Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Radio-Canada'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 90 results

  1. Les étudiants étrangers continuent de choisir le Québec PUBLIÉ IL Y A 38 MINUTES PHOTO : RADIO-CANADA/MARTIN THIBAULT L'automne dernier, plus de 38 000 étudiants internationaux étaient inscrits dans des programmes universitaires réguliers. On en comptait un peu plus de 30 000 en 2009, ce qui correspond à une augmentation de plus de 25 % en six ans. Un texte de Anne-Louise Despatie Ainsi, un étudiant sur huit fréquentant les universités québécoises n'est pas citoyen canadien ni résident permanent. Les universités québécoises se donnent d'ailleurs beaucoup de mal pour attirer davantage d'étudiants étrangers. Leur nombre augmente d'année en année, si bien qu'un kiosque d'accueil est installé à l'aéroport de Montréal de la mi-août à la mi-septembre. Ce service assure à ceux qui s'inscrivent des formalités de douanes et d'immigration plus rapides. Une dizaine de préposés se relayent pour répondre aux questions concernant le logement, les transports ou les services bancaires. PHOTO : RADIO-CANADA/MARTIN THIBAULT
  2. Le Québec ferme la porte à près de 200 médecins français PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 5 H 53 | Mis à jour il y a 29 minutes Le Québec ferme la porte à des centaines de médecins français compétents qui souhaitent pratiquer ici alors que deux millions de Québécois n'ont pas de médecins de famille. Sophie Langlois Malgré l'entente France-Québec signée en 2008 pour faciliter l'intégration des médecins des deux côtés de l'Atlantique, 194 des 354 médecins français qui ont demandé un permis dans la province se le sont fait refuser. Un texte de Sophie Langlois Il y a un mois, Radio-Canada révélait que les facultés de médecine du Québec refusent des médecins étrangers compétents, dont les diplômes sont reconnus, même s'il y a des besoins et des places vacantes en résidence. Nous apprenons maintenant que les médecins français ont aussi beaucoup de difficultés à pratiquer au Québec, malgré l'entente France-Québec signée en 2008, qui devait faciliter l'intégration des médecins des deux côtés de l'Atlantique. L'entente permet aux médecins québécois d'obtenir un permis et de travailler en France en moins de deux mois. Pour les médecins français, les démarches au Québec prennent souvent plus de deux ans et elles n'aboutissent pas toujours. « En fait, vous nous prenez encore pour ces "maudits Français" », dit en boutade le secrétaire général adjoint de l'Ordre national des médecins français, le docteur Jackie Ahr. Qui ne rit plus quand il affirme que la confiance réciproque prévue à l'entente n'est pas respectée. Les compétences des médecins français sont mises en doute. 22 ans d'expérience, il attend toujours Gilles Carruel, médecin PHOTO : RADIO-CANADA Le docteur Gilles Carruel est omnipraticien en France depuis 22 ans quand il lance les démarches pour obtenir son droit de pratiquer au Québec, en novembre 2014. Il a une pratique variée, dans les urgences, au sein des services ambulanciers (SAMU) et il a toujours conservé une garde de nuit pour traiter des patients de milieux défavorisés. source et suite : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/04/05/001-entente-france-quebec-medecins-refus-penurie.shtml
  3. Explcations dans le reportage de Radio-Canada avec la participation des 2 cofondateurs d'immigrer.com
  4. Radio-Canada prépare un reportage sur le portrait de l'immigration française au Canada. Cette journaliste aimerait s'entretenir avec un membre du site qui pourrait, à partir de l'expérience sur immigrer.com, parler de l’intérêt grandissant pour le Québec et le Canada. Cette personne peut être déjà installée au Québec ou être en France. N'hésitez pas à répondre ici, mais communiquez vos informations personnelles par mon MP seulement, pas publiquement.
  5. Floués en rêvant du Canada 15 juin 2018 - Radio-Canada Les personnes qui souhaitent venir travailler au Canada doivent faire preuve de vigilance dans leurs démarches. Des arnaqueurs tentent de profiter de la pénurie de main-d'oeuvre pour flouer des travailleurs prêts à tout pour réaliser leur rêve. Un texte de Marc-Antoine Lavoie Annabelle, une résidente de l’île Maurice qui aimerait s’installer au Québec pour travailler dans une usine d'Olymel, a bien failli se faire prendre au jeu. Sur Internet, la jeune femme est récemment tombée sur une soi-disant entreprise de recrutement qui lui réclamait 155 $ pour entamer un processus d’embauche au Canada. « AIG vient d’être autorisée à recruter 20 000 personnes en collaboration avec Citoyenneté et Immigration Canada », pouvait-on lire sur le site web de Service de recrutement AIG Canada. Il a été supprimé depuis. Suspicieuse, la jeune femme a contacté Radio-Canada par courriel. « Je vais gaspiller une bonne partie de mes économies si c'est une arnaque », s'inquiétait-elle, sans vouloir en dire davantage sur elle. Après vérifications, nous avons rapidement constaté la supercherie. Le logo et des photos d’employés d’une entreprise spécialisée en assurances et en services financiers, Américain (sic) International Group, ont frauduleusement été utilisés. Cette entreprise n’a pas voulu commenter. Le site web d'Américain International Group Photo : Radio-Canada L’adresse inscrite sur le site web de la fausse entreprise de recrutement était même celle du siège social d’Hydro-Québec. Une page Facebook où l’on peut lire des témoignages de personnes intéressées par l'appel de candidatures a aussi été créée. suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107090/arnaque-travailleurs-etrangers-fraude-recrutement?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter
  6. Une Ontarienne espère recevoir des excuses officielles de la part d'une agente de police de l'État de la Georgie qui l'a arrêtée, menottée et mise en prison parce qu'elle conduisait avec un permis canadien. CBC NEWS « C'est l'incident le plus horrible de ma vie », affirme Emily Nield en entrevue avec CBC News. « C'était terriant! » Il y a environ un mois, la jeune femme de 27 ans traversait la Georgie pour se rendre au Tennessee, où elle venait de terminer une maîtrise en géologie. Pour s’y rendre, elle circulait sur l’autoroute I-75. 07/05/2018 Une femme arrêtée, incarcérée aux États-Unis pour avoir conduit avec un permis canadien. C'est là qu'elle a été arrêtée pour excès de vitesse. L'agente a demandé à voir son permis. Mme Nield lui a donc donné son permis de conduire de l'Ontario. C’est là que la situation a tourné au vinaigre. « Elle me disait et me répétait : "Non, les permis canadiens ne sont pas acceptées" », affirme M. Nield. « J’étais sidérée. Je lui répondais sans arrêt que c’était faux : un permis canadien est valide aux États-Unis. » Mme Nield affirme que l’agente lui a ensuite demandé de prouver qu'elle est bien canadienne. Bien qu'elle avait des copies de son passeport, de sa carte Nexus et de son certicat de naissance sur son téléphone intelligent, l’agente n’était pas satisfaite : elle voulait voir une copie papier originale. « Puisque je n’avais pas de copie papier, elle m’a agrippée à travers de la fenêtre de ma voiture et m’a passé les menottes », selon Mme Nield. « Elle m'a dit que j’étais en état d’arrestation pour conduite sans permis et que j'allais en prison. » source et suite: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1099579/femme-arretee-incarceree-etats-unis-permis-canadien
  7. La Vérif : Tentant, pour les inrmières françaises, de pratiquer au Québec? Publié le mardi 1 mai 2018 à 17 h 22 Le réseau de santé québécois se tourne de nouveau (https://ici.radiocanada.ca/nouvelle/1098339/penurie-inrmieres-etablissements-quebecois-recrutefrance) vers la France pour embaucher des infirmières. Mais pourquoi voudraient-elles pratiquer au Québec? Voici deux arguments d'ordre financier. Un texte de Vincent Maisonneuve et Nathalie Lemieux Tout d’abord, le revenu. Les infirmiers français sont parmi les moins bien payés des pays industrialisés. L’OCDE a mené une étude visant, entre autres, à comparer le revenu du personnel infirmier dans les pays occidentaux. Les statisticiens ont calculé le salaire de base, les différentes primes, les avantages sociaux et le revenu tiré des heures supplémentaires. Résultat : une infirmière en France gagne en moyenne 55 000 $ canadiens. Le même travail au Canada rapporte en moyenne 71 000 $, selon l’étude de l’OCDE. En traversant l’Atlantique, l’infirmière française peut donc espérer gagner environ 23 % de plus. Voir le reportage de Radio-Canada source : Radio-Canada
  8. Un reportage de Radio-Canada. Et si tout va bien un autre magasin va ouvrir à Québec en 2019!
  9. Le ministre Barrette accuse les anesthésiologistes d'aggravée la pénurie 19 décembre 2017, Radio-Canada La pénurie d'anesthésiologistes qui touche le Québec serait aggravée par les anesthésiologistes eux-mêmes. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, accuse leur association professionnelle de freiner l'arrivée de médecins français appelés en renfort. Une situation qui prive certaines régions d'une aide extérieure dont elles ont un urgent besoin. Un texte de Davide Gentile À Matane, la pénurie d'anesthésiologistes force la fermeture de salles d'opération cette semaine. Rien de très neuf pour la petite ville de l'est du Québec. « C'est sûr que ça augmente le niveau de stress, entre autres pour les femmes enceintes. » — Jérôme Landry, maire de Matane Les deux postes d'anesthésiologistes de l'hôpital sont à pourvoir. « On espérait que notre anesthésiste arrive avant les fêtes. Il semble que ça a pris plus de temps » constate le maire Landry. La médecin d'origine française permettra de stabiliser les choses et arriverait début de 2018. On espère aussi recruter des Français pour résorber la pénurie à La Pocatière. Dans l'ensemble du Bas-Saint-Laurent, seulement 15 des 21 postes d'anesthésistes sont pourvus. « La solution au problème passe par l'embauche d'anesthésiologistes de l'étranger », affirme Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent. Freiner les stages de médecins français Avant de pratiquer ici, les anesthésiologistes français doivent faire un stage de trois mois. Le Collège des médecins du Québec soupçonne que certains milieux tentent de ralentir l'organisation de ces stages. Le Collège a même envoyé une lettre à ce sujet à l'Association des anesthésiologistes du Québec. Datée du 12 décembre, la missive précise que « la seule spécialité, où il persiste des attentes systématiques pour confirmer des milieux de stages est en anesthésiologie ». En entrevue, lundi, le PDG du Collège affirme ne pas avoir lu de mot d'ordre à proprement parler. « Des gens nous ont dit que c'est peut-être plus difficile d'avoir un stage parce qu'on attend des directives », explique Charles Bernard. Le Collège des médecins ne fait pas de politique ou de syndicalisme, rappelle le Dr Bernard. « S'ils ont des litiges, qu'ils les règlent entre eux », dit-il en évoquant les tensions de longue date entre le ministère de la Santé et l'Association des anesthésiologistes. Le ministre Barrette parle de « blocage » de nature syndicale. Suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1073967/ministre-barrette-accuse-anesthesiologistes-aggraver-penurie
  10. Le médecin et travailleur humanitaire syrien Khaled Almilaji et sa femme étudiaient au Rhode Island depuis 2016. Alors qu'il était en voyage en Turquie plus tôt cette année, son visa d'étudiant américain a été révoqué. Il a donc été séparé de sa femme enceinte pendant six mois. Ils ont finalement été réunis au Canada, juste avant la naissance de leur fille. Un texte deChristian Noël, correspondant à Toronto Khaled Amilaji a perdu des collègues et des amis, des médecins et des patients dans des hôpitaux bombardés durant la guerre en Syrie. C’est pour cette raison qu’il a décidé de participer aux efforts d’un organisme de charité qui offre des soins de santé aux Syriens assiégés. Récemment, lui et son équipe ont construit un hôpital souterrain. L'édifice recouvert de dunes de sable permet au personnel médical de soigner les Syriens à l'abri des regards et des bombes. Photo : Khaled Almilaji C’est aussi pour venir en aide à son peuple que sa femme Jehan et lui sont allés étudier aux États-Unis en 2016 : elle en médecine générale, lui pour se spécialiser en santé publique. Mais quand Donald Trump a pris le pouvoir, en janvier 2017, la situation est devenue plus compliquée. Khaled devait retourner en Turquie pour s’occuper de son organisme de charité et rencontrer des donateurs, des bénévoles et des représentants de l’ONU. Après une semaine en Turquie, la veille de son retour, son visa est révoqué. Il ne peut pas rentrer aux États-Unis. Non seulement il est séparé de sa femme, mais en plus, Jehan est enceinte de leur premier enfant. Un exil long et douloureux commence pour Khaled. Chaque tentative de réactiver son visa échoue. La grossesse de Jehan progresse. Les obstacles se multiplient et semblent insurmontables. Accueil au Canada Finalement, après six mois sans succès, une bonne nouvelle. L'Université de Toronto accepte sa demande de transfert du Rhode Island. Khaled et sa femme obtiennent un visa d'étudiant canadien. En juin, ils sont réunis pour la première fois à l'aéroport Pearson. suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1066148/medecin-syrien-retrouver-femme-enceinte-canada-trump-etats-unis
  11. Le maintien de la valeur des maisons du Québec passe par l’immigration, selon Jacques Nantel PUBLIÉ LE VENDREDI 29 SEPTEMBRE 2017 L'immigration serait la planche de salut pour le maintien de la valeur des résidences en sol québécois, avance Jacques Nantel, professeur émérite à HEC Montréal. Sans l'arrivée d'immigrants, les propriétaires québécois pourraient ne pas avoir d'acheteurs désirant acquérir leur résidence, et au juste prix. Les propriétaires de maison présument toujours qu’ils trouveront un acheteur au moment de vendre leur propriété, mais les tendances démographiques pourraient leur jouer un tour, prévient Jacques Nantel. Cette baisse de la population pourrait faire chuter le prix des maisons de jusqu’à 30 % d’ici 2045, si aucun changement démographique n’est fait, poursuit Jacques Nantel. Sauvé par l'immigration? L’immigration est l'un des facteurs sur lesquels le gouvernement pourrait avoir une influence et qui pourraient aider à limiter la baisse démographique, note Jacques Nantel.
  12. Le gouvernement de l'Ontario confirme qu'il ira de l'avant avec la recommandation de créer une université francophone de « taille modeste » au centre-ville de Toronto. Le conseil de planification, qui avait été formé par la province pour étudier la faisabilité du projet sous la présidence de l'ex-commissaire aux langues officielles Dyane Adam, souhaite que la nouvelle université accueille ses premiers étudiants dès 2020. La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, espère que ce sera le cas, mais n'en fait pas la promesse. La ministre Lalonde espère que le projet de loi à cet effet sera adopté avant les élections provinciales de juin prochain. À l'heure actuelle, l'Ontario a trois universités bilingues (Ottawa, Laurentienne et Glendon), mais aucun établissement universitaire purement francophone*. Demande suffisante? Source : rapport du Conseil de planification pour une université de langue française en Ontario Photo : Radio-Canada/Vincent Wallon/Icônes : Freepik de www.flaticon.com Toutefois, nombre des étudiants attendus à la nouvelle université viendraient, du moins au départ, d'autres universités et de l'étranger, selon le conseil de planification. source et suite: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1052071/universite-francaise-toronto
  13. Chute du chômage, hausse du PIB et de l'emploi, que se passe-t-il au Québec? PUBLIÉ LE MARDI 22 AOÛT 2017 À 16 H 05 ANALYSE - Les indicateurs économiques du Québec sont au vert depuis quelques mois. Après une période difficile, au cours de laquelle l'économie a été ralentie par les compressions dans les dépenses du gouvernement du Québec et une hésitation de la part des entreprises à investir, la croissance s'est accélérée récemment. UN TEXTE DE GÉRALD FILLION Le PIB progresse plus rapidement que ce qui était attendu : il pourrait atteindre 2,5 % pour l’ensemble de 2017, alors qu’on prévoyait environ 1,5 % il n’y a pas si longtemps. Le taux de chômage plonge, maintenant à 5,8 %, un niveau que personne n’avait prévu. Et puis on s’attend maintenant à la création de 60 000 emplois au Québec en 2017, le double de ce qu’on prévoyait jusqu’à tout récemment. Pour les 5 premiers mois de 2017, les ventes au détail au Québec sont 6,1 % plus élevées que pour les mêmes mois en 2016. Les exportations ont grimpé de 2,3 % durant la même période. Et puis pour les 7 premiers mois de 2017, hausse de 16,1 % des mises en chantier au Québec et ajout de 99 000 emplois, dont 53 000 à temps plein. Pourquoi? Comment expliquer cette marche plus rapide de l’économie du Québec? Plusieurs raisons expliquent cette embellie, selon l’économiste Jean-Pierre Aubry. Les indicateurs positifs D’abord, la chute du dollar canadien commence à faire son effet. La transition a été lente, mais les exportations augmentent cette année. C’est maintenant que la baisse du dollar canadien à environ 75 cents US entraîne son effet bénéfique pour des entreprises du Québec. La baisse d’impôt du gouvernement Trudeau, la création de l’Allocation canadienne pour enfants et les transferts fédéraux plus généreux sont bénéfiques pour les particuliers, qui voient leurs revenus disponibles augmenter. L’annulation de la contribution santé au Québec pourrait aussi avoir un effet positif tout comme les annonces préélectorales qui pourraient faire pleuvoir les millions de dollars dans l’économie. Les cônes orange sont nombreux, surtout à Montréal. Les gouvernements investissent massivement dans les infrastructures. L’effet économique est indéniable avec les gros chantiers de Turcot et du pont Champlain, notamment, et bientôt le Réseau électrique métropolitain (REM). Le reportage vidéo de Laurent Therrien suite et source: http://beta.radio-canada.ca/nouvelle/1051696/chute-chomage-hausse-pib-emploi-texte-gerald-fillion
  14. Un diplômé de l’UQTR contraint de quitter le Canada PUBLIÉ LE MARDI 8 AOÛT 2017 À 20 H 42 Un homme originaire de l'île de la Réunion doit quitter le pays le 14 août, car il a franchi la frontière canado-américaine alors qu'il n'avait ni statut ni permis de travail. Il déplore avoir été mal informé des démarches à faire pour régulariser sa situation. Johny Maillot réside au Québec depuis 7 ans. En 2014, il a obtenu un permis de travail temporaire de trois ans, après avoir réussi ses études en relations de travail. Depuis que ce permis est arrivé à échéance, il a fait deux demandes de permis de travail qui ont été rejetées, car il n'avait pas d'offre d'emploi. Johny Maillot a finalement reçu une offre d'emploi jeudi. Le lendemain, il s'est rendu à la frontière des États-Unis et du Canada. Il souhaitait ainsi accélérer ses démarches en demandant aux agents d'immigration un permis de travail avec son offre d'emploi en mains. « De ce que j'avais compris, si tu trouves un emploi, tu peux te rendre à la frontière, et avec ces papiers-là, tu aurais ton permis de travail », explique M. Maillot. Or, en sortant du Canada, il s'est plutôt placé en situation d'illégalité, déplore-t-il. Johny Maillot est contraint de quitter le Canada contre son gré. Photo : Radio-Canada « Je me devais d'attendre le traitement de ma demande de visa temporaire. Le fait de quitter le territoire, ça a annulé toutes les démarches. Donc en revenant au Canada, je n'ai plus de statut », explique-t-il. Pour régulariser sa situation, il dit avoir fait de nombreux appels à Immigration Canada, en plus de s'être adressé aux députés de Trois-Rivières et de Saint-Maurice-Champlain, Robert Aubin et François-Philippe Champagne. L'homme doit donc quitter le Canada d'ici le 14 août. Il déplore le manque de clarté du site d'Immigration Canada. source et suite: http://beta.radio-canada.ca/nouvelle/1049301/diplome-demarches-immigration-statut-trois-rivieres
  15. Accueillir des travailleurs étrangers pour combler ses besoins de main-d'œuvre LE MARDI 30 MAI Des entreprises de Québec se tournent vers l'étranger pour recruter leur main-d'œuvre. Guylaine Bussiere nous décrit le processus. http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media-7504753/le-reportage-de-guylaine-bussiere
  16. Hier c'était le coup d'envoi du 375e anniversaire de Montréal avec des activités toute la journée et le spectacle d'illuminations du pont Jacques Cartier par Moment Factory. Le vidéo en accéléré: https://www.facebook.com/375mtl/?hc_ref=NEWSFEED Vidéo de Mes Quartiers (extrait du spectacle) : Des photos du Journal Métro http://journalmetro.com/actualites/montreal/1139689/celebrations-du-jour-de-la-fondation-de-montreal-2/ Pour le spectacle complet: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1034217/lancement-celebrations-375e-montreal-programmation Plus d'infos sur Moment Factory la compagnie montréalaise derrière le projet: https://momentfactory.com/projets/tous/tous/montreal-signe-ode-a-la-vie-fr
  17. Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis octobre 2008 PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 8 H 55 | Mis à jour il y a 48 minutes Une personne qui semble se chercher un emploi. Photo : IStock Le taux de chômage a diminué de 0,2 point de pourcentage au pays pour s'établir à 6,5 % en avril, soit le taux le plus bas depuis octobre 2008, a annoncé vendredi Statistique Canada. Radio-Canada avec Presse canadienne L'agence fédérale a expliqué que cette diminution était principalement attribuable à la baisse du nombre de jeunes à la recherche de travail. L'emploi a augmenté chez les personnes de 55 ans et plus, alors qu'il a diminué chez les hommes de 25 à 54 ans. Par contre, l'emploi chez les femmes de 25 à 54 ans et les jeunes de 15 à 24 ans a connu peu de variation. L'emploi a progressé en Colombie-Britannique et à l'Île-du-Prince-Édouard, tandis qu'il était pratiquement inchangé dans les autres provinces. Au Québec, tant l'emploi que le taux de chômage ont peu varié au cours du mois. Au cours des 12 mois qui ont pris fin en avril, l'emploi dans la province a progressé de 88 000 ou de 2,1 %, et l'essentiel de la croissance a eu lieu au cours de la deuxième moitié de 2016. Comparativement à 12 mois plus tôt, le taux de chômage au Québec a diminué de 0,8 point de pourcentage, passant à 6,6 %. suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1032033/chomage-baisse-statistique-canada-depuis-octobre-2008
  18. Immigration : enquête de l’UPAC, cours de français et candidats rejetés PUBLIÉ IL Y A 45 MINUTES Photo : Radio-Canada/Radio-Canada EXCLUSIF - Radio-Canada a appris que le ministère de l'Immigration ne fait pas confiance aux résultats des cours de français administrés par des commissions scolaires de Montréal. Une enquête de l'Unité permanente anticorruption a été ouverte et des centaines de personnes voient leur projet d'immigration mis à mal. Un texte de Bahador Zabihiyan Le Programme de l’expérience québécoise (PEQ) permet aux étudiants internationaux qui ont obtenu un diplôme au Québec de s’y installer de manière permanente. Pour immigrer, ils doivent notamment démontrer un niveau de français intermédiaire. Pour cela, le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion offre plusieurs options au candidat, dont celle de terminer avec succès un cours de français offert par des établissements qui dépendent des commissions scolaires. Le ministère a ainsi fait passer des examens oraux à des dizaines de candidats qui ont déjà réussi le cours de français requis, selon l'Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI). Or, les dossiers d’immigration de plusieurs centaines de candidats dont la plupart ont suivi le cours des commissions scolaires English-Montreal ou Lester-B.-Pearson font l’objet de vérifications poussées, selon l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration. Le ministère de l’Immigration confirme avoir récemment identifié des pratiques douteuses, sans mettre en cause directement les deux commissions scolaires. En décembre dernier, l’Unité permanente anticorruption (UPAC) avait ouvert une enquête visant les commissions scolaires Lester-B.-Pearson et English-Montreal. Par courriel, le ministère de l’Immigration fait d’ailleurs le lien direct entre les vérifications de dossiers et l’enquête de l’UPAC, sans en dire davantage. source et suite: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1027534/immigration-enquete-upac-cours-francais-candidats-rejetes
  19. La Russie conseille à ses ressortissants d'éviter les blagues salaces au Canada RCQC | Par Radio-Canada.ca Publication: 29/03/2017 06:12 EDT Mis à jour: il y a 3 heures Le ministère russe des Affaires étrangères a récemment mis en ligne un guide de bonne conduite à l'intention des touristes russes. Une soixantaine de pays, dont le Canada, y sont répertoriés. Un texte de Bahador Zabihiyan -Advertisement- x On y décrit le Canada comme un pays faisant une fixation sur l'égalité des sexes. On y affirme qu'il vaut mieux ne pas y raconter des blagues salaces et qu'il y règne une certaine forme de censure publique lorsqu'il est question des relations entre les hommes et les femmes ou des minorités sexuelles. Virginie Lasnier, une experte de la Russie qui étudie à l'Université McGill et qui lit couramment le russe, a parcouru le guide en russe à la demande de Radio-Canada. Voici des extraits traduits du passage concernant le Canada : « Le Canada, où l'on a depuis longtemps légalisé le mariage [entre personnes] de même sexe et où l'on peut observer une sérieuse obsession pour l’égalité hommes-femmes, ce n'est pas le meilleur endroit pour raconter des blagues masculines salaces ou sur les genres non traditionnels [LGBT]. » « En plus de la censure publique, il y a dans les grandes régions métropolitaines des quartiers compacts composés de représentants de minorités sexuelles (en particulier à Vancouver, à Toronto et à Montréal). Il y a donc le risque de se heurter à une sanction sous la forme d'amendes et même d'être incriminé en vertu de l'article [de loi] intitulé "crime haineux". » « Il vaut mieux aussi ne pas montrer ses émotions lorsqu'on traite avec le sexe opposé afin d'éviter des accusations de tentatives de harcèlement sexuel (sur les campus universitaires, il y a des polices de moralité publique) » Mme Lasnier a résidé en Russie. Elle estime que le guide du gouvernement russe donne une image plutôt négative du Canada, alors que les Russes ont souvent une très bonne opinion du pays, selon son expérience. «Ça démontre avant tout ce que le régime tente d’inculquer à ses citoyens comme image du Canada, plutôt que ce que les Russes vraiment pensent du Canada. On tente en même temps de jouer sur les stéréotypes et les inconforts qui demeurent dans la population russe face aux enjeux liés à l’homosexualité et aux discours féministes.» - Virginie Lasnier, étudiante au doctorat à l’Université McGill et chercheure associée au CÉRIUM suite et source: http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/03/29/russie-conseille-eviter-blagues-canada_n_15681126.html
  20. Janine Sutto s'éteint PUBLIÉ IL Y A 4 MINUTES La comédienne et actrice québécoise Janine Sutto Photo : Karim El Fassi Elle a fait rire et pleurer plusieurs générations. La comédienne Janine Sutto est décédée à l'âge de 95 ans. Sa carrière artistique, commencée au début de la Deuxième Guerre mondiale, aura duré près de 75 ans. Notre-Dame-du-Théâtre, comme l'avait surnommée Gilles Latulippe, était une artiste polyvalente, campant des centaines de personnages, autant populaires que classiques, sur scène, à la radio et à la télévision. Sa jeunesse Janine Sutto en 1956, photographiée par Annette et Basil Zarov Photo : Annette et Basil Zarov Janine Sutto est née à Paris, en avril 1921. Ses parents travaillent tous les deux pour les studios de cinéma Pathé. Son père est l'associé de Charles Pathé, puis il devient distributeur de films, alors que sa mère est la secrétaire particulière du producteur de cinéma. Janine a un frère, André, de neuf ans son aîné. La famille part pour l'Amérique en 1929, après avoir été ruinée à la bourse. Elle s'installe à Montréal, où Léopold Sutto et son épouse deviennent vendeurs d'articles religieux. Une vie de théâtre La comtesse (Janine Sutto) et le curé d'Abrincourt (Yves Jacques) en 1981 dans « Journal d'un curé de campagne ». Photo : Radio-Canada/André Le Coz La carrière de la comédienne prend sa source dans le théâtre. Janine Sutto débute sur les planches en 1940, dans une pièce jouée par la section française du Montreal Repertory Theater, une troupe mi-amateur, mi-professionnelle, où elle décroche plusieurs petits rôles. Elle joue ensuite régulièrement au Théâtre l'Arcade, qui présente des pièces de boulevard qui changent toutes les semaines, et elle obtient aussi des rôles au Théâtre Saint-Denis, qui présente un répertoire plus classique. Au fil du temps, les rôles au théâtre s'additionneront les uns aux autres, et ce, jusque dans les années 2000. Janine Sutto aura finalement joué dans plus d'une centaine de pièces au cours de sa longue carrière, du théâtre classique au théâtre d'été, sur toutes les scènes de Montréal et d'ailleurs au Québec. Janine Sutto est notamment des toutes premières pièces du Théâtre du Nouveau Monde, lancé en 1951 avec L'avare, de Molière. Elle participe aussi, en 1968, à la première lecture publique des Belles-soeurs, de Michel Tremblay, et prend part à la deuxième production de la pièce, en 1969, trop occupée pour être de la première. Quarante ans plus tard, en 2010, elle sera par ailleurs de la distribution de la comédie musicale adaptée de la pièce, qui a connu un énorme succès à travers le Québec et à Paris. Au fil du temps, les rôles au théâtre s'additionneront les uns aux autres, et ce, jusque dans les années 2000. Janine Sutto aura finalement joué dans plus d'une centaine de pièces au cours de sa longue carrière, du théâtre classique au théâtre d'été, sur toutes les scènes de Montréal et d'ailleurs au Québec. Janine Sutto aura reçu plus d'un honneur pour la récompenser d'une carrière si fructueuse, dont le Prix du gouverneur général pour les arts du spectacle, en 2014. De Miss Radio... Janine Sutto lors de l'enregistrement d'un radioroman à Radio-Canada en 1945 Photo : BAnQ/Conrad Poirier La carrière radiophonique de Janine Sutto prend son envol presque au même moment que ses débuts au théâtre. Les radioromans sont à la mode dans les années 1940 et 1950, et la comédienne participera à une multitude d'entre eux, dont certains des plus populaires, comme Jeunesse dorée, à Radio-Canada, et Rue Principale, à CKAC. Elle est élue Miss Radio en 1945. ... à Miss Télévision « La mort d'un commis-voyageur » avec Happy (Benoît Girard), Linda (Janine Sutto) et Biff (Jacques Godin) en 1962. Photo : Radio-Canada/André Le Coz Fidèle à son bagage professionnel, c'est dans un téléthéâtre que Janine Sutto fait ses débuts à la télévision. Elle sera par la suite de la distribution de nombreuses pièces adaptées pour le petit écran. On pourra également voir la comédienne dans une multitude de téléromans. Un de ses rôles les plus marquants sera probablement celui de Mademoiselle L'Espérance, une vieille fille qui aime les hommes, dans la comédie Symphorien, de Marcel Gamache, diffusée de 1970 à 1977. Ce rôle lui vaudra le titre de Miss Télévision en 1972. Prudence Pothier (Janine Sutto) répond à Séraphin Poudrier (Jean-Pierre Masson). Image du téléroman « Les belles histoires des pays » en 1967. Photo : Radio-Canada/André Le Coz De 1956 à 1969, Janine Sutto incarne Prudence Pothier dans Les belles histoires des pays d'en haut. Par ailleurs, les enfants du début des années 1970 peuvent voir la comédienne dans la série jeunesse Le major Plum-Pouding. La notoriété de Janine Sutto prend encore de l'ampleur avec la comédie à succès Poivre et sel, qui sera diffusée de 1983 à 1987. Elle y partage la vedette avec Gilles Latulippe, avec lequel elle forme un couple de septuagénaires. Toujours prête à relever de nouveaux défis, elle deviendra à 80 ans chroniqueuse de sexe à l'émission Fun noir, animée par Normand Brathwaite. Gilles Latulippe et Janine Sutto dans « Poivre et sel » en 1987. Photo : Radio-Canada Des rôles au cinéma La comédienne fera une vingtaine d'apparitions au cinéma. Elle sera notamment de Deux femmes en or, de Claude Fournier, en 1970, et de Kamouraska, de Claude Jutra, en 1973. Plus récemment, on a pu la voir dans Congorama, de Philippe Falardeau, en 2006, et dans Route 132, de Louis Bélanger, en 2010. suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/804818/biographie-janine-sutto-comedienne-long-parcours-femme-diversite-impressionnante
  21. Chute des demandes de citoyenneté au Canada PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 9 H 44 | Mis à jour à 10 h 26 Une jeune femme heureuse d'avoir obtenu la citoyenneté canadienne lors d'une cérémonie à Halifax, en octobre 2010. Photo : MARKETWIRE PHOTO/Government of Canada Une hausse des frais administratifs exigés pour présenter une demande de citoyenneté au Canada aurait entraîné une baisse significative du nombre d'immigrants présentant une telle demande, selon des avocats spécialisés en immigration. Au cours des neuf premiers mois de 2016, le gouvernement a reçu 56 446 demandes de citoyenneté, soit une chute de près de 50 %, par rapport aux 111 993 demandes faites au cours de la même période l’année précédente. Les frais de traitement ont bondi de 100 $ à 530 $ en 2014-2015, un montant qui passe même à 630 $ une fois que les frais additionnels de « droit de citoyenneté » de 100 $ sont ajoutés. Les données sont issues d’un rapport de l'ancien directeur général de l'Immigration et de la Citoyenneté, Andrew Griffith, préparé pour le Comité sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie. Le comité sénatorial amorce cette semaine des audiences sur le projet de loi C-6 qui doit modifier la Loi sur la citoyenneté. M. Griffith y voit une tendance qu’il qualifie d’« alarmante » et qui pourrait être directement liée à l’augmentation des frais exigés pour la demande de citoyenneté. « Si vous êtes un professionnel qui réussit assez bien, vous n'aimerez peut-être pas [la hausse], mais vous la paierez, avance M. Griffith à CBC News. « Mais si vous êtes un immigrant ou un réfugié en difficulté [un montant de] 630 $ peut devenir prohibitif, a fortiori si vous parlez d'une famille de quatre personnes ou plus. » Outre les coûts associés aux frais de citoyenneté, les immigrants doivent payer les frais reliés aux tests linguistiques, poursuit M. Griffith qui propose de réduire les frais de traitement des demandes de citoyenneté à 300 $, d’abolir les frais de 100 $ liés au « droit de citoyenneté » et d’envisager une exemption de frais pour les réfugiés et les immigrants à faibles revenus. suite et source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1016508/chute-des-demandes-de-citoyennete-au-canada
  22. Comme la tradition le veut, chaque année Radio-Canada célèbre la nouvelle année en produisant une émission de parodie de l'année qui se termine. Vous pouvez la regarder ici :
  23. Les immigrants toujours discriminés sur le marché du travail québécois, selon une étude RCQC | Par Radio-Canada.ca Publication: 27/09/2016 07:17 EDT Mis à jour: il y a 2 heures Partager0 Tweeter Commenter0 Les nouveaux arrivants, hommes ou femmes, dont une grande partie a été acceptée dans le pays en raison de leurs compétences professionnelles, continuent à être victimes de discrimination sur le marché du travail québécois, selon une nouvelle étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS). L'Institut, qui s'affiche comme « indépendant et progressiste », relève que ces immigrants occupent des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés, perçoivent un salaire inférieur à celui des Canadiens d'origine et qu'ils sont également davantage touchés par le chômage. Par ailleurs, cette situation est encore plus marquée chez les immigrantes. x En effet, près de la moitié de celles-ci (46 %) se trouvent en situation de surqualification, et elles disposent d'un revenu moyen qui représente 90 % de celui des femmes natives et 60 % de celui des hommes nés au pays, selon l'IRIS. Le nombre d'immigrants qui s'installent au Québec est relativement stable ces dernières années et oscille autour de 50 000 par année. Le gouvernement provincial envisageait de porter ce nombre à 60 000, avant de se raviser. Leur provenance a toutefois changé au fil des ans. Les immigrants originaires d'Europe ne sont plus aussi nombreux que par le passé et sont surclassés par les nouveaux arrivants d'Asie et d'Afrique. Main-d'œuvre qualifiée Les immigrants sont éduqués et présentent même un niveau de scolarité plus élevé que les Canadiens d'origine. La plupart d'entre eux maîtrisent le français, relève l'étude de l'IRIS. En 2012, plus de la moitié (53,9 %) des personnes arrivées au pays dans les cinq années précédentes occupaient un emploi pour lequel elles étaient surqualifiées, contre 30 % pour l'ensemble de la population québécoise. Malgré leur niveau d'étude, les immigrants gagnent moins bien leur vie que les natifs et connaissent davantage le chômage. Leur revenu représentait en moyenne 82,9 % de celui des personnes non immigrantes durant la période 1996-2013. Toutefois, les données compilées par l'IRIS montrent que le salaire d'une personne immigrante a tendance à augmenter avec les années pour se rapprocher de celui des natifs. De 2006 à 2015, le taux de chômage s'est élevé à 5,8 % en moyenne pour la population née au Canada, contre 11,2 % pour les immigrants reçus. L'IRIS publie cette étude quelques mois après que le gouvernement de Philippe Couillard eut annoncé sa nouvelle politique en matière d'immigration. L'ouverture affichée du gouvernement libéral, qui prône la diversité et l'inclusion, n'est qu'une « ouverture de façade », selon la chercheuse et auteure du rapport, Julia Posca. Elle rappelle les compressions et mesures d'austérité - telles que la réduction de 25 % de l'offre de cours de français ou la fermeture des bureaux régionaux du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion - qui ont touché les immigrants et nuisent à leur insertion. La nouvelle politique du gouvernement, « Ensemble, nous sommes le Québec », s'appuie sur trois idées charnières : mieux sélectionner, mieux intégrer et mieux vivre ensemble. Le gouvernement Couillard a mis fin au principe du premier arrivé, premier servi pour prioriser une immigration qui réponde aux besoins du marché de l'emploi québécois. Québec devrait consacrer 42,5 millions de dollars dans les cinq prochaines années à sa politique. Quelque 1,4 million d'emplois seront à pourvoir d'ici 2022, dont 18 % le seraient par l'immigration, a indiqué la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil. « Le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion prétend que ce système permettra aux immigrants de s'intégrer plus rapidement au marché du travail. Nous craignons pour notre part qu'un tel mode de fonctionnement aide les entreprises à combler leurs besoins en main-d'œuvre sans pour autant garantir aux personnes immigrantes qui souhaitent intégrer le marché du travail des emplois de qualité et à la hauteur de leur formation et leurs compétences », rétorque la chercheuse de l'IRIS. http://quebec.huffingtonpost.ca/2016/09/27/les-immigrants-toujours-discrimines-sur-le-marche-du-travail-selon-une-etude_n_12209926.html
  24. Quelle magnifique histoire! La reporter Sophie Langlois de Radio-Canada est allée à Alma afin de rencontrer 2 médecins syriens installés dans la belle région québécoise du Saguenay Lac St-Jean. Ayant fait leur résidence en France dans les années 90, ils parlent parfaitement français. Mais de retour en Syrie, la guerre éclate et les deux médecins, Manar Alfarra et Ghatfan Shaaban, obtiennent il y a 2 ans leur équivalence de diplôme du Collège des médecins du Québec. Mais ces 2 médecins sont des exceptions car 80% des médecins étrangers n'arrivent pas à faire reconnaître leur titre au Québec. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1005417/medecins-syrie-alma-hopital-manar-alfarra-ghatfan-shaaban
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines