Jump to content
Sign in to follow this  
Damien71

DEP ,DEC ou AEC audiovisuel

Recommended Posts

Bonjour tout le monde , je me présente à vous , je réside en Algérie je voudrais m'inscrire dans un  programme d"études de Production cinématographique et Audiovisuelle  pour une durée de 12 ou 16  mois. je suis déjà Titulaire d’un diplôme de Technicien Supérieur en maintenance et exploitation des équipements audiovisuel d'un institut national en Algérie ( duréer - 3 ans) , vous avez une idée sur les écoles publiques ou privées qui font ces formations  à Montréal , à votre avis quel est le programme adéquat à mon diplôme, DEP, DEC ou AEC ? ,  ce sera pour l'année 2019 J'attend vos réponses et vous remercie d'avance 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel sont vos avis sur le Collège O'Sullivan de Montréal

Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

  • Similar Content

    • By Tapis
      Je suis tombé ce matin sur cet article qui dévoile ce à quoi il faut s'attendre lorsqu'on est un immigrant artiste. Ça concerne le cinéma, mais on peut penser que c'est à peu près la même chose pour les autres arts :
      http://www.mauvaiseherbe.ca/2018/02/08/discrimination-systemique-dans-lattribution-des-aides-a-la-production-cinematographique/
    • By rroizer
      Bonjour à tous ,

      je suis un étudiant âgé  de 23 ans et passionné de cinéma  , je compte faire des études en cinéma au Quebec j'ai fait des recherches sur internet et j'ai trouvé plusieurs type d’études et de formations dans ce domaine. En effet il y a plusieurs universités qui offrent des  Baccalauréat en communication : création médias - cinéma ( l'uqam est la meilleure à ce qu'on dit ) il y a aussi des formations  qui offrent des attestations  et il y a  une formation à l'institut Grasset qui offre un DEC en technique de production et de postproduction télévisuels. Le problème c'est que je n'ai aucune idée  sur les études en cinéma au Quebec et sur les meilleurs parcours d’études et de formations dans ce domaine.  A ce propos  je viens vous demander des renseignements sur les études en cinéma et des conseils sur le meilleur chemin à suivre. s"il y en a parmi vous qui ont fait des études ou des formations  en cinéma leurs témoignages et leurs expérience me seront d'une grande utilité.

      Merci d’avance 

    • By UBRANE
      Le TIFF s'est terminé ce week-end et le jury a donné son verdict !
       
       
      source : http://www.lapresse.ca/cinema/festivals-de-cinema/festival-de-toronto/201609/18/01-5021761-la-la-land-remporte-le-prix-du-public-au-tiff.php
       

       
      La bande-annonce :
       
       
    • By Laurent
      Next Story Les 50 meilleurs films canadiens de tous les temps
      The Huffington Post Canada  |  Par Joy D'Souza   Publication: 28/02/2016 19:30 EST Mis à jour: 28/02/2016 20:42 ESTPartager17 Tweeter Commenter0           Pour le week-end des Oscars, on a pensé à se remémorer les meilleurs films canadiens de tous les temps.
      Après tout, comme l’a noté CBC, la moitié des huit films nommés pour le meilleur film a été tournée au moins en partie au Canada - même si ça ne fait pas d’eux des « films canadiens ».
      Dans le tableau ci-dessous, l’analyste de statistiques The 10 and 3 fait un palmarès des films canadiens acclamés par la critique qui sont aussi bien aimés du public.
      Notons que quatre films du top 10 sont québécois!
       
      suite et source: http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/02/28/meilleurs-films-canadiens_n_9344556.html

    • By immigrer.com
      Notre blogueur de la ville de Québec nous parle du super festival de cinéma de cette ville.

      À lire en page d'accueil.

      Bonne lecture!

      http://www.immigrer.com/blog/soulman/5763-fcvq-2015
    • By marny88
      Bonjour,

      Je m'appel Rudolph et je suis d'origine Francaise. je souhaiterais m installer sur la villa de Vancouver d'ici au milieu de l annee prochaine. Voici ma situation

      - J ai 27 ans
      - Single
      - MBA (obtenu en France et an Angleterre)
      -MFA in acting for film (obtenue aux USA)
      - Je parle couramment l anglais

      je souhaiterais au long terme devenir acteur a Vancouver (j ai travaille entant qu acteur aux USA pendant un ans, apres mon MFA). Il est difficile d'obtenir un visa sur un metier aussi subjectif donc je suis pret a travailler comme Production assistant sur les tournage jusqu a ce que je puisse legalement trouver un agent et re devenir acteur a temps plein.

      comment faire les demarches ? je me suis rendu sur le site du gouvernement mais c est plutot vague. dois je postuler entant qu artiste ou travailleur normal ? aussi connaissez vous des personne qui ont effectue le meme parcours avec qui je pourrais communiquer. je vis actuellement en thailande mais je veux revenir vers l industrie. c est mon reve et je veux vraiment tout faire pour le realiser.

      j ai besoin d aide

      merci

      rudy

    • By immigrer.com
      Au Québec, nuages sur l'audiovisuel
      Par Nathalie Schneider, publié le
      26/01/2015
      S'il est de plus en plus difficile de faire sa place dans le milieu du cinéma et de la télé, ce n'est pas impossible. A condition de respecter certaines règles, dont la première: se donner du temps pour se créer un réseau de professionnels.
      http://static.lexpress.fr/medias_10106/w_1024,h_445,c_crop,x_0,y_172/w_605,h_270,c_fill,g_north/whitehorse-yukon-territory-canada_5174721.jpg


      En dépit des conditions de tournage difficiles, la production continue...


      © Mike Theiss/National Geograph/Corbis

      C'est une "success story" comme on en rêve. Quand le jeune Français Daniel Bertolino débarque à Montréal, en 1967 il découvreun Québec en pleine transition. C'est l'année de l'Exposition universelle, un tournant dans son histoire. L'année de l'ouverture sur le monde et de l'affirmation de sa culture distincte à l'échelle internationale. Ça tombe bien, Daniel vient de faire le tour de la planète avec 100 dollars en poche et un contrat signé avec l'ORTF pour aller filmer en solo les peuplades reculées d'Afrique ou les prisonniers politiques à Cuba.
      image: http://imageceu1.247realmedia.com/0/default/empty.gif
      Radio-Canada lui confie une émission hebdomadaire, Jeunesse sans frontières, qui connaît un succès foudroyant. Il crée quelque temps plus tard les Productions indépendantes Via le Monde avec son ami français François Floquet, un label toujours actif. "On n'était pas loin de 1968 et de l'effervescence des idées nouvelles; comme aujourd'hui, les jeunes ne se reconnaissaient pas dans cette société figée et étaient prêts à découvrir autre chose", explique le réalisateur, qui n'a plus quitté la Belle Province depuis cette époque.
      En 2013, il s'est vu décerner le très prestigieux Prix Guy Moffette pour couronner ses quarante-cinq ans de carrière dans la réalisation et la production télé. Mais Daniel Bertolino le reconnaît lui-même: sa réussite au Québec est avant tout l'histoire d'un bon timing. Aujourd'hui, les choses ne sont plus aussi faciles.À l'instar du marché planétaire, le monde de l'audiovisuel est en pleine traversée du désert: licenciements massifs dans les réseaux télé et radio, pénurie de productions internes au profit d'acquisition de productions indépendantes, transition vers le Web.
      "Il y a vingt ans, Radio-Canada produisait vingt émissions par an. Aujourd'hui, c'est tout juste deux", constate Daniel Bertolino.Avec une population de 8 millions d'habitants (dont plus d'un million d'anglophones), le Québec ne peut guère compter sur un gros marché d'auditeurs ni de diffuseurs. Alors, pour se démarquer dans ce milieu hautement concurrentiel, une chose importe: "Déborder d'énergie et de créativité", résume le réalisateur.
      Multiplier les casquettes Il faut aussi s'intégrer à la réalité locale du métier au Québec et accepter de jouer les hommes (ou les femmes) orchestre en multipliant les casquettes: caméra, réalisation et montage, par exemple. "J'étais habitué aux équipes de cinq professionnels à FR3 et, en arrivant à Montréal, j'ai découvert le principe de l'effectif réduit et de la polyvalence, à l'américaine", explique le producteur Jean Fugazza, qui débarque de Paris en 1988, alors jeune cameraman.
      Petit à petit, il comprend que l'audace, le travail et la confiance en soi peuvent lui faire gravir les échelons vers la réalisation et même la production ­ une chose presque impensable en France, où le métier de réalisateur jouit d'un prestige tel qu'il peut être difficile d'y prétendre quand on est "seulement" cameraman. En effet, au Québec comme dans toute l'Amérique du Nord, un réalisateur est un technicien tandis qu'en France, c'est un auteur... Grâce à ses origines, il se voit pourtant confier des projets de coproduction avec des sociétés françaises, notamment l'enregistrement de spectacles pour le festival Juste pour rire.
      "Mon biculturalisme a été un atout majeur pour savoir comment aborder un plateau de professionnels français au Québec, dit-il, notamment en ce qui a trait aux rapports hiérarchiques plus formels. Ma capacité à être Français avec les Français et Québécois avec les Québécois s'avère en effet un gage de réussite en coproduction." Même son de cloche pour Marie Vedrenne, journaliste de presse écrite à Paris, qui a intégré il y a quelques années le milieu du documentaire québécois grâce à son expérience de reporter à l'international.
      "C'est un autre atout des Français, confirme-t-elle, la culture générale d'une part et la connaissance de l'international d'autre part peuvent faire la différence. Mais attention, derrière la caméra seulement, car devant, l'accent français ne passe pas trop... Enfin, quand on a la double nationalité, il est plus facile de se faire engager en coproduction et de se faire rémunérer en partie par la boîte française, ce qui permet de répartir les charges. Un avantage à ne pas négliger..."
      Réseautage et portfolio Pour se démarquer, les professionnels français doivent s'armer de patience. Le réalisateur Frédéric Duuez en a fait les frais. Après avoir occupé le poste de directeur de production pendant dix ans à Paris, il débarque au Québec à 35 ans, avec un PVT. À peine arrivé, il décroche un petit contrat en coproduction. Mais il souffre d'un manque de contacts et d'une surqualification qui le mène à l'impasse. Car, au Québec, on décroche rarement un emploi enenvoyant un CV. Le réseautage (à différencier du "piston" pur et simple) s'avère bien plus efficace et le portfolio, la meilleure des vitrines.
      "Avec un PVT, les employeurs hésitent à te donner du boulot; ils ne sont pas sûrs que tu vas rester et ne veulent pas investir en toi", déplore Frédéric. Un an pour se faire un réseau et s'intégrer à une nouvelle culture, c'est peu. D'autant que les immigrants français sont de plus en plus nombreux à postuler dans ce milieu. "Sur 120 CV reçus, 70 proviennent de Français", lui avoue un producteur lors d'une entrevue.
      Dans ce marché saturé, Frédéric réalise que les opportunités sont plus intéressantes en post-production (montage, animation, 3D, par exemple), mais il n'est pas qualifié pour ça. Et le professionnel expérimenté qu'il est encaisse mal l'idée de postuler pour un emploi de "recherchiste" (documentaliste). Faute de temps, Frédéric est donc rentré à Paris où il a repris sa carrière avec, dit-il, un petit pincement au coeur de n'avoir pu vivre l'expérience jusqu'au bout.
      Ce métier est une course contre le temps", confirme Bozhidar Albani (alias "Boji"), un assistant réalisateur qui travaille autant pour la télé que pour le cinéma. Syrien d'origine bulgare, cet architecte de formation a étudié le cinéma à Paris pendant quatre ans. "J'ai vite réalisé que j'aurais plus de chances de percer au Québec, mais ce que j'ai acquis en France m'a apporté beaucoup pour ma transition vers l'Amérique du Nord", dit ce francophile convaincu.
      En attendant de vivre pleinement de son métier, Boji multiplie les petits boulots et finit par cumuler assez d'heures travaillées en réalisation pour intégrer le répertoire de l'Aqtis (Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son), l'organisme qui recense tous les projets en développement en télé et au cinéma. "Au Québec, on peut facilement contacter le 1er assistant réalisateur d'un projet pour soumettre sa candidature; en France, ça marche beaucoup plus par copinage." Pour tenir ces trois dernières années, Boji a pu compter aussi sur une procédure allégée lui donnant droit à des indemnités de chômage.

      source et suite : http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/au-quebec-nuages-sur-l-audiovisuel_1634282.html#
      En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/au-quebec-nuages-sur-l-audiovisuel_1634282.html#YRw0x0XOxo8R3Z0g.99
    • By immigrer.com
      Jean-Marc Vallée, révélation de l'année aux Hollywood Film Awards
      Mise à jour le samedi 15 novembre 2014 à 6 h 44 HNE La Presse Canadienne Jean-Marc Vallée avec Laura Dern (à gauche) et Reese Witherspoon (à droite) Photo : PC/Jordan Strauss Le cinéaste québécois Jean-Marc Vallée a été consacré comme révélation de l'année chez les réalisateurs, dans le cadre des Hollywood Film Awards, vendredi soir.
      Le réalisateur de Dallas Buyers Club et C.R.A.Z.Y., notamment, a été primé pour son plus récent film, Wild.
      Le prix du meilleur film a été attribué à Gone Girl de David Fincher.
      Benedict Cumberbatch a reçu le trophée du meilleur acteur pour son rôle dans The Imitation Game. Du côté féminin, l'honneur est allé à Julianne Moore pour sa performance dans Still Alice.
      Robert Duvall et Keira Knightley ont obtenu les titres d'acteur et actrice de soutien par excellence.

      source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2014/11/15/001-jean-marc-vallee-revelation-annee-hollywood-film-awards.shtml
    • By UBRANE
      La programmation du TORONTO INTERNATIONAL FILM FESTIVAL 2014 (TIFF) a tout juste été annoncée hier! Deuxième plus important au monde après Cannes, le festival du film de Toronto est de retour cette année du 4 au 14 septembre pour sa 39e édition. Au programme cette année, beaucoup de films français : Samba du duo Toledano/Nakache, emmené par Charlotte Gainsbourg et Omar Sy sera dévoilé en avant-première avant même sa sortie française, prévue le 15 octobre. Il en est de même pour Une nouvelle amie de François Ozon, avec Romain Duris et Anaïs Demoustier, attendu sur en France le 5 novembre. Eden de Mia Hansen Love, Le Temps des aveux de Régis Wargnier et Retour à Ithaque de Laurent Cantet représenteront eux-aussi la France sur le territoire canadien. Parmi les autres films présentés, "Wild", de Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club) et dans lequel il dirige Reese Witherspoon, "Posh" de la danoise Lone Scherfig, la nouvelle comédie de Shawn Levy intitulée "This is where I leave You" ainsi que "Maps to the Stars", "Foxcatcher" et "Mr Turner", tous trois en lice pour la Palme d'Or 2014. "Un petit chaos", second film d'Alan Rickman emmené par Kate Winslet et Matthias Schoenaerts clôturera cette édition. À noter aussi en avant-premières mondiales: "The Equalizer" d'Antoine Fuqua, "Black and White" de Mike Binder, "The Judge" de David Dobkin, "Pawn Sacrifice" d'Ed Zwick et "The Riot Club" de Lone Scherfig. Pour en savoir sur cette nouvelle programmation : http://blogs.indiewire.com/theplaylist/tiff-2014-lineup-includes-the-imitation-game-while-were-young-nightcrawler-men-women-children-more-20140722 Une petite présentation du festival en vidéo avec le trailer officiel 2014 : http://www.youtube.com/watch?v=WOTyqsGLc9c Cette année, la 39ème édition du Festival International du Film de Toronto se tiendra du 4 au 14 septembre. Toutes les infos et les détails sont sur le site officiel du TIFF2014 : http://www.tiff.net/festivals/thefestival Les tarifs : À cette heure, les billets ne sont pas encore disponible, mais comme chaque année il faut compter environ 20$ le film (le plus économique étant d'acheter un package). Les tickets seront en vente directement au TIFF Bell Lightbox au 350 King Street West (deux blocks au sud du Scotiabank Theatre) ou au Festival Box Office au 225 King Street West (juste à côté du Roy Thomson Hall) ou encore plus simplement en ligne sur le site du TIFF.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines