Aller au contenu
immigrer.com

Le truc est simple: Prêt de 800 000$ pour un passeport

Messages recommandés

MISE à JOUR 

Neuf immigrants investisseurs sur dix ne s’établiront jamais au Québec même s’ils profitent d’un programme d’Investissement Québec pour obtenir leur passeport canadien.

Le Programme québécois des immigrants investisseurs est loin d’engendrer des retombées économiques importantes au Québec, car 90 % des participants quittent la province pour élire domicile ailleurs au pays, révèlent des données compilées par Statistique Canada pour Le Journal.

Près de 1900 gens d’affaires étrangers sont admis tous les ans dans le cadre ce programme d’Investissement Québec. Ceux-ci doivent :

  • disposer d’au moins 1,6 million $ d’actifs;
  • avoir « l’intention de s’établir au Québec »;
  • prêter 800 000 $ sans intérêt à Investissement Québec.

De 1991 à 2016, 57 935 immigrants, surtout originaires de la Chine, ont bénéficié du programme.

Du lot, seulement 6050 vivent aujourd’hui au Québec. Vancouver et Toronto en accueillent 46 000, ou 80 %.

http://www.journaldemontreal.com/2018/03/13/le-truc-est-simple-un-pret-de-800000-pour-un-passeport

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • Contenu similaire

    • Par immigrer.com
      PAS DE CHASSE AUX MILLIONS BLANCHIS AU CANADA
          HUGO JONCAS   Avec la collaboration d’EMMANUEL FREUDENTHAL, journaliste indépendant Des proches et des collaborateurs de despotes africains ont investi des dizaines de millions de dollars dans le marché immobilier du Québec. Alors que la France tente de poursuivre les dirigeants corrompus de trois pays, la chasse aux millions suspects semble bien poussive au Canada.
      Un ministre du dictateur congolais Denis Sassou Nguesso a bien reçu une hypothèque légale de Revenu Canada pour impôts impayés, mais trois ans plus tard, Ottawa n’a toujours pas fait de démarches pour saisir ses appartements à Gatineau.
        PHOTO HUGO JONCAS L’immeuble d’appartements du ministre congolais Jean-Jacques Bouya n’a toujours pas fait l’objet d’une saisie de Revenu Canada, trois ans après le dépôt d’une hypothèque légale. Le fils adoptif de Nguesso, Wilfrid, s’est vu refuser l’entrée au pays pour son appartenance à un «clan familial mafieux» qui aurait détourné des millions, selon le ministère de l’Immigration. Mais aucun procureur n’a accusé le fiscaliste montréalais qui l’aurait aidé, Stéphane Saintonge, qu’Ottawa associe pourtant à cette «organisation criminelle».
      PHOTO COURTOISIE
      Stéphane Saintonge, un avocat fiscaliste montréalais, a aidé le clan Nguesso à détourner des millions de dollars, selon un juge fédéral. PHOTO COURTOISIE Wilfrid Nguesso, fils adoptif du dictateur congolais Denis Sassou Nguesso et beau-frère de l’ancien dictateur gabonais Omar Bongo. Pour l’instant, seules la Tunisie et l’Ukraine ont obtenu le gel d’actifs au pays en vertu de la Loi sur le blocage des biens de dirigeants étrangers corrompus, indique le ministère des Affaires mondiales du Canada. Et cette loi ne serait d’aucune utilité pour saisir des biens d’un dirigeant africain à la demande d’un autre gouvernement, comme la France.
      À la demande d’États étrangers, le ministère de la Justice peut recueillir de la preuve et geler des biens issus d’actes criminels, comme la corruption. «Les demandes de saisie d’actifs sont relativement rares», mentionne toutefois un porte-parole, Ian McLeod.
      Le Ministère n’a d’ailleurs aucune statistique précise à communiquer à ce sujet, et ne peut donner aucun détail sur les démarches en cours, s’il y en a. «Les demandes d'entraide juridique constituent des communications confidentielles entre États», écrit le porte-parole. La Gendarmerie royale du Canada, responsable des enquêtes sur les crimes économiques transfrontaliers au pays, n’a pas répondu à nos questions.
       
      suite et source: http://www.journaldemontreal.com/2017/06/03/pas-de-chasse-aux-millions-blanchis-au-canada
    • Par immigrer.com
      Il ne lui manquait qu’une signature pour rester ici
      Menacée d’expulsion parce que son conjoint est mort avant de signer le document

      Sophie Thewys, posée avec son fils Louis Pollack, veut continuer de vivre à Mont-Saint-Hilaire malgré la mort de son conjoint qui était aussi son parrain d’immigration dans un accident la veille de Noël.
        HUGO DUCHAINE Lundi, 10 avril 2017 06:30MISE à JOUR Lundi, 10 avril 2017 06:30
        Une femme dont le conjoint est mort la veille de Noël écrasé par la voiture de sa propre mère se bat pour rester au Québec depuis que sa demande de résidence permanente a été refusée uniquement parce qu’il manque la signature de ce dernier.
       
      Après avoir vécu le pire temps des Fêtes de sa vie, Sophie Thewys a reçu une lettre d’Immigration Canada le 9 janvier lui confirmant que sa demande de résidence permanente allait être acceptée.
      Il ne manquait plus que la signature de son conjoint, Nicolas Faubert, qui s’était porté garant de Mme Thewys et de son fils de 18 ans, qui sont arrivés ici en 2014. Le couple a également une fille de 6 ans.
        Or, en raison du décès de son conjoint, des fonctionnaires d’Immigration Canada lui ont écrit qu’elle ne serait pas acceptée comme résidente permanente.
      «C’est une aberration administrative, une erreur de jugement. Ça les a dépassés, car il n’y a pas de cas comme nous», affirme la voix étouffée Sophie Thewys, à Mont-Saint-Hilaire, qui voit ce refus comme un deuxième deuil.
       
      source et suite : http://www.journaldemontreal.com/2017/04/10/il-ne-lui-manquait-quune-signature-pour-rester-ici
  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles