Jump to content

Quel chemin emprunter pour notre projet ?


Enroute
 Share

Recommended Posts

Bonjour à tous !

 

En plein début d’aventure, nous nous trouvons déjà coincé dans des équations assez compliquées. En tout cas je trouve qu’il y a trop d’inconnues pour moi et j’ai besoin d’être un peu rassuré.

 

Je vais essayer de faire le plus court possible, si des gens peuvent m’aider/m’approuver/me conseiller, ça sera très rapidement un gros plus pour nous !

 

La situation

Nous          : couple avec enfant vivant en Nouvelle-Calédonie, souhaitant depuis un moment retrouver un endroit où l’on puisse se sentir bien. Now is the time ! Quebec is the right place !

Ma femme : 34 ans en août 2022, courtier en assurance depuis plusieurs années. Possède déjà sa licence de l’Autorité des Marchés Financiers. En recherche d’emploi. Idéalement ce serait une mutation car elle travaille dans une boîte internationale, mais elle postule tout de même dans d’autres groupes.

Moi            : 41 ans, fonctionnaire. Projet : reconversion professionnelle en passant par Quebec Métiers d’Avenir, afin de faire une formation de 16 mois en usinage, métier que j’aurais dû faire depuis le début.

Bébé          : 2 ans, presque toutes ses dents (de lait)

 

Nous n’arrivons pas à savoir dans quel ordre nous devrions envisager les choses.

 

1ère solution : Madame trouve un travail, elle fait une demande de permis Jeune Professionnel (envisageable ? cela existe toujours ?). Je peux donc demander un permis de travail ouvert, ce qui me donne également accès à ma formation. Est-ce que je dis une grosse bêtise ou cette solution est bien envisageable ?

Avantage : on part en étant sûr d’avoir une source de revenu

 

2ème solution : Je m’inscris à ma formation, dans un délai raisonnable, disons pour mi-2023, ce qui donne la possibilité à ma femme de demander un permis de travail ouvert, en espérant qu’elle trouve rapidement une fois sur place.

Inconvénient : on part un peu la fleur au fusil, il faut justifier d’un joli pactole, et on n’est même pas sûr que ma femme puisse trouver du travail. Etant de nature un peu prévoyant, cette solution me plaît moins mais bon, si c’est la seule pour pouvoir enfin vivre notre rêve…

 

3ème solution : Celle que les spécialistes de ce forum trouveront peut-être facilement, mais que je ne trouve pas car tout cela reste un peu nébuleux pour moi pour le moment. L’idée est que nous souhaiterions ne pas être séparés, ce qui, j’ai l’impression, complique beaucoup les choses…

 

J’avoue avoir un peu l’impression de me trouver devant une montagne, alors que j’ai l’habitude de traiter beaucoup d’informations. La j’ai l’impression de ne rien maîtriser et j’ai besoin d’un petit coup de pouce !

Ajoutons à cela que le simple fait de faire tout cela depuis la Nouvelle-Calédonie rend certaines choses encore plus compliquées (ex : les empreintes biométriques, qui vont nous coûter un bras puisqu’il faudra aller en Australie juste pour ça…).

 

Merci d’avance à tous ceux qui auront pris le temps de me lire et m’enverront une petite réponse !

 

Bonne journée.

 

Manu

Link to comment
Share on other sites

  • Replies 20
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Popular Days

Top Posters In This Topic

  • Habitués

Troisième solution : déposer votre dossier de demande de résidence permanente ?  Démarches sans doute plus longues, mais qui vous éviteraient beaucoup d'inconvénients (le permis de travail lié à un seul employeur si l'un-e d'entre vous sollicite un permis de travail temporaire, les fonds exigés si vous venez avec un permis d'études, etc).

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, bencoudonc a dit :

Troisième solution : déposer votre dossier de demande de résidence permanente ?  Démarches sans doute plus longues, mais qui vous éviteraient beaucoup d'inconvénients (le permis de travail lié à un seul employeur si l'un-e d'entre vous sollicite un permis de travail temporaire, les fonds exigés si vous venez avec un permis d'études, etc).

 

Oui, solution annexe, le dossier est déposé depuis plusieurs mois, mais je me suis rendu compte après coup que le test de Français était obligatoire sinon, si j'ai bien compris, le dossier n'est pas étudié...

Une session d'examen est prévue en fin d'année ici, nous allons nous y inscrire !

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Posted (edited)
7 hours ago, Enroute said:

Bonjour à tous !

 

En plein début d’aventure, nous nous trouvons déjà coincé dans des équations assez compliquées. En tout cas je trouve qu’il y a trop d’inconnues pour moi et j’ai besoin d’être un peu rassuré.

 

Je vais essayer de faire le plus court possible, si des gens peuvent m’aider/m’approuver/me conseiller, ça sera très rapidement un gros plus pour nous !

 

La situation

Nous          : couple avec enfant vivant en Nouvelle-Calédonie, souhaitant depuis un moment retrouver un endroit où l’on puisse se sentir bien. Now is the time ! Quebec is the right place !

Ma femme : 34 ans en août 2022, courtier en assurance depuis plusieurs années. Possède déjà sa licence de l’Autorité des Marchés Financiers. En recherche d’emploi. Idéalement ce serait une mutation car elle travaille dans une boîte internationale, mais elle postule tout de même dans d’autres groupes.

Moi            : 41 ans, fonctionnaire. Projet : reconversion professionnelle en passant par Quebec Métiers d’Avenir, afin de faire une formation de 16 mois en usinage, métier que j’aurais dû faire depuis le début.

Bébé          : 2 ans, presque toutes ses dents (de lait)

 

Nous n’arrivons pas à savoir dans quel ordre nous devrions envisager les choses.

 

1ère solution : Madame trouve un travail, elle fait une demande de permis Jeune Professionnel (envisageable ? cela existe toujours ?). Je peux donc demander un permis de travail ouvert, ce qui me donne également accès à ma formation. Est-ce que je dis une grosse bêtise ou cette solution est bien envisageable ?

Avantage : on part en étant sûr d’avoir une source de revenu

 

2ème solution : Je m’inscris à ma formation, dans un délai raisonnable, disons pour mi-2023, ce qui donne la possibilité à ma femme de demander un permis de travail ouvert, en espérant qu’elle trouve rapidement une fois sur place.

Inconvénient : on part un peu la fleur au fusil, il faut justifier d’un joli pactole, et on n’est même pas sûr que ma femme puisse trouver du travail. Etant de nature un peu prévoyant, cette solution me plaît moins mais bon, si c’est la seule pour pouvoir enfin vivre notre rêve…

 

3ème solution : Celle que les spécialistes de ce forum trouveront peut-être facilement, mais que je ne trouve pas car tout cela reste un peu nébuleux pour moi pour le moment. L’idée est que nous souhaiterions ne pas être séparés, ce qui, j’ai l’impression, complique beaucoup les choses…

 

J’avoue avoir un peu l’impression de me trouver devant une montagne, alors que j’ai l’habitude de traiter beaucoup d’informations. La j’ai l’impression de ne rien maîtriser et j’ai besoin d’un petit coup de pouce !

Ajoutons à cela que le simple fait de faire tout cela depuis la Nouvelle-Calédonie rend certaines choses encore plus compliquées (ex : les empreintes biométriques, qui vont nous coûter un bras puisqu’il faudra aller en Australie juste pour ça…).

 

Merci d’avance à tous ceux qui auront pris le temps de me lire et m’enverront une petite réponse !

 

Bonne journée.

 

Manu

 

Jeunes Professionnels a deux inconvénients: il ne donne pas obligatoirement accès à un permis ouvert pour le conjoint ET il nécessite de trouver un employeur. C'est un peu plus compliqué quand les employeurs n'ont pas la moindre idée de ce que c'est - mais la bonne nouvelle c'est que contrairement à un permis de travail traditionnel ils ont pas besoin de prouver qu'ils ne peuvent pas trouver quelqu'un déjà sur place.

 

A noter aussi l'inconvénient d'un permis lié à un employeur: si tu es malheureux sur la job ou traiter comme de la scrap, ou même sous payé par rapport au marché, tu es piégé car tu dois refaire un permis avec un nouvel employeur si jamais tu veux démissionner.

 

Deuxième chose: si tu viens sur un permis de travail ouvert, tu devras recommencer de la paperasse pour demander un permis d'études. Tu ne pourras pas cumuler les deux permis. 

 

Le plus simple à mon avis c'est simplement de faire permis d'études pour toi + permis ouvert pour elle. Je pense pas qu'elle aura des problèmes pour trouver, surtout avec sa licence AMF déjà en poche.

Edited by crazy_marty
Link to comment
Share on other sites

La quatrième solution serait d’envisager une autre province. 

Je vis au Nouveau-Brunswick, proche de Moncton, depuis 5 ans. La province est bilingue, mais il faut quand même avoir un niveau d’anglais acceptable pour multiplier les chances de trouver un emploi. Nous on a eu de la chance, car mon conjoint travaille en français et moi j’ai repris des études universitaires en français aussi. Cela dit, c’est pas tout le monde qui va pouvoir trouver facilement sans maîtriser l’anglais. Pour être honnête, c’est pas non plus tout le monde qui se plait dans la province. Il y en a beaucoup qui partent pour le Québec plus ou moins rapidement, mais il y a ceux comme nous qui s’y plaisent bien. Depuis le début de la pandémie, on assiste aussi à un afflux de Canadiens qui fuient les centres urbains de l’Ontario et du Québec pour venir vivre au calme au bord de la mer. 

Il y a un programme spécial pour les travailleurs qui veulent s’installer dans les provinces atlantiques (l’avantage est que tu arrives avec un emploi) https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/programme-immigration-Canada-atlantique.html

Il y a aussi un programme qui s’appelle « initiative stratégique » et qui est destiné à accueillir les immigrants francophones. Par contre, ce ne sera pas la voie la plus rapide https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/volet_initiative_strategique_nb.html

Puis il y a le volet « entrée express », mais il est suspendu en ce moment au Nouveau-Brunswick car trop de demandes. Il faut surveiller la reprise sur leur site Internet https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/Immigrer/content/CommentImmigrer/ProgrammeDesCandidatsDuNB-PCNB/PCNB-EntreeExpress.html

Tu peux aussi appeler les services d’immigration du Québec (et du Nouveau-Brunswick si ça t’intéresse), les agents peuvent donner des conseils sur le programme d'immigration le plus adapté à ton cas. Attention : tu n’es pas censé choisir une autre province pour gagner du temps puis aller au Québec par la suite. 

À vérifier aussi pour les compétences linguistiques, car dans notre cas nous n’en avions pas besoin. Mais cela dépend des programmes et du niveau d’études.  

N'hésite pas m’envoyer un message privé si tu veux plus d’informations sur ma province. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 1 heure, Pamela a dit :

La quatrième solution serait d’envisager une autre province. 

Je vis au Nouveau-Brunswick, proche de Moncton, depuis 5 ans. La province est bilingue, mais il faut quand même avoir un niveau d’anglais acceptable pour multiplier les chances de trouver un emploi. Nous on a eu de la chance, car mon conjoint travaille en français et moi j’ai repris des études universitaires en français aussi. Cela dit, c’est pas tout le monde qui va pouvoir trouver facilement sans maîtriser l’anglais. Pour être honnête, c’est pas non plus tout le monde qui se plait dans la province. Il y en a beaucoup qui partent pour le Québec plus ou moins rapidement, mais il y a ceux comme nous qui s’y plaisent bien. Depuis le début de la pandémie, on assiste aussi à un afflux de Canadiens qui fuient les centres urbains de l’Ontario et du Québec pour venir vivre au calme au bord de la mer. 

Il y a un programme spécial pour les travailleurs qui veulent s’installer dans les provinces atlantiques (l’avantage est que tu arrives avec un emploi) https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/programme-immigration-Canada-atlantique.html

Il y a aussi un programme qui s’appelle « initiative stratégique » et qui est destiné à accueillir les immigrants francophones. Par contre, ce ne sera pas la voie la plus rapide https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/volet_initiative_strategique_nb.html

Puis il y a le volet « entrée express », mais il est suspendu en ce moment au Nouveau-Brunswick car trop de demandes. Il faut surveiller la reprise sur leur site Internet https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/Immigrer/content/CommentImmigrer/ProgrammeDesCandidatsDuNB-PCNB/PCNB-EntreeExpress.html

Tu peux aussi appeler les services d’immigration du Québec (et du Nouveau-Brunswick si ça t’intéresse), les agents peuvent donner des conseils sur le programme d'immigration le plus adapté à ton cas. Attention : tu n’es pas censé choisir une autre province pour gagner du temps puis aller au Québec par la suite. 

À vérifier aussi pour les compétences linguistiques, car dans notre cas nous n’en avions pas besoin. Mais cela dépend des programmes et du niveau d’études.  

N'hésite pas m’envoyer un message privé si tu veux plus d’informations sur ma province. 

Afflux, tout est relatif. Le NB a gagné 3 personnes mais la NE en a gagné plus. Et tu oublies le sens inverse. Je connais plein de familles sur le point de quitter le NB ou qui étudient très fortement la question. Excuse-moi mais on ne peut pas comparer Moncton avec des grands centres. 

 

D'autre part, la personne a une certification de l'AMF. Sauf erreur, c'est au Québec et non au NB. Et au Québec ou en Ontario par exemple il y a plein de place avec exactement les mêmes avantages que le NB mais avec l'avantage de la localisation (plus proche de la culture, de grands aéroports, plus central).

Link to comment
Share on other sites

Il y a 3 heures, PowerRanger a dit :

Afflux, tout est relatif. Le NB a gagné 3 personnes mais la NE en a gagné plus. Et tu oublies le sens inverse. Je connais plein de familles sur le point de quitter le NB ou qui étudient très fortement la question. Excuse-moi mais on ne peut pas comparer Moncton avec des grands centres. 

 

D'autre part, la personne a une certification de l'AMF. Sauf erreur, c'est au Québec et non au NB. Et au Québec ou en Ontario par exemple il y a plein de place avec exactement les mêmes avantages que le NB mais avec l'avantage de la localisation (plus proche de la culture, de grands aéroports, plus central).

Non je n’oublie pas les départs. J’ai bien dit que plusieurs ne se plaisent pas et quittent la province. ?

Je ne compare pas non plus, j’ai bien dit que certains quittent les grands centres pour s’installer au calme, pas dans un autre grand centre. J’en connais plusieurs à Dieppe. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, Pamela a dit :

Non je n’oublie pas les départs. J’ai bien dit que plusieurs ne se plaisent pas et quittent la province. ?

Je ne compare pas non plus, j’ai bien dit que certains quittent les grands centres pour s’installer au calme, pas dans un autre grand centre. J’en connais plusieurs à Dieppe. 

C'est la province qui a le plus de départ, le plus de mal avec la rétention. Dans les 5 ans, un grand nombre part. Honnêtement, après plus de 3 ans au NB, je ne regrette à aucun moment mon départ de cette province, rien ne me manque. Certaines belles rencontres oui, mais pas la province.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, Pamela a dit :

La quatrième solution serait d’envisager une autre province. 

Je vis au Nouveau-Brunswick, proche de Moncton, depuis 5 ans. La province est bilingue, mais il faut quand même avoir un niveau d’anglais acceptable pour multiplier les chances de trouver un emploi. Nous on a eu de la chance, car mon conjoint travaille en français et moi j’ai repris des études universitaires en français aussi. Cela dit, c’est pas tout le monde qui va pouvoir trouver facilement sans maîtriser l’anglais. Pour être honnête, c’est pas non plus tout le monde qui se plait dans la province. Il y en a beaucoup qui partent pour le Québec plus ou moins rapidement, mais il y a ceux comme nous qui s’y plaisent bien. Depuis le début de la pandémie, on assiste aussi à un afflux de Canadiens qui fuient les centres urbains de l’Ontario et du Québec pour venir vivre au calme au bord de la mer. 

Il y a un programme spécial pour les travailleurs qui veulent s’installer dans les provinces atlantiques (l’avantage est que tu arrives avec un emploi) https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/programme-immigration-Canada-atlantique.html

Il y a aussi un programme qui s’appelle « initiative stratégique » et qui est destiné à accueillir les immigrants francophones. Par contre, ce ne sera pas la voie la plus rapide https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/volet_initiative_strategique_nb.html

Puis il y a le volet « entrée express », mais il est suspendu en ce moment au Nouveau-Brunswick car trop de demandes. Il faut surveiller la reprise sur leur site Internet https://www.welcomenb.ca/content/wel-bien/fr/Immigrer/content/CommentImmigrer/ProgrammeDesCandidatsDuNB-PCNB/PCNB-EntreeExpress.html

Tu peux aussi appeler les services d’immigration du Québec (et du Nouveau-Brunswick si ça t’intéresse), les agents peuvent donner des conseils sur le programme d'immigration le plus adapté à ton cas. Attention : tu n’es pas censé choisir une autre province pour gagner du temps puis aller au Québec par la suite. 

À vérifier aussi pour les compétences linguistiques, car dans notre cas nous n’en avions pas besoin. Mais cela dépend des programmes et du niveau d’études.  

N'hésite pas m’envoyer un message privé si tu veux plus d’informations sur ma province. 

 

Merci pour votre réponse !

 

Oui, une autre province que le Quebec pourrait nous tenter car nous apprécions l'anglais, mais pour être honnêtes nous n'avons pas un niveau suffisant pour pouvoir nous y installer.

L'entretien de ma femme dans son groupe s'est d'ailleurs passé intégralement en anglais, ce qui nous a bien surpris, alors que le poste qu'elle visait se trouvait sur Montréal. Peut-être que dans son groupe on ne parle qu'Anglais, même au Quebec...

Bien qu'elle ait passé un an en Australie, plus jeune, elle a expliqué qu'elle souhaitait justement commencer par le Quebec car, normalement (!), on y parle plus Français qu'Anglais, et que ce pourrait être l'occasion pour elle d'apprendre le vocabulaire technique inhérent à sa profession en anglais. Les entretiens se sont bien passés mais... pas d'appel depuis, d'où son postulat dans d'autres entreprises.

Notre idée est donc pour le moment de nous installer au Quebec, en se disant que nous aurons peut-être d'autres opportunités plus tard !

Link to comment
Share on other sites

Il y a 9 heures, crazy_marty a dit :

 

Jeunes Professionnels a deux inconvénients: il ne donne pas obligatoirement accès à un permis ouvert pour le conjoint ET il nécessite de trouver un employeur. C'est un peu plus compliqué quand les employeurs n'ont pas la moindre idée de ce que c'est - mais la bonne nouvelle c'est que contrairement à un permis de travail traditionnel ils ont pas besoin de prouver qu'ils ne peuvent pas trouver quelqu'un déjà sur place.

 

A noter aussi l'inconvénient d'un permis lié à un employeur: si tu es malheureux sur la job ou traiter comme de la scrap, ou même sous payé par rapport au marché, tu es piégé car tu dois refaire un permis avec un nouvel employeur si jamais tu veux démissionner.

 

Deuxième chose: si tu viens sur un permis de travail ouvert, tu devras recommencer de la paperasse pour demander un permis d'études. Tu ne pourras pas cumuler les deux permis. 

 

Le plus simple à mon avis c'est simplement de faire permis d'études pour toi + permis ouvert pour elle. Je pense pas qu'elle aura des problèmes pour trouver, surtout avec sa licence AMF déjà en poche.

 

Merci beaucoup pour cette réponse ! Ca confirme ce que j'avais à peu près compris du programme Jeunes Professionnels.

 

Je pensais qu'un permis de travail ouvert donnait également accès aux études. Effectivement, il semblerait donc que le plus simple soit de passer par mon permis d'études, qui lui ouvrirait donc automatiquement (?) le droit à un permis de travail ouvert.

 

Je pense creuser cette piste là, mais j'ai une autre question qui me taraude. J'en fait un message plus bas.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Alors, admettons que je me lance dans un permis d'études, disons pour mi-2023, et que finalement ma femme trouve un poste avant.

Est-ce que je pourrais, par exemple, la suivre en demandant un permis de visiteur simple, qui me permettrait de patienter le temps que ma formation commence ?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

 

15 minutes ago, Enroute said:

 

Merci pour votre réponse !

 

Oui, une autre province que le Quebec pourrait nous tenter car nous apprécions l'anglais, mais pour être honnêtes nous n'avons pas un niveau suffisant pour pouvoir nous y installer.

L'entretien de ma femme dans son groupe s'est d'ailleurs passé intégralement en anglais, ce qui nous a bien surpris, alors que le poste qu'elle visait se trouvait sur Montréal. Peut-être que dans son groupe on ne parle qu'Anglais, même au Quebec...

Bien qu'elle ait passé un an en Australie, plus jeune, elle a expliqué qu'elle souhaitait justement commencer par le Quebec car, normalement (!), on y parle plus Français qu'Anglais, et que ce pourrait être l'occasion pour elle d'apprendre le vocabulaire technique inhérent à sa profession en anglais. Les entretiens se sont bien passés mais... pas d'appel depuis, d'où son postulat dans d'autres entreprises.

Notre idée est donc pour le moment de nous installer au Quebec, en se disant que nous aurons peut-être d'autres opportunités plus tard !

Je trouve que l'Australie est trés proche culturellement du Canada Anglais. Donc je ne vois pas l'interet pour vous de partir dans une province anglophone, alors que l'Australie se trouve juste à coté de la Nouvelle Calédonie.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
45 minutes ago, Enroute said:

Alors, admettons que je me lance dans un permis d'études, disons pour mi-2023, et que finalement ma femme trouve un poste avant.

Est-ce que je pourrais, par exemple, la suivre en demandant un permis de visiteur simple, qui me permettrait de patienter le temps que ma formation commence ?

 

Tu es Français, pas besoin d'un permis visiteur quelconque. Tu peux juste venir avec elle comme touriste. Par contre, aucun droit de travailler. Alors tant qu'à faire, autant demander un permis de travail ouvert pour toi, attaché au sien qui sera fermé. Puis quand tu es prêt à faire ta formation, tu changes ton permis. C'est de la paperasse, mais au moins pendant quelques mois, tu reçois un salaire. 

Link to comment
Share on other sites

il y a 29 minutes, Seigneur_des_anneaux a dit :

 

Je trouve que l'Australie est trés proche culturellement du Canada Anglais. Donc je ne vois pas l'interet pour vous de partir dans une province anglophone, alors que l'Australie se trouve juste à coté de la Nouvelle Calédonie.

 

Les parcours de vie de chacun ne sont jamais les mêmes, tout comme les goûts et les couleurs...

 

On peut déjà commencer par dire que l'Australie n'a pas DU TOUT la même politique migratoire que le Canada.

On a autant de chances d'être accepté en Australie que d'être accepté pour des vacances sur la lune. Nous pourrions peut-être les intéresser si nous avions un patrimoine se chiffrant en centaines de milliers de dollars, mais ce n'est pas le cas.

Nous adorons la Nouvelle-Zélande, mais là c'est encore pire... Ils ferment de plus en plus les frontières à tout le monde, depuis qu'ils se sont fait "envahir" par les chinois.

En tout cas, si l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Canada nous disaient "VENEZ, S'IL VOUS PLAIT, VENEZ !", nous choisirions le Canada. Ce serait comme de choisir entre de la raclette, du comté ou du brie : à un moment, faut trancher ?

 

Mais déjà, sur le principe quitter un pays pour un autre uniquement parce qu'il est juste à côté... Je ne trouve pas que ça ait forcément de sens, surtout quand on n'a aucune intention de retourner dans son pays d'origine une fois parti.

 

Au-delà de ça, le Canada nous fait rêver, tout simplement. Depuis longtemps. Et toutes les personnes que nous connaissons qui s'y sont installées ne nous font que nous donner plus envie d'y aller nous aussi, que ce soit au Quebec ou dans le reste du pays. J'avoue quand même que je "connais" mieux le Quebec que d'autre provinces par le nombre de reportages que j'ai vu.

 

Autre point : nous serions plus proches de la famille de ma femme qui réside en France. Cela fait 10 ans maintenant qu'elle ne les voit que très peu car le prix du billet d'avion est exorbitant ici. Et je ne parle pas du voyage de plus de 30h que nous avons d'ailleurs fait il y a à peine 2 semaines... un calvaire !

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
il y a une heure, Enroute a dit :

 

Merci pour votre réponse !

 

Oui, une autre province que le Quebec pourrait nous tenter car nous apprécions l'anglais, mais pour être honnêtes nous n'avons pas un niveau suffisant pour pouvoir nous y installer.

L'entretien de ma femme dans son groupe s'est d'ailleurs passé intégralement en anglais, ce qui nous a bien surpris, alors que le poste qu'elle visait se trouvait sur Montréal. Peut-être que dans son groupe on ne parle qu'Anglais, même au Quebec...

Bien qu'elle ait passé un an en Australie, plus jeune, elle a expliqué qu'elle souhaitait justement commencer par le Quebec car, normalement (!), on y parle plus Français qu'Anglais, et que ce pourrait être l'occasion pour elle d'apprendre le vocabulaire technique inhérent à sa profession en anglais. Les entretiens se sont bien passés mais... pas d'appel depuis, d'où son postulat dans d'autres entreprises.

Notre idée est donc pour le moment de nous installer au Quebec, en se disant que nous aurons peut-être d'autres opportunités plus tard !

Un entretien au Canada se passe toujours bien. Juste qu'à la fin, tu ne seras pas pris si tu ne réponds pas aux attentes.

Link to comment
Share on other sites

il y a 12 minutes, crazy_marty a dit :

 

Tu es Français, pas besoin d'un permis visiteur quelconque. Tu peux juste venir avec elle comme touriste. Par contre, aucun droit de travailler. Alors tant qu'à faire, autant demander un permis de travail ouvert pour toi, attaché au sien qui sera fermé. Puis quand tu es prêt à faire ta formation, tu changes ton permis. C'est de la paperasse, mais au moins pendant quelques mois, tu reçois un salaire. 

 

Je suis tellement pris dans ces histoires de permis que je n'ai même pas songé qu'il n'y en avait peut-être pas besoin pour pouvoir la suivre sans travailler...?

 

Je commence à y voir un peu plus clair grâce à vous.

 

Imaginons maintenant qu'une fois que j'aurai commencé ma formation, elle souhaite changer d'employeur. Si j'ai à peu près suivi, elle pourra disposer (assez facilement) d'un PTO ?

Link to comment
Share on other sites

il y a 1 minute, PowerRanger a dit :

Un entretien au Canada se passe toujours bien. Juste qu'à la fin, tu ne seras pas pris si tu ne réponds pas aux attentes.

 

En fait, pour aller plus loin sur le sujet, les deux directrices avec qui elle a eu son entretien lui ont indiqué que la boîte était en pleine restructuration (ce qui est vrai), et qu'elle avaient bien compris le but de sa démarche (travailler pour une boîte bilingue mais avec une prédominance pour le Français, ceci afin de parfaire son vocabulaire technique en Anglais dans un premier temps).

Elles lui ont dit qu'elle étaient très intéressée par son profil et qu'elles ne manqueraient pas de revenir vers elle si un poste lui correspondant venait à s'ouvrir/être disponible.

 

La question : est-il de coutume au Canada de dire ce genre de chose, même si elles n'ont aucune intention de la rappeler, ou est-ce que cela pourrait être vrai ?

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Posted (edited)
30 minutes ago, Enroute said:

 

Les parcours de vie de chacun ne sont jamais les mêmes, tout comme les goûts et les couleurs...

 

On peut déjà commencer par dire que l'Australie n'a pas DU TOUT la même politique migratoire que le Canada.

On a autant de chances d'être accepté en Australie que d'être accepté pour des vacances sur la lune. Nous pourrions peut-être les intéresser si nous avions un patrimoine se chiffrant en centaines de milliers de dollars, mais ce n'est pas le cas.

Nous adorons la Nouvelle-Zélande, mais là c'est encore pire... Ils ferment de plus en plus les frontières à tout le monde, depuis qu'ils se sont fait "envahir" par les chinois.

En tout cas, si l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Canada nous disaient "VENEZ, S'IL VOUS PLAIT, VENEZ !", nous choisirions le Canada. Ce serait comme de choisir entre de la raclette, du comté ou du brie : à un moment, faut trancher ?

 

Mais déjà, sur le principe quitter un pays pour un autre uniquement parce qu'il est juste à côté... Je ne trouve pas que ça ait forcément de sens, surtout quand on n'a aucune intention de retourner dans son pays d'origine une fois parti.

 

Au-delà de ça, le Canada nous fait rêver, tout simplement. Depuis longtemps. Et toutes les personnes que nous connaissons qui s'y sont installées ne nous font que nous donner plus envie d'y aller nous aussi, que ce soit au Quebec ou dans le reste du pays. J'avoue quand même que je "connais" mieux le Quebec que d'autre provinces par le nombre de reportages que j'ai vu.

 

Autre point : nous serions plus proches de la famille de ma femme qui réside en France. Cela fait 10 ans maintenant qu'elle ne les voit que très peu car le prix du billet d'avion est exorbitant ici. Et je ne parle pas du voyage de plus de 30h que nous avons d'ailleurs fait il y a à peine 2 semaines... un calvaire !

Je viens de vérifier les statistiques. En 2019, l'Australie a accepté 240 000 immigrants alors que le Canada avait accepté 340 000. Donc proportionellement au nombre d'habitants l'Australie accepte autant d'immigrants que le Canada. J'ai visité Sydney et Mebourne  et ce sont des villes cosmopolites comme Toronto et Vancouver avec les meme  commuanutés ethniques qu'on trouve au  Canada Anglais notament orginaires d' Asie et Inde.

La seule différence c'est que le gouvernement australien est plus stricte avec les immigrants qui viennent de maniere illégale en bateau, ils ont meme payé certains gouvernements des iles du pacifique pour les déporter la bas alors que le Canada les accepte à bras ouvert ( Google Chemin Roxham).

Edited by Seigneur_des_anneaux
Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
30 minutes ago, Enroute said:

 

 

 

La question : est-il de coutume au Canada de dire ce genre de chose, même si elles n'ont aucune intention de la rappeler, ou est-ce que cela pourrait être vrai ?

Oui au Canada c'est coutume de dire ca par politesse au lieu de dire qu''ils n'ont pas aimé le profil du canadidat et n'ont aucune intention de le rappeler.

Et ca arrive aussi qu'on licencie quelqu'un mais on lui donne jamais les vrais raisons, mais ils vont juste dire que c'est à cause du budget et ils peuvent  le rapeller plus tard

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement