Jump to content

10 bonnes raisons de partir étudier au Canada


immigrer.com
 Share

Recommended Posts

Dix bonnes raisons de partir étudier au Canada

  •  
  • Publié le 
PHO42047e56-cb1e-11e5-bb1f-1bc37a4226f1-
 

Outre le bénéfice intrinsèque de n’importe quelle expatriation scolaire, le système universitaire du pays à la feuille d’érable permet aux étudiants de retirer des bénéfices très spécifiques de leur séjour. Revue de détail.

 

1. L’ouverture d’esprit et l’internationalisation

Le Canada reçoit plus de 300 000 étudiants internationaux par an. Ils représentent, en moyenne, 8 % des effectifs dans les écoles et les universités. «C’est une richesse que de se retrouver pour des projets avec des étudiants venus de tous les continents. Chacun a sa manière de voir les choses», raconte Fanny Barret, en deuxième année de bachelor en psychologie à l’Université Bishop’s de Sherbrooke, l’une des institutions anglophones du Québec qui compte 15 % d’étudiants internationaux.

2. L’excellence académique

Avec quatre universités dans le top 100 du classement de Shanghai - Toronto (24e), Colombie-Britannique (37e), McGill (67e) et McMaster (90e) - les établissements canadiens sont bien dotés: le gouvernement a en outre annoncé, en avril 2015, un plan de 1,33 milliard de dollars canadiens d’investissement sur six ans pour bâtir une recherche de pointe. «L’Université de Montréal dispose, par exemple, de l’un des trois équipements les plus sophistiqués du monde pour étudier la diffraction des rayons X», indique Elodie Rousset, étudiante à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, qui vient d’y terminer sa thèse en chimie.

3. Le bouillonnement entrepreneurial

Le Canada est une terre d’élection pour les startup. Plusieurs universités, dont Waterloo, dans l’Ontario, considérée comme l’une des plus innovantes, déploient des programmes et des incubateurs pour épauler les candidats à la création d’entreprise. «Mais au-delà, l’esprit entrepreneurial fait partie de notre culture. Cela fait plus de vingt ans que nous apprenons aux étudiants à prendre des risques», explique Normand Beaudry, responsable du recrutement des étudiants étrangers à l’Université Laval de Québec.

4. Des enseignants plus proches

Ici, le tutoiement entre enseignants et étudiants est de rigueur. La porte des bureaux reste toujours ouverte. La plupart des professeurs communiquent leur adresse mail, voire leur numéro de portable. «L’un de nos enseignants nous a même invités chez lui pour discuter du projet sur lequel nous travaillions avec plusieurs camarades!», s’étonne Salomé Gautier, en maîtrise sur les énergies propres à l’Université de Colombie-Britannique de Vancouver.

 

suite et source: http://etudiant.lefigaro.fr/international/etudier-a-l-etranger/detail/article/dix-bonnes-raisons-de-partir-etudier-au-canada-18919/

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Similar Content

    • By uwu
      Bonjour, je suis un jeune étudiant Belge de 19ans prévoyant d'étudiant 16mois à Montréal. Cependant, je n'y suis jamais aller et comme je compte m'y rendre seul, il me faut préparer quelques éléments comme le logement, un potentiel travail étudiant; et d'autre points plus subtile comme les abonnement de téléphonie et d'internet, ou simplement des informations sur le niveau de vie du côté de Montréal.
      C'est pour quoi je cherche quelqu'un, de préférence habitant du côté de Montréal, avec qui échanger; sur les différents points ci-dessus mais aussi sur la culture Québecoise plus généralement.
       
      Merci d'avoir pris le temps de me lire
    • By immigrer.com
      Cours en anglais, ouverture internationale, frais de scolarité parfois avantageux... De nombreuses raisons poussent les Français à le Canada.
        Le Canada est le troisième pays d’accueil des étudiants étrangers, après les États-Unis et l’Australie. Ils sont en majorité répartis dans trois provinces: l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique. Les écoles de commerce du pays sont réputées à l’international et leurs frais de scolarité sont souvent plus avantageux que ceux des écoles de commerce françaises. Cela explique en partie l’engouement des Français pour le Canada, au 5e rang des étudiants étrangers les plus nombreux dans le pays, selon les données du ministère canadien de l’Immigration (IRCC).
      » LIRE AUSSI - Comment entrer à HEC Montréal
      Les meilleures écoles de commerce à Montréal
      Montréal est à la fois la plus grande ville du Québec et la plus internationale: environ 30 % de sa population est issue de l’immigration. Plus de la moitié des Montréalais savent parler à la fois anglais et français. En 2019, le classement QS Best Student Cities considère Montréal comme la meilleure ville d’Amérique du Nord pour les étudiants étrangers.
      » LIRE AUSSI - Étudier à Montréal: la plus française des villes américaines
      Rattachée à l’Université de Montréal (UdeM), HEC Montréal est la 45e meilleure école de commerce au monde, selon le classement 2019 de KUBS Worldwide Business Research Rankings, et la 2e au Canada. Il est possible d’y suivre des cours en français, en anglais et en espagnol. Les Français et les Belges francophones bénéficient des mêmes frais de scolarité que les Canadiens non résidents du Québec: 10.000 dollars canadiens par mois (soit environ 6 750 euros). Pour les autres étudiants internationaux, les frais grimpent à 29.500 dollars.
       
      suite et source: https://etudiant.lefigaro.fr/article/canada-quelles-sont-les-meilleures-ecoles-de-commerce_72c96f10-eaee-11eb-b533-6f01ee28fb44/
    • By Adema
      je suis a montreal comme un étudiant Design graphique programme AEC et je n'ai pas commencé l'étude même si elle a commencé il y a dix jours. est ce que j'ai les droits de modifier le programme de AEC a DEP? 
      Et y a-t-il un risque en ce qui concerne CAQ ? 
      Help please .
    • By Mx03
      Je dois aller étudier dans une université au Québec (les cours ont commencé à distance). J'ai reçu tout ce qu'il me fallait (CAQ papier, etc) mais il me manque juste le permis d'étude pour y aller. J'ai reçu un message il y a un mois comme quoi mon permis a passé la "première phase" d'évaluation et qu'ils me recontactent dès que la deuxième phase est finie mais je n'ai plus aucune nouvelle. Est-ce que quelqu'un sait si le processus est toujours en cours, ou s'il a été bloqué temporairement vu le reconfinement qui a eu lieu en France? De plus, est-ce que quelqu'un sait s'il y a un moyen de contacter par mail ou par téléphone l'agence responsable du traitement du permis d'étude? 
    • By yrvan
      Bonjour ce serait pour un renseignement si je m'inscrit avec toute les pièces nécessaires au 1er tour sachant que dans le système français le 1er trimestre n'est même pas encore achevé cela va-t-il poser problème ou par la suite on me demanderas mes bulletin de cette année.
    • By virginiaz67
      Bonjour, actuellement en 3éme année de licence en France, ce que l'on peut plus ou moins juger comme équivalent à un Baccalauréat en Administration des affaires. Je postule en France pour des Masters: mes choix se sont portés sur des Masters en Contrôle de Gestion et Gestion de la production, achat et Logistique.
      Après la première année ou 2nd année de Master selon comment va se dérouler la situation, je souhaiterais faire une équivalence à Québec: ma question est quelle serait le programme le plus approprié en vu de la demande d'emploi à Québec? Plutôt des postes dans tout ce qui touche à la logistique et l'achat ou plutôt tout ce qui touche au domaine comptable, contrôle, audit dans les entreprises?
      De plus j'avais rencontré une des responsables de l'université de Laval et m'avait précisé que tout ce qui touche à la comptabilité, contrôle de gestion, audit sont des métiers réglementés, est-ce que je peux tout de même avoir des équivalences avec un Master dans ce domaine pour un niveau Maîtrise au Québec après?
       
      En vous remerciant d'avance
    • By loloinmontreal
      Bonjour,
      Je suis sous un permis d'études à Montréal, je suis limitée à travailler 20 heures par semaine.
      J'aimerais travailler en freelance (comme pigiste) en télétravail pour aider à financer mes cours.
      Est-ce que j'en ai le droit? est-ce que je suis aussi limitée en heure de travail ? les clients doivent-ils nécessairement être localisés au Québec?

      Merci d'avance.
    • By GabJamagne
      Bonjour à tous, 
      Je suis actuellement cuisiner dans un café sur le côté de mes études (j'ai donc un visa d'étudiant étranger). J'ai récemment appris que j'étais déclaré comme "travailleur autonome". Plusieurs choses m'ont surprises suite à la connaissance de ce statut. 
      Premièrement, personne ne m'avait mis au courant que j'étais déclaré comme tel et ce n'est pas stipulé dans mon contrat d'ailleurs. Ce que je trouve très bizarre venant de la part d'un employeur. 
      Deuxièmement, je suis payé le salaire minimum à savoir : 12,5$, mais en tant que travailleur autonome, je dois encore payé des taxes là-dessus. Ce qui veut dire qu'une fois les taxes déduites, je suis sous le seuil du salaire minimum. Est-ce que c'est légal? 
      Troisièmement, après m'être largement renseigné en ce qui concerne les spécificités dont avait droit un travailleur autonome, je me suis rendu compte que je n'étais aucunement considéré comme tel par mon employer. C'est-à-dire que je ne choisis pas mes horaires, ni les tâches à effectuer, ni même mon tarif honoraire. 
      Quatrièmement, je me demande si c'est légal d'être déclaré comme travailleur autonome au sein d'une entreprise qui n'est donc pas la mienne en ayant un Visa d'étudiant. 
      Cinquièmement, je ne sais pas quels sont les impacts sur ma déclaration de revenus pour la déclaration d'impôts. 
      En somme, voilà ma situation... Je suis quelque peu perdu en ce qui concerne mes droits, ma défense contre mon employeur, etc. 
      J'avais comme idée de leur demander de changer mon statut en "employé salarié" comme le reste de l'équipe et de me donner l'équivalent de la somme due aux impôts afin de retrouver un équilibre salarial. 
      Merci d'avance pour votre aide. Tout renseignement sera d'une très grande utilité. 
    • By Alonzo1
      Bonjour 
      Pourriez vous m'aider avec quelques idées  pour de convaincre le service d'immigration de mon retour au pays après la fin de mes études au Canada ( sachant que je compte vraiment rentrer lol ), mais je ne sais pas comment le dire mis à part le prouver avec des biens et des propriétés mais apparemment ça ne suffit pas.
      Merci de votre aide  
    • By Thomasvdb25
      Bonjour!
      Je suis actuellement étudiant en deuxième année marketing à Bruxelles, et j'avais pas mal de question. j'aimerais bien aller travailler au Canada après mes études (sachant que je compte faire un master après ma troisième année), mais je ne sais pas si ce serait réaliste et une bonne idée. je suis trilingue (néerlandais, français et anglais), et j'ai 19 ans.
       
      J'avais quelque question, en espérant que des expatriés Belges tombent sur mon messages, et puisse m'éclairer sur quelques points. D'abord, j'avais entendus sur d'autres sites que les diplômes obtenus en Belgique ne valaient quasi rien, et que pour trouver un travail au Canada, je devrais y refaire des études, ce qui ne me tenteraient pas trop. Deuxièmement, je me demandais à quel point le Canada était différent de la Belgique, et si il était facile de s'habituer. Troisièmement, serait- ce une meilleur idée de finir mon bachelor en Belgique et de faire mon master déjà au Canada, et si oui, est-ce réalisable?   Ensuite, y a t'il des gros défauts liés a la vie au Canada, qu'il est important de connaître à l'avance? J'ai entendu que pour la plupart des boulot, les employeurs donnaient l'avantage aux 'vrais' Canadiens, et que c'est du coup compliqué de trouver un boulot.
       
      Ce que j'aimerais faire, de préférence, c'est de finir mes études en Belgique, et de déjà chercher depuis la Belgique des boulots au Canada, pour ensuite m'y installer. Est- ce un projet réalisable, ou faudrait-il mieux que j'abandonne l'affaire immédiatement? 
      Merci beaucoup pour votre aide, j'en ai bien besoin!
      Thomas Vanden Berghe
  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement