Jump to content

Question

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis actuellement étudiant français en Master 1 MEEF (Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) préparant le concours de professeur des écoles.

Or depuis plusieurs années je souhaite fortement immigrer au Québec. J'y suis allé et j'ai été conquis et plusieurs témoiganges de personnes que je connais me motivent à réaliser ce projet. De plus, je base ma formation enseignante sur le système québecois où je me sens plus à l'aise à exercer.

Bref, je me pose la question suivante : Est-il préférable de passer mon concours en France avant de faire mes démarches ou bien de finir ma formation universitaire au Québec ?

Je vous remercie par avance de vos réponses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Recommended Posts

  • 0

Tout dépend de ce que tu planifies pour ton avenir. Si tu souhaites garder une porte ouverte pour un retour éventuel en France, termine tout ce que tu dois faire là-bas et passe les concours. Si tu souhaites intégrer plus rapidement le système d'éducation québécois, viens faire ou finir ta formation ici.

Un chemin comme l'autre aura des avantages et des inconvénients. Personnellement, si je pensais aller travailler ailleurs, je me garderais une porte ouverte chez moi d'abord. Parce que rêver de vivre dans un autre pays et le faire sont deux choses bien différentes. Le résultat pourra être mieux que ce que tu attendais, mais il pourrait aussi être moins agréable et que, comme d'autres, tu aies envie de retourner en France. Il n'y a aucune certitude sauf celle de vivre quelque chose de bien différent.

Pèse le pour et le contre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Tout depend de ce que tu veux faire mais tu ne pourras enseigner au Quebec sans reprendre des cours et passer des examens, puis te metre sur une liste d'attente en attendant qu'on t'appelle.

Passer le concours en France, prendre un poste, te faire les dents sur le métier d'enseignant et demander une disponibilite (comme suggere par Azarielle) est une autre solution. Cela te prepare mieux, te donne une experience.

Et pour ce qui est des profs des ecoles, il est possible de faire un echange de postes avec un enseignant du primaire. Regardes egalement ctte voie pour te donner une idee de ce u'est l'enseignement ici.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Merci pour ta réponse Azarielle.

Vois-tu, j'ai vraiment envie de m'installer au Québec (et cela depuis plusieurs années). C'est donc pour moi difficile au jour d'aujourd'hui d'envisager de faire la marche arrière. J'étudie et je compare énormément nos systèmes, et j'ai le cœur qui balance plus d'un côté que de l'autre. Si je veux m'épanouir professionnellement, je me dis qu'il ne faut pas que je reste ici.

J'ai lu des articles à propos du permis d'enseigner. N'ayant pas le concours en France, je pense que je ne peux pas prétendre à demander ce permis ... et donc poursuivre une formation universitaire dans une université québecoise. Sais-tu sur quelle formation je dois me renseigner pour réaliser ce projet ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

J'ai lu des articles à propos du permis d'enseigner. N'ayant pas le concours en France, je pense que je ne peux pas prétendre à demander ce permis ... et donc poursuivre une formation universitaire dans une université québecoise. Sais-tu sur quelle formation je dois me renseigner pour réaliser ce projet ?

De toute façon, pour obtenir une qualification légale (permis ou brevet), il était fort probable qu'on te demande, même avec le concours, de retourner à l'université québécoise (ou autre province) pour faire quelques cours et/ou stage.

Ce que tu pourrais faire, c'est communiquer avec une faculté d'éducation dans une ou des universités québécoises et voir avec eux s'ils pourraient te créditer des cours faits en France. Les études à faire pour obtenir un brevet en enseignement durent 4 ans, c'est un baccalauréat en enseignement, dans le cas qui nous intéresse, un baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire. Seule l'université où tu suivras des cours pourra te dire si elle peut reconnaître des cours déjà suivis en France et lesquels. La majorité de mes collègues sont issus de l'UQAM (Montréal) et de l'UQTR (Trois-Rivières), mais tu peux aussi suivre des cours dans d'autres universités de Montréal, de Québec ou de Sherbrooke.

Le programme d'échange dont parle Tohonu est une excellente idée. Ça permet de tester sans risquer autant qu'en faisant les démarches pour immigrer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

J'ai lu des articles à propos du permis d'enseigner. N'ayant pas le concours en France, je pense que je ne peux pas prétendre à demander ce permis ... et donc poursuivre une formation universitaire dans une université québecoise. Sais-tu sur quelle formation je dois me renseigner pour réaliser ce projet ?

De toute façon, pour obtenir une qualification légale (permis ou brevet), il était fort probable qu'on te demande, même avec le concours, de retourner à l'université québécoise (ou autre province) pour faire quelques cours et/ou stage.

Ce que tu pourrais faire, c'est communiquer avec une faculté d'éducation dans une ou des universités québécoises et voir avec eux s'ils pourraient te créditer des cours faits en France. Les études à faire pour obtenir un brevet en enseignement durent 4 ans, c'est un baccalauréat en enseignement, dans le cas qui nous intéresse, un baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire. Seule l'université où tu suivras des cours pourra te dire si elle peut reconnaître des cours déjà suivis en France et lesquels. La majorité de mes collègues sont issus de l'UQAM (Montréal) et de l'UQTR (Trois-Rivières), mais tu peux aussi suivre des cours dans d'autres universités de Montréal, de Québec ou de Sherbrooke.

Le programme d'échange dont parle Tohonu est une excellente idée. Ça permet de tester sans risquer autant qu'en faisant les démarches pour immigrer.

En effet, je viens de me renseigner sur le site de l'UQAM. Cette formation est proposée en formation initiale (4 ans) ou en perfectionnement. À savoir maintenant si je peux avoir des équivalences avec mon cursus français.

Un grand merci pour ces réponses !

J'ai également pensé au programme d'échange, je peux également creuser sur cette voie dans mes recherches ... même si je dois l'admettre que je suis borné et qu'une simple période d'essai est loin de me satisfaire. Mais je veux bien me renseigner et tout envisager :-)

C'est un plaisir d'avoir différents avis.

PS : avez-vous un lien qui renseigne sur les nombres de postes disponibles en enseignement au Québec ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

PS : avez-vous un lien qui renseigne sur les nombres de postes disponibles en enseignement au Québec ?

Alors là, il faudra faire comme tout le monde qui veut enseigner. Il te faudra sûrement faire de la suppléance sur appel d'abord : remplacement d'une journée à la fois, d'une semaine ou parfois plus avant d'espérer avoir un poste à toi. Quand tu es connu et apprécié dans un milieu (école ou commission scolaire), on t'offre ensuite des contrats à temps partiel (remplacement long terme ou complément d'un autre enseignant).

Selon les employeurs, l'accès aux listes de priorité varie, dans ma commission scolaire, une fois que tu as eu deux contrats, tu embarques sur une liste de priorité où on offre dans l'ordre de cette liste les postes disponibles (temps partiel et temps plein). Une fois qu'on est sur cette liste, on peut espérer avoir un poste à soi et éventuellement obtenir une permanence. Dans mon cas, ça a pris 10 ans pour que j'aie un poste à moi à temps complet et comme ça prend deux années de suite avec ce poste à temps plein pour obtenir la permanence, j'ai eu la mienne après 12 ans. Donc, à moins de tomber sur une école privée qui n'a pas de liste de priorité ou de trouver une commission scolaire où les listes de priorités sont vides, tu auras sûrement à prendre un parcours plus long pour avoir un poste à toi. Je sais qu'en Outaouais, près des frontières ontariennes, il y avait moins de temps d'attente pour obtenir un poste, mais une fois que tu t'établis dans une commission scolaire, c'est difficile d'en partir parce qu'il faut alors recommencer à zéro dans la prochaine. Il existe un mécanisme d'échange poste à poste, mais c'est compliqué et peu d'enseignants arrivent à échanger leur poste contre un autre dans un autre coin de la province.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

As tu l'argent pour vivre ici et justifier de 10 000$ pour avoir un permis d'études ?

Voir beaucoup plus si les frais augmente ?

C'est bien d'être "borné" comme tu dis. Mais vivre ici à un coût.

Edited by sandy81

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Si elle vient en RP, cela sera different. Oui le cout annuel sera au moins de $10.000 entre vivre ici et payer les etudes mais au moins elle aura le droit de travailler ce que le statut d'etudiante ne permettra pas dans un premier temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Si elle vient en RP, cela sera different. Oui le cout annuel sera au moins de $10.000 entre vivre ici et payer les etudes mais au moins elle aura le droit de travailler ce que le statut d'etudiante ne permettra pas dans un premier temps.

Sauf que pour avoir la RP ça prend plus de deux ans ! Donc ça vaudrait pas le coup de venir finir ses études ici ! Autant les finir en France ! Puis cela me veut pas dire qu'elle aurait les points non plus pour demander la RP régule;re !

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Si tu as le concours à un moment donné tu pourras passer un permis d'enseigner ce qui te permettra d'enseigner sans avoir à reprendre tes études.

Ce permis est valable 5 ans puis est renouvelable sur demande.

Pour obtenir le brevet (diplôme) tu devras dans ce cas faire des cours (réguliers ou du soir et/ou télétravail si tu le souhaites) et te faire "inspecter".

Moi je te conseillerai de finir le concours et formation en France, puis de faire une ou deux années.

Ensuite ton diplôme français te permettra par la suite de postuler partout dans le monde auprès des écoles de l'AEFE ou des nombreuses écoles américaines affiliées au réseau francophone (Codofil et cie). Tu rêves du Québec actuellement mais on ne sait jamais de quoi la vie sera faite.

Par contre l'échange "poste contre poste" France-Québec n'est qu'un doux rêve : déjà seuls les titulaires d'un poste peuvent y participer (en quand on débute on est plus souvent remplaçant ou complément) et en plus au Québec il n'y a qu'une 10aine d'enseignants qui postulent contre plusieurs 100aines en France (car au Québec paraît-il que ce type d'échange n'apparaît pas et qu'en plus la participation est payante).

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Après qui dit passer le concours (je pense que ce mot fait très peur aussi) ici dit recrutement assez difficile (les chiffres des candidats admis sont inquiétants) puis faire un minimum de 2 ans (ou 3) dans l’académie. De plus, on m'a annoncé que quitter le pays pour éventuellement revenir après annule mon concours ... du coup le repasser si je dois retourner en France.

Je sais que cela à un coût, j'ai le minimum requis. Après, concernant les frais de scolarité j'attends la réponse de l'université ... avec équivalence je ne referai peut être pas toutes les années.

Je n'abandonne pas mon master ici, je vais continuer pour le valider. C'est le concours que je commence à mettre entre parenthèses.

Une question dont je n'ai pas trouvé de réponse encore pour le moment : Une rémunération est-elle prévue en l'absence d'affectation dans un établissement ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Non si tu te mets en disponibilité (pour convenances personnelles c'est un certain nombre d'année, et après si tu as/trouves un conjoint tu peux faire suivi de conjoint et là c'est à vie !), quand tu reviens en France après ça tu reprends avec les points d'ancienneté de quand tu étais parti (si par exemple tu as enseigné au canada 10 ans en étant en dispo en France, ces dix années ne comptent pas si tu reviens).

Si tu as le concours (ces dernières années le taux de participation au concours de PE s'est effondré, avec des moyennes d'admission frôlant les 4/20 dans certains départements !!!)après ton année de stagiaire (je ne sais plus trop comment ça se passe avec la nouvelle mouture du concours) tu participeras au mouvement (càd que tu vas lister 20 ou 30 établissements ou communes ou type de poste où tu souhaites avoir un poste). Si tu as de la chance tu auras un de tes choix.

Si tu n'as pas de chance tu n'auras pas un de tes choix alors on va :

- te mettre d'office sur un poste que tu n'as pas demandé

- te mettre surnuméraire : tu seras sur une école "en plus" en attendant que quelqu'un quelque part tombe enceinte / se casse la jambe ou autre joyeuseté du genre ^_^

Quoi qu'il en soit même si tu passes tes journées à faire du café et à trier les trombones du directeur par couleur (ça sent le vécu non ?!) tu seras quand même payé !

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Oui c'est vrai qu'en région parisienne, par exemple, il est beaucoup plus facile d'avoir le concours ... J'avoue que je n'ai pas pensé à me faciliter la vie de ce côté là.

Je profite du fait que tu parles de conjoint. Justement c'est une démarche de couple que nous faisons cela. Nous avons signé un PACS depuis un an maintenant. C'est donc une décision à deux que nous prenons pour changer de pays. Un passe le concours de professeur des écoles cette année (moi), l'autre a obtenu le concours de professeur d'anglais (n'attend plus que la titularisation). Donc comment ça le suivi de conjoint à vie ? Tu veux dire que cela faciliterait notre insertion permanente ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Non il faut qu'un des deux ait un emploi déjà sur place : ça sous-entend qu'un ait signé avec une entreprise (c'est le cas de mon mari) ou alors parte avant pour chercher du travail.

Dans ce cas le second peut demander une disponibilité pour suivi de conjoint. Ce genre de dispo est de droit, c'est à dire qu'on ne peut pas te la refuser (contrairement à une dispo pour convenances personnelles).

De plus, tant que le conjoint a un emploi à l'étranger, tu es en dispo (chaque année on te demandera d'envoyer un justificatif d'emploi). Tu peux très bien rester en dispo pour les 30 ans à venir ! Ou travailler 15 ans à l'étranger comme .... comptable, et lorsque tu reviens tu peux avoir un poste dans ton département de départ. Tandis que la dispo pour convenances personnelles est de 5 ans maximum je crois.

Par contre la dispo n'a rien à voir avec le visa, ce sont deux choses complètement différentes.

Ps. attention des départements comme le 93 ne donnent que très peu de dispo "pas de droit" (par exemple convenance personnelle).

Tu peux contacter les syndicats des départements et leur demander le nombre de disponibilités obtenues les années précédentes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

OK merci pour toutes ces informations précieuses.

Je ne vais pas lâcher mes études ici, je vais tout faire pour avoir mon master ainsi que mon concours avec titularisation.

J'attends également la réponse de l'UQAM concernant l'équivalence de mon cursus universitaire, ainsi si je ne dois pas refaire l'intégralité de la formation (et que je viens à échouer ici), j'envisagerais peut-être de finir ma formation au Québec.

Même si la formation est onéreuse, je dois dire qu'elle est beaucoup plus attractive que celle qu'on nous propose ici en France. C'est pour ça que je suis envieux de rejoindre un jour ce système. L'idée même de faire un mémoire de recherche m'est venue ... Bref je vais naviguer sur un petit nuage toute cette année 2015.

Bonne année à tous en passant :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Présentation générale

Actuellement, en préparation du concours de professeur des écoles en France, je suis amené depuis plusieurs jours maintenant à me renseigner afin de réaliser mon grand projet de vie.

Depuis une visite du Québec lors d'un voyage scolaire, j'ai été emporté ... la magie du pays et tout le Bla-Bla.

De nombreuses connaissance y sont retournées, certaines pour étudier, d'autres pour travailler ... et toujours cette même magie dans leur récit de voyage.

Je considère que finir ma formation ici est un plan B à mon projet. Si un beau jours ces étoiles s'éteignent, il faudra bien retourner à la case départ. Ne pas le vivre comme un échec, loin de là cette idée. De plus ce plan B réconforte la famille qui voit souvent mieux les moins bons aspects de votre projet que vous-même.

Vous comprendrez que l'annonce aux proches est faite :good: Ceux-ci préparés à cette éventualité depuis des années n'ont pas été surpris.

Mon projet (... notre projet)

Formation achevée : Juin 2016 (si tout se passe comme il faut)

Quoi faire au Québec ? Poursuivre une formation universitaire et intégrer le marché du travail québecois en tant qu'enseignant. Depuis le début de ma formation universitaire en enseignement je me documente sur des sources provenant du Québec (dans le domaine de la pédagogie innovante c'est les meilleurs ressources). Je souhaite donc en apprendre davantage en renforçant mes compétences en tant qu'enseignant mais également partager ses concepts, ses valeurs dans ma vie professionnel. (je passe mon engouement pour le mode de vie québecois)

Lieu de résidence envisagé : Montréal

Université envisagée : UQAM

Formation envisagée : Orthopédagogie.Si quelqu'un a déjà eu l'occasion de participer à cette formation, je suis intéressé à avoir vos avis.

Maintenant, parlons éducation ...

Si vous avez le même projet que moi il serait intéressant de prendre contact et ainsi échanger sur nos démarches.

Si vous avez de vécu cette expérience, une expérience similaire, je suis intéressé pour entendre vos remarques, votre analyse sur votre parcours, les bénéfices que cela vous a apporté ...

Pourquoi ai-je l'impression que nous avons en train de retard en éducation et que je trouve les réponses dans la Belle Province. Le système éducatif québecois est-il aussi attrayant en réalité que sur le papier ?

Questions

Est-il plus facile de faire ces démarches d’immigration en tant qu'étudiant (avec un CAQ) plus tôt qu'en tant que travailleur (à savoir demander l'accord à enseigner ...) ?

En sachant que le Québec base son immigration par rapport à une demande du marché du travail. L'enseignement est-il favorable aux démarches d'immigration ?

Merci pour votre participation à ce fil de discussion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

En sachant que le Québec base son immigration par rapport à une demande du marché du travail. L'enseignement est-il favorable aux démarches d'immigration ?

Non. Nous avons ramené l'autre jour un jeune Québécois de 24 ans qui, malgré un Bac et un excellent profil, n'a toujours pas de poste permanent.

Il recherche en permanence des contrats qui vont de 6 mois à 1 an max.

On peut dire qu'il était pas mal désabusé.

Que dire alors d'un immigrant étranger?

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

on connait un prof de math (québécois) qui à défaut d'enseigner les maths, enseigne... ethique et culture religieuse!

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Combien de temps est valable l'autorisation d'enseigner au Québec lorsque l'on fait la demande à partir de l'étranger (en supposant que celle-ci soit positive) ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Alienaute
      Bonjour
       
      Je suis actuellement interne de médecine générale en dernier semestre en France. 
      Avec mon époux nous discutons depuis depuis quelques années déjà d'une potentielle immigration permanente au Québec, pays qu'il adore, et je me demandais dans quelle mesure pouvions commencer à engager les démarches.
       
      Le souci étant que même pour les premières démarches comme la Déclaration d'intérêt il faut renseigner les mentions du diplôme, que je n'aurai que dans quelques mois.
       
      Je me demande donc si il serait intéressant de tout de même de commencer les (longues) démarches dès à présent quitte à renseigner les informations manquantes ou ayant évolué par la suite. Ou si la moindre démarche avant l'obtention du diplôme est une perte de temps voire pire, confusant pour le service d'immigration. Je me permet d'ouvrir un topic la dessus car je n'ai trouvé aucune réponse claire à cette question malgré plusieurs heures de recherches.
       
      Merci d'avance !
    • By virginiaz67
      Bonjour à tous, comme j'ai pu le mettre dans un autre poste je me renseigne actuellement pour une poursuite d'étude a Québec.
      Je viens d'avoir ma licence française et j'aimerais poursuivre en maîtrise comptabilité. Cependant la licence que j'ai faite est assez "pluridisciplinaire" on y trouve de la comptabilité, du droit, du marketing, de l'économie, des RH...un peu tous les domaines de la gestion. 
      J'ai pris contact avec l'université de Laval m'indiquant que pour accéder à une maîtrise en comptabilité il faut faire une remise à niveau sur le certificat comptabilité gestion et passer le titre CPA (ordre comptable). 
      Cependant, comment cela peut t il.se passer dans mon cas ? En tant étudiante étrangere puis je passer ce titre CPA via un vida étude ? Ne vaut t il mieux pas que je postule pour un bacc en comptabilité ? J'ai cependant peur vis à vis que si je prend un niveau inférieur au moment de la demande du visa étude j'ai des difficultés pour l'obtenir. 
      Que me conseiller vous ? En sachant qu'actuellement je suis prise pour un M1 achat ou en contrôle de gestion en France. Certaines universités de Québec m'avait conseiller d'avoir bac+4 pour intégrer plus facilement un programme de Maîtrise. En vous remerciant d'avance 
    • By lulura
      Bonjour à tous !
      Je suis étudiant francais au québec et j'ai réalisé un programme de maitrise. J'ai diplomé à la sessions d'hiver dernier. Je suis actuellement en attente de mon PTPD. Mon permis d'étude expire fin juillet (90 jours apres la fin d'étude). J'ai actuellement un carte RAMQ qui expire en octobre 2020.
      Cette carte est-elle encore valide sachant que j'ai diplomé ? 
       
      Merci beaucoup !
    • By virginiaz67
      Bonjour, voulant présenter une demande pour l'année prochaine, j'aimerais connaître quelles sont les perspectives d'emplois concernant 2 domaines.
      Les metiers de l'achat et la logistique d'une part et d'autre part du secteur audit, comptabilité et contrôle de gestion ? Je demande cela car je poursuis actuellement des études et je vais devoir me spécialisé dans un domaine. Or ces 2 domaines m'intéresse particulièrement cependant j'aimerais connaître quel métier sera plus probant pour faire une demande de visa par la suite. 
       
      En vous remerciant d'avance
    • By virginiaz67
      Bonjour, actuellement en 3éme année de licence en France, ce que l'on peut plus ou moins juger comme équivalent à un Baccalauréat en Administration des affaires. Je postule en France pour des Masters: mes choix se sont portés sur des Masters en Contrôle de Gestion et Gestion de la production, achat et Logistique.
      Après la première année ou 2nd année de Master selon comment va se dérouler la situation, je souhaiterais faire une équivalence à Québec: ma question est quelle serait le programme le plus approprié en vu de la demande d'emploi à Québec? Plutôt des postes dans tout ce qui touche à la logistique et l'achat ou plutôt tout ce qui touche au domaine comptable, contrôle, audit dans les entreprises?
      De plus j'avais rencontré une des responsables de l'université de Laval et m'avait précisé que tout ce qui touche à la comptabilité, contrôle de gestion, audit sont des métiers réglementés, est-ce que je peux tout de même avoir des équivalences avec un Master dans ce domaine pour un niveau Maîtrise au Québec après?
       
      En vous remerciant d'avance
    • By GrégoryFrCa
      Bonjour,
       
      Est-ce certains ici sont passés par une formation Québec Métiers d'Avenir ?
      Ma question ne porte pas sur la procédure administrative.
       
      En regardant les formations, le volume horaire semble être d'environ 20-26h la semaine.
      Ces formations sont donc bien compatibles avec un petit job à côté ?
       
      Vu la durée, souvent entre 12 et 18 mois, mieux vaut pouvoir gagner un peu à côté.
       
      Est-ce qu'il y a des organismes de formation avec des durées plus courtes ?
      Merci
       
       
    • By Annelg
      Bonjour à toutes et à tous,
      Petite question permis post diplôme et conjoint de fait ! 🤗
      Je me demande si quelque chose est possible : 
      Mon conjoint travaille actuellement à temps plein ( 40h permis du au COVID-19) en attendant de pouvoir finir ses études d'ici fin juin ( 1 jour + 1 stage de quelques jours). 
      Il a un travail de catégorie B pour tout l'été me permettant de pouvoir faire mon permis conjoint de fait par la suite. 
      Nous avons commencé a regarder les démarches pour le permis post diplôme. Nous avons remarqué que l'on peut en même temps déposer une demande pour un membre de la famille. 
      Avec le fait qu'il ai déjà les 3 fiches de paie a temps plein dans un emploi de catégorie B, pourrions-nous déposer la demande de permis post étude et celle de conjoint de fait en même temps ? Dans la même demande en soit ? 
      (On sait qu'il doit absolument arrêter de travailler le jour où il reçoit son diplôme, la demande sera déposée le jour même 😉)
      Ça me permettrait éventuellement d'éviter le statut implicite et de nous faire gagner un peu de temps avec tout les délais de traitement qui se rallonge en ce moment .... 
      Merci beaucoup pour vos réponses 😉
    • By Flob
      Bonjour,
       
      J' attends mon CSQ via PEQ mais j' ai commencé à remplir ma demande de RP.
       
      J'ai cependant quelques questions:
       
      Mon intitulé d' emploie de rentre pas dans la case pour la partie antécédents personnels. Vaut il mieux ne rien mettre dans cette partie et joindre un document Word avec le tableau ou mettre une abréviation, ex Consultant TI à la place de Consultant Informatique ?
      De même pour la colonne Province/Territoire ou je mets le département ou région mais dans mon cas Loire Atlantique ne rentre pas. 
       
      Enfin, j'ai fait une échange au Canada lors de ma dernière année d' étude, ce qui m' a permit de valider mon diplôme en France et l' année d'étude au Canada mais pas de diplôme au Canada. Dans le compte des années d' études je compte 2 ou 1 ?
       
      Merci
       
       
    • By loloinmontreal
      Bonjour,
      Je suis sous un permis d'études à Montréal, je suis limitée à travailler 20 heures par semaine.
      J'aimerais travailler en freelance (comme pigiste) en télétravail pour aider à financer mes cours.
      Est-ce que j'en ai le droit? est-ce que je suis aussi limitée en heure de travail ? les clients doivent-ils nécessairement être localisés au Québec?

      Merci d'avance.
    • By GabJamagne
      Bonjour à tous, 
      Je suis actuellement cuisiner dans un café sur le côté de mes études (j'ai donc un visa d'étudiant étranger). J'ai récemment appris que j'étais déclaré comme "travailleur autonome". Plusieurs choses m'ont surprises suite à la connaissance de ce statut. 
      Premièrement, personne ne m'avait mis au courant que j'étais déclaré comme tel et ce n'est pas stipulé dans mon contrat d'ailleurs. Ce que je trouve très bizarre venant de la part d'un employeur. 
      Deuxièmement, je suis payé le salaire minimum à savoir : 12,5$, mais en tant que travailleur autonome, je dois encore payé des taxes là-dessus. Ce qui veut dire qu'une fois les taxes déduites, je suis sous le seuil du salaire minimum. Est-ce que c'est légal? 
      Troisièmement, après m'être largement renseigné en ce qui concerne les spécificités dont avait droit un travailleur autonome, je me suis rendu compte que je n'étais aucunement considéré comme tel par mon employer. C'est-à-dire que je ne choisis pas mes horaires, ni les tâches à effectuer, ni même mon tarif honoraire. 
      Quatrièmement, je me demande si c'est légal d'être déclaré comme travailleur autonome au sein d'une entreprise qui n'est donc pas la mienne en ayant un Visa d'étudiant. 
      Cinquièmement, je ne sais pas quels sont les impacts sur ma déclaration de revenus pour la déclaration d'impôts. 
      En somme, voilà ma situation... Je suis quelque peu perdu en ce qui concerne mes droits, ma défense contre mon employeur, etc. 
      J'avais comme idée de leur demander de changer mon statut en "employé salarié" comme le reste de l'équipe et de me donner l'équivalent de la somme due aux impôts afin de retrouver un équilibre salarial. 
      Merci d'avance pour votre aide. Tout renseignement sera d'une très grande utilité. 
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines