Jump to content

Retour d'une stratégie pour stimuler l’immigration francophone hors Québec


kabi

Recommended Posts

  • Habitués

Immigration francophone

L'immigration francophone au Canada   PHOTO : ISTOCKPHOTO.COM
 

Le gouvernement fédéral relance une stratégie d'immigration abandonnée par son prédécesseur qui vise à favoriser l'installation de nouveaux arrivants francophones à l'extérieur du Québec.

À partir du 1er juin 2016, les employeurs en situation minoritaire à l'extérieur du Québec qui embauchent des travailleurs francophones étrangers comme professionnels, pour des emplois de gestion ou encore des emplois techniques ou spécialisés, n'auront plus à effectuer le processus d'étude d'impact sur le marché du travail.

Les recruteurs ne seront donc plus tenus de démontrer qu'aucun Canadien ou résident permanent qualifié n'est disponible pour occuper le poste qui serait détenu par le travailleur étranger francophone.

Cette mesure remet en place la disposition principale du programme « Avantage significatif francophone » (ASF), aboli par le précédent gouvernement conservateur à l'automne 2014. L'abolition avait soulevé un tollé dans les communautés francophones du pays.

 

« Nous allons encourager les travailleurs qualifiés francophones à venir au Canada et à s'établir dans des collectivités à l'extérieur du Québec, ainsi qu'à présenter une demande de résidence permanente s'ils souhaitent rester », a expliqué John McCallum, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, dans un communiqué.

Nous voulons que les collectivités francophones en situation minoritaire du Canada continuent d'être dynamiques et qu'elles poursuivent leur essor.

John McCallum, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté

Même son de cloche de la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly, qui souligne que les communautés francophones en situation minoritaire enrichissent la diversité canadienne.

« Nous souhaitons que ces communautés s'épanouissent dans tout le pays, et l'immigration est un élément stratégique pour assurer leur vitalité et leur prospérité », a-t-elle renchéri.

 

Un pas dans la bonne direction, dit la FCFA

 

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) se réjouit de l'annonce du ministre McCallum.

Son ex-présidente Marie-France Kenny estimait que l'abolition du programme ASF avait enlevé aux communautés francophones minoritaires le seul outil dont elles disposaient pour obtenir des résultats tangibles concernant l'immigration de nouveaux francophones.

 

« Nous sommes très contents que le gouvernement relance cette initiative », a affirmé la présidente actuelle de la FCFA, Sylviane Lanthier, dans un communiqué, en ajoutant qu'il reste encore du travail à faire pour réparer les dommages causés par le retrait du programme ASF.

« Plusieurs travailleurs temporaires qui ont bénéficié de l'ASF ont eu et continuent d'avoir des difficultés considérables à rester au pays après sa disparition, et des communautés entières ont été déstabilisées », a souligné Mme Lanthier.

La FCFA encourage le gouvernement à envisager des mesures de réparation afin que les communautés d'expression française à l'extérieur du Québec soient en mesure d'atteindre leurs objectifs en d'immigration.

Sylviane Lanthier, présidente, Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA)

L'objectif du fédéral est d'assurer que, d'ici 2018, les nouveaux arrivants francophones représentent au moins 4 % de tous les immigrants économiques qui s'établissent à l'extérieur du Québec.

L'ensemble de l'immigration francophone hors Québec devrait totaliser 4,4 % d'ici 2023, selon le gouvernement.

 

Un texte de Catherine Logan

 

 

Source : Radio-Canada

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
  • Habitués
Le 3/17/2016 at 18:10, Niklasky a dit :

Qu'est-ce qu'ils appellent un employeur en situation minoritaire ??

 

 

 

Un employeur dans une région dans laquelle réside une communauté minoritaire (dans ce cas-ci les francophones résidants dans une une région anglophone).

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
 

Un employeur dans une région dans laquelle réside une communauté minoritaire (dans ce cas-ci les francophones résidants dans une une région anglophone).

Ça n a de sens que si l employeur a forcément besoin d un francophone... Si peu importe pour l employeur que la personne parle ou pas français, pourquoi forcément prendre un francophone.

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués
Il y a 3 heures, kuroczyd a dit :

Ça n a de sens que si l employeur a forcément besoin d un francophone... Si peu importe pour l employeur que la personne parle ou pas français, pourquoi forcément prendre un francophone.

Exactement ! 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Tout à fait, Ça n'a de sens que si l'employeur a forcément besoin d'un francophone.

 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

J'aimerais que ce soit une bonne nouvelle, sauf que.. j'en doute. Je vais essayer de résumer mon expérience canadienne en quelques lignes. 

J'étais pour la 3eme fois au Canada avec un visa de travail de boulanger de 2 ans en Septembre 2014, à Calgary. 
Malheureusement, je tombais pour la 3 eme fois, sur un employeur véreux, victime de harcèlement moral. 
J'ai tenu 5 mois et un jeune collègue aussi. 

Entre temps j'envoyais ma demande de RP pour la 3 eme fois, aidé par l'association des français en Alberta. D'après un responsable de l'asso, , mon dossier n'avait pas eu lieu d'être refusé. 

Je fait donc le nécessaire pour renvoyer ce dernier complété au mieux. De nouveau , retour du dossier, pour manque de pièces. Renvoi du dossier. 

Entre temps, je quitte l'ouest , traverse le Canada en 4 jours (5000km) pour tenter de travailler avec un autre employeur, qui me promet monts et merveilles, et qui au final me paye un quart de ce qu'il m'avait promis,(et profite donc de ma situation) 
Entre temps , retour du dossier: les tests de français et anglais sont caduques.. :/ ( tests évidemment à refaire pour environ 500€ de dépenses supplémentaires) 
J'ai arrêté donc de postuler 

Bref, j'arrête mon histoire ici. Je suis rentré à nouveau en France, après avoir dépensé plus que j'avais gagné en 9 mois. 
Droit dans mes bottes, j'ai toujours respecté ce pays, ses lois, et malgré tout, impossible d'obtenir une R.P. 

Pendant que d'autres rusés, ont fait semblant de vivre sur ce territoire et ont obtenu le sésame.. 
Permettez moi d'être blasé,voir écœuré en prime , notamment au sujet de ces employeurs qui profitent du statut de l'immigré coincé avec son visa unique. ( a signaler que ce ne sont pas des canadiens d'origine ) 

Les lois sur l'immigration ont drastiquement changé en Janvier 2016, et jusque là apparemment, il me semblait qu'elles soient devenus encore plus rudes pour les immigrés. 
Permettez moi donc de douter de cette info. 

Link to comment
Share on other sites

  • Habitués

Bonjour Chrismaz,

Tu as amplement le droit de douter de cette information et d’exprimer ton avis là-dessus.

Ce que nous pouvons conclure de ton expérience, c’est que tu dû confronter des personnes de mauvaises intentions et qui profitent de la situation des immigrants.

Mais cela n’a rien à voir avec la stratégie cité dans ce topic. La mauvaise intention d’un employeur n’est pas celle qui dirige ou guide cette stratégie.

Tu aurais pu bénéficier de toutes les lois que le canada mets à la disposition des individus qui ont été victimes de mauvais employeurs pour d’une part, éviter de perdre ton temps et soulager ta détresse et d’autre part permettre au gouvernement d’intervenir pour arrêter les abuseurs. C’est ainsi que le gouvernement adoptent des lois : l’origine est toujours l’histoire d’un individu ou un groupe de personne victimes quelque part de certains malfrats.   


« Malheureusement, je tombais pour la 3 eme fois, sur un employeur véreux, victime de harcèlement moral. »

Dès la 1ère occasion fallait intervenir, mais disons que tu ne savais pas quoi faire, à partir de la deuxième fois il fallait faire quelque chose.


Entre temps j'envoyais ma demande de RP pour la 3 eme fois, aidé par l'association des français en Alberta. D'après un responsable de l'asso, , mon dossier n'avait pas eu lieu d'être refusé. 

Donc tu as au moins demander de l’aide c’est bien. Mais pourquoi ne pas garder contact avec cette association. Tu sais on a appris ici au Canada qu’il faut des fois, « renverser une table et deux petites chaises » pour faire bouger les choses. Tout est dans le dosage et la manière ;)

 

pour tenter de travailler avec un autre employeur, qui me promet monts et merveilles, et qui au final me paye un quart de ce qu'il m'avait promis,(et profite donc de ma situation) 

Encore une  fois, il fallait faire quelque chose : garder tout courriel, ou lettre ou contrat signés par cette employeur et ensuite entamer une action soit au conseil disciplinaire de la mairie (si cela existe dans la ville ou tu vivais) ou carrément en justice.

Il y a eu surement quelque part quelque chose à faire mais que tu as esquivé.


( a signaler que ce ne sont pas des canadiens d'origine ) 

Juste une petite remarque : l’origine de la personne n’a rien à voir là-dedans.

Il faut chercher autre chose !

Les lois sur l'immigration ont drastiquement changé en Janvier 2016, et jusque là apparemment, il me semblait qu'elles soient devenus encore plus rudes pour les immigrés. 

Encore un petit rappel, ce sont les histoires des personnes et leurs expériences qui contribuent au changement de la loi. Encore faut-il entamer le pas et faire bouger les choses.

 

 Bonne chance

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.


×
×
  • Create New...
Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2024 immigrer.com

Advertisement