Jump to content
Sign in to follow this  
grizzli

Une musulmane expulsée d'un cours à cause du niqab

Recommended Posts

cyberpresse

Le ministère de l'Immigration du Québec est intervenu, en novembre dernier, pour expulser d'un cours de francisation destiné aux immigrés une femme d'origine égyptienne qui refusait de dévoiler son visage en classe.

Après des mois (de février à novembre) de tentatives d'accommodement de la part de l'enseignante et de la direction du cégep Saint-Laurent, la situation est devenue tendue au risque de provoquer des affrontements au sein de l'institution.

Selon ce qu'a pu apprendre La Presse, un haut fonctionnaire (Roger Giroux, directeur général de la francisation au ministère de l'Immigration) est intervenu personnellement pour demander, pour la ixième fois, à la dame de retirer son niqab (qui ne laisse paraître que les yeux), à défaut de quoi elle serait expulsée du cours. Elle a refusé, exigeant une confirmation écrite de la position du Ministère, ce qu'elle a obtenu.

Dans la lettre, M. Giroux rappelle que les motifs ont été clairement exposés à l'élève exclue, que celle-ci ne pouvait poursuivre ses cours avec son niqab mais qu'elle avait tout loisir de suivre la formation en ligne.

La dame a porté plainte dans les jours suivants devant la Commission des droits de la personne, qui l'étudiera dans les prochains mois.

Toute cette histoire a commencé en février 2009, lorsque cette immigrée égyptienne s'est inscrite à un cours de français au cégep Saint-Laurent. Elle avait alors le statut de résidente permanente au Canada. Pour s'inscrire, elle a fourni une photo sur laquelle son visage est découvert et elle a rencontré, sans niqab, l'évaluatrice des services de francisation.

Jusque-là, tout va bien. Les problèmes surgissent toutefois dès les premiers cours parce que quelques hommes sont dans la classe et qu'elle refuse de se dévoiler en leur présence.

Conciliante, l'enseignante offre, avec l'accord de la direction du cégep, de s'isoler avec elle dans un coin de la classe pour faire les exercices de dialogue. Pour ces séances particulières, l'élève accepte de retirer son niqab.

Un exposé oral de dos

Cet arrangement bancal se heurte toutefois rapidement aux objectifs mêmes du cours, qui veut favoriser les échanges entre élèves, les exposés oraux et les mises en situation. En outre, la femme refuse de plus en plus souvent de se conformer à l'entente conclue avec son prof. Cette dernière, de même que la direction du cégep Saint-Laurent, lui rappelle que, pour des raisons pédagogiques, il est essentiel de voir le visage des élèves dans les échanges afin de pouvoir corriger leur élocution et de voir leurs expressions faciales.

À un moment, on pousse même l'accommodement jusqu'à permettre à l'élève de faire un exposé oral au fond de la classe, de dos, parce qu'il y a des hommes dans la salle.

Les rapports entre l'élève musulmane et son enseignante, mais aussi avec le reste de la classe se corsent à la limite du conflit ouvert. On atteint finalement le point de non-retour lorsque la dame, après une pause, demande à trois hommes de se déplacer parce qu'ils lui font face dans la classe, aménagée en U par l'enseignante pour, justement, faciliter les échanges. Les hommes et l'enseignante y consentent, mais la situation est devenue intenable et on se dirige clairement vers un affrontement.

Selon nos sources, l'élève voilée refuse alors systématiquement de se découvrir le visage, même en tête à tête avec son prof, et elle se montre de plus en plus militante, voire agressive.

Dès lors, le dossier «monte» jusqu'au Ministère et même jusqu'au bureau de la ministre de l'Immigration, Yolande James, qui suit de près, avec ses fonctionnaires, son évolution.

L'ultimatum puis l'expulsion de l'élève ont été décidés au niveau politique, avec l'intervention d'un haut fonctionnaire et l'accord de la ministre James.

Dossier politiquement explosif

Bien des Québécois applaudiront la fermeté du gouvernement dans ce dossier, mais, politiquement et juridiquement, le terrain est glissant.

Au moment où, dans plusieurs pays européens, un débat fait rage sur les symboles religieux, en particulier le voile (hijab, niqab ou burqa), Québec intervient, pour la toute première fois, dans une salle de classe. Deux autres cas semblables ont surgi récemment dans des cours de français pour immigrés au cégep de Sainte-Foy, mais les deux élèves se sont pliées aux exigences du cours.

S'affrontent ici les principes de la laïcité et de l'égalité entre les hommes et les femmes, piliers de la politique du gouvernement québécois, et la liberté de pratique religieuse, reconnue par les chartes québécoises et canadiennes. Il s'agit d'un test crucial pour le gouvernement et de la première réaction politique ferme depuis la commission Bouchard-Taylor.

À Québec, on suit donc l'affaire de très près. Nos sources affirment que le gouvernement a bon espoir d'obtenir gain de cause devant la Commission des droits de la personne.

«Nous jugeons avoir fait tout ce qui était raisonnable pour accommoder cette personne, mais il y a une limite, et on l'a franchie ici. Pour nous, il est important d'envoyer un message clair», indique un informateur très près du dossier.

Dans sa plainte à la Commission des droits de la personne, l'élève voilée invoque la liberté de pratique religieuse. Le gouvernement, pour sa part, affirme que le port du niqab est incompatible avec les objectifs pédagogiques et que les nombreuses tentatives d'accommodements raisonnables ont échoué.

Québec rappelle aussi que tous les immigrés s'engagent par écrit depuis le mois de janvier 2009 à respecter les valeurs québécoises (y compris l'égalité entre les sexes), qu'ils suivent un cours sur ces valeurs communes et qu'ils doivent apprendre le français.

S'ils ne veulent ou ne peuvent pas suivre ces cours en personne, les nouveaux arrivants peuvent le faire en ligne, et toute l'information sur les valeurs communes est expliquée, en plusieurs langues, dont l'arabe, sur le site du ministère de l'Immigration.

Conciliation ou ligne dure?

Ce n'est donc pas que la décision politique qui est soumise à un test avec ce cas, mais également toute l'approche mise en place par le gouvernement Charest dans la foulée du rapport de la commission Bouchard-Taylor.

Selon tous les sondages récents sur la question des accommodements raisonnables, la majorité des Québécois pensent que leur gouvernement se montre d'ordinaire trop conciliant.

Dans les dernières années, des cas fortement médiatisés, à la SAAQ notamment, ont alimenté la controverse et enflammé les émissions de tribunes téléphoniques.

Au gouvernement, le débat aussi fait rage entre les partisans de la conciliation et les tenants de la ligne dure, débat pimenté par les positions des partis de l'opposition.

Il est peu probable que le gouvernement légifère en matière de port de symboles religieux. Des avis juridiques circulant dans certains ministères font toutefois état de problèmes de communication et de sécurité liés au port du niqab et de la burqa.

Un autre cas connu est actuellement devant la Commission des droits de la personne. Sondos Abdelatif, une jeune musulmane qui suivait une formation pour devenir gardienne de prison, a déposé en 2007 une plainte après avoir été congédiée par Services correctionnels du Québec parce qu'elle refusait d'enlever son hijab.

Elle plaide la liberté de pratique religieuse alors que son ancien employeur affirme que le port du foulard pose des risques pour la sécurité de la gardienne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Je sais pas. Franchement ça me choque. Si la présence d'hommes l'insupporte à tel point, pourquoi elle n'a pas choisi la formation en ligne ? Pourquoi elle ne s'est pas offert des cours particuliers ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une musulamane a été expulsée d'un cours de francisation car elle refusait de dévoiler sa bouche afin d'aider les professeurs pour son élocution. Afin, nos dirigeants se déniaisent!

Le ministère de l'Immigration du Québec est intervenu, en novembre dernier, pour expulser d'un cours de francisation destiné aux immigrés une femme d'origine égyptienne qui refusait de dévoiler son visage en classe.

Après des mois (de février à novembre) de tentatives d'accommodement de la part de l'enseignante et de la direction du cégep Saint-Laurent, la situation est devenue tendue au risque de provoquer des affrontements au sein de l'institution.

Selon ce qu'a pu apprendre La Presse, un haut fonctionnaire (Roger Giroux, directeur général de la francisation au ministère de l'Immigration) est intervenu personnellement pour demander, pour la ixième fois, à la dame de retirer son niqab (qui ne laisse paraître que les yeux), à défaut de quoi elle serait expulsée du cours. Elle a refusé, exigeant une confirmation écrite de la position du Ministère, ce qu'elle a obtenu.

Dans la lettre, M. Giroux rappelle que les motifs ont été clairement exposés à l'élève exclue, que celle-ci ne pouvait poursuivre ses cours avec son niqab mais qu'elle avait tout loisir de suivre la formation en ligne.

La dame a porté plainte dans les jours suivants devant la Commission des droits de la personne, qui l'étudiera dans les prochains mois.

Toute cette histoire a commencé en février 2009, lorsque cette immigrée égyptienne s'est inscrite à un cours de français au cégep Saint-Laurent. Elle avait alors le statut de résidente permanente au Canada. Pour s'inscrire, elle a fourni une photo sur laquelle son visage est découvert et elle a rencontré, sans niqab, l'évaluatrice des services de francisation.

Jusque-là, tout va bien. Les problèmes surgissent toutefois dès les premiers cours parce que quelques hommes sont dans la classe et qu'elle refuse de se dévoiler en leur présence.

Conciliante, l'enseignante offre, avec l'accord de la direction du cégep, de s'isoler avec elle dans un coin de la classe pour faire les exercices de dialogue. Pour ces séances particulières, l'élève accepte de retirer son niqab.

Un exposé oral de dos

Cet arrangement bancal se heurte toutefois rapidement aux objectifs mêmes du cours, qui veut favoriser les échanges entre élèves, les exposés oraux et les mises en situation. En outre, la femme refuse de plus en plus souvent de se conformer à l'entente conclue avec son prof. Cette dernière, de même que la direction du cégep Saint-Laurent, lui rappelle que, pour des raisons pédagogiques, il est essentiel de voir le visage des élèves dans les échanges afin de pouvoir corriger leur élocution et de voir leurs expressions faciales.

À un moment, on pousse même l'accommodement jusqu'à permettre à l'élève de faire un exposé oral au fond de la classe, de dos, parce qu'il y a des hommes dans la salle.

Les rapports entre l'élève musulmane et son enseignante, mais aussi avec le reste de la classe se corsent à la limite du conflit ouvert. On atteint finalement le point de non-retour lorsque la dame, après une pause, demande à trois hommes de se déplacer parce qu'ils lui font face dans la classe, aménagée en U par l'enseignante pour, justement, faciliter les échanges. Les hommes et l'enseignante y consentent, mais la situation est devenue intenable et on se dirige clairement vers un affrontement.

Selon nos sources, l'élève voilée refuse alors systématiquement de se découvrir le visage, même en tête à tête avec son prof, et elle se montre de plus en plus militante, voire agressive.

Dès lors, le dossier «monte» jusqu'au Ministère et même jusqu'au bureau de la ministre de l'Immigration, Yolande James, qui suit de près, avec ses fonctionnaires, son évolution.

L'ultimatum puis l'expulsion de l'élève ont été décidés au niveau politique, avec l'intervention d'un haut fonctionnaire et l'accord de la ministre James.

Dossier politiquement explosif

Bien des Québécois applaudiront la fermeté du gouvernement dans ce dossier, mais, politiquement et juridiquement, le terrain est glissant.

Au moment où, dans plusieurs pays européens, un débat fait rage sur les symboles religieux, en particulier le voile (hijab, niqab ou burqa), Québec intervient, pour la toute première fois, dans une salle de classe. Deux autres cas semblables ont surgi récemment dans des cours de français pour immigrés au cégep de Sainte-Foy, mais les deux élèves se sont pliées aux exigences du cours.

S'affrontent ici les principes de la laïcité et de l'égalité entre les hommes et les femmes, piliers de la politique du gouvernement québécois, et la liberté de pratique religieuse, reconnue par les chartes québécoises et canadiennes. Il s'agit d'un test crucial pour le gouvernement et de la première réaction politique ferme depuis la commission Bouchard-Taylor.

À Québec, on suit donc l'affaire de très près. Nos sources affirment que le gouvernement a bon espoir d'obtenir gain de cause devant la Commission des droits de la personne.

«Nous jugeons avoir fait tout ce qui était raisonnable pour accommoder cette personne, mais il y a une limite, et on l'a franchie ici. Pour nous, il est important d'envoyer un message clair», indique un informateur très près du dossier.

Dans sa plainte à la Commission des droits de la personne, l'élève voilée invoque la liberté de pratique religieuse. Le gouvernement, pour sa part, affirme que le port du niqab est incompatible avec les objectifs pédagogiques et que les nombreuses tentatives d'accommodements raisonnables ont échoué.

Québec rappelle aussi que tous les immigrés s'engagent par écrit depuis le mois de janvier 2009 à respecter les valeurs québécoises (y compris l'égalité entre les sexes), qu'ils suivent un cours sur ces valeurs communes et qu'ils doivent apprendre le français.

S'ils ne veulent ou ne peuvent pas suivre ces cours en personne, les nouveaux arrivants peuvent le faire en ligne, et toute l'information sur les valeurs communes est expliquée, en plusieurs langues, dont l'arabe, sur le site du ministère de l'Immigration.

Conciliation ou ligne dure?

Ce n'est donc pas que la décision politique qui est soumise à un test avec ce cas, mais également toute l'approche mise en place par le gouvernement Charest dans la foulée du rapport de la commission Bouchard-Taylor.

Selon tous les sondages récents sur la question des accommodements raisonnables, la majorité des Québécois pensent que leur gouvernement se montre d'ordinaire trop conciliant.

Dans les dernières années, des cas fortement médiatisés, à la SAAQ notamment, ont alimenté la controverse et enflammé les émissions de tribunes téléphoniques.

Au gouvernement, le débat aussi fait rage entre les partisans de la conciliation et les tenants de la ligne dure, débat pimenté par les positions des partis de l'opposition.

Il est peu probable que le gouvernement légifère en matière de port de symboles religieux. Des avis juridiques circulant dans certains ministères font toutefois état de problèmes de communication et de sécurité liés au port du niqab et de la burqa.

Un autre cas connu est actuellement devant la Commission des droits de la personne. Sondos Abdelatif, une jeune musulmane qui suivait une formation pour devenir gardienne de prison, a déposé en 2007 une plainte après avoir été congédiée par Services correctionnels du Québec parce qu'elle refusait d'enlever son hijab.

Elle plaide la liberté de pratique religieuse alors que son ancien employeur affirme que le port du foulard pose des risques pour la sécurité de la gardienne.

Source : CyberPresse

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Grizzli en parle déjà :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et une autre imbécile dont le comportement contribue à alimenter les préjugés...

Share this post


Link to post
Share on other sites

surtout qu'elle n'a pas été claire dès le début. en devenant radicale et n'acceptant plus les concessions qui lui ont été accordé, elle montre sa détermination a imposé ses valeurs dans un pays dans lequel elle est sensé respecter les valeurs!

j'attend de voir la suite parce qu'on monte d'un cran un peu plus à chaque fois. et il est temps de mettre des limites!

Share this post


Link to post
Share on other sites

surtout qu'elle n'a pas été claire dès le début. en devenant radicale et n'acceptant plus les concessions qui lui ont été accordé, elle montre sa détermination a imposé ses valeurs dans un pays dans lequel elle est sensé respecter les valeurs!

j'attend de voir la suite parce qu'on monte d'un cran un peu plus à chaque fois. et il est temps de mettre des limites!

Comme quoi, par exemple? Légiférer en matière de tenue vestimentaire? Là où cela a été fait, le résultat n'est pas vraiment fameux ... et c'est le propre des intégristes d'entraîner l'ensemble de la société dans leur jeu malsain.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Grizzli en parle déjà :P

Voleur de scope :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors là ... effectivement ... faut arrêter les conneries !! :angry:

Déjà, dès le jour 1 j'aurais dis ... out ... dehors ...

Parce que, à ce que je sache, cette dame n'a pas payé pour avoir des cours privés non ?

Très franchement, devant des cas comme celui là il ne faut pas s'étonner de la montée de l'intolérance voire de la xénophobie dans notre société.

Edited by Lilideslacs

Share this post


Link to post
Share on other sites

Post super intéressant, ça apporte beaucoup au forum, je ne sais pas, mais histoire de ne pas changer pourquoi on ne ferait pas des posts qui causent des batteries lithium, de desserts à base de liqueurs, le championnat de handball du Zimbabwe, la vie de Bruce Campbell, le dictionnaire de van dame, les mycoses des orteils et les hémorroïdes chez les babouins, la boite à vitesse des 4L, des recettes de poulet tandori, les caleçons 100% coton, les extensions de cheveux pour chiens!

Ou sinon des pourboire des danseuses en Montéregie!

tin!! ça commence vraiment à bien faire, oui on sait tous que ce niqab qui peut sembler normal a cette fille semble anormale a pleins d'autres personne y compris de confession musulmane! Oui on sait tous que l'intégrisme QUELQUE SOIT sa confession ou religion est con! oui on sait tous que c'est un problème mais dans ce cas là je doute fort que ce soit le seul problème au canada! pourquoi doit-on parler QUE d'islam toutes les 5 min? ça vous passionne tant que ça?? ou c'est juste pour créer un sujet à sensation sur le forum? et qui va engendrer des"je suis choqué, atterré"mais personne n'en n'a rien a secouer de sa tranche, qu'elle soit intégriste!, qu'elle soit complètement tatouée hell angels sous son niquab!, qu'elle soit skinhead avec une bonne grosse croix gammée sous son niquab!, qu'elle crois que que les petits homme vert vont la kidnapper si elle ôte son niqab, on n'en a rien.... rien a balancer! Mais arrêtez de nous bassiner avec des posts "islam, islam,islam,islam" il ya plein d'autre sujet en rapport a l'immigration!

D'autant plus que généralement Grizzly a de bons post mais là ça ressemble plus a du Biztalk!

Edited by prankster

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et une autre imbécile dont le comportement contribue à alimenter les préjugés...

Et l'effet de contagion français s'installe petit a petit au Québec!!

c'est quoi cette réaction benc!!! toi qui a l'habitude d'intervenir si sagement!! que tu sois contre le port du nikab ou de culottes! ça reste personnel! or arriver a juger comme ça sur la base d'un article! je ne trouve pas ça rationnel!

perso j'aurais été à la place de cette femme ! et si j'ai subit de la stigmatisation ou des préjugés ! enfin des réactions de ses collègues ou je ne sais qui qui tendent a la stigmatiser et la traiter! j'aurais fait pire! donc il faut voir le contexte! parceque l'on trouve des cons partout!!

mais bon bref! ( chui contre le nikab )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme quoi, par exemple? Légiférer en matière de tenue vestimentaire? Là où cela a été fait, le résultat n'est pas vraiment fameux ... et c'est le propre des intégristes d'entraîner l'ensemble de la société dans leur jeu malsain.

Exactement! En embarquant dans leur jeu, on encourage les plus modérés à prendre position, et pas toujours du bon bord...

La question de l'Islam est un sacré problème dans nos société. Je n'arrive pas à comprendre comment on n'arrive pas à filtrer ce genre d'individue à l'immigration. Il serait pourtant si simple de leur faire dire "Le grand prophète était un sociopathe dégénéré" trois fois de suite. Si aucune crise de convulsion ne s'en suit, ce serait signe qu'ils ont des aptitudes pour vivre chez nous :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je pense juste qu'il faut respecter la loi c'est tout... si tout le monde commençait à traversé quand le feu est rouge, il y aurait des morts, les lois c'est pas fait pour faire jolis, ca nous embête mais sinon ca serait la guerre civile sur la planète...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les deux sujets identiques ont été regroupés en un seul.

La modération

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme quoi, par exemple? Légiférer en matière de tenue vestimentaire? Là où cela a été fait, le résultat n'est pas vraiment fameux ... et c'est le propre des intégristes d'entraîner l'ensemble de la société dans leur jeu malsain.

Exactement! En embarquant dans leur jeu, on encourage les plus modérés à prendre position, et pas toujours du bon bord...

La question de l'Islam est un sacré problème dans nos société. Je n'arrive pas à comprendre comment on n'arrive pas à filtrer ce genre d'individue à l'immigration. Il serait pourtant si simple de leur faire dire "Le grand prophète était un sociopathe dégénéré" trois fois de suite. Si aucune crise de convulsion ne s'en suit, ce serait signe qu'ils ont des aptitudes pour vivre chez nous :lol:

Parce qu'en plus de tous les problèmes qu'on a, on devrait aussi se payer une bonne petite geurre hein? :lol:

Il n'est pas question d'Islam d'ailleurs, ici.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça commence vraiment à bien faire, oui on sait tous que ce niqab qui peut sembler normal a cette fille semble anormale a pleins d'autres personne y compris de confession musulmane! oui on sait tous que c'est un problème mais dans ce cas là je doute fort que ce soit le seul problème au canada! pourquoi doit-on parler QUE d'islam toutes les 5 min? ça vous passionne tant que ça?? ou c'est juste pour créer un sujet à sensation sur le forum? et qui va engendrer des"je suis choqué, atterré"mais qu'est ce qu'on Personne n'en n'a rien a secouer de sa tranche, qu'elle est intégriste!, qu'elle soit complètement tatouée hell angels sous son niquab!, qu'elle soit skinhead avec une bonne grosse croix gammée sous son niquab!, qu'elle crois que que les petits homme vert vont la kidnappé si elle ôte son niqab, on n'en a rien.... rien a balancer! Mais arrêtez de nous bassiner avec des posts "islam, islam,islam,islam" il ya plein d'autre sujet en rapport a l'immigration!

D'autant plus que généralement Grizzly a de bons post mais là ça ressemble plus a du Biztalk!

Prankster, il est important d'en parler pour bien faire comprendre aux immigrants la réalité. Et si ca te choque, t'an qu'à moi, c'est que tu es du mauvais coté...

Share this post


Link to post
Share on other sites

surtout qu'elle n'a pas été claire dès le début. en devenant radicale et n'acceptant plus les concessions qui lui ont été accordé, elle montre sa détermination a imposé ses valeurs dans un pays dans lequel elle est sensé respecter les valeurs!

j'attend de voir la suite parce qu'on monte d'un cran un peu plus à chaque fois. et il est temps de mettre des limites!

Je ne pense pas personnellement que la meilleur approche est de parler de valeurs car les seules valeurs qui unissent tout le monde sont les valeurs humaines quand aux valeurs culturelles, religieuses..... sont tellement aléatoires qu'elles en deviennent insésissables.

Les valeurs d'une region de quebec peuvent etre differentes n'en parlons meme pas les valeurs entre des pays des etats, des ethnies, des tribus, des classes sociales.......

Ce que je n'arrive surtout pas à comprendre pourquoi dés le debut on ne l'a pas dit que c'était pas imaginable de suivre les enseignements avec le NIQAB voilà c'est tout. Voilà c'est tout car ça ne sert à rien de parler de valeurs communes, de references religieuses, agnostiques et autres.

Le vivre ensemble dans un espace de respect mutuel, de respect des lois et des regles de ce vivre ensemble c'est aussi simple que cela.

Mais on va essayer de negocier sur des choses toutes simples à regler et cela fait monter la sauce, reveiller des rengaines, pointer le doigt à des honnetes immigrants qui se tuent à respecter ces regles de vies communes.

Je ne comprend meme pas qu'on puisse la proposer de suivre les cours à domicile car cela devrait etre réservé à des cas particuliers d'invalidité definis et prouvés.

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est quoi cette réaction benc!!! toi qui a l'habitude d'intervenir si sagement!! que tu sois contre le port du nikab ou de culottes! ça reste personnel! or arriver a juger comme ça sur la base d'un article! je ne trouve pas ça rationnel!

perso j'aurais été à la place de cette femme ! et si j'ai subit de la stigmatisation ou des préjugés ! enfin des réactions de ses collègues ou je ne sais qui qui tendent a la stigmatiser et la traiter! j'aurais fait pire! donc il faut voir le contexte! parceque l'on trouve des cons partout!!

mais bon bref! ( chui contre le nikab )

Désolée khaled12 mais quelqu'un qui exige que des camarades de classe soient déplacés pour ne pas lui faire face... c'est de l'imbécillité, ça n'a rien à voir avec la religion ou avec quelque choix personnel que ce soit.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que les modérateurs doivent fermer ce sujet car il n'est d'aucune utilité! dans ce forum!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que les modérateurs doivent fermer ce sujet car il n'est d'aucune utilité! dans ce forum!

Et depuis quand on doit te demander la permission pour débattre d'un sujet? Tu n'as qu'à aller de faire un thé si tu n'aimes pas de quoi on parle!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines