Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'handicap'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Démarches et vie pratique
    • Québec
    • Canada
    • Bilans et tranches de vie
    • Médecins, infirmières et pharmaciens
    • PVT
    • Retour dans son pays
    • Voyager, Visiter, Tourisme et prospection au Québec et au Canada
    • Lounge
    • Études et stages
    • Salle d'attente - échanges de dates
    • Parrainages et Mariages
    • USA : Tourisme et immigration - Vie aux États-Unis
  • Emploi (Ressources, outils, bons plans)
    • Offres d'emploi
    • Chiffres et études sur le marché de l'emploi
    • Routier au Canada (camionneur)
    • Votre profession
    • Ordres professionnels (Bons plans)
    • Techniques de recherche d'emploi
    • Votre entreprise (avis et postes disponibles)
    • Reconversion ou formation continue
  • Kiosques des spécialistes
    • TransferMate (virements internationaux)
    • Assurance PVT / Études / Stages
  • Sorties, loisirs et rencontres
    • Nouveaux, présentez-vous
    • Sorties
  • Affaires / Immobilier - Investissement
    • Acheter, vendre ou créer une entreprise ou un commerce
    • Immobilier résidentiel
  • Documents outils et ressources
    • Obtenir la citoyenneté
    • Formulaires
    • Taux de change et conversion des mesures
    • Calculateur des frais d'immigration et de subsistance
  • Petites annonces
    • Mobilier et matériel
    • Véhicules à vendre
    • Appartements et maisons à louer
    • Appartements et maisons à vendre
    • Immobilier commercial
    • Colocation
  • Aide et organisation du site
    • Boite à idées
    • Support technique
  • Lina's Lorsque limmigration canada vous demande le certificat de police pour votre mari en haiti est ce quil doit le deposer au canada ou a l'ambassade canada en haiti?
  • Exemple de courrier pour le MIDI / Fédéral's Documents

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Gender


Date d'arrivée


Année de naissance


Profession


Préoccupation


Pays d'origine


Pays de résidence


City


Skype


Facebook


Website URL


ICQ

Found 5 results

  1. Assouplissement potentiel des règles Vers l'accueil d'immigrants handicapés et malades? Agence QMI | Publié le 22 novembre 2017 à 21:03 - Mis à jour le 22 novembre 2017 à 21:1 Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Ahmed Hussen, a ouvert la porte mercredi à un assouplissement des règles entourant l'immigration de personnes handicapées ou malades. Selon la réglementation en vigueur, une personne ne peut immigrer au Canada si son état de santé peut engendrer des coûts annuels plus élevés que le prix moyen pour soigner les Canadiens, soit 6655 $ par personne par année. «Ce règlement doit changer. Il ne correspond tout simplement pas à nos politiques gouvernementales en matière d'accessibilité, mais aussi à l'opinion grandissante des Canadiens selon laquelle nous devrions avoir une société inclusive», a fait valoir le ministre Hussen devant le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration. Les détracteurs des règlements actuellement en place font valoir que la loi est injuste. Amalia Loyzaga, du Centre d'action des aidants naturels de Toronto, a fait valoir au «Toronto Star» que 150 aidants naturels étrangers se sont fait refuser leur résidence permanente en 2014 parce qu'ils ont un enfant nécessitant des soins médicaux. «C'est clair que cette loi est discriminatoire contre les personnes handicapées. [...] Nous ne pouvons plus attendre. Nous devons obtenir une abrogation immédiate de ce régime médical discriminatoire», a-t-elle dénoncé. suite et source: http://www.tvanouvelles.ca/2017/11/22/vers-laccueil-dimmigrants-handicapes-et-malades-1
  2. Bonjour, je m’appelle Xavier, j'ai 35 ans et je suis de Nantes. J'aurais en projet de partir au canada ou au Quebec pour travailler et m'expatrier, j'ai commencé certaines démarches, simplement j'ai fais un cv en anglais et un autre en français. Je chercherai des associations, centres, sites internet ou autres à qui je pourrais envoyer mon CV pour savoir si la forme ou les approches sont suffisantes ou intéressantes (aussi bien sur le fond que sur la forme) pour le canada ou le Quebec. Je l'ai terminé à l'aide des livres d'instruction de cv internationaux, mais j'aurais voulu avoir un avis direct de personnes qui vivent dans le pays. Je cherche dans le domaine de l'animation et du social auprès des personnes handicapées. La petite spécificité est que je n'ai pas de diplôme dans cela mais simplement 10 ans d'expériences actives J'espère que vous pourrez m'aider. Cordialement Xavier
  3. Zone Yukon Abandonner ou emmener leur bébé ? Des immigrants du Yukon doivent choisir Mise à jour le lundi 23 février 2015 à 11 h 26 HNE Jonathan Rojas, âgé de trois ans. Photo : Sergio Rojas Sommé de quitter le Canada d'ici au 4 mars, un couple d'immigrants de Whitehorse fait face à un dilemme inimaginable : emmener leur plus jeune fils avec eux ou le laisser seul. Né au Yukon et de fait canadien, le petit Jonathan, trois ans, souffre d'une malformation crânienne grave. Ses parents et médecins affirment que le jeune garçon ne recevra pas les soins médicaux adaptés à sa pathologie si ses parents retournent en Amérique centrale. Sergio Rojas, le père, et Linda Martinez, la mère, sont respectivement originaires du Mexique et du Nicaragua mais vivaient au Canada depuis sept ans. Leur fils aîné, né à l'étranger, ne détient pas la nationalité canadienne. Le couple s'est vu refuser une demande de résidence permanente sur des critères humanitaires. Immigration Canada a proposé aux parents de laisser, s'ils le souhaitent, Jonathan au Canada pour qu'il puisse être soigné correctement. « L'immigration m'a appelé et m'a dit : 'vous avez deux choix : l'emmener ou le laisser' »— Sergio Rojas, père de Jonathan Jonathan Rojas entouré de sa mère et de son grand frère. Photo : Sergio Rojas Une situation inextricable pour Sergio Rojas. « Ce n'est pas un choix pour nous... On ne peut pas laisser un membre de notre famille seul », a-t-il déclaré à CBC, les yeux rougis par les larmes. « Il est dans un programme spécial huit heures par jour, les pédiatres m'ont conseillé de ne pas déménager », ajoute-t-il. Le député fédéral conservateur du Yukon, Ryan Leef a rencontré la famille deux fois en fin de semaine pour tenter de trouver une solution à cette situation. Il affirme que la famille avait déjà pris contact avec lui en septembre dernier. Ryan Leef doit rencontrer le ministre de l'Immigration Chris Alexander pour plaider la cause de la famille. « Ce cas ne fait aucun doute dans mon esprit : s'il y a un moment pour se mobiliser pour une famille, une famille du Yukon, c'est maintenant », a déclaré l'élu qui compte bien faire annuler la décision d'Immigration Canada au plus vite. source et suite: http://ici.radio-canada.ca/regions/colombie-britannique/2015/02/23/004-yukon-immigration-famille-rojas-jonathan-canada.shtml
  4. Bonjour à toutes et à tous, Cela fait un petit moment que j’avais envie de poster ce fil, et puis voilà je me lance à cœur ouvert. Il n’y a pas un jour ou j’ouvre ce forum et que je vois des fils de part et d’autres de provocation de mépris, avec souvent des propos à la limite du racisme, de l’intolérance, et de la haine. J’ai moi-même participé à des échanges musclés avec certaines personnes, et des fois je l’avoue mes écrits ont dépassé ma pensée en termes de respect, ce qui ne fait pas de moi quelqu’un de mauvais tout autant que les personnes avec qui j’échangeais. Je suis parti de France, pour des raisons qui me sont personnelles en 2009 avec ma famille, comme la plupart d’entre nous d’ailleurs, nous avons préparé notre immigration pendant 3 ans et sommes arrivés avec 400% de motivation me concernant, au Québec, ma femme avait un peu plus de crainte car c’est une maman soucieuse du bien être de sa famille, alors l’imprévu fait toujours peur. Nous sommes venus avec l’intention de rester, de nous intégrer, et de partager des valeurs que nous trouvons plus en accord avec notre façon de penser, de vivre, l’esprit nord-américain, a commencé à faire son travail sur notre façon de voir les choses, de les aborder, de les résoudre aussi, mais pas seulement, nous avons trouvé aussi une paix que nous avions cru disparu de notre vie, prendre une marche avec le chien en famille, partir en vélo maison ouverte, rencontrer des gens et se saluer respectueusement, respirer, souffler, vivre et laisser vivre….. Comme toute personne qui immigre, nous avons eu notre lot de problème, notre lot de mésaventure, certaines par la fatalité de la vie, d’autres par manque de connaissance, mais sur cette route jonchée d’obstacles nous avons rencontré des gens d’une extrême gentillesse, d’une grande dévotion, je ne veux m’étaler sur certains aspects de ma vie, mais mon fils est atteint d’un handicap assez sévère (fonctionnel), depuis maintenant presque 4 ans, il est pris en charge par un organisme de rééducation et grâce aux efforts consentis on peut dire aujourd’hui qu’il y a une nette amélioration de son état, tout le système s’est mis en place autour de nous. Quand il est rentré en maternelle, nous avons réussi à mettre en place un programme pour que sa thérapie continu avec la directrice, elle-même ayant un enfant autiste dans son cas. Le Québec est en avance de plus de 20 ans pour certains troubles du développement par rapport à la France, et une amie Française me l’a confirmé il y a bien longtemps, mais ce qui est le plus flagrant ici, c’est l’approche qu’on les gens en général sur les personnes ayant un handicap, le jugement positif qui permet une guérison plus facile pour l’enfant et pour les parents bien sûr. Depuis que nous sommes ici, nous avons retrouvé une certaine dignité, une certaine fierté de faire partie d’un grand pays, d’une province fière de son héritage linguistique, culturel, et historique, et je viens dire aux Québécoises et Québécois que nous sommes respectueux de vos valeurs, de vos coutumes, de votre culture, de votre façon de penser, que nous ne voulons rien changer, rien imposer, je suis admiratif du combat que vous menez pour conserver votre langue, votre histoire, votre place au sein de ce pays. Je peux même dire que vous êtes plus fier que nous de votre langue, quand on voit le peu de personne en France qui se battent pour conserver notre histoire, notre culture, notre identité et j’en passe, comment ne pas être touché par votre combat et votre volonté d’exister, de vivre, et d’être respectés. Il y a un volet dont je voulais parler, c’est celui de notre passé qui prend encore tant de place aujourd’hui dans nos relations. On m’a déjà reproché dans des discussions d’avoir laissé tomber les Québécois dans le passé, sur le moment je me suis demandé ce que l’on voulait dire par là, et je me suis rendu compte que cet abandon était directement relié aux agissements des rois de l’époque qui n’ont pas cru en l’Amérique ce territoire peuplé de sauvages comme on le disait à l’époque. Cette époque remonte à plus de 400 ans, époque on s’entend ou nous n’étions pas là, une époque que nous avons apprise dans les livres d’histoire, dans les récits, et je sais que cette partie de votre histoire vous tient énormément à cœur, je sais aussi que les agissements du roi de l’époque ne sont pas glorieux, car il a abandonné ces sujets à leur propre destin, un destin pénible et douloureux. Mais aujourd’hui, sommes-nous ces gens de l’époque ? Ne serait-il pas enfin le temps de faire la paix, de passer d’un amour/haine, à un amour tout court, de voir nos qualités plutôt que nos défauts, de mettre ensemble nos forces pour combattre nos faiblesses, de faire de nos accents un accent d’unité, de faire de nos différences une cohésion identitaire commune, je vous le demande, pouvons-nous être amis, voire même être les membres d’une même famille, sans se juger, sans se stigmatiser, sans s’offenser, sans se détester, sans se haïr, sans se provoquer, pouvons-nous être amis, plutôt qu’ennemi, parce qu’aussi non à quoi rime toute cette existence, tout ce chemin parcouru ensemble, cela nous mène où? Je suis fatigué de lire des fils de provocation à longueur de journée, attaque et contre-attaque, ou chacun se sent obligé de défendre son terrain, sa cour, sa fierté, son égo, fatigué de ne plus comprendre où nous allons, ou nous dérivons, fatigué de voir que ce que l’on m’a inculqué ne vaut rien, respect, tolérance, pardon, politesse, amour de son prochain…. Je dis merci à tous ceux qui m’ont tendu la main sur ma route, merci à tous ceux qui ont bien voulu m’écouter, merci à tous ceux qui m’apprécie et me respecte comme je les respecte aussi, merci à toutes les Québécoises et Québécois qui me laissent croire qu’un monde meilleur existe encore…… Piwi.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines