Jump to content
Rourouille

Au Québec il manque la Dolce Vita Française

Recommended Posts

il y a 44 minutes, mayoke a dit :

Non ça va, nos autres voisins sont comme nous, ils tondent quand il y en a besoin et ramassent le plus gros des feuilles , sans être maniaque. Mais il y en a un qui ne vit que pour son jardin, des qu'on a 3mm de gazon plus haut que le siens ça le dérange mais on s'entend bien quand même.

C'est marrant parce que les connaissances que j'ai ici sont très bio et même végan pour certain. Je ne suis pas bio à fond mais j'essaye de privilégier ce qui j'espère abîme le moins la planète. Et j'ai l'impression que c'est une considération qui se mondialise.

 

Je vis à Québec, qui a une mentalité très différente de Montréal. Ceci expliquant peut-être cela.

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Mark-Beaubien a dit :

 

Je vis à Québec, qui a une mentalité très différente de Montréal. Ceci expliquant peut-être cela.

Et moi je suis dans une toute petite ville à côté de Victoriaville :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

On ne doit pas fréquenter le même monde sans doute...:) Enfin, si cela ne te dérange pas de payer plus cher, libre à toi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Rourouille a dit :

Les remarques du type "fallait se renseigner avant" sont stériles, même si j'ai remarqué que c'était le premier réflexe de beaucoup.

Car comme pour conduire une voiture, on a beau se "renseigner" avant, lire des livres sur la mécanique, essayer de comprendre comment marche un moteur, et comment on pilote, tant qu'on n'est pas au volant, on ne sait pas bien comment cela se passer. Il faut être humble sur ce point et l'avouer.

 

Pour répondre à @resterzen : Je pense en effet ne pas avoir détaillé (ou mal) les raisons de notre venue

Nous sommes venus ici pour trois raisons principales (je n'ai pas voulu m'apesantir dessus avant ou parfois les ai-je balayées d'un revers de main car je sais que notre profil n'est pas le plus fréquent). Nous avons en effet un profil de gens d'affaires bien que nous ayons suivi le programme travailleurs qualifiés en raison de nos diplômes et expériences (plus rapide).

- l'envie de partager une expérience à l'international en famille, pour voir comment ça se passe ailleurs. Le Québec était une possibilité parmi d'autres, mais l'usage du français était rassurant pour l'intégration scolaire des enfants. Nous lisions énormément de bien sur ce pays. Mon mari est allé à diverses réunions de présentation à Paris et nous avons passé plusieurs vacances hyper agréables en diverses saisons au Québec avant de prendre notre décision. J'ai été séduite par l'air pur québécois (intolérable Diesel français), les paysages superbes, etc...

- une opportunité professionnelle qui s'est présentée au Québec que nous aurions regrettée de ne pas avoir saisie.

- un climat des affaires favorables aux TPE/PME (nous avions un projet d'investissement au Québec que nous allons abandonner)

 

Nous ne sommes pas venus ici pour fuir quoique ce soit. Nous avions en France un excellent confort, une bonne optimisation fiscale (parce que sinon, je comprends que l'on parte aussi pour cela!), de bonnes écoles avec de bonnes cantines.

Le climat français que nous avons quitté était tendu, avec des craintes croissantes concernant l'insécurité et les risques terroristes mais nous étions en zone plus préservée que l'Ile de France, bien que personne ne soit à l'abri. Nous n'avions pas de problèmes professionnels. Je ne peux donc pas témoigner de problèmes de chômage, en France, je pense qu'ils sont pourtant la cause n°1 de tous ces départs de jeunes vers d'autres contrées.

 

Ce que j'ai écrit dans mes messages successifs sur le forum était à chaque fois "Ma Vérité du moment". Je n'ai pas essayé de dire autre chose que ce que je pensais sur le moment. Je suis consciente qu'il ne s'agit que de MA Vérité et qu'en plus, ma vision evolue en fonction des événements. Je suis passée par plusieurs étapes, différentes, ce qui peut -être vous a laissé penser que je perdais en crédibilité parce que parfois je voyais les choses avec une nouvelle teinte. Pourtant, toutes les anecdotes, mon ressenti, etc à chaque fois sont des histoires vraies. Quand je me relis, j'estime ne pas avoir travesti mes opinions, si ce n'est que parfois je les ai un peu édulcorées pour éviter de subir trop de "bashing" (d'où l'utilisation du mot de fin "dubitative"). Pardon, mais j'ai décidé d'être franche.

 

Pour aller au bout de la transparence, et pour effectivement prouver que mes dires vont prochainement être en concordance avec mes actes, sachez que nous sommes actuellement en France pour quelques jours, sur le point de rentrer à Montréal, car les enfants doivent quand même ne pas trop manquer l'école. Nous avons souhaité revenir sentir l'atmosphère (cela faisait de nombreux mois que nous n'étions pas rentrés) et voir le résultat des élections en France pour ne pas faire l'erreur d'un retour après avoir fait celle de l'aller. Effectivement si Marine le Pen était passée Dimanche, je pense que je resignais pour 5 ans de pelletées de neige !

Je me rends compte que mon bonheur ne passe pas par la réussite professionnelle, mais par le temps que je peux dégager pour ma famille et pour moi. ET la France a bien des problèmes mais elle offre du temps à ses concitoyens. S'il y a bien quelque chose qui file et qui ne se récupère pas, c'est le temps. Et pour l'instant avec la santé, il me semble que ce sont les deux biens les plus précieux, intimement corrélés.  Je pense (bien qu'il faille encore que nous statuions sur ce point) que nous prendrons la décision d'un retour définitif dès la fin de l'école autour du 20 juin. Certes, je vous avoue que la logistique que cela représente par avance me freine beaucoup (commander un container en sens inverse, vendre les voitures, etc...) mais j'ai besoin de retrouver une certaine "Dolce Vita" européenne.

 

Je souhaite rajouter trois choses:

 

1. Lorsque je m'"hyper" préparais (je plaisante, ne criez pas), avant de prendre la décision du départ vers le Québec, je lisais beaucoup sur tous les forums. je lisais disons 80% de positif et 20% de négatif. Or, dès qu'un message négatif est émis par un immigrant, il est combattu très vigoureusement. J'ai pensé que ces mauvaises expériences étaient le fruit de grossières erreurs puisque cette personne était largement minoritaire et souvent décrédibilisée (ne me dites pas que vous tentez de faire la même chose avec moi?). Pour cette raison, j'ai voulu témoigner à mon tour pour donner mon expérience négative, car peut-être certains immigrants ayant les mêmes préoccupations que moi se sentiront concernés et réfléchiront deux fois au lieu d'une.

Ainsi si certains immigrants font l'erreur de venir, c'est peut-être parce que une certaine réalité, bien que dite (je ne dis pas qu'elle est cachée), est édulcorée, minimisée, tempérée, ou pondérée avec d'autres arguments (oui, tu travailles au Québec 40h avec 2 semaines de vacances, Mais tu es plus cool au boulot, les relations sont meilleures, tu sors à 16h et si ton petit est malade, ton patron te donne le jour, etc...). Il n'en reste pas moins qu'on a moins de temps pour soi. Et ça c'est une réalité. Et que le travail "domestique" lié à la météo (déneiger, habiller en multicouches...) prend du temps supplémentaire sur ce temps qu'il y a en moins. 

 

2. Je sortirais de cette expérience très admirative pour les Nords-américains, Québécois en Particulier. Je trouve ce peuple, travailleur, courageux,fier pour les bonnes raisons.  Je souhaiterai pouvoir passer du temps à détailler cela mais ce sera l'occasion peut-être d'un nouvel échange avec vous. 

 

3. Merci @Mark-Beaubien, @Cherrybee @Demina47 @cartesienne1 @Amqui et tous les autres bien sûr, pour vos conseils

Malgré les échanges parfois tendus, parfois compréhensifs, vous donnez du temps. Bravo !

 

PS: je suis encore là si vous voulez me "Hater"!! et puis je ne suis pas encore rentrée définitivement. Alors il y a encore de belles perspectives...

Tremble, France, il n'y a pas de raisons que je ne vous donne pas de nouvelles pour critiquer l'hexagone après mon retour...Comme c'est ma spécialité :10_wink:

 

 

 

Bon retour! J'imagine que parfois il faut s'éloigner pour se rendre compte qu'on était bien où on était?

Mais ça fait une belle expérience de vie. Bravo pour le projet.

 

Pis, moi j'ai hâte de lire le bilan du retour en France :D   Il y aura peut être un retour au Québec dans le futur ( on voit ça souvent)  

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Hei a dit :

 

Quand je vois mes voisins qui chaque année se donnent du mal pour arracher les pissenlits et qu'au final il en ont 10 fois plus le lendemain, je me dis qu'il vaut mieux laisser faire la nature. Je tonds ma pelouse lorsqu'elle commence à être trop haute en moyenne 1 à 2 fois par mois et je me dis qu'au final je rends service au voisinage puisque je ne fais pas de bruit.

 

:lol:

oui ça me fait bien rire aussi..

 

J'ai ma voisine qui est un peu fatigante avec mes haies de cèdre.. Elle me fait toujours des suggestions subtiles ( mais pas très) qu'elle pourrait tailler ma haie si je le voulais...

Moi j'aime bien les haies touffue et pas coupée en carré au mm près. 

Le truc c'est que j'ai une autre haie qui est de mon côté mais qui 'déborde' du sien. Donc bien sûr, elle coupe tout de son bord et moi non. ça fait donc une jolie haie à moitié touffue.. 

Puis quand elle a finie de couper ma haie de son bord, elle me dit toujours : est-ce que tu veux que je fasse de ton bord? ça va lui faire du bien. 

Je lui dis que non merci, je vais m'en occuper :) 

Puis même chose sur le 'top', elle voudrait bien que ça soit bien droit, mais moi j'aime ça des branches pas symétriques.. 

 

Je comprend pas cette obsession du gazon coupé sans arrêt et que tout soit carré..

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 10 minutes, Automne a dit :

Bon retour! J'imagine que parfois il faut s'éloigner pour se rendre compte qu'on était bien où on était?

Mais ça fait une belle expérience de vie. Bravo pour le projet.

 

Pis, moi j'ai hâte de lire le bilan du retour en France :D   Il y aura peut être un retour au Québec dans le futur ( on voit ça souvent)  

 

 

Ah c'est sûr qu'on se rend compte de ce qu'on avait une fois qu'on ne l'a plus.

 

J'ai bien aimé le si Marine Le Pen avait été élue je me serai coltiné le pelletage pendant 5 ans :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Mark-Beaubien a dit :

On ne doit pas fréquenter le même monde sans doute...:) Enfin, si cela ne te dérange pas de payer plus cher, libre à toi.

pour certains trucs j'avoue que je ne suis pas vraiment regardante mais si je peux prendre des produits non testés sur les animaux, des oeufs de poules qui ne sont pas élevées en batterie , c'est vrai je préfère payer plus cher même si je n'ai pas un gros budget. Mais comme on mange très peu de viande, du coup ça s'équilibre. Enfin bon, c'est pas vraiment le sujet:lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.

Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....

Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.

Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.

En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.

Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements :) . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comment ça se fait que tu n'as pas trouvé d'emploi comme infirmière ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Révélation

 

Avec 4 enfants (même ados), hors de question de suivre le processus de reconnaissance de diplôme........

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vero68 a dit :

J'ai moi aussi traversé l'Atlantique avec 4 enfants, il y a 10 ans. J'étais, en France, fonctionnaire, avec 5 semaines de vacances par an et du temps pour lire.

Je me souviens avoir pris cette décision pour offrir un avenir à mes enfants, après le NON à l'Europe de 2005 et le départ de mes neveux et nièces plus âgés pour l'étranger, pour les études ou un emploi....

Les quatre premières années ont été difficiles, le temps de trouver un équilibre (surtout un équilibre budgétaire), de comprendre la mentalité et le fonctionnement de cette société. Mes enfants ont tous trouvé leur place, grâce aux études, aux possibilités, aux conjonctures de l'Amérique du Nord. Mon objectif est atteint.

Quant à moi, après 4 ans de boulots "de bouche", je suis revenue dans le domaine de la santé en évoluant dans mes compétences. Je ne peux pas comparer mon emploi actuel avec mon poste d'infirmière hospitalière, car il n'y a rien de comparable. Je ne peux pas comparer ma vie d'avant avec ma vie actuelle car les bases ne sont plus les mêmes.

En France, j'avais un salaire fixe, j'achetais les repas chez Picard, mes enfants mangeaient à midi chez leur grand-mère. Ici, j'ai un salaire variable, on cuisine frais et chaque repas est une surprise. (mes enfants adorent cuisiner). En France, nous passions nos vacances dans les Alpes ou dans les VVF de France, ici, l'Infini du territoire canadien est notre terrain de découverte.

Je suis restée française dans mon humour, dans ma façon de travailler, de cuisiner, de choisir mes vêtements :) . Je suis devenue canadienne dans ma façon d'argumenter, de voir le monde, la nature et les gens. Le Canada est devenu mon pays. Je ne l'ai pas voulu, cela c'est fait tout naturellement.

 

Simple et réussi. Bravo ! :)

Je ne comprends juste pas le rapport avec le NON à l'Europe... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Le 5/9/2017 à 14:48, mayoke a dit :

pour certains trucs j'avoue que je ne suis pas vraiment regardante mais si je peux prendre des produits non testés sur les animaux, des oeufs de poules qui ne sont pas élevées en batterie , c'est vrai je préfère payer plus cher même si je n'ai pas un gros budget. Mais comme on mange très peu de viande, du coup ça s'équilibre. Enfin bon, c'est pas vraiment le sujet:lol:

Nous c'est 95% de bio. Paniers des producteurs locaux, marché public, bio chez Costco, IGA, Wal-Mart aussi) Très très peu de viande rouge (bison quelques fois) surtout du poisson (saumon sauvage) des légumineuses en masse, de la verdure aussi. Pas de lait, ni café, ni grignotages. Nous faisons nous-même notre pain avec des ingrédients bio. etc... Et on n'explose pas le budget. Le gout est là et on gaspille moins aussi puis que ça goûte bon. Exit les restos...max 2 ou 3 fois l'an.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, vero68 a dit :
  Révéler le contenu masqué

 

Avec 4 enfants (même ados), hors de question de suivre le processus de reconnaissance de diplôme........

 

 

C'était déjà reconnu, tu avais juste un stage (rémunéré) à faire et ensuite passer l'examen de l'ordre.

 

Ah bein oui, c'est mieux d'être sous-payé et de tirer le diable par la queue pendant des années ! Sans parler d'avoir fait des études pour des prunes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Citation
il y a 10 minutes, Mark-Beaubien a dit :

 

Simple et réussi. Bravo ! :)

Je ne comprends juste pas le rapport avec le NON à l'Europe... 

 

Je suis Alsacienne.  Les échanges scolaires étaient courants entre la France et l'Allemagne et quand mes jeunes ont quitté le primaire, il était évident pour nous qu'un jour ils pourraient continuer leurs études en Allemagne. Le non à l'Europe a remis à l'époque beaucoup de choix en question.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, Demina47 a dit :

 

C'était déjà reconnu, tu avais juste un stage (rémunéré) à faire et ensuite passer l'examen de l'ordre.

 

Ah bein oui, c'est mieux d'être sous-payé et de tirer le diable par la queue pendant des années ! Sans parler d'avoir fait des études pour des prunes.

En 2007, l'ordre ne voulait pas reconnaître mon diplôme obtenu en 1986

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, vero68 a dit :

Je suis Alsacienne.  Les échanges scolaires étaient courants entre la France et l'Allemagne et quand mes jeunes ont quitté le primaire, il était évident pour nous qu'un jour ils pourraient continuer leurs études en Allemagne. Le non à l'Europe a remis à l'époque beaucoup de choix en question.

 

 

Je vois. L'UE n'est pas un mauvais projet, c'est un projet très mal mené. C'est très différent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a qu'un seul diplôme en France et il a la même reconnaissance quelle que soit l'année de délivrance. Je pense que tu aurais pu porter plainte contre l'ordre afin de les obliger à le reconnaître (j'avais effectivement déjà entendu parler de ce problème mais tu es la première que je "rencontre").

 

Tu devrais te rapprocher du Regroupement des Infirmier(e)s Français(es) au Québec RIFQ sur facebook, tu devrais avoir des infirmières avec diplôme d'avant 1992 qui ont pu travailler directement.

Edited by Demina47

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 3 minutes, Demina47 a dit :

Il n'y a qu'un seul diplôme en France et il a la même reconnaissance quelle que soit l'année de délivrance. Je pense que tu aurais pu porter plainte contre l'ordre afin de les obliger à le reconnaître (j'avais effectivement déjà entendu parler de ce problème mais tu es la première que je "rencontre").

 

Tu devrais te rapprocher du Regroupement des Infirmier(e)s Français(es) au Québec RIFQ sur facebook, tu devrais avoir des infirmières avec diplôme d'avant 1992 qui ont pu travailler directement.

Merci. J'ai une belle job actuellement, je suis coordinatrice de soins dans une résidence pour personne Alzheimer, je ne suis pas certaine de vouloir reprendre du service en tant qu'infirmière. Mais je vais suivre ton conseil, l'Ordre m'a assez dégoutée à l'époque.....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans le privé je suppose. As-tu pu faire ça sans avoir à passer de diplôme ? C'est bien que tu aies pu rester dans ton domaine d'expertise.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai du faire PDSB, loi 90 et RCR..... mais pas le cours de préposée aux bénéficiaires. Je travaille pour un organisme à but non lucratif.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines