Jump to content

Quitter Ottawa pour Toronto ou rentrer en France


Lorlyn6

Recommended Posts

Salut, je suis nouveau sur le forum et je me retrouve face à un dilemme et j'ai besoin d'être stratégique mais en même temps être en accord avec ce que je souhaite réellement.

 

Contexte: J'ai commencé mon PVT par un coup de chance, tiré au sort dès mon inscription, je commence mon PVT comme tout le monde à Montréal et je me mets en tête dès le début l'idée d'avoir la résidence permanente et de rester au Canada après le PVT alors que je viens tout juste d'arriver. De ce fait, je déménage de Montréal à Ottawa, car la RP est plus facile et plus rapide en dehors du Québec. Je refuse même un poste permanent sur Montréal après avoir réussi un entretien (qualifié).

 

Situation:

 

-Je suis en PVT depuis Octobre 2021

-J'ai travaillé 6 mois à Montréal (poste non qualifié)

-Je travaille depuis 9 mois à Ottawa sur un poste qualifié, le poste va devenir permanent et je ne compte pas postuler dessus.

-J'habite à Ottawa depuis presque un an

-Mon PVT expire par conséquent en Octobre 2023

-Je me sens pas bien à Ottawa, moins bien qu'à Montréal où j'avais réussi à me créer un cercle social.

-J'ai un début de cercle social à Ottawa aussi mais les liens et le feeling n'est pas aussi bon qu'à Montréal

-J'aime pas la vibe d'Ottawa (que des étudiants et que des fonctionnaires)

-Je suis dans la trentaine (début) et célibataire.

-TEF Canada fait

-WES fait

-Évaluation comparative des diplômes obtenues hors du Québec fait (car je voulais passer par le PRTQ avant d'aller sur Ottawa)

- 9/12 expérience qualifié faits

-Il me manque le IELTS mais je suis bilingue (je devrais débourser 400 CAD)

-Auto-évaluation pour la RP via CEC: 620 points (avec le IELTS)

 

Options envisagées:

 

1. Aller à Toronto et finir mes mois d'expérience qualifiée (moins de 3 mois restants) et demander la RP (Entrée Express, CEC), puis le PTOT et puis continuer à travailler jusqu'à obtention de la RP. Voir si la vie à Toronto me plaît pendant une année ou pas et choisir la prochaine ville/prochain pays. Après 2 ans en Ontario (Ottawa + Toronto), éventuellement bouger vers Vancouver ou Montréal (car j'aurai déjà démontré mon intention de vivre en dehors du Québec avant et après la RP) avec plus d'un an sur Ottawa et un an sur Toronto après/pendant la RP et éventuellement Vancouver.

2. Retourner en France en juillet/août et demander le CSQ via PRTQ, obtenir le CSQ, demander le PTI+ et aller à Montréal, postuler pour la RP depuis le Québec. Montréal est une ville que je connais et qui me plait en général.

3. Retourner en France et travailler pendant 1 an sur un poste qualifié (continue) et demander la RP par Entrée Express par le volet Travailleurs étrangers qualifiés. Faire un bilan, voir si je reste en France ou si je retourne au Canada (hors Québec). Cela signifie aussi un retour aux galères de logement et de travail. Un retour à l'adolescence en retournant chez les parents dans un premier temps ou vivre dans un Airbnb minable avant de trouver un emploi et un logement...

 

Le + pour continuer au Canada (Toronto) et demander la RP:

 

-Facilité d'accès à l'emploi et au logement comparé à la France

-Facilité d'évolution dans une entreprise

-Sécurité (sentiment)

-La neige et 4 saisons durant l'année (disons 3)

-Salaire plus élevé qu'en France

 

Les + pour le choix de la France:

-Sécurité sociale et système de santé

-Nourriture

-Famille et amis (côté social déjà construit)

-Voyages partout en Europe plus faciles + travailler en UE.

-Transports en commun

-Culture et éducation

-Un pays plus riche en histoire

 

Les - au Canada

-Les sans abris

-La solitude (amis, amours, collègues et le fait qu'on soit un étranger/immigrant)

-La santé mentale

-Le système de santé

-La qualité des logements et le coût de certains logements (inflation)

-Les distances et le fait de limiter les voyages qu'aux pays en Amérique à cause du prix

-L'hypocrisie de certaines personnes (politesse) pour ne pas être en conflit avec quiconque et garder la bienséance

-La culture très américaine et la superficialité/matérialisme

 

Les - en France:

-Insécurité sociale et morosité ambiante

-Politique instable et inefficace

-Emplois difficiles à trouver et salaires bas

-Difficultés d'accès au logement

 

J'ai l'impression que je peux probablement me baser sur la Pyramide de Maslow pour faire mon choix (besoins basiques/physiologiques etc). Si je me base sur ça, je pense que le Canada gagnent haut la main, car la sécurité et l'accès au logement en France est plutôt compliqué (pareil pour avoir un salaire décent). Par contre, au Canada,  mon besoin d'appartenance, mon identité est remise en question... Est-ce normal ? Cela s'arrange-t-il avec le temps ? Devrais-je continuer mes démarches de RP jusqu'au bout ? Je suis à deux doigts d'abandonner mes projets d'immigration et de construction de ma propre vie ici. Au début, c'était plutôt une fierté d'avoir réussi à trouver un logement, un travail correct, mais je suis à un stade où je remets en question mon projet et je me demande si je n'ai pas fait ça pour les mauvaises raisons ? Je suis vraiment épuisé mentalement et psychologiquement. Depuis que je suis arrivé, je n'ai fait que des démarches (dès le premier mois du PVT) et j'ai tout fait seul dans mon coin, grâce aussi à mes heures de lecture sur les forums comme ici et les différents groupes de PVT ou encore d'expatriés. Il y a de tout, mais je me demande si cette fatigue, si ce ras-le-bol est normal ou si c'est vraiment moi le problème? Je commence sérieusement à me dire que c'est moi en fait qui ne convient pas au Canada ou que le Canada ne me convient pas, mais peut être que je me heurte tout simplement aux problèmes de toute personne qui immigre? Je n'arrive pas à être rationnel et réfléchi et j'ai besoin de personnes qui ont traversé une période de doute après tant d'efforts. Est-ce que ça va mieux après ? Regrettez vous la France ? Votre famille restée la bas et vos anciens amis ? Je sais qu'une nouvelle vie dans un autre continent représente aussi des sacrifices, comme l'éloignement avec la famille et les amis d'enfance, mais ces sacrifices valent-ils la peine si on n'arrive pas à construire un semblant de social ici ?

 

Merci de m'avoir lu, je suis conscient que c'est un pavé et que c'est un peu flou, mais c'est un peu l'état actuel de mes pensées. Je viens de donner mon préavis de départ de mon logement à Ottawa, je vends mes meubles et j'ai aussi annoncé à mon employeur que je n'allais pas postuler sur le poste permanent et passer l'entrevue (même s'ils mont dit que je serai pris), car je ne me vois pas vivre à Ottawa. Puis, cette ville est vraiment dans une sorte de vibe "love-hate" même au sein de la population locale installée depuis longtemps. J'avais jamais connu cette dualité en France par rapport à la ville Je me posais seulement pas la question. Je sais vraiment pas ce que j'attends comme réponse, mais à votre avis, quel est mon meilleur choix? Je suis perdu et je crois que j'ai juste besoin d'être rassuré pour la suite de ma RP et ma vie au Canada. J'aime le fait que le Canada me donne la chance de construire ma propre vie. En France on ne m'a jamais donné autant de chance, jamais tendu autant de perches au niveau du boulot ou des logements. Par contre, au niveau social, c'est juste la catastrophe pour moi ici. J'ai juste besoin de savoir si c'est normal que le côté social morfle autant en étant un nouvel arrivant (presque 2 ans quand même, mais vu que j'ai changé de ville, j'ai changé d'amis... et je m'apprête à changer encore une fois de ville).

 

Merci encore!

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Finalement, tu ne fais qu'appliquer le concept même du PVT. A la base, ce permis est attribué pour découvrir le pays, pas pour se poser et demander une RP. Continue le principe.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 1 heure, PowerRanger a dit :

Finalement, tu ne fais qu'appliquer le concept même du PVT. A la base, ce permis est attribué pour découvrir le pays, pas pour se poser et demander une RP. Continue le principe.

Puis le temps passe et permis de travail non renouvellé; Retour precipité en France.

Link to comment
Share on other sites

Salut 

 

Je réponds d'abord à certains points

 

les - en France:

-Insécurité sociale et morosité ambiante

-Politique instable et inefficace

-Emplois difficiles à trouver et salaires bas

-Difficultés d'accès au logement

 

Insécurité sociale ? Tu fais référence à quoi en particulier ? Le fait qu'il y ait beaucoup de manifestations ?

 

Politique instable et inefficace ? C'est assez subjectif de juger de la réussite politique du pays, c'est toujours plus facile d'émettre des jugements surtout quand on a quitté son pays. 

 

Emplois difficiles ? En quoi ? Il y a du travail, il y a certes beaucoup de concurrence sur certains emplois mais il y a toujours des opportunités à pourvoir. Le salaire bas là aussi c'est une généralité, la négociation existe et l'expérience est généralement bien récompensée. 

 

Difficulté d'accès au logement je suis d'accord c'est la galère en ce moment et ça n'a pas l'air de s'arranger. 

 

Maintenant la question que tu devrais te poser, c'est pourquoi tu es venu ? Est-ce que tu te sens mieux au Québec ? En Ontario ? Ou en France ? Est-ce que tu ne recherchais pas surtout une expérience à l'étranger ? 

 

Par rapport aux points que t'as émis en critique sur la France, ton expérience au Canada te sera très positive dans une future recherche d'emploi et tu pourras ainsi bien négocier un bon salaire. Le bon salaire te donnera l'opportunité d'avoir un accès au logement (suivant les aides de ta future entreprise à ce niveau)

 

Si tu n'es pas vraiment convaincu par ce que peux t'offrir le Québec ou le Canada, peut-être qu'il te faut un peu plus de temps. Mais il ne faut pas réfléchir en logique de statut de permis (priorité RP ça n'amène rien surtout quand tu cherches à t'intégrer, ta RP tu l'auras tu n'as pas à douter là dessus), il faut voir comment tu te sens et si t'es en phase avec la culture de ce pays. Tu parles du côté social très difficile mais faut les comprendre aussi, ils voient passer des étrangers qui ne parlent que peu de leur pays mais surtout de leur objectifs personnels. Grossièrement c'est comme si tu rencontrais un Québecois en France qui va te dire "boh je reste 6 mois ici et après je me barre en Allemagne, c'est plus simple d'avoir un titre de séjour, mais bon finalement je vais peut-être revenir en France". Je ne suis pas sûr que tu le prendrais bien, tu te dirais bon lui est là juste pour gratter un titre et se barrer, il n'est pas intéressé par notre histoire.

 

Tu n'as pas l'air de montrer que tu accorde une grande importance à ce qu'ils peuvent t'offrir culturellement et socialement (attention je dis ça uniquement en extrapolant à partir de ton texte)

 

Bref, essaie de ne pas trop te poser de questions et de ne pas tout résumer à des cases. Le Canada a aussi une histoire, les sans abris aussi ça existe en France, les logements peuvent être de grande qualité car ça dépend où tu cherches à vivre (en France si tu décide de vivre en ville tu peux avoir un logement miteux à Toulouse, Nantes, Lyon, paris, etc...). Franchement il faut arrêter les clichés, faut juste vivre normalement et essayer d'écouter l'histoire des autres. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Avec le prix moyen d'une maison  détachée qui dépasse un million et demi de dollars dans la région de Toronto et le loyer moyen d'un appartement one bedroom dans les environs de 200$ je pense pas que la Canada est mieux placé que la France en ce qui concerne l’accès au logement.

L'auteur de ce fil se contredit lui même lorsqu'il cite les sans abris dans la liste des - au Canada et en même temps il dit que l’accès au logement est plus facile. Il ne s'est pas posé la question pourquoi il y a tant de sans abris.

Puis les logements sont de meilleurs qualité en Europe, construites en dur donc plus solides, durent plus longtemps, mieux insonorisés et  exigent moins de réparations  a long terme que les maisons construites en bois en Amérique du Nord.

Edited by Jasper
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Je trouve ça comique de se plaindre de sa vie sociale limitée ... tout en ayant habité 2 villes différentes en 2 ans et en prévoyant bouger encore. Tu crois pas que y'a un lien de cause à effet?

 

Le tout en pleine pandémie où les activités sociales étaient plus limitées.

 

Une vie sociale ça se travaille et ça a pas l'air que tu as donné sa chance au produit comme on dit. Tsé, si tu bouges sans arrêt, pourquoi veux tu que des gens fassent des efforts pour être dans ta vie sociale? 

 

On parle ici de gens qui ont déjà des amis depuis l'enfance, ou au moins depuis l'université. Qui ont des familles pour beaucoup, avec d'autres priorités et de choses à faire. Toi tu leur demandes de changer leurs plans et leur vie pour accommoder tes envies ... puis tu t'en vas?

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

Je pense qu'il faudrait que tu fasses preuve d'un peu plus de patience pour ton adaptation sociale.  Deux ans c'est vraiment court.  Contrairement à la France, le Canada est un pays d'opportunités que tu ne trouveras jamais en France.

Alors celà mérite tout de même plus de temps que deux petites années.

 

Je trouve qu'Ottawa était un bon choix, mais laisse une chance à Toronto ou même Vancouver.  Chaque province au Canada est comme un pays différent.  Si tu vas à St John's à Terre Neuve, les gens de ces provinces Atlantique ont une très bonne réputation d'accueil et de sociabilité. L'île de Vancouver à Victoria est aussi très agréable.

 

Toronto est une ville cosmopolite et tu ne devrais pas te sentir seul.  On s'y fait beaucoup de connaissances très vite.  A Vancouver, j'attends le bus, et j'ai déjà des cartes visite pour visiter des contacts.

 

Tu parles "d'identité" mais c'est normal car tu n'es pas du tout intégré encore surtout en venant du vieux monde où presque tout est déjà décidé d'avance.  Ton identité française c'est un affaire personnelle, si tu es très attaché à tout ce qui est français, tu auras des difficultés d'adaptation au Canada et ça se ressentira dans tes interactions sociales.  L'identité est une richesse personnelle mais elle peut devenir un fardeau quand on reste psychorigide et qu'on refuse de s'adapter.

 

Quand je te lis, je sens une certaine souffrance morale et tu es assez intelligent pour comprendre que quelquechose ne va pas.  Alors un conseil, "one more try" essaie encore un peu et si tu te sens toujours épuisé mentalement, c'est qu'il faut prendre une autre route. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
58 minutes ago, crazy_marty said:

Je trouve ça comique de se plaindre de sa vie sociale limitée ... tout en ayant habité 2 villes différentes en 2 ans et en prévoyant bouger encore. Tu crois pas que y'a un lien de cause à effet?

 

Le tout en pleine pandémie où les activités sociales étaient plus limitées.

 

Une vie sociale ça se travaille et ça a pas l'air que tu as donné sa chance au produit comme on dit. Tsé, si tu bouges sans arrêt, pourquoi veux tu que des gens fassent des efforts pour être dans ta vie sociale? 

 

On parle ici de gens qui ont déjà des amis depuis l'enfance, ou au moins depuis l'université. Qui ont des familles pour beaucoup, avec d'autres priorités et de choses à faire. Toi tu leur demandes de changer leurs plans et leur vie pour accommoder tes envies ... puis tu t'en vas?

Pour avoir une vie sociale il vaut mieux demenager en campagne. Ca peut paraître paradoxale parce qu'il y a moins d’activités en campagne. Mais depuis que j'ai demenage dans un village, j'ai trouve que c'est plus facile de connaitre ses voisins, faire des barbecus ensemble etc. Lorsque j’étais dans une ville mes voisins dans l'immeuble ne disaient même pas bonjour.

Link to comment
Share on other sites

4 hours ago, Jasper said:

Avec le prix moyen d'une maison  détachée qui dépasse un million et demi de dollars dans la région de Toronto et le loyer moyen d'un appartement one bedroom dans les environs de 200$ je pense pas que la Canada est mieux placé que la France en ce qui concerne l’accès au logement.

L'auteur de ce fil se contredit lui même lorsqu'il cite les sans abris dans la liste des - au Canada et en même temps il dit que l’accès au logement est plus facile. Il ne s'est pas posé la question pourquoi il y a tant de sans abris.

Puis les logements sont de meilleurs qualité en Europe, construites en dur donc plus solides, durent plus longtemps, mieux insonorisés et  exigent moins de réparations  a long terme que les maisons construites en bois en Amérique du Nord.

Tu as voulu dire 2000 dols CA je suppose!  Je payais 1000 dollars il y a 25 ans, alors maintenant, je n'ose y penser!

Link to comment
Share on other sites

2 hours ago, Marlone said:

Tu as voulu dire 2000 dols CA je suppose!  Je payais 1000 dollars il y a 25 ans, alors maintenant, je n'ose y penser!

$1000 il y a 25 ans donc en 1998?  c'était cher pour un petit appart de 1 chambre dans les années 90s donc Toronto a toujours été cher. 

Sauf peut-être pour les maisons car mon proprio a achetée la sienne pour un prix ridicule (250k) en 2009, pas dans le centre mais quand même bien placée. Maintenant, cette maison est côté 1M au moins

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
13 hours ago, JeanFelix said:

$1000 il y a 25 ans donc en 1998?  c'était cher pour un petit appart de 1 chambre dans les années 90s donc Toronto a toujours été cher. 

Sauf peut-être pour les maisons car mon proprio a achetée la sienne pour un prix ridicule (250k) en 2009, pas dans le centre mais quand même bien placée. Maintenant, cette maison est côté 1M au moins

 

Meme il y a 10 ans c’était encore possible de trouver un appart one bedroom à Toronto pour $1000. Je pense que ca devrait être encore moins cher dans les années 90.

Link to comment
Share on other sites

22 hours ago, JeanFelix said:

$1000 il y a 25 ans donc en 1998?  c'était cher pour un petit appart de 1 chambre dans les années 90s donc Toronto a toujours été cher. 

Sauf peut-être pour les maisons car mon proprio a achetée la sienne pour un prix ridicule (250k) en 2009, pas dans le centre mais quand même bien placée. Maintenant, cette maison est côté 1M au moins

 

Oui, c'est bien connu. Il faut dire que j'habitais dans les meilleurs quartiers de Toronto, St Clair, Eglinton and Yonge. Aujourd'hui, c'est plus que le double!  La faute à qui? devinez?

Il y a pire que Toronto, c'est Vancouver West où j'ai habité aussi.  Je n'imagine pas aujourd'hui ce que ça peut donner.

Si vous regardez les statistiques, c'est à Montréal que les loyers sont les plus abordables.  Mais je n'aime pas du tout Montréal.  Sinon, si vous tenez à rester au Québec, il faut aller à 3 rivières où vous pouvez louer un one bedroom pour moins de mille euros.  Ou même Rivière du loup un peu plus haut.

 

Sinon, il faut aller au Newfoundland à St John's...   ou île du Prince Edward, superbe île, ou un peu plus loin dans les Rocheuses du côté de Kelowna, Nelson... 

Link to comment
Share on other sites

15 minutes ago, Marlone said:

Oui, c'est bien connu. Il faut dire que j'habitais dans les meilleurs quartiers de Toronto, St Clair, Eglinton and Yonge. Aujourd'hui, c'est plus que le double!  La faute à qui? devinez?

Il y a pire que Toronto, c'est Vancouver West où j'ai habité aussi.  Je n'imagine pas aujourd'hui ce que ça peut donner.

Si vous regardez les statistiques, c'est à Montréal que les loyers sont les plus abordables.  Mais je n'aime pas du tout Montréal.  Sinon, si vous tenez à rester au Québec, il faut aller à 3 rivières où vous pouvez louer un one bedroom pour moins de mille euros.  Ou même Rivière du loup un peu plus haut.

 

Sinon, il faut aller au Newfoundland à St John's...   ou île du Prince Edward, superbe île, ou un peu plus loin dans les Rocheuses du côté de Kelowna, Nelson... 

interessant! j'ai vécu une paire d'années a Eglinton/St Clair/Caledonia... J'imagine que dans les 90s ce quartier devait être superbe pour y vivre. 

Link to comment
Share on other sites

Just now, JeanFelix said:

interessant! j'ai vécu une paire d'années a Eglinton/St Clair/Caledonia... J'imagine que dans les 90s ce quartier devait être superbe pour y vivre. 

J'aimais bien Yonge and St Clair, à côté du parc.  Un peu moins bien Yonge and Eglinton que je trouvais "busy" and "noisy".  J'ai toujours habité autour de Yonge.  J'ai aussi essayé le quartier grec mais j'aimais pas trop Danforth.  J'ai habité à Harbourfront avec vue sur le lac. Mais je crois que ma préférence c'était Yonge and Summerhill, à côté du parc.

Link to comment
Share on other sites

1 hour ago, Marlone said:

J'aimais bien Yonge and St Clair, à côté du parc.  Un peu moins bien Yonge and Eglinton que je trouvais "busy" and "noisy".  J'ai toujours habité autour de Yonge.  J'ai aussi essayé le quartier grec mais j'aimais pas trop Danforth.  J'ai habité à Harbourfront avec vue sur le lac. Mais je crois que ma préférence c'était Yonge and Summerhill, à côté du parc.

en effet je n'aime pas Yonge/Eglinton car ça fait trop downtown. On dirait un mini downtown avec ses gratte-ciels et cela je deteste.

Je prefere definitivement le côté Ouest vers St Clair avec Davenport qui pour moi est le meilleur quartier, ni trop loin/ni trop pres du centre. Mais bon, je ne pourrais jamais acheter dans ce coin tellement c'est devenu inabordable. Rien que la taxe de propriete doivent etre autour de CAD $7000/an dans ce quartier.

Edited by JeanFelix
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Tu as raison de poser par écrit tes interrogations.

 

 

Epuisement par rapport aux démarches, on connait tous: la patience est mise à rude épreuve.

Mais le chemin est encore très long pour toi (RP puis citoyenneté)

 

Mes amis, je les ai rencontrés pour moitié à l'école des enfants.
Ce sont, sauf une exception, des couples binationaux ou des immigrants.

 

La France et le Canada sont très bien placés dans l'index de bonheur.
https://www.lapresse.ca/international/europe/2023-03-20/la-finlande-designee-pays-le-plus-heureux-au-monde.php

On a tout pour être heureux dans une pays comme dans l'autre, mais on ne peut être dans les deux.
Et pourtant, les habitants des deux pays se trouvent des raisons de gueuler et se plaindre......

 

Si tu cherches la sécurité, aller vers l'Ouest n'est pas la bonne direction

https://fr.numbeo.com/criminalité/pays/Canada

 

Donc la réponse à ton mal-être est: qu'est ce qui va te rendre heureux dans les 15 prochaines années?

Mon feeling dans ce que tu écris, c'est que tes attaches sont trop fortes en Europe pour un séjour de long terme, et que la sauce n'a pas suffisamment pris au Canada pour rendre l'éloignement négligeable.

Quelle que soit ta décision, n'oublie pas que ce n'est ni un échec, ni un abandon, mais l'apprentissage de ta vie et sa construction.
 

 

 

Edited by fryggo
Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com

Advertisement