Jump to content

La Féline

Habitués
  • Content Count

    1,351
  • Joined

  • Last visited

2 Followers

About La Féline

  • Rank
    Super Fan

Profile Information

  • Statut
    Canadien(ne)
  • Date d'arrivée
    19-09-2004
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Recent Profile Visitors

2,888 profile views
  1. Joyeux anniversaire et un gros merci ! Ce site m'a beaucoup aidé dès le début de mes démarches, puis lors de mon installation, et même bien des années après. Encore aujourd'hui, il m'arrive de le consulter pour des questions "vie pratique" et je le réfère volontiers aux gens qui sont en processus d'immigration ou fraîchement arrivés. Bonne continuation !
  2. Si vous n'avez pas peur de vous faire dépouiller, aucun problème. Perso, ça m'est arrivé (colis ouvert avec la moitié du contenu envolé) alors depuis, j'ai dit à ma famille de ne plus rien m'envoyer et je n'envoie plus rien non plus. Je me réapprovisionne à chaque voyage (ou passe mes commandes quand je sais que je vais avoir de la visite), c'est plus sûr.
  3. Bonjour, Je regardais aussi vers Anjou quand je cherchais à devenir propriétaire, mais j'ai vite abandonné l'idée. Les photos que je voyais sur les annonces ne m'inspiraient pas trop (logements à l'air plutôt vieillo, certains ont encore de la moquette...) Après, ça dépend aussi de ce que vous recherchez et du budget que vous pouvez mettre dans la rénovation, décoration, etc. Il y a des constructions plus récentes qui sont certainement plus intéressantes, mais plus chères aussi. Niveau transport, ce n'est pas tout à côté du métro, à moins d'être vraiment au sud de l'arrondissement. Sinon, il y a des autobus qui remontent le boulevard des Galeries depuis le métro Radisson (ligne verte). Je pense que vivre dans cet arrondissement peut être pratique pour quelqu'un qui travaille à l'extérieur de Montréal et qui veut éviter le centre-ville, car c'est proche de l'autoroute. Mais pour quelqu'un qui n'a pas de voiture, ça peut être une contrainte. Tout dépend de ce qu'on recherche, on a tous des besoins ou des goûts différents. Bonne chance dans vos recherches !
  4. En lisant le message initial, et cette question très pertinente, je n'ai pu m'empêcher de repenser à la réaction de ma mère quand je suis sortie de mon entrevue de la Délégation du Québec à Paris et que je l'ai appelée pour lui annoncer la nouvelle : "Ça y est ! J'm'en vais !" La réponse ? Gros silence au bout de la ligne. Malaise. Ce à quoi j'ai ajouté : "Euh... cache ta joie..." Pas très délicat de ma part, je l'avoue. Plutôt brutal. Je ne comprenais pas pourquoi elle n'était pas heureuse pour moi, sa fille, de voir enfin ce rêve se concrétiser. Même si elle savait que j'avais cette envie de vivre hors du pays depuis quelques années, et que je n'ai pas fait mes démarches d'immigration en cachette, je crois qu'elle pensait que c'était une idée qui finirait par passer, que j'allais rencontrer un gars intéressant qui me détournerait de ce soit-disant rêve et que finalement, je ferais ma vie pas trop loin d'elle (même une de mes amies m'avait posé la question : "Et si tu rencontrais l'homme de ta vie, là maintenant, tu partirais quand même ?" Affirmatif !) Malgré ça, elle n'a pas essayé de me retenir. Je pense qu'elle a compris que j'étais déterminée, que je tenais vraiment à ce projet et que c'était ce qui me rendrait heureuse. Quand elle est venue me voir plus tard, elle a pu constater l'environnement dans lequel je vivais, la mentalité des gens (plus de respect qu'en France, par exemple), plus de sécurité, etc, je pense que ça l'a rassurée et qu'elle a compris pourquoi je me sens mieux ici. Bien sûr, elle a toujours espoir que je revienne. Une cousine m'a dit une fois : " tu lui ferais le plus beau des cadeaux si tu revenais". Sauf que je n'ai aucune envie de rentrer en France pour le moment, je suis bien ici et tant que tout ira bien, ça ne changera pas". Oui, c'est sûr que j'y pense parfois, de tous ces longs mois sans se voir, et que je le regretterai peut-être un jour (si jamais elle tombe malade, je ne pourrai pas rattraper tout ce temps que j'aurais pu passer avec elle). Mais en même temps, c'est ma vie. Il y en a qui trouvent ça égoïste de raisonner comme ça mais je ne vis pas pour les autres. À quoi bon rentrer en France près des miens si c'est pour ne pas être aussi heureuse qu'ici ? Je ne pense pas que les parents puissent en vouloir à leurs enfants qui veulent tenter leur chance ailleurs. Sûrement que la pilule est dure à avaler mais ils finissent par se faire à l'idée... et, au final, ils sont toujours contents de venir nous voir dans notre beau pays d'adoption !
  5. Effectivement ! Ça m'est déjà arrivé d'être remboursée intégralement
  6. Ça me rappelle ma petite histoire avec la CPAM (Caisse d'assurance maladie en France, je précise pour les lecteurs non-français). Quelques jours avant de quitter le territoire, il ne me restait que des petits détails à régler dont faire signer et estamper le formulaire pour avoir droit à l'assurance maladie québécoise à l'arrivée, en attendant d'avoir la carte soleil (c'était une entente entre la France et le Québec, je ne sais pas si ça existe encore aujourd'hui). J'avais précédemment appelé à la caisse, pour vérifier les heures d'ouverture et me faire confirmer que je pouvais le faire approuver en me présentant sur place. Je n'étais pas chez moi à ce moment-là donc, à mon retour, je me présente à leurs bureaux (qui étaient à 30 bornes de chez moi... je sais ce n'est pas énorme si on le compare en distance nord-américaine mais quand même, quand on est dans ses préparatifs de déménagement, on n'a pas forcément que ça à foutre) avec mon formulaire. Il n'y avait pas affluence ce jour-là, et je ne me suis pas pointée 5 mn avant la fermeture non plus. La fille me prend le formulaire et me dit : "Vous le recevrez par la poste dans environ 15 jours". Pardon ? Un coup de tampon + une signature sur un formulaire : 15 jours ? Ça prend un gros max de 30 secondes (quand on n'est pas très nerveux ), la personne repart avec son document et tout le monde est content ! J'ai expliqué gentiment à la madame la conversation que j'avais eu quelques jours avant avec une de ses collègues, le fait que je n'habitais pas tout près et que j'étais en plein déménagement, et aussi que j'avais besoin de ce formulaire signé avant mon départ. Comme elle n'était pas si fainéante que ça, elle a quand même levé ses fesses pour aller quelque part dans les bureaux en arrière, avant de revenir me remettre ledit formulaire estampé et signé. Ça n'a pas pris 5 mn ! En France, il faut toujours hausser le ton pour obtenir quelque chose, que ce soit pour un remboursement, une réduction, un échange d'article... (ou une signature sur un formulaire ! ) même si on y a droit et que ça devrait nous être accordé d'office. Pour les commandes par correspondance, par exemple, j'ai eu un gros malentendu avec une enseigne bien connue pour une belle réduction non-appliquée sur ma commande, alors que toutes les conditions pour en bénéficier étaient réunies. Là il s'agissait d'un bug informatique sur leur site internet mais il a fallu que je me batte avec le service à la clientèle pour enfin faire valoir mon droit. Et puis, il faut toujours fournir des preuves, parce que sinon, ils trouvent toujours des excuses pour ne pas avoir à rembourser. Au Québec, en épiceries ou pharmacies bien connues, ils te remboursent sans problème en cas d'erreur d'affichage de prix, en cas d'échange ou retour d'article (même si l'emballage est ouvert !) Et même, un jour, je revenais de mon épicerie et j'ai constaté qu'un des articles m'avait été facturé 2 fois. Habituellement, je vérifie juste après avoir payé mais cette fois, j'étais chargée et j'avais hâte de tout déposer chez moi. J'y suis donc retournée sans mes sacs et j'ai expliqué le problème au commis; là encore ils m'ont remboursé sans faire d'histoire, se fiant simplement sur ma bonne foi. Je doute fort que j'aurais vécu ça en France... Pour les forfaits TV/Internet/téléphone, oui les prix sont plus élevés mais il est aussi très facile de négocier des tarifs plus avantageux, surtout quand on est client de longue date. Et même pour les nouveaux abonnés, je trouve qu'il y a quand même des offres intéressantes. Dans le milieu du travail aussi, j'ai beaucoup plus apprécié la façon dont j'ai été accueillie, comparativement à mon expérience professionnelle en France. Là bas, si tu n'es pas au top opérationnel dès le 1er jour, tu es fichée "incompétente" dès le départ (et des fois, ce n'est pas pour le boulot effectué mais juste parce qu'ils ne t'aiment pas la face). Alors qu'ici, les employeurs semblent avoir plus conscience qu'on n'est pas des machines et que ça nous prend un certain temps d'adaptation, surtout quand on débarque d'un autre pays. Après, comme je le dis souvent, c'est personnel à l'expérience vécue et sur ce plan, on sait qu'on n'est pas égaux. Peut-être que je changerai d'avis dans quelques années mais pour l'instant, c'est clair, je n'échangerais pas la vie que j'ai ici pour mon ancienne vie "à la française" ! Il ne s'agit pas d'aimer/critiquer ou non son pays, mais de constater ce qui est mieux pour nous. Certains vont préférer le Québec et vont y rester, certains vont préférer retourner dans leur pays d'origine. Mais ce n'est pas parce qu'on choisit de rester ici qu'on répudie son pays et ses origines. Ma famille est en France et j'apprécie toujours y retourner... mais en touriste !
  7. Les petites cliniques de quartier ne sont pas vraiment engorgées. Quand j'y vais, j'attends moins longtemps que lorsque je prenais rdv avec mon médecin de famille, donc beaucoup plus pratique je trouve. Quant aux pharmaciens, c'est vrai qu'il ne faut pas négliger leurs services et leurs bons conseils. Pour les petits bobos légers ou autres symptômes sans gravité, je passe souvent par eux. Je trouve même qu'ils sont plus attentifs, plus empathiques que certains médecins et plus patients pour répondre aux questions aussi.
  8. Et j'ajouterais même : http://www.demotivateur.fr/voyage/le-canada-elu-meilleur-pays-du-monde-pour-sa-qualite-de-vie-9329 Meilleur pays au monde, je ne sais pas mais si je m'y sens mieux qu'en France (plusieurs rangs derrière), ce n'est pas pour rien...
  9. Petite tranche de vie : la dernière fois que j'ai eu à faire au système de santé québécois L'automne dernier, je me suis cogné la tête en tombant. C'était ouvert mais ça ne pissait pas le sang et je n'avais pas de douleur insupportable, pas de nausées, etc, donc "pas de drame" me suis-je dit (il faut dire aussi que je ne suis pas sensible à la vue du sang, donc ça aide). J'ai tenté de nettoyer comme j'ai pu (ce n'était vraiment pas vilain comme blessure), mis une compresse et continué ma vie comme si de rien était. Le lendemain matin, voyant que la plaie n'avait pas vraiment séchée (mais pas empirée non plus), je me suis dit que ce serait tout de même judicieux de la montrer à un médecin. Mais avant de me décider vers qui m'adresser, premier réflexe, je compose le 811 pour parler à une infirmière, lui raconter mes péripéties. Après m'avoir posé les questions d'usage, pour vérifier si tout allait bien (comprendre ici signe ou non de traumatisme crânien ou autre risque), elle m'a quand même suggéré de voir un médecin le plus rapidement possible pour vérifier et juger si, oui ou non, ça prend des points de suture. Donc direction les urgences de l'hôpital le plus proche de chez moi (c'était un dimanche alors, la clinique sans rdv, rapidement éliminée comme option). Bien sûr, comme de coutumes quand on va à l'urgence, pas le choix d'attendre. Mais ce n'est pas l'attente aux admissions qui est longue. Passé ce stade, les infirmières savent ce qu'elles font et sont capables de déterminer les cas prioritaires des petits bobos. D'ailleurs, elles font plusieurs fois le tour dans la salle d'attente pour prendre la tension des patients qui attendent, vérifier si leur état ne change pas entre-temps. Leur chialer dessus parce qu'on trouve que ça ne va pas assez vite ne changera rien. Bref, j'attends patiemment mon tour... Je suis arrivée en fin de matinée pour ressortir en soirée, il y a pire quand même. J'ai même remarqué, en quittant les urgences, que certaines personnes déjà là quand je suis arrivée étaient encore là quand je suis partie. J'ai été très bien prise en charge, le docteur (enfin la docteure plutôt) qui m'a examinée (et recousue !) était très compétente; accompagnée d'une étudiante, elles m'ont fait une très belle cicatrice ! Comme je devais faire retirer les fils exactement 6 jours plus tard, j'ai cette fois appelé la clinique sans rdv la plus proche de chez moi (pas besoin d'engorger les urgences pour ça). Appelé la veille - vendredi soir - pour un rdv le lendemain matin, obtenu sans difficulté (et pas plus de 2h d'attente sur place). Le médecin que j'ai vu m'a retiré les fils et m'a envoyé passer des examens supplémentaires pour être sûr que tout allait bien : prise de sang, électrocardiogramme, échocardio, scan... Pour la prise de sang, j'avais la possibilité de la faire faire dans la même clinique, par une infirmière qui vient quelques fois par semaine (c'était comme ça aussi dans l'ancienne clinique où j'allais). Pour les autres tests, dans un autre hôpital de mon secteur. Les rendez-vous ont été obtenus rapidement, sauf pour l'échocardio (parce que plus de monde en attente pour ce test), et à chaque fois, résultats obtenus en moyenne 2 semaines plus tard. Et oui, c'est à moi de rappeler si je veux connaitre les résultats. Mais est-ce vraiment une contrainte ? Un coup de fil ne coûte rien, et ça prend 5 mn (gros max) pour avoir l'assistante au bout de la ligne. Si on n'a pas de nouvelles, en général, c'est que les résultats sont bons, qu'il n'y a rien à signaler. Si on veut plus détails, et copie des résultats, c'est possible de les demander à la clinique. Là encore, est-ce une grosse contrainte ? Je fais partie de celles et ceux qui sont rassurés en ayant des écrits qui précisent que tout va bien (pour les prises de sang, pas besoin de se "casser la tête" : si c'est écrit sur le papier que ton taux de cholestérol doit se situer entre tel et tel chiffre, et que Ton chiffre est bien situé dans cette fourchette, bah ce n'est pas sorcier à comprendre... pas besoin de faire des recherches sur internet pendant des heures...) Je vous raconte ça et pourtant, j'ai toujours dit que l'un des principaux points négatifs que je trouve au Québec est le système de santé. J'ai même déjà dit à mes proches que je n'arriverai jamais à m'y faire et que si j'avais un jour une maladie grave, je reviendrais en France me faire soigner ! C'est un peu ridicule, non ? Surtout en constatant que, chaque fois que j'ai à faire à ce fameux système de santé québécois, ça se passe plutôt bien. Alors maintenant, j'arrête de me plaindre et je relativise mes propos. Des fois, on chiale sur le coup de l'émotion, ou parce qu'on est insécure. Ce n'est pas forcément la réalité...
  10. Euh... moi non plus, je ne comprends pas bien tout ce drame au sujet des cartes de crédit. On a un solde à payer chaque mois (enfin, selon l'utilisation qu'on en fait. Certains ont plus l'habitude de payer avec la carte de débit), avant une date déterminée. Suffit juste de payer le solde intégral (de préférence, pour éviter les frais d'intérêt) ou le montant minimum indiqué sur le relevé (si on n'a pas assez de fonds pour régler le solde intégral à la date limite) dans le délai indiqué. Ça se fait en 3 cliques sur internet; paiement immédiat ou à une date choisie. Ce n'est vraiment pas compliqué !
  11. Sujet très intéressant qui me laisse d'avis partagé. D'un côté, je trouve un portrait de vie au Québec hyper négatif (voire exagéré), d'un autre côté, je n'ai pas immigré en famille mais toute seule donc l'organisation multipliée par 4 (5 en comptant soi-même, 6 en comptant le conjoint), connais pas ! Alors je ne me permettrai pas de juger mais je pense que ce n'est pas une question d'être hyper méga préparé ou non, mais plutôt d'organisation et facilité d'adaptation aux us et coutumes locales. Le Québec, le Canada, c'est l'Amérique du Nord alors les français qui débarquent en s'attendant à retrouver un mode de vie à la française sous prétexte qu'on parle français ici aussi, bah déjà ils partent perdants selon moi. Après, je l'ai déjà écrit quelques fois sur ce forum, on est tous différents, on quitte tous notre pays pour des raisons différentes et avec des objectifs différents, alors notre expérience de vie ici sera forcément différente. Faut éviter de se comparer et sauter tout de suite à la gorge de celle ou celui qui a la critique facile sur son pays d'adoption. Cela dit, pour l'organisation, je suis tombée sur un article très intéressant à ce sujet : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/la-charge-mentale-le-syndrome-des-femmes-epuisees-d-avoir-a-penser-a-tout_1906874.html#LHuWKfc38V5vdW29.01 Effectivement, à force de vouloir penser à tout pour que tout soit parfait, je crois qu'on finit par s'oublier soi-même, s'épuiser et percevoir les choses plus noires qu'elles ne le sont réellement. C'est peut-être ça le problème dans ce cas-ci...
  12. Oui, si on aime entendre les voisins piétiner au-dessus de nos têtes (le plancher qui craque, les enfants qui courent, etc...) pourquoi pas ? Personnellement, j'ai toujours préféré les derniers étages mais bon, chacun son truc. Aussi, on n'a pas tous la même sensibilité au bruit. Certains ne peuvent pas dormir ou se réveillent au moindre bruit, d'autres n'arrivent pas à s'endormir s'il n'entendent pas un bruit continu pour les bercer. Je fais partie de la première catégorie et oui, j'ai pu constater que l'isolation est un problème ici, mais n'ayant jamais vécu en appartement avant de vivre au Québec, je ne peux pas vraiment dire si c'est typiquement canadien ou si c'est un problème indissociable de la vie en appartement (je pencherais plutôt pour la 2e hypothèse). En France, j'avais de la famille qui vivait en appartement (immeubles en béton) et on entendait aussi les pas des bourgeoises marchant en talon aiguille au-dessus, la tuyauterie, etc... Je pense effectivement que ça dépend des matériaux utilisés entre les murs, et non du fait que ce soit une construction en béton ou en bois. J'ai acheté un condo l'an dernier, dans un immeuble qui n'est pas fait de béton (sauf une dalle entre chaque étage, mais pas très épaisse je crois) et je trouve que c'est plutôt bien insonorisé, comparé aux autres logements occupés comme locataire. Comme quoi il ne faut pas jurer que par le béton, et qu'il y a moyen de dénicher un petit coin tranquille en ville ? !
  13. Euh... Je ne demandais pas votre opinion sur le fait de voter à gauche ou à droite mais simplement si quelqu'un sait où voter à Montréal. Pour les dernières élections, la primaire de gauche avait bien eu lieu à Montréal donc pourquoi pas cette fois-ci ? Simple question qui devrait pouvoir se passer de réponses superflues. Merci.
  14. Salut, Moi je me questionne sur les primaires; comment se fait-il qu'on se faisait bombarder de courriels pour les primaires de droite, mais qu'on ne reçoit aucune info, aucune instruction sur les primaires de gauche ? Est-ce parce que notre représentant des français de l'étranger est de droite ? Mais alors les français de gauche résidant à l'étranger n'ont pas le droit de s'exprimer aux primaires ? Bonjour l'équité ! J'ai été voir sur le site du consulat, cherché sur internet mais pas trouvé. Si quelqu'un est au courant, merci de m'envoyer le lien.
  15. Salut, J'aurai de la visite familiale dans quelques semaines et en faisant des recherches sur la demande AVE, j'ai découvert que le site : https://www.avecanada.com serait une ARNAQUE et que beaucoup de gens sont tombés dans le panneau. Le seul site officiel pour faire la demande est celui d'Immigration Canada : https://onlineservices-servicesenligne.cic.gc.ca/eta/welcome.do Soyez vigilants ! (j'espère seulement qu'aucun membre de ma famille n'a encore fait la demande, qu'ils n'ont pas utilisé le mauvais lien...)
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines