Jump to content
  • 0
Sign in to follow this  
Laurent

Construction : faire reconnaître son expérience acquise à l’étranger

Question

Mercredi 14 août 2013 | Mise en ligne à 8h22 | icon-comment.gifUn commentaire

Construction : faire reconnaître son expérience acquise à l’étranger

Martine Letarte

À la suite de la publication de ce billet, gl000001 m’a demandé si les travailleurs de la construction immigrants au Québec pouvaient faire reconnaître leur expérience acquise à l’étranger? Oui !

Le parcours de l’immigrant qui arrive au Québec avec ses diplômes et des preuves de son expérience accumulée aura la tâche assez facile. Si ses documents sont dans une autre langue que le français et l’anglais, il doit d’abord frapper à la porte du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC).

«Le MICC nous donnera la preuve de son niveau de scolarité et pourra trouver du soutien pour la traduction des documents pour nous permettre de les évaluer», indique Chantal Dubeau, directrice de la formation professionnelle à la Commission de la construction du Québec (CCQ).

Si la personne a accumulé le nombre d’heures requis prévu au règlement pour son métier, la CCQ l’enverra faire l’examen.

«C’est le même examen que font les gens formés au Québec», précise Chantal Dubeau.

Les examens se donnent en français et en anglais. L’immigrant doit s’assurer d’avoir les connaissances linguistiques nécessaires.

Une fois l’examen réussi, l’immigrant deviendra compagnon, ce qui signifie qu’il pourra travailler sans supervision.

«C’est ainsi pour tous les métiers et tous les pays d’origine, précise Mme Dubeau. De nombreuses personnes arrivent d’autres pays dans le domaine de la construction parce que plusieurs métiers se pratiquent partout dans le monde. Par contre, il peut-être difficile de se trouver un emploi. Les employeurs préfèrent souvent quelqu’un qui a de l’expérience au Québec.»

Pour les réfugiés, le processus peut être plus long.

«Souvent, ces gens arrivent ici sans aucun document officiel, donc ils ne sont pas en mesure de prouver leur expérience acquise, explique Chantal Dubeau. Nous les dirigeons alors vers une commission scolaire où ils pourront entreprendre le processus de reconnaissance des acquis pour décrocher leur diplôme. Une fois le diplôme obtenu, ils deviendront apprentis, donc ils pourront travailler sous la supervision d’un compagnon.»

source : http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffaires/cv/2013/08/14/construction-faire-reconnaitre-son-experience-acquise-a-l%E2%80%99etranger/

post-12-0-00201100-1376492099_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

9 answers to this question

Recommended Posts

  • 0

Ouais, mais souvent pour la catégorie des travailleurs permanents, pour le CSQ, on demande des études universitaires pour être éligible, un métier de la construction, du moins pour l'Algérie, on peut l'obtenir avec un secondaire 3 souvent non terminé, donc, avec ce niveau scolaire, c'est sûr qu'on n'aura même pas le CSQ.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

vraiment pas... regarde les grilles de points et tu verras que ce ne sont pas toujours les formations universitaires qui donnent beaucoup de points... en france l'apprentissage d'un métier manuel se fait à 15 ans, et à 17 ans tu sors diplômé... et j'en connais qui ont eut un csq avec ''juste'' un CAP

Edited by juetben

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

ouais, mais moi je regarde ce qui se passe, faites une EPI avec un secondaire 3 non terminée, ça ne fonctionnera pas..

Edited by chaplawn

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

ouais, mais moi je regarde ce qui se passe, faites une EPI avec un secondaire 3 non terminée, ça ne fonctionnera pas..

le problème n'est pas d'avoir son sec 3 mais d'être ou non diplôme dans un métier manuel en demande et d'avoir de l'expérience professionnelle dans celui ci... tu peux aussi faire un CAP sans avoir réussi ton brevet des collèges et alors, si au final tu obtiens un CAP on ne te demandera pas d'avoir un BEPC...

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0
Guest

Merci pour l'article et les commentaires méritent d'être lu

Edited by Alexandre2013

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour,

j'ai 2 questions auxquelles je n'arrive pas à trouver de réponses sur les forums.

Je suis plombier en France et j'envisage de venir travailler au Québec, en m'inscrivant à toutes les formations ou démarches administratives possibles pour obtenir l'équivalence de mon diplome au Québec, et, ainsi travailler dans les meilleures conditions.

- si en arrivant au Québec j'ai 2ans d'expérience dans mon domaine, est-il possible d'obtenir directement un statut d'apprenti niveau 3 (fiche de Paies etc... à l'appuie bien sur)?

- Concernant le salaire, j'ai consulté les grilles de salaire officiel pour les plombiers (taux horaires). Mais il n'y a pas grand chose sur les prélèvements, à quel pourcentage du salaire brut correspondent-ils?

Merci d'avance pour vos réponses.

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour,

j'ai 2 questions auxquelles je n'arrive pas à trouver de réponses sur les forums.

Je suis plombier en France et j'envisage de venir travailler au Québec, en m'inscrivant à toutes les formations ou démarches administratives possibles pour obtenir l'équivalence de mon diplome au Québec, et, ainsi travailler dans les meilleures conditions.

- si en arrivant au Québec j'ai 2ans d'expérience dans mon domaine, est-il possible d'obtenir directement un statut d'apprenti niveau 3 (fiche de Paies etc... à l'appuie bien sur)?

- Concernant le salaire, j'ai consulté les grilles de salaire officiel pour les plombiers (taux horaires). Mais il n'y a pas grand chose sur les prélèvements, à quel pourcentage du salaire brut correspondent-ils?

Merci d'avance pour vos réponses.

je compté faire une formation de plombier chauffagiste par l'AFPA et ensuite partir travaillé au Canada mais du coup je suis un peu tombé de haut car l’équivalence du diplôme délivrer par l'afpa n'est pas reconnu au Quebec, seulement un diplôme de l’Éducation national.

De plus il faut justifier au minimum 5000 heure de travail pour que l'accord FRANCE CANADA soit accepté...

:crying:

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

tu peux demander à la CCQ de reconnaitre ta formation, tes heures de travail, ton expérience sur dossier, et ainsi recevoir une carte d'apprenti, c'est sur qu'en passant un diplôme, mais sans 8000 h tu ne recevras jamais une carte de compagnon sur examen, tu seras apprenti et évolueras jusqu'à la possibilité de passer l'examen...

si ça ne marche pas tu peux refaire un DEP ici... tu n'auras alors pas de cours de rattrapage comme le code de plomberie à faire, se sera inclus dans ta formation...

pour finir tu peux oublier l'alternance ça existe pas ici

Share this post


Link to post
Share on other sites
  • 0

Bonjour,

j'ai 2 questions auxquelles je n'arrive pas à trouver de réponses sur les forums.

Je suis plombier en France et j'envisage de venir travailler au Québec, en m'inscrivant à toutes les formations ou démarches administratives possibles pour obtenir l'équivalence de mon diplome au Québec, et, ainsi travailler dans les meilleures conditions.

- si en arrivant au Québec j'ai 2ans d'expérience dans mon domaine, est-il possible d'obtenir directement un statut d'apprenti niveau 3 (fiche de Paies etc... à l'appuie bien sur)?

- Concernant le salaire, j'ai consulté les grilles de salaire officiel pour les plombiers (taux horaires). Mais il n'y a pas grand chose sur les prélèvements, à quel pourcentage du salaire brut correspondent-ils?

Merci d'avance pour vos réponses.

Grosso modo le pourcentage de prélèvement sur le salaire régi tourne aux alentours de 40 % mais c'est à nuancer il y a entre autre 13 % pour les congés qui te revient deux fois dans l'année, un chèque courant novembre et un chèque courant juin.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Answer this question...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Mattfer
      Bonjour à tous !
       
      Je suis à la recherche d'avis, de témoignages, de conseils, etc.. bref tout ce qui pourrait m'aider. 
      Voici ma situation : je vais entrer en dernière année en ingénieur industriel, spécialisation construction, en Belgique. Je rêve du Canada depuis longtemps déjà. Donc je me suis décidé : je vais postuler pour un PVT dès que les inscriptions seront ouvertes, ainsi qu'au salon "Destination Canada" prévu pour Novembre. Le but étant de partir en septembre 2018.
      Seulement, un problème subsiste : je viens de voir que pour exercer au Canada en tant qu'ingénieur, il fallait faire partie d'un Ordre.
      Mes questions sont les suivantes :
      1) Est-ce "facile" de trouver un boulot avec un diplôme d'ingénieur industriel lors d'un PVT? Est-ce possible de trouver avant de partir?
      2) Combien d'examens devrai-je passer pour faire partie de l'ordre des ingénieurs? (Je suis au courant des demandes, des dossiers, du temps d'attente, etc.. mais je recherche des gens qui sont déjà parvenus jusqu'au stade "examens réussis").
      3) Existe-t-il d'autres méthodes pour partir que le PVT et pouvoir travailler?
      4) J'ai vu les examens des années précédentes. Pour certaines matières, je ne comprends STRICTEMENT RIEN (ex : gestion de chantier (Bien que j'ai eu un cours..)). Sont-ils réussissables pour autant? 
      5) Comment vous, les ingénieurs expat au Canada, avez-vous trouver un boulot là-bas sans faire partie de ce fameux ordre? Est-ce obligatoire de faire partie de l'OIQ au début? (équivalent OIQ pour d'autres régions).
       
      Je remercie d'ors et déjà les personnes qui répondront. Toutes réponses seront précieuses pour moi.
    • By Alexandre Feger
      Bonjour,
       
      Je suis un jeune homme ayant de la famille au Nouveau Brunswick. J'ai 4 ans d'experience dans la construction (chef de chantier). J'aimerais trouver une entreprise axceptant de me parrainer pour un permis de travail (si possible dans le NB) ... Mais comment faire ?
       
      J'ai très envie de me rapprocher de ma famille, de vivre au Canada... J'y suis déjà venu deux fois en vacances cette année, et j'en suis amoureux...je suis très motivé, je sais que j'y arriverais, mais tout est floue pour le moment...
       
      Merci pour vos aides...
    • By Jpc42
      Bonjour,
       
      J'ai une petite question pour les Québecois:
       
      Je cherche a savoir le délais de construction moyen d'une maison d'habitation, vous savez
      ou je peux trouver cela ?
       
      Aussi, durant les grands froids, les travaux s’arrêtent ?
       
      merci
      Jérôme
       
    • By madjidbxl
      Bonjour,

      Je suis un nouveau arrivant à Montréal, j'ai un diplôme d'ingénieur civil des construction obtenu à l'école polytechnique de Bruxelles (Belgique), je cherche un poste dans mon domaine même comme Technicien pour commencer le temps d'intégrer l'ordre des ingénieurs. SVP si vous pouvez m'orienter là où je peux trouver ou des pistes merci d'avance.
    • By emmett
      Bonjour a toutes et a tous,


      Je tiens a m'excuser par avance si le sujet a déjà été évoqué. J'ai 30 ans j'évoluais depuis les 3 dernières années en tant que plombier en construction neuve, désirant me perfectionné dans un autre domaine du bâtiment, je vais passer mon caces de grue a tour d'ici le prochain mois. Conscient que je ne possède pas encore d'expérience en tant que grutier, je m'interroge tout de même sur une possibilité d'immigrer au canada. Je m'intéresse plus a la partie anglophone ( alberta, Saskatchewan, manitoba, Ontario).
      Mon projet serais de bosser 6 mois a 1 an en tant que grutier ( je possède déjà de bonne connaissance en chantier de construction) et d'immigrer au canada. Je sais bien que la tache ne sera pas facile mais je ne compte pas me décourager! Pouvez vous me dire ce que vous en pensez? vos témoignages vécus seront les bienvenue. D'après les recherches que j'effectue depuis quelques semaines, il y aurait (ou auras) une pénurie dans le batiment au canada. Merci de vos réponses
    • By immigrer.com
      Minimiser la pénurie de métiers spécialisés au Canada - un manque de vision
      ConstruForce Canada affirme qu'il faut agir dès maintenant

      OTTAWA, le 30 oct. 2013 /CNW/ - Selon ConstruForce Canada, un récent rapport des Services économiques TD portant sur la pénurie de travailleurs de métiers spécialisés au Canada pourrait masquer les véritables et sérieux défis en matière de main-d'uvre qualifiée auxquels doit faire face le secteur de la construction du Canada.

      « Dans les faits, il y a, et il y aura, de graves défis en ce qui concerne les travailleurs de métiers spécialisés du secteur de la construction dans certaines régions du Canada que l'on ne peut tout simplement pas ignorer, a expliqué Rosemary Sparks, directrice générale de ConstruForce Canada, un organisme national, dirigé par le secteur, qui établi des prévisions cruciales sur le marché du travail. Même si nous appuyons la recommandation des Services économiques TD selon laquelle le Canada ne peut pas se permettre d'adopter une approche attentiste, nous constatons que le rapport ne s'attarde pas aux défis particuliers révélés grâce à une analyse plus détaillée des marchés du travail propres au secteur. »

      La vigueur de la demande issue de la construction liée au secteur primaire au Canada continuera d'exercer des pressions considérables sur un marché du travail dont les conditions sont déjà serrées dans l'Ouest canadien, le nord de l'Ontario et Terre-Neuve-et-Labrador au cours de la prochaine décennie. Dans ces provinces, les défis occasionnés par une main-d'uvre vieillissante et des pénuries de travailleurs de métiers spécialisés sont réels. Par exemple :

      À l'heure actuelle, des pénuries de travailleurs de métiers spécialisés, notamment de charpentiers-menuisiers, de plombiers, d'électriciens et de soudeurs, risquent de nuire aux calendriers des projets et d'occasionner des retards de production à Terre-Neuve-et-Labrador.
      Le défi pour le secteur consistera à répondre à la demande de travailleurs de métiers spécialisés de la construction, compte tenu d'une nouvelle vague d'investissements dans la construction visant les sables bitumineux en Alberta à court terme.
      En Colombie-Britannique, d'importants projets miniers et de GNL devraient démarrer au cours des prochaines années, mettant de nouveau le secteur au défi de répondre à la demande de travailleurs de métiers spécialisés de la construction.
      ConstruForce Canada consulte sans cesse les intervenants du secteur et surveille constamment la conjoncture économique, les grands projets de construction proposés et l'offre de main-d'uvre afin de fournir chaque année des données et des rapports prévisionnels détaillés sur le marché du travail de la construction que le secteur de la construction du Canada peut utiliser pour répondre à la demande de main-d'uvre qualifiée.

      « Selon nos prévisions, il faut s'attendre à une pénurie de travailleurs de métiers spécialisés de la construction au cours de la prochaine décennie étant donné le démarrage de nouveaux projets et le départ à la retraite de 200 000 travailleurs ou près de 25 % de la main-d'uvre de la construction, a ajouté Mme Sparks. Il est maintenant venu le temps de planifier rigoureusement pour les années à venir et de faire la promotion des carrières dans les métiers spécialisés. Le secteur doit se doter de stratégies à court et à long terme afin de s'assurer de la disponibilité d'une main-d'uvre qualifiée pour répondre à la demande. Notre économie aussi en dépend. »

      ConstruForce Canada est un organisme national, dirigé par le secteur, voué à l'élaboration, en temps opportun, de données et d'analyses précises sur le marché du travail qui contribuent à répondre aux besoins en main-d'uvre et à ceux du secteur de la construction du Canada. Visitez le www.previsionsconstruction.ca.

      http://www.newswire.ca/fr/story/1251247/minimiser-la-penurie-de-metiers-specialises-au-canada-un-manque-de-vision

    • By GMInspection
      Bonjour,

      Je viens de me joindre à ce forum de discussions afin de vous offrir mes services comme ingénieur dans le domaine de l'inspection de bâtiments.

      Je vois que ce forum est destiné aux gens qui viennent habiter notre belle province de Québec et j'aimerais vous offrir mes services en tant que professionnel.

      Que ce soit pour une simple question ou un mandat d'inspection, je suis à votre service!

      Je vous invite à consulter mon site internet à l'adresse www.gminspection.com mais ce dernier est actuellement en révision et vous y trouverez bientôt beaucoup de nouveau contenu!

      Au plaisir de vous servir!



    • By Laurent
      http://www.placesdaf...les-chantiers/1
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines