Jump to content

immigrer.com

Administrateurs
  • Posts

    3,054
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

immigrer.com last won the day on September 27

immigrer.com had the most liked content!

About immigrer.com

Profile Information

  • Statut
    autre
  • Pays d'origine
    France-Canada
  • Pays de résidence
    Canada

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Des FAQ sur le domaine : https://www.immigrer.com/categorie/faq/Metier-dinfirmiere/ https://www.immigrer.com/categorie/faq/Metiers-de-biotech-et-sante/ https://www.immigrer.com/faq-des-temoignages-de-preposes-aux-beneficiaires-et-metiers-du-social-svp/ Aussi un sous-forum dédié aux infirmières, médecins : https://forum.immigrer.com/forum/38-medecins-infirmieres-et-pharmaciens/
  2. Le Paris des Arts poursuit ses aventures canadiennes et pose ses caméras à Québec, la plus européenne et la plus ancienne cité francophone d'Amérique du Nord. Nous assistons à un concert d'une des plus grandes voix de la chanson québécoise, Pierre Lapointe. Grand amateur d'art contemporain, l'auteur-compositeur-interprète nous emmène visiter le pavillon Pierre-Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec. En savoir plus avec notre article : https://f24.my/8uoD.y PLUS Rencontres avec Pierre Lapointe et Robert Lepage 23 sept. 2022
  3. Des juristes s’inquiètent du fait que Québec ait retiré le droit de se faire accompagner par un avocat aux candidats à l’immigration convoqués en entrevue de sélection – ils doivent maintenant en faire la demande. Le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) du Québec assure que ces demandes sont acceptées lorsque nécessaire. Mais il les a toutes refusées, jusqu’à présent. Publié à 8h00 FRÉDÉRIK-XAVIER DUHAMELLA PRESSE Depuis décembre 2021, le Guide des procédures d’immigration prévoit qu’un candidat à l’immigration convoqué en entrevue doit demander la permission au MIFI s’il souhaite être assisté par un avocat. « Cette demande doit contenir des motifs convaincants qui justifient la présence d’un avocat », précise le Guide. Ce nouveau fardeau imposé au candidat « équivaut à lui nier ce droit à la représentation par avocat et constitue de ce fait un manquement au principe d’équité procédurale », soutient le Barreau du Québec. L’ordre professionnel se dit « préoccupé par cette atteinte » et demande que cette section du Guide « soit revue et modifiée pour rétablir le droit à l’avocat », indique la porte-parole Martine Meilleur. Ce droit était « prévu et balisé » depuis 1984. « C’est une chose d’accorder le droit à l’avocat, mais c’en est une toute autre, c’est beaucoup plus sérieux, que de constater qu’on retire cette position-là qui a été par défaut depuis des années », déplore Me Marc-André Séguin, qui représente la section Immigration et Citoyenneté de l’Association du Barreau canadien, division du Québec (ABC-Québec). Selon Me Séguin, qui a participé à plus d’une centaine de ces entrevues, la présence d’un avocat peut faciliter ce processus souvent complexe et éviter les malentendus entre l’agent du MIFI et le candidat. « Mais aussi, et ça, ce sont des choses que j’ai vécues personnellement, il peut y avoir des abus de procédure de la part d’un officier du Ministère, et là c’est à l’avocat d’intervenir pour exiger que les procédures soient respectées », ajoute-t-il. C’est aussi ce que fait valoir l’ABC-Québec dans une lettre envoyée au MIFI en juillet, également signée par l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI). L’entrevue est « une étape déterminante pour un candidat à l’immigration, car elle peut avoir un impact majeur sur sa vie, à savoir l’impossibilité d’immigrer au Québec, souligne-t-on dans cette lettre. Pour plusieurs candidats, le fait de s’établir au Québec représente le projet de toute une vie. » « Nous comprenons mal les raisons qui ont motivé ce changement fondamental de position du MIFI » alors que « l’ABC-Québec, l’AQAADI et les autres associations d’avocats en immigration n’ont jamais été consultées ni même informées de ces changements », poursuit-on. suite et source: https://www.lapresse.ca/actualites/2022-09-26/quebec-retire-le-droit-a-l-avocat-aux-candidats-a-l-immigration.php
  4. Gabriel Poirier Publié à 8 h 58 De la fiction à la réalité ; l’initiative La Grande Séduction, lancée par le comité Veille citoyenne Abitibi-Ouest, commence à porter fruits à La Sarre. Elle est inspirée par le film québécois du même nom, sorti en 2003. La municipalité a accueilli cette semaine 17 infirmières et 2 infirmiers venus de l’étranger, notamment du Maghreb. Leur arrivée survient un peu moins d’un an après la fermeture de la moitié des lits à l’Hôpital de La Sarre(Nouvelle fenêtre), soit 22 sur 44. Etemgoua Doriane Aurelle, originaire du Cameroun, vit à La Sarre depuis le 15 septembre dernier. Elle s’est établie au Québec pour découvrir une nouvelle culture, mais surtout pour offrir un meilleur avenir à son fils de cinq ans et à sa fille de trois ans et demi. Ils sont venus avec moi. Je ne pouvais pas les laisser , indique-t-elle. Originaire du Cameroun, Etemgoua Doriane Aurelle s’est établie à La Sarre avec son conjoint et ses deux enfants. PHOTO : RADIO-CANADA / GABRIEL POIRIER Mme Doriane Aurelle est encore surprise de l’accueil réservé par les membres de La Grande Séduction(Nouvelle fenêtre) et des citoyens de La Sarre. Son conjoint et elle ont notamment reçu des vêtements pour enfants et des articles scolaires. Une attention bienvenue après la perte de l’une de leurs valises à l’aéroport Montréal-Trudeau. Les gens nous font des dons de vêtements d’hiver, car nous n’avons pas d’hiver au Cameroun [...] Nous avons perdu la valise des enfants en arrivant au Canada. Ça n'a pas été long avant que les gens nous offrent des dons, dont des vêtements chauds, pour nos enfants , explique l’aspirante infirmière. Son seul regret ? L’absence d’épiceries africaines. Ce qui m’a un peu désorienté dans la région, c’est le manque d'épiceries africaines. Ca m’a un peu désorienté, mais je pense que l’essentiel est là , complète Etemgoua Doriane Aurelle. Notons que La Sarre est censée accueillir dix-huit infirmiers étrangers supplémentaires à l’automne 2023. Laisser sa fille au Cameroun Francis Ntame vit lui aussi à La Sarre depuis une semaine. Il a toutefois laissé sa fille de six ans derrière lui au Cameroun. Il espère qu’elle le rejoindra à La Sarre plus tard. suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1918713/infirmiere-sante-manque-recrutement-lasarre-seduction
  5. Bonjour, Nous avons fait un webinaire sur le recrutement en IT en mai, vous pouvez le regarder ici:
  6. PARBILLY EFF 19 SEPTEMBRE 2022 6 MIN Dans chaque ville du Québec, il y a au moins un (1) restaurant qui affirme avoir LA meilleure poutine de la région. Il y a des endroits où cette promesse s’avère, et d’autres où on se demande vraiment qui leur a fait croire que leur poutine était bonne. Cependant, quand on arrive en Abitibi-Témiscamingue, il y a un endroit où la poutine est incontestablement la meilleure, et des milliers de festivaliers et festivalières du FME et de supporters des Huskies de Rouyn peuvent vous le confirmer : Chez Morasse, c’est la place! Après 53 ans d’affaires en famille, le propriétaire Christian Morasse, qui avait lui-même hérité de la pataterie fondée par son père Conrad, a annoncé que la famille souhaitait se retirer du monde de la restauration. Aussitôt, les gens du coin ont paniqué à l’idée de ne plus pouvoir s’y attabler à deux heures du matin pour un repas roboratif bien mérité. Qui pourrait bien reprendre ce restaurant iconique et important pour la région? C’est alors qu’entre en scène Sylviane Senou et Carlos Sodji, un couple d’origine béninoise qui est tombé en amour avec la ville de Rouyn.... suite et source: https://urbania.ca/article/comment-un-couple-beninois-a-sauve-une-legendaire-poutinerie-de-rouyn-noranda?fbclid=IwAR3NkDV1fabdKo-gGgVy5VeM2rBrgK2Aw3aoG4TPpvr3EK21acu4EfjC3-g
  7. Grégory Wilson 19 septembre 2022 5 h 30 | Mis à jour à 8 h 10 Des acteurs du milieu de la restauration réclament des changements aux règles d'immigration afin d'attirer plus de travailleurs étrangers pour pallier le manque de main-d'œuvre qualifiée dans cette industrie. La pâtisserie torontoise Nord Lyon fait partie des nombreux restaurants qui peinent à trouver de la main-d'œuvre qualifiée, malgré ses efforts. On ne trouve vraiment personne, soutient son directeur général, Hicham Bouseksou. Il raconte avoir publié des annonces tant au Québec qu’en Ontario sur de nombreux sites de recherche d’emploi, sur les réseaux sociaux, et même tenté du bouche-à-oreille. Le tout sans succès. Les conséquences de ce manque de main-d'œuvre se font sentir. Nord Lyon a rénové un autre local dans le même immeuble pour un deuxième restaurant. Il n’a cependant pas le personnel nécessaire pour l’ouverture. Le restaurant devait ouvrir le 1er septembre dernier. L’ouverture a depuis été repoussée à fin octobre ou début novembre. Hicham Bouseksou estime que le problème réside dans le fait qu’il y a peu de gens qui reçoivent des formations en gastronomie au Canada. Ainsi, Nord Lyon recrute principalement des cuisiniers, des pâtissiers et des boulangers de l’étranger. Or, l’immigration économique est selon lui un processus trop lent. Pour les Marocains ou les Tunisiens, ça va nous prendre plus que quatre, voire cinq mois pour parvenir à leur avoir un visa à l’ambassade pour qu’ils puissent venir à Toronto , déplore-t-il. Hicham Bouseksou croit également que le test linguistique requis pour venir au Canada en tant qu’immigrant économique nuit particulièrement aux travailleurs de ce milieu. suite et source: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1914757/personnel-penurie-restaurant-chef-patisserie-etranger
  8. Heures travaillées et non payées, frais illégaux et menaces : une employée immigrante sonne l’alarme. Francis Plourde Publié à 4 h 01 Une jeune femme, à qui on a demandé de débourser des milliers de dollars pour pouvoir obtenir un visa à travers le programme des travailleurs étrangers temporaires, sonne l’alarme, car ce système fait en sorte que des immigrants sont à la merci d’employeurs sans scrupule. En théorie, obtenir un emploi aurait dû être facile pour Pawan, une jeune femme originaire de l’Inde, et dont nous avons accepté de n’utiliser que le prénom. Arrivée au Canada en décembre 2016, l’immigrante, âgée aujourd'hui de 25 ans, maîtrise l’anglais, a suivi des cours postsecondaires en Colombie-Britannique et cherche du travail, alors que le taux de chômage n’a jamais été aussi bas au pays. En réalité, pour une question de permis de travail, elle s’est retrouvée à la merci d’un intermédiaire lui réclamant 30 000 $ pour ses services afin d’obtenir un visa de travailleur étranger temporaire et un emploi au salaire minimum ne respectant pas les normes du travail. Selon des experts consultés, de nombreux immigrants se font flouer chaque année par des employeurs leur réclamant illégalement des sommes importantes pour leur visa de travailleur étranger temporaire. Pawan a décidé de raconter son histoire afin d’aider d’autres immigrants dans sa situation. Établie au Canada depuis six ans, Pawan s’est retrouvée dans une situation particulière l'année dernière, quelques mois avant l'expiration du permis de travail ouvert qu’elle avait obtenu avec son ex-conjoint. Source et suite : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1914872/travailleur-etranger-temporaire-fraude-canada-eimt
  9. Par Anne Pélouas Publié 13 septembre 2022 La Colombie-Britannique séduit par son cadre naturel : une immense fenêtre sur l'océan Pacifique et les montagnes des Cordillères de l'Ouest. Des fjords du nord aux forêts de l'île de Vancouver, elle séduit les amateurs de grands espaces, mais attire aussi par sa culture, y compris autochtone. Métropole à visage humain, Vancouver est la deuxième ville canadienne, après Toronto. Cernée par la mer et collée à la frontière américaine, cette ville verte par excellence, avec son célèbre Stanley Park, regorge également de propositions culturelles, notamment muséales. Elle séduit autant pour l'ouverture d'esprit de ses habitants que le multiculturalisme ambiant. La capitale provinciale - Victoria, sur l'île de Vancouver - conserve son cachet « british », tandis que Whistler, plus au nord, est LE pôle des sports d'hiver et d'été. Au sud-est, la vallée de l'Okanagan (vergers et vignobles) déploie ses charmes sur les rives d'un lac de 110 km de long. source et suite: https://www.lefigaro.fr/international/canada-pourquoi-s-installer-sur-la-cote-ouest-20220913
  10. Commentaires Radio-Canada Publié le 11 septembre 2022 De plus en plus d’étudiants indiens viennent faire des études postsecondaires au Canada et notamment en Colombie-Britannique. En 2021, 42 % des visas octroyés à des étudiants internationaux l’ont été à des étudiants originaires de l'Inde, précise Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), une proportion qui a doublé depuis 2015. Selon un rapport du gouvernement de la Colombie-Britannique, plus de 150 000 étudiants internationaux étaient inscrits dans des établissements postsecondaires, secondaires et élémentaires de la province en 2017, soit le quart des étudiants internationaux au Canada. Des experts attribuent cette hausse à la qualité de vie au Canada, à l’essor de la classe moyenne en Inde et au chômage des jeunes dans ce pays. Plus de sécurité Originaire du village de Bakipur, dans le nord de l'Inde, Karan Singh, 20 ans, étudie la criminologie à l'Université polytechnique Kwantlen (KPU) de Surrey, depuis le mois de décembre. Ses parents pensaient qu'il serait plus en sécurité au Canada, en raison de l'environnement politique turbulent en Inde. source et suite: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1913595/etudiants-indiens-canada-colombie-britannique
  11. BRIGITTE TRAHAN Le Nouvelliste Ils sont partis d’Europe, du continent africain, d’Amérique du Sud ou d’Asie pour venir se tailler, avec courage, une vie au Canada. Il leur a fallu apprendre une nouvelle langue et apprivoiser une nouvelle culture. Chaque lundi, Le Nouvelliste vous présente l’histoire de Betzayda, de Thomas, de Zhi Qiang, de Maad, et d’autres nouveaux arrivants qui ont choisi la Mauricie pour se faire de nouvelles racines en apportant avec eux toute la richesse de leur culture. Voici l’histoire de leur remarquable détermination. Comment un ingénieur espagnol devient-il PDG d’une entreprise québécoise puis propriétaire de sa propre boîte de formation en gestion à Trois-Rivières? C’est le chemin inspirant parcouru par Javier Paredes, qui est arrivé au Québec en 2011 dans le but de survivre à une situation de chômage extrême dans son pays d’origine. Diplôme de génie en poche, Javier Paredes a assouvi un désir constant de relever de nouveaux défis en quittant l’Espagne pour d’abord aller vivre à Paris pendant un an et demi après ses études. «Je ne parlais pas français. Ça a été toute une expérience. J’ai été au Maroc aussi. En fait, j’ai fait six pays et trois continents au fil de ma carrière», raconte-t-il. C’est un stage de fin d’études aux Pays-Bas qui lui avait ouvert les portes du monde. «Mon stage était tout en anglais. Je n’étais jamais allé à l’étranger pour une longue période. Ça m’a donné la piqûre. J’ai aimé sortir de ma zone de confort.» En 2006, le jeune ingénieur se fait offrir un emploi en Algérie où il part avec sa conjointe qui est elle aussi ingénieure. Ils se marient en 2007 et travailleront deux ans dans ce pays. En 2008, alors qu’il attend son premier enfant, le couple décroche un autre emploi, cette fois au Maroc où il vivra jusqu’en 2009. Toutefois, ce séjour sera marqué d’une situation totalement imprévue. Une semaine avant de retourner en Espagne pour l’accouchement, «fiston a décidé de ne plus attendre», raconte le père. source et suite: https://www.lenouvelliste.ca/2022/09/12/sortir-de-sa-zone-de-confort-pour-reussir-sa-vie-au-canada-video-494c0299a99559095555cf2089af3ea7?nor=true
  12. Jérôme Lachasse Le 12/09/2022 à 8:02Partager La chanteuse Zaz en 2018 - Lucas Barioulet - AFP La chanteuse, attendue au Québec pour y donner des concerts, a été refoulée du pays car elle n'était pas vaccinée contre le covid. Elle s'explique sur son compte Facebook. Zaz a choisi de reporter ses concerts prévus ce mois-ci au Québec "en raison des mesures sanitaires toujours en application au Canada", a-t-elle annoncé ce week-end sur son compte Facebook. L'interprète de Je veux, qui a "fait le choix de ne pas [se] faire vacciner", n'a pas pu entrer en sol québécois. "Je suis quelqu’un d’intègre, je ne peux pas être qui je suis et chanter ce que je chante si je fais l’inverse de ce que mon corps, mon cœur et mon âme ressentent", insiste-t-elle. "Beaucoup me comprendront" Précisant avoir contracté "plusieurs fois" le covid, elle explique pourquoi elle ne s'était pas encore exprimée sur le sujet: "Je sentais que ça n'était pas le bon moment pour moi pour m'exprimer. De plus j'ai réussi à faire l’ensemble des dates depuis mars dernier à l’international en montrant pattes blanches (test PCR à répétition et isolement)." Si la chanteuse refuse la vaccination, elle assure qu'elle "respecte le choix de chacun": "J'ai aussi mon libre-arbitre à ce sujet. J’en décevrai peut-être certain, mais je sais que beaucoup me comprendront." Elle espère cependant que "la situation sanitaire évoluera rapidement" pour "obtenir l'autorisation d'entrée" au Canada. source et suite: https://www.bfmtv.com/people/musique/non-vaccinee-zaz-n-a-pas-pu-entrer-au-quebec-et-doit-annuler-ses-concerts_AN-202209120109.html
  13. https://www.immigrer.com/services-dimmigration-canadiens-et-quebecois-en-france/
  14. La province canadienne manque de bras et souhaite faire venir des travailleurs ou entrepreneurs étrangers qualifiés. Le souci, c'est que la procédure pour immigrer prend du temps, comme en témoigne Alexandre Faure, un bottier installé à Montréal depuis cinq ans. On évalue à 130 à 150.000 le nombre de Français vivant à Montréal, ce qui en fait la première communauté tricolore hors d’Europe. Plusieurs milliers de nouveaux venus viennent grossir ces troupes chaque année, attirés notamment par les grands espaces qu’offre le Québec. Alexandre Faure s’est installé avec sa compagne il y a cinq ans à Montréal. Ils viennent tout juste de terminer leurs démarches pour l’immigration. "Avec le recul, je dirais que c'est facile, assure-t-il, mais lorsqu'on était dans les étapes de renouvellement de visas de base, c'étaient toujours des moments pénibles, il y a de l'incertitude. On ne peut pas débarquer au Québec, dire on s'installe ici, puis c'est réglé !" Opérations de recrutement Touchée par une pénurie de main-d’œuvre à cause du vieillissement de sa population, la province canadienne lance chaque année des opérations de recrutement en France, en partenariat avec Pôle emploi. Travaillant seul, Alexandre Faure, 29 ans, ne connaît pas de problème de recrutement, mais ce n’est pas le cas de sa compagne qui peine, elle, vraiment, à trouver des employés dans l’animalerie qu’elle dirige. source et suite : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/francais-du-monde/le-quebec-veut-attirer-les-francais-qualifies_5327386.html#xtor=CS2-765-[autres]-
×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines

Ouvrir un compte bancaire avant mon départ
© 2022 immigrer.com

Advertisement