Jump to content

Quels débouchés pour un titulaire du master en sciences de l'éduca


TomtomBacchus
 Share

Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis éducateur spécialisé et je travaille dans une structure qui accompagne des enfants et ados qui présentent des troubles du comportement et/ou une déficience mentale légère. Je suis donc titulaire dun baccalauréat en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif. Actuellement, je suis occupé à faire un master en sciences de léducation.

Jai toujours été attiré par le Canada et lidée de my installer ne cesse de me titiller. Je me demande dès lors quels sont les débouchés pour une personne possédant ces deux titres. Ces diplômes sont-ils reconnus ? Mon (futur) diplôme universitaire peut-il être pris en considération dans une fonction déducateur ? Du point de vue de la qualité de vie, la situation dun éduc au Québec est-elle très différente de celle dun éduc en Belgique ?

Je vous remercie à lavance pour vos réponses.

Thomas.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

bonjour,

j ai une licence en sciences de l'éducation et l'équivalence est en cours donc je ne sais pas encore si ce sera reconnu! je posterai pour le dire. En principe ça doit être un baccalauréat

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis éducateur spécialisé et je travaille dans une structure qui accompagne des enfants et ados qui présentent des troubles du comportement et/ou une déficience mentale légère. Je suis donc titulaire dun baccalauréat en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif. Actuellement, je suis occupé à faire un master en sciences de léducation.

Jai toujours été attiré par le Canada et lidée de my installer ne cesse de me titiller. Je me demande dès lors quels sont les débouchés pour une personne possédant ces deux titres. Ces diplômes sont-ils reconnus ? Mon (futur) diplôme universitaire peut-il être pris en considération dans une fonction déducateur ? Du point de vue de la qualité de vie, la situation dun éduc au Québec est-elle très différente de celle dun éduc en Belgique ?

Je vous remercie à lavance pour vos réponses.

Thomas.

Bonjour Thomas.

J'ai moi aussi une licence en sciences de l'éducation, pour laquelle j'ai obtenu une équivalence (Bac de trois ans et non de quatre ans). J'imagine qu'avec la maîtrise, tu auras droit à un bac de 4 ans.

Cependant, il faut considérer qu'il n'y a pas beaucoup de place pour les généralistes en Amérique du nord. Ton diplôme (sciences de l'éducation) est assez général et l'employeur québécois ne saura pas forcément dans quelle "boîte" te classer. Dès le bac, il faut se spécialiser dans un créneau assez restreint, parce que dans la classification des métiers, il y en a très peu que tu peux exercer si tu n'es pas spécialisé. Par exemple, ici, il y a un bac d'enseignant au préscolaire-primaire, un autre d'enseignant au secondaire (plusieurs autres en fait selon la matière que tu veux enseigner), un autre d'enseignant au professionnel, etc. Quant aux diplômes qui peuvent t'amener à travailler auprès des jeunes en difficultés, il y a un bac en adaptation scolaire, un autre en orthopédagogie, un autre en psychoéducation, un autre en orthophonie, etc.

Il faut compter aussi sur le fait que les éducateurs spécialisés ont généralement un niveau collégial (et pas universitaire). Je te reviens un peu plus tard pour te donner des tuyaux sur les créneaux à explorer.

Link to comment
Share on other sites

bonjour,

j ai une licence en sciences de l'éducation et l'équivalence est en cours donc je ne sais pas encore si ce sera reconnu! je posterai pour le dire. En principe ça doit être un baccalauréat

Je te remercie et je croise les doigts pour que tu aies ton équivalence. Jattends avec impatience ton commentaire.

Jai néanmoins encore une question : quel emploi penses-tu pouvoir occuper une fois sur place avec ce diplôme ?

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis éducateur spécialisé et je travaille dans une structure qui accompagne des enfants et ados qui présentent des troubles du comportement et/ou une déficience mentale légère. Je suis donc titulaire d'un baccalauréat en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif. Actuellement, je suis occupé à faire un master en sciences de l'éducation.

J'ai toujours été attiré par le Canada et l'idée de m'y installer ne cesse de me titiller. Je me demande dès lors quels sont les débouchés pour une personne possédant ces deux titres. Ces diplômes sont-ils reconnus ? Mon (futur) diplôme universitaire peut-il être pris en considération dans une fonction d'éducateur ? Du point de vue de la qualité de vie, la situation d'un éduc au Québec est-elle très différente de celle d'un éduc en Belgique ?

Je vous remercie à l'avance pour vos réponses.

Thomas.

Bonjour Thomas.

J'ai moi aussi une licence en sciences de l'éducation, pour laquelle j'ai obtenu une équivalence (Bac de trois ans et non de quatre ans). J'imagine qu'avec la maîtrise, tu auras droit à un bac de 4 ans.

Cependant, il faut considérer qu'il n'y a pas beaucoup de place pour les généralistes en Amérique du nord. Ton diplôme (sciences de l'éducation) est assez général et l'employeur québécois ne saura pas forcément dans quelle "boîte" te classer. Dès le bac, il faut se spécialiser dans un créneau assez restreint, parce que dans la classification des métiers, il y en a très peu que tu peux exercer si tu n'es pas spécialisé. Par exemple, ici, il y a un bac d'enseignant au préscolaire-primaire, un autre d'enseignant au secondaire (plusieurs autres en fait selon la matière que tu veux enseigner), un autre d'enseignant au professionnel, etc. Quant aux diplômes qui peuvent t'amener à travailler auprès des jeunes en difficultés, il y a un bac en adaptation scolaire, un autre en orthopédagogie, un autre en psychoéducation, un autre en orthophonie, etc.

Il faut compter aussi sur le fait que les éducateurs spécialisés ont généralement un niveau collégial (et pas universitaire). Je te reviens un peu plus tard pour te donner des tuyaux sur les créneaux à explorer.

Je te remercie pour ta réponse, mais jai encore quelques questions...

Pourrais-tu me renseigner quant aux possibilités de se former sur place afin daméliorer ses chances dinsertion. Jai été voir sur quelques sites des universités québécoises et jai eu pas mal de difficultés à comprendre leur système. Est-il possible dentamer un master (ils nomment cela « maitrise » ou cest encore autre chose ?) dans un domaine relatif à mon diplôme ? Daprès ce que jai pu voir, le minerval est très cher : plus de 3000 $ (comparé au 875 dont il faut sacquitter ici), est-ce juste ?

Merci encore.

Thomas.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bon bon ... Je n'avais même pas fini ma première réponse moi :P

Je voulais ajouter que les débouchés, pour un éducateur spécialisé dont les diplômes sont reconnus, ne manquent pas.

Tu peux travailler:

- Dans les centres de la petite enfance (je ne sais pas si en Belgique vous appelez cela crèche ou garderies)

- Dans les écoles régulières ou spécialisées

- Dans les centres Jeunesse (ceux-ci s'occupent des jeunes en difficulté, chez eux, en famille d'accueil ou dans des centres)

- Dans des centres de réadaptation physique (CRDP) ou dans des centres de réadaptation intellectuelle

- Dans la rue (je ne sais pas si cela existe chez vous)

- Auprès de divers organismes communautaires qui s'occupent des jeunes

-Etc.

Maintenant la reconnaissance de ton diplôme: même avec une équivalence officielle, il faut garder en tête que le milieu de la santé et surtout le milieu de l'éducation ont une préférence marquée pour les diplômés d'ici (de préférence nés ici aussi). C'est con mais c'est ainsi.

Pour ce qui est du retour aux études: oui, rien à voir avec chez vous, ici les études, c'est assez cher. Mais encore, le Québec est l'endroit en Amérique du nord où les études coûtent le moins cher. Mais il y a des possibilités d'alléger le fardeau: on peut obtenir une bourse ou un prêt du ministère de l'éducation. Les universités offrent aussi des bourses à la maîtrise et au doctorat. Enfin, bon nombre d'étudiants combinent études et boulot.

Dernier avis: commencer sa vie québécoise en faisant une maîtrise n'est pas la meilleure façon d'intégrer le marché du travail. Plus tu es diplômé, plus tu as des difficultés à obtenir un premier emploi dans ton domaine. Encore une fois, c'est con mais c'est ainsi.

Edited by Kweli
Link to comment
Share on other sites

Bon bon ... Je n'avais même pas fini ma première réponse moi :P

Je voulais ajouter que les débouchés, pour un éducateur spécialisé dont les diplômes sont reconnus, ne manquent pas.

Tu peux travailler:

- Dans les centres de la petite enfance (je ne sais pas si en Belgique vous appelez cela crèche ou garderies)

- Dans les écoles régulières ou spécialisées

- Dans les centres Jeunesse (ceux-ci s'occupent des jeunes en difficulté, chez eux, en famille d'accueil ou dans des centres)

- Dans des centres de réadaptation physique (CRDP) ou dans des centres de réadaptation intellectuelle

- Dans la rue (je ne sais pas si cela existe chez vous)

- Auprès de divers organismes communautaires qui s'occupent des jeunes

-Etc.

Maintenant la reconnaissance de ton diplôme: même avec une équivalence officielle, il faut garder en tête que le milieu de la santé et surtout le milieu de l'éducation ont une préférence marquée pour les diplômés d'ici (de préférence nés ici aussi). C'est con mais c'est ainsi.

Pour ce qui est du retour aux études: oui, rien à voir avec chez vous, ici les études, c'est assez cher. Mais encore, le Québec est l'endroit en Amérique du nord où les études coûtent le moins cher. Mais il y a des possibilités d'alléger le fardeau: on peut obtenir une bourse ou un prêt du ministère de l'éducation. Les universités offrent aussi des bourses à la maîtrise et au doctorat. Enfin, bon nombre d'étudiants combinent études et boulot.

Dernier avis: commencer sa vie québécoise en faisant une maîtrise n'est pas la meilleure façon d'intégrer le marché du travail. Plus tu es diplômé, plus tu as des difficultés à obtenir un premier emploi dans ton domaine. Encore une fois, c'est con mais c'est ainsi.

Donc daprès ce que je comprends, il ne devrait pas y avoir de problème pour que mes diplômes soient reconnus au Québec. Ensuite, cest à moi à me montrer suffisamment convaincant pour me faire engager.

Pardonne moi, mais jai une dernière question : je ne considère pas le Québec comme un eldorado, mon objectif nest certainement pas de faire fortune (en tant quéduc, ça serait une première). Cependant, je tiens à conserver une qualité de vie équivalente à celle que jai ici. Un éducateur spécialisé qui débute (niv. Baccalauréat) en Belgique gagne en moyenne 1500 net (plus ou moins 2000 de vos $) par mois, cela correspond à un petit-moyen salaire. Un loyer pour un appartement une chambre (décent) dans une ville telle que Bruxelles (capitale) se situe entre 450 (600 $) et 600 (800 $) (bien entendu, il est possible de monter beaucoup plus haut dans les prix.). Le coût de la vie étant assez cher, ce salaire ne permet pas de faire des folies, mais il est suffisant en ce qui me concerne.

Penses-tu que je puisse espérer une qualité de vie plus ou moins identique à celle-ci (en termes de salaire) ? Je suppose que limmigration en soi est déjà quelque chose de difficile, je ne teins à me retrouver avec un salaire de misère.

Voilà, je te remercie encore pour tes réponses.

Bien à toi.

Thomas.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

bonjour,

j ai une licence en sciences de l'éducation et l'équivalence est en cours donc je ne sais pas encore si ce sera reconnu! je posterai pour le dire. En principe ça doit être un baccalauréat

Je te remercie et je croise les doigts pour que tu aies ton équivalence. J'attends avec impatience ton commentaire.

J'ai néanmoins encore une question : quel emploi penses-tu pouvoir occuper une fois sur place avec ce diplôme ?

je le mettrai! et je souhaite travailler en tant qu'éducatrice en garderie et à long terme ouvrir ma garderie chez moi.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Pardonne moi, mais jai une dernière question : je ne considère pas le Québec comme un eldorado, mon objectif nest certainement pas de faire fortune (en tant quéduc, ça serait une première). Cependant, je tiens à conserver une qualité de vie équivalente à celle que jai ici. Un éducateur spécialisé qui débute (niv. Baccalauréat) en Belgique gagne en moyenne 1500 net (plus ou moins 2000 de vos $) par mois, cela correspond à un petit-moyen salaire. Un loyer pour un appartement une chambre (décent) dans une ville telle que Bruxelles (capitale) se situe entre 450 (600 $) et 600 (800 $) (bien entendu, il est possible de monter beaucoup plus haut dans les prix.). Le coût de la vie étant assez cher, ce salaire ne permet pas de faire des folies, mais il est suffisant en ce qui me concerne.

Penses-tu que je puisse espérer une qualité de vie plus ou moins identique à celle-ci (en termes de salaire) ? Je suppose que limmigration en soi est déjà quelque chose de difficile, je ne teins à me retrouver avec un salaire de misère.

À mon avis (qui n'engage que moi), le coût de la vie en Belgique est bien plus élevé qu'ici. Je parle par rapport aux expériences de ma soeur, ma marraine, son fils adulte et de nombreux amis qui vivent en Belgique. Les logements y seraient bien plus chers et bien plus petits. Le coût de la nourriture serait à peu équivalent. Pour tout le reste (équipements de la maison par exemple, ou vêtements), il me semble que nous avons ici bien plus de possibilités d'achats pour les faibles revenus que chez vous.

Pour ce qui est des salaires, ici, un éducateur débutant (diplôme d'études collégiales) qui travaille à temps plein gagnerait entre 30 000 $ et 35 000 $ brut par année selon les endroits (je ne sais pas trop ce que ça donne comme salaire net (ici on est payé par semaine ou par deux semaines, le salaire par mois n'existe presque pas). Comme début, pour un jeune qui n'a pas encore trop de responsabilités, il s'agit là d'un salaire correct qui te permet de vivre assez bien, tu peux faire un voyage par année, quelques sorties, etc.

Évidemment, il y aura toujours des gens qui chercheront à te payer 12 $ de l'heure (ce qui te donnerait moins de 25000$ par an pour 40 heures travaillées par semaine). Des gens qui veulent exploiter les autres il y en a partout mais tu n'es pas obligé d'accepter non plus. Et si tu acceptes, tu gardes en tête que tu peux planter ton employeur là à tout moment si tu trouves mieux. Tout comme lui, il peut te planter s'il trouve quelqu'un qui demande moins cher. Au privé en tout cas. Car au public, c'est différent, avec les syndicats et tout.

Comme mon expérience est plutôt indirecte, il faudrait confirmer le tout avec ton compatriote Tarbais, qui connaît assez bien les deux pays pour comparer. Il y a d'ailleurs un post ouvert par les Belges du forum, je te conseille de le lire.

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement