Jump to content

Le Québec "Multing pot ou communitarisme"?


daredare

Recommended Posts

  • Habitués

Il n'y a de réelle intégration que par une volonté des immigrants. Les ghettos, ne facilitent pas celle-ci, par contre les personnes qui se sortent de ces mini pays dans le pays arrivent à vivre dans la société qui les accueille plus facilement.

Pourquoi n'y a t-il pas de quartier français dans aucune des villes du monde que j'ai pu connaitre ? Manque d'identité ?

Oh, que non! Demande aux Africains de ce forum ce qui se passe avec les Français au Sénégal, au Burkina ou dans tout autre pays africain. Ils vivent dans le quartier français, ont leur resto français, leurs écoles françaises, leurs clubs français. Et à Montréal? Le Plateau, ce n'est pas un peu le quartier français? L'instinct grégaire existe chez tous les peuples, Français inclus.

Les autochtones qui ont accepté de lacher le BS et le hors taxes, vivent très bien au Québec.

Ah, oui? Tes propos démontrent que tu connais assez bien le sujet ;)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Mais c'est toujours bien Trudeau qui à officialiser le multiculturalisme, sans lui on en parlerait peu et les immigrants ne diraient pas en arrivant que c'est le multiculturalisme qui les ont attirés ici !

Le fait d'en parler ou pas ne change pas grand chose au fait que les Canadiens considèrent l'assimilation d'autres peuples comme un dossier potentiellement explosif. Après les échecs retentissants d'assimilation forcée des autochtones et des francophones, pas moyen de proclamer : "Maintenant, on va avoir une culture commune". Comment Trudeau aurait-il pu faire autrement alors que les trois peuples fondateurs voulaient tous conserver leurs propres cultures? Il a été réaliste, c'est tout!

Toi, tu voudrais avoir une culture commune avec des anglophones du Manitoba?

Si le Canada est ce qu'il est actuellement, ce n'est pas la faute à Trudeau, c'est une conséquence logique de l'Histoire de la Confédération.

L'histoire de la confédération commence en 1867, mais se termine en 1982 quand Trudeau a rapatrié la constitution sans l'accord du Québec pour transformer le tout en fédération. La différence est de taille puisqu'une confédération est une association d'états souverains contrairement à une fédération qui est un regroupements d'états.

Bien au delà de la confrontation Québec-Ottawa, la constitution à placer le Canada au dessus de tout, à officialiser le multiculturalisme "coast to coast" et à marginaliser les renvidications des peuples qui la composait pour par la suite dire que tout les peuples qui étaient marginaux à l'époque et tout les autres peuples qui se sont formés après ont droit au même revendications que les peuples d'origines partout au Canada. En fait, le gouvernement Canadien s'est donné le pouvoir avec la nouvelle constitution de 1982 de promouvoir le multiculturalisme alors qu'avant 1982 il était constitutionnellement parlant qu'un pourvoyeur de services.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Il n'y a de réelle intégration que par une volonté des immigrants. Les ghettos, ne facilitent pas celle-ci, par contre les personnes qui se sortent de ces mini pays dans le pays arrivent à vivre dans la société qui les accueille plus facilement.

Pourquoi n'y a t-il pas de quartier français dans aucune des villes du monde que j'ai pu connaitre ? Manque d'identité ?

Oh, que non! Demande aux Africains de ce forum ce qui se passe avec les Français au Sénégal, au Burkina ou dans tout autre pays africain. Ils vivent dans le quartier français, ont leur resto français, leurs écoles françaises, leurs clubs français. Et à Montréal? Le Plateau, ce n'est pas un peu le quartier français? L'instinct grégaire existe chez tous les peuples, Français inclus.

Les autochtones qui ont accepté de lacher le BS et le hors taxes, vivent très bien au Québec.

Ah, oui? Tes propos démontrent que tu connais assez bien le sujet wink.gif

Il faut que tu distingues les anciennes colonies françaises, où, malheureusement des quartier entiers étaient réservés aux "dirigeants" et interdits aux populations locales, à part pour venir travailler, une espèce d'Apartheid...

Actuellement, des quartiers français, constitués de français, avec des boucheries, des épiceries, des boulangeries françaises et même des pipiroom à la française...en as tu vu à NY, LA, Miami ? En Allemagne, en hollande, ou même à Hong Kong et même Pékin...Pas moi !

Pour ce qui est des autochtones, dans mon petit coin de Québec, j'ai l'occasion de soigner des Iroquois, des Hurons, des Atikameks. A l'unisson, ils me disent garder leurs identités, et refusent de se vendre au gouvernement, il n'ont pas de misère à trouver du travail, et ne me parlent jamais de discrimination.

Ai-je une vision trop idéaliste ?

Edited by Equinox
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Les juifs new yorkais se bien intégrés à la société américaine, la preuve, cette affiche ;)

792134_2896815.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le problème du Canada n'est pas que géographique. Il est aussi historico-politique. La Chef de l'État est une reine étrangère, représentée par un(e) gouverneur(e) dans lequel personne ne se retrouve ...

Qui connaît la devise canadienne? Existe-t-elle seulement? Le drapeau et l'hymne national canadien n'existent que depuis quelques années. La monnaie est un symbole fort aux USA. La nôtre? avec la tronche qu'il y a sur nos billets de banque, pas de chance ... L'armée est aussi un symbole très fort, mais ici? Bof! J'habite tout près d'un camp militaire et c'est malheureux, les dépouilles de nos soldats rentrent ici dans l'indifférence la plus totale et on vient de refuser de rebaptiser une autoroute en leur honneur.

Tant que les liens ne sont pas coupés avec la Reine, tu considères qu'il n'y aura pas d'unité ? Pourtant les autres pays ex-colonies UK l'ont cette unité. Serait-ce par ce que les Canadiens s'en moquent un peu de tout cela, un peu comme s'il y avait un pays gelé aux frontières et dans son mode fonctionnement démocratique, un pays qui serait immuable et donc pas besoin de se battre ni revendiquer haut et fort son patriotisme.

Pour ce qui est des militaires je crains que le Canada n'ai perdu la place qu'il avait, place perdue suite aux coupes dans le budget de l'armée dans les années 70-80. Mais cette place n'est que celle sur la scène internationale. Savoir si les canadiens se moquent des dépouilles des soldats, je ne saurais dire. En octobre, sur la route entre Montréal et Toronto, il y avait beaucoup de monde sur les ponts, brandissant le drapeau canadien: un convoi devait ramener des soldats morts peu de temps auparavant. Cela, je ne le vois pas en France. Bien sur il n'y a pas la foule devant les différents parlements, mais est-ce que cela veut dire que les canadiens sont indifférents?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Les Italiens. Ils sont restés longtemps Italiens et le sont encore.

Les Mohawks, bien que voisins de Chateauguay, ne parlent aucun mot français.

Hors Québec, les Chinois de Vancouver, les Indiens de Toronto ou les Noirs de Halifax n'ont jamais été intégrés.

Et tout ça, c'était bien avant PET. Lui, il a été pragmatique, sachant que l'assimilation des immigrants ne pouvait se faire dans un contexte où Québécois et autochtones eux-mêmes luttaient contre. À quelle culture les immigrants auraient-ils pu s'assimiler d'ailleurs, puisque le Canada en a deux grandes? Qu'ont-ils en commun les Newfies et les Albertains?

n'ont jamais été ou non jamais voulu ? Pour les Mohawks, ne serait-ce pas une dent contre les français et de ce fait rejeter tout ce qui français ?

Ce que tu décris me fait penser aux début de l'immigration dans des pays tels que les US, l'Australie ... les immigrants restants en groupe afin de recréer une sorte de "famille". L'immigration est somme toute récente au Canada et on a donc les travers qu'ont connu tous les pays... et dans ce cas pourquoi chercher à s'intégrer puisque finalement on peut vivre dans et avec sa communauté. On est au coeur d'une communauté, et il y a une périphérie (les plus jeunes ?) qui font l'interface avec le monde qui entoure...

Avant la culture, on s'imagine tous qu'elle fut là lors de la création d'un pays et/ou d'un nation, il n'y avait rien. Idiot à écrire peut-être mais c'est un fait. Je ne compare pas avec les US mais c'est un exemple récent de constitution d'une culture. Qu'avaient en communs des allemands, des irlandais, des anglais, des russes ... à part se taper dessus dans la vieille Europe ? Rien ! Si ce n'est une nouvelle vie à construire, un pays à défricher.

Le newfie (Qu'est-ce qu'il est marqué sous les bouteilles de bière Newfies?

- Ouvrir l'autre bout.) et l'albertain ont en commun une histoire, base de toute construction d'un pays. Il n'y avait pas, comme dans le cas de la construction européenne, des cultures pré-existantes qui doivent maintenant n'en former qu'une. L'albertain et le newfie, le québécois et l'ontarien ont une histoire commune: celle de la vie dans un nouveau territoire suite à l'indépendance des US. L'inconvénient est que la culture ne peut venir qu'une fois les bases d'un pays établies.... et dans le cas du Canada, il ne fut un pays que très récemment.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

me semble que vous parlez religion au lieu de nationalités la ? c'est pas comparable.

Ce n'est pas forcément de religion que l'on parle dans ce cas. Un juif new-yorkais c'est aussi une définition culturelle d'un groupe d'américain ... je me demande si je n'ai pas entendu cela dans un film de woody allen :blush:

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

C'est faux Eric, et tu le sais. Les Québécois (surtout les souverainistes) aiment le détester, mais PET n'a pas instauré le multiculturalisme, il existe bien avant. Il n'a fait qu'officialiser comme politique un état de fait déjà existant.

Tu mélange tous !:wacko: Éric voulait probablement parler du multiculturalisme en tant que

programme au au niveau fédéral. Je pense que Éric sait qu'il y avait des Noirs

et des Juifs au Canada avant Trudeau !!!

Les Italiens. Ils sont restés longtemps Italiens et le sont encore. Les Mohawks, bien que voisins de Chateauguay, ne parlent aucun mot français. Hors Québec, les Chinois de Vancouver, les Indiens de Toronto ou les Noirs de Halifax n'ont jamais été intégrés. Et tout ça, c'était bien avant PET. Lui, il a été pragmatique, sachant que l'assimilation des immigrants ne pouvait se faire dans un contexte où Québécois et autochtones eux-mêmes luttaient contre. À quelle culture les immigrants auraient-ils pu s'assimiler d'ailleurs, puisque le Canada en a deux grandes? Qu'ont-ils en commun les Newfies et les Albertains?

Premièrement,c'est pas à la société d'accueil à s'intégrer aux immigrants, c'est aux

immigrants de s'intégrer à la société d'accueil. C'est parce qu'il y a trop

d'immigrants qui pensent comme toi qu'ils ont beaucoup de difficultés à s'intégrer...

Tu mets sur le même pied québécois francophone et immigrants ce qui est

une erreur monumentale. Le Canada est basé sur le concept des 2 peuples fondateurs,

anglais et francais, c'est la raison pour laquelle l'anglais et le francais et seulement

l'anglais et le français sont les langues officielles du Canada et non pas l'italien

le grec ou le japonais...

Les autochtones ( indiens ) ne représentent qu'environ 1% de la population au Québec et

environ 2 % au Canada, c'est très peu et leur pouvoir économique et politique est faible,

ils sont très dépendant des subvention d'Ottawa, donc forte dépendance économique.

A Ottawa à la chambre des communes la représentation des autochtones est quasi-nulle,

même chose à l'assemblé nationale du Québec. Compte du très faible poids démographique

des autochtones au Canada, c'est conséquent. Il y a très peu de jobs sur les réserve ,

ce qui fait que la proportion des autochtones dans les réserves qui dépendent de

l'aide sociale ( BS) est très élevé ( j'ai entendu jusqu'à 80 % ) et représente donc

un fardeau pour les contribuables. J'ai vu un reportange à radio-canada

dernièrement où une réserve plus au nord qui n'a même pas d'eau courante ni électricité,

c'est carrément le Tiers-Monde. Il y a aussi un problème énorme de drogue et

d'alcool sur les réserves autochtones, les chefs autochtones ( indiens ) sont

les premiers à le dénoncer !!!

Ca c'est le prix de la ghettoïsation. Les autochtones qui choississent de vivrent

hors-réserves réussissent un peu

mieux. Malgré ça, les autochtones sont parmi les populations les plus assimilés au Canada

plusieurs d'entre eux parlent mieux le francais ou l'anglais que leur propre langue

maternelle !!!!

Ni les chinois ni les italiens ne demandent des accomodements déraisonnables

au Canada et réussissent bien au niveau économique et dans ce sens il sont très bien

intégré car l'intégration débute d'abord par l'intégration économique. Les immigrants

qui choississent d'immigrer en région réussissent bien mieux

que les immigrants qui font du communautarisme à Montréal, les immigrants immigrant

en région ont des salaires comparables aux Québécois après 5ans ce qui

n'est pas le cas à Montréal pour les immigrants qui font dans le communautarisme, beaucoup

vivent dans une grande pauvreté. C'est le prix a payer pour le communautarisme, la

ghettoïsation et l'auto-exclusion. 80 % des emplois au Québec ne sont jamais affiché !!!!

( marché caché de l'emploi ) il ne sont disponible que par le "réseautage ",

ces emplois sont inaccessible à certains immigrants si ils restent seulement dans leur

communauté, ils doivent aller vers les Québécois et faire du réseautage pour avoir accès

à ces emplois... le multiculturalisme, le communautarisme et la ghettoïsation

volontaire a un prix...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Mais c'est toujours bien Trudeau qui à officialiser le multiculturalisme, sans lui on en parlerait peu et les immigrants ne diraient pas en arrivant que c'est le multiculturalisme qui les ont attirés ici !

Le fait d'en parler ou pas ne change pas grand chose au fait que les Canadiens considèrent l'assimilation d'autres peuples comme un dossier potentiellement explosif. Après les échecs retentissants d'assimilation forcée des autochtones et des francophones, pas moyen de proclamer : "Maintenant, on va avoir une culture commune". Comment Trudeau aurait-il pu faire autrement alors que les trois peuples fondateurs voulaient tous conserver leurs propres cultures? Il a été réaliste, c'est tout!

Toi, tu voudrais avoir une culture commune avec des anglophones du Manitoba?

Si le Canada est ce qu'il est actuellement, ce n'est pas la faute à Trudeau, c'est une conséquence logique de l'Histoire de la Confédération.

L'histoire de la confédération commence en 1867, mais se termine en 1982 quand Trudeau a rapatrié la constitution sans l'accord du Québec pour transformer le tout en fédération. La différence est de taille puisqu'une confédération est une association d'états souverains contrairement à une fédération qui est un regroupements d'états.

Bien au delà de la confrontation Québec-Ottawa, la constitution à placer le Canada au dessus de tout, à officialiser le multiculturalisme "coast to coast" et à marginaliser les renvidications des peuples qui la composait pour par la suite dire que tout les peuples qui étaient marginaux à l'époque et tout les autres peuples qui se sont formés après ont droit au même revendications que les peuples d'origines partout au Canada. En fait, le gouvernement Canadien s'est donné le pouvoir avec la nouvelle constitution de 1982 de promouvoir le multiculturalisme alors qu'avant 1982 il était constitutionnellement parlant qu'un pourvoyeur de services.

Le souverainisme n'est pas né avec le rapatriement de la constitution de 1982 qui est la conséquence du référendum de 1980 !

Le Canada n'a jamais été une confédération tout comme la Suisse ! Ce sont constitutionnellement des fédérations ...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

la constitution canadienne est parmi les constitutions occidentales les plus récentes?

Réformée en 1983, Certains spécialistes disent qu' elle est bien faite et moderne?!!

A ceux qui ont lu la constitution canadienne de nos apporter leurs opinions?

objectivement:

points forts?

points faibles?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Juste une question : Comment se fait il que les Québecois demandent aux immigrants d'aller en région alors qu'eux mème les fuient?

Ah bon ? Je suis née à Montréal, y ai vécu 37 ans mais vis en région, par choix, depuis 10 ans.

Je ne suis pas la seule à avoir laissé la grande ville pour aller vivre en région ... il te suffit de regarder l'émission "La semaine verte" pour le réaliser :)

Edited by Lilideslacs
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Vas demander aux Américains si ils se définissent comme blancs, noirs, latinos ou Amérindiens avant de dire qu'ils sont Américains ?

C'est ta version multiculturalisme, tu as apparamment de l'animosité envers les souverainistes !

Je n'ai pas d'animosité envers les souverainistes. Mais force est de constater qu'ils raménent tout à l'indépendance. Toi même tu n'arrives pas à définir l'identité québécoise sans te comparer aux Américains et sans parler d'indépendance. L'identité québécoise est tellement singularisée qu'elle ne concerne qu'une minorité de Québécois. C'est là où cette approche montre ses limites. L'identité n'est pas une question d'exclusivité. On est Québécois et Canadien, tout comme les Américains sont blancs/noirs/latinos et Américains.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Juste une question : Comment se fait il que les Québecois demandent aux immigrants d'aller en région alors qu'eux mème les fuient?

Et alors, ce n'est pas un mal de vivre en région....Tu apprendras le Québec plus facilement là qu'à Mourial !!!!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Juste une question : Comment se fait il que les Québecois demandent aux immigrants d'aller en région alors qu'eux mème les fuient?

Bien que c'est à rien avec notre discussion

je te donne des éléments de réponse pour ta question

j'été dans la réunion d'informations organisé à la délégation du Québec à paris, bref j' ai demandé ,à la fin de la réunion , à 4 personnes : la ville de

destination, 3/4 personnes ont choisi Montréal.

exemple : tu as organisé un fête chez toi, et tu as invité admettons 100 personnes, jusqu à maintenant tout va bien. Donc l' ambiance est bonne, amis tu

as remarqué que 75 p de tes invités sont en cuisine au lieu d'être dans la grande salle de réception ( qui est bien équipé pour les accueillir):chaises

grandes tables couverts,espaces pour dancer.............

c'est de ton devoir d' intervenir et demander gentillement que tu es heureux de les accueillir et que maintenant ils sont invité à joindre la salle de

réception au RDC.Sans que tes invités se sentent qu' ils sont le malvenue.

Maintenant il restent au responsable d rendre les autres régions plus attractives et de les valoriser ( en garantissant le même service comparable à celui de Montréal)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le marché de l'emploi est meilleur dans la ville de Québec et dans plusieurs autres

villes en région qu'à Montréal

Montréal, capitale de l'aide sociale et de la pauvreté au Québec...

Un titre peu reluisant

Montréal capitale de l'aide sociale

Michel Hébert

Le Journal de Québec

06/01/2010 04h57 - Mise à jour 06/01/2010 14h50

La Mauricie et la Gaspésie revendiquaient jadis la plus forte proportion d'assistés sociaux, mais Montréal a remporté ce titre en 2009.

Selon les plus récentes statistiques sur l'aide sociale, la portion de la population ayant besoin des programmes de dernier recours est plus élevée dans la métropole que partout ailleurs au Québec.

Plus d'une personne sur 10 vit de l'aide sociale sur l'île de Montréal, soit plus de 177 409 adultes et enfants, précise le dernier rapport statistique sur la clientèle des programmes d'assistance sociale du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Le ministère estimait qu'à la fin de 2009, le Québec comptait 484 900 assistés sociaux, dont 334 900 adultes. Le tiers d'entre eux vivent sur l'île de Montréal.

Le taux d'assistance sociale par région est une donnée introduite en janvier 2009 et indique la proportion de la population qui bénéficie de l'un ou l'autre des programmes d'assistance sociale. C'est évidemment un indicateur de pauvreté.

Selon le MESSS, Montréal a un taux d'assistés sociaux de 11,1 %, soit deux fois plus élevé que celui de Québec, par exemple.

La ville de Gérald Tremblay surpasse la Gaspésie et la Mauricie, où les taux d'assistance sont respectivement de 10,1 % et de 10,3 %.

Sur l'île de Montréal, on a dénombré 177409 personnes inscrites aux pro-g rammes d'aide sociale, soit 127 559 adultes et 49 850 enfants. Mais la métropole compte un nombre beaucoup plus grand de personnes en situation de pauvreté. Selon le recensement de Statistique Canada de 2001, presque 30 % de la population vivait sous le seuil de la pauvreté. En septembre 2008, La Presse avançait que la métropole comptait 514 000 pauvres.

Crise économique

«La crise économique a certainement touché les plus vulnérables. Ceux qui occupaient des emplois de service notamment, et ils sont nombreux à Montréal», estime Robin Couture, porte-parole de la Coalition pour un Québec sans pauvreté.

Pas étonnant, dit-il encore, de voir que les jeunes et les immigrants soient les plus frappés par le repli de l'économie. Le nombre de jeunes de moins de 25 ans à l'aide sociale a grimpé de 4,5 %, à près de 25 000, en 2009, alors que l'augmentation a été plus forte encore chez les immigrants, avec un bond de 6 % du nombre d'assistés sociaux nés hors du Canada.

On en comptait un peu plus de 62 000 en 2008, et douze mois plus tard, 65 890 ont besoin de cette aide de dernier recours. La plupart sont établis à Montréal.

Évidemment, dans les régions où l'économie tourne à plein régime, les prestataires de l'aide sociale sont moins nombreux. Dans le Nord du Québec, où les projets miniers foisonnent, le taux d'assistance est de seulement 4,3 %, le plus bas du Québec. Dans Chaudière-Appalaches, où les PME sont nombreuses et florissantes, il est de 4,4 %.

http://www2.canoe.com/infos/quebeccanada/archives/2010/01/20100106-045700.html

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Le souverainisme n'est pas né avec le rapatriement de la constitution de 1982 qui est la conséquence du référendum de 1980 !

Le Canada n'a jamais été une confédération tout comme la Suisse ! Ce sont constitutionnellement des fédérations ...

Bien sûr que le souverainisme n'est pas né avec le rapatriement de la constitution de 1982, Les patriotes pendus en 1837 font suite à une forme de souverainisme, non ?

Le rapatriement de la constitution était dans l'air depuis pas mal de temps, il y avait les négociations de Victoria avant même la venue au pouvoir du PQ en '76. Effectivement le référendum à accéléré les choses suite à la promesse de Trudeau pendant la campagne référendaire qu'un Non était un Oui pour le changement.

C'est sûr qu'en pratique le Canada n'a pas été longtemps une confédération. Par exemple à l'origine les impôts étaient uniquement de juridiction provinciale, c'est suite à la 2e guerre mondiale(ou la 1er je ne sais plus) que le Canada à commencer à imposer d'abord pour l'effort de guerre puis en permanence par la suite.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Maintenant il restent au responsable d rendre les autres régions plus attractives et de les valoriser ( en garantissant le même service comparable à celui de Montréal)

N'importe quoi...tu ne connais pas la vie ici, il y a 7 millions d'habitants, et 4 millions à Mourial, alors JAMAIS il n'y aura les même services...

D'autre part, pour aimer vivre en région, je refuserai des services comparables à ceux de montréal...pour la simple raison que nous sommes souvent mieux servi en région, sauf pour les activités culturelles ce qui sont la seule exception...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Maintenant il restent au responsable d rendre les autres régions plus attractives et de les valoriser ( en garantissant le même service comparable à celui de Montréal)

N'importe quoi...tu ne connais pas la vie ici, il y a 7 millions d'habitants, et 4 millions à Mourial, alors JAMAIS il n'y aura les même services...

D'autre part, pour aimer vivre en région, je refuserai des services comparables à ceux de montréal...pour la simple raison que nous sommes souvent mieux servi en région, sauf pour les activités culturelles ce qui sont la seule exception...

Oui mais le plus important quand mème c'est de trouver du travail ! En plus les immigrants dans tous les pays d'immigration ont tendance à aller dans les grands centres urbains ! Aux USA , tu en trouveras plus facilement à NY ou en Californie qu'en Alabama...

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com

Advertisement