Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 08.10.2009 dans toutes les zones

  1. 83 points
    redbulldz

    Procédures Manitoba : Le guide

    Dernière mise à jour : le 07/07/2015 Procédures d'immigration au Manitoba : Le guide Bonsoir, Ayant reçu plusieurs questions sur le processus d'immigration au Manitoba, j’ai préféré ouvrir un topic sous forme de guide pour que tout le monde puisse en profiter. Attention tout de même car les documents/informations demandés ou les procédures peuvent changer à n'importe quel moment. Je mettrai à jour si possible, sinon partagez aussi vos expériences. N'hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de plus d'informations mais ne m'en voulez pas si je ne réponds pas rapidement car je n'ai pas accès au forum à partir du bureau. Avant toute chose, voici les conditions pré-requises pour pouvoir postuler via cette procédure qui reste une des moins compliquées en termes de documents, de coût (le traitement du dossier provincial est gratuit), de procédures, et une des plus rapides (2 ans, procédure visa inclue pour les pays dépendant du bureau de Paris) : Etre francophone Avoir entre 21 et 45 ans Avoir terminé au moins une année d’études post-secondaires ponctuée d’un diplôme ou d’un certificat Avoir une expérience professionnelle cumulée (à temps plein) de deux ans au minimum, durant les 5 dernières années Avoir une compétence 5 au minimum en fonction du niveau de compétence linguistique NCLC Avoir obtenu au moins 60 points sur la grille d’auto-évaluation du Manitoba (téléchargeable ici : http://www.immigrate...le-points-e.pdf ) Ne pas avoir de liens forts avec d’autres provinces comme des parents ou une expérience passée (cette condition n’est pas éliminatoire) Posséder au moins 10.000 CAD plus 2.000 CAD pour le conjoint et chaque personne à charge (en argent liquide) Abandon de toute procédure d’immigration en cours dans une autre province J’ajouterai aussi un niveau acceptable en anglais car il vous sera difficile de vous établir au Manitoba sans comprendre/parler anglais Il faut savoir qu’il y a plusieurs façons d’immigrer au Manitoba comme en décrochant un contrat de travail, se faire parrainer par un parent ou un ami qui y vit ou, en ayant déjà étudié ou travaillé dans la province. Cette dernière privilégie les personnes ayant des liens sur son territoire pour être sûre de leur intégration et de leur volonté de rester sur place et ne pas s’envoler vers d’autres provinces réputées (souvent à tort) plus attractives. Une autre option, plus accessible, consiste à se faire inviter par la province à faire une visite exploratoire, qui sera ponctuée par un entretien avec un agent de l’immigration. Suite à cela, la province décidera (ou non) de vous octroyer une invitation à postuler dans son volet stratégique. Rassurez-vous car dans la grande majorité des cas, les personnes ayant fait leur visite exploratoire ont reçu le fameux sésame car les dossiers sont d’abord étudiés en amont. Par ailleurs, il est à noter que depuis Juin 2015, le système de « recrutement » des travailleurs qualifiés a été revu et une nouvelle procédure appelée « Expression of Interest » (déclaration d’intérêt) a été lancée pour ouvrir un plus large horizon à la province et aux postulants, et garantir plus de transparence. Le système y est semblable à celui de l’entrée express, avec moins de complexité. Chaque candidat sera crédité d’un nombre de points selon son profil ainsi que son adaptabilité et sera mis dans un bassin d’où seront sélectionnés les meilleurs profils. Attention, malgré les similitudes, cette procédure n’a absolument aucun lien avec l’entrée express qui relève du fédéral. Malheureusement, ceci constitue une étape supplémentaire car avant cela il suffisait d’avoir la lettre d’invitation de la province pour pouvoir déposer son dossier à l’étude et espérer être sélectionné en tant que candidat du Manitoba. La bonne nouvelle par contre est que la lettre d’invitation vous permet d’obtenir 500 points automatiquement, ce qui constitue un acquis certain (Example : lors de la deuxième extraction, le dernier candidat extrait avait un total de 588 points). Assez parlé maintenant, voici ci-dessous les étapes détaillées de toute la procédure : 1- Contacter le World Trade Center Winnipeg, seul organisme (à but non lucratif il faut le souligner habilité à traiter les demandes des francophones et les transmettre à la province. Pour cela il faut envoyer un mail à Mme Brigitte Léger et lui expliquer brièvement votre projet :bleger@wtcwinnipeg.com Rien de bien formel. Présentez-vous et expliquez que la procédure vous intéresse et que vous avez besoin de plus de renseignements. 2- Dans sa réponse, elle vous demandera de lui transmettre les documents suivants : - Votre CV - Une lettre de motivation dans laquelle vous devrez répondre à des questions que Brigitte mettra sur son mail - Les résultats du TEF, y compris pour les ressortissants français et belges. Je vous conseille vivement de vous inscrire le plus rapidement possible à une session car les résultats sont délivrés un mois après la date de l’examen (voici un lien pour passer le test à blanc :http://www.testsdefr.../TEF_STRUC.html ainsi qu’un autre pour évaluer votre niveau afin de savoir quoi mettre sur la grille de points après obtention de l’attestation : http://www.immigrate..._calculator.php ) - Un scan de vos diplômes (traduits s’ils ne sont ni en français ni en anglais) - Les preuves de l’expérience professionnelle durant les 5 dernières années - Des preuves de fonds sous forme de relevé de compte, dans n’importe quelle monnaie (10.000 CAD pour le requérant principal + 2.000 CAD pour chaque personne à charge) - Un plan d'établissement (à télécharger ici : http://www.immigrate...nt-partie-1.pdf ) - Une auto évaluation (à télécharger ici : http://www.immigrate...le-points-e.pdf ) NB : sur la partie adaptabilité vous avez 20 points automatiquement grâce à cette procédure - Dans le cas échéant, la preuve d’abandon d’une procédure d’immigration dans une autre province, ou la preuve de rejet de votre candidature par la province 3- Après envoi de votre dossier, le WTC le transmet à la province qui fera une étude préliminaire. Dans mon cas, un agent de l'immigration est entré directement en contact avec moi pour demander des informations supplémentaires. Brigitte vous recontactera par email dès que la province lui rend une réponse. Elle vous demandera quelle période vous intéresse pour la visite exploratoire. Elle devra confirmer la date avec la province avant l'accord définitif. Cette étape prend un mois généralement 4- Visite exploratoire (à vos frais) : c'est à mes yeux l'étape la plus importante car on a l'occasion de se faire une idée sur la province et ses attraits. Vous devrez déposer d’abord une demande de visa touristique dépendamment de votre nationalité. Brigitte vous fournira une lettre d’appui à joindre au dossier. Pensez à bien vous organiser pour la visite car vous faites la majorité de votre programme tout seul. Vous aurez RDV avec Brigitte le premier jour et avec un agent de l'immigration le dernier jour ou un peu avant. Je vous conseillerai d’enrichir votre programme comme suit : - Visite d'écoles (si vous avez des enfants) - Visite d'agences d'emploi et d'immigration - Visite d’entreprises pour avoir une idée sur votre domaine - Visite d'agences immobilières pour avoir une idée sur les prix et les procédures - Essayez de programmer un RDV avec un comptable pour vous renseigner sur le système fiscal manitobain (très important !) - Visites touristiques, très importantes aussi car le centre-ville n'est pas très attrayant Les gens sont très chaleureux au Manitoba, profitez-en au maximum ! L'entretien avec l'agent de l'immigration n'est pas du tout stressant. On vous mettra à l'aise et on vous demandera ce que vous avez vu et vécu pendant votre visite, ce que vous voulez faire en arrivant au Manitoba. A un moment l’entretien se fera en anglais pour que l’agent puisse avoir une idée sur votre niveau dans cette langue. Soyez à l'aise, soyez vous-même. Personne ne pourra vous conseiller sur votre discours. Vous recevrez une réponse par mail quelques jours après. Si elle est positive, une lettre d’invitation y sera attachée 5- Déclaration dintérêt et extraction : Comme expliqué plus haut, le système est très proche de celui de l'entrée express (détails ici, en anglais uniquement pour l'instant : http://www.immigrate...ion-of-interest ). Vous devez créer votre profil en ligne et répondre à un questionnaire qui déterminera votre admissibilité ainsi que le nombre de points obtenus (résumé de la grille des points à télécharger ici :http://www.immigrate...nkingPoints.pdf ). Le profil est valable une année. Je vous conseille donc de le créer avant de partir en visite exploratoire pour que vous puissiez avoir une idée sur le total de vos points. Votre profil est évalué selon 6 critères : 1- Maîtrise des langues principale et secondaire 2- L'âge 3- L'expérience professionnelle 4- Le niveau d'études 5- L'adaptabilité (sur laquelle vous aurez la note maximale grâce à l'invitation) 6- L'évaluation des risques, où vous aurez des points défalqués si vous avez des liens avec d'autres provinces (études, expérience professionnelle passée, parent proche ou demande d'immigration) Les extractions sont -normalement- faites à des intervalles réguliers (chaque 2 à 3 semaines). C'est donc assez court. De toute façon la ptience doit être le maître mot dans toute procédure d'immigration 6- Application en ligne : après l'extraction, vous serez invité à postuler en ligne. Vous devrez téléverser (uploader) vos documents sur le site du gouvernement (diplômes + relevés de notes, preuves d'expérience professionnelle, actes de naissance, acte de mariage, copie des passeports, copie du TEF, preuves de fonds, plan d'établissement...). Votre dossier sera étudié en 4 mois en moyenne. A la fin du traitement, vous recevrez normalement votre lettre d'approbation par courrier régulier (ou par email, à confirmer). A ce stade vous en aurez fini avec le volet provincial 7- Dépôt du dossier de visa : après obtention de votre lettre d'approbation, vous pourrez envoyer votre dossier de résidence permanente à CIC. La durée du traitement diffère selon votre lieu de résidence et donc, du bureau qui traite votre dossier. Celui de Paris est actuellement le plus rapide avec un délai de 7 mois, souvent moins pour les candidats des provinces. J'espère que ce guide vous aidera à mieux comprendre le processus d'immigration vers le Manitoba dans sa formule actuelle. Bon courage à tous ! Merouane Dernière mise à jour : le 25/06/2015
  2. 54 points
    kzrystof

    Ma vision de l'immigration

    Ce message est le résultat de ma réflexion sur la question qui avait été posé dans ce forum, à savoir quels sont les plus grosses erreurs à faire en immigrant. La réponse, s'il en existe une, ne m'est pas venue tout de suite. Voici cependant ce que j'ai trouvé. S'il vous plait, ne lisez pas ce texte sur un ton moralisateur. C'est plus une explication des choix que j'ai fait (parfois inconsciemment) tout au long de mon parcours. Je suis conscient que certains ont suivi des chemins différents et sont parvenus à des situations similaires à la mienne. Donc soyez chill Je crois que la première grosse erreur à faire en débutant ce projet est de croire qu'immigrer une chose facile. Si pour certains elle l'est (et être riche aide), pour beaucoup, elle ne le sera pas. Je m'explique. 1 - Famille et amis Tout d'abord, ce n'est pas facile de quitter un pays, surtout quand on a une job et un toit, et surtout quand ce pays ne va pas si mal que ça. J'entends par là: pas de dictature, pas de guerre, pas de famine, pas de faillite économique, relative sécurité publique, une famille, une carrière et des amis. Quitter un pays signifie abandonner sa famille et ses amis. Ne vous leurrez pas: Skype ne remplace pas votre présence physique. Si pour vous, Skype vous donne l'impression d'être encore là avec eux, pour eux, vous êtes parti. Malheureusement, tout le monde n'a pas cette qualité (ou défaut) d'accepter et de pouvoir bien vivre cette coupure. Et je ne dis pas ça de vous seulement; j'inclus les membres de votre famille et vos amis qui restent de l'autre côté de l'océan. Eux non plus n'ont peut-être pas cette qualité (ou défaut). Bien qu'elle puisse paraitre sans grandes conséquences au premier abord, tôt ou tard cette coupure pourrait vous ramener en pleine face les conséquences de votre choix. Imaginez un appel au beau milieu de la nuit de votre frère, ou sœur, vous annonçant la mort d'un de vos parents que vous n'aurez pas serré dans vos bras depuis 1 an, 2 ans ou plus. Pensez-y: en immigrant, vous pourrez pratiquement compter le nombre de fois que vous pourrez voir vos parents en chair et en os avant leur décès, surtout s'ils ont déjà l'âge de 50, 60 ans ou plus. C'est glauque, mais il faut être conscient d'une chose: immigrer aussi loin signifie (pour la plupart d'entre nous), qu'entre deux voyages, vous allez voir des personnes de votre famille proche décéder, des personnes tomber gravement malade, ou vivre d'autres épreuves tout aussi pénibles. Et vous ne serez pas là lorsqu'ils vont avoir besoin de votre aide car vous allez devoir balancer les coûts d’un tel voyage et la nécessité de ce voyage. Vos décisions seront questionnées. Pour ceux d'entre vous qui ont des enfants (ou qui vont en avoir), vous allez priver vos parents de serrer leurs petits-enfants dans leurs bras quand ils le veulent. Vos enfants vont probablement avoir vu votre famille plus souvent sur un écran d'ordinateur qu'en vrai... Je n’avais qu’une vingtaine d’années lorsque j’ai immigré et en 10 ans, dans ma famille proche et amis, j’ai déjà vu 3 décès (y compris un ami d’enfant de mon âge), une tentative de suicide, deux cancers (en fait trois si je compte une rechute) et une tumeur maligne au cerveau. Sans parler des accidents. Je pense que cela vaut la peine d'y penser. Ça se voit des personnes qui repartent en France parce qu'elles vivent mal l'éloignement familial. Ce que j'ai mentionné en fait partie. 2 - Nouvelle société Immigrer signifie recommencer votre vie sociale à zéro. Vous devrez probablement reconstruire votre réseau de connaissances professionnelles. Dépendamment de vos diplômes, potentiellement recommencer certains cours à l'école. Je crois que les personnes expérimentées de ce forum le mentionne souvent: prenez vos précautions et double-triple-checker vous. Ne prenez pas un oui pour acquis. Si vous êtes une personne sociable, vous allez probablement devoir aussi vous refaire de nouveaux amis. Cela signifie repasser par l'étape de connaitre des personnes, gagner leur confiance, piquer leur intérêt pour qu'ils apprennent à vous connaitre aussi, espérer qu'ils vous apprécient, pour pouvoir établir une amitié à long terme. Cela prend du temps. Beaucoup de temps. Votre personnalité va donc jouer énormément dans la balance. Certains d’entre nous sont plus doués que d'autres. Oubliez votre côté exotique d'immigrant: la plupart du temps, vous ne serez qu'un immigrant parmi tant d'autres. 3 - Intégration Immigrer signifie, idéalement, intégrer la société d'accueil. Comparez l'intégration à un saut dans un train en marche: c'est à vous que revient la responsabilité de vous préparer à sauter dans ce train. Les gens n'arrêteront pas ce train pour vous: les gens ont leurs propres préoccupations et leurs propres soucis quotidiens: arriver au travail à l'heure, chercher les enfants à la garderie avec 4:30, attrapez le bus / train etc. Ils ont leurs routines. Vous pourrez crier à l'individualisme. Si vous voulez perdre du temps, oui, vous pourrez. Eux, ils pensent à leur famille, à leurs contraintes professionnelles, et parfois même scolaires. Cette situation me fait penser à une citation que j'ai entendue de la bouche de Fabrice Luchini (je ne me souviens pas de l'auteur original): "un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi". Pour faciliter son intégration dans une société, il faut comprendre ce qui la fait vivre: le seul point de salut que j'ai vu à date est d'acquérir et de partager le plus de références possible avec cette société. Regardez son cinéma, ses séries télévisées, lisez ses livres, écoutez sa musique, assistez à ses spectacles d'humour et ses pièces de théâtre, apprenez sa langue, sa politique et son histoire. Intéressez-vous à elle si vous voulez avoir des sujets de discussions (et des points communs) avec les individus qui la composent et pouvoir échanger avec eux plus aisément. Autrement, vous allez devoir répondre éternellement à cette question: "Pis, tu trouves ça comment le Québec?". Encore une fois, gardez à l'esprit que vous n'êtes qu'un immigrant parmi tant d'autres. Jusqu'à un certain point, si vous en êtes capable, débarrassez-vous de vos références françaises. Non, il n'y a pas de boulangerie à tous les coins de rue. Non, vous ne retrouverez pas toutes les marques de votre pays d'origine. Get over it. Cela ne fera pas de vous quelqu'un qui se prend pour un autre si vous adoptez de nouvelles références: votre personnalité restera la même. Sachez que vous pouvez devenir québécois et / ou canadien si vous le voulez. Pas juste sur papier. Parce qu'en réalité, ce n'est pas le sang qui fait de vous un québécois ou un français. Ni votre lieu de naissance. Ni vos ancêtres (je trouve le concept de québécois de souche / français de souche aussi révoltant que peut l’être l'idéologie du racisme). Ce sont vos références actuelles. Et ça, vous pouvez l'apprendre. Si vous le voulez. Et si vous me posez la question à savoir ce que cela apporte d'être intégré ? Je vous poserais la question suivante: savez-vous ce que c'est de se sentir chez soi dans la ville qu'on aime sans que les gens fassent une distinction entre eux et vous ? Ne vous trompez pas: aucun être humain n'est parfait. La société, en conséquence, n'y échappe pas: elle n'est pas parfaite. Par exemple : oui, la discrimination existe dans la société québécoise (comme ailleurs), qu'elle soit volontaire ou pas. Vous, en tant qu’immigrant, vous avez beaucoup à perdre face à cette discrimination. L'avantage que vous pouvez avoir en essayant de vous intégrer, c'est que vous allez pouvoir découvrir ces défauts et être capable de les contourner. Enfin, s'intégrer ne signifie pas que vous haïssez la France. Même si jamais vous vous rendez au point de renoncer votre citoyenneté française. Derniers mots La seconde plus grosse erreur est de prendre chaque expérience du forum au pied de la lettre. Et je n’exclus pas mon blah-blah précédent. Même si nous avons tous des points en commun, nos personnalités sont uniques, tout comme notre vision du monde ainsi que nos compétences relationnelles et professionnelles. Ce qui a fonctionné pour l'un ne fonctionnera peut-être pas pour l'autre. L'immigration vous fera mettre en jeu une grande partie de votre vie et celle de votre entourage avec des conséquences potentiellement désastreuses. Alors, posez-vous cette question: pourquoi voudriez-vous traverser toutes ces épreuves (qui semblent avoir plus de résultats négatifs que positifs) pour vivre au Québec ? Le besoin de grands espaces ?
  3. 50 points
    verozen

    elle est étonnante la vie non?

    Je n'aurais jamais pensé que ma vie aurait été aussi mouvementée et je m'en réjouis maintenant. Je m'appelle Véronique, j'ai quitté la France en août 1994 avec mon mari et mes 2 enfants alors âgés de 5 et 7 ans. Tout allait bien jusqu'à l'année de tous les changements...Divorce, puis perte d'emploi, vente de la maison, j'ai connu pas mal de désespoir, j'étais un peu perdue et pour couronner le tout, lorsque j'avais retrouvé enfin une job, j'étais tombée sur une boss xénophobe qui m'a sapée le moral. Je ne me sentais plus aussi forte qu'avant, autant dans ma vie personnelle et professionnelle. 2003 J'ai rencontré mon nouveau chum au Québec, on a vécu 2 ans là bas et j'ai eu, j'ai ressenti un manque de ma famille. Je sentais que ma mère vieillissante avait besoin de moi, que les enfants de mon frère grandiraient sans moi.et une petite fille venait de naître du côté de ma belle famille. Nous décidons donc de rentrer. Mes enfants sont adolescents, un peu indépendants ces derniers temps comme s'ils se détachaient, le cordon était entrain de se rompre, j'acceptais aussi le fait qu'ils prennent leur envol. 2006 Mon fils nous a suivi en France où il vit encore mais ma fille a décidé de rester. Elle m'avait dit qu'elle réfléchissait, qu'elle finissait son année scolaire et qu'elle reviendrait ….peut-être. Elle m'a écrit un courriel 2 mois après mon retour, m'expliquant son vœu de rester... Ce fut tout un choc pour moi. Nous sommes fusionnelles. Je l'ai comprise car laisser ses amis lorsqu'on est ado est très difficile. Mon retour en France ne fut pas facile, tout allait trop vite pour moi, tout était étroit, je ne me sentais plus française, je n'étais plus chez moi.11 années de Québec m'avaient transformée ! Je me rends compte alors qu'il me faudra faire beaucoup d'efforts pour m'intégrer dans mon propre pays et ce ne sera pas facile. Beaucoup de choses me dérangent : les coups de klaxons les magasins, banques, poste qui ferment pendant midi ce qui fait qu'on est toujours entrain de courir avant que ça ferme. les gens qui crient (hurlent) après leurs enfants l'administration lourde les clôtures, les volets le jour qui se lève tard en hiver la neige me manque à Noël ! L'Halloween aussi me manque etc. etc. Bien sûr avant de partir j'acceptais ce style de vie à la Française puisque je ne connaissais rien d'autre. Mais j'ai du changer. Je me trouve même différente de ma famille. Elle est toujours restée dans le village natale et n'a jamais connu autre chose que ses frontières campagnardes. Je vois mes frères équipés d’œillères, fermés... Je suis déçue... Je trouve divers petits boulots en intérim, très durs physiquement. en parallèle, je suis artiste peintre, Je crée ma petite entreprise de peinture décorative sur bois , je fais des expositions, je décide de restaurer des meubles bref, je tente de faire ma place. Le Québec me manque, grave comme disent les d'jeunes ! Ma fille mes amies, mes habitudes de vie. Je ne me sens pas bien ici, je lutte mais rien ne marche comme j'aimerais et c'est normal, je ne peux changer le rythme de vie d'ici voyons ! Serait-ce moi qui ne suis pas à la bonne place ? Je prends une bouffée d'air en partant un mois en mars 2009 au Québec, retrouver fille, amis, rythme hmmm que du bonheur!Je rentre reboostée, ça m'a fait du bien mais je décide de continuer en France. Je me dis qu'un billet d'avion peut me combler et ça me semble plus facile que de tout plaquer pour retourner. En France, j'aime les paysages, les randos qu'on fait à vélo, à pieds en montagne, la mer toute proche, la bonne bouffe qu'on trouve à proximité, les 5 semaines de congés etc. etc. Puis une bad luck nous tombe sur le coin du nez en mai 2009 : cancer du sein. Traitement pendant 1 an et demi, conséquence :fermeture de ma petite entreprise...Décidément, j'ai beau vouloir avancer, ça veut pas. Après de longues heures de réflexion pendant ma convalescence, je change de métier et deviens sophrologue. J'apprends le lâcher prise, la confiance en soi, j'apprends à comprendre mes besoins . J'ouvre donc un cabinet de sophrologie en 2012, ça marche tranquillement, il faut du temps pour avoir des clients et se faire connaître. Mais fin août 2012 autre changement de situation à l'horizon. Mon chum perd son emploi!!et paf, pas de bol ! Il cherche donc des entreprises via internet et est appelé par une compagnie de Montréal !! c'est un signe, c'est pas possible ! Il semblerait qu'il y ait pas mal de job fortes intéressantes pour lui en plus !! Alors on ne se pose plus de questions on rentre au Québec !! nous avons entamé une démarche de parrainage le mois dernier, on se croise les doigts ! J'ai voulu faire ce bilan pour donner du courage à ceux qui baisseraient les bras pour changer de vie, apporter du meilleur à leur âme. Il faut faire ce qu'on désire, vivre ses rêves, foncer, entreprendre, ne pas avoir peur car la vie ne tient qu'à un fil ! J'aime d'ailleurs cette phrase : je suis heureuse parce que je suis en santé et je suis en santé parce que je suis heureuse. Quand ça ne va pas et qu'on lutte, un jour le corps décide de vous montrer que quelque chose cloche dans votre façon de vivre. Maintenant en rémission, je suis prête à partir, si je m'écoutais mes boites seraient déjà faites mais je ne peux brûler d'étapes. Et vous savez quoi ? Depuis que je sais que je vais rentrer au Québec, je me sens légère. Aussi, je ne critique pas les 2 pays, je sais ce que j'aime, ce que je n'aime pas, c'est personnel et propre à chacun.Je sais que le Québec ne m'offrira pas un système de santé à la hauteur de celui que j'utilise ici et bien je ferais avec, l'important pour moi est de retrouver mon essentiel: le Canada et ce/ceux qui va/vont avec. Merci de m'avoir lu Véro
  4. 41 points
    Uncle_Bens

    Le Premier jour du Reste de Ma vie !

    Le 26 décembre 2012 mon dossier s'envoler pour Montréal je ne savais pas à ce moment qu j'embarquer dans la plus folle, émotive, stressante MAIS heureuse aventure qui est l'immigration canadienne. Deux ans d'attente, deux ans de stress, deux de doute et de larmes mais deux ans de rencontres, de discussion sur le forum et de rencontre réel sur toute la France ( Lille, Paris, Nice, Bordeaux et Cannes ... ) deux ans ou j'ai rencontrer beaucoup de gens, des gens en OR des gens qui se battent pour eux mais aussi pour leur famille, j'en ai jamais douter en chacun d'entre nous mais j'avoue cette longue attente nous a tous déstabiliser plus d'une fois, nous a tous rendu nerveux , parfois craquer en larmes ou en fou rire j'ai renconrer ici des amis. Je fais partis de la secte une belle secte des décembriste 2012 et Janvier 2013 plus qu'une secte une Famille. J'ai trouver ici un soutien que j'en ai jamais en dehors même si la famille et les amis nous soutiennent parfois ils ne nous comprennent pas. Ce forum est une mine d'or, je n'oublierait jamais tous ceux qui m'ont répondu, qui m'ont conseillé, qui m'ont fait rire plus d'une fois. Ce forum fera toujours Partis de ma vie, oui c'est une promesse. Aujourd'hui après deux ans d'attente, après une intention de refus en février dernier après une attente de 8 d'un rdv je suis passer devant M. Le P. : J'avais rdv a 13:45 --> 1:30 de retard : voir cette ascenseur monter descendre vous met un stresse insoutenable :'( .. Jusqu'au moment ou l'agent vient vous chercher on monte il me demande de m'assoir et me dit voilà comment ça va se passer Jeune Homme ( au passage il été super sympa pas du tout froid ou quoi ) il me dit je vais vérifier vos diplôme, vos fiche de Paris et contrat et vos pièce d'indemnité : Je lui passe partie par partie tout est Niquel en 10min. Et là il me dit bon tous vos papier sont Niquel maintenant dite moi comment êtes vous préparer pour votre immigration et votre arrivée : et la moi je me met en mode Pipellette : Cv et lettre de motivation, offre d'emploi imprimer, chiffre de chômage imprimer selon les secteurs, étude comparative demander et déjà acquise, deux lettre d'hébergement ( Dont une par une personne qui me suit depuis mes débuts ici sur le forum et que j'embrasse très très très fort <3 ) ! Je lui aussi monter des mails d'échange entre Cegep pour travailler en tant que préparateur de TP , des échange de mail avec mon ordre professionnel puis quelques villes qui sont susceptible d'avoir plus de débouchés pour mon emploi. Et LA : oui 20 min pile M je vous accepte .. PARDON vraiment Mr Le P. ? Oui oui pourquoi ne le ferais je pas vous avez l'âge et une belle motivation. Et la MOI : M vous ne savez pas vous venez de réaliser mon RÊVE les larmes coulent ... Je voulais vous dire a tous que vous êtes MERCI Je ne pourrais jamais vous remercier j'aurais pu lâcher a un moment mais vous étiez la MON dieu que j'aimerais vous donnez a tous ce CSQQ ! Je vous en supplie accrocher VOUS LES AMIS TOUS ANCIENS ET NOUVEAUX QUI NE ME CONNAISSENT PAS OUI N'ABANDONNEZ PAS Cette sensation qu'on rasent est UNIQUE. J'ai pas arrêter de sauter sur les Champs élysées MON DIEU MERCI DU FOND DU CUR. Uncle bens votre TONTON NATIONAL a très vite Québec a très vite les terres Canadienne.
  5. 40 points
    Christinaroux

    Pourquoi ma place est ici au Québec

    Déjà 4 ans que nous avons réalisé notre rêve..incroyable comme le temps passe vite quand on se sent bien. Que vous dire pour vous expliquer à quel point j'aime le Québec et à quel point je n'ai aucun regrets malgré ce que j'ai vécu récemment? Tout d'abord, nous nous sommes installés en 2012 avec mon mari et notre fille de 2 ans. Différents emplois pour moi car malgré mon master 2 en droit, je ne trouvais pas d'emploi, j'avais donc décidé de repartir à zéro, et c'est ce que j'ai fait. Aujourd'hui, je travaille dans un bureau de notaires, j'apprécie beaucoup les gens avec qui je travaille, ce qui est primordial pour moi. Pas de jalousie, pas de regards en coin, pas de jugement et une confiance réciproque à toutes épreuves. La vie ne m'a pas épargnée récemment mais il est pour moi inconcevable de rentrer en France. J'y ai pensé une fois ou deux quand mon mari, l'homme de ma vie, a commencé à avoir des maux de ventres et que les médecins, les excellents spécialistes qui le soignaient, ne semblaient pas trouver son mal. Puis la situation a très vite empiré. Et s'il est vrai que la bobologie est au Québec difficile à traiter, quand vous avez quelque chose de grave, tout le système se met en place pour vous. En l’occurrence, on nous annonce à la mi-mai, soit après 4 mois de spéculations, 3 spécialistes circonspects et des examens répétitifs, que mon homme a un cancer de l'estomac incurable et qu'on peut espérer 2 ans grand maximum. Notre deuxième fille venait d'avoir 9 mois. Alors après avoir pleuré plusieurs heures dans la chambre à essayer de comprendre ce qui nous arrivait, nous avons pris la décision de profiter au maximum du temps qui allait nous rester et d'être reconnaissants à la vie de nous prévenir avec un peu d'avance de ce qui allait arriver inévitablement. Mais même si mon homme acceptait quand même bien le pronostic de 2 ans, j'ai été longtemps dans le déni et de lui répondre " Impossible, avec tout l'amour que tu vas recevoir, tu vas exploser les statistiques, 2 ans, c'est trop peu, ce n'est pas possible, les filles ont trop besoin de toi et je ne suis pas capable de vivre sans toi". Car même si on me dit toujours que j'ai l'air beaucoup plus jeune que mon jeune, nous formions un couple uni depuis 17 ans, nous avions vécu des deuils, des déceptions, des surprises, une immigration, une maison à nous, une naissance en France puis au Québec et bien d'autres choses. Commence donc la prise en charge du cancer, du maudit cancer avec lequel on avait décidé de se battre. Les rdv de chimio, l'infirmière pivot qui fait le relai avec la nutritionniste, la psy, le médecin de famille, le pharmacien et les spécialistes. Tout ceci sans débourser le moindre dollar, car oui, tout est pris en charge. Puis ne voyant rien évoluer et après une perte de poids de plus de 40 kgs, l'un des spécialistes nous annonce attristé que c'est foudroyant et que la chimio n'a absolument pas l'effet escompté. Vient une période de turbulences émotionnelles intense, entre peur, colère, tristesse et désarroi total. Mais quand le voisin vous propose de tondre la pelouse, que la gardienne ne veut plus être payée et va chercher votre deuxième fille à l'école pour que vous puissiez rester plus tard à l'hôpital, que votre patron vous propose de ne plus travailler mais en étant rémunérée quand même, que vos amis se relaient pour vous préparer des petits plats et s'occupent des réparations de votre auto, et que votre notaire se déplace à l'hôpital en urgence pour que vous ayiez le temps de signer un testament et un mandat en cas d'inaptitude, ça aide beaucoup. J'étais bouleversée de tant de bonnes intentions de gens que je connaissait parfois à peine mais qui voulaient m'aider de leur mieux, Car c'est ça le Québec! de l'entraide, de la compassion, de la confiance et de l'amitié.. Il est donc parti un mois à peine après avoir commencé la chimio. Alors après avoir choisi le cercueil, après que la maison funéraire se soit occupé des demandes de prestations, après avoir pu célébré la cérémonie le jour de mon choix malgré le congé férié, après avoir annoncé à ma fille que les médecins n'avaient pas réussi à soigner son papa, j'ai commencé la paperasse, soit assurance vie sur le prêt hypothécaire, sur son auto, comptes bancaires, abonnements, carte de crédit et autres...mise en vente de la maison, et offre d'achat signée après 3 jours, achat d'une nouvelle maison proches de toutes les commodités, car seule avec 2 enfants, la campagne ne me convenait plus et ce avant même d'avoir signé la vente de la première vente. Six semaines après mon hypothèque était entièrement soldée par l'assureur, ensuite son employeur m'appelle pour me dire qu'il m'envoie des formulaires d'assurance collective à remplir pour les filles et moi, et 2 semaines plus tard, un autre chèque arrive, là, je m'écroule. C'est trop, je n'ai jamais été intéressée par l'argent et j'ai l'impression d'en gagner sur la mort de l'homme de ma vie et c'est insupportable. Et puis, j'ai décidé de voir ça comme une protection que l'on prend lorsqu'on signe un contrat. Si j'étais décédée, les choses auraient été les mêmes. En recevant cet argent, je me dis maintenant que c'est sa manière de faire ce qu'il a fait toute sa vie, soit protéger sa famille. L'argent est placé, j'ai moi-même demandé à ce que je puisse pas le retirer avant plusieurs années, j'ai cependant fait une petite folie en partant 3 jours à New-York, l'une des nombreuses villes que nous avions prévu de visiter ensemble Car si la vie m'a donné une leçon, c'est certainement de ne pas remettre à plus tard ce qui nous tient vraiment à cœur. Le Québec m'a beaucoup donné, beaucoup appris, beaucoup aidé et je sais maintenant que ma place est ici. Merci de m'avoir lue... Christina Dernier bilan de Christina :
  6. 36 points
    Hello a tous! Je tiens a m'excuser par avance pour l'absence d'accents et autres signes distinctifs de langue francaise... mon nouvel ordinateur est americain et surtout, je ne sais pas comment incorporer ces signes! Je vais utiliser l'auto-correct mais juste dans les premiers paragraphes... J'epere que la lecture ne vous sera pas trop difficile!) Alors comme promis, voici le guide de l'installation a Winnipeg, depuis votre arrivée sur le sol canadien a votre emmenagement dans votre appartement! Je suis a Winnipeg depuis 1 mois et j'ai cruellement manqué d'information utiles, concretes, de support mais je vais tenter de vous eviter cela! Voici donc classés par categories les grandes etapes de votre future installation. A- ORGANISER VOTRE DEPART 1- Billet d'avion Si votre destination est Winnipeg et sauf si vous venez des US, vous ne trouverez pas de vols directs au depart de l'Europe (pour les autres continents, renseignez vous mais je pense qu'il en est de meme). Vous devresz donc transiter par: Montreal, Toronto, NY, Chicago ou Minneapolis (Attention si vous transitez par les US, votre visa de resident canadien ne suffira pas, vous devez obtenir une autorisation de transiter par les US meme si vous ne sortez pas du terminal).Sachez que vous effectuerez les demarches d'immigration a votre premier point d'entree au Canada 9donc votre point de correspondance) et non pas a Winnipeg. => Ne risquez donc pas de prendre un vol pour Winnipeg au depart de Montreal ou Toronto dont le temps d'escale est minime car il est impossible de determiner le temps d'attente a la douane. Votre billet ne vous sera pas rembourse si vous ratez votre correspondance a cause des demarches douanieres. Je recommande donc soit de prendre une correspondance de plusieurs heures soit de passer une nuit sur place car le dernier vol ai depart de Montreal pour Wnnipeg est a 16h (mais a verifier en fonction des saisons) 2- Quel itineraire choisir Meme si vous planifiez de vous de resider définitivement au Canada, considerer l'option d'un billet aller-retour tout simplement parce qu'il vous coutera moins cher qu'un aller simple! Vous pouvez en revanche prendre un aller simple (sur internet ou en agence) pour Montreal ou Toronto vers Winnipeg. Dans la mesure ou (desolee pour l'accent sur le u) vous avez obtenu le statut de RP via le Manitoba, je vous recommande vivement d'acheter votre billet Montreal/Toronto vers Winnipeg pour etre en mesure de demontrer que votre destination finale est bien Winnipeg + montrer une reservation d'hotel si vous restez une nuit sur place. Cela ne vous sera pas forcement demande mais si l'agent d'immigration a des doutes sur votre destination finale vous devez prouver cela. N'oubliez pas que la confirmation de residence est soumise a l'approbation de l'agent du gouvernement - immigration. Il peut tout a fait vous refuser l'entree au Canada s'il estime que vous ne respectez pas certaines conditions etc. => Soyez juste clean et ayez tout vos documents et preuves d'hebergement, de billets d'avion, de ressources financieres etc => N'oubliez pas que meme si vous effectuez une correspondance le jour meme, vous devez recuperer vos bagages et les enregistrer de nouveau pour votre vol Winnig. Il n'y a pas de transit automatique des bagages. 3- Ai-je besoin d'un visa?? C'est une question bete mais qui merite d'etre posee! Le visa de resident permanent qui a ete mis dans votre passeport est votre visa d'entree au Canada. Il est valable pour 1 seule entre bien entendu (pour les conditions de validités, référez vous aux documents qui vous ont ete delivres. Attention aux cas spécifiques que je pourrais ignorer, je parle en connaissance de mon cas a savoir: - titre de sejour francais - passeport etranger - residence permanente en France - visa de resident permanent accorde par le Canada - Billet Paris - Montreal puis Montreal - Winnipeg 4- Ou vais-je habiter en attendant de trouver mon appartement? Quelque soit l'option que vous retenez: restez dans le centre ou a St Boniface. Vous aurez des demarches a faire, vous devrez rencontrer des personnes, ne vous terrez pas a 1h de bus du centre sous pretexte d'economiser 10$ par nuit. Comme toutes les villes, Winnipeg a des quartiers plus recommandables que d'autres. Option 1: si vous lisez ce post, vous etes francophones, donc admissible au support de l'acceuil francophone (Organisation qui aide les nouveaux arrivants francophones). Ils peuvent vous proposer sous reserve de disponibilite un hebergement en cohabitation a l'abri Marguerite. Sorte de Triplex dans le quartier de St Boniface. J'ai reside a cet endroit en 2013 lors de ma visite exploratoire. Je n'ai pas souhaite renouveler l'experience car: 600 euros/mois (attention, prix indicatif, demandez directement les prix), il y a 3 chambres par maison et les chambres ne ferment pas a cle. Vous ignorez sur quel collocataire vous tomberez etc. Je deconseille vivement pour les personnes immigrant seules. Pour le reste: a vous de juger. Cette option comporte tout de meme des avantages que l'oragnisation se fera un plaisir de vous vendre si toutes fois vous parvenez a les joindre. Option 2: hotel. Pratique mais cher si vous voulez eviter les lieux douteux. De plus, vous econimiserez peut etre en choisissant un quartier ex-centre et peu recommandable mais vous devrez vous restaurer tous les jours a l'exterieur, donc vous n'etes pas gagnants! Option 3: AirBnB (celle que j'ai choisie) - Moins couteuse qu'un hotel, plus agreable et convivial et surtout vous disposerez d'une cuisine equipee, d'un lave et seche linge et d'internet! Option 4: vous avez deja trouve une location (difficile cependant a distance) B- A L'ARRIVEE SUR LE SOL CANADIEN 1- Dans l'avion vous sera remis un document a remplir relatif notamment a ce que vous apportez au Canada et une serie de question (oui ou non) relative a la securite. Pensez a prendre un stylo, remplissez soigneusement ce documemt que vous remettrez au douanier lorsqu'ils vous le demanderont. 2- En sortant de l'avion vous serez dirige vers le contrôle des passeport. Vous devez vous rendre dans la file destinee aux passeports internationaux puisque vous n'etes pas citoyen canadien et ne disposez pas encore de votre carte de resident permanent. Si vous avez un doute: demandez au personnel (ils sont tres serviables et chaleureux) 3- Un douanier verifiera vos papiers, visa etc et vous posera quelques questions. L'entretien s'achevera souvent par un "Bienvenue au Canada". Inutile de stresser, si vous n'enfreignez pas la loi et que vous avez respecte les consignes de l'obtention de votre visa, tout ira bien. Il n'y a pas de label qualite mais les douaniers canadiens sont souvent tres pro, aimables et accueillants. (Le sujet n'est pas un debat sur la nature profonde des douaniers. Toutes les experiences existent) 4- Apres ce 1er check point, le douanier vous indiquera une des 2 salles ou rencontrerez l'agent d'immigration => Question... "Mais que fais-je de mes valises??? On va me les voler! => FAUX... mauvais reflexe de Français... pas de panique ca ne se passe pas comme ca ici... Faites votre entretien, vos bagages tourneront sur le tapis un instant puis seront recuperes et mis sur un chariot a un endroit prevu a cet effet a proximite des carrousels. 5- Durant l'entretien, de nouveau, des papiers vous seront demandes, des documents vous seront donnes a lire, remplir signer et certains a conserver. Il s'agit d'un entretien, l'agent peut vous poser des questions. Pas de stress, il n'y a pas de vice, répondez calmement et tout ira bien. Si vous etes en regle et que l'agent n'a pas d'objection a votre entree sur le sol canadien, de nouveau il vous dira "Bienvenue au Canada - vous etes désormais resident canadien" Vous allez donc ensuite recuperer vos bagages et vous allez a votre correspondance ou a votre hotel. 6- Arrivee a l'aeroport de Winnipeg: vous effectuez un vol interne canadien donc il n'y a plus de formalite de douane. Ne cherchez pas d'agent d'immigration, you're done! Recuperez vos bagages et allez a la sortie. Je ferai un second post avec les points suivants: C- de l'aeroport de Winnipeg a votre lieu d'hebergement - Vos options de transport - Temps et cout du transport D- Apercu des quartiers de Winnipeg E- Bonne 1ere nuit a Winnipeg et que faire le lendemain de votre arrivee et les jours suivants - Health Card - Permis de conduire - Social Insurance - Acces Internet - Souscrire un forfait telephone et internet - Carte de bus (ou l'acheter, quel prix) - Comment fonctionne le seul transport en commun (bus) F- Ou faire vos courses (food) G- Ou acheter vs premiers meubles, vaisselle, deco, electro etc H- Winnipeg fun et loisirs Je vous donnerai aussi tous les liens que je pense utiles pour trouver des informations officielles et en fonction de vos besoins. J'ajouterai dans le 2eme post les adresses exactes des endroits ou vous devrez faire vos demarches administratives. Ne soyez pas egoistes, si vous avez des questions, posez-les de maniere publique (pas en message prive) car d'autres pourront etre interesses et je ne voudrais pas repondre au memes questions plusieurs fois en prive. J'espere que cela vous a ete utile et a bientôt! Irene
  7. 36 points
    Aaahahum

    Une immigration réussie, ça se peut.

    Bonjour, Je ne suis pas revenu sur ce forum depuis des années. Une fois le processus d’immigration et d’intégration réussi, je n’ai pas trouvé pertinent de le faire. Et puis, trois événements se sont passés cette semaine. D’abord, j’ai vu apparaître sur mon fil Facebook, habituellement alimenté par mes amis québécois, trois nouvelles d’amis français qui se plaignent une fois encore de la déroute de la France. De clic en clic, je suis tombé, effaré, sur des pages de forums de français qui se plaignent de leur situation et que « on trime bien pour rien dans la vie » et que «la droite au pouvoir » et que « la gauche au pouvoir » et que « les assistés yen a marre » et que et que et que. Le tout bourré de fautes et d’aigreur. Je sais que le français moyen se plaint, aucune surprise là-dedans. Mais de le voir de façon si criante et amère, si proche de moi, m’a surpris. Ensuite, je suis tombé, toujours sur mon fil Facebook à l’activité étonnement française cette semaine, sur un ami français immigré au Québec qui se plaint, encore, de sa situation ici et qui ne demande qu’à partir. Ce que je lui souhaite. Ce que je nous souhaite. Enfin, je réalise que cela fait 9 ans aujourd’hui que je suis arrivé ici avec mon chum, et que, moi, je n’ai aucune raison ni aucun envie de me plaindre, et que je suis bien satisfait de ma vie. Alors, secrètement, comme si j’avais honte de la faire (parce que le français du Québec a honte de ses compatriotes et à honte de regarder les forums d’immigrants), je suis venu sur immigrer.com, pour faire un tour, juste comme ça, histoire de voir ce qui se disait. Premier constat : rien n’a fondamentalement changé sur les inquiétudes des candidats à l’immigration et des néo-immigrants. Toujours les mêmes questions, de formulaires, de procédures, de coûts de la vie, de quartiers fréquentables à Montréal, etc… remis au goût de jour. Ne voyez rien de péjoratif dans mon propos. Je suis moi-même passé par là, j’avais les mêmes questions et j’ai trouvé sur ce forum beaucoup de réponses. Je trouve tout à fait normal et sain d’avoir un endroit pour se rassurer. Heureusement que cet endroit existe ici. Mais ce qui m’a surtout frappé, c’est le nombre d’insatisfaits de leur situation : des personnes insatisfaites dans leur pays d’origine aux personnes insatisfaites au Québec. Pas juste une petite montée de lait passagère, mais une vraie dépression, réelle, un mal-être quotidien. Et j’ai eu peur. J’ai eu peur que les gens qui doutent, ce qui est compréhensible dans un processus d’immigration, ne se fassent rattraper par cette morosité permanente qu’on leur insuffle d’un bord comme de l’autre de l’Atlantique. Et je me suis dit que moi qui n’avait rien pour me plaindre, je voudrais témoigner. Dire que tout ne va pas si mal dans le monde de l’immigrant, et que oui, la vie est belle, où qu’on soit, avec un peu de détachement des petites frustrations quotidiennes. Alors voici un petit bilan de mon parcours. Ne le voyez pas comme donneur de leçon, je ne juge pas ceux qui se plaignent. Mais voyez-le comme un témoignage positif et rempli d’espoir pour ceux qui se lance dans l’aventure, comme un champ des possibles. Je suis arrivé à Montréal à 25 ans, avec mon chum, et notre chat. Et 128 kg de bagages. Pas d’appart. Pas plus d’économies qu’il n’en fallait. Pas de travail. Mais avec le goût de la découverte. Je ne suis pas parti pour fuir. Je suis arrivé pour découvrir. Aujourd’hui j’ai 34 ans. J’ai changé de chat, mais suis toujours avec mon chum. Nous avons acheté un triplex (à rénover) sur le Plateau. À notre corps défendant, nous ne voulions pas vivre dans ce quartier, trop de français, pas assez anglophone. Mais nos critères étaient ce qu'ils étaient et au final, c’est formidable. J’ai un travail que j’adore dans une compagnie sensationnelle avec une équipe qui l’est tout autant. Pas un français n’y travaille sauf moi, que des québécois, qui ne font que rarement référence à mes racines. Pour mes collègues, je suis un membre de l’équipe. J’y suis montréalais, québécois, canadien; et un peu français une ou deux fois par an. Tsé, le genre de particularité dont tout le monde se fout fondamentalement, mais qu’on relève à l’occasion pour souligner ce qui fait de toi quelqu’un d’unique. Mon chum a un chouette travail lui aussi. Qu’avec des anglophones, et quelques rares francophones. Des péruviens, des slovaques, des grecques. Des Canadiens. Des Québécois. Ça fait 7 ans qu’il y travaille. Et ça va bien. Nous profitons grandement de la vie culturelle montréalaise. Sortons souvent au restaurant. Voyageons beaucoup. Loin. Souvent. Une question de priorité. Mettons que le triplex ne se rénove pas très vite. Nous sortons de l’île plus souvent en avion qu'en voiture. La campagne, ce n’est pas notre truc. Pis Montréal, c’est formidable. Pis les villes d’autres pays aussi. Nous payons beaucoup d’impôts. Tant mieux, c’est bon signe. Même si nous préférerions qu’ils soient mieux utilisés. Quand nous voyageons, on nous prend pour des Canadiens. Tant mieux. Nous avons prêté serment pour ça aussi. Nous aimons traîner dans le canapé en regardant Netflix. Nous aimons aller au théâtre. Nous aimons les croissants de Fous desserts le samedi matin. Nous aimons les brunchs improvisés la fin de semaine. Nous aimons la mixité sociale. Nous aimons les promenades ensoleillées dans les rues boisées. Nous aimons la neige et déneiger les escaliers en février. Nous nous sentons vivre. Nous n’avons pas de médecin de famille. Pis? En attendant, nous nous faisons soigner pareil, nous nous faisons opérer pareil, pis quand nous en aurons un, tant mieux. C’est sûr, la famille est loin. Quand tes parents sont malades pendant des mois, hospitalisés, décédés, tu culpabilises. Tu es jugé, critiqué, évalué. Quand tu dois vider l’appartement en quelques jours, tu as besoin d’énergie et de compréhension. Mais bien entouré, en restant toi-même et en assumant tes choix de vie, tout se fait. Avec amour et dignité. Nous voyons beaucoup de monde. De milieux différents : affaires, artistique, communautaire, etc. Nous pouvons voter, nous engager dans les politiques qui nous touchent, débattre avec respect. Pis mon chum m’a demandé en mariage cet été. Après 13 ans de vie commune. Tsé, tout arrive. Ça fait 9 ans jour pour jour que, tous les jours, je me dis combien nous avons eu raison de franchir le pas. Que la vie est belle. Les gens jaloux sont cyniques avec ce point de vue. Ils ont torts. La vie n’est pas facile tous les jours. Une question universelle de nuits blanches, de problèmes d’argent, de problèmes professionnels, de problèmes familiaux, etc. Mais ce qui compte n’est pas ce que tu vis, mais comment tu le vis. Je ne sais pas de quoi demain sera fait. Peut-être retournerons-nous en France un jour. Peut-être immigrerons-nous dans un autre pays. Mais pour l’instant, nous sommes bien ici. C’est ce qui compte. L’immigration ça peut marcher. Une question de perception.
  8. 35 points
    -Claire-

    Les Gladiateurs de la DCSQ 2015

    Bonjour à tous, Grande nouvelle pour moi également aujourd'hui puisque... mon CSQ est arrivé ce matin dans la boite aux lettres ! Pour répondre aux éventuelles questions : - Le dossier est arrivé chez mes parents j'attends qu'ils m'envoient le scan donc je ne peux pas vous envoyer de visuels pour le moment - Dossier réceptionné le 4 Novembre vers 16h par M.Claude - J'immigre seule, j'ai déclaré une année d'expérience en apprentissage (donc pas de feuille d'impôts ect) j'avais donc un bébé dossier - Je suis en domaine de formation prioritaire (Marketing, 12 points) - Pas de mise à jour apportée sur mon dossier - Je n'ai pas reçu de mail pour me dire que mon CSQ était envoyé A tous ceux qui désespèrent et qui appellent le CSQ, je pense que cela ne sert à rien. Je les avais appelés en début de mois et la dame que j'avais eu m'avait répondu sèchement que mon dossier était en attente de traitement, c'est vous dire ! Bon courage à tous pour l'attente, l'avantage c'est que nous vous ouvrons la voie pour le fédéral et qu'on pourra répondre à toutes vos questions au fur et à mesure
  9. 34 points
    Man' Sanz

    Fédéraux 2015

    Aujourd'hui après 4 ans de démarches .... 6h17 .... Nous avons enfin vu sur notre suivi CIC Décision Prise !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Nous sommes tellement heureux !!!!!!!!!!!! Maintenant on prends les billets et rentre a la maison !!!!!! Courage a tous ceux qui attendent la décision prise , AR , FDRP , etc !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
  10. 33 points
    Bonjour, Je suis arrivé à Montréal il y a deux semaines en tant que résident permanent (je n'ai jamais été au Canada avant), je me permet de partager avec vous (en ordre aléatoire) mes premières remarques "personnels" générales par rapport à Montréal et à la vie ici : Les supermarchés restent ouverts en semaine jusqu'à 21h, samedi et dimanche jusqu'à 17h, certains supermarchés (Super C) sont ouverts 7jours/7 jusqu'à 22h. Les bus scolaires viennent chercher les enfants le matin et les dépose l'après-midi (pas besoin de ramener vous même votre enfant et d'aller le chercher). Le nombre de parc de jeux est énorme, on les trouve vraiment partout. On a beaucoup plus le sentiment de sécurité par rapport à l'europe, pas de braquage, pas d'agression... On peut voir et entendre des goélands presque partout (comme à Monaco ) Les centre commerciaux sont partout et sont tellement grands (des fois c'est très fatigant). A l'intérieur des bus on ne trouve pas d'indication par rapport aux arrêts, il faut se débrouiller pour connaître là où vous devriez descendre. Les chauffeurs de bus sont super gentils et il n'y a pas de cloison (genre de porte vitrée) qui les séparent du reste du bus, quand vous monter ils vous saluent et certains même vous disent 'comment ça va' même si vous ne l'aviez jamais vu, de même dans les boutiques, les magasins, les banques, au téléphone etc... L'état des routes est vraiment médiocre, des nids de poule partout, mais on m'a dit que c'est tout à fait normale après l'hiver (gel, degel, sel...), la ville commence les réparations à partir du printemps. Les gens sont très sympa et vous n'allez pas remarquer des regards, des comportements ou des gestes bizarres à cause de la race, de la religion ou de la sexualité, il y a un respect mutuel entre tout le monde. Le prix de la nourriture est presque le même par rapport à l’Europe avec quelques petites différences, des fois c'est un peu plus chère et des fois c'est moins chère. Le vent rend vraiment les températures encore plus froides et vous allez avoir mal à la tête à cause de ça. Il existe plusieurs marques de voiture que vous n'allez presque jamais les voir en europe comme Buick, Acura, Subaru, Cadillac etc... les marques allemandes coûtent un peu plus chères ici. La plus part des voitures ont un moteur de plus de 2 litres. On peut sortir les poubelles dans des simples seaux à couvercle ou dans des sacs noirs fermés. Une fois par mois il y a un ramassage de tout types d'encombrant ou de d'appareils électriques ou électroniques, pas besoin de les appeler pour ça. Les cartes bancaires, de débit ou de crédit, sont dotées d'un système qui vous permet de payer (pour les montants inférieurs ou égales à 100 CAD) dans les magasins ou les supermarchés en la déposant simplement sur la machine, pas besoin de l'insérer ou de faire passer la bande magnétique ou d'enter votre code PIN (ici appelé code NIP). La plupart des maisons n'utilisent pas de gaz, tout est électrique. Si vous n'avez pas de voiture et vous habitez loin d'une station métro, vous auriez du mal à vous déplacer, ça va vous prendre énormément de temps. Toutes les rues sont orientées est-ouest ou nord sud. Les rues sont tellement longues et les numérotations vont de 1 jusqu'à plus de 10 000, c'est plus facile pour l'orientation. Si vous avez de l'argent à ramener avec vous, le taux de change entre l'euro et le CAD va vous faire plaisir. Les autoroutes traversent la ville via des viaducs ou des tunnels.
  11. 33 points
    cocomicka

    Les Gladiateurs de la DCSQ 2015

    ENFIN !!!!!!!! notre banquier viens de nous envoyé la bonne nouvelle le MIDI a faite la demande de payement le 30/11/2015 YES !!!!!! Ne perdez pas espoir les Glad's ont vas y arrivés
  12. 33 points
    Christinaroux

    Bilan après deux ans

    Je n’ai pas beaucoup fréquenté ce site depuis mon arrivée au Québec en mai 2012, alors que depuis la France, j'y allais quasiment quotidiennement. Mais voilà, il faut se faire sa propre expérience et essayer d'oublier tout ce qu'on a pû entendre de vrai, de faux, d'exagéré et de caricatural sur le Québec pour pouvoir enfin se faire SON opinion. Aujourd'hui, c'est mon tour de vous donner ma vision des choses et peut-être quelques conseils (sans prétention aucune) sur la vie au Québec. Nous sommes arrivés en mai 2002 à Drummondville (parfaitement centré à mi-chemin entre Québec et Montréal), avec 7 valises et notre fille de 2 ans. Nous avions la chance d'être hébergés chez des amis pour les premières semaines, donc aucun problème d'hébergement pour nous. Mais l'atterrissage est quand même épuisant (surtout s’il faut attendre 2h30 à l’immigration parce que les douaniers vous ont oublié et sont allé "luncher"). Je vais essayer de la faire courte, on a trouvé un logement très rapidement, contrairement à tout ce qu'on avait pu lire avant, aucun besoin de supplier ou de soudoyer le propriétaire du 4 1/2 que nous avons loué 560$ par mois pendant un an, on a signé le bail en 5 min (montre en main). Nous avons simplement dû attendre 3 semaines, le temps d’acheter des meubles et tout ce qui ne rentrait plus dans les valises. Oui, il faut avoir des économies, car ça part très très vite. Nous avons trouvé très rapidement une garderie en milieu familial pour notre fille (25$ par jour mais avec le remboursement anticipé du gouvernement, ne revient qu’à 7$ par jour) Ensuite, nous sommes allés au centre local emploi afin de .....trouver un emploi. Nous avons été inscrits à un groupe de recherche d’emploi et j'ai trouvé un travail dans une clinique en trois semaines comme adjointe administrative à 15$ de l'heure pour 35h semaine, donc vraiment honorable pour un premier job. (En France mon bac+5 en droit ne m'avait pas permis de trouver un emploi à temps complet dans mon domaine d'études et mon trop haut niveau d'études m'empêchait de prétendre à des emplois de secrétaire ou d'assistante juridique). Mon conjoint à lui aussi trouvé rapidement un emploi dans sa passion, l'informatique, malgré l'absence de diplôme relié à l'emploi, mais avec un CV bien fourni et beaucoup d'expériences, dans l'immobilier, les télécommunications et la gestion. Il a pû être engagé en travailleur autonome comme technicien informatique. En France, l'absence de diplôme était un frein à la reconversion, pas ici. Au Québec, ce qui compte, ce sont les compétences, les expériences et la personnalité. Il faut d'ailleurs refaire son c.v. en arrivant afin de les valoriser. Quand j'ai décidé de retourner à mon domaine d'études j'ai déposé trois c.v chez des notaires et j'ai décroché 2 entrevues (En France, pour une quarantaine c.v, chez des notaires, huissiers et avocats, j’avais décroché 0 entrevue). J'ai été engagée quelques semaines plus tard comme secrétaire/technicienne juridique dans un bureau de notaires employant 15 personnes. Entre-temps nous avons acheté une maison de 120 m2 avec 3000m2 de terrain pour 100 000 dollars. Pour ce faire, nous avions contacté une agence Multi-prêts quelques mois après notre arrivée et le courtier (qui n’est rémunéré que par la banque une fois le prêt accepté) nous a donné de très bon conseils pour nous créer une bonne côte de crédit. Un an après notre arrivée, nous étions propriétaires (rêve devenu inaccessible dans le sud de la France). Il n’est pas difficile de se faire des amis comme j’ai pû le lire. Les québécois aiment les français et sont très accueillants et avenants avec nous. Je dirais que le plus drôle c’est quand on vous dit « hey, vous avez un accent! ». Et oui, ici, c’est le français qui a un accent. Après deux ans, il m’arrive encore de ne pas comprendre ce qu’on me dit car les expressions et les tournures de phrases sont différentes. Parfois les anglicismes sont aussi incompréhensibles. car les québecois en utilisent aussi beaucoup, ce ne sont simplement pas les mêmes que nous (ex : top-shape (en forme), cruiser, (flirter), hot (sexy), checker (vérifier), joke (blague), sans parler des anyway, whatever, that’s it et autre bullshitt. Autre exemple, être chaude, signifie avoir trop bu, ou être bonne, signifie vraiment être bonne (ne vous sentez pas insultée si on vous le dit). Parfois, on rit de ne pas se comprendre….parfois on s’en agace, mais on finit toujours par y arriver. Le plus déstabilisant au Québec, c’est à quel point tout va plus vite, louer un appartement, acheter une maison ou commencer un nouvel emploi. Oubliez les baux d’habitation de 14 pages et les contrats de travail à rallonge. La parole vaut parfois plus que l’écrit et la confiance est toujours de rigueur. Ce que j’aime ici avant tout ici c’est la décontraction et la tolérance. Habillez-vous et coiffez-vous comme vous l’entendez, tatouez-vous si vous le voulez, on ne vous jugera pas en fonction de votre style. Il y a bien-sûr des limites à ne pas franchir, mais vous pouvez être vous-même sans sentir les regards sur vous. Les gens ont l’air heureux dans cette société définitivement optimiste. Pas tous les jours bien sûr, pas tout le temps, mais le sourire des gens que l’on croise, le fait d’être abordé dans la rue de façon simple et décontractée, ça met de bonne humeur. Par contre, en tant que français qui a plutôt l’habitude de dire ce qu’il pense, de râler quand quelque chose ne lui convient pas, et de débattre dès que l’occasion se présente, il faut savoir mettre de l’eau dans son vin (qui plus est très cher!). Les québécois ne polémiquent pas pour un oui ou pour un non, le mot d’ordre est consensus et le politiquement correct leur leitmotiv. Mais ce n’est pas une mauvaise ou une bonne chose, c’est juste un mode de vie différent et il faut savoir s’adapter. Inutile de passer son temps à comparer son pays d’origine et son pays d’adoption, (même si on ne peut pas s’en empêcher) car il y a du bon et du mauvais partout et que même si l’herbe paraît plus ou moins verte, elle est peut-être plus ou moins haute et coûte plus ou moins cher. Pour conclure, je dirais juste que si parfois la France me manque, si parfois j’en ai marre d’être l’immigrante qui a un accent, je n’ai absolument aucun regrets et je souhaite à tous ceux qui en rêvent comme j’ai pû le rêver, de rejoindre ce beau pays et de se faire son expérience, bonne ou mauvaise, car l’important c’est d’oser vivre ses rêves…
  13. 32 points
    petitpetit

    Fédéraux 2015

    ohhhhhhhhhhh surprise !!!!! allez de devinez quoi ??????? oui iiiiii l'agent m'a répondu à l'instant et m'a dit directement dit que j'allais recevoir mes crp !!!!!!! mon dossier est validé !!! ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii je suis folle de joie je suis la plus heureuse, !!!!! c'est pas possible
  14. 32 points
    Aphady

    Les Gladiateurs de la DCSQ 2015

    IMM1000!!! Grâce à vous le dossier de mon frère sera finalement traité par le Midi. En effet, le commissaire aux plaintes a donné une suite favorable à ma réclamation. En résumé voici la réponse. "Après vérification auprès du service responsable, nous sommes informés qu'une erreur s'est glissée pour la réception du courrier de votre frère étant donné que la date d'envoi a été prise en compte et non la date de réception. À cet effet, le service acceptera le retour du dossier de Monsieur XXX. Vous devrez faire parvenir le dossier à l'attention de Madame YYYY et inscrire la mention "Confidentiel" sur l'enveloppe. " Je ne sais pas comment vous remercier que Dieu vous bénisse pour l'aide que vous apportez aux membres du Forum
  15. 32 points
    Cèdre

    Ras le bol du MICC: Ma lettre ouverte

    Chers forumistes, avec qui j'ai eu l'occasion d'échanger il y amaintenant plus d'un an, je vous annonce ma décision d'arrêter les démarches pour l'obtention du CSQ. Trop, c'est trop! J'ai déjà exposé mes raisons à la secte des décembriste et janviertiste. Pour faire court, trop de foutage de gu... de leur part, combiné à une situation professionnelle qui est devenu très intéressante pour nous ici, ont eu raison de notre volonté de continuer. Je pense sincèrement que leur cynisme est la raison principale de notre abandon. Cela ne signifie pas que je vais quitter ce forum. Même si j'ai moins de temps qu'avant, je viens de temps à autre vous lire avec plaisir. Je continuerai à participer de temps à autres, à renseigner ceux qui en ont besoin. Bref, voici la lettre que je leur envoie dès demain, je voulais vous la faire partager. Evidemment, pour des raisons juridiques, je ne mentionne pas le nom de l'agent qui s'est incroyablement mal occupé de notre dossier: " Madame ..., Je vais rentrer rapidement dans le vif du sujet, au risque de choquer les quelques yeux chastes qui auront le courage de me lire jusqu'au bout. Voici maintenant près de deux ans que je suis entré dans des démarches afin de devenir résident permanent au Canada. Le dossier m'a été retourné une première fois en février 2013, car il manquait un simple relevé de notes. Je dis bien : un simple relevé de notes. Il est probablement trop compliqué de demander à une personne (qui attend votre réponse comme le Messi) de simplement envoyer ce document pour continuer l'étude du dossier. Mais soit, passons... Lorsque nous avons renvoyé tous les documents en mars 2013, et que nous avons reçu l'accusé de réception en Août 2013, je me suis dit qu'enfin, nous allions voir le bout du tunnel. En effet : Est il impensable d'imaginer que si vos services ont encaissé les 1200$ dûs, c'est pour la simple et bonne raison que le dossier est acceptable, tout au moins est il complet pour une étude ? Partant du principe que mon dossier a été renvoyé lorsqu'il manquait un document, cela ma paraissait logique. J'ai rapidement cessé d'associer le mot "logique" avec le terme "MICC". En effet, je recevais le 17 février 2014 un magnifique courriel, me demandant tout un tas de document à renvoyer pour l'étude de notre dossier. Je me suis sincèrement demandé si tout cela n'était pas une vaste blague. Puis j'ai compris. C'était bien pire que cela : vous étiez sérieux. Ma question est simple : Par tous les diables, qu'avez vous fait des documents que je vous ai envoyé en mars 2013, et que vous me redemandez 6 mois plus tard ? Les bâtiments du MICC succombèrent-ils à un incendie ravageur, laissant désarmés les valeureux pompiers, tentant tant bien que mal d'étouffer des flammes qui se repaissaient de nos demandes de CSQ ? Ou bien y eut il une pénurie de bois sur la région de Montréal, auquel cas les dossiers que nous envoyions tous les jours servaient à une noble cause : la ravitaillement en feuille, papier toilette et autre papier à cigarettes, compensant ainsi le préjudice psychologique et moral subi par les Montréalais qui n'avaient plus de forêts pour s'échapper de leur jungle en béton. Je ne vais pas vous faire l'affront de dresser la liste des documents que vous me demandez, et que vous avez déjà en votre possession : d'une part, je ne sais pas combien de pages peut supporter un document word, et d'autres part, vous comprendrez que j'ai autre chose à faire que de vous courir après. Le document qui m'a le plus marqué, c'est le contrat d'autonomie financière. Donc, si j'ai bien compris, vous acceptez d'ouvrir des dossiers envoyés SANS ce document, mais pas l'ouverture de ceux envoyés sans un simple relevé de notes ?? Soyons sérieux... Bref, à ces documents s'ajoutent d'autres, sortis d'on ne sait où (probablement de l'imagination, que je pense très fertile, des agents du MICC), tel que la déclaration d'un candidat exerçant une profession ou un métier réglementé, concernant ma femme, qui est architecte...et colombienne, ne pouvant donc pas exercer sa profession au Québec sans avoir à repasser le diplôme. Mais s'il n'y avait que ça ! Comment est il possible qu'une administration se moque complètement des règles qu'elle a elle-même instauré ? Ce que je veux dire par là, c'est que lorsque j'ai commencé les démarches en décembre 2012 (date du 1er envoi de mon dossier), certaines règles étaient en vigueur. Entre temps, non seulement nombres d'entre elles ont été modifiées, mais elles sont de plus rétro actives ! Je pense notamment à certains domaines de formation : le mien est passé de 12 à 6 points (DEC Gestion de commerce), diminuant de fait les points qui m'étaient attribués concernant le niveau de scolarité. Lorsque j'ai payé les frais de dossiers (contribuant, comme tous les immigrants, au bon fonctionnement du MICC, au passage), c'est en ayant la certitude d'avoir un nombre suffisamment important de points pour ne pas être inquiété. En d'autres termes, lorsque je joue une partie de soccer, et que je me suis entraîné pour être prêt à jouer une partie de soccer, j'apprécie fortement que l'arbitre ne change pas les règles au cours du jeu, et ainsi me retrouver à jouer un match de tennis sans raquette et avec des chaussures à crampons. Si la comparaison peut vous paraître absurde, je vous assure qu'elle l'est infiniment moins que la façon dont nous (immigrants) sommes traités par vos services. C'est de l'humain que vous gérez, chère madame, derrière les documents que vous lisez et analysez à longueur de journées. Des êtres humains qui attendent, qui espèrent, qui s'illusionnent, pour qu'au final certains se rendent compte de l'incroyable cynisme dont le MICC fait preuve. Car il s'agit bien de cela, de cynisme. L'incompétence est probablement un facteur, mais je ne peux croire qu'il soit le seul. Pour finir, vous l'aurez compris, votre CSQ, vous pouvez le garder. J'ai la chance et le luxe (ce n'est malheureusement pas le cas de tout le monde) d'être en mesure d'arrêter la procédure, et de stopper de facto tous les effets secondaires qui s'en suivent : stresse, insomnies, illusions, vie mise entre parenthèse. Car, voyez vous (et peut-être faites vous une découverte), ceci est le lot de chaque immigrant souhaitant être accueilli au Québec. En effet, immigrer est déjà une source de stresse en soi. Mais immigrer en compagnie du MICC, je n'oserais même pas vous raconter, de peur de vous choquer. Cordialement,"
  16. 31 points
    libek

    Processus fédéral Paris (algériens)

    MES CHER(E)S CAMARADES, c'est avec une immense joie que je viens vous annoncer ma E BRUUUUUUUUNNNNNE A 12:45 SIGNEE PAR "LK" JE VOUS SOUHAITE BIEN LA MÊME CHOSE A VOUS MES AMI(E)S AHHHHH QUEL JOIE ENFIN BIENTOT A VOUS TOUS hicham2012, merga, dede(speedy), insaf, wahyou, iris, linda/hakim, wanda, bishakou, milo020008, newman, et surtout EAGLEONE et TUNISO CANADIEN PATIENCE; HAPPY DAY, PAPILLON ALADIN147; NCR, !!!!! tout les ccistes les Mfistes....... pardonnez moi si j'ai oublier mais je ne peux citer tout le monde MES CAMARDES Je depose la famille et je reviens vers vous mes amis PS: SUR MON ECASE TOUJOURS EN COURS ET PAREIL POUR CG CLE RIEN A CHANGER
  17. 30 points
    Krinele

    Les Gladiateurs de la DCSQ 2015

    Coucou tout le monde, Alors, j'ai suivi l'exemple de @-Fanny- et j'ai appelé le Midi cet après midi, je suis tombée sur une dame très gentille qui m'a annoncée la plus douce des nouvelles (et cette fois ci, ce n'est pas une blague), l'obtention de mon CSQ ????????????. Elle m'a dit qu'il avait été émis le 10 mai et que je devrais le recevoir ds les jours à venir ; et que si js je ne l'avais pas reçu ds 2 mois, faire un courrier explicatif et ils en émettront un de nouveau. Je suis tellement heureuse, je n'arrive pas à réaliser et en même temps j'essaie de me temporiser tant que je ne l'ai pas entre les mains. Mais la j'avoue que ce n'est que du bonheur et je vous souhaite à tous le même mes glads. J'espère qu'on se retrouvera ts de l'autre côté de l'Atlantique pour notre glads bbq.
  18. 30 points
    ibanson

    Fédéraux 2015

    Bonjour tout le monde, Ca y est pour nous : DECISION PRISE !!!! WOUHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU Bon courage à tous ceux qui attendent depuis si longtemps comme nous ! Le bout du tunnel est proche ....... !!! Sonia et Laurent.
  19. 29 points
    Une fois n'est pas coutume,j'ouvre ce sujet pour regrouper les Nouveaux "Brunistes" qui se projettent deja sur le grand départ fin 2016 et 2017 Démission/préavis/Mise en dispo Choix de la ville et région d'installation Choix des compagnies aériennes Documents a ramener (toute la paperasse quoi...) Choix de la Banque Choix de l’opérateur Telecom (Bell,Videotron......) Choses a ramener du pays(Tout ce qui a rapport avec les traditions du pays).... choses à faire etc ...
  20. 29 points
    kader2006

    Vous attendez l'entretien (Algériens)

    salut tous le monde je viens vous annoncé que j'ai eu mon CSQ après un entretiens téléphonique qui a duré 30 MN avec une dame très très gentille je vous donne les détaille après .
  21. 29 points
    Davus

    Fédéraux 2015

    Bonjour tout le monde, Je viens enfin de connaitre mon agent !! et c'est ML ...et vous savez pourquoi !! : .... Car Je viens de recevoir ma BRUNE .....je suis FOU de JOIE, je n'arrive pas à réalisé se qui m'arrive!!!! Mais Quel Soulagement!!!
  22. 28 points
    1/ Abonnement au tél : Garder le même numéro les premières années ne courrez pas derrière les offres des petites compagnies pour avoir une offre moins chère. Faites affaire avec une compagnie renommée Bell, Vidéotron, Rogers, fido ... Au fil des années vous pouvez avoir droit à des rabais plus qu'intéressants vu votre fidélité comme client. Si vous gardez le même numéro vous avez plus de chances de recevoir un appel après un nombre de mois voir un nombre d'années surtout si vous êtes en recherche d'emploi ou déjà dans un emploi pas dans le domaine. 2/ Abonnement au tél : Éviter les extras Ne pas demander l'afficheur, le répondeur, la conférence à trois, etc... Ce sont des frais récurrents qui pèsent lourds sur votre budget à la longue ... J'ajoute aussi Pour les fournisseurs de telecommunication: Qu'il est préférable de s'abonner a un combo (TV, Tel, Internet, Cell) ca donne des rabais, aussi a la facture électronique. - Ces derniers temps, quelques fournisseurs comme BELL, font des surfacturations, un ami a été victime, et en appelant, la facture s'est vu réduite de plus de 20% et lui ont proposé 2 mois gratuits de la TV pour le garder comme client. avec les nouvelles promotions. faut toujours vérifier le montant à payer et appeler si vous payer trop par rapport à vos connaissances et amis. 3/ Si vous allez régulièrement en afrique ou maghreb : opter pour le GSM chez Fido ou Rogers et choisissez des appareils tribande (1 900, 1 800 et 850 MHz) voire quadribande vous pouvez les utiliser aussi au Maroc en les débloquant pas cher à Derb ghallef ou Bab el Had 4/ transport : Garder vos reçus c'est déductible d'impôt vous avez droit à 15% pour ce que vous avez dépensé toute l'année. Un couple qui achète deux cartes Opus peut avoir un retour d'impôt d'environ 240$ ça fait des sous ... 5/ déclaration d'impôt : Gratuite en ligne ... Si vous êtes du genre "moi je fais tout moi même " les logiciels d'impôts sont d'excellents outils pour apprendre à déclarer surtout pour les nouveaux arrivants ... c'est archi simple et encore en ligne c'est gratuit lorsque votre revenu n'est pas grand du genre 20K$ à 30K$ https://secure.drtax.ca/impotexpert/loginpage.asp?browser=Firefox&bhcp=1 http://impotrapide.intuit.ca/logiciels-impot/logiciel-impot-enligne.jsp à s'en souvenir pour l'année prochaine J'ajoute concerant les déclarations d'impot: - Qu'il faut garder tous les reçus des frais médicaux, médicaments, frais dentaires, physio...etc. Il faut que le montant déboursé dépasse un certain montant pour avoir un remboursement. Pour les travailleurs, le montant cotisé par votre employeur est compabilisé, Si vous savez pas comment calculer, demandez conseil à un spécialiste. - Pour les étudiants, faites quand même votre déclaration même si vous ne travaillez pas, et vous ne payez pas d'impots. Il y a quelques retours concernant la TPS/TVQ auquel vous avez droit. les montants que vous payez pour études seront reportés plus tard et ca devient intéressant quand vous allez travailler. -Pour ceux qui ont déja étudié et qui travaillent actuellement, Déclarer vos frais d'études antérieurs pour avoir des déductions d'impots. Plusieurs omettent de le faire et perdent ainsi des montants importants. - Si vous faites des Dons (mosquée par exemple), demandez des reçus pour des fins d'impots, vous aurez probablement des retours jusqu'a 20% du montant. 6/ Méga-vente d'entrepôt de vêtements de grandes marques : surveillez les dates C'est un phénomène assez particulier à Montréal et environs. allez y aux entrepôts des grandes marques de vêtements et vous allez trouver des vêtements beaucoup moins cher pouvant baisser jursqu'à 70% voire 80% du prix de la boutique au centre ville La plupart des dates sont ici : http://www.montrealaubaines.ca Pour les nouveaux papas et mamans Entrepôt Ok Kids 270 Benjamin Hudon, Ville St-Laurent (Au coin de la 15 et metropolitaine) http://www.okkids.com/ Un vrai régal !!! 7/ Boxing day : l'avant et après Noel : Reporter vos achats fétiches à cette date Montréal revêt tout son charme à cette période et se met sur son 31.. En cette période c'est la folie des baisses de prix : Préparez vous en planifiant d'avance vos achats ... Toutefois, les produits de qualité surtout en électronique ou de marque ne baissent pas beaucoup mais certains oui N'hésitez pas à demander vous seriez ravi de votre exploit en achetant un produit parfois à moitié prix !!! 8/ Au secours quelqu'un pour garder mon enfant : Faites appel à la halte garderie http://www.formulaire.gouv.qc.ca/cgi/affiche_doc.cgi?dossier=4833 Vous êtes mal pris, un entretien, un RDV, etc... votre enfant ou vos enfants faut leur trouver quelqu'un pour les garder ! Vous appelez vos amis : ils sont tous occupés ! Appeler la halte-garderie toute proche de chez vous : faut la repérer d'avance au cas où ! Votre enfant sera en sécurité avec d'autres enfants et vous aurez l'esprit tranquille ! il doit surement y en avoir dans chaque quartier dans des organismes communautaires ! Bon ben si ce topic est accueilli positivement j'en rajouterai d'autres et faites de même vous aussi !
  23. 28 points
    yanni

    Processus fédéral Paris (algériens)

    -nous sommes sortie du bus direction l'embarquement pour le prochain vol, alors avec un sac à dos de 7 kg, un caba de 6 kg pour moi, un petit sac à dos et ma petite de 2 ans pour ma femme et le petit de 6 qui marché à côté nous avons fait 10 min pour arriver à la porte d'embarquement pour Montréal (avant que j’oubli, j'avais voulu prendre avec moi la poussette a l’embarquement a alger pour éviter de porter la petite, mais on m'a dit que si on la prend on devra la récupérer à casa car toutes nos valise partais directement à Montréal, j'ai bien fait de ne pas la prendre car sa m'aurais vraiment freiné) -arrivé devant la porte d'embarquement pour Montréal, déjà une fil à commencé à se former car ils allaient ouvrir les porte, nous nous somme mis directement derrière une dame avec une poussette qui été première sur la fil de la première classe (priorité pour famille avec enfants loool). Nous nous somme retrouvé donc à assis dans nos sièges (parmi les premier de la place eco) 30 min après notre débarquement du vol aller casa. Très facile et pas compliqué. -décolage à 18h45 arrivé 21h05 (heure montreal) hhhhhhh, alors pour les personnes qui stress dans l'avion, je vous signale que les vols long courriers vol à plus de 10 000m, aucune turbulence à l'horizon, mais je vous garantie pas de fermer l'oeil avec les cries et pleurs des enfants dont l'une d'entre elle et ma fille hhhhhh qui a fini par s'endormir vers 23h00 (heure alger), si non bien servis par la compagnie (coussins , couvertures, repas chaud (bref réchauffé lol), et une panoplie de filmes à voir) -à l'atterrissage c'est la ou être assis parmi les premières places est avantageux, car nous sommes sortie en premier (pas de bus), un agent nous a vue avec le bébé puis nous a dit de prendre une poussette de transition et de montrer dans l'ascenseur au 3 ème étage, un vrais soulagement pour nous qui narrations pas de pensée comment faire puisque ma fille été endormi. - devant la PAF pas beaucoup de monde, nous somme passé rapidement, présentation passeports +crp+un formulaire à remplir dans l'avion (carte de declaration) , on nous a demandé la somme d'argent que nous avons apporter qui a été inscrite par l'agent de la paf sur la carte de déclaration, puis il nous a indiqué le bureau de l'immigration n2 juste derrière lui. -21h15 dans le bureau de l'immigration il n'y avait personne, nous somme passé donc directement chez l'âge et cic qui nous demande les passeports, crp, csq, la carte de déclaration puis nous demande de signer les crp et nous remet quelque adresses du gouvernement, puis nous dirige vers le bureau du midi dans la même salle juste à côté pour nous remette des documents utile pour les première démarches.en aucun moment les attestations de retrait devise ou la capacité financière nous a été demandé(pourtant il n'y avait personne et qu'ils avaient le temps de le faire, donc quand il y a du monde ....) -21h45 direction pour récupérer les bagages que nous avons retrouvé en Bon état et entrain de nous attendre. pour la poussette elle est mise à part dans un endroit spéciale pour ça et non dans le tapis roulant des bagages. -j’avais toujours stressé en nous imaginons avec tous le bagages et les enfants tous seul avec ma femme a la,’aéroport de Montréal, encore plus en lisant sur le forum qu'on devrait les récupérer puis passer au bureau de l'immigration, alors de 1 on ne récupère le bagage qu'une fois tous terminé avec la paperasse et de 2 ils ont des chariots à l'image de la largeur de leur pays lol xxxl. J'ai pu caser 6 grandes valises plus 4 moyenne dans 2 chariots, un pour moi et l'autre pour ma femme, mon fils de 6 ans à poussé sa soeur comme un grand hhhhhhh -22h00 direction sorti pour rejoindre les amis venu nous accueillir Le voyage était fatigant mais c'est une étape à franchir comme pour les autre Je reste de temps en temps connecté pour vous apporter mon soutient Bon courage à tous et merci pour tous
  24. 28 points
    didine et jojo

    Fédéraux 2015

    Ahhhhhhhhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!! On vient de recevoir les RP !!!!!!!!!!!! Je suis trop trop méga heureuse !!!!!!!!!! En plus je m'y attendais pas, j'avais pas regardé sur le suivi hier ni aujourd'hui
  25. 28 points
    petiboudange

    Bientôt 8 ans

    Il y a longtemps que je ne suis pas venue ici. Si longtemps qu'il y a probablement peu de monde qui me connaisse encore. Alors pourquoi revenir soudainement? Par nostalgie peut-être.... mais surtout, ne dit-on pas qu'on retourne toujours à ses premières amours? Et ce forum fut ma bouée et mon phare il y a 8 ans quand, avec tous les autres de ce temps, nous attendions que nos dossiers progressent leur chemin afin d'enfin atterir au pays. Dans mon cas, j'ai foulé le sol québécois la première fois en août 2004 comme étudiante. Lorsque je suis retournée en France l'été suivant, mon dossier était déjà parti. J'ai emmené un québécois dans mes bagages cette année-là et nous sommes revenus en octobre 2006 donc pour le début de mon aventure de RP. J'ai réfléchi un moment sur ce que j'aurais à raconter d'utile. Et finalement, je me rends compte que le plus utile est de dire que ma vie ici est d'une banalité... identique à celle que je vivais en France avant. Comme si j'avais toujours été au Québec en fait. Ce n'est pas négatif, c'est au contraire, pour moi, un exemple de mon intégration à la vie ici tout simplement. J'ai connu les hauts et les bas en terme d'emploi. Mais je n'ai pas connu avant cet hiver une seule période de chômage. Elle s'est terminée assez rapidement d'ailleurs puisque mon réseau étant assez développé, j'ai trouvé un poste temporaire qui s'est prolongé et qui me permet d'enchaîner sur un contrat de travailleuse autonome puis un contrat de remplacement cet automne. Bref, je ne chôme pas, dans aucun sens du terme. Parlant de réseau, je me souviens comme ce mot me paraissait à la fois si gros et si stupide. Un réseau? Pour me servir des gens? Pas pour moi! Et puis... j'ai commencé à travailler, à faire des activités, du bénévolat, à suivre des formations et j'ai rencontré des gens. Qui m'ont fait rencontrer des gens. Certains sont devenus des amis, d'autres des collègues et des ex-collègues de travail. Je ne me suis jamais servie des gens, mais tous nous avons un jour ou l'autre fait appel à nos capacités, à nos connaissances, pour combler une offre dans notre entreprise, pour finaliser un projet, pour acheter ou vendre une voiture, un sofa, un appartement. J'ai finalement un réseau assez large, avec des degrés de connaissances de très intimes à jamais rencontré de ma vie mais on s'est parlé une couple de fois au téléphone. Et ce réseau m'aura permis de trouver 7 appartements, 4 emplois, 1 garderie, la quasi totalité de mon mobilier. Et dans ce réseau, certains venaient sur ce forum autrefois, d'autres sont repartis en Europe, ont déménagé dans l'Ouest ou n'ont jamais vécu au Canada (pensez large, le cousin de la soeur de votre voisine pourrait être un bel élément dans votre réseau un jour ) Côté habitudes de vie, je mange un menu multiculturel. Je cuisine à la française des plats québécois, à la québécoise des plats français et puis à ma façon tous les autres plats qu'il me plaît de cuisiner. Je parle pareillement un français pas mal mélangé. Bien qu'on me dise souvent que j'ai perdu de beaucoup mon accent français, ou qu'on pense que je sois arrivée ici à l'adolescence, je reste néanmoins française sur bien des choses. Je n'ai, par contre, par mon métier, pas eu le choix que d'adapter ma façon d'écrire et de parler à mon auditoire majoritairement composé de québécois et c'est tant mieux donc, c'est ce qui me permet de travailler cet été et l'année à venir ah ah Côté implication dans la société québécoise, elle reste pas mal civile. Contrairement à bien du monde, je ne me suis pas précipitée pour ma citoyenneté et je ne suis donc encore que RP. Je ne vote pas plus en France, dont je suis complètement détachée, que ici. Les "grands" enjeux sociétaux au Québec se passent pour moi au coin de ma rue. Par mon implication bénévole autant que par mon emploi temporaire du moment, j'interviens auprès des familles et des enfants de mon quartier qui vivent des situations parfois très difficiles, plus difficiles que je ne l'ai jamais vécu en arrivant ici. C'est ma façon à moi de redonner la chance que j'ai eu. Là où on palabre du bien fondé de certaines mesures sociales, je vois au quotidien les impacts désastreux que leur abolition aurait sur des gens qui n'ont souvent vraiment pas l'étiquette populaire de profiteurs. Je pratique au quotidien les interventions en contexte multiculturel, de précarité, de difficultés psychologiques, d'isolement social. Un bain de réalité qui m'a permis ce printemps de réaliser que je suis choyée. Même si je pensais toucher le fond alors! J'ai également plusieurs amis québécois, et beaucoup d'immigrants aussi. La vie étant faite ainsi, je ne crois pas que si j'avais déménagée au même âge ailleurs en Europe ou même en France, les choses auraient été différente, Je reste convaincue que n'importe où sur la planète, mon réseau amical aurait été composé de quelques locaux et de nombreux immigrants, comme c'est le cas ici. Ce qui sans doute aurait été différent c'est d'avoir autour de moi 3 amies proches d'universités qui ont immigré les unes après les autres sans concertation e que j'ai le bonheur d'avoir proche de moi. Quand je dis que je suis chanceuse! La famille me manquera toujours, mais même en vivant en France je ne suis pas sûre que j'aurais pu les voir plus souvent et plus fréquemment. J'ai quand même la chance d'avoir ma maman auprès de moi minimalement une fois par année, pendant plusieurs semaines. Quant aux autres, je les verrais lorsque j'irai me ballader dans le pays de mon enfance et en attendant, on se parle par Skype et autres médias sociaux du genre. Comme mon conjoint, québécois, le fait avec sa famille, toute au Québec aussi. Comme quoi... Où je me vois dans 8 ans? Je ne crois pas que je serai bien loin, mais qui sait? Si je devais le choisir et le prévoir, je partirais sac au dos avec mes deux enfants pour traverser le pays tranquillement pas vite en profitant des opportunités que la vie nous offriraient. C'est pas mal ce qui m'a réussi jusqu'à présent après tout. Bref, je crois que j'ai encore pas mal de chose à faire dans ce bout de la planète.


  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?

    Sign Up
×

Information importante

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité Règles