Jump to content

kabi

Habitués
  • Posts

    2,031
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

kabi last won the day on December 23 2011

kabi had the most liked content!

2 Followers

About kabi

  • Birthday 10/01/1971

Profile Information

  • Gender
    Homme
  • Statut
    installé depuis + 10 ans
  • Profession
    Aventurier au Canada
  • Préoccupation
    Échanger des infos sur la vie Canadienne
  • Pays d'origine
    Maroc
  • Pays de résidence
    Canada

Contact Methods

  • Website URL
    http://erableatlas.superforum.fr/portal.htm
  • ICQ
    0

Recent Profile Visitors

8,326 profile views
  1. Au fait il y a un plan de relance économique. La question n’est pas là ! Les libéraux promettent maintenant d'ouvrir les robinets en 2021-2022 avec de nouveaux investissements de 13 milliards pour la relance économique. Ils annoncent entre autre du Soutien à la formation professionnelle et à l'emploi ; un Complément salarial temporaire pour les travailleurs essentiels à faible revenu ; en Santé : Répondre aux besoins des réseaux de santé essentiels et appuyer les efforts de soulagement ; puis en Économie ils promettent d’aider les provinces et les territoires à relancer leurs économies. Néanmoins, il est alarmant de savoir que le Directeur parlementaire du budget a annoncé que le déficit serait de 138 milliards pour 2021-2022. Il n’est pas étonnant d’entendre la population canadienne dire que les libéraux dépensent désormais sans égards à l'endettement.
  2. Bienvenue Laurent, c'est mon plaisir. Effectivement, il est agaçant de voir que tout ces millions dépensés, pour qu’en fin de compte l'élection se termine avec un résultat presque identique au début de la course. C’est surtout le timing qui était assourdissant ! : deux ans plus tôt que prévu et pendant une quatrième vague croissante de COVID-19. La tenue des élections pendant une pandémie a généré des dépenses supplémentaires, telles que le comptage d'un flot de bulletins de vote postal et la fourniture de crayons à usage unique, de masques et de désinfectant pour les mains, a déclaré Élection Canada. Je dois dire que le chemin parcouru de ces élections n'a pas été facile pour O'Toole (Parti Conservateurs), on lui reprocha 2 principale chose : d’une part le manque de clarté sur le statut vaccinal des candidats conservateurs et, surtout un positionnement maladroit et mal conçu sur les armes d'assaut. Evidement les libéraux ont profité de ces erreurs. Personnellement je trouve quand un candidat aux élections vient frapper aux portes des citoyens et demande de ‘’Voter’’ pour lui, c’est synonyme de ‘’croyez en moi’’ ou ‘’faite moi confiance’’. Les citoyens ne votent pas pour quelqu’un qui ment et certains candidats ne comprennent hélas pas le message. Et vous autre qu’en pensez-vous ?
  3. Peu de changements ont été apportés à la carte électorale fédérale, le parti libéral a réussi à décrocher un troisième mandat. Le message des citoyens interprété par le premier ministre est « Vous ne voulez plus qu’on parle de politique. Vous voulez qu’on se concentre sur le travail à faire pour vous. »
  4. Je sirotais tranquillement mon thé à la menthe tout en regardant le déroulement de l’élection fédérale télévisé; bien que la politique ne soit pas ma tasse de thé, mais depuis que j'ai fait mes premiers pas dans ce beau pays, je me suis senti impliqué, par la force des choses, dans son débat, sa politique, ses projets de Lois, etc…. A sa constitution en tant que pays, suite à la création de la confédération, le Parti conservateur et son chef John A. Macdonald dominent la vie politique. De 1867 à 1895 ils se sont fait élire sauf pour 4 ans 1874-1878, pendant lesquels le Parti libéral, dirigé par Alexander Mackenzie avait pris le pouvoir. Les 20 années suivantes (1896-1917) ont été marquées par l’accentuation du Canada sur sa politique étrangère, pendant lesquelles le Parti libéral de Wilfrid Laurier fût élu et forma un gouvernement majoritaire 4 fois de suite. Deux camps se tiraillaient: d'un côté, les anglophones prônent un soutien actif du Canada au Royaume-Uni alors que de l'autre les Canadiens français réclament un plus grand isolationnisme du pays dans la conduite de ses affaires extérieures. J’ose dire que depuis, toute les élections qui ont suivit (cela fera presque 100 ans, tout un siècle ) l’alternance Libéral, Conservateur est la norme. CEs années 80-95 étaient marquée par : l'adoption du drapeau unifolié en 1965, la montée des 2 premiers. ministres les plus emblèmatiques Pierre Elliott Trudeau et Brian Mulroney, et surtout les débat constitutionnel : - référendum sur la souveraineté du Québec en 1980, - rapatriement de la Constitution en 1982 - Les échecs des Lac Meech et de Charlottetown, - le référendum sur la souveraineté du Québec de 1995 Ces 20 dernières années je les qualifierais d'années de reconfiguration de la carte politique, étant marqués par un changement de l'image du parti d'opposition ( Jack Layton et son parti NPD réussissant une percée lors des élections 2011). En tant que citoyen canadien, on a la conviction que le vote est un devoir nationale et est considéré comme la représentation de ses valeurs et sa vision du Canada de demain. La majorité des personnes immigrantes que j’ai eu le plaisir de rencontrer s’accordent pour dire que leur perception sur les élections, en particulier le vote et en général sur la politique , a drastiquement changé, et leur façon de voir le Canada, et surtout son futur, a grimpé en importance. Ce sentiment de croire qu’ils sont écoutés et font partie du futur et de la carte politique de leur pays d’adoption y en est pour beaucoup. Je m’intéresse toujours à la lentille à travers laquelle les immigrants perçoivent les élections . Alors comment vous la voyez ? En ce moment d’écrire ces lignes, les Libéraux mènent la barque du presque le double 132 contre 70 pour leur rivaux les conservateurs . Les médias viennent d’annoncer qu’on s’attend à un gouvernement libérale, minoritaire. La nuit ne sera pas si longue !
  5. Un sujet, dont je ne cesserais pas de m’en lasser. Donc pour répondre tout court à la question ‘’le bilinguisme canadien est-il un mirage? ‘’, la réponse est sans équivoque : OUI !!! je dirais même super-giga-méga oui. Puisque le sujet touche l’immigration francophone hors Québec, je vais vous raconter mes découvertes au Nouveau-Brunswick. Pendant mon séjour de quelques années dans cette belle province, je me rappelais -parmis tant de récit et de faits- de l'histoire de cette francophone immigrante Charlotte Slaiby avec la police de la ville de Fredericton : se faisant arrêter en conduisant sa voiture, les policiers s'adressaient à elle en anglais. Quand elle demanda de se faire servir en français le ton des policiers monta (ces derniers étaient unilingues anglophones). Il a fallu l'intervention de la passagère qui accompagna Slaiby pour faire respecter son droit linguistique, puis un autre policier francophone (en civile) fut appelé à la rescousse. La passagère était une avocate (certains disaient qu’elle était une des conseillères juridiques au commissariat aux langues officielles de la province) exclusif profilage racial à fredericton Acadienouvelle.com 2017/06/18. Lors des élections provinciales de 2018, Les médias de la province ont annoncé qu'un nouveau parti, l'Alliance des gens, s’est opposé à plusieurs services francophones de la province, estimant qu’il faudrait abolir le Réseau de santé francophone et éliminer le Commissariat aux langues officielles. Encore plus grave, le nouveau gouvernement provincial élu, le parti conservateur -dont son chef Blaine Higgs ne parle lui-même que l’anglais- a proposé de pourvoir des postes bilingues par des personnes unilingues en promettant que celles-ci apprendront le français par la suite. Il élimine entre autre l'exigence de bilinguisme pour les ambulanciers paramédicaux dans certaines régions unilingues de la province la seule officiellement bilingue au pays. https://www.lapresse.ca/actualites/national/201812/18/01-5208499-ambulanciers-bilingues-au-nouveau-brunswick-les-regles-assouplies.php Ce 25 janvier dernier, un préposé au stationnement de la Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, a été congédié mardi parce qu'il aurait dit à une dame qui tentait de contester une contravention en français de revenir lorsqu'elle pourra parler anglais. ‘’ ...cet individu n'aura plus aucun rôle à la Ville”, a déclaré le Maire M. Darling. Source : radio-canada.ca/nouvelle à Ottawa maintenant, la capitale : en février 2019 l'ex-député fédéral d'Acadie-Bathurst Yvon Godin a exigé que les commissaires de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des langues officielles comparaissent devant un comité fédéral pour qu'ils expliquent pourquoi des agents de la police nationale, en poste sur la colline du Parlement, ne sont pas en mesure de s'exprimer en français. Imaginez, si une personne dit à un agent qu'il vient de voir une personne en bas de la colline avec un fusil et que la réponse est ''I'm sorry, I don't speak French'' [...] Ce n'est pas le temps de ''I don't speak French'', c'est le temps d'agir! Lors de mes entretiens téléphoniques avec un ami vivant au Saskatchewan, les choses ne sont pas aussi pires que le Nouveau-Brunswick (à la rigueur la province est déclaré anglophone) mais pas aussi réjouissante : il existe une petite communauté appelée ``Fransaskoise``, qui ne cesse de se battre et de s’imposer du mieux qu’elle peut au milieu de cet océan d’anglophone. On y enregistre plus de bilingues, mais un recul du français en Saskatchewan. Selon Statistique Canada, le taux de bilinguisme « atteint de nouveaux sommets » avec une augmentation de 5,1 % durant ces 15 dernières années. L’agence fédérale estime aussi que la proportion de personnes parlant le français comme première langue officielle a baissé de 12,7 % dans cette province. Dans un certains ordre d’idée c’est comme si le bilinguisme est reposé sur les épaules des francophones. Nous comprenons certainement que cela est dû au fait que, l’anglais est la principale langue officielle de travail ainsi que de communication avec le public et de prestation des services dans cette province, comme nous savons qu’il n’y a pas assez d’emplois en français ou bilingues dans la province, néanmoins la population change constamment et une portion de francophones -notamment de l’Afrique francophone- commence à s’y établir ces 10 dernières années. Cela va demander encore beaucoup d’année pour possiblement pallier la perte des francophones de souche. Espérons ! Ce qui ressort le plus souvent c’est ce manque d’imputabilité vis à vis de ces responsables (en haut de la hiérarchie) qui fait en sorte à ce que ce bilinguisme reste encore sous le mode ‘’mirage’’. Le jours où ils commencent à rendre compte, les choses changeront pour le mieux. D’ici là on continue à se battre ! Il me revient souvent , dans ce contexte, cette citation de quelqu'un qui j'ai oublié le nom qui stipule plus ou moins ce sens : Un francophone qui parle anglais .... ça c'est un bilingue ! Un anglophone qui parle français... ça c'est un miracle ! Cordialement.
  6. Bonjour Passagere2021, Abstraction faite du niveau de reconnaissance que tu pourrais recevoir vis à vis de tes diplômes , si je peux me permettre de donner un conseil , une foils que tu mets tes premiers pas au NB, cherche à valoriser ton expérience auprès des employeurs. Mets beaucoup plus le point sur ce dont tu es capable de délivrer, car ici les employeurs on tendance à donner plus de valeur à l’expérience plutot que le diplôme. Bonne chance
  7. Ce fût une belle surprise de vous voir à la télé tout les deux. Le seul changement: Laurent y a quelques cheuveux gris qui commencent à pousser (Laurence toi tu n’as pas changé d’un poil) Vous avez raison au sujet du consensus et la conciliation , ils n’ont pas la même signification/interprétation pour tout le monde. Je trouve qu’il est judicieux pour les nouveaux arrivants de bien saisir cette différence. (Ça m’a fait rire le “Wow les moteurs” ! ) Content de vous voir (virtuellement au moins) Kabi
  8. Bonjour, Pour être admis au Programme de formation professionnelle (PFP) des CPA, vous devez détenir un diplôme de premier cycle et avoir suivi des cours couvrant les matières obligatoires. Je t’ai rapporté ici une des recommandations de CPACanada. Donc le point essentiel c’est ces fameuses “ matières obligatoires” que tu devrais prendre et seront acceptables selon CPACanada. Donc en optant pour un Baccalauréat essaie de voir s’il contient ces matières. Bien sûre il serait judicieux de communiquer aussi bien avec l’université qu’avec le CPACanada pour confirmer que tu optes pour le bon cheminement. Essaie de voir ce lien qui traite aussi delà reconnaissance des diplômes értrangers: https://www.cpacanada.ca/fr/devenir-cpa/reconnaissance-des-titres-etrangers Je te remets aussi ici un lien, que je trouve pertinent, dans lequel tu y trouveras la grille de compétences des CPA qui pourra t’aider : https://www.cpacanada.ca/fr/devenir-cpa/voies-dacces-au-titre-de-cpa/ressources-nationales-en-formation/la-grille-de-competences-des-cpa Bonne chance et revient nous avec tes nouvelles. Cordialement.
  9. Le 21 février prochain, l’ambassade du Canada au Maroc propose une session d’information pour les Marocains qui souhaitent immigrer pour motif économique dans le pays du continent américain. Elle reviendra sur les modalités du processus “Entrée Express” et son système de sélection. Une autre session est prévue à Casablanca au moins de mars. Ce sytème est destiné aux travailleurs qualifiés. C’est “un processus entièrement électronique impliquant le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux, et les employeurs”, précise le site visa pour le Canada. Trois programmes permettent d’obtenir l’“Entrée Express”. Le candidat doit, au préalable, vérifier son éligibilité au processus. Une autre session d’information est d’ores et déjà programmée à Casablanca le 13 mars prochain. En octobre dernier, le gouvernement canadien annonçait vouloir ouvrir grand ses portes aux migrants économiques. Le plan pluriannuel des niveaux d’immigration 2019-2021 prévoit d’atteindre un taux d’admission de 350.000 personnes en 2021, soit près de 1% de la population canadienne. “En nous appuyant sur les bases solides établies l’année dernière et en poursuivant l’augmentation des niveaux d’immigration économique, nous aidons le Canada à demeurer compétitif et à attirer des talents du monde entier”, avait déclaré Ahmed Hussen, ministre canadien de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. Pour accompagner les immigrants, le gouvernement canadien a récemment annoncé son souhait d’ouvrir, au printemps prochain, un bureau qui servira au mieux “les immigrants francophones déjà sélectionnés qui voudraient s’établir dans une province où le français est en situation minoritaire”. Il sera installé au Maroc. Source : https://www.huffpostmaghreb.com/entry/lambassade-du-canada-au-maroc-organise-deux-sessions-dinformations-pour-tout-connaitre-de-limmigration-economique-dans-le-pays_mg_5c6554b6e4b0233af9721426
  10. Bonjour, Pour l'étude complète voici le lien sur le forum: https://forum.immigrer.com/topic/157174-meilleures-villes-où-il-fait-bon-de-vivre-au-canada-édition-2018/?tab=comments#comment-1265120432 Merci
  11. Aujourd’hui (mardi 31 juillet 2018) Moneysense a dévoilé sa liste des meilleurs endroits où vivre au Canada en 2018, et voici les résultats : https://www.moneysense.ca/canadas-best-places-to-live-2018-create-your-own-ranking/ Oakville, Ontario : En plus d'être la meilleure ville où il fait bon de vivre cette année, Oakville a été élue en première place des meilleurs endroits où vivre pour les nouveaux arrivants. Au cours des 10 dernières années, le pourcentage de membres des minorités visibles à Oakville est passé de 18% à 31%, selon le recensement d’habitant. C'est la 35e ville la plus linguistiquement diversifiée du pays, avec environ 30% de résidents parlant une langue autre que l'anglais ou le français. Plusieurs autres facteurs y ont contribué : en raison de son faible taux de chômage (5,7%), de sa population croissante, de son faible taux de criminalité et de son revenu élevé (le revenu moyen des ménages est de 161 540 $, le 10ième plus haut au pays), à noter aussi que le prix moyen d’une maison dans cette ville est de 1,2 million de dollars, soit le 13e prix le plus élevé au Canada. En plus d'une économie forte et d'un logement abordable par rapport aux revenus des ménages, la météo était un facteur décisif. De plus les résidents d'Oakville ont un accès important au fort marché du travail de Toronto tout en conservant les avantages d'une petite banlieue. Ottawa, Ontario : Ottawa, reste toujours une des meilleures villes où vivre au Canada (2ième à figurer dans ce classement de 2018), grâce notamment à son transit, ses commodités et son accessibilité à la santé. L'un des indicateurs importants à considérer pour dire que nous vivons une bonne qualité de vie, est l'accès aux soins de santé, et les résultats sont clairs: si nous voulons avoir beaucoup de médecins de famille, la proximité des meilleurs hôpitaux et des temps d'attente raisonnables, Ottawa est l'endroit idéal. En fait, cinq des dix autres villes qui se classent parmi les dix meilleurs endroits pour l'accès aux soins de santé se trouvent à une courte distance en voiture de la capitale du Canada. Et le reste du canada? 5 provinces se partagent les 50 meilleurs endroits pour vivre à travers le pays : l’Alberta avec 11 villes, le Québec avec 10 villes, la Colombie-Britanique avec 3 villes, en plus de la seule ville du Saskatchewan Weyburn, Les villes de l'Ontario (25) représentent la moitié du top 50. La seule région sans une seule ville dans le top 50 est le Canada atlantique. Celle-ci a tendance à souffrir dans la catégorie croissance et économie en raison des taux de chômage élevés. Halifax étant la ville la mieux cotée de la côte Est 226e.
  12. Bonjour KABI!

    Je voudrais vendre un produit alimentaire au Qc.

    J'ai besoin d'infos concernant les charges sociales d' un employé  ayant un salaire de 15 $ et d'un autre à 20 $.

    Comment dois-je calculer?

    Merci!

    Manoumi

    1. kabi

      kabi

      Je me suis référé au site (recommandé par un groupe d’amis) :

      http://www.impot.net/fr/entreprises/das/

       

      Pour faire le calcul il faut choisir quelques éléments tels:

      -        La fréquence des périodes de paie : Es-ce hebdomadaire (52 périodes de paie par an) , aux 2 semaines (26 périodes de paie par an) etc....

       

      -        La situation de l'employé : seul; sans conjoint avec enfant à charge; marié avec conjoint et enfant à charge etc.....

       

      Le site indique que les déductions sont calculées en utilisant les formules fournies par Revenu Québec, guide TP-1015.F, version 2018-01 (Formules pour le calcul des retenues à la source et des cotisations) et par l'Agence du Revenu du Canada guide T4127 (Formules pour le calcul informatisé des retenues sur la paie, 107e édition, en vigueur le 1er janvier 2018).

       

      Je prends donc comme exemple, le cas de l’employé, seul célibataire, qui travaille aux 2 semaines (26 périodes de paie par an).

      Et je suppose pour les deux employés (le 1er ayant un salaire de 15 $ et le 2ième à 20 $) travaillent 7.5 heures par jour.

      7.5h par jour nous donne (7.5 x 5 = ) 37.5 h par semaine et donc (37.5 x 2) 75h pour chaque 2 semaines.

       

      1)    15$ par heure de travail

      Si on multiplie 15 $ l’heure par 75h on obtient un salaire (pour ces 2 semaines de travail) de :

      15 x 75 = 1125 $

      Sur la base de ce salaire, voici le résultat :

      CALCUL DES DÉDUCTIONS À LA SOURCE

      Version des tables et calculs: 2018-01-01

      Paramètres

      Nombre de périodes de paie

      26

      Montant de base/provincial

      15012.00

      Montant de base/fédéral

      11809.00

      Assujetti à l'assurance emploi

      oui

      Salaire imposable

      1125.00

      Déductions à la source

      Régime des rentes du Québec

      53.48

      Prime d'assurance-emploi

      14.63

      Régime québécois d'assurance parentale

      6.17

      Impôt provincial du Québec par période

      75.51

      Impôt fédéral par période

      68.96

      Total des déductions

      218.74

      Salaire net

      906.26

      Coût à l'employeur (sauf CSST)

      Régime des rentes du Québec

      53.48

      Prime d'assurance-emploi

      20.48

      Régime québécois d'assurance parentale

      8.63

      Cotisation au fonds des services santé

      25.88

      Sous-total

      108.46

      CNT à 0.07%

      0.79

      Vacances (4%)

      45.00

      Sous-total

      45.79

      Total

      154.25

       

      2)    20$ par heure de travail

      Si on multiplie 20 $ l’heure par 75h on obtient un salaire (pour ces 2 semaines de travail) de :

      20 x 75 = 1500 $

      Sur la base de ce salaire, voici le résultat :

      CALCUL DES DÉDUCTIONS À LA SOURCE

      Version des tables et calculs: 2018-01-01

      Paramètres

      Nombre de périodes de paie

      26

      Montant de base/provincial

      15012.00

      Montant de base/fédéral

      11809.00

      Assujetti à l'assurance emploi

      oui

      Salaire imposable

      1500.00

      Déductions à la source

      Régime des rentes du Québec

      73.73

      Prime d'assurance-emploi

      19.50

      Régime québécois d'assurance parentale

      8.22

      Impôt provincial du Québec par période

      131.76

      Impôt fédéral par période

      112.52

      Total des déductions

      345.73

      Salaire net

      1154.27

      Coût à l'employeur (sauf CSST)

      Régime des rentes du Québec

      73.73

      Prime d'assurance-emploi

      27.30

      Régime québécois d'assurance parentale

      11.51

      Cotisation au fonds des services santé

      34.50

      Sous-total

      147.04

      CNT à 0.07%

      1.05

      Vacances (4%)

      60.00

      Sous-total

      61.05

      Total

      208.09

       

      Je tiens tout de même à attirer ton attention sur le fait qu’il faut prendre en compte d’autres éléments que l’on peut trouver selon le cas de l’employeur : le nombre d'heure par semaine, s’il y a des cotisations syndicales, des cotisations pour assurances etc….

      Y a beaucoup de cas de figure mais ceci n’est qu’un simple exemple.

  13. Bonsoir, Voici un petit comparatif tiré du journal l’Actualité mais qui date de 2014 (en révisant les prix de biens et de services à la consommation à 2018 tu pourras te faire une petite idée) Comment se comparent le Québec et l’Ontario en niveau de vie ? https://lactualite.com/lactualite-affaires/2014/06/25/mise-a-jour-comment-se-comparent-le-quebec-et-lontario-en-niveau-de-vie/ Bonne chance.
  14. Salut Ingrid et bienvenue, Puisque tu t’intéresses à l’immigration au Nouveau - Brunswick., je pense qu’il serais judicieux que tu jettes un coup d’œil à (je dirais même sillonner et parcourir de temps en temps)un sujet intitulé "Nouveau-Brunswick" ayant commencé depuis le 19 janvier 2014 dans la rubrique du forum "Maritimes", avec 1184 pages électroniques et pleins de réponses à toutes sortes de questions sur l'immigration et la vie au Nouveau-Brunswick Tiens voici le lien ici : https://forum.immigrer.com/topic/130943-nouveau-brunswick/?page=1184 C’est bien que tu te fixes un objectif entre 3 et 4 ans, cela te permettra de bien planifier suffisament ton projet. Bonne chance.
  15. Milles mercis Kweli, tu as aussi touché un point d'une extrême importance: Les organismes qui, soi-disant, aident les immigrants à s'établir et s’intégrer, ne cessent de gruger du budget du gouvernement, pour qu’en final plus de la moitié de ces nouveaux arrivants quittent les lieux. Comme le stipule Statistique Canada « Les immigrants sont plus susceptibles de rester en Alberta et en Ontario, mais quittent les provinces de l'Atlantique » En 2014, 87 % des immigrants déclarants qui avaient été admis trois ans auparavant ont produit une déclaration de revenus dans leur province d'admission. Les proportions étaient les plus élevées en Alberta (92 %) et en Ontario (91 %). La rétention était moins forte (53 %) dans les provinces de l'Atlantique. http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/161212/dq161212b-eng.htm Il y a surement un grand nombre d’immigrants qui s’établissent dans les provinces de l’Atlantique, il faut le dire, et je pense que ceci est grâce à l’effort d’attraction que font les organismes (prenons l’exemple de Destination-Acadie qui ne cessent de faire du Marketing et faire connaitre ces provinces à l’étranger, notamment dans les pays francophone en Europe & Afrique). Puis, l’année d’après, rebelote: ces mêmes organismes expliquent qu’ils ont reçu du monde et qu’ils ont besoin d’encore plus de budget pour encore mieux servir ces nouveaux arrivants. Etc… Les faire venir est une chose, mais les retenir c’est en une autre. L’obligation de résidence n’est bien sûr pas une solution. On n’oblige pas une personne à « se maintenir en place » cela va à l’encontre des lois Canadiennes. Il y a peu de données qui mesurent le taux de rétention des immigrants, j’ignore si c’est voulu, mais cela aurait était judicieux pour justement évaluer si un programme, un projet ou une action a réussie ou non et par extension si tel ou tel organisme mérite qu’il soit subventionné. Je suis sous l’impression que, récemment le gouvernement a fait savoir aux provinces qui ne hissent pas leur taux de rétention, verront leur subvention diminuer. Je n’arrive toujours pas à mettre ma main sur la source de cette information, si l’un d’entre vous l’a priêre de bien la partager dans ce topic pour question d’utilité. Merci. NB : un petit bonjour à notre chère Schumarette , une des anciennes du forum. Cela fait plaisir de te lire, et je suis ravis que tout se passe bien pour toi et ta famille
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2021 immigrer.com

Advertisement