Jump to content

Le plus beau cadeau de Noel, 3 ans et demi après notre arrivée


chichi73
 Share

Recommended Posts

Il y a bien longtemps que je n'ai pas posté mais je voulais partager la bonne nouvelle et dire à beaucoup d'entre vous de garder espoir.
Après 3 ans et demi au Québec, notre résidence permanente a été acceptée le 23 décembre 🤩 Une page se ferme, une nouvelle s'ouvre !! Fini l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, fini les contraintes du permis de travail fermé pour mon conjoint, fini l'incertitude et la peur de devoir rentrer en France sans en avoir fait le choix.

 

Désormais, mon conjoint va pouvoir choisir son ou ses employeurs plus librement, même si nous nous sommes toujours débrouillés sans et que nous n'attendons pas après ça il pourra percevoir le chômage (il est paysagiste, autant dire qu'il y a quelques semaines creuses dans l'année), il pourra même monter son entreprise !

Nos enfants (16 ans) vont avoir un NAS et vont pouvoir travailler (je vais faire quelques économies 😉) et surtout fin d'année prochaine ils pourrons s'inscrire au CEGEP sans que l'on ait à passer par la case paperasse. Ouf ! Non pas que ça me gêne, j'ai pris l'habitude, mais il faut avouer que depuis 4 ans, on en a rempli des tonnes de papier ou de dossiers en ligne.

En 4 ans, l'immigration nous a couté +/- 10 000$ et des heures à monter les dossiers, à chercher les documents (au fond des cartons, à commander auprès de l'administration Française, à faire signer chez le notaire, ...), à s'assurer qu'on remplit comme il faut et que l'on n'oublie rien sans compter la fameuse visite médicale.

Je ne chiale pas sur le long processus, c'est long mais c'est comme ça. Ça laisse le temps de s'assurer que l'on souhaite rester. Nous avions des "amis" qui sont arrivés en même temps que nous et qui n'ont cessé de critiquer le Québec (les gens sont hypocrites, la bouffe est dégueulasse même le MacDo est dégueu, les jobs sont plates, l'école est nulle, ... et j'en passe). Force est de constater qu'un processus d'immigration n'est pas facile et ne convient pas à tout le monde. Il faut renoncer à ses certitudes. Alors 3 ans et demi pour obtenir la résidence permanente ne me parait pas si délirant même si j'avoue que ces 3 années ont été stressantes, encore plus à cause de la Covid qui nous a empêché de voir nos proches.

Le plus beau dans tout ça ? Nos enfants ne veulent pas retourner en France sauf pour les vacances. Ils sont bien ici. Ils aiment le système scolaire. Ils ont des amis et groupes de copains. Ils font des activités. Ils trouvent la vie plus simple, moins stressante et ont des projets. Ici, personne à l’école ne leur a dit que tel projet d’étude était impossible. Au contraire ! Notre fille qui veut faire médecine est accompagnée pour réussir son secondaire et pouvoir atteindre son objectif. J’avoue que nous avons fait le choix d’inscrire nos enfants au privé (nous voulions favoriser leur intégration dans une structure à taille humaine avec un accompagnement de proximité mais ce choix à un coût non négligeable). Peut-être que la bienveillance est moins marquée au public.
La seule chose qui leur manque c’est la famille et les amis français. C’est un sacrifice auquel il faut se préparer avant d’immigrer.

 

La 1ere année est celle de la Lune de miel : on découvre, on s’émerveille des paysages, des saisons, on passe notre temps à partager des photos ou des tranches de vie.
La 2eme année est plus difficile : les économies s’amenuisent, les proches manquent, on ne retrouve pas certaines de nos anciennes habitudes qui ont rythmées nos vies d’avant.
La 3eme année aura été celle de la socialisation et de l’enracinement.

 

Notre aventure se passe merveilleusement bien, peut-être parce que nous avons fait profil bas dès notre arrivée et que nous ne nous étions pas mis la barre trop haute.
Nous avions conscience qu’en arrivant ici, il nous fallait repartir à zéro. A notre arrivée, nous avons reculé niveau salaire et les deux premières années ont été difficiles financièrement. Nos jobs étaient plaisants mais « junior ». Nous avons mis nos poings dans nos poches et avons regardé vers l’avenir. Aujourd’hui, nous sommes heureux à la job (mon conjoint a la carte de la CCQ et je viens d’avoir une promotion comme Directrice adjointe dans un grand groupe financier alors que j’y suis entrée comme technicienne) et avons presque doublé nos salaires. Nous avons acheté notre maison. Nous nous sommes fait des amis français ET québécois. Nos enfants viennent de passer une étape importante en  validant leur permis probatoire.

La vie n’est pas plus verte au Québec mais il vous sera possible d’y mettre de la couleur.

La prochaine étape pour nous sera la demande de citoyenneté dans 3 ans 🇨🇦

Edited by chichi73
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, chichi73 a dit :

Il y a bien longtemps que je n'ai pas posté mais je voulais partager la bonne nouvelle et dire à beaucoup d'entre vous de garder espoir.
Après 3 ans et demi au Québec, notre résidence permanente a été acceptée le 23 décembre 🤩 Une page se ferme, une nouvelle s'ouvre !! Fini l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, fini les contraintes du permis de travail fermé pour mon conjoint, fini l'incertitude et la peur de devoir rentrer en France sans en avoir fait le choix.

 

Désormais, mon conjoint va pouvoir choisir son ou ses employeurs plus librement, même si nous nous sommes toujours débrouillés sans et que nous n'attendons pas après ça il pourra percevoir le chômage (il est paysagiste, autant dire qu'il y a quelques semaines creuses dans l'année), il pourra même monter son entreprise !

Nos enfants (16 ans) vont avoir un NAS et vont pouvoir travailler (je vais faire quelques économies 😉) et surtout fin d'année prochaine ils pourrons s'inscrire au CEGEP sans que l'on ait à passer par la case paperasse. Ouf ! Non pas que ça me gêne, j'ai pris l'habitude, mais il faut avouer que depuis 4 ans, on en a rempli des tonnes de papier ou de dossiers en ligne.

En 4 ans, l'immigration nous a couté +/- 10 000$ et des heures à monter les dossiers, à chercher les documents (au fond des cartons, à commander auprès de l'administration Française, à faire signer chez le notaire, ...), à s'assurer qu'on remplit comme il faut et que l'on n'oublie rien sans compter la fameuse visite médicale.

Je ne chiale pas sur le long processus, c'est long mais c'est comme ça. Ça laisse le temps de s'assurer que l'on souhaite rester. Nous avions des "amis" qui sont arrivés en même temps que nous et qui n'ont cessé de critiquer le Québec (les gens sont hypocrites, la bouffe est dégueulasse même le MacDo est dégueu, les jobs sont plates, l'école est nulle, ... et j'en passe). Force est de constater qu'un processus d'immigration n'est pas facile et ne convient pas à tout le monde. Il faut renoncer à ses certitudes. Alors 3 ans et demi pour obtenir la résidence permanente ne me parait pas si délirant même si j'avoue que ces 3 années ont été stressantes, encore plus à cause de la Covid qui nous a empêché de voir nos proches.

Le plus beau dans tout ça ? Nos enfants ne veulent pas retourner en France sauf pour les vacances. Ils sont bien ici. Ils aiment le système scolaire. Ils ont des amis et groupes de copains. Ils font des activités. Ils trouvent la vie plus simple, moins stressante et ont des projets. Ici, personne à l’école ne leur a dit que tel projet d’étude était impossible. Au contraire ! Notre fille qui veut faire médecine est accompagnée pour réussir son secondaire et pouvoir atteindre son objectif. J’avoue que nous avons fait le choix d’inscrire nos enfants au privé (nous voulions favoriser leur intégration dans une structure à taille humaine avec un accompagnement de proximité mais ce choix à un coût non négligeable). Peut-être que la bienveillance est moins marquée au public.
La seule chose qui leur manque c’est la famille et les amis français. C’est un sacrifice auquel il faut se préparer avant d’immigrer.

 

La 1ere année est celle de la Lune de miel : on découvre, on s’émerveille des paysages, des saisons, on passe notre temps à partager des photos ou des tranches de vie.
La 2eme année est plus difficile : les économies s’amenuisent, les proches manquent, on ne retrouve pas certaines de nos anciennes habitudes qui ont rythmées nos vies d’avant.
La 3eme année aura été celle de la socialisation et de l’enracinement.

 

Notre aventure se passe merveilleusement bien, peut-être parce que nous avons fait profil bas dès notre arrivée et que nous ne nous étions pas mis la barre trop haute.
Nous avions conscience qu’en arrivant ici, il nous fallait repartir à zéro. A notre arrivée, nous avons reculé niveau salaire et les deux premières années ont été difficiles financièrement. Nos jobs étaient plaisants mais « junior ». Nous avons mis nos poings dans nos poches et avons regardé vers l’avenir. Aujourd’hui, nous sommes heureux à la job (mon conjoint a la carte de la CCQ et je viens d’avoir une promotion comme Directrice adjointe dans un grand groupe financier alors que j’y suis entrée comme technicienne) et avons presque doublé nos salaires. Nous avons acheté notre maison. Nous nous sommes fait des amis français ET québécois. Nos enfants viennent de passer une étape importante en  validant leur permis probatoire.

La vie n’est pas plus verte au Québec mais il vous sera possible d’y mettre de la couleur.

La prochaine étape pour nous sera la demande de citoyenneté dans 3 ans 🇨🇦

Magnifique témoignage ! Bravo pour votre ténacité et pour ce beau récit optimiste. 

L'année 2022 s'ouvre sur un nouveau chapitre qui s'annonce plein de belles couleurs pour vous. Continuez de prendre le meilleur !

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a bien longtemps que je n'ai pas posté mais je voulais partager la bonne nouvelle et dire à beaucoup d'entre vous de garder espoir.
Après 3 ans et demi au Québec, notre résidence permanente a été acceptée le 23 décembre  Une page se ferme, une nouvelle s'ouvre !! Fini l'épée de Damoclès au-dessus de nos têtes, fini les contraintes du permis de travail fermé pour mon conjoint, fini l'incertitude et la peur de devoir rentrer en France sans en avoir fait le choix.
 
Désormais, mon conjoint va pouvoir choisir son ou ses employeurs plus librement, même si nous nous sommes toujours débrouillés sans et que nous n'attendons pas après ça il pourra percevoir le chômage (il est paysagiste, autant dire qu'il y a quelques semaines creuses dans l'année), il pourra même monter son entreprise !
Nos enfants (16 ans) vont avoir un NAS et vont pouvoir travailler (je vais faire quelques économies ) et surtout fin d'année prochaine ils pourrons s'inscrire au CEGEP sans que l'on ait à passer par la case paperasse. Ouf ! Non pas que ça me gêne, j'ai pris l'habitude, mais il faut avouer que depuis 4 ans, on en a rempli des tonnes de papier ou de dossiers en ligne.
En 4 ans, l'immigration nous a couté +/- 10 000$ et des heures à monter les dossiers, à chercher les documents (au fond des cartons, à commander auprès de l'administration Française, à faire signer chez le notaire, ...), à s'assurer qu'on remplit comme il faut et que l'on n'oublie rien sans compter la fameuse visite médicale.
Je ne chiale pas sur le long processus, c'est long mais c'est comme ça. Ça laisse le temps de s'assurer que l'on souhaite rester. Nous avions des "amis" qui sont arrivés en même temps que nous et qui n'ont cessé de critiquer le Québec (les gens sont hypocrites, la bouffe est dégueulasse même le MacDo est dégueu, les jobs sont plates, l'école est nulle, ... et j'en passe). Force est de constater qu'un processus d'immigration n'est pas facile et ne convient pas à tout le monde. Il faut renoncer à ses certitudes. Alors 3 ans et demi pour obtenir la résidence permanente ne me parait pas si délirant même si j'avoue que ces 3 années ont été stressantes, encore plus à cause de la Covid qui nous a empêché de voir nos proches.

Le plus beau dans tout ça ? Nos enfants ne veulent pas retourner en France sauf pour les vacances. Ils sont bien ici. Ils aiment le système scolaire. Ils ont des amis et groupes de copains. Ils font des activités. Ils trouvent la vie plus simple, moins stressante et ont des projets. Ici, personne à l’école ne leur a dit que tel projet d’étude était impossible. Au contraire ! Notre fille qui veut faire médecine est accompagnée pour réussir son secondaire et pouvoir atteindre son objectif. J’avoue que nous avons fait le choix d’inscrire nos enfants au privé (nous voulions favoriser leur intégration dans une structure à taille humaine avec un accompagnement de proximité mais ce choix à un coût non négligeable). Peut-être que la bienveillance est moins marquée au public.
La seule chose qui leur manque c’est la famille et les amis français. C’est un sacrifice auquel il faut se préparer avant d’immigrer.
 
La 1ere année est celle de la Lune de miel : on découvre, on s’émerveille des paysages, des saisons, on passe notre temps à partager des photos ou des tranches de vie.
La 2eme année est plus difficile : les économies s’amenuisent, les proches manquent, on ne retrouve pas certaines de nos anciennes habitudes qui ont rythmées nos vies d’avant.
La 3eme année aura été celle de la socialisation et de l’enracinement.
 
Notre aventure se passe merveilleusement bien, peut-être parce que nous avons fait profil bas dès notre arrivée et que nous ne nous étions pas mis la barre trop haute.
Nous avions conscience qu’en arrivant ici, il nous fallait repartir à zéro. A notre arrivée, nous avons reculé niveau salaire et les deux premières années ont été difficiles financièrement. Nos jobs étaient plaisants mais « junior ». Nous avons mis nos poings dans nos poches et avons regardé vers l’avenir. Aujourd’hui, nous sommes heureux à la job (mon conjoint a la carte de la CCQ et je viens d’avoir une promotion comme Directrice adjointe dans un grand groupe financier alors que j’y suis entrée comme technicienne) et avons presque doublé nos salaires. Nous avons acheté notre maison. Nous nous sommes fait des amis français ET québécois. Nos enfants viennent de passer une étape importante en  validant leur permis probatoire.
La vie n’est pas plus verte au Québec mais il vous sera possible d’y mettre de la couleur.

La prochaine étape pour nous sera la demande de citoyenneté dans 3 ans 
Félicitations!

Pour info, la citoyenneté tu pourras la faire dans 2 ans car tu as au moins 24 mois de permis temporaire (qui compte pour un max de 1 an).

Envoyé de mon SM-G975W en utilisant application mobile Immigrer.com

Link to comment
Share on other sites

Bravo pour le ton adopté dans ce témoignage : pas de rêverie naïve ou de pavanement puéril sur l'habituel fantasme canadien mais du concret et des mots objectifs de la réalité. Je me réjouis de votre réussite et vous souhaite de continuer sous ces meilleurs auspices.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement