Jump to content

Des étudiants français tournent le dos au Québec


Automne
 Share

Recommended Posts

  • Habitués

Des étudiants français tournent le dos au Québec en raison de la hausse des frais de scolarité

La nouvelle entente qui touche pour la première fois, cet automne, ceux qui débutent un programme universitaire de 1er cyle, fait déjà sentir ses effets. Obligés de payer trois fois plus chers pour leurs études au Québec, des jeunes Français abandonnent leur projet d'immigration. D'autres, déjà installés ici, se résignent à retourner en France.

Un reportage de Thomas GerbettwitterBird.pngcourriel.jpg

« J'étais vraiment super triste... ». Félicie Collet, 17 ans, a mis un mois à s'en remettre : elle ne réalisera pas son rêve d'étudier au Québec. En février, elle était déjà admise à l'Université de Montréal pour la rentrée d'automne quand elle a appris que les étudiants Français ne pourront plus bénéficier des mêmes droits de scolarité que les Québécois. « J'avais déjà commandé mon passeport, je m'apprêtais à faire mon visa », raconte-t-elle.

« Je ne pouvais pas m'endetter autant et ma famille n'a pas des revenus rocambolesques. » La résidente de la région d'Orléans, dans le centre de la France, estime qu'elle aurait dû payer 8000 $ par année pendant trois ans [soit 24 000 $], sans compter les coûts de son installation.

De Rimouski à Montréal, certains établissements constatent une diminution des inscription de Français. « On commence à voir l'impact négatif de la hausse des frais », note Robert Maltais, le responsable du certificat en journalisme de l'Université de Montréal. En juin, la moitié des étudiants qui devaient participer au test d'admission à la Maison du Québec à Paris ne se sont pas présentés.

À l'École de technologie supérieure [ETS] de Montréal, le directeur général Pierre Dumouchel constate une baisse de 50 %, alors que la croissance était continue depuis plusieurs année.

L'ETS est d'autant plus déçue qu'il y a une pénurie d'ingénieurs dans plusieurs secteurs industriels au Québec. L'an dernier, l'établissement a placé plus de 3 000 stagiaires dans l'industrie, mais « on aurait pu en placer 1 500 de plus », estime Pierre Dumouchel.

« C'est une main d'oeuvre qui est importante. On a formé des ingénieurs [Français] qui sont très appréciés par l'industrie québécoise. [...] Il va falloir trouver des solutions pour en recruter plus. » — Pierre Dumouche, directeur général de l'École de technologie supérieure

Le recrutement de futurs ingénieurs est « saturé » au Québec selon le directeur général de l'ETS. Il va déjà chercher tous ce qu'il peut dans les cégeps. « En France, il y a un bassin de 23 000 étudiants dans les Instituts universitaires de technologie », explique-t-il. L'ETS a par ailleurs constaté que la vaste majorité de ses ingénieurs Français diplômés ici restent travailler au Québec.

« Je ne suis pas sûr que le gouvernement du Québec a pris la mesure de l'importance et de l'enjeu de cette situation », avance Michael Pilater, conseiller au consultat de France à Montréal. Il rappelle que plus de 12 000 Français étudient au Québec [une augmentation de 90 % depuis 2006].

« On ne parle pas de coûter à la province, on parle de faire gagner de l'argent à la province. Ils viennent au Québec, ils consomment, ils sortent, leur famille vient leur rendre visite, ils prennent des billets d'avion... » — Michael Pilater, conseiller au consultat de France à Montréal

L'exception sur les frais de scolarité accordée au Français coûtait 120 millions de dollars par année au Québec, mais une étude de la Conférence régionale des élus de Montréal estime leurs retombées économiques à 380 millions $. « Alors qu'on négocie un accord de libre échange Canada-UE, je ne suis pas sûr que c'était une bonne décision », pense le conseiller consulaire.

Le gouvernement de Philippe Couillard maintient sa décision budgétaire, qui a d'ailleurs été acceptée par la France. « C'est encore très avantageux par rapport aux autres étudiants étrangers », rappelle Julie White, l'attachée de presse du ministre de l'Éducation. Les Français nouvellement inscrits au 1er cycle paient les mêmes droits de scolarité que les étudiants venus des autres provinces canadiennes.

Le réseau des Universités du Québec a lancé la semaine dernière une étude pour mesurer les conséquences de la forte hausse des droits de scolarités pour les étudiants français. Les résultats devraient être connus d'ici la mi-septembre.

Pas de changement notable dans plusieurs établissements

Le nombre d'étudiants français demeure stable à l'Université Concordia, malgré la nouvelle mesure. Même réalité à Polytechnique, qui demeure bien plus accessible que son homologue française, très élitiste [sur les 5 000 candidats qui se présentent chaque année au concours, seuls 400 sont admis]. Par ailleurs, HEC Montréal constate même une légère hausse des demandes d'inscriptions en provenance de la France. Il faut dire que même à 8 000 $ par année, l'école est plus abordable qu'à Paris, où il en coûte jusqu'à 60 000 $.

Des étudiants déjà installés au Québec sont touchés par la hausse

La nouvelle entente Québec-France ne touche pas les étudiants de 2e et 3e cycle, ni ceux qui ont débuté leur programme de 1er cycle. En revanche, les étudiants Français en baccalauréat par cumul peuvent en subir les conséquences. C'est le cas de Marion Charvet, qui étudie depuis janvier 2015 au certificat en administration à l'UQAM.

Son prochain certificat lui sera facturé au nouveau tarif. « Après presque un an dans ce programme, je vais devoir payer trois fois plus cher pour pouvoir obtenir le même diplôme », se désole-t-elle. Elle envisage de quitter le Québec et recommencer un cursus complet en France. « Une perte de temps ou une perte d'argent? » : tel est son dilemme.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/National/2015/08/31/001-etudiants-francais-frais-scolarite-quebec.shtml

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

Ensuite, 8,000$ par année, ça reste quand-même assez abordable...quand on compare avec tout le reste (autres universités canadiennes, frais payés par les étrangers).

Ceux qui ne veulent plus venir, seront juste remplacés par d'autres. Peut-être aussi que ça évitera ceux qui s'inscrivent n'importe où, simplement pour venir profiter avec un visa relativement facile à avoir.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

Ensuite, 8,000$ par année, ça reste quand-même assez abordable...quand on compare avec tout le reste (autres universités canadiennes, frais payés par les étrangers).

Ceux qui ne veulent plus venir, seront juste remplacés par d'autres. Peut-être aussi que ça évitera ceux qui s'inscrivent n'importe où, simplement pour venir profiter avec un visa relativement facile à avoir.

Oui par d autres, c est certain.

Mais je pense que ce sera au détriment des universités francophones.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

Ensuite, 8,000$ par année, ça reste quand-même assez abordable...quand on compare avec tout le reste (autres universités canadiennes, frais payés par les étrangers).

Ceux qui ne veulent plus venir, seront juste remplacés par d'autres. Peut-être aussi que ça évitera ceux qui s'inscrivent n'importe où, simplement pour venir profiter avec un visa relativement facile à avoir.

En même temps, je trouve cela complètement injuste surtout que les étudiants canadiens payent le même tarif que les Français pour étudier en France ( 184 par an jusqu'en Licence et ensuite 280 pour les master).

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Vous n'avez pas parlé de droit inaliénable. Vous avez posé une question, je vous ai répondu. :)

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

Certainement que cela fait partie d'un tout. Les francophones d'autres pays que la France qui veulent étudier en français ont du mal à faire reconnaitre l'équivalence de leurs diplômes alors que la correspondance avec les diplômes français est beaucoup plus aisée.

L'accord ne perdure pas puisque le Québec y a mis un terme. N'empêche qu'il est peut-être en train de se tirer une balle dans le pied. Seul l'avenir le dira.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

C était tout simplement un accord qui avait un sens pour ceux qui l ont signé à l époque. Pourquoi serait il 'complètement débile'? C était la réalité de cette époque. Point. À cette époque, les autres ne l ont pas fait ... probablement car ça ne les intéressait pas ...

C est peu comme dire que le pvt est discriminatoire car pas disponible pour tous les pays du monde...

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

Tu sais que cela existe aussi des accords entre les pays anglophones membres du Commonwealth britannique pour favoriser (lire réduire les frais de scolarités et offrir des bourses d'études) aux étudiants ressortissants de ces pays là exclusivement? Cela aussi est discriminatoire.... :sleep:

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

Tu sais que cela existe aussi des accords entre les pays anglophones membres du Commonwealth britannique pour favoriser (lire réduire les frais de scolarités et offrir des bourses d'études) aux étudiants ressortissants de ces pays là exclusivement? Cela aussi est discriminatoire.... :sleep:

Sauf que le Commonwealth regroupe 53 pays... qui sont tous anglophones sauf 2 il me semble de mémoire (le Rwanda et je sais plus lequel pour l'autre), c'est quand-même pas mal moins discriminatoire. J'ajouterais même que beaucoup de ces pays n'ont pas un niveau de vie occidental, c'est donc une initiative plus juste.

Dans le sens de l'accord franco-québécois, on offre à pas cher des frais de scolarité à des étudiants venant d'un seul pays, relativement aisé, sous prétexte de protéger le français, alors qu'on ferme la porte et demande des frais exorbitants à d'autres francophones, qui en plus mériteraient peut-être davantage le droit d'avoir des frais réduits compte tenu du niveau de vie de leur pays respectif. Je trouverais plus juste que nos impôts aillent dans ce sens, plutôt que financer des vacances cheap à des étudiants français (j'exagère volontairement).

C'est tout :biggrin2:

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

Il existe une très forte concurrence entre les universités/systèmes universitaires pour attirer les meilleurs étudiants du monde ou suivant certain critères... linguistique entre autres. Afin d’étoffer le bassin de compétences ou de recherche dans certains domaines, mais aussi afin de garder la vie académique active, sans oublier l'impact économique et migratoire.

Donc dans ce contexte un accord pour attirer des étudiants de langue française d'abord et Français ensuite se justifie valablement.

Vu ainsi il n y'a absolument rien de discriminatoire, vu que c'est un plan de match comme le font tout les pays du monde...même la France à travers Campus France

http://www.campusfrance.org/fr/

Ce qui est incompréhensible c'est la décision du gouvernement néo-anglais Libérale de mettre un terme à cette stratégie qui devrait normalement être étendu à d'autre bassins francophones du monde et si possible un substitut au système d'immigration actuel avec ses résultats mitigés

Edited by Kamourask
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Tu sais que cela existe aussi des accords entre les pays anglophones membres du Commonwealth britannique pour favoriser (lire réduire les frais de scolarités et offrir des bourses d'études) aux étudiants ressortissants de ces pays là exclusivement? Cela aussi est discriminatoire.... :sleep:

Sauf que le Commonwealth regroupe 53 pays... qui sont tous anglophones sauf 2 il me semble de mémoire (le Rwanda et je sais plus lequel pour l'autre), c'est quand-même pas mal moins discriminatoire. J'ajouterais même que beaucoup de ces pays n'ont pas un niveau de vie occidental, c'est donc une initiative plus juste.

Dans le sens de l'accord franco-québécois, on offre à pas cher des frais de scolarité à des étudiants venant d'un seul pays, relativement aisé, sous prétexte de protéger le français, alors qu'on ferme la porte et demande des frais exorbitants à d'autres francophones, qui en plus mériteraient peut-être davantage le droit d'avoir des frais réduits compte tenu du niveau de vie de leur pays respectif. Je trouverais plus juste que nos impôts aillent dans ce sens, plutôt que financer des vacances cheap à des étudiants français (j'exagère volontairement).

C'est tout :biggrin2:

J'aurai dû écrire "entre DES pays" et non pas "entre LES pays". C'est tout! :biggrin2:

Edited by kobico
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

En même temps, on en revient au même débat. En quoi les Français auraient le droit d'étudier au QC à moins cher que les autres étudiants étrangers et même que les autres étudiants canadiens?

En raison des accords franco-québécois

En raison du français, langue maternelle que les Québécois voudraient voir conservé face à l'égémonie de l'anglais

En raison de l'histoire commune des Québécois et des Français

Ben ce que tu me dis me montre pas à quel point c'est un droit inaliénable pour les Français de payer moins cher que des résidents du pays dans lequel les universités sont situées, ou que d'autres étudiants francophones du monde entier tout aussi méritants mais pas nés en France.

Perso que mes impôts qui financent en partie les universités servent à financer des études à tout un bataillon de Français au détriment d'autres nationalités qui méritent tout autant, voire plus, je trouve ça injuste.

Ce n est pas un droit "inaliénable" comme tu dis mais un accord qui date de plusieurs années ayant pour but de favoriser la francophonie.

Si le Québec avait choisi de le faire c était pour favoriser cela.

Vu que l éducation dépend de la province, la province a le choix de prendre ou non cette direction au détriment même des autres provinces non francophones.

C est ça le point.

Je dis pas le contraire, c'était un accord. Mais comme tout accord, il a le droit d'être remis en cause non? C'est ça que je reproche, croire qu'un accord signé il y a plusieurs années doit perdurer quoi qu'il arrive, alors que le contexte a changé depuis.

Ensuite, il en reste pas moins que je trouve cet accord discriminatoire face aux autres francophones partout dans le monde. Même ceux qui parlent français, veulent étudier en français, et ne sont pas de pays historiquement francophones. C'est tout.

La preuve que ça peut changer : c est fait...

Quand à la discrimination, c est beau de se plaindre de ça mais encore une fois une province est libre de ses choix. C est idem pour tout accord dans tout domaine. Les pays qui se sentaient discriminés pouvaient très bien d essayer d établir ce type d accords: pourquoi ça ne s est pas fait?

Est ce que si le Québec fait un certain accord (peu importe le domaine) avec les US, plus favorable pour les US que pour une autre province canadienne, tu cries aussi à la discrimination ? Ou si tu y as aussi un intérêt, tu vas essayer d établir le même accord?

Oh mais on sa calme là. On a plus le droit de dire ce qu'on pense? Ou alors on a le droit que quand on est d'accord avec l'ordre établi et la pensée majoritaire?

Je sais très bien que la province est libre de ses choix. Je sais aussi que d'autres pays auraient aussi pu faire la même chose pourquoi pas.

J'ai quand-même le droit de trouver que c'est discriminatoire, de considérer que seuls 65M de Français sont bénéfiques à la protection d'une langue parlée par 215M d'autres habitants sur la planète, non? Et j'ai aussi quand-même le droit de trouver que l'accord initial était complètement débile et n'aurait jamais dû être signé, non?

Tu sais que cela existe aussi des accords entre les pays anglophones membres du Commonwealth britannique pour favoriser (lire réduire les frais de scolarités et offrir des bourses d'études) aux étudiants ressortissants de ces pays là exclusivement? Cela aussi est discriminatoire.... :sleep:

Sauf que le Commonwealth regroupe 53 pays... qui sont tous anglophones sauf 2 il me semble de mémoire (le Rwanda et je sais plus lequel pour l'autre), c'est quand-même pas mal moins discriminatoire. J'ajouterais même que beaucoup de ces pays n'ont pas un niveau de vie occidental, c'est donc une initiative plus juste.

Dans le sens de l'accord franco-québécois, on offre à pas cher des frais de scolarité à des étudiants venant d'un seul pays, relativement aisé, sous prétexte de protéger le français, alors qu'on ferme la porte et demande des frais exorbitants à d'autres francophones, qui en plus mériteraient peut-être davantage le droit d'avoir des frais réduits compte tenu du niveau de vie de leur pays respectif. Je trouverais plus juste que nos impôts aillent dans ce sens, plutôt que financer des vacances cheap à des étudiants français (j'exagère volontairement).

C'est tout :biggrin2:

Veux tu m'adopter :flowers: ?

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement