Aller au contenu
Laurent

Dans le creux de la vague

Messages recommandés

...J'ai 40 ans et j'attends mon deuxième bébé. Donc tu as encore un bon 10 ans devant toi.

Plutôt irresponsables, ces propos. Pour certaines c'est possible et pour d'autres ce l'est moins.

La baisse de fertilité se fait progressivement.

Irresponsables en quoi ? N'importe quoi. À trente ans, souvent on est triste si on a pas d'enfants et pas de conjoint. Mais la vie ne s'arrête vraiment pas à trente ans. Une chance. Elle aura encore plein de belles choses à vivre.

Et là je suis d'accord avec Avanti, à au moins 300 %. Pour me livrer un peu, j'ai personnellement eu mes gamines à 24 et 28. Donc jeune. J'ai même eu le droit à "...jeune pour un homme ...". Ma femme elle, les as eu à ... 33 et 37 ans. Et là on a eu le droit à " ... tard pour une femme ...".

Il y a 40 ans, j'aurais dit que oui, cela était risqué. Cela l'est moins aujourd'hui, de par les progrès de la médecine mais aussi de l'alimentation, du mode de vie ... tout un tas de chose qui fait qu'avoir un enfant à 40 maintenant n'est plus en soit être irresponsable. Donc Avanti, ben ... bonne chance pour ton deuxième.

@Bluberry

Comme promis j'ai été lire le post "choc culturel". Je l'aurais plutôt appelé "immigration blues", un peu comme le baby blues (tiens, on n'en sort pas de ces histoires de bébés !! :-D). Après l'excitation de l'arrivée dans un nouveau pays, une nouvelle culture, un nouvel environnement, une nouvelle manière de manger ... il y a le doute qui arrive. Comme tu l'écris, on le gère tous différemment. J'ai connu. Tout comme j'ai connu le décès de parents alors que j'étais à l'autre bout de la planète.

Mon profil indique que je suis dans la phase "en cours ....". Je vais certainement connaître de nouveau tout ce que tu décris, avec espérance et croisements de doigts et d'orteils, vers le mois d'Avril. Cela fait partie du lot de l'immigrant car on ne peut avoir seulement le bon coté. Je verrais comment je réagirais à ce moment là. Il est vrai qu'on laisse des morceaux de soi lorsque l'on part. J'espère juste ne pas trop en laisser car cela fait désordre de laisser des bouts de soi sur la route et ensuite, ben il ne restera plus grand chose de moi. J'ai laissé des morceaux de mon enfance à Montréal lorsque mes parents sont rentrés (ils ont regrettés par la suite) en France. J'ai laissé des morceaux de moi ado dans la campagne profonde lorsque je suis parti dans le pacifique. J'ai laissé des morceaux de moi adultes lorsque je suis revenu en France. Malgré cela, je recommence encore et toujours, je pars de nouveau (enfin j'espère).

PS: et d'ailleurs, petite anecdote, en allant au Québec l'année dernière j'ai pu, comme sur les plaques, me dire "... je me souviens ...". hé hé hé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
@Bluberry

Comme promis j'ai été lire le post "choc culturel". Je l'aurais plutôt appelé "immigration blues", un peu comme le baby blues (tiens, on n'en sort pas de ces histoires de bébés !! :-D). Après l'excitation de l'arrivée dans un nouveau pays, une nouvelle culture, un nouvel environnement, une nouvelle manière de manger ... il y a le doute qui arrive. Comme tu l'écris, on le gère tous différemment. J'ai connu. Tout comme j'ai connu le décès de parents alors que j'étais à l'autre bout de la planète.

Le choc culturel, qui n'est pas vraiment un choc d'ailleurs, n'est pas forcement une periode de doutes. C'est plutot une phase ou l'on realise que notre nouvel environnement est bien plus different que ce que l'on pensait. On prend pleinement conscience de ces differences et l'on s'y adapte.

Stephanie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est triste de voir tes réponses Osquare. Tu m'as déjà répondu que toi au moins tu aidais les gens avec tes réponses. Vraiment? Tu es entrain de polluer, une belle chronique. Je te suggère fortement de t'assumer toi-même, avant d'assumer les autres. En commençant pas ta description, si tu es un plombier thailandais, je suis la reine d'Angleterre....

Et si c'etait le cas, tu as la science infuse pour juger de la vie des gens sur un forum ?

Si tu veut du respect apprend a en donner...

reflexe quebecois en effet...

Bon, moi'ssi, moi'ssi qui s'énerve. S.V.P . Quand tu me cherches, j'aimerais ça que tu utilises une grammaire. Tu veut... C'est quoi ça. Tu veux, c'est mieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Comme écrit plus haut, je suis arrivée seule ici, et deux ans et demi plus tard, pas de changement dans ma situation familiale. Pourtant, il sest passé plus de choses dans ce domaine que lorsque jétais en France, mais pas suffisamment pour ce que je souhaite. Doù mes interrogations du type : vais-je rencontrer quelquun ici ? Est-ce que jaurai des enfants ? Vont-ils naître au Canada? Suis-je vouée au célibat si en fait je reste ici? A lapproche de la trentaine, jaspire à autre chose. La carrière cest bien, mais cela ne remplit pas toute une vie.

Ah ! Blueberry, je dois te dire que je me suis parfaitement reconnue dans ta belle chronique. Le chapitre "choc culturel" à part (ça il faut s'y faire. Et puis on en apprend tous les jours, comme par exemple des choses aussi banales que les réactions à la réception de cartes postales !) je te comprends totalement dans tes doutes et remises en question concernant ta vie personnelle. En fait, je suis moi aussi à la veille de mes 30 ans et toujours célibataire, donc j'ai aussi mes petits moments de désespoir quand je vois l'évolution de ma vie privée. On a beau entendre tout le monde nous rêpéter qu'on a encore le temps, quand on s'expatrie avec l'idée de changer radicalement de vie et qu'on trouve que certains changements ne se font pas assez vite, ça peut devenir vraiment frustrant. Quant à l'éloignement familial, là encore, comme tu le dis si bien, ce sont les montagnes russes : il y a des périodes où on "deale" très bien avec ça, où rien ni personne ne nous manque trop. Et puis il y en d'autres presque insoutenables, où on se demande vraiment si on a fait le bon choix en partant à plus de 6000 km des siens. Bref, je pense que c'est le bilan obligé qu'on tire quand on arrive à 30 ans : évolution personnelle, professionnelle, etc. Tout le monde n'avance pas au même rythme non plus, certains vont vouloir à tout prix des enfants avant 30 ans, d'autres le plus tard possible (et d'autres qui veulent avant 30 ans mais qui n'ont pas trouvé leur moitié, je sais...) Et le problème (pour moi, en particulier) c'est qu'on a toujours tendance à se comparer aux autres, ce qu'il faut éviter de faire pour ne pas sombrer trop vite dans le désespoir justement. Alors encourageons-nous ! Patience l'amie : on a encore de belles années devant nous ! Dis-toi que tout peut arriver, et au moment où on s'y attend le moins (ce qui rend les choses encore plus belles) ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ah ! Blueberry, je dois te dire que je me suis parfaitement reconnue dans ta belle chronique. Le chapitre "choc culturel" à part (ça il faut s'y faire. Et puis on en apprend tous les jours, comme par exemple des choses aussi banales que les réactions à la réception de cartes postales !) je te comprends totalement dans tes doutes et remises en question concernant ta vie personnelle. En fait, je suis moi aussi à la veille de mes 30 ans et toujours célibataire, donc j'ai aussi mes petits moments de désespoir quand je vois l'évolution de ma vie privée. On a beau entendre tout le monde nous rêpéter qu'on a encore le temps, quand on s'expatrie avec l'idée de changer radicalement de vie et qu'on trouve que certains changements ne se font pas assez vite, ça peut devenir vraiment frustrant. Quant à l'éloignement familial, là encore, comme tu le dis si bien, ce sont les montagnes russes : il y a des périodes où on "deale" très bien avec ça, où rien ni personne ne nous manque trop. Et puis il y en d'autres presque insoutenables, où on se demande vraiment si on a fait le bon choix en partant à plus de 6000 km des siens. Bref, je pense que c'est le bilan obligé qu'on tire quand on arrive à 30 ans : évolution personnelle, professionnelle, etc. Tout le monde n'avance pas au même rythme non plus, certains vont vouloir à tout prix des enfants avant 30 ans, d'autres le plus tard possible (et d'autres qui veulent avant 30 ans mais qui n'ont pas trouvé leur moitié, je sais...) Et le problème (pour moi, en particulier) c'est qu'on a toujours tendance à se comparer aux autres, ce qu'il faut éviter de faire pour ne pas sombrer trop vite dans le désespoir justement. Alors encourageons-nous ! Patience l'amie : on a encore de belles années devant nous ! Dis-toi que tout peut arriver, et au moment où on s'y attend le moins (ce qui rend les choses encore plus belles) ;)

Et oui c'est bien vrai! Tu resumes bien ma pensee.

Merci pour ces commentaires.

Stephanie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alors encourageons-nous ! Patience l'amie : on a encore de belles années devant nous ! Dis-toi que tout peut arriver, et au moment où on s'y attend le moins (ce qui rend les choses encore plus belles) ;)

Tout à fait dac

Merci Blue pour ta chronique qui fleure un peu la nostalgie et l'inquiétude de l'avenir. J'espère être à Vancouver à l'automne prochain et on s'aidera à passer le spleen .

Déjà ce que tu as fais en partant là-bas, c'est grand, beau et fort, après le reste çà suit tout seul.

Bon courage Blue et à bientôt bisoux

Tetsi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos commentaires.

Stephanie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Blueberry,

Merci d'avoir partagé cette chronique personnelle; hé oui, la vie n'est pas toujours simple ou facile... et l'approche des 30 ans est symbolique et amène son lot d'interrogations! Même en couple, on n'y échappe pas ;)

J'espère que tu trouveras ton chemin, à Vancouver ou ailleurs!

Emmanuelle

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Participez à la conversation

Vous pouvez poster maintenant et vous enregistrer plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous pour poster avec votre pseudo.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.


  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×
×
  • Créer...

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles