Aller au contenu
immigrer.com

Saint-Donat 200$ par mois pour les nouveaux travailleurs

Messages recommandés

Saint-Donat

200$ par mois pour les nouveaux travailleurs

Francis Halin | Agence QMI

| Publié le - Mis à jour 


À Saint-Donat, on va jusqu’à faire un chèque de 200 $ par mois aux nouveaux travailleurs, en plus de donner un bonbon de plusieurs milliers de dollars aux commerçants qui déménagent dans le coin.

« Dès que quelqu’un est engagé dans le coin, on va signer un contrat avec lui et offrir de lui payer 20 % de son loyer, chaque mois, jusqu’à concurrence de 200 $, par ménage, pendant un an », s’enthousiasme Karinne Poirier, directrice générale de la Chambre de commerce du Grand Saint-Donat.

La région va même rembourser l’équivalent du montant de la commission d’un agent immobilier à un entrepreneur qui y achète une propriété. « S’il vient s’installer ici, qu’il s’achète une maison et que la commission de l’agent immobilier s’élève à 6000 $, nous lui rembourserons ce 6000 $ », précise-t-elle.

source http://www.tvanouvelles.ca/2018/03/12/200-par-mois-pour-les-nouveaux-travailleurs-1

Situation critique

Cuisiniers, serveuses, caissiers, commis... la petite municipalité aux 80 lacs a besoin d’au moins 200 travailleurs de toute urgence. En période touristique, l’hiver, la population double, passant de 4000 à 8000. L’été, c’est pire encore, elle explose... par quatre.

« Notre chef cuisinier travaille sept jours sur sept, d’une noirceur à l’autre, depuis un an et demi. C’est fou, c’est complètement fou ! » déplore le directeur de l’auberge l’Étoile du Nord, Robert Rivest. Dans sa MRC de Matawinie, il y a 300 postes de cuisiniers... pour un candidat.

Linda Cotton, gérante du Déli de Saint-Donat, pourrait devoir fermer son restaurant d’ici la fin mars. « Je suis pas loin de la clé sur la porte à cause du manque de personnel », se désole-t-elle.

Marie-Ève St-Amour, directrice générale de Boulangerie St-Donat, a cruellement besoin de 25 employés. « On n’arrive plus à répondre aux demandes des clients. C’est un peu fâcheux. Les clients qui sont habitués d’avoir leur gâteau aux carottes ne l’ont pas », observe-t-elle.

Pression étouffante

Pour le maire de Saint-Donat, la situation s’aggrave à vue d’œil depuis deux ou trois ans. « On a la pression de nos commerçants », confie-t-il. Serrés jusqu’au cou, les entrepreneurs sont lavés financièrement parce qu’ils doivent augmenter salaires et avantages pour garder leurs employés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.



×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles