Jump to content
Miya Miyassa

Ecoles primaires et secondaire

Recommended Posts

Bonjour a tous,

 

Je souhaiterai poser une question qui sera bénéfique a tous les futurs immigrants, on sait qu'il ya des écoles partout, mais on a su qu'il yavait certaines écoles primaires ou secondaire a éviter car pour une raison ou une autre, elles ont mauvaise réputation.

 

Je voudrais savoir pourquoi certaines ont mauvaise réputation et es ce que on peut les identifier, qu'es ce qui fait que tel école est "dite" mal fréquenté. Je parle de l'école publique, et ma cible dans un premier temps étant Montréal.

 

Ce forum est un forum d'échange, je cherche de l'information, en aucun je voudrais critiquer, diminuer, ou rabaisser un lieu, une communauté, un quartier, je veux juste comprendre afin de faire le bon choix.

 

Merci

 

Df: Juillet 2018

lsa: avril 2020

Ivm: 08/07/2020

vm: 13/07/2020

Bvc: Paris

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les meilleures sont souvent situées dans les

quartiers favorisés ou sont privées.  
Le contraire est aussi vrai.  Un quartier défavorisé aura parfois une clientèle provenant de familles moins raffinées.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

En fait, c'est comme en France: si tu vas en école publique, tu n'auras pas le choix car c'est ton lieu de résidence qui décidera.

 

Après, il y a les écoles avec programme vocation (comme "Santé Globale" ou "Bac International" ) qui font une sélection à l'entrée et permettent ce "dézonage" et une clientèle plus sélectionnée.

 

À ma connaissance, j'ai jamais entendu parler de "boite postale" pour inscrire un enfant ailleurs d'où il devrait aller

 

Sinon il reste les écoles privées: à Montréal et Québec, une bonne sélection et des couts variables (environ 5000$/an). En région, moins de sélection et des couts qui baissent (environ 2500-3000$/an)

 

Même genre de décalage entre public/privé comme en France et même guéguerre :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Justement c'est pour mieux choisir le lieu de résidence que je pose la question.

Donc, c'est comme partout dans le monde ( je ne connais pas specialement la France).

Il ny'a pas de raison de s'inquiéte d'avantage alors.

Merci pour votre retour.

En fait, c'est comme en France: si tu vas en école publique, tu n'auras pas le choix car c'est ton lieu de résidence qui décidera.
 
Après, il y a les écoles avec programme vocation (comme "Santé Globale" ou "Bac International" ) qui font une sélection à l'entrée et permettent ce "dézonage" et une clientèle plus sélectionnée.
 
À ma connaissance, j'ai jamais entendu parler de "boite postale" pour inscrire un enfant ailleurs d'où il devrait aller
 
Sinon il reste les écoles privées: à Montréal et Québec, une bonne sélection et des couts variables (environ 5000$/an). En région, moins de sélection et des couts qui baissent (environ 2500-3000$/an)
 
Même genre de décalage entre public/privé comme en France et même guéguerre


Df: Juillet 2018
lsa: avril 2020
Ivm: 08/07/2020
vm: 13/07/2020
Bvc: Paris


Share this post


Link to post
Share on other sites

En effet, le décalage entre le public et le privé est sensiblement le même partout, avec des écarts plus ou moins important cependant selon à quel point l'école publique est financée (par exemple, aux USA, il y a un très gros décalage!).

 

Pour faire court, disons qu'au Qc, les écoles privées sont subventionnée à 60% par l'état. Dans les grands centres urbains comme Montréal ou Québec, il y a une certaine sélection des élèves donc il peut y avoir une différence dans la qualité du contenu et de l'enrichissement entre privé et public. En revanche, en région (Estrie particulièrement), du fait d'un bassin de population plus réduit et du nombre important d'écoles secondaires, il y a pas mal de compétition entre les 2, donc moins de sélection à l'entrée. La différence se joue alors surtout au niveau du suivi/soutien des élèves tout en gardant un certain enrichissement et innovation.

 

Mais comme partout dans le monde, vous entendrez la guéguerre de clochers entre public et privé. Débat stérile en soit car souvent du marketing émotionnel....

Share this post


Link to post
Share on other sites
En effet, le décalage entre le public et le privé est sensiblement le même partout, avec des écarts plus ou moins important cependant selon à quel point l'école publique est financée (par exemple, aux USA, il y a un très gros décalage!).
 
Pour faire court, disons qu'au Qc, les écoles privées sont subventionnée à 60% par l'état. Dans les grands centres urbains comme Montréal ou Québec, il y a une certaine sélection des élèves donc il peut y avoir une différence dans la qualité du contenu et de l'enrichissement entre privé et public. En revanche, en région (Estrie particulièrement), du fait d'un bassin de population plus réduit et du nombre important d'écoles secondaires, il y a pas mal de compétition entre les 2, donc moins de sélection à l'entrée. La différence se joue alors surtout au niveau du suivi/soutien des élèves tout en gardant un certain enrichissement et innovation.
 
Mais comme partout dans le monde, vous entendrez la guéguerre de clochers entre public et privé. Débat stérile en soit car souvent du marketing émotionnel....
Je vous remercie infiniment.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.



×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines