plus, il est possible d’avoir des bourses. Ici, par exemple, je suis payé pour faire mon mémoire de maîtrise, un travail de recherche qui intéresse l’université!», lance Alexandre Lecoanet, en Master of science génie chimique à l’Université de l’Alberta, venu à Edmonton dans le cadre d’un accord de double diplôme entre l’établissement et l’ENSIC (École nationale supérieure des industries chimiques) de Nancy.

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Oups, désolé :)

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By Reinadal
      Salut! 
      J'aimerais savoir quelles sont mes chances d'être admise dans la maîtrise en architecture qui est un programme contingenté à l'ulaval ou à l'udem vu que ma moyenne la plus basse est de 75/100 et la plus élevée est de 82.6/100. Leur système de notation est différent
    • By uwu
      Bonjour, je suis un jeune étudiant Belge de 19ans prévoyant d'étudiant 16mois à Montréal. Cependant, je n'y suis jamais aller et comme je compte m'y rendre seul, il me faut préparer quelques éléments comme le logement, un potentiel travail étudiant; et d'autre points plus subtile comme les abonnement de téléphonie et d'internet, ou simplement des informations sur le niveau de vie du côté de Montréal.
      C'est pour quoi je cherche quelqu'un, de préférence habitant du côté de Montréal, avec qui échanger; sur les différents points ci-dessus mais aussi sur la culture Québecoise plus généralement.
       
      Merci d'avoir pris le temps de me lire
    • By immigrer.com
      Cours en anglais, ouverture internationale, frais de scolarité parfois avantageux... De nombreuses raisons poussent les Français à le Canada.
        Le Canada est le troisième pays d’accueil des étudiants étrangers, après les États-Unis et l’Australie. Ils sont en majorité répartis dans trois provinces: l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique. Les écoles de commerce du pays sont réputées à l’international et leurs frais de scolarité sont souvent plus avantageux que ceux des écoles de commerce françaises. Cela explique en partie l’engouement des Français pour le Canada, au 5e rang des étudiants étrangers les plus nombreux dans le pays, selon les données du ministère canadien de l’Immigration (IRCC).
      » LIRE AUSSI - Comment entrer à HEC Montréal
      Les meilleures écoles de commerce à Montréal
      Montréal est à la fois la plus grande ville du Québec et la plus internationale: environ 30 % de sa population est issue de l’immigration. Plus de la moitié des Montréalais savent parler à la fois anglais et français. En 2019, le classement QS Best Student Cities considère Montréal comme la meilleure ville d’Amérique du Nord pour les étudiants étrangers.
      » LIRE AUSSI - Étudier à Montréal: la plus française des villes américaines
      Rattachée à l’Université de Montréal (UdeM), HEC Montréal est la 45e meilleure école de commerce au monde, selon le classement 2019 de KUBS Worldwide Business Research Rankings, et la 2e au Canada. Il est possible d’y suivre des cours en français, en anglais et en espagnol. Les Français et les Belges francophones bénéficient des mêmes frais de scolarité que les Canadiens non résidents du Québec: 10.000 dollars canadiens par mois (soit environ 6 750 euros). Pour les autres étudiants internationaux, les frais grimpent à 29.500 dollars.
       
      suite et source: https://etudiant.lefigaro.fr/article/canada-quelles-sont-les-meilleures-ecoles-de-commerce_72c96f10-eaee-11eb-b533-6f01ee28fb44/
    • By Fernando
      Bonjour, Je suis Algérien célibataire âgé de 33 ans, j'ai une soeur, 3 frères, 6 neveux et mes parents. ils vivent tous en Algérie.
      j'ai eu mon BAC en 2007, et j'ai étudié en Mathématiques et Informatique à l'université pour quelques mois seulement puis j'ai arrêté d'étudier.
      Chaque année je m'inscris à nouveau à l'université puis j'arrête d'étudier après quelques mois (2008, 2009, 2010 et le 2011)
      En 2013 j'ai ouvert mon propre magasin de services informatiques à mon propre nom avec un registre de commerce, et le magasin est toujours en service actuellement.
      J'ai ma propre voiture à mon nom, et ma propre maison mais au nom de mon père.
      J'ai 35000 dollars canadiens, et je veux étudier au Québec pour un DEP ou un DEC mais je suis inquiet que ma demande de Visa soit refusée.
      Quels sont vos conseils et vos suggestions pour que mon Visa soit accepté?
      Esque je dois inclure mes propriétés et mes relations familiales ou mettre la maison à mon propre nom, pour que ma demande de visa aura plus de chances d'être acceptée?
      Esque 35000 dollars canadiens me suffit pour financer mes études (DEP/DEC) et les autres dépenses?
    • By Jocel
      Salut,
      Je possede un diplôme de fin d 'études du premier cycle universitaire et je compte postuler pour la maitrise en architecture à udem et ulaval alors quel est l'équivalence de ce diplôme? puisque dans la section de choix de diplôme je n'ai pas trouvé ce titre.
    • By Mellowyellow
      Bonjour,
       
      Je viens d'appeler Immigration Canada et j'aimerai savoir si des personnes ont déjà été dans cette situation :
       
      Mon conjoint a un permis de travail ouvert lié à mon permis de travail post-diplôme. Pour conserver son emploi il a besoin de passer un baccalauréat (sous 10 ans, il a un minimum de crédit à valider par année pour conserver son emploi).
       
      La personne que j'ai eu téléphone m'a informé que mon conjoint pouvait demander un permis d'étude et que cela n'interfèrerait pas avec son permis de travail ouvert qu'il conserverait.
      J'ai été agréablement surprise de savoir que l'on pouvait cumuler ces deux permis.
       
      Si des gens ont été dans cette situation je serai curieuse d'avoir votre retour,
       
      Bonne journée !
       

       
       
       
    • By sarahhhh
      Bonjour, 
       
      Lors de ma demande pour un permis d'études, il m'a été demandé d'inserer des preuves de ressources financieres. Etant donné que je suis encore mineure, je n'ai pas encore de compte a mon nom. La totalité de mes dépenses seront gereees par mes parents. Par conséquent, est ce que envoyer seulement leurs preuves de ressources financieres, accompagnés d'une lettre informant qu'ils se portent garant suffit ? Ce n'était pas précisé sur le site du gouvernement 
       
      Merci infiniment
    • By KimOl
      Salut à vous.
      Alors j'ai eu une admission dans une institut à Montréal.  Et présentement elle (l'école) se charge de ma demande de CAQ. 
      Alors mon souci est qu'après son obtention je ne sais pas si je peux faire ma demande de permis d'étude et la demande de permis de travail ouvert pour mon conjoint au même moment ou si il faut impérativement attendre que j'ai mon permis d'études d'abord. On a vraiment besoin de savoir pour tout planifier. Merci d'avance. 
       
    • By fouedyzf
      Bonjour
      Hier j'ai reçu un message sur ma clé gc qui disait que je devais passer l'entrevue pour completer l'étude de mon dossier de permis d'étude
      alors j'aimerai savoir quel genre de questions posent-t-ils à l'ambassade !!
      aidez moi svp je suis en stress
    • By Blackproud
      Bonjour,
       
      Je sais pas si il y a des personnes qui ont déjà été dans cette situation, car c'est assez particulier et j'aimerai avoir vos avis svp, merci
       
      J'ai commencé un programme d'études d'une durée de 3 ans au Québec à l'hiver 2017 et suite à quelques échecs j'ai du reprendre certains cours. J'aurai du graduer fin 2019 mais malheureusement mon CAQ expirait fin en Août 2019. J'ai alors fait les démarches pour renouveler mon CAQ mais j'ai eu une intention de refus car certains documents manquaient. J'ai donc envoyé les documents manquants mais rien n'y fait, ma demande de CAQ a été refusé. J'ai contacté le MIDI et un conseiller m'a dit que je pouvais refaire une nouvelle demande de CAQ après un délai de 6 mois. Pensez-vous qu'après plus d'un an il me sera possible d'avoir à nouveau un CAQ et de pouvoir finir mon programme d'études et de pouvoir être ainsi admissible au PTPD?
       
      S'il y a des spécialistes en immigration j'aimerai avoir vos avis svp, merci
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement