Jump to content
  1. Arob@se

    Arob@se

  • Similar Content

    • By MBC
      Bonjour à tous,
       
      Mes parents ont un projet d'achat et de construction d'un chalet au Québec pour leur retraite. Leur projet et également de pouvoir en jouir une partie de l'année, pourquoi pas l'autre partie du temps le louer lorsqu'ils reviennent en France. Ils n'ont pas l'intention spécialement d'immigrer au Québec ou de demander la nationalité, sauf si c'est nécessaire. Ils souhaitent juste pouvoir jouir de leur bien plus ou moins régulièrement (imaginons 6 par ans). Car ils sont déjà au fait qu'ils ont de base le visa de 6 mois théoriquement. Mais comment cela se passe-t-il en pratique pour le Visa ?
       
      Je m'adresse ici particulièrement aux français qui auraient une résidence secondaire au Québec et à tout ceux qui auraient des conseils sur le sujet.
       
      Voici quelques questions :
      . Est-ce que le fait d'avoir une résidence sur place donne lieux à un statut spécial ? Un visa spécial (super visa, etc) ?
      . Est-ce que les 6 mois autorisés impliquent qu'en sortant du territoire on attende une certaine période avant de revenir ou bien ou peut directement revenir ? ou simplement après 1, 2, 3 mois... ?
      . Est-ce que ces allées et venues sont au bout d'un moment pénalisés ? 
       
      Et la question en or : est-ce que quelqu'un a réalisé ce projet et peut nous en parler ? :)
       
      Merci beaucoup pour vos retours, nous sommes preneurs de conseils et d'avis et aussi enthousiasmés par ce projet !
       
      La grande fille qui tapent plus vite sur le clavier d'ordinateur 
    • By Vansder
      Bonjour j’ai fait une demande de csq le 10 août 2019. 
      j’ai reçu une intention de refus car ils me disent que je n’ai pas prouver que je travaillais à temps plein lors de la présentation de la demande , que je n’ai pas cumuler 12 mois de travail au Québec. 
      j’ai bien fourni les lettres de mes employeurs bulletins de salaire etc. Date d’echance Pour envoyer d’autres documents le 5 oct. 
       
      obtention du visa post diplôme le 18 juillet 2018. J’ai commencé à travaillé le 10 juillet. Ayant déjà fait la demande de permis post diplôme le 30 main 2018 si mon programme d’etude Est terminé le 15 juin 2018  j’ai le droit de travailler à temps plein.  J’ai travaillé du 10 juillet au 9 octobre à un première endroit 40 heure semaines temps plein ensuite du 10 octobre au 10 novembre à un autre endroit 30 heures semaine temps plein. Et dans mon emploi actuel du 10 décembre à aujourd’hui. J’ai un mois de trou du 10 novembre au 10 décembre je n’ai pas travailler. Le préposé du ministère m’a confirmé que c’etait Cumulatif et non à la suite. 
       
      je suis un peu perdu que me conseiller vous ? Sachant que j’ai prise connaissance de cette lettre ce matin j’étais Parti en vacances au moment ou je l’ai reçu. 
      merci d’avance 
    • By Chantounette
      Bonjour, 
       
      Une amie m'a affirmée qu'il n'était pas possible de venir vivre au Quebec si on est retraité. Est-ce vrai ?
       
      Merci de m'éclairer sur ce pont.
    • By celineff
      Bonjour,

      J'écris désespérément sur le forum parce que je ne trouve aucune réponse concrète ailleurs, ou alors des réponses contradictoires. Ma situation est la suivante:
      Je suis française et j'étudie en ce moment au Québec (j'ai un permis d'étude depuis 1 an et demi). Mon permis d'étude est valable jusqu'en 2021, date de fin de mes études. Sauf que j'ai prévu un long voyage d'une session entière au milieu de mes études (l'année prochaine). Ca prolongera alors mes études. J'ai donc 2 préoccupations : Vais-je pouvoir reprendre mes études en ayant quitter le pays une session? (Car je crois que les conditions rattachées à mon statut d'étudiant sont d'être aux études à temps plein, tout le temps). Et, si je peux reprendre mes études, vais-je être admissible à une prorogation sur mon permis après? Puisqu'il me faudra un temps supplémentaire pour terminer.
      Sur les sites du gouvernement et autres, j'ai trouvé plein d'infos. Il est exigé d'être aux études à temps plein, MAIS, sur un autre site je lis que j'ai le droit à un congé régulier de 4 mois pourvu que je sois présente la session d'avant et d'après. (https://www.forum.immigrer.com/fr/les-etudiants-internationaux-au-canada-conformite.html#gs.axgIiGQG)
      J'ai été voir la conseillère de mon établissement qui m'affirme catégoriquement que mon permis d'étude deviendra CADUC si je ne m'inscris pas à une session. 

      Bref, j'ai besoin d'aide. Je compte faire ce voyage mais je ne veux pas qu'il mette mon statut légal en danger, me sentant déjà assez chanceuse d'être ici.

      Quelqu'un aurait-il des pistes?

      Merci beaucoup beaucoup d'avance. :)
    • By Ben31
      Bonjour à tous,
      Pour mon premier message sur le forum, j'ai une première question concernant le test de français !
      Je réside en algérie et j'ai déjà eu un DALF C1 en 2013, ce qui fait qu'il n'est plus valide pour une future demande sur ARRIMA. 
      Ceci dit, je cherche à repasser un test de français histoire d'avoir une attestation de moins de deux ans.
      alors ma question est en deux parties : 
       - partie 1 : N'ayant pas la possibilité de passer le TCF pour Quebec ici en algérie, le Campus France propose deux test le TCF SO (sur ordinateur) avec une possibilité de rajouter des test complémentaires (expression orale et écrite) ou le TCF pour DAP (Demande d'admission préalable) qui contient tout les test demandé par le quebec, néanmoins ce dernier est à la base dédié aux personnes/étudiants souhaitant aller en France, ce qui m'intrigue un peu, alors lequel dois-je passer ?
       - partie 2 : est-ce moins valorisant de passer un TCF que d'avoir un DALF (Je me mets dans une position où peu être je repasserai le DALF si toute fois cela est possible). Je pose cette question question car dans la nouvelle grille du 02/08/2018, il n'y a "apparemment" aucune distinction !
      http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/GRI_SelectionProgReg_TravQualif2018.pdf

      Merci   
    • By bengos
      Bonjour à toutes et à tous,
       
      Je viens ici pour glaner quelques informations concernant les 1ères dépenses d'un étudiant étranger à son arrivée à Montréal.
      Ici, en France, pour un logement (location ou colocation), il faut souvent débourser une caution, un premier mois de loyer et une assurance habitation : est-ce le cas au Québec et à combien peuvent s'élever ces frais - en moyenne ?
      De plus, quelles sont les démarches pour ouvrir un compte bancaire ou souscrire à un abonnement téléphonique ? Savez-vous combien ça peut coûter ?
      Enfin, est-il facile de trouver un job étudiant pour quelques heures par semaine ou le week-end ?
       
      Je vous remercie par avance de vos réponses
       
    • By Player21
      Bonjour à tous,
       
      Je suis un étudiant Francais qui va partir étudier au Quebec durant 1 an à partir de septembre, j'ai fais ma demande de QAC dont j'attend la réponse. Jusque là pas de soucis, en revanche ma compagne doit m'accompagner, et malheureusement pour l'instant elle n'a pas eu la chance d'être tirée au sort pour le PVT (elle n'est pas étudiante, elle a prit un congé d'un an avec son entreprise).
      Je sais que pour venir au Canada, les Français n'ont pas besoin de visa, mais je craignais qu'à la frontière ils ne la laissent pas passer en pensant qu'elle veuille rester plus longtemps. 
      Je précise également que nous avons des billets de retour pour le mois de décembre, pendant les vacances pour passer les fêtes en France.
       
      Pensez-vous qu'il faut fournir des preuves supplémentaires pour elle?
       
      Je vous remercie d'avance pour vos réponses
    • By bengos
      Bonjour à toutes et à tous,
      Je suis actuellement en première année de Master à Toulouse et j'ai été admis à l'UQAM pour y effectuer ma deuxième année, et j'espère vraiment pouvoir saisir cette opportunité. Je dois apporter à la CPAM pour signature l'attestation d'affiliation au régime de sécurité sociale des participants aux échanges entre établissements d'enseignement supérieur.
      Mais il faut indiquer une adresse au Québec, que je n'ai pas encore.
      Celles et ceux qui ont déjà fait cette démarche et dans la même situation que moi - ne pas avoir d'adresse au Québec - comment avez-vous fait ? Avez-vous une astuce, un conseil, un site pour trouver un logement rapidement et pouvoir indiquer une adresse ?
      Je vous remercie par avance  
    • By khloe
      Bonjour, voila je suis une étudiante française (validation du baccalauréat littéraire option LVA Anglais + une troisième langue et de ma première année de faculté), mais je dois avouer que je ne m'épanouis pas dans mes études et je rêve de nouveaux horizons depuis plusieurs années. Je décide donc de faire le pas, pendant 1 ans de travailler et de mettre de l'argent de côté et pouvoir faire la rentrée scolaire de 2019 au Quebec. Mais pour ça j'ai besoin d'information nécessaire , comme par exemple le prix d'un DEC technique pour un étudiant français, si quelqu'un connait des collèges/cegep (au moins de réputation comme le cégep limoilou), si il est facile de trouver un logement et un job étudiant, si il y a des bourses , sans oublier les papiers (parce que je n'ai pas trop compris les frais relier à ces papiers)  . En bref toutes informations sont les bienvenues! merci beaucoup 
    • By immigrer.com
      GRC  POPULAIRE
      Harcelé parce qu'il parlait mal anglais?
      Christopher Nardi | Agence QMI
      | Publié le 15 mai 2018 à 06:38 - Mis à jour à 06:43
       
      Un francophone vient de remporter une première bataille devant les tribunaux pour faire reconnaître le «harcèlement» que lui a fait subir la GRC. La police nationale l’aurait même poussé à partir parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment bien l’anglais.
      «On m’a forcé à démissionner parce que mon anglais n’était pas assez bon [...] Je n’ai jamais commis une seule faute professionnelle», s’est insurgé Éric Frémy lors d’une entrevue avec «Le Journal de Montréal».
      Le dédale administratif que vit cette ex-recrue de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) est «particulièrement tortueux», écrit le juge de la Cour fédérale Sébastien Grammond.
       
       
      Ce dernier a exigé récemment qu’un arbitre se penche de nouveau sur la démission de M. Frémy afin de déterminer si elle «a été donnée sous la contrainte et [si] elle doit être déclarée invalide. [...] Trop d’éléments de preuve laissant croire que la démission de M. Frémy n’était pas volontaire ont été écartés par les arbitres [qui ont d’abord entendu la cause]».
        M. Frémy est un ingénieur de formation, né en France, mais ayant vécu une vingtaine d’années au Québec.
      En 2007, il se joint à la GRC. Unilingue francophone, il dit qu’on l’avait assuré que le fait qu’il ne parlait pas anglais ne poserait aucun problème à la police nationale d’un pays dont le français est une langue officielle.
      Après son passage à l’école de la GRC à Régina, la police a exigé qu’il intègre un nouveau projet pilote l’envoyant dans un régiment anglophone en Colombie-Britannique pour suivre sa formation pratique tout en apprenant l’anglais en 2009.


      source et suite: http://www.tvanouvelles.ca/2018/05/15/harcele-parce-quil-parlait-mal-anglais
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines