Aller au contenu
immigrer.com

Nouvel Obs: Superbe article sur Vancouver, le paradis vert

Messages recommandés

Direction Vancouver, le paradis vert de l'Amérique du Nord

Nichée entre montagnes et océan Pacifique, la capitale de la Colombie britannique incarne l’esprit bobo-bio par excellence, mêlant respect de la nature et douceur de vivre. Devenant même le nouvel eldorado du tourisme écolo-urbain. Go West !

Photos : Andrew Querner
14987.jpg

par Dorane Vignando


Ce 22 juillet, à 8 heures du matin, Mary Pynenburg a déjà posté l’image sur Twitter : un faon trottine gaiement à l’intersection deGranville et Nelson Street, au cœur des luxueuses tours deYaletown. Pas de quoi affoler les habitants. À Vancouver, on vit la nature en pleine ville. Le natif et romancier Douglas Coupland dit qu’il a passé sa jeunesse à parcourir le globe à la recherche d’une meilleure ville que la sienne, mais qu’il est rentré chez lui bredouille. Vingt ans plus tard, rien n’a changé : le port de la côte ouest canadienne continue de figurer systématiquement au hit-parade des métropoles offrant la meilleure qualité de vie au monde.
Il faut dire que le décor s’y prête : une baie grandiose avec des îles sur fond de montagnes boisées et de glaciers, des bateaux de pêche et des buildings, des hydravions et des kayaks, des bus électriques et des vélos, des filles sur paddle et des papis à skateboard. Et cet incessant défilé de corps en Lycra, tapis de yoga sous le bras… Sport, mer, nature : l’équation fait fantasmer tous les fans d’outdoor.

14389385.jpg

Le Lynn Canyon Bridge, pont suspendu à 50 mètres au dessus de la rivière située dans le nord de Vancouver

Vancouver est une ville particulière en Amérique du Nord. Ici, on privilégie les piétons et les cyclistes, on skie l’hiver à vingt minutes du centre-ville, et l’été, on muscle ses mollets sur des ponts suspendus dans la forêt. On organise aussi des soirées barbecues à la plage ou un jogging matinal le long du Sea Wall, célèbre corniche de 9 kilomètres qui entoure le Stanley Park, un des plus grands poumons verts du monde. On y trouve de tout : des sentiers sauvages, des lacs, des totems amérindiens, un aquarium, un théâtre, une piscine en plein air, des plages et la vue sur la skyline traversée par un aigle pour les plus chanceux.

Cité bohème

Avec près de 70 nationalités différentes, cette ville est un "grand saladier" comme aime la définir Subhan, chauffeur de taxi pakistanais. Elle a de tout temps accueilli immigrants aux origines les plus diverses, attirés hier par le chant des sirènes des industries de la pêche, du bois et de l’extraction minière, aujourd’hui par son dynamisme économique, son ouverture, son art de vivre. Promoteurs venus d’Asie, jeunes loups de la finance, néo-hippies en mal de grands espaces, étudiants en développement durable, la ville attire comme un aimant et met en scène la terre entière. Elle est d’ailleurs devenue un lieu de tournage très prisé pour les blockbusters hollywoodiens à l’instar de X-Men, Twilight ou Fifty Shades of Grey.

Deadpool, le dernier blockbuster en date, tourné à Vancouver.

Influencée par sa voisine Seattle, bastion de la contre-culture américaine, Vancouver cultive cet esprit bohème-cool qui fait toute la réputation de la côte ouest. À West End, dans le quartier gay, les garçons se rencontrent sur Davie Street, vont danser dans d’anciens cinémas pornos transformés en clubs et dînent dans des restos grecs ouverts jusqu’à l’aube. Dans l’historique Gastown, les boutiques de créateurs ont investi les élégants bâtiments victoriens rescapés de la démolition entreprise à la fin des années 1960 et voisinent avec les studios de production, les food-trucks carrossés et bars à bières artisanales.

14389605.jpg

Un food-trucks de Vancouver

Pour les embruns, direction le Waterfront où les gros cargos XXL remontent le bras de mer et croisent les paquebots de croisière en partance pour l’Alaska. Plus au sud, Granville Island est un îlot paisible avec son marché couvert, ses maisons flottantes, sa cimenterie que dominent les silos, repeints par le street artiste brésilien Os Gemeos à l’occasion de la biennale d’art contemporain. Les hipsters, eux, se retrouvent à Soma (South Main St), traînant leur barbe dans les librairies de seconde main, les coffee shop végétariens et les rades vintages.

14389561.jpg

Le Jonathan Rogers Park, dans le quartier de Mount Pleasant, repaire des hipsters adeptes du vélo et des bières locales.

Il y a encore peu, les artistes et étudiants fauchés de ce quartier popu vivaient dans de petites maisons aux loyers modérés et fumaient leurs joints – la municipalité est très permissive sur la consommation et vente de cannabis – sur des terrasses tranquilles, aujourd’hui squattées par une nouvelle faune bobo-écolo qui fait exploser les prix.

Ici aussi, tout se gentrifie. Les vieux immeubles de Chinatown, les anciens repaires hippies de Kitsilano, les rues ombragées de Mount Pleasant et même le quartier de Downtown Eastside, considéré comme l’un des quadrilatères les plus pauvres du Canada avec ses sans-abris, prostituées et toxicomanes. Et que dire de Yaletown, ancien quartier industriel vendu à un magnat de Hongkong pour 145 millions de dollars, qui y a construit des tours de verre aujourd’hui investies par les plus riches ? Agacé, le journaliste Douglas Haddow, collaborateur de The Guardian et de AdBusters, remarque.

Source et suite

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par Socra
      Bonjour à tous,
       
      Je viens créer un post ici parce qu'après avoir fouillé les FAQ et questionnaires du site de l'immigration canadienne, je n'arrive pas à trouver de réponse claire. Sans compter le fait que l'ambassade du Canada à Paris refuse tout entretien, même pour des renseignements.

      Voici ma situation:

      J'ai 23 ans, tout juste diplômé d'une école d'ingénieur publique (Télécom ParisTech), ce qui complète mes 5 années d'études post-bac. Je suis en CDI dans une société d’électronique française en tant qu'ingénieur logiciel embarqué.
      L'entreprise en question est d'accord pour que je travaille en remote depuis Vancouver à partir d'Octobre 2019 sans conjoint(e) ni enfant. Cependant je dois m'occuper des démarches d'immigration. Pour l'instant je viens d'obtenir mon AVE. Si j'ai bien compris, ce dernier me permet de rester 6mois sur le sol Canada sans soucis. Seulement je compte au moins rester 2 années à Vancouver. J'ai l'impression que cela ne suffira pas.
       
      Et à partir de là, je ne sais pas quel démarche entamer. Techniquement j'y vais avec un emploi déjà assuré mais pas pour une entreprise Canadienne.
      Du coup 1ere question : Ai-je besoin d'un permis de travail ?
       
      J'ai bien compris que le statut d'ingénieur est régit par l'ordre des ingénieurs de la BC.
      Étant donné ma situation, 2eme question : Ai-je quand même besoin de faire une demande d'enregistrement auprès de cet ordre, même si je ne travail pas pour une entreprise Canadienne ?
       
      Pour info je viens de m'inscrire au TCF pour le français et l'IELTS pour l'anglais. Je sais que ces certifications sont reconnues par l'immigration canadienne et je me dis que ça pourra toujours être utile, malgré les 220€ et 235€ respectifs de frais de dossier. Aïe.
       
      Enfin question 3 : Quels sont les types de contrat possible pour un profil comme le mien du point de vu de mon employeur ? Je ne connais que le VIE et le statut d'expatrié (même si je ne comprends pas vraiment la vrai définition de ce dernier ni ce qu'il implique)
       
      Merci d'avance pour votre aide, je ne sais vraiment plus ou chercher ?
       
      Cordialement

      AL
       
    • Par 2Mille
      Bonjour
      Je cherche des personnes à vancouver qui pourons m'aider au niveau des contacts avec des entreprises dans le cadre de la mobilité francophones
      Merci
    • Par zomorrod
      Bonjour à tous,
       
      Actuellement, je me renseigne sur le CANADA (vraiment je débute sur le sujet) dans le cadre d'un éventuel projet d'immigration. Parmi les régions étudiées je suis intéressé par la Colombie-Britannique et en particulier Vancouver et Victoria. Bien évidemment, parmi les éléments étudiés je cherche à avoir une connaissance sur les prix des maisons et globalement le marché d'immobilier. Sur Google j'ai trouvé quelques sites d'annonce et très vites je me suis aperçu que les prix à l'intérieur de la ville de Vancouver sont très élevés aussi bien pour l'appartement que pour une maison. A vrai dire, ça ne m'a pas surpris, car je trouve que c'est plus ou moins la même situation de nos jours, un peu partout dans le monde en ce qui concerne le prix d'immobilier dans les grandes villes. Du coup, je me suis dit si je m'éloigne du centre et je cible des banlieues de Vancouver, j'aurais peut-être, plus de chance à trouver des opportunités plus abordables. Pour l'instant, je considère un budget de 300000 à 350000 euros pour acheter une maison (au moins 3 chambres à coucher) dans une banlieue de Vancouver (idéalement max 1 heure et demie de Vancouver par le transport en commun).
       
      Je voulais donc savoir, est-ce qu'à votre avis, avec ce budget, c'est réaliste ou pas du tout? Je cherche quand-même une région bien classée d'un point de vue de la sécurité avec un niveau raisonnable de commerces et des transports en commun (surtout la sécurité pour moi est très importante).
       
      Donc si vous avez des quartiers dans la ville ou des banlieues à suggérer (que ça soit pour Vancouver ou Victoria) ainsi des liens vers des sites d'annonces que vous préconisez, je vous écoute!
       
      Merci d'avance,
    • Par immigrer.com
      18/01/2018 Les loyers sont maintenant plus élevés à Toronto qu'à Vancouver | 
       
      Ceux qui se cherchent un appartement à une chambre à Toronto doivent maintenant payer plus cher en moyenne (2100 $ par mois) qu'à Vancouver (1990 $ par mois), selon les chiffres de Padmapper, un site web qui répertorie les logements à louer.
       
      Un texte de Philippe de Montigny
       
      Marc-André Giasson, 26 ans, peine à trouver un nouvel appartement. Il doit déménager le mois prochain, car son propriétaire a vendu le condo qu’il louait. « Quand je cherchais il y a un an, un studio tournait autour de 1450 $ à 1500 $. Maintenant, je ne trouve rien de disponible en dessous de 1650 $ », dit-il.
       
      De plus en plus de jeunes professionnels choisissent d’habiter chez leurs parents ou en colocation, souligne-t-il. Le nombre d’appartements disponibles a d’ailleurs atteint un creux historique, avec un taux d’inoccupation de 0,3 % au dernier trimestre de 2017, selon Urbanation Inc. 
       
      « C'est décourageant. Ce que je trouve difficile à concevoir, c’est comment on peut laisser le marché aller de cette façon-là » — Marc­André Giasson Les mesures provinciales exacerbent­elles la hausse des loyers ? Selon des agents immobiliers, adopté par la province l'an dernier exacerbe en fait la hausse des loyers, en réduisant l’offre sur le marché.
       
      source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1078707/2100-par-mois-loyer-toronto?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
    • Par nhostyn
      Bonjour à tous,
       
      Je suis arrivée le 7 décembre à Vancouver et ai obtenu mon visa temporaire sans difficulté à la douane.
      Heureuse comme tout, je parcours mon document avant de me rendre compte qu'il est inscrit en condition "interdiction de fréquenter un établissement scolaire ou de suivre un cours théorique, sauf autorisation". 
      Cela ne m'enchante pas du tout car je comptais suivre une formation en part-time de Vanarts en "Video Production" afin de compléter mon master universitaire belge.
      Savez-vous s'il m'est tout de même possible de m'y inscrire? J'ai pu lire sur d'autres forums que, si la formation faisait moins de 6 mois, il n'y avait pas de souci, mais j'aimerais en avoir le coeur net avant de payer les 995$CAD d'inscription... Et si cela ne m'est pas permis, sauriez-vous à qui je dois m'adresser afin de demander une autorisation?
       
      Je m'excuse d'avance au cas où cette question aurait déjà été posée ailleurs sur le site.
       
      Je vous remercie pour vos réponses!
       
      Natacha
    • Par Harmony
      Bonsoir,
      J'arrive en décembre sur Vancouver, à Coquitlam exactement et je voulais savoir si il y avais une fille qui serais intéressez pour louer à 2 une petite maison ou appartement avec 2 chambres histoire d'amortir les frais..
      Merci de me contactez en mp pour en parler!
       
    • Par Benouuuu4
      Bonjour, j'ai besoin de conseil. j'aimerais obtenir le visa express pour la Colombie Britannique, j'ai passé le TEF et l'IELTS, j'ai rempli toute les informations necessaires pour pouvoir effectuer ma demande de visa mais j'ai suis refusé directement meme pas 1 minute après avoir envoyé ma demande.
       
      Est-ce que je fais une erreur lors de ma demande? Ou je ne correspond pas du tout aux critères?
       
      Dois-je aussi faire evaluer mes diplomes pour obtenir plus de points?
       
      Pour info j'ai déjà vécu à Vancouver pendant un an avec le visa travail-vacance. Aidez moi a retrouver cette ville fantastique
    • Par immigrer.com
      Geneviève Lasalle Devenir fan  Globe-trotter et auteure, fondatrice du blogue Ge Voyage
      Ce que Vancouver a de plus beau (et gratuit) à offrir
      Publication: 05/04/2017 09:25 EDT 
        Nichée entre mer et montagnes, combinant dynamisme urbain et plein air, Vancouver est sans contredit l'une des plus belles et fascinantes villes en Amérique du Nord. Et bien que sa réputation quant à l'exorbitant coût de la vie n'est plus à faire, Vancouver offre à ses habitants et visiteurs une multitude d'activités gratuites ou encore très peu dispendieuses.
      Alors, ne vous laissez pas dissuader. Voici quelques-unes des choses à ne pas manquer pour un séjour à Vancouver mémorable... et à peu de frais!
        x Baladez-vous dans le Stanley Park

      Le Sea Wall - un sentier du Parc Stanley offrant une vue imprenable sur la ville.
      Bordés d'un côté par la mer, de l'autre par la ville, les 400 hectares du parc Stanley offrent aux visiteurs des prises de vues incomparables sur Vancouver, des plages magnifiques, des kilomètres de sentiers cyclables, dont le fameux Sea Wall.
      Ceinturant le nord du centre-ville de Vancouver, le parc Stanley est facilement accessible, en plus d'être gratuit tout au long de l'année.

      Visitez la Galerie d'Art de Vancouver gratuitement
      L'un des plus importants musées de Vancouver, la Galerie d'Art propose une multitude d'expositions permanentes et spéciales mettant en vedette de nombreux artistes amérindiens et d'origines asiatiques. En temps normal, le billet coûte 25$ par adulte, mais l'entrée est gratuite les mardis entre 17h et 21h. Profitez-en!
      Relaxez sur la plage

      Plage de Kitsilano
      En plus des plages accessibles depuis le parc Stanley, vous pouvez vagabonder, vous prélasser, ou encore jouer au volley sur de nombreuses plages publiques à Vancouver, dont les plus populaires sont celles d'English Bay, Jericho et surtout celle de Kitsilano, dont les rues avoisinantes (la 4e en particulier) regorgent de boutiques aux produits bios et de petits cafés à ne pas manquer!
      Et comme la température y est clémente, on en profite tout au long de l'année!
      Mangez au centre-ville pour moins de 5$

      Le fameux Japadog, un hotdog sauce japonaise
       
      Suite et source: http://quebec.huffingtonpost.ca/genevieve-lasalle/ce-que-vancouver-a-de-plus-beau-gratuit_b_15747504.html
    • Par UBRANE
      La compagnie Demographia vient de publier son rapport annuel sur le coût mondial de l'immobilier.
       
      Selon ce 13th Demographia International Housing Affordability Survey, Vancouver a un ratio de 11.8, ce qui signifie que le prix moyen de l'immobilier est 11.8 fois plus cher que le revenu familial moyen (avec un prix immobilier moyen de $830,100 pour un revenu familial moyen de $70,500). Plus simplement, Vancouver est ainsi la 3e ville la moins abordable au monde si l'on considère ce rapport prix immobilier/revenu familial.
       
      Toujours au Canada, on retrouve aussi Toronto à la 13e place des villes les moins abordables au monde avec un ratio de 7.7 (prix immobilier moyen de $615,800 pour un revenu familial moyen de $79,700).

      Et en tête de liste, ville la plus chère, Hong Kong avec un ratio de 18.1.
       
      Pour faire cette étude, Demographia s'est basé sur 406 villes à travers le monde.
       
      Le Top 15 des marchés immobiliers les moins abordables :
      1. Hong Kong
      2. Sydney
      3. Vancouver
      4. Auckland
      5. San Jose
      6. Melbourne
      7. Honolulu
      8. Los Angeles
      9. San Francisco
      10. Bournemouth & Dorset
      11. San Diego
      12. London (Greater London Authority) 
      13. Toronto
      14. Plymouth & Devon
      15. London Exurbs (E & SE England)
       
      source : https://www.thestar.com/business/2017/01/23/vancouver-third-most-expensive-in-world-for-housing-toronto-13th-study.html
       
      rapport complet (pdf) : http://www.demographia.com/dhi.pdf
       

    • Par jasmine
      Bonjour,
       
      Je voudrais passer la période des fetes par un séjour linguistique a Vancouver, j habite a Quebec pour le moment
      et le but est de visiter la ville, profiter de son hiver plus doux et améliorer non anglais
      qlq un peut me donner des astuces ou m aider a avoir des idées pour organiser ce voyage
      merci bcq
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles