Jump to content
Farah1234567

Options pour un medecin Algérien au Canada

Recommended Posts

Bonjour 

 

Alors voila , je suis médecin généraliste nouvellement diplomée d'Algérie , nous parlons mon mari et moi d'immigrer au Canada , en glanant quelques informations sur ce forum , ainsi qu'au pres de certaines de mes connaissances au Quebec , je me rend compte que le Quebec n'aime pas les medecins étrangers lol , et du coup , je me demande si au NB c'est pareil ? est ce qu'il y'a des medecins etrangers qui ont pu continuer leur activité professionnelle la-bas ? est ce qu'il y'en a qui ont fait une reorientation professionnelle ? si oui vers quoi se sont ils orienté ? 

 

Je dois avouer que je suis plutot attirer vers le Nouveau Brunswick ? donc je recherche des témoignages de personnes travaillant dans le domaine de la santé et qui se sont établis la-bas 

 

Je vous remerci

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest jo19963

C'est le collège des médecins du Quebec qui n'aime pas les médecins étrangers... et qui met des barrières!  Il y en a surement dans d'autres provinces et d'autres pays... 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonjour @Farah1234567 ,

  

Je viens de tomber sur votre poste et étant dans la même situation que vous, c'est-à-dire un diplômé en médecine Algérien d'une faculté Algérienne, et étant toujours en Algérie et n'ayant toujours pas entamé mes démarches d'immigration, prenez ce que je vais dire présentement comme un résumé des nombreuses recherches que j'ai effectué sur le sujet,  j'estime que cela pourrait au mieux vous apprendre de nouvelles choses, au pire vous faire une synthèse de notre situation commune :

 

 Un médecin étranger au Canada/Québec est considéré comme un  DHCEU  (diplômés hors canada et des Etats-unis). Pour exercer la médecine  deux solutions principales s'offrent à vous :  

  • Permis restrictif : ( la voie que je connais le moins)

nécessite d'être actuellement employé dans votre pays d'origine et :

Conditions requises :
  1. Vous êtes titulaire d’un diplôme de docteur en médecine ou d’un diplôme équivalent délivré par une école ou une faculté figurant au répertoire de l’International Medical Education Directory (IMED) publié par la Foundation for Advancement of International Medical Education and Research (FAIMER).

  2. Vous avez réussi l’examen d’évaluation du Conseil Médical du Canada (EECMC) ou le USMLE / Step 2 CK. Examen requis

  3. Vous détenez une formation postdoctorale globalement équivalente à celle requise au Québec pour la spécialité visée par le permis restrictif demandé.

  4. Vous êtes titulaire d’un certificat de spécialiste dans la discipline visée par le permis restrictif demandé.

  5. Vous avez exercé avec compétence, dans le champ d’activités médicales visé par le permis restrictif demandé, pendant douze mois au cours des deux dernières annéesprécédant votre demande.

  6. Vous avez fourni la preuve de la connaissance du français (voir Critères d'exemption)

  7. OU

  8. Vous avez réussi l’examen de l’Office québécois de la langue française (OQLF) avant l'organisation du stage d’évaluation, dans les vingt-quatre (24) mois qui suivent votre demande au CMQ. Examen requis.

  9. Vous avez réussi un stage d’évaluation. Stage  

  10. Vous avez participé à l’activité de formation ALDO-Québec  avant l’obtention de votre permis. (source :http://www.cmq.org/page/fr/clinicien-clinicienne.aspx)


 

Il faut savoir aussi que cette technique est peu souhaitable, car même si vous êtes accepté les postes qui sont en demande de ce genre de main d'oeuvres sont souvent des postes de désert médicaux au grand nord froid ce qui n'est pas la vie dont vous rêvez, j'imagine . Toutefois même après 5 ans d'exercice avec ce permis vous devrez entamer le processus de la 2 éme voie ( l'équivalence ) quoi qu'il arrive pour  pouvoir être considéré comme un vrai médecin.

 

  • Equivalence du diplôme ( la voie que j'ai choisi )

 

C'est la plus difficile en termes de préparation et aussi rien ne peut vous garantir un résultat même après autant d'efforts.

Pour entamer le processeur, j'imagine que vous êtes au courant, il va falloir obtenir l'équivalence du diplôme de médecine en passant les différents examens  qui sont : Trois (3) examens : EECMC , EACMC partie I, EACMC partie II ou ECOS-CNE  ( source : http://www.cmq.org/page/fr/les-examens-requis.aspx ).

  

Mais contrairement à ce que vous diront certains, ce n'est pas le plus difficile à faire car les examens sont plutôt faciles rien à avoir avec notre concours de résidanat . Le plus dur vient après l’obtention de l'équivalence en question  qui n'a aucune valeur en soi, mis à part vous permettre d'accéder au CARMS qui est l’organisme qui gère le processus de jumelage au poste de résidanat ( une étape obligatoire pour avoir le droit d'exercer la médecine au Canada )  et à ce moment précis se pose trois grands problèmes :

 

  1. Avoir déjà la nationalité ou la résidence permanente canadienne, c'est-à-dire qu'il faut que vous ayez à ce moment-là déjà était accepté par l'immigration et  déménagé là-bas vivant d’économie et n’étant même pas sûr de l'issue de votre procédure, mais être sur place et ayant la carte de résident permanent canadien et une condition obligatoire pour le CARMS .

 

  1. Le processus du CARMS est un processus purement subjectif car vous serez jugé apte  à intégrer un programme de résidence ou non, seulement sur des critères purement subjectifs ( entretien )  par les différents responsables des services que vous avez choisis dans votre liste de choix de spécialités.

 

Après avoir étudié les statistiques des DHCEU présent sur leur site (https://www.carms.ca/fr/)  et leurs résultats de jumelage mes conclusions sont les suivantes :  

 

  • Quand on voit le pourcentage global des DHCEU acceptés en programme de résidence qui monte à presque 20 % (22% pour 2017) on est tenté d'avoir de l’espoir toutefois en étudiant les statistiques de plus près on découvre que le pourcentage est gonflé par les DHCEU ayant obtenu leur DIPLÔME l'année même du jumelage, ce qui n'est faisable que par les Canadiens eux-meme qui sont allé faire un diplôme hors canada parce que les conditions d’accès dans les facultés canadiennes sont strictes, le plus souvent leurs diplômes proviennent des caraïbes,  ce qui laisse les  DHCEU étrangers/immigrés dans la catégorie “ayant obtenu leurs diplômes les années précédentes” (car le processus d’immigration prend au moins 1 an et nécessite d’avoir déjà un diplôme). Donc, en comparant les DHCEU canadiens et DHCEU étrangers/immigrés on constate ce qui suit :

 

Année 2017  : source (http://carms.ca/wp-content/uploads/2017/05/Table-1-Summary-of-Match-Results_French.pdf )

DHCEU

Diplômés de 2017(Canadien)

Diplômés des années précédentes(immigrés)

Jumelés(acceptés)

120

291

totale

256

1 555

% DHCEU Canadien : 41.2 %

% DHCEU immigrés : 16 %

 

On est très loin de l'égalité entre les deux cohortes.

Vous l'aurez compris, vu que l’acceptation ou non dans un programme ce fait de façon subjective il y a une grande place à la xénophobie et au racisme dans ce contexte et les statistiques sont la pour le prouver.

donc il faut partir sur un pourcentage de 16 % de chance d’avoir un poste de résidanat.

et la viens le dernier point, en sachant aussi que si on prend en compte la provenances des diplômes de ces 16% en tombe à 2% pour les diplômes africains. 

 

  3.  il est presque impossible de faire une autre spécialité  que Médecine familiale ou psychiatrie si toutefois vous êtes parmi les 16 % d'heureux élus   il faudra laisser tomber les rêves de spécialité autre que ces deux-la.


 

Pour résumer :

  1. il faut obtenir les examens avec les plus hautes notes possibles de façon à se faire remarquer lors du jumelage ( au moins 50 points au dessus de la moyenne )

  2. savoir qu’il faut avoir la carte de résident pour pouvoir entrer au CARMS

  3. compté sur une chance de 16% d’etre admis

  4. viser la médecine familiale.

 

J'espère que mon post vous aura été utile si vous avez d’autres questions sur des points que j’aurais oublié d'évoquer envoyez-moi un message privé j'y répondrais avec plaisir.  

Edited by Ryouman

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour  Ryouman ,

je vous remercie pour votre résumé plus clair que je l'ai trouvé finalement. 

je suis également dans la même situation que vous, diplômée en médecine d'une faculté algérienne  et je dois partir prochainement au canada dans le cadre d'un regroupement familial donc j'aurai le statut d'un résident.

la procédure d'équivalence de diplôme parait plus longue et difficile et les statistiques pour avoir un poste de résidanat est très décevant ; mais on a pas le choix puisqu'il y a que cette voie.

Alors si vous êtes déjà renseigné sur les  examens qu'on doit passer, pouvez vous, svp, nous transmettre les informations que vous avez trouvé. 

par exemple, sur le type des questions,les sources de révisions ?? ou peut on trouvez les sujets des examens précédentes ? est ce que c'est payant ?.......

connaissez vous des personnes qui ont déjà réussi a faire leur équivalence et qui ont obtenu un poste de résidanat au Quebec ?

Merci pur votre aide.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2017-11-22 à 16:16, quebecoisesam a dit :

bonjour  Ryouman ,

je vous remercie pour votre résumé plus clair que je l'ai trouvé finalement. 

je suis également dans la même situation que vous, diplômée en médecine d'une faculté algérienne  et je dois partir prochainement au canada dans le cadre d'un regroupement familial donc j'aurai le statut d'un résident.

la procédure d'équivalence de diplôme parait plus longue et difficile et les statistiques pour avoir un poste de résidanat est très décevant ; mais on a pas le choix puisqu'il y a que cette voie.

Alors si vous êtes déjà renseigné sur les  examens qu'on doit passer, pouvez vous, svp, nous transmettre les informations que vous avez trouvé. 

par exemple, sur le type des questions,les sources de révisions ?? ou peut on trouvez les sujets des examens précédentes ? est ce que c'est payant ?.......

connaissez vous des personnes qui ont déjà réussi a faire leur équivalence et qui ont obtenu un poste de résidanat au Quebec ?

Merci pur votre aide.

 

 

Svp est ce que vous avez des nouvelles concernant ce sujet ?

je suis intéressé 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci @Ryouman, pour toutes ses explications, a la fin de ma lecture, je n'avais plus envie de passer cette equivalence.

Pour ce qui est de la possibilite de passer une specialite, pourquoi ils imposent soit la psychiatrie soit le medecine familiale? 

Enfin, pour repondre au chapitre reconversion, celle-ci pourrait etre dans l'industrie pharmaceutique, au sein du departement des affaires medicales comme MSL, ou dans une CRO comme Assistant en Recherche Clinique.

 

Bon courage a tous

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

je suis titulaire d'un baccalaureat tunisien filiere sciences exprimentales avec mention tres bien .j'etais admise en medecine en Tunisie mais j'ai decider de quitter le pay et d'installer au quebec .

Ma question est ce que avec ma moyenne au bac (17.22/20) je peux etre admise en medecine au quebec .

merci de l'avance .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-09-20 à 18:37, dundy a dit :

Merci @Ryouman, pour toutes ses explications, a la fin de ma lecture, je n'avais plus envie de passer cette equivalence.

Pour ce qui est de la possibilite de passer une specialite, pourquoi ils imposent soit la psychiatrie soit le medecine familiale? 

Enfin, pour repondre au chapitre reconversion, celle-ci pourrait etre dans l'industrie pharmaceutique, au sein du departement des affaires medicales comme MSL, ou dans une CRO comme Assistant en Recherche Clinique.

 

Bon courage a tous

Bonjour 

je suis medecin spécialiste en chirugie algérien , je suis en étape fédéral du processus immigration et j’en suis intéressé par la voie de msl , pourriez vous svp me renseigner sur la procédure quoi faire comme formation ou postueler ... merci 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-09-20 à 18:37, dundy a dit :

Merci @Ryouman, pour toutes ses explications, a la fin de ma lecture, je n'avais plus envie de passer cette equivalence.

Pour ce qui est de la possibilite de passer une specialite, pourquoi ils imposent soit la psychiatrie soit le medecine familiale? 

Enfin, pour repondre au chapitre reconversion, celle-ci pourrait etre dans l'industrie pharmaceutique, au sein du departement des affaires medicales comme MSL, ou dans une CRO comme Assistant en Recherche Clinique.

 

Bon courage a tous

Svp, concernant la reconversion, esk vous pouvez m expliquer un peu plus cette voie, 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-09-20 à 19:37, dundy a dit :

Merci @Ryouman, pour toutes ses explications, a la fin de ma lecture, je n'avais plus envie de passer cette equivalence.

Pour ce qui est de la possibilite de passer une specialite, pourquoi ils imposent soit la psychiatrie soit le medecine familiale? 

Enfin, pour repondre au chapitre reconversion, celle-ci pourrait etre dans l'industrie pharmaceutique, au sein du departement des affaires medicales comme MSL, ou dans une CRO comme Assistant en Recherche Clinique.

 

Bon courage a tous


Bonjour @Dundy,
Pour répondre a votre question, Non, en aucun cas ils imposent de faire MF ou psychiatrie,  c'est juste les deux spécialités au quelles les DHCEU ont le plus de chance ( est de loins, 95% ) d’être jumelés, car c'est les programmes au quels les DMC(canadiens)  appliquent le moins ( tout du moins pas dans les zones reculées et rurales). ce qui laisse des postes  vacants qui sont remplis par les DHCEU qui ont la chance d’être parmi les 16% dont j'ai déjà parlé. mais rien n'est imposé vous choisissez à quel programme postuler si vous visez trop haut vous n’obtiendrez jamais d'interview, et naturellement les prochaine fois vous allez revenir vers les programmes avec les chances les plus élevés c'est à dire FM et compagnie.         

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2018-10-29 à 18:42, fouadelloul a dit :

Bonjour 

je suis medecin spécialiste en chirugie algérien , je suis en étape fédéral du processus immigration et j’en suis intéressé par la voie de msl , pourriez vous svp me renseigner sur la procédure quoi faire comme formation ou postueler ... merci 

Je suis très en retard par rapport a votre question, pour faire MSL par exemple il est conseille de suivre une formation type DESS en développement medicament a l’université de Montreal, ou son equivalent dans une toute autre université canadienne, une formation aux essais cliniques pourrait également vous offrir cette opportunité. 

j’espère avoir répondu a votre question.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 2019-01-01 à 12:03, Bouch a dit :

Svp, concernant la reconversion, esk vous pouvez m expliquer un peu plus cette voie, 

En tant que médecin vous avez plus de chance de rejoindre l,industrie pharmaceutique, ceci dit après mon experience passée ici avoir un diplôme canadien serait un atout a votre background scientifique, comme indique a un autre confrere, une formation liée au développement du medicament ou a la recherche clinique ouvre des porte au sein de ces compagnies...

Désole pour le retard de mes retours.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines