Jump to content

Recommended Posts

Wow, déjà 6 ans. Je capote

Que dire sinon que malgré les épreuves de la vie, je n'envisage toujours pas de rentrer en France.

C'était un rêve commun, le rêve d'un couple, le rêve d'une vie à deux. Pourtant 18 mois après le décès de mon mari avec qui j'ai passé plus de la moitié de ma vie, je ne reviens pas en arrière.

Je ne l'ai d'ailleurs jamais envisagé. Sauf peut-être quand je suis tannée de ne pas avoir mes proches près de moi ou que le -30 vient me brûler les mains ou encore quand je cours entre la garderie et l'école après avoir passé vingt minutes à déneiger l'auto. Mais, pas sérieusement.

D'abord parce que lorsque je rentre en France, bizarrement, je ne me sens plus vraiment chez moi. Ensuite, parce que sa mentalité, sa qualité de vie ne me conviennent plus mais surtout parce que lorsque j'arrive au Québec, je me sens à nouveau chez moi. Je me sens bien.

J'aime ma maison, mon travail, mes amis. Je sais que l'avenir de nos deux filles y sera meilleur et qu'un jour elles comprendront notre choix.

Alors quand le doute s'insinue dans ma tête, je me remémore la joie immense du certificat de sélection, la découverte de ce nouveau "chez nous", l'adaptation, les surprises et tous les bons moments vécus ici et surtout je vois devant, loin devant.

Je ne me sens plus vraiment française et je ne me sentirai jamais vraiment québécoise. C'est comme si mon cœur était perdu quelque part dans l'océan. À égale distance entre mon pays de naissance et mon pays d'accueil que j'aime tous les deux profondément.

L'un pour m'avoir donné une famille et la possibilité de faire des études et l'autre pour m'avoir accueillie à bras ouverts, pour m'avoir appris qui j'étais et probablement permis de guérir quelques blessures..

Merci de m'avoir lue.

Christina

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Ton coeur n'est pas perdu, il nage dans la richesse de plusieurs diversités. 

Merci encore pour ton retour, encore plus avec ton témoignage, que la chance tourne, :)

Link to post
Share on other sites
  • Habitués

Une fois de plus merci de toujours penser à nous faire part de l'évolution de ta situation, ça encourage énormément. J'apprécie la force de caractère, bonne continuation avec beaucoup de bonheur à chaque fois

Link to post
Share on other sites

Bonjour Christina,

 

Merci de donner de vos nouvelles. C'est un plaisir de vous lire.

 

Nous allons publier votre message en page d'accueil du site et partager sur le réseau.


Merci encore et bonne année 2018 à vous et à vos enfants! 

 

Cordialement

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
  • Habitués

Merci Christina pour votre témoignage.  

 

Je suis navré pour votre mari.

 

J'espère que la suite de votre histoire ici au Québec sera plus douce.

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...
Wow, déjà 6 ans. Je capote
Que dire sinon que malgré les épreuves de la vie, je n'envisage toujours pas de rentrer en France.
C'était un rêve commun, le rêve d'un couple, le rêve d'une vie à deux. Pourtant 18 mois après le décès de mon mari avec qui j'ai passé plus de la moitié de ma vie, je ne reviens pas en arrière.
Je ne l'ai d'ailleurs jamais envisagé. Sauf peut-être quand je suis tannée de ne pas avoir mes proches près de moi ou que le -30 vient me brûler les mains ou encore quand je cours entre la garderie et l'école après avoir passé vingt minutes à déneiger l'auto. Mais, pas sérieusement.
D'abord parce que lorsque je rentre en France, bizarrement, je ne me sens plus vraiment chez moi. Ensuite, parce que sa mentalité, sa qualité de vie ne me conviennent plus mais surtout parce que lorsque j'arrive au Québec, je me sens à nouveau chez moi. Je me sens bien.
J'aime ma maison, mon travail, mes amis. Je sais que l'avenir de nos deux filles y sera meilleur et qu'un jour elles comprendront notre choix.
Alors quand le doute s'insinue dans ma tête, je me remémore la joie immense du certificat de sélection, la découverte de ce nouveau "chez nous", l'adaptation, les surprises et tous les bons moments vécus ici et surtout je vois devant, loin devant.
Je ne me sens plus vraiment française et je ne me sentirai jamais vraiment québécoise. C'est comme si mon cœur était perdu quelque part dans l'océan. À égale distance entre mon pays de naissance et mon pays d'accueil que j'aime tous les deux profondément.
L'un pour m'avoir donné une famille et la possibilité de faire des études et l'autre pour m'avoir accueillie à bras ouverts, pour m'avoir appris qui j'étais et probablement permis de guérir quelques blessures..
Merci de m'avoir lue.
Christina
Bonjour,

Merci pour votre message, vous êtes inspirante et vous donnez une belle leçon et vous nous motivez à continuer nos démarches merci encore

Envoyé de mon PRA-LX1 en utilisant application mobile Immigrer.com

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines