Jump to content
Laurent

images d'un lendemain de tempête à Montréal

Recommended Posts

Voici quelques images prises au lendemain de cette tempête

 

 

P1010376.jpg

P1010377.jpg

P1010378.jpg

P1010379.jpg

P1010380.jpg

P1010381.jpg

P1010382.jpg

P1010383.jpg

P1010384.jpg

P1010385.jpg

P1010386.jpg

P1010387.jpg

P1010388.jpg

P1010389.jpg

P1010390.jpg

P1010391.jpg

P1010392.jpg

P1010393.jpg

P1010394.jpg

P1010395.jpg

P1010396.jpg

P1010397.jpg

P1010398.jpg

P1010399.jpg

P1010400.jpg

P1010401.jpg

P1010402.jpg

P1010403.jpg

P1010404.jpg

P1010405.jpg

P1010406.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Similar Content

    • By Laurent
      Voici quelques images prises ce soir alors que la tempête commence à frapper la région de Montréal.
       
       












    • By Laurent
      Avertissement de tempête hivernale
      La tempête anticipée depuis quelques jours sur le Québec se trouve maintenant sur le bassin des Grands Lacs. La neige forte qui lui est associée a atteint l'Outaouais plus tôt cet après-midi et elle se propagera rapidement de Montréal à Québec ce soir. On prévoit encore de 25 à 40 centimètres sur le Haut St-Laurent. De plus, cette tempête sera accompagnée de vents forts qui produiront de la poudrerie réduisant localement la visibilité à presque nulle. 
      Tempête: les citoyens invités à rester chez eux
      De 25 à 40 centimètres de neige sont prévus d’ici mercredi. Pour les régions au nord du fleuve, entre 15 et 25 cm sont attendus.
      La tempête sera accompagnée de vents forts et de poudrerie, ce qui va réduire la visibilité et rendre les déplacements difficiles dans certains endroits.
      Les précipitations devraient se poursuivre mercredi, notamment pour les secteurs du centre et de l’est du Québec. Une nouvelle hausse des températures est à prévoir ce jour-là: maximum de -2°C à Montréal et -6°C à Québec.
      En Ontario, la neige et le vent forcent la fermeture de plusieurs écoles et universités. Les activités à l'aéroport Pearson et Trudeau sont perturbées. Au Québec, ça a déjà commencé.
       
       
      Source : Météomédia, Environnement Canada, Radio-Canada et TVA nouvelles.
       

    • By Laurent
      L'hiver particulièrement rigoureux cette année en Amérique du Nord peut devenir un cauchemar pour les automobilistes. Et plus on est pressé, plus on est à risque. Car ce sont ceux qui ne modifient pas suffisamment leur conduite en fonction des conditions routières et météorologiques qui représentent un danger.
      Les carambolages sont-ils causés par une météo capricieuse ou par un automobiliste inadapté?
      Chose certaine, ces accidents à collisions multiples surviennent en toutes saisons. Les carambolages peuvent être causés par le brouillard, des tempêtes de sable, des éblouissements de soleil, de la pluie, de la pluie verglaçante, de la glace noire, de la neige, des bourrasques et par ce qu'on appelle le phénomène du voile blanc, comme ce qui est survenu récemment sur l’autoroute Félix-Leclerc, dans la région de Lanaudière.
      Au Québec, on compte toutefois plus de carambolages l'hiver que l'été.
       
      Le facteur humain, responsable ultime
       
      Qu’on se le dise, l’automobiliste pourra toujours pester contre le manque d’abrasifs ou encore le manque d’arbres le long des routes, le facteur humain reste déterminant. Mais comment se produisent les carambolages?
      D’abord, par une première perte de contrôle d’un véhicule situé au début de la chaîne. Et peu importe la nature de ce premier incident – appelons-le l’événement zéro – c’est le facteur humain qui va jouer par la suite.
      Selon Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec pour la sécurité routière et ancien policier de la Sûreté du Québec, « ce qui se produit bien souvent, c’est que la vitesse du flot de circulation des véhicules qui vont se percuter est souvent trop élevée et la distance entre les voitures n’est pas assez grande ».
      Conséquence, le ou les automobilistes ont très peu de temps pour réagir. Seuls les conducteurs qui seront éloignés de ce flot de véhicules pourront y échapper.
       
      Source : Richard Massicotte Radio-Canada
       

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines