Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'immobilier'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Attendeux et échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti? de Lina
  • Documents de Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Genre


Date d'arrivée


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


Ville de résidence


Skype


Facebook


Site web


ICQ

29 résultats trouvés

  1. JulienM

    Devenir courtier immobilier

    Bonjour, Je suis chasseur immobilier en France. Je souhaite venir m'installer au Quebec, mais comme j'aime vraiment mon métier, je cherche le max d'info sur le métier de courtier immobilier au Quebec. Je ne sais pas si le métier de chasseur immobilier existe au Quebec et sous quelle réglementation. Ma question est simple. Est-il possible pour un français de venir travailler dans l'immobilier au Quebec et quels sont les métiers possibles et envisageables. Est-ce que d'autres immigrants au déjà suivi ce parcours et comment ça s'est passé pour vous. J'ai biensur éplucher google sur le sujet, mais tout ça me parait encore flou ;$ D'avance merci à tous pour vos lumières.
  2. Le prix de l'immobilier continue encore d'augmenter à Toronto. Selon un dernier recensement du Toronto Real Estate Board (TREB) en date du 31 octobre 2016, il vous faut désormais compter en moyenne : - 1 303 339 $ pour une maison détachée, - 902 137 $ pour une maison semi-détachée, - 687 809 $ pour une townhouse, - 459 199 $ pour un appartement Selon le TREB, la principale raison est une demande plus forte que le nombre de logements à vendre : beaucoup de compétition pour un achat immobilier donc des offres à la hausse par rapport aux prix demandés. Rapport du TREB à lire en détail ici : http://www.trebhome.com/market_news/release_market_updates/news2016/nr_market_watch_1016.htm
  3. EdouardFU

    Comment louer sur MONTREAL

    Bonjour, Étant futur nouvel arrivant sur Montréal (installation prévu Fin Mai 2016), vient l'heure de trouver un logement pour ma petite famille (nous sommes 4). Beaucoup de gens sur les forums vantent les sites de locations d'appartement suivant : www.kijiji.com, www.lesPAC.com ou encore les www.louer.ca Pour ma part nous regardons depuis environ 3/4 semaines et je trouve que ces sites ne sont pas très bien fait, les prix sont sur des fourchettes très larges, les critères de recherches sont assez pauvre (il n'y a pas possibilité sur kijiji de filtrer par quartier !!!!). Bref pas très engageant. On lit aussi beaucoup de chose sur les proprios qui demandent des mois de cautions alors que c'est interdit, des garanties diverses et variés et comme on y connait pas grand chose et même si j'ai plutôt tendance à faire confiance pour ce genre de sujet je n'aimerais pas avoir de mauvaises surprises. Puis une connaissance là-bas ma parlé de REMAX et d'autres courtiers en immobilier. Je les ai contacté et ils ont bien ciblé notre demande et m'ont envoyé de suite quelques biens qui rentrent dans nos cordes. Cette solution me semble assez sécuritaire et plus simple car pas besoin de contacter 10 ou 20 proprio et de caler des RdV à droite ou à gauche. Néanmoins la courtière de chez REMAX me dit que nous en tant que locataire nous n'aurons rien à payer que les frais sont en général à la charge du propriétaire qui fait appelle à eux ? En France les deux payent et en général un mois de loyer... Il y a finalement tellement de gens qui parlent de kijiji que j'en suis rendu à être méfiant. Si vous pouvez me faire partager votre expérience sur votre première location à Montréal et si vous connaissez un peu le fonctionnement des agents immobiliers à Montréal je suis preneur. D'avance merci à tous,
  4. Bonjour à tous, Actuellement, je me renseigne sur le CANADA (vraiment je débute sur le sujet) dans le cadre d'un éventuel projet d'immigration. Parmi les régions étudiées je suis intéressé par la Colombie-Britannique et en particulier Vancouver et Victoria. Bien évidemment, parmi les éléments étudiés je cherche à avoir une connaissance sur les prix des maisons et globalement le marché d'immobilier. Sur Google j'ai trouvé quelques sites d'annonce et très vites je me suis aperçu que les prix à l'intérieur de la ville de Vancouver sont très élevés aussi bien pour l'appartement que pour une maison. A vrai dire, ça ne m'a pas surpris, car je trouve que c'est plus ou moins la même situation de nos jours, un peu partout dans le monde en ce qui concerne le prix d'immobilier dans les grandes villes. Du coup, je me suis dit si je m'éloigne du centre et je cible des banlieues de Vancouver, j'aurais peut-être, plus de chance à trouver des opportunités plus abordables. Pour l'instant, je considère un budget de 300000 à 350000 euros pour acheter une maison (au moins 3 chambres à coucher) dans une banlieue de Vancouver (idéalement max 1 heure et demie de Vancouver par le transport en commun). Je voulais donc savoir, est-ce qu'à votre avis, avec ce budget, c'est réaliste ou pas du tout? Je cherche quand-même une région bien classée d'un point de vue de la sécurité avec un niveau raisonnable de commerces et des transports en commun (surtout la sécurité pour moi est très importante). Donc si vous avez des quartiers dans la ville ou des banlieues à suggérer (que ça soit pour Vancouver ou Victoria) ainsi des liens vers des sites d'annonces que vous préconisez, je vous écoute! Merci d'avance,
  5. Bonjour, Ma conjointe et moi aimerions nous installer en France tout en revenant chaque année au Canada. J'ai 56 ans et je prendrai ma retraite en 2020. Nous aimerions acheter un terrain en France pour y bâtir notre maison de retraite. Nous contemplons l'initiative d'ouvrir un Airbnb et trouver de l'emploi saisonnier en agriculture. Afin de bien nous préparer, je vous serai très reconnaissant si vous pouvez répondre aux questions suivantes: En achetant une propriété, sommes-nous admissible à un visa prolongé qui se renouvellerait d'année en année? Pourrions-nous vivre en France pour une période de 10 mois par année? Est-ce qu'on continuera à payer des impôts au Canada sur le revenu de notre pension? Cordialement, Gilles
  6. Apalaveda

    Achat d'un Couette & café !

    Bonjour ☀️ Je souhaiterais avoir des informations pour acheter un chouette & café autour de Québec ou à Québec Pouvez vous m'aider sur des sites offres immobilières ... Merci à vous ?
  7. dvefirm

    Coût de la vie au Québec

    Bonjour à tous, Je suis au Québec depuis maintenant juin 2008 (pour rejoindre ma conjointe et nous avons maintenant 2 enfants de 5 et 8 ans). J'ai depuis 2 ans ma double nationalité. Je lis de temps en temps quelques parcours d'immigration sur ce site internet et j'aimerais pouvoir donner une idée du coût de la vie ici au Québec. Je sais une immigration ne se limite pas à cela, mais au moins cela va donner une idée de ce que cela coûte réellement). Vous allez trouver surement quoi redire mais cela pourra bonifier les montants indiqué ci-dessous. Immobilier : Acquisition : Prix d'une maison 3/4 chambres proche d'un métro à Laval : 300 000 à 400 000 $ (exemple : http://www.centris.ca/fr/maison~a-vendre~laval-des-rapides-laval/16021582?view=Summary) Prix d'un condo (appartement) de 1500 pi2 (140 m2) sur le plateau mont royal : 550 000 $ à 600 000 $ ( exemple : http://www.proprietes-a-vendre-montreal.com/fiche_detail.php?Codepropriete=14463577&Codelang=Français&OK=1#maison_montreal) Vous pouvez trouver des propriétés sur le site comme centris.ca (regroupe les offres des agents immobiliers) ou Duproprio (site de vente entre particulier donc pas de commission d'agent à payer). La commission de l'agent c’est le vendeur qui va la payer (en général 5 % que se partagent les deux agents). Vous aurez à payer la Taxe de bienvenue (faite une recherche sur google cela dépend du montant d'acquisition mais on pourrait simplifier à environ 1 %). Charges : Comme propriétaire il faudra payer les taxes municipale et scolaire (environ 1 % de la valeur de la maison par année). Donc si l'appartement coute 500 000 $ il faudra payer 5 000 $ de taxe par année Comme propriétaire d'appartement (condo) il y a des frais de copropriété à payer (entretien de l'immeuble et fonds de prévoyance), environ 1 % encore par année (cela va varier selon les services offerts, les réno prévus etc) Électricité : le prix de l’électricité est plus bas qu’en France mais il fait plus froid ici ! (et parfois plus chaud surtout en juillet aout). Disons que l'on peut compter 100 $ par mois pour un appartement et 250 $ pour une maison Hypothèques : Ici pas d'hypothèque sur 25 ans avec un taux fixé sur la durée. Il est possible de prendre une hypothèque (soit un prêt immobilier) sur 25 ans mais il faudra renouveler votre taux plusieurs fois (vous choisissez tous les ans, les 3 ans , les 5 ans etc et plus le terme est long plus le taux est long), vous pouvez faire une simulation sur le site ratehub.ca. Pas d'assurance obligatoire sauf si vous avez moins de 20 % de mise de fonds (alors il faudra faire affaire avec la SCHL) TV - Internet - téléphone : Ici pas de free tout compris ! pour internet vous avez les prix ici : http://www.fournisseurinternetmontreal.com/ pour le portable les prix ici : http://www.comparaisoncellulaires.com/comparez-les-forfaits-au-quebec/ Il faut ajouter les taxes (soit 15 %) ! Pour résumer : Uniquement internet à la maison environ 50 $ par mois. Forfait internet + tv + téléphone fixe environ 120 $ avec les grands groupes comme Bell ou Vidéotron Cellulaire : 50 $ par mois avec 2go de donné Transport : Passe mensuel de Montréal dans les 90 $ par mois, sinon un passage : 3 $ (pour plus d'info allez voir ici http://www.stm.info/fr/infos/titres-et-tarifs. Cela peut couter plus cher si vous êtes à Laval/Longueuil ou encore plus loin train : oubliez ça ! trop cher, trop long ou inexistant Voiture : Prix d'un litre d’essence, actuellement 1,2 $ le litre, mais grosse fluctuation, les prix augmente en moyenne une fois par semaine de 10 % et rebaisse pour remonter une semaine ensuite etc ! et toute les compagnies suivent le même prix généralement (voir ici pour se donner une idée (https://www.gasbuddy.com/). L'essence est beaucoup plus cher à Montréal qu'en région (par exemple 1,2 $ le litre a Montréal et 1,05 à Rawdon soit à 70 kms) Consommation d'essence : oubliez donc les consommations des clios ! ici ca consomme ! vous pouvez voir cela ici : http://www.rncan.gc.ca/energie/efficacite/transports/voitures-camions-legers/achats/7488. Pour exemple, mon ancien Toyota RAV 4 (model 2012) c'était minimum 10 litres au 100 ... Acquisition de voiture, pas de site d'achat groupé ou de prix cassé. On passe chez le concessionnaire et on rajoute donc les taxes frais divers etc (site référence au Québec :http://www.guideautoweb.com/). Disons qu'un VUS devrait vous coûter minimum 30 000 $ net (tout compris). Pas de sous marque ici Changement de pneus (bah oui c'est obligatoire d’avoir des pneus d'hivers ici dès décembre) :35 à 50 $ Vidange : au 6 000 kms ou au 6 mois ! 40 $ Vacance : ici tout est loin Donc vous avez le choix en voiture avec le Québec, l'Ontario et le Nord des états unis. Beaucoup de camping, de parc et d'hôtel. il y a vraiment beaucoup de chose à faire. Mais le prix peut grimper vite. Un chalet intéressant pour "une fin de semaine" soit 3 jours il faut compter 500 à 1000 $. (https://www.chaletsauquebec.com/) Vous pouvez aussi prendre le bus pour un week end à New York ou Boston par exemple, c'est très pratique http://www.beltour.ca/voyages-organises-new-york Concernant les états unis, la dollar canadien étant en baisse, c'est vraiment cher je trouve. un petit appartement 92 chambres) sur la mer à ocean city, wildwood etc c'est minimum 1500 $, sans compter la route (environ 8 heures). Pour les prix de location vous pouvez regarder sur booking.ca par exemple ... Voyage dans le sud comme on dit ici, c'est souvent aller dans les Caraïbes (Cuba, Mexique etc...), vous trouverez des prix sur voyagesbergeron.com. Disons qu'hors fêtes (noël, vacance scolaire), compter 800 $ par personne pour cuba, et 1200 $ pour le Mexique (cela peut être plus ou moins important selon la qualité de l'hôtel...) L'avion : Ça c'est l'arnaque ! c'est toujours plus cher de faire l’aller retour Montréal-paris en partant de Montréal plutôt que paris ! donc les européens paie moins cher un exemple : Montréal-paris 18 au 25 février = 938 $ air france contre paris-montréal au même date pour 811 $ air France !!! donc le canadien paie presque 15 % de plus !!! Allons donc comprendre (si quelqu'un peut me l’expliquer je suis preneur). On peut parfois dire que c'est à cause des vacances, mais avec cette exemple personne est en vacance scolaire ... Bref vous allez payer toujours plus cher et vu que tout est loin les vols vont vite vous freiner... Alimentation : Beaucoup de chose sont dise ici. Pour vous faire une idée des prix vous pouvez aller sur le site de circulaire en ligne (circulaire.com). L'important au Québec c'est de regarder ces circulaires (prospectus en bon français) car on peut facilement se faire 50 % de rabais ! Les enseignes à visiter comme intermarché, adonis, P&A, samifruit sont bien meilleur marché que les grands groupes (Métro, IGA etc.) École / garderie : Comme vous le voyez dans mes exemples (avec beaucoup de référence poru la famille), j’ai 2 enfants, voici les coûts liés à l’école Mes enfants sont dans le publique, le privée il faut compter entre 6000 et 10 000 par année (primaire). pour le publique l’école est gratuite, il faut payer quelques frais pour les photocopie ou autre dans les 150 $ par année. Pour le service de garde (ici l’école termine très tôt ! pour ma part 14h40 !!!) c'est 8,1 $ par jour et par enfant, cela comprend aussi la garde le midi. Nous pouvons prendre les enfants au plus tard à 18h00 Pour la cantine le midi, il n’y en a généralement pas, nous avons un service de traiteur mais c’est 7 $ par jour … donc ils ont leur propre boite à lunch. Pour les vacances il existe de nombreux « camps de jour » souvent à la semaine. Les prix peuvent varier entre 80 $ à 300 $ selon ce que tu veux faire Pour les activités et sport, cela peut aller vite, mon exemple : piscine (80 $ pour 11 cours), patin (250 $ pour 6 mois), soccer (250 $ pour 6 mois) etc. Enfin pour les frais de garderie (donc pour votre enfant jusque 5 ans, car ensuite c’est l’école), il faut compter 8,1 $ par jour (nourriture compris) pour les garderies subventionnés. Ensuite vous aller payer plus lors de votre déclaration d’impôt (jusque 21 $ par jour donc ça peut faire mal !). Sinon il y a des garderies privés, vous aurez un retour d’impôt. Retraite : Je pourrai faire des pages et des pages, mais pour résumer, ici il faut faire sa retraite sinon on va droit dans le mur… Disons qu’un retraité (65 ans) qui a travaillé toute sa vie pourrait aller chercher 12 000 $ par année de retraite (incluant le fédéral et le provincial). Avec cela vous pouvez aller vous pendre directement si vous avez aucune économie. Le gouvernement a mis en place le régime de REER, qui vous permet de récupérer l’impôt payé quand vous placer de l’argent (bloqué jusqu’à la retraite). Un exemple. Si vous gagnez 55 000 $ par année, si vous mettez 5000 $ sur votre compte REER, le gouvernement (provincial et fédéral) vont vous retourner un chèque de 37,7 % soit environ 2 000 $ lors de la déclaration d’impôt (à faire une fois par an). Donc cela vous aura couté 3 000 $ au final. Lors de la retraite vous pourrez retirer votre argent et vous serez alors imposé sur ce montant (qui pourrait être moins que 37,7 % car vous aurez moins de revenu). Voilà si vous avez d’autres exemples, merci de compléter ce sujet
  8. La compagnie Demographia vient de publier son rapport annuel sur le coût mondial de l'immobilier. Selon ce 13th Demographia International Housing Affordability Survey, Vancouver a un ratio de 11.8, ce qui signifie que le prix moyen de l'immobilier est 11.8 fois plus cher que le revenu familial moyen (avec un prix immobilier moyen de $830,100 pour un revenu familial moyen de $70,500). Plus simplement, Vancouver est ainsi la 3e ville la moins abordable au monde si l'on considère ce rapport prix immobilier/revenu familial. Toujours au Canada, on retrouve aussi Toronto à la 13e place des villes les moins abordables au monde avec un ratio de 7.7 (prix immobilier moyen de $615,800 pour un revenu familial moyen de $79,700). Et en tête de liste, ville la plus chère, Hong Kong avec un ratio de 18.1. Pour faire cette étude, Demographia s'est basé sur 406 villes à travers le monde. Le Top 15 des marchés immobiliers les moins abordables : 1. Hong Kong 2. Sydney 3. Vancouver 4. Auckland 5. San Jose 6. Melbourne 7. Honolulu 8. Los Angeles 9. San Francisco 10. Bournemouth & Dorset 11. San Diego 12. London (Greater London Authority) 13. Toronto 14. Plymouth & Devon 15. London Exurbs (E & SE England) source : https://www.thestar.com/business/2017/01/23/vancouver-third-most-expensive-in-world-for-housing-toronto-13th-study.html rapport complet (pdf) : http://www.demographia.com/dhi.pdf
  9. Selon un récent rapport du site Padmapper en date du 15 novembre 2016, les loyers continuent globalement d'augmenter au Canada. Le Top 5 des villes les plus chères au Canada en Novembre 2016 : 1. Vancouver, BC -> en moyenne $1,820/mois pour un one-bedroom et $2,920/mois pour un two-bedroom, soit respectivement une augmentation de 1,1% et 4,3% 2. Toronto, ON -> en moyenne $1,430/mois pour un one-bedroom et $1,820/mois pour un two-bedroom (le prix d'un one-bedroom à Vancouver), soit respectivement une augmentation de 4,4% et 3,4% 3. Victoria, BC -> en moyenne $1,170/mois pour un one-bedroom et $1,460/mois pour un two-bedroom, soit respectivement une augmentation de 3,5% et 4,3% 4. Calgary, AB -> en moyenne $1,060/mois pour un one-bedroom et $1,240/mois pour un two-bedroom, soit respectivement une augmentation de 1% et 0,8% 5. Montreal, QC -> en moyenne $1,050/mois pour un one-bedroom (baisse de 1,9%) et $1,380/mois pour un two-bedroom (stagnant) source : https://blog.padmapper.com/2016/11/15/padmapper-canada-rent-report-november-2016/
  10. mojema

    Toronto plutôt que Hong-Kong

    Bonjour à tous, Voilà nous venons d'apprendre que mon mari va se voir proposer une jolie promotion d'ici deux ans avec au choix Hong-Kong ou Toronto, mon coeur penche vers Toronto. Cependant beaucoup de questions se posent, Mr aura le statut de travailleur détaché, ce qui ne sera probablement pas mon cas ( pas d'intérêt pour mon Employeur). Je ne veux pas perdre en qualité de vie, que ce soit pour nous ou notre fille, aussi nous vivons dans une maison en région parisienne, et ne mettons que 30 minutes pour aller travailler. Je vais vous donner quelques-unes des questions qui m'obsèdent: L'immobilier est-il accessible sur Toronto (prix location maison 4 chambres avec jardin dans quartier calme?)? Comment fonctionne le système scolaire (privé/public)? Modes de garde, et ou horaires? La ville est-elle bien Desservie ou une voiture est-elle nécessaire? Plus généralement le coût de la vie est-il plus cher ou equivaut-il à Paris? Le système d'imposition est-il plus ou moins lourd que celui pratiqué ici? Nous gagnons bien nos vies ici, mais je crains que ça ne soit pas suffisant pour vivre aussi confortablement à 3 ou 4 ( si bébé 2) à Toronto. Merci pour votre aide.
  11. Bonjour, Suite à un coup de coeur immobilier et à un futur projet d'immigration, nous envisageons d'acheter un appartement à Montréal mais toute la procédure concernant le prêt semble compliquée. Est-ce que qqun sait comment nous pourrions procéder et/ou aurait des intermédiaires/courtiers/avocats à nous conseiller ? Quel est le coût d'un tel intermédiaire? Nous disposons de 20% d'apport pour l'achat de cet appartement. En vous remerciant par avance pour vos réponses! Armelipat
  12. WinnieCanada

    Acheter une maison a Montreal

    Bonjour à tous, Je tenais à vous faire part de notre expérience quant à l'achat d'une maison à Montréal. Pour avoir une idée de notre parcours, nous sommes arrivés au Canada il y a presque 6 ans. Nous avions acheté une maison en Ontario a notre arrivée que nous avons revendue plus tard pour aller voyager du cote de la CB. Les choses sont légèrement différentes au Québec pour l'achat d'une maison. Il y a bien sur les courtiers immobiliers et il faut s'assurer de trouver la bonne personne qui vous écoute et répond à vos attentes. Nous avons eu de la chance et nous avons trouvé cette personne sur ce site même. Elle est membre active et ce fut un plaisir de travailler avec elle. Son nom est Daphnay. Elle nous a vraiment beaucoup aidée, a su nous écouter et répondre a toutes nos questions et nos attentes. Ensuite, il faut trouver une hypothèque et pour cela, le ou la courtier peut beaucoup vous aider aussi car il ou elle a en général un réseau de personnes avec qui il ou elle travaille. Il faut bien sur fournir plein de papiers et d'information mais l'effort en vaut la peine. Ce courtier en hypothèque va tout d'abord vous pré-approuver pour un certain montant et ensuite, en fonction d bien que vous avez trouvé, cela peut être revu un peu. Nous avons trouvé une maison dont le bas est en location donc, cela crée un point positif sur notre dossier car nous avons quelqu'un qui paye un loyer tous les mois :-) Lors de la visite des biens, assurez-vous bien d'un point: les électro-ménagers doivent être mentionnes dans l'annonce. S'ils n'y sont pas, demander au propriétaire s’ils sont inclus. Malheureusement, cela ne suffit pas. Nous avions demande et malgré tout, la laveuse et la sécheuse ont été enlevées avant notre arrivée... Mauvaise surprise. Je conseillerais de faire mettre par écrit que les électro-ménagers seront inclus. Après la visite et si la maison vous plait, il faut faire une inspection. Là aussi, le ou la courtier immobilier connait du monde et vous aide. S'il y a un défaut majeur de stabilité ou autre, je vous conseillerais d'annuler la promesse d'achat. Sinon, à vous de voir, est-ce que c'est des travaux qui peuvent attendre un peu ou pouvez-vous vivre avec certains défauts? Comme vous avez été pré-approuve, il ne devrait pas y avoir de soucis avec l'hypothèque, juste beaucoup de papiers à fournir... Puis après plusieurs semaines, il y a la visite chez le notaire. Et oui, comme en France mais bien moins cher... Le notaire se charge en effet de vérifier que tout est à jour au niveau des terrains, de la mairie pour les taxes immobilières et scolaires et s'il y a quelques anormalités que ce soit sur le dossier. Cela se passe en deux visites. Une première ou seuls les acheteurs sont présents avec le notaire pour faire un point sur le dossier, fournir les preuves d'assurance... et une deuxième ou il va y avoir la signature en elle-même. Lors de la signature, les vendeurs et les acheteurs sont présents dans la même pièce. Il y a une relecture de toutes les informations, remise à zéro des taxes (trop paye par le vendeur sera repaye par l'acheteur)... Cette partie est très différente car en Ontario, c’est un avocat qui s’occupe de tout ça et on ne voit jamais les vendeurs. Et ensuite, félicitations. Vous êtes propriétaires :-) C'est un processus long et qui demande beaucoup d'attention. Je ne remercierais jamais assez Daphnay pour toute son aide. Bon courage si vous êtes dans ce processus ou si vous pensez à devenir propriétaire; et ça en vaut vraiment la peine.
  13. QuebecLover2703

    Devenir Agent Immobilier

    Bonjour, Je m'appelle Pascale, et je suis en première L. J'aimerais être agent immobilier et aller faire mes études au Québec pour ensuite y vivre ! Sauf que je n'y connais pas grand chose et je ne sais pas trop vers quelles études me diriger ! Pour ceux qui en saurait plus que moi, merci de m'aider
  14. bencoudonc

    "Les Français sont des proies faciles"

    Des proprios peu scrupuleux profitent de la naïveté des nouveaux arrivants : Les Français sont des proies faciles Plusieurs propriétaires profitent de la naïveté des immigrés en leur demandant des sommes extravagantes Paiement de plusieurs mois de loyer d’avance, dépôts de garantie, supplément pour le ménage: des propriétaires montréalais violent délibérément la loi lorsqu’ils s’apprêtent à louer leur logement à de nouveaux arrivants, notamment des Français. Au cours des derniers mois, Le Journal a réalisé une enquête auprès de 21 propriétaires montréalais, muni parfois d’une caméra cachée. Les deux tiers d’entre eux ont imposé des clauses interdites par la loi à la journaliste française qui s’est fait passer pour une nouvelle immigrée à la recherche d’un appartement. Approchés ensuite par une journaliste québécoise, la plupart des propriétaires ont soudainement assoupli leurs conditions. « Stressant » Le gérant d’un immeuble, rue Saint-Hubert, dans Rosemont–La-Petite-Patrie, a par exemple demandé un acompte de 500 $ et le paiement du dernier mois de loyer en argent comptant — le tout en plus du premier mois (715 $) — à la journaliste française. En revanche, lorsque la Québécoise l’a contacté, M. Parent ne lui a demandé que l’acompte de 500 $ — qui demeure toutefois illégal. Cette pratique à deux vitesses est d’autant plus discutable que beaucoup de futurs locataires étrangers ignorent tout de la législation provinciale en matière de logement. Après avoir contacté plusieurs propriétaires, Le Journal a également recueilli plus d’une dizaine de témoignages de jeunes immigrés français qui ont eu des difficultés à louer un appartement. Lorsqu’il est arrivé à Montréal en décembre 2011, Pierre (nom fictif) a dû donner 15 chèques postdatés à sa propriétaire, plus un 16e de 120 $ pour le ménage, systématiquement encaissé au terme du bail, bien qu’il eût rendu l’appartement lavé et propre. « Vous les Français » «J’ai été surpris. Mais quand tu arrives ici, tu ne sais pas trop, tu te dis que c’est comme ça que ça fonctionne», dit-il. Selon lui, son ancienne propriétaire a profité de sa situation d’immigré. «Elle m’a carrément dit: “Vous, les Français, vous avez tous des comptes blindés”», rapporte le jeune boulanger, Stéphane Labouille, un autre Français arrivé en septembre, s’est lui aussi heurté à quelques obstacles dans sa quête d’un logement. «Il fallait donner le mois de loyer à venir, plus deux mois de sécurité. Nous savions qu’ils n’avaient pas le droit de demander ça», confie-t-il. Se renseigner avant Même scénario pour Mathieu (nom fictif), débarqué il y a tout juste huit mois, emploi d’ingénieur en poche. «Vous êtes Français, vous n’êtes pas solvable, il faut me verser une caution», lui a demandé le propriétaire d’un logement sur la rue Christophe-Colomb. Ce dernier exigeait le paiement de six mois de loyer (645 $/mois) à l’avance. Un autre ponctionnait une caution de 500 $. «J’ai dit non. C’est irrespectueux. Six mois de loyer, c’est une insulte. Pourquoi ne pas lui donner un bras en garantie aussi? a-t-il réagi. Moi, je me conforme à toutes les lois de l’immigration, j’ai un travail, je paie mon loyer, mes impôts.» Le Français de 27 ans met en garde les nouveaux immigrants de se renseigner avant d’accepter n’importe quoi... Suite et source : http://www.journaldemontreal.com/2015/01/24/les-francais-des-proies-faciles
  15. Immobilier : Vancouver se classe 2e ville la plus chère au monde Mise à jour le mardi 20 janvier 2015 à 13 h 30 HNE Radio-Canada avec La Presse Canadienne Le centre-ville de Vancouver Photo : Philippe Moulier Vancouver se positionne deuxième ville la plus chère au monde, derrière Hong Kong, en ce qui concerne le marché immobilier, selon une nouvelle étude qui se penche sur les marchés immobiliers importants. Le sondage annuel Demographia International Housing Affordability classe les marchés immobiliers du Canada, des États-Unis, de l'Australie, de la Chine, de l'Irlande, du Japon, de la Nouvelle-Zélande, de Singapour et du Royaume-Uni. Le classement de Vancouver en 2015 est le pire des 11 années où ce sondage a été effectué. Même si Vancouver était la seule municipalité canadienne dans les 10 villes les plus chères, les marchés immobiliers à Toronto, Victoria, Kelowna et dans la Vallée-du-Fraser ont aussi été classés comme étant inabordables. Moncton au Nouveau-Brunswick a été qualifié de marché immobilier canadien le plus abordable. St-John's, Fredericton, Windsor en Ontario et Charlottetown se sont aussi classées comme des villes abordables pour acheter des maisons. source : http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2015/01/20/002-immobilier-vancouver-cout-etude-cher-logements.shtml?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  16. À l'heure des élections municipales, un petit point immobilier entre les 3 candidats à la Mairie de Toronto. Source : Radio-Canada du 24 octobre 2014
  17. Toronto : le second marché résidentiel le moins accessible au Canada Par Raymond Desmarteau | Mardi 7 octobre, 2014 Toronto est la quatrième ville au monde où il fait bon vivre et l’une des villes les plus accueillantes pour y faire des affaires. Voilà ce qu’on peut lire dans un rapport de 245 pages rendu public aujourd’hui. Mais, Toronto est aussi la seconde ville en importance au Canada où le marché de l’habitation est le moins convivial au pays. Le rapport annuel de la Toronto Foundation, intitulé Vital Signs (Trad. : signes vitaux) examine une multitude de sujets allant de l’économie à l’environnement en passant par le taux de criminalité. Rahul Bhardwaj, président et chef de la direction de la Toronto Foundation, affirme que Toronto peut être fière de son résultat tout en soulignant qu’on y trouve des problèmes sérieux, des réalités inquiétantes. « Les problèmes de Toronto ne font pas dans la simplicité. Si tel était le cas, nous trouverions facilement des solutions simples, il va de soi. Nous faisons face à des problèmes complexes.» Le logement abordable – en fait le manque criant de logement abordable – est encore et toujours au cœur de la réalité torontoise comme le souligne le rapport Vital Signs. Il n’y a qu’à Vancouver où la situation est pire. « En juillet de cette année, plus de 170 000 personnes se retrouvaient sur des listes d’attente de logements sociaux dans la ville de Toronto,» souligne Sara Goldvine du Toronto Community Housing. «Des familles peuvent attendre jusqu’à huit ans avant d’avoir accès à un appartement subventionné dans la ville. » Le coût médian d’une maison typique Toronto est de 691 000$, ce qui exige d’une famille un revenu brut annuel d’au moins 140 000$. Le coût moyen de location pour un simple appartement est de 1 100$/mois. Quelques données La mesure du prix moyen d’une maison par rapport au revenu moyen des familles place Toronto au quinzième rang des marchés immobiliers les moins accueillants au monde. L’index d’accessibilité des prix – le revenu nécessaire avant impôts d’un ménage pour remplir ses obligations hypothécaires dans le marché actuel – était de 65,3% au premier trimestre de 2014. Le taux d’inoccupation des appartements d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto était de 1,7% en 2013. Le loyer moyen pour un appartement d’une chambre à coucher dans le Grand Toronto en 2013 exigeait 40,6% du revenu moyen d’une personne travaillant à plein temps chez les 15-24 ans. À Toronto, 45% des personnes dans la vingtaine vivent avec leurs parents. 260 unités HLM ont été livrées en 2013, une chute de 77% par rapport à 2012 Une ville plus verte Le rapport Vital Signs souligne également que les Torontois ont des habitudes de vie plus vertes, qu’ils utilisent moins d’eau potable et qu’ils recyclent davantage. La consommation d’eau a chuté de 16 millions de litres par jour entre 2011 et 2012. Le taux de déchets domestiques a augmenté au cours des trois dernières années. Reste que le pourcentage de récupération a atteint 53% en 2013, une augmentation de 1% par rapport à l’année précédente. Le nombre de bâtiments possédant la certification LEED (Leadership in Energy and Environment Design) – un système nord-américain de standardisation de bâtiments à haute qualité environnementale – augmente de 60 unités annuellement depuis deux ans. On retrouve plus de 10 millions d’arbres dans la forêt urbaine torontoise de 116 essences différentes, soit 16 000 arbres par kilomètre carré ou encore quatre arbres par Torontois. http://www.rcinet.ca/fr/2014/10/07/toronto-le-second-marche-residentiel-le-moins-accessible-au-canada/
  18. soulman

    Propriétaire, pourquoi pas ?

    Avant tout désolé, je me fais rare sur le forum, mais avec plein de bonnes raisons Ouh, si ça peut m'excuser un peu, je délaisse beaucoup d'autres choses en ce moment. Mon éditeur m'écrit plusieurs fois par semaine parce que mon album BD n'avance plus, j'ai du refusé d'aller dans plusieurs salons pour mon studio, je ne vois presque plus mes amis depuis quelques semaines, et tout ça pour ce qui sera le thème de mon billet du jour, je suis en train de rénover un loft que j'ai acheté ! Les loyers montent, et personnellement ça m'a toujours un peu tanné de savoir que je donnais autant d'argent directement à un propriétaire sans rien mettre de côté. Alors quand j'ai vu que pour la 3ème année consécutive ma proprio nous imposait le max possible en augmentation de loyer, cette fois j'ai dit stop. Tant qu'à payer plus de 800$ dans le beurre, autant commencer à mettre de côté. Et c'est là que j'ai le Québec, c'est tellement plus simple et plus rapide. Quand on a décidé de commencer à regarder le marché, le soir-même avec ma blonde on a été sur tous les sites habituels. Si vous n'avez pas encore commencé à regarder de ce côté, je vous fais un petit résumé des principaux : - La méthode traditionnelle, les sites avec agents immobiliers, comme notre bon vieux Century en France. Le meilleur selon moi ici, c'est Remax. Beaucoup de choix, les agents sont proactifs, ils essaient de bien comprendre nos besoins et comprennent que si un jour tu achètes de nouveau ou que tu revends, il vaut mieux t'accompagner correctement jusqu'au bout du processus (ils viennent même à la signature chez le notaire, enfin moi ça a été le cas). Y en a d'autres, le choix est gros. - La méthode alternative : Duproprio.com. Le choix est énorme là aussi, l'originalité, c'est qu'il n'y a pas d'intermédiaire, pas d'agent. Les avantages, c'est que personne ne perd la commission, ni le proprio ni l'acheteur. Le site est super bien fait, très pro, ils donnent tous les outils aux vendeurs pour présenter leur maison au mieux. L'inconvénient ? Le prix est parfois trop haut. C'est normal, si un agent vous dit que votre maison vaut 200 000 mais que vous pensez vous pouvoir en tirer davantage, autant s'essayer. Sur leur site il y a pas mal tout ce qu'il faut pour vous faire une tête. Des comparatifs pour voir combien le même style de maison dans le même style de quartier s'est vendu, une simulation de ce que ça vous coutera en hypothèque, etc. - Troisième méthode, les petites annonces. LesPac, Kijiji, on ne sait jamais. Évidemment moins professionnel, moins bien présenté, souvent peu de photos, mais autant vérifier. N'hésitez pas à aller faire plein de visites pour avoir des comparatifs. Avec ma blonde on souhaitait un loft, en centre ville, proche de Saint Roch, avec assez de potentiel pour pouvoir faire des travaux et revendre plus cher dans quelques années. Premièrement parce qu'on avait pas les moyens d'acheter du "fini", deuxièmement parce qu'elle fait du design d'intérieur, que je me débrouille dans les travaux, et troisièmement pour maximiser notre investissement. On a donc été visiter des lofts qui correspondaient à nos attentes mais entièrement refaits et décorés, et on s'en est servi comme comparatif pour un autre loft qui lui était complètement vide, avec juste du béton et tout à faire. Si vous montrez que vous connaissez bien le marché et que vous n'êtes pas trop pressés, vous avez plus la certitude d'acheter au bon prix, n'hésitez pas à négocier donc si vous sentez que vous êtes dans votre droit (pas juste pour faire descendre si le prix est déjà bas ). Après ça, tout va assez vite, quand vous signez la pré-vente, il y a un délai de quelques semaines pour que d'un bord ou l'autre vous puissiez vous rétracter, et si ce n'est pas le cas, vous passez devant le notaire qui coute beaucoup, beaaaaucoup moins cher qu'en France. Ça peut vous paraitre rapide de penser à acheter quelque chose, mais si vous avez une mise de fond et que vous aimez bricoler, ça peut être très intéressant. Avec mon loft, je paye moins par mois que je payais pour mon loyer, et je mets de côté un petit peu à chaque versement.
  19. Avec les réformes des retraites qui se profilent, la tendance est à l’investissement immobilier, mais pas n’importe où ! Avec la hausse de la fiscalité et la baisse des rendements, les Français envisagent de plus en plus d’investir outre-Atlantique et nos cousins au Canada représentent une terre d’accueil qui attire la population de l’Hexagone. Peut-on investir au Canada à distance ? Si vous décidez d’investir dans l’immobilier au Canada, vous pouvez percevoir des revenus de location sans y être résident. Il faut cependant respecter certaines règles de conformité fiscale, sinon vous pourriez rencontrer des difficultés lors de la vente de vos biens. Mais concrètement, comment ça se passe ? À titre de non-résident, vous devez d’abord demander un certificat de conformité lors de la disposition d’un bien canadien imposable. La plupart du temps, un non-résident qui perçoit un revenu de location est redevable d’impôts au Canada à un taux de 25 % calculé sur le montant brut du loyer perçu pendant l’année se terminant au 31 décembre. Aucune dépense liée à l’immeuble locatif n’est alors prise en considération, même s’il est déficitaire. Mais en vertu de laLoi de l’impôt sur le revenu, le non-résident peut choisir d’être redevable d’impôts sur le revenu net de location, déductions faites des dépenses admissibles. Le taux d’imposition ne sera plus de 25 %, mais calculé à des taux d’imposition graduels similaires à ceux dont bénéficient les résidents du Canada. Pas d’avantage fiscal de type SCI au Canada ! Lors de la vente, le Canadien sera imposé sur la moitié du gain en capital, selon sa fourchette d’impôt. Au Canada, contrairement à la France, il n’y aucun avantage fiscal équivalent à une SCI (Société civile immobilière) lors d’un investissement immobilier. Qu’en est-il du marché immobilier ? Comme en France, les prix des immeubles de rapport ont explosé ces dix dernières années et sont désormais très élevés par rapport au revenu net qu’ils peuvent générer. À Montréal, la valeur des immeubles a été multipliée par trois depuis 2001 et les taxes ont suivi l’inflation. Malgré tout, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) prévoit une remontée des ventes dès 2014 et dit s’attendre à une progression de 4,5 % de la revente. Et au niveau de la location ? En ce qui concerne les lois qui protègent les locataires, c’est au Québec où les locataires résidentiels sont les mieux protégés par la Régie du logement du Québec. Contrairement à la France, on ne peut pas exiger trois mois de loyer d’avance ou résilier le bail pour différentes raisons. Il faut toujours se présenter au tribunal de la Régie du logement en cas de litige. Une loi très protectrice des locataires au Québec ! Lire la suite
  20. Une petite maison pour 600 000 $? Impossible à Vancouver Mise à jour le mercredi 11 décembre 2013 à 16 h 12 HNE Avec le marché immobilier le plus cher au pays et ses prix exorbitants, l'accès à la propriété est toujours difficile à Vancouver et ceux qui veulent une maison dans la métropole doivent consacrer une lourde part de leurs revenus au paiement de leur hypothèque. Un texte de Frédéric Arnould À vendre sur un terrain de 34 mètres par 9 mètres, cette maison unifamiliale sur deux niveaux, avec deux chambres à coucher et deux salles de bains. Proche du métro aérien Skytrain. À 15 minutes du centre-ville en voiture. Propriété vendue telle quelle, pas de garage. Parfaite pour premier acheteur ou investisseur. Prix demandé 668 000 $. À saisir sur la recherchée rue Knight, petite maison sur un terrain qui changera bientôt de zonage. Proche d'un centre commercial, de restaurants, d'un parc et du transport en commun. Prix demandé : 699 000 $. Maison à vendre à VancouverMaison à vendre à Vancouver Photo : mls.ca Voilà la réalité pour ceux qui veulent « à tout prix » acheter un bungalow situé à Vancouver et non dans une banlieue éloignée, où le transport peut être un véritable casse-tête quotidien et voler une à deux heures de leur temps pour se rendre au travail chaque jour. Quant à ceux qui sont prêts à vivre dans une des multiples « tours de verre » au centre-ville, il leur faudra débourser 598 000 $ pour un appartement de 62 mètres carrés sur la rue Alberni. Dans le cas d'une maison, la plupart du temps, il suffit de jeter un coup d'il sur l'évaluation foncière pour se rendre compte que c'est en fait le terrain qui représente le gros de la facture. Parfois jusqu'à 90 %. Les acheteurs devront décider s'ils passent le bulldozer dans le bungalow pour reconstruire à neuf ou tenter de rénover la bicoque qui a plus ou moins été bien entretenue. C'est la ritournelle des agents immobiliers : « on ne fabrique plus de terrain » . De quoi justifier, disent-ils, les prix exorbitants. Il ne se passe pas une semaine sans qu'un rapport sur l'immobilier en éclipse un autre dans l'actualité. Vancouver est au bord de la chute, La bulle immobilière va éclater, Reprise des transactions dans un marché fragile, Vente record le mois dernier, L'OCDE suggère au Canada de forcer le ralentissement... les titres se suivent et ne se ressemblent pas. Il est vrai que le marché de Vancouver, toujours le plus cher au Canada, a connu un ralentissement depuis deux ans. Pour l'instant le prix moyen d'un logement, toutes catégories confondues, est de 603 000 $, en hausse de 1 % en novembre. Avec un prix moyen comme celui-là, l'accès à la propriété est toujours difficile dans la métropole, car les salaires ne sont pas forcément ajustés en conséquence. Résultat, selon un rapport de la Banque Royale publié en mai 2013, pour acheter un bungalow détaché à Vancouver, une famille devra y consacrer près de 83 % de son revenu. Ce qui ne laisse pas grand-chose pour finir le mois. Comment Vancouver en est-elle arrivée là? La limite d'inventaire de terrain (il n'y a qu'à regarder le nombre de tours d'appartements où la densification de population est évidente), le climat le plus clément au Canada, la diversification de l'économie, la plage, les montagnes et bien sûr la porte vers l'Asie sont tous des éléments qui ont contribué au succès de la métropole britanno-colombienne. La couleur asiatique de la ville est aussi au cur du marché immobilier puisque certains expliquent la flambée des prix depuis les 20 dernières années par des achats de propriétés par une riche clientèle chinoise, notamment de Hong Kong. Les études diffèrent quant au réel impact de cette présence chinoise dans le marché. Une étude publiée en 2011 par Datacorp mentionnait que 74 % des noms des acheteurs de maisons de luxe étaient d'origine chinoise. Il reste que notamment à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), un important contingent de jeunes étudiants chinois apparaît chaque année sur le campus. Et que bon nombre d'entre eux ont accès à des appartements d'un demi-million de dollars et plus achetés par leurs parents qui sont toujours en terre chinoise. Faudrait-il dans ce cas faire ralentir le marché de « Hongcouver » en imposant une taxe aux acheteurs étrangers? L'idée a été émise récemment par une femme née en Chine qui vit à Vancouver depuis 2002 et qui peine à pouvoir acheter une maison décente à cause de cette flambée des prix. Joy Mo, 42 ans, estime que ces acheteurs contribuent à faire augmenter les prix de l'immobilier et ne participent pas de tout à la vie communautaire de la ville. Elle pense qu'imposer une taxe de 15 %, comme le fait Hong Kong d'ailleurs, permettrait de refroidir les ardeurs des acheteurs étrangers. Une proposition que n'est pas près, en tout cas pour l'instant, de suivre le maire de Vancouver, Gregor Robertson. Celui qui se proclame le champion du logement abordable va cependant garder toutes les options dans son jeu afin de prendre des mesures dans le futur. En attendant, les jeunes couples qui veulent entrer dans le marché immobilier de Vancouver doivent sans cesse reporter leur achat dans l'espoir de pouvoir se « ramasser » une mise de fonds qui réduira d'emblée leur endettement. Car même si les taux d'intérêt sont très bas actuellement, il faudra bien qu'un jour ils remontent. Et une seule hausse de 0,5 point de pourcentage signifie une sacrée hausse du montant hypothécaire à payer chaque mois, surtout quand on a une maison de 600 000 $ et plus. La solution pour faire son entrée dans le marché immobilier? Acheter un « micrologement » à Surrey, en banlieue sud de Vancouver. Avis aux amateurs, il vous en coûtera 109 000 $ pour un modeste... 30 mètres carrés. source : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2013/12/11/005-immobilier-vancouver-prix.shtml
  21. witefree

    Achat immobilier au Québec: questions

    Bonjour à tous, Voilà... je vais essayé d'être bref. Français, vivant en FRANCE je souhaiterais acheter une maison dans votre beau pays, le Québec! Pour y passer les vacances, avoir un bien immobilier à l'étranger et pour le louer au Québecois. Cependant j'aurais quelques questions: 1/ J'ai vu sur les sites des courtiers que l'on pouvait avoir une très belle demeure pour seulement 70 000 dollar canadien; avec un niveau de standing Français or en France à ce prix on ne trouve que des studios sales de 20 m2 ! Qu'en pensez vous est-ce que cela vaut le coup ou pas d'acheter? Ce sont des battisses pleine de charme, certes construite avant 1975 mais toute belles ! Je pense que l'isolation serait à revoir?? 2/ La région des Chaudière-Appalaches me semble intéressante pour investir, qu'en pensez vous? Sinon quelle est la plus jolie province du Québec, avec lac, forêts... ? 3/ Au niveau des impôts j'ai vu que l'on avait différentes taxes annuelles, plus précisément deux qui ne sont vraiment à mon humble avis pas élevés (1300 dollar/an) 4/ Je souhaiterais louer cette maison à des Québecois; existe-il le même mode de gérance par les agences immobilière qu'en France? Quel est son coûts? 5/ On peut louer à l'année ou au mois j'ai vu, c'est bien ça? 6/ Existe-t-il une garantie comme en France contre les loyers impayés? D'avance merci pour ces premières réponses. J'aurais d'autres questions mais on verra par la suite.
  22. choylee

    Immobilier Montreal 2013

    Salut, Ayant vendu mon appartement à Paris au bon moment (dans le haut de la vague) avant de quitter la France, je me demande s'il est intéressant d'acheter un condo 2 chambres sur Montreal pour faire un achat - investissement ( c'est a dire de vivre dedans pendant 4-5 ans et le mettre en location par la suite). D' après ce que j'ai pu constater pour Montréal, nous avons les facteurs suivants : - Ralentissement des ventes amorcé en 2012 - Chutes de ventes/transaction en 2013 - Augmentation des constructions du nombre de condos, condos neuf invendus en 2013 - 10 acheteurs pour un vendeur, en faveur de l'acheteur. - Les prix augmentent faiblement de 1% ( niveau de l'inflation ) - Resserrement des règles hypothécaires pour prévenir la formation d'une bulle - Taux d’intérêt bas Par exemple, a Rosemont nous avons des condos 2 chambres en construction pour 300 000 $ taxes incluses. Quand je vois le prix de la location, c'est pas évident que ce soit le bon moment d'acheter sur Montreal. Il est intéressant de faire le point en fin d'année 2013 et d'imaginer les perspectives pour 2014 (bulle immobilière ?)
  23. http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201301/22/01-4613626-montreal-severement-inabordable.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  24. Bonjour à tous, Nous faisons la traversée fin mars pour Québec. Nous sommes en pleine recherche de logement et.... nous sommes également en plein désespoir !! ... Nous ne trouvons que des annonces de logements où il est indiqué : pas d'animaux. Alors évidement nous comprenons la crainte des propriétaires de voir leur appartement ou leur maison détériorée par la présence d'un animal agité. Mais il va quand même bien falloir que l'on se trouve un toit (en mars il fait encore froid pour opter pour la solution du camping) !! J'appelle à l'aide ceux qui ont immigré avec leur chien ! Comment avez-vous trouvé ? Nous avons quelques contacts sur place, mais pas de retours et pas de possibilités d'hébergements... Il y a encore du temps mais on commence à se poser de sérieuses questions ! Et, non, on ne laisse pas notre chien en France !!! Merci à vous
  25. Nous vous offrons une Invitation spéciale à un cocktail conférence dont le thème est : Acquérir, financer et sécuriser son patrimoine immobilier au Québec - Date : 26 juillet 2012 - Heure : 17:30 à 19:30 - Lieu : Montréal (centre-ville) Envoyez vos demandes en remplissant ce formulaire : http://www.immigrer....ct/laurent.html
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles