Aller au contenu
IMPORTANT : Gérez votre adresse de courriel En savoir plus… ×
sebsquare

Immigration avec un enfant autiste

Messages recommandés

Bonjour,

Suite à l'assouplissement des règles concernant l'accueil des personnes handicapées, pensez-vous qu'un dossier avec un enfant autiste puisse être accepté ?

 

Merci pour vos réponses

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si vous ne trouvez pas de témoignages d'une personne avec la même situation, envisager le conseil à un avocat spécialisé en immigration ou de consulter un médecin habilité aux visites médicales par l'immigration du Canada, il y a une liste des praticiens par pays sur cic.gc.ca.

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, jeremyg5y a dit :

le conseil à un avocat spécialisé

😄

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien lire ce document d'immigration Canada, qui a compétence en matière de santé pour toute personne qui présente une demande d'immigration au Canada :

 

La politique d’intérêt public l’emportera sur les conclusions de fardeau excessif

L’agent doit prendre toutes les mesures suivantes :

  • Déterminer si le demandeur peut maintenant être admis au Canada ou s’il présente aussi un danger pour la santé publique ou la sécurité publique.
    • S’il n’y a pas de danger probable pour la santé publique ou la sécurité publique, l’agent doit consigner une note de demande indiquant qu’il a passé outre la conclusion de fardeau excessif en appliquant les dispositions de la politique d’intérêt public.
    • S’il existe un danger potentiel pour la santé publique ou la sécurité publique, l’agent chargé du traitement doit uniquement enclencher la procédure d’équité procédurale relative au danger pour la santé publique ou la sécurité publique et poursuivre le traitement. Ces demandes ne seront pas centralisées à la DMHI-NF. Pour de plus amples renseignements, consulter les instructions concernant l’équité procédurale en cas de danger pour la santé publique et la sécurité publique.

 

Source

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est toujours un investissement judicieux

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 17 minutes, jeremyg5y a dit :

C'est toujours un investissement judicieux

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com
 

C est finalement un préfixe que tu pourrais mettre à chacune des interventions...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C est finalement un préfixe que tu pourrais mettre à chacune des interventions...
Entre les sujets ou situations complexes de certains et ceux qui post des sujets sans même chercher sur le forum s'il en existe déjà un effectivement je fais certain choix.

Envoyé de mon PH-1 en utilisant application mobile Immigrer.com

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par wakista
      Bsr chers frères. SVP j'ai un souci. Si on reçoit une lettre d'équité procédurale qui stipule que vous pourriez constituer un fardeau excessif pour le CANADA et on vous demande de présenter un plan d'atténuation et l'intention de prendre en charge la différence financière, comment on le faire ? Il y a t-il quelqu'un qui en sait quelque chose ? Et si à qui envoyer ce plan?

      Envoyé de mon Infinix X510 en utilisant application mobile Immigrer.com


    • Par tr2017
      Bonsoir,
       
       
      Voila j'ai pu lire que l'herpes simplex comptait comme une maladie eliminatoire aux criteres de selection pour la demande de residence permanente.
       
      Seulement je suis etonne sur plusieurs points :
       
      Deja il s'agirait d'une maladie tres courante et tres contagieuse donc les 3/4 de la population environ serait affectee (du labial) et donc la tres grande majorite serait contaminee sans le savoir (pas de symptomes, pas de lesions...). Donc a partir de ce constat, si je compare cette maladie avec d'autres comme le VIH qui est toujours incurable, je suis etonne du peu d'ouverture concernant cette maladie puisqu'elle n'est pas mortelle ni handicapante (genante et douloureuse oui mais c es tout ; ca ne t'empeche pas de vivre normalement a part si tu as des poussees recurrentes mais ca ne concerne qu'une minorite de cas). Ou encore la tuberculose est contagieuse et une maladie tres grave, ca on peut le comprendre. La syphilis aussi et on comprend pourquoi. Mais l'herpes a part le transmettre en tout connaissance de cause je ne vois pas. (ce qui ne vaut pas que pour l'herpes mais comme empoisonnement tout court).
       
      Ensuite concernant l'herpes genital je ne sais pas si l'herpes simplex englobe les deux. 
       
      Merci desole mais je ne trouve pas de source ifiable et recente a la fois
    • Par immigrer.com
      SPORTS | SOCCER Laurent Ciman prêt à devenir Canadien
      PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 16 H 43 Laurent Ciman et sa conjointe Diana   PHOTO : RADIO-CANADA Laurent Ciman ne l'a jamais caché: s'il a quitté la Belgique et sa vie de joueur de soccer professionnel il y a un peu plus d'un an pour se joindre à l'Impact de Montréal, c'était d'abord et avant tout pour aider sa fille atteinte d'autisme. Nina progresse tellement bien que 14 mois après son arrivée, l'ancien défenseur du Standard de Liège songe à rester au Canada pour toujours.
      Un texte de Jean-Patrick Balleux « Que ce soit la sécurité, l'école ou un avenir pour Nina, la qualité de vie au Québec est très bonne. Pourquoi pas? On envisage. Si les Québécois veulent bien de nous », a confié Ciman à Radio-Canada Sports dans le cadre d'une entrevue liée au mois de l'autisme, avril. Le match Impact-Crew de samedi sera d'ailleurs dédié à la maladie.
      Le joueur belge a le soutien de sa conjointe dans ce projet. « Si on veut bien de nous (au Québec), nous on ne demande que ça. On se sent bien, voir nos enfants grandir ici, c'est vraiment fantastique », a indiqué Diana Ciman qui a mis sa carrière en biologie médicale pour prendre soin de Nina, 6 ans, et d'Achille, 2 ans.
      « C'est clair que quand tu l'apprends (que ton enfant est autiste), la première chose est que le monde autour de toi s'effondre. Après, tu relativises, tu essaies de penser le mieux pour ta famille et pour ta fille », croit le no 23 de l'Impact.
      À lire aussi : Les retrouvailles entre l'Impact et le Crew
      Renaissance sportive et familiale
      Laurent, Nina et Diana Ciman   PHOTO : RADIO-CANADA Il faut dire que depuis l'arrivée des Ciman au Québec, ils vivent une renaissance. Sur le plan sportif, le joueur de 30 ans a été élu défenseur de l'année en MLS à sa première saison avec l'Impact en 2015. Il a d'ailleurs conclu une prolongation de contrat avec le club jusqu'en 2018. 
      Quant à Nina, elle a fait plus de progrès en un an à Montréal qu'en 5 ans en Belgique. Elle fréquente une école le matin et reçoit des traitements d'ergothérapie en après-midi à la maison. Des services privés estimés à 4000 $ par mois.
      « Parler, se faire comprendre, pointer, elle ne regardait pas dans les yeux, elle ne communiquait pas, manger toute seule... Elle ne faisait rien de tout ça avant (d'arriver à Montréal) », dit Laurent Ciman.
      « Elle n'était pas autonome pour s'habiller, se déshabiller, aller aux toilettes. Aujourd'hui, je ne dis pas qu'elle est totalement autonome, mais elle commence à le devenir. Elle est plus en relations, elle développe ses habiletés sociales », renchérit Diana. 
      « Il y a un fossé qui sépare le Québec et la Belgique en ce qui concerne l'autisme et les handicaps. Ici, il y a des professionnels formés, les services sont disponibles aussi bien en public qu'en privé, la scolarité... Tout est mis en place ici. En Belgique, tout est encore à faire », ajoute-t-elle.
      « Rapidement, il y a eu une entente entre parents et praticiens sans entrer dans les conflits de rivalité, des positions rigides qui faisaient que tout était bloqué. Je crois aussi que les pédagogues ont fait de gros efforts pour assimiler les enfants qui le pouvaient dans des classes ordinaires », estime Michel Lemay, un pédopsychiatre retraité qui a traité 600 enfants à l'hôpital Ste-Justine.
      suite et source: http://ici.radio-canada.ca/sports/soccer/2016/04/07/002-ciman-impact-standard-nina-mls-belgique.shtml
    • Par immigrer.com
      Le défenseur de l'impact de Montréal, Laurent Ciman, a la chance que d'autres n'ont pas, de pouvoir bouger avec ce diagnostique. Sachez que les candidats à l'immigration ayant un enfant autiste ne peuvent pas immigrer au Canada. 
    • Par soufiane1979
      Bonjour,
      je voudrais savoir si mon enfant autiste risque d’entraîner un fardeau excessif pour les services sociaux (immigration travailleur qualifie Quebec) quels sont les services qui ne seront pas gratuits à la signature de la déclaration de capacité de l'intention dés notre installation au Quebec tel que : 1- services éducations spécialisée à l'école. si le cas; veuillez ,m'informer le coût de ces services ou bien m'orienter ou je trouve l'information salutations
    • Par Laurent
      Avril est le mois de l'Autisme.

      Je participe au Défi caritatif 2015 de Montréal

      Le dimanche 26 avril 2015, je vais courir pour amasser des fonds pour la Fondation À pas de Géant, le seul établissement d'enseignement thérapeutique au Québec qui s'adresse exclusivement aux enfants autistes.
      Vous pouvez m'encourager et supporter l'organisme en me commanditant
      Merci!

      http://goo.gl/Eh456C


    • Par piwi
      Bonjour à toutes et à tous,

      Cela fait un petit moment que j’avais envie de poster ce fil, et puis voilà je me lance à cœur ouvert.

      Il n’y a pas un jour ou j’ouvre ce forum et que je vois des fils de part et d’autres de provocation de mépris, avec souvent des propos à la limite du racisme, de l’intolérance, et de la haine.

      J’ai moi-même participé à des échanges musclés avec certaines personnes, et des fois je l’avoue mes écrits ont dépassé ma pensée en termes de respect, ce qui ne fait pas de moi quelqu’un de mauvais tout autant que les personnes avec qui j’échangeais.

      Je suis parti de France, pour des raisons qui me sont personnelles en 2009 avec ma famille, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs, nous avons préparé notre immigration pendant 3 ans et sommes arrivés avec 400% de motivation me concernant, au Québec, ma femme avait un peu plus de crainte car c’est une maman soucieuse du bien être de sa famille, alors l’imprévu fait toujours peur.

      Nous sommes venus avec l’intention de rester, de nous intégrer, et de partager des valeurs que nous trouvons plus en accord avec notre façon de penser, de vivre, l’esprit nord-américain, a commencé à faire son travail sur notre façon de voir les choses, de les aborder, de les résoudre aussi, mais pas seulement, nous avons trouvé aussi une paix que nous avions cru disparu de notre vie, prendre une marche avec le chien en famille, partir en vélo maison ouverte, rencontrer des gens et se saluer respectueusement, respirer, souffler, vivre et laisser vivre…..

      Comme toute personne qui immigre, nous avons eu notre lot de problème, notre lot de mésaventure, certaines par la fatalité de la vie, d’autres par manque de connaissance, mais sur cette route jonchée d’obstacles nous avons rencontré des gens d’une extrême gentillesse, d’une grande dévotion, je ne veux m’étaler sur certains aspects de ma vie, mais mon fils est atteint d’un handicap assez sévère (fonctionnel), depuis maintenant presque 4 ans, il est pris en charge par un organisme de rééducation et grâce aux efforts consentis on peut dire aujourd’hui qu’il y a une nette amélioration de son état, tout le système s’est mis en place autour de nous. Quand il est rentré en maternelle, nous avons réussi à mettre en place un programme pour que sa thérapie continu avec la directrice, elle-même ayant un enfant autiste dans son cas.
      Le Québec est en avance de plus de 20 ans pour certains troubles du développement par rapport à la France, et une amie Française me l’a confirmé il y a bien longtemps, mais ce qui est le plus flagrant ici, c’est l’approche qu’on les gens en général sur les personnes ayant un handicap, le jugement positif qui permet une guérison plus facile pour l’enfant et pour les parents bien sûr.

      Depuis que nous sommes ici, nous avons retrouvé une certaine dignité, une certaine fierté de faire partie d’un grand pays, d’une province fière de son héritage linguistique, culturel, et historique, et je viens dire aux Québécoises et Québécois que nous sommes respectueux de vos valeurs, de vos coutumes, de votre culture, de votre façon de penser, que nous ne voulons rien changer, rien imposer, je suis admiratif du combat que vous menez pour conserver votre langue, votre histoire, votre place au sein de ce pays.
      Je peux même dire que vous êtes plus fier que nous de votre langue, quand on voit le peu de personne en France qui se battent pour conserver notre histoire, notre culture, notre identité et j’en passe, comment ne pas être touché par votre combat et votre volonté d’exister, de vivre, et d’être respectés.

      Il y a un volet dont je voulais parler, c’est celui de notre passé qui prend encore tant de place aujourd’hui dans nos relations.

      On m’a déjà reproché dans des discussions d’avoir laissé tomber les Québécois dans le passé, sur le moment je me suis demandé ce que l’on voulait dire par là, et je me suis rendu compte que cet abandon était directement relié aux agissements des rois de l’époque qui n’ont pas cru en l’Amérique ce territoire peuplé de sauvages comme on le disait à l’époque.

      Cette époque remonte à plus de 400 ans, époque on s’entend ou nous n’étions pas là, une époque que nous avons apprise dans les livres d’histoire, dans les récits, et je sais que cette partie de votre histoire vous tient énormément à cœur, je sais aussi que les agissements du roi de l’époque ne sont pas glorieux, car il a abandonné ces sujets à leur propre destin, un destin pénible et douloureux.

      Mais aujourd’hui, sommes-nous ces gens de l’époque ?

      Ne serait-il pas enfin le temps de faire la paix, de passer d’un amour/haine, à un amour tout court, de voir nos qualités plutôt que nos défauts, de mettre ensemble nos forces pour combattre nos faiblesses, de faire de nos accents un accent d’unité, de faire de nos différences une cohésion identitaire commune, je vous le demande, pouvons-nous être amis, voire même être les membres d’une même famille, sans se juger, sans se stigmatiser, sans s’offenser, sans se détester, sans se haïr, sans se provoquer, pouvons-nous être amis, plutôt qu’ennemi, parce qu’aussi non à quoi rime toute cette existence, tout ce chemin parcouru ensemble, cela nous mène où?

      Je suis fatigué de lire des fils de provocation à longueur de journée, attaque et contre-attaque, ou chacun se sent obligé de défendre son terrain, sa cour, sa fierté, son égo, fatigué de ne plus comprendre où nous allons, ou nous dérivons, fatigué de voir que ce que l’on m’a inculqué ne vaut rien, respect, tolérance, pardon, politesse, amour de son prochain….

      Je dis merci à tous ceux qui m’ont tendu la main sur ma route, merci à tous ceux qui ont bien voulu m’écouter, merci à tous ceux qui m’apprécie et me respecte comme je les respecte aussi, merci à toutes les Québécoises et Québécois qui me laissent croire qu’un monde meilleur existe encore……

      Piwi.
    • Par immigrer.com
      RÉFUGIÉS HONGROIS
      AGENCE QMI

      Publié le: mardi 24 septembre 2013, 21H40 | Mise à jour: mardi 24 septembre 2013, 21H57
      PHOTO CAPTURE D'ÉCRAN / LCN

      Une famille de réfugiés hongrois, dont un garçon gravement malade, pourrait être renvoyée dans son pays dès cette semaine, même si lenfant risque de mourir, selon son médecin.
      «Je pense que c'est très risqué que cet enfant­là soit dans un avion et qu'il retourne en Hongrie», a commenté la Dre Louise Auger, pédiatre de l'Hôpital de Montréal pour enfants.

      Pourtant, c'est exactement ce que le Canada s'apprête à faire, car la demande d'asile des Gasparek a été refusée et la famille, qui a reçu un avis de déportation, est convoquée jeudi.

      Un médecin de Citoyenneté et Immigration Canada a déjà donné son accord pour le renvoi, sans même examiner le garçon.
      «Je ne peux pas comprendre comment quelqu'un peut prendre une décision éclairée sans avoir parlé aux spécialistes qui prennent soin de l'enfant», a ajouté Dre Auger.

      Syndrome rare Gergely serait atteint d'un syndrome rare, selon les tests effectués à l'Hôpital de Montréal pour enfants.
      «Il a besoin d'oxygène et, aussi, il hyperventile souvent. Il respire très vite, puis il arrête de respirer. C'est ça qui est très dangereux», a expliqué la pédiatre du jeune garçon.

      L'avocate de la famille a présenté une demande de résidence permanente pour des raisons humanitaires.
      «Je trouve ça terrible, a dit Szilwia Gasparekni, la maman de Gergely. Nous sommes venus ici dans l'espoir de trouver refuge.»
      Le Nouveau Parti démocratique demande au gouvernement de retarder le renvoi, au moins jusqu'à ce que l'état de santé de Gergely se soit amélioré.

      «Les conservateurs sont tellement concentrés sur l'aspect économique de l'immigration qu'ils ont complètement mis de côté l'aspect humanitaire», a déploré la députée du NPD et porte­parole en matière d'immigration,
      Les appels de la famille au ministre de Citoyenneté et Immigration, Chris Alexander, étaient restés sans réponse, mardi.

    • Par Laurent
      source : http://blogs.lexpress.fr/the-autist/2013/02/08/autisme-sexiler-au-quebec-pour-donner-une-chance-a-son-enfant/

    • Par espoir3
      Bonjour,

      Nous sommes 2 cadres mariés avec 2 enfants ,1 er est scolarisé et le 2ème 2 ans et demi a des difficultés de language, d'après les diagnostics il a des troubles envahissant du développement, léger.

      Je suis effarée par les prises en charge que l'on me propose ici en france, les parents sont livrés à eux-même, les instituts sont incompétents et les délais sont vachement lonnnnnng !!!! et le libéral c'est ramasser le maximum du pognon sur le dos des parents en détresse, sans guidance parentale

      J'ai eu des expériences amères; en resumé, je voudrais partir ailleurs dans l'espoir d'offrir à mon fils une meilleure prise en charge, en liberal, peut importe le prix, car au Canada il sont plus avancés dans le domaine.

      Bon ma crainte est le refus face à l'handicap de mon fils, est-ce que des parents avec un enfant handicapé ont pu s'y installer, comment ça se passe la visite médicale ici à l'ambassade ??? ? et une fois qu'on est sur le sol canadien ?

      Par avance je vous remercie de votre aide.

      une maman désesperée!!!!
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles