Aller au contenu
RobinDesBois

Yellowknife, après tout ...

Messages recommandés

Ouais ... M'y revoilà.

Revenu ici je vois cette ville, en partie parce que j'y suis mieux préparé, en partie aussi parce qu'elle a changé. Notamment on peut remarquer qu'elle est plus cosmopolite. Puis il y a quelques extensions en périphérie de la ville qu'on ne voyait pas. Les bords du grand lac des esclaves attirent du monde dirait-on.

Je n'en suis pas encore à crier victoire, mais il est certain que sur quelques questions clé comme la recherche d'emploi, cette ville tient la dragée très haute à la région où j'étais auparavant, dans une ville dont je ne veux même plus me souvenir du nom au sud de l'Alberta.

Moins de 24 heures après mon arrivée j'avais déjà un boulot assuré. Etonnant, d'ailleurs : l'employeur qui me l'a proposé ne m'a pas demandé de cv ... et en plus il m'a donné quelques jours pour y penser. Et il va de soi que c'est à la fois beaucoup plus tranquille et mieux payé. Bref, je crois que la fraicheur qui se fait déjà sentir ne va guère m'impressionner.

Il faut peut-être préciser que c'est grâce au réseau que j'avais conservé sur place que j'ai trouvé avec autant d'aisance. Il en va ainsi avec les petites villes. Avoir du réseau ou ne pas en avoir, ça se résume presque entièrement à ça.

Ma principale préoccupation était le logement, mais ça a pu se résoudre aussi, quoique in extrémis vu la situation financière où on se trouve après un an passé dans le sud de l'Alberta.

Il n'y a pas de doute que certains produits de consommation sont plus chers ici qu'ailleurs. J'ai entre autres remarqué que le transport de caisses m'a coûté plus cher qu'il y a un an dans l'autre sens, et que le carburant aux stations services se paye presque à 1 dollar et demi le litre.

Rien n'est parfait en ce monde ...

Depuis peu, la noirceur des nuits est de retour et avec elle vient la fraicheur. Fini, laisser la fenêtre ouverte pendant la nuit. Enfin voilà ... couci couça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A part les chantiers immobiliers qui poussent comme des champignons, les coins de taïga qu'on défriche, les visages africains qu'on voyait moins et qu'on voit à présent à chaque instant, ... et le trafic qui s'intensifie ... on peut constater une amélioration dans certains services, notamment de la part des associations francophones. Pas mal limité cependant, encore. Une seule fonctionnaire d'Immigration Canada. La même qu'il y a un an. Impossibilité d'aller la voir sans prise de rdv en passant par un numéro de téléphone qui est constamment saturé. L'Aurora College a mis à disposition une personne dont j'avais entendu dire qu'elle est québécoise (car elle porte un nom francophone) mais qui ne l'est pas. Elle a remplacé une camerounaise qui avait elle-même remplacé une uruguayenne. Les immigrants sont apparemment jetés hors des services aux immigrants, y compris un français qui travaillait pour le service immigrant dans l'association francophone, et qui maintenant s'occupe des vieux. Difficile d'arracher des renseignements sur certains sujets pointus, du genre "pour telle profession, faut-il une LMO ?"

Cependant le principal service est au rendez-vous : on peut sans trop s'emmerder trouver du boulot voire plusieurs boulots pour ceux qui sont capables de bosser de jour et de nuit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime bien lire vos retours d'expérience. Merci beaucoup de les partager avec la communauté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime bien lire vos retours d'expérience. Merci beaucoup de les partager avec la communauté.

"You're welcome". Toujours un plaisir de renseigner les gens.

Bon ... je continue ce que je disais.

Je suis venu en bagnole depuis le sud de l'Alberta. Un peu plus de 24 heures. Jolis paysages dans le chemin, soit dit en passant, notamment dans le nord-ouest de l'Alberta à partir des localités de Saint-Albert et Morinville (anciennement il y avait pas mal de francophones) au nord d'Edmonton vers Valleyview, où se trouve l'intersection entre la route de l'Alaska qui part vers l'Ouest (et traverse Grande Prairie) et la route qui va plein Nord. Je l'ai prise, malgré mon envie de voir Grande Prairie et j'ai traversé de nuit d'autres coins remplis de noms de localité francophone. A partir de Peace River on se surprend de voir qu'il y a encore autant d'activité agricole, malgré les hautes latitudes. Jolis coins. Il faudrait que je colle quelques photos ...

Enfin oui, très jolis coins en tout cas, verdoyants, vallonés etc.

Passé High Level on recommande d'être prudent concernant les pleins d'essence vu que la distance entre stations services se mesure en centaines de kilomètres. On est parfois saisi d'un certain ennui lorsqu'on ne traverse plus aucune localité et qu'on continue de voir cette même forêt, mélangée de conifères et de feuillus. Aux territoires nord-ouest, ça devient plus sauvage. Il n'est plus surprenant du tout de voir des bisons au bord de la route. Je les ai vus d'assez près pour pouvoir observer le millier de mouches qui les pourchasse constamment. A ce sujet, attention à ne pas sous estimer ce que ça peut être comme expérience de sortir de la voiture et de se voir ciblé par ces satanées mouchettes, moustiques etc.

Depuis plusieurs années, un pont qui dans n'importe quel pays industrialisé serait construit en quelques mois se trouve toujours à l'état de chantier, je me demande d'ailleurs comment ils font pour atteindre de tels niveaux d'incompétence. Il faut prendre un ferry pour traverser la rivière. Il s'agit du point où le grand lac des esclaves se vide, vers le Nord-ouest (vallée du Mac Kenzie).

Traversant ces espaces immenses qui ne sont peuplés que d'insectes et de bisons, on a de quoi réfléchir concernant le potentiel de ces territoires ... hélas souvent laissés en friche, et qu'on considère généralement comme la propriété de quelques milliers d'indigènes.

Enfin voilà ... Quelques trucs en plus à dire sur le climat social local ... mais je risque de sombrer dans du politiquement incorrect.

Faut que j'y réfléchisse.

Modifié par RobinDesBois

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah ca les muches, mieux vaut eviter de sortir si tu ne veux pas les retrouver dans la voiture ensuite :-) et eventuellement qui vienennt s'engouffrer sous les pantalons et te bouffer les mollets, ou le derriere des oreilles ou le cou ou ... bref le premier centimetre carre de peau en somme.

Pour le boulot je confirme un peu la meme chose ici, celui qui veut bosser peut faire plusieurs boulot meme si ces derniers ne sont que de 2-3 heures. Personnellement je n';ai pas choisi de la faire. Pour le moment seulement car si je peux le faire, je vais tenter d'aller bosser je ne sais plus ou (deplacement en hydravion uniquement) mais le week-end uniquement et faire travailler mes mains et mes muscles (si si, je dois en avoir quelque part :P).

Le climat social ? Comme toutes les vilels du nord je suppose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le boulot je confirme un peu la meme chose ici, celui qui veut bosser peut faire plusieurs boulot meme si ces derniers ne sont que de 2-3 heures.

Ici ? Es-tu aussi dans le nord ?

Par rapport au sujet social je me référais à la question indigène.

Ma femme a pas mal changé vis à vis d'eux, qui la reconnaissent comme quelqu'un de pareil, et c'est un important motif pour nous de nous sentir plus à l'aise ici, où les indigènes sont très présents et influents.

Honnêtement et sans trop me tromper je peux déclarer que je préfère un indigène à un canadien, en fin de compte.

Les indigènes sont grossiers mais ne sont pas faux-culs.

L'ambiance sur YK est spéciale vu qu'entre les nombreux indigènes et les nombreux immigrants, les canadiens sont assez rares et qu'en plus ils sont le plus souvent de passage pour quelques mois ou quelques années, ne pouvant donc pas se présenter comme dans d'autres villes comme les autochtones (au sens vrai du terme) auxquels on doit tout naturellement se plier,voire s'intégrer ou faire semblant de s'intégrer à tout prix, etc D'ailleurs ils sont divisés : ceux de terre-neuve par exemple sont à part. Les franco-canadiens aussi, évidemment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pas le meme nord que le tien, je suis dans le nord du Quebec, dans le Nunavik. C'est different du tiens car justement, on est au Quebec.

Pour le cote relations il y a une difference de comportement avec celui qui ne fait que passer et celui qui reste ou revient. Cela fait presque 2 ans que je suis ici et oui, je me suis apercus que le relationnel etait different.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le cote relations il y a une difference de comportement avec celui qui ne fait que passer et celui qui reste ou revient. Cela fait presque 2 ans que je suis ici et oui, je me suis apercus que le relationnel etait different.

Le fait de revenir est certainement bien vu.

Il faudrait presque conseiller de s'en aller quelques mois puis de revenir, tant c'est profitable.

Enfin ... j'en reviens à ce que je racontais ...

Le problème de trouver un emploi n'est pas vraiment un problème dans le Nord. Ce qui l'est plutôt c'est le logement.

En colocation "roommate" dans une chambrette à 800 dollars par mois, où je tenais avec ma petite famille, j'ai eu de la chance d'avoir convaincu quelqu'un de me louer un appartement, que je payerai comme deux de ces ridicules chambrettes. Les quelques semaines passées là me donnaient la sensation de plus en plus aigue que c'était intenable. En plus, outre les 800 dollars en question, il faut tenir compte des frais additionnels comme d'avoir été s'alimenter au MacDo faute d'avoir envie de cuisiner dans un espace partagé. Par ailleurs le propriétaire venait nous parler de ses factures, suggérant que si on l'aidait à payer l'électricité, internet etc. ça serait bienvenu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le logement est un gros probleme effectivement, meme si les prograammes entre la Province du Quebec et les TNO son totalement differents si ce n'est inexistant pour ces derniers.

Le Quebec a un programme de logement a construire dans le nord, ce qui semble etre totalement absent aux TNO. Bien sur apres on entend chialer sur Nunatsiaq News ( http://www.nunatsiaqonline.ca/ ) que l'on est privilegie, infantilise ... certainement, mais en attendant, les logements se construisent et il y a un prive ici a Kuujjuaq qui construit 24 logements. Les TNO peuvent s'en donner les moyens si ils le souhaitent.

On a egalement un programme appele "Home ownership" afin de developper l'accession a la propriete privee. Cela passe par la garantie des prets, un cadrage sur le type de construction afin de respecter les constructions dans le nord ...etc.

Que sont les programmes dans les TNO pour le logement ?

QC_Liberal_Candidate_ISA_3936_1MB.jpg

Un des exemples de prix dans le Nord.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a egalement un programme appele "Home ownership" afin de developper l'accession a la propriete privee. Cela passe par la garantie des prets, un cadrage sur le type de construction afin de respecter les constructions dans le nord ...etc.

Que sont les programmes dans les TNO pour le logement ?

Bonne question ...

Les TNO sont un territoire qui vote NDP, où on pense volontiers en termes de programmes d'aide sociale.

La présence des indigènes amène cependant un élément politique important : pour faire court, ça les ferait ch. qu'on développe massivement des logements à prix accessibles, vu qu'ils souhaitent limiter autant que possible la vague déferlante des immigrés et des canadiens.

Bref ... Concernant les difficultés d'accès au logement, on dirait qu'aucune solution générale à ce problème n'est recherchée, mais par contre, il y a du "housing" (logement social) ... Bien entendu, ils ont restreint l'accès aux personnes arrivées il y a au moins six mois à Yellowknife. Par ailleurs, à ce moment, on peut déposer une candidature ("application") mais il faudra plusieurs mois pour que quelque chose apparaisse. Ah oui, j'oubliais de dire que le niveau de revenu doit être particulièrement faible. Tenir en compte aussi que le genre de logement où on peut alors se retrouver, euuuh ... pardon mais c'est juste intenable vu le voisinage des "northerners" (façon politiquement correcte pour parler des indigènes) qui se tabassent, qui vendent de la drogue etc. Ceci dit outre ces "housing" machins, il y a une autre technique mais qui bien entendu est tout à fait confidentielle, il n'y a vraiment personne qui viendra en parler aux immigrants : on peut se présenter à un ministère qui curieusement s'appelle ECE (education culture and employment) pour y demander une aide sociale concernant le payement du loyer. Là encore les revenus doivent être vraiment faibles pour que ça marche et bien entendu on est plafonné, autrement dit, dès que les revenus qu'on a augmentent on reçoit moins d'aide. Et les paperasses, mieux vaut ne pas en parler. Alors une troisième technique est possible : trouver un logement bon marché à certains endroits où ça existe. Le plus connu à YK est le Northern United Place. Bonne solution. Très recherchée, donc on a quelques mois d'attente.

Concernant l'achat d'un logement, certains entrepreneurs, qui n'ont pas la culture locale (du parasitisme et du partage du gâteau des subventions fédérales), souhaitent se faire une part de marché immobilier en proposant des prix plus raisonnables ... démarche qui semble avancer au pas d'une tortue frigorifiée. En principe, c'est dans un "trailer" (sorte de remorque transformée en maison) qu'on se retrouve si on n'est pas parmi les quelques personnes qui ont vraiment de très bons salaires, ou qui en cumulent trois ou quatre.

Et voilà ... en tout cas, pour ce que j'en sais.

Par rapport aux prix de biens alimentaires, on est certainement moins en difficulté que ce que je vois dans la photo que tu as posté. Après tout, on est connectés par route à Edmonton qui n'est pas si loin. Les camions circulent. Les marchandises sont légèrement plus chères qu'en Alberta.

Modifié par RobinDesBois

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plutôt "pour le fun", voici ci dessous un extrait du site de la "fédération franco-ténoise" concernant leurs services à l'immigration. On peut voir qu'ils mentionnent la soupe populaire, qu'ils parlent des possibilités d'aide sociale (ce qui contredit ce que je disais plus haut, comme quoi cette possibilité n'est jamais portée à la connaissance des immigrés), ainsi que de la possibilité de recourir à une commission sur les droits humains ... De quoi se demander si c'est vraiment ça, "les ressources et services importants". Ils affirment aussi qu'on a probablement besoin d'avoir déjà acquis un permis de conduire local si on veut démontrer son identité, ce qui me semble ridiculement faux, et heureusement que ça l'est, vu que le permis de conduire ne vient que lorsqu'on a un logement démontrable (factures, ou "bail") ici.

Peu engageant. Mais une fois de plus, l'esprit critique est de mise.

Que la situation soit peinte en rose bonbon ou en noir encre, mieux vaut gratter la peinture pour voir ce qu'il y a dessous.

Mon hypothèse concernant le choix de ces "ressources et services" est que la fédération francophone en question se trouve désarmée face à l'arrivée d'immigrés francophones qui se transforment trop souvent en cas sociaux, et qu'elle préfère lancer un message d'avertissement, voire, les dissuader d'arriver par ici.

Ressources et services importants

p_9060_280.jpg agrandir24x24.png

Aide sociale

Tout résident des Territoires du Nord-Ouest (à l’exception des personnes parrainées) qui éprouve des difficultés financières à se procurer de la nourriture, des vêtements ou à acquitter son loyer peut présenter

une demande d’aide financière auprès du Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, au Département de l’Education, de la Culture et de l’Emploi, à la Division de la Sécurité du Revenu. Appelez au 867-766-5100

Commission des droits de la personne des TNO

C.P. 1860 / Rez-de-chaussée, Édifice Laing / Yellowknife NT X1A 2P4

Tél. : 867-669-5575 Fax : 867-873-0357 / Sans frais : 1-888-669-5575

Courriel : info@nwthumanrights.ca / Site Web : www.nwthumanrights.ca

La Commission des droits de la personne des TNO est un organisme indépendant qui administre la Loi sur les droits de la personne des TNO. La Commission s’occupe des plaintes en matière de discrimination. Une personne peut déposer une plainte auprès de la Commission si elle croit avoir fait l’objet de discrimination, ce qui est contraire à la Loi sur les droits de la personne. La Commission fait la promotion de l’égalité pour tous les résidents des TNO par la sensibilisation du public et le développement communautaire.

Permis de conduire :

Dès votre arrivée, allez chercher votre permis de conduire des TNO. Cela vous facilitera certaines démarches car plusieurs instances vous demanderont votre permis de conduire des TNO comme preuve d’identité. Pour plus d’informations appelez au (867) 873-7406, ou renseignez-vous auprès de :

Yellowknife : Driver and Vehicle Licensing /5003-49e Rue / Téléphone : (867) 873-7487

Inuvik : Video Effects / 167 Mackenzie Road / Téléphone : (867) 678-2616

Hay River : Norland Agencies / 105 - 62 Woodland Drive / Téléphone : (867) 874-2101

Fort Smith : Department of Public Works and Services / 199 McDougal Drive / Téléphone : (867) 872-741

Soupe populaire

L’ Armée du Salut

4925-45 Street à Yellowknife

Yellowknife NT X1A 2P9

Tél. : 867-920-4673

Banque alimentaire de Yellowknife

C.P. 20048

Yellowknife NT X1A 3X8

Modifié par RobinDesBois

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en revenir à la question qui m'était posée, sur de possibles programmes concernant l'accès au secteur immobilier ... je suis tombé sur une page intéressante à ce sujet :

http://www.actionplan.gc.ca/fr/page/r-alisation-de-projets-nord-canadien#tab16

De l'argent fédéral est investi dans des logements sociaux.

Vu aussi, dans le même site, une page concernant les efforts du gouvernement fédéral pour développer le Nord :

http://www.actionplan.gc.ca/fr/blogue/d-veloppement-des-ressources-naturelles-nord

On observe une volonté marquée de prospecter ces énormes espaces presque totalement inexplorés.... avis aux géologues.

On peut remarquer aussi un effort pour que "les régions du Nord profitent davantage des retombées du développement des ressources".

Difficile de dire si "les régions du Nord", dans le cas des TNO, signifie "les ethnies indigènes". Le plus souvent, quoique leur population se mesure en dizaines ou centaines d'individus, ils ont beau jeu de bloquer le développement de telle ou telle mine si le nombre de cadeaux et de concessions qui leur sont faites n'est pas assez élevé pour les satisfaire.

A propos ... les mines de diamants ... Lieux de travail bien payés à la fois en taux horaire et en nombre d'heures par jour.

Pour y entrer, comme immigrant ou comme canadien non indigène, il faut savoir ...

* que les entreprises actives dans ce secteur pratiquent des quotas, similaires aux quotas laitiers européens, mais relatifs ici à la proportion d'indigènes parmi leur personnel;

* qu'elles savent toutefois que le plus souvent ça ne vaut pas la peine de leur demander de bosser; (par contre, recevoir le salaire, ça oui)

* qu'on peut y entrer, à la double condition de s'attendre à bosser dans du nettoyage ou de l'aide-cuisine et de ne pas trop parler, lorsqu'on est à Yellowknife (habituellement les travailleurs des mines sont à la mine pendant deux semaines puis viennent à YK deux semaines de repos), de ce qu'on a comme profession car les indigènes peuvent se mettre en pétard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le trailer est la solution de depannage rapide car tu peux te le faire monter dpuis Edmonton par camion. Par contre si cela est comme ici, les taxes sont elevees. Il faudrait que je me renseigne aupres du landholding mais je crois que pour le terrain pour le trailer doit se monter a plus ou moins $3000 par an, auxquels il faut ajouter du $2000 pour eau-eaux usees-deneigement (tout se fait en camion citerne, sauf le deneigement :P).

Cela va plus raapidement a Kuujjuaq pour les constructions, la tortue est rechauffee. Je crosi qu'il y a 50 logements construits cette annee (des 2 chambres de memeoire) sans compter le programme d'un prive qui semble construire 24 logements. A cote de cela il y a le programme des renovations qui s'attaque qux maisons de 15 ans d'age.

Si on vient ici sans un boulot assure, il n'y a pas de logement de disponible. Sauf comme tu le fais a louer chez un particulier. Mais cela sera une personne comme moi par exemple car j'ai une chambre de vide dans mon logement. Sinon, nada. Il y a les listes d'attente mais comme tu le dis, il faut ... attendre. Cela ne se compte pas en semaines mais en mois voir en annees. le depute NDP Rome Saganash (j'espere que je n'ecorche pas son nom) est sur une liste d'attente egalement. Pas de priorite, c'est selon la liste en fonction d'un nombre de points lies a la composition de la famille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour en revenir à la question qui m'était posée, sur de possibles programmes concernant l'accès au secteur immobilier ... je suis tombé sur une page intéressante à ce sujet :

http://www.actionpla...-canadien#tab16

De l'argent fédéral est investi dans des logements sociaux.

Vu aussi, dans le même site, une page concernant les efforts du gouvernement fédéral pour développer le Nord :

http://www.actionpla...naturelles-nord

On observe une volonté marquée de prospecter ces énormes espaces presque totalement inexplorés.... avis aux géologues.

On peut remarquer aussi un effort pour que "les régions du Nord profitent davantage des retombées du développement des ressources".

Difficile de dire si "les régions du Nord", dans le cas des TNO, signifie "les ethnies indigènes". Le plus souvent, quoique leur population se mesure en dizaines ou centaines d'individus, ils ont beau jeu de bloquer le développement de telle ou telle mine si le nombre de cadeaux et de concessions qui leur sont faites n'est pas assez élevé pour les satisfaire.

A propos ... les mines de diamants ... Lieux de travail bien payés à la fois en taux horaire et en nombre d'heures par jour.

Pour y entrer, comme immigrant ou comme canadien non indigène, il faut savoir ...

* que les entreprises actives dans ce secteur pratiquent des quotas, similaires aux quotas laitiers européens, mais relatifs ici à la proportion d'indigènes parmi leur personnel;

* qu'elles savent toutefois que le plus souvent ça ne vaut pas la peine de leur demander de bosser; (par contre, recevoir le salaire, ça oui)

* qu'on peut y entrer, à la double condition de s'attendre à bosser dans du nettoyage ou de l'aide-cuisine et de ne pas trop parler, lorsqu'on est à Yellowknife (habituellement les travailleurs des mines sont à la mine pendant deux semaines puis viennent à YK deux semaines de repos), de ce qu'on a comme profession car les indigènes peuvent se mettre en pétard.

Pour les retombees, tout depend de la maniere dont c'est genere. Ici il y a de tout, entre le partage equitable des redevances versees (une cerrtaine somme fixe pour les adultes, une certaine somme fixe pour les enfants) et le partage "privatif" ou seuls 2-3 villages ont la redevance. Forcement lorsque cela tombe, et en fonction des personnes, cela peut aller de la beuverie a l'achat pense comme un 4roues ou autre choses utiles.

Il n'y a de l'alcoolisme mais c'est depusi peu que l'alcoll se trouve a Kuujjuaq. Tu en n'auras pas dans les autres villages. Et encore, lorsque j'ecris "se trouve", il faut aller a la cooperative pour acheter et cela arrive par le cargo le lendemain. Pas de credit, en ca$$h uniquement. Les commandes sont vers le tres connu marche de turesne, mais il y a une limitation a tant commande par semaine. Pas plus. Forcement il y a les bootleggers qui commandent et revendent a vil prix. Je pourrai me faire des couilles en or ici car je ne bois pas d'alcool donc toutes les commandes, je pourrai les revendre avec 50% de benef au minimum.

L'embauche dans les mines ? je ne sais quelle est la politique. Il y a des emplois reserves pour les inuits, c'est dans le contrat pour l'exploitation. Forcement cela sera essentiellement des emplois de service car il manque la formation. Il y a cependant pas mal d'inuits qui bossent a d'autres postes plus interressants et qui font leur shifts regulierement. Dans ces mines la politique c'est: pas de drogue - pas d'alcool. Il y en a quelques uns qui sont revenus la queue entre les jambes et contrat termine. LEs bagages semblent bien fouilles au depart et a l'arrivee.

Ton nord est tres different du mien au final. Il est different de par la politique du Quebec (je ne parle pas de celle de Charest) depuis des annees pour developper le logement, infrastructure ... etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

* que les entreprises actives dans ce secteur pratiquent des quotas, similaires aux quotas laitiers européens, mais relatifs ici à la proportion d'indigènes parmi leur personnel;

On appelle cela la "discrimination positive"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ton nord est tres different du mien au final. Il est different de par la politique du Quebec (je ne parle pas de celle de Charest) depuis des annees pour developper le logement, infrastructure ... etc.

Oui en effet les territoires nord-ouest se trouvent dans une situation plus ressemblante à celle du Yukon qu'à celle du nord du Québec, étant donné les politiques qui s'appliquent. L'interférence du pouvoir provincial ne se présente pas aux TNO si ce n'est l'embryon de pouvoir territorial, qui se dévoue essentiellement à la cause indigène. Il y a environ 150 fois plus d'habitants au Québec qu'aux TNO et on peut remarquer une volonté plus marquée de la part des québécois de développer leur territoire. Ce qui est ambigu et incertain à ce sujet c'est le rôle du pouvoir fédéral. En réalité c'est à y perdre son latin, on se croirait dans un de ces feuilletons policiers anglais où on essaye en vain de deviner qui a tué qui et qui veut quoi.

Ma conviction, très optimiste, est que cette situation ne peut aller que vers une amélioration.

Les progrès ne peuvent se faire qu'en douce. Exemple : dans les garderies, la tendance est à exiger au personnel des "credentials" (qu'on va chercher auprès de l'IQAS qui se trouve à Edmonton), ainsi que des attitudes professionnelles. Bonne affaire pour les immigrantes.

La tortue congelée, qui pourrait remplacer avantageusement l'ours dans le logo des NWT (TNO), ose de temps en temps faire un pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On appelle cela la "discrimination positive"...

En langage canadiennement correct, ça donne "affirmative action policy".

Trois mots plus beaux et plus positifs l'un que l'autre, accolés pour désigner une politique officiellement discriminatoire.

... Qui s'applique y compris sur des questions de santé. On n'est pas soigné de la même façon, ou en tout cas on n'a pas les mêmes droits à être remboursé pour les frais de santé, selon le "affirmative action status" qu'on porte et qui est d'ailleurs inscrit sur la carte santé, dans la première lettre de l'identifiant qu'on reçoit.

Ici on n'est étonné de rien. Je ne serais pas surpris qu'apparaissent sur les permis de conduire l'appartenance ethnique, si on est blanc, jaune, noir, indigène etc., de sorte que la police puisse modifier son niveau de sévérité ainsi que la lourdeur de ses amendes. Et tout cela se passerait avec le plus splendide flegme britannique. Style "c'est comme ça et pas autrement".

Mais je ne m'en plains pas. Il faut bien vivre quelque part et ce quelque part ci en vaut beaucoup d'autres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je reçois le journal local d'aujourd'hui, encore tout chaud, et y vois un article nommé "Yellowknife's high priced burden" : le coûteux fardeau de Yellowknife. Extraits :

Yellowknife prices aren't rising the fastest. According to Statistics Canada, that honour belongs to Whitehorse. But we are certainly disadvantaged when it comes to making our dollars last longer.

High transportation and construction costs are naturally the chief cause of YK's higher prices. A high cost of living makes it particularly difficult for low wage earners to make ends meet in a tight rental market.

Ceci fait allusion à la pénurie de logements à louer, ainsi qu'aux hauts loyers.

De fait, en arrivant ici on a le plus souvent droit à des chambrettes, en "roommate" (colocation).

Council can no more control housing costs than the price of heating fuel. It can open up more land to development but it can't get people to buy lots and build homes.

L'administration municipale fait des efforts pour que la situation s'améliore mais ne peut obliger les gens à construire ni même à acheter des terrains, qui en effet sont disponible en abondance lorsqu'on va en périphérie de la ville.

Not everyone wants to live in a condo or in a trailer park.

Eh oui ... le genre "trailer park" (parc à remorques) ne sied pas à tout le monde. D'autant moins d'ailleurs qu'on y a le choix, en hiver, entre crever de froid ou payer de solides factures de chauffage.

Despite 155 homes built in 2011, it's expected the average resale price will rise by two per cent this year to $382900.

L'effort significatif (et très visible) qui est fait pour construire des maisons n'empêche pas que la tendance continue d'être à la hausse.

Apparemment, pour quiconque saurait construire à bon prix des maisons, il y a par ici un marché à saisir. Surtout si c'est en vue d'amortir ensuite cet investissement en louant ces bâtiments, entiers ou en appartements.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Flash spécial, concernant la situation de l'emploi à Yellowknife ...

Mon impression, concernant l'arrivée massive de gens dans cette depuis un an (lorsque j'étais parti pour l'Alberta, avant de revenir récemment par ici), est plus qu'une impression. Curieusement je vois des gens qui le nient, et qui nient aussi que la ville est devenue sensiblement plus "cosmopolite", avec un taux de plus en plus évident de personnes de "minorités visibles". Refus de la réalité. Refus peut-être aussi, en mode "politique de l'autruche", des conséquences.

Eh oui. La situation de l'emploi se dégrade, inexorablement.

J'ai vu ce soir une personne qui travaille au Walmart (il y en a un seul) de Yellowknife. Elle raconte qu'il y a peu ils ont eu quelques postes à pourvoir et l'ont fait savoir. Une quantité sans précédent de candidats s'est présentée. Pourtant, le Walmart, Dieu sait si c'est du bas de gamme.

Même chose concernant une collègue qui voulait changer de job, ce qui m'arrangeait bien, mais qui ne l'a pas fait car à sa grande surprise, ça n'est plus si facile à présent. Elle qui est canadienne, ça doit lui faire l'effet "a pain in (...)" de se voir en difficulté suite à cette avalanche de nouveaux arrivés. D'ailleurs elle me fait une sale gueule, sachant que j'aurai tendance à recevoir de ses heures de travail.

Peau de chagrin ...

Enfin voilà. Ceux qui tardent à se décider à essayer le Nord, qu'ils sachent que ça devient trop tard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allez, encore quelques semaines et l'hiver arrivera, amenant probablement quelques uns à s'apercevoir que Yellowknife n'est pas pour eux.

Vivement un moins 50. Je sens qu'il y a trop de monde dans cette ville. Enfin, ce n'est peut-être pas spécialement la quantité ... c'est plutôt au niveau de la qualité que j'éprouve de la gêne. Mais ici de toute façon ça n'est pas bien nouveau. Puis je n'ai peut-être pas beaucoup de pierres à lancer aux autres.

... Il y a peu je me suis renseigné concernant la possible création d'entreprise. On dirait que ça bouge facilement de ce côté là (aussi). Le fric circule. Ce n'est pas un bien gros défi d'en rassembler pour monter un projet, du moment que le plan d'affaires (business plan) tient la route, ce qui est souvent le cas vu que les services à créer ou/et à améliorer son légion. C'est le bon côté de la médaille, de se trouver dans cette atmosphère de far-west. La bouteille à moitié pleine, en quelque sorte.

Investissement immobiliers, déjà rien que ça ... à certains coins des terrains sont à vendre pour un prix ridicule, certainement destiné à augmenter généreusement au cours des années à venir. La ville se casse pas mal le cul pour préparer de bonnes routes et de bons terrains à construire, quitte à faire voler des paquets énormes de roche. Le tout, cela va sans dire, à proximité de tel ou tel ravissant lac.

Ceci dit je dis ça en passant ... en fait je n'ai pas spécialement envie que ça se sache. Pas avant d'être devenu propriétaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles