Jump to content

isseo17

Habitués
  • Content Count

    1,853
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

isseo17 last won the day on August 30 2011

isseo17 had the most liked content!

About isseo17

  • Rank
    Super Fan
  • Birthday 10/30/1964

Profile Information

  • Gender
    Femme
  • Statut
    installé depuis + 5 ans
  • Date d'arrivée
    08-10-2004
  • Profession
    Maman à plein temps
  • Préoccupation
    le respect
  • Pays d'origine
    France
  • Pays de résidence
    Canada

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Recent Profile Visitors

6,792 profile views
  1. [quoteTe concernant, tu te qualifies pour les points 8,9,13 et 16. ]
  2. J'écris que les français veulent ce qu'il y a de mieux pour leurs enfants, et tu lis : "les français sont les seuls à vouloir le mieux pour leurs enfants". Tu as un problème de vision ? Si je te dis que mon chien est noir, tu vas me dire que je pense que seul mon chien est noir ? Certains s'interrogent sur le pourquoi de nos questionnements face au système scolaire québécois, je donne un début d'explication qui n'a absolument rien d'offensant pour personne, si on se borne à lire ce qui est écrit, sans chercher à lire entre les lignes, à en modifier le contenu, ou à interpréter mes écrits en mode "succeptible".
  3. Peut-être parce qu'il n'est pas dans le caractère français de se contenter de l'a peu près : on veut ce qu'il y a de mieux : pour nous, pour nos enfants. Ça fait de moi une rouspéteuse, mais tant qu'il y a place à l'amélioration, je trouve idiot de ne pas chercher à améliorer les choses sous prétexte que finalement "ce n'est pas si mal que ça" ou qu'"il y a pire ailleurs".Je ne suis pas ailleurs : je suis ici. Je ne peux rien changer à ce qui se passe ailleurs, mais ici ? Notre coté "jamais contents" est fatigant pour ceux qui nous écoutent, c'est vrai. Mais c'est en constatant ce qui pourrait-être amélioré qu'on a une chance de les voir s'améliorer : pas en se collant la tête dans le sable en disant que "tout n'est pas génial, mais bof ! On va faire avec". La presse québécoise et les parents d'éléves que je cotoie ici, ne sont pas tendres avec leur système scolaire, soumis à un flux et reflux incessant de réformes en tout genre. Mais curieusement, dès que l'opinion est émise sur ce forum ( par un article québécois) et commentée par des français qui vivent ici, ça devient un sujet à chicane et quasiment tabou, propre à démontrer une fois de plus l'inadaptabilité des français à leur pays d'accueil. Ça en devient vraiment ridicule. On peut emettre des doutes, aspirer à des changements ou à des améliorations sans passer pour des traitres, des ingrats ou des talibans. Parfois la question est posée, de savoir ce que l'immigrant apporte au Québec plutôt que ce que le Québec peut lui apporter . Et bien peut-être simplement un oeil neuf, critique, non blasé, et une envie de voir évoluer les choses dans la bonne direction, plutôt qu'une passivité de bon aloi,et une tendance à garder pour soi des idées qui pourraient faire changer des choses qui , finalement, ne plaisent à personne. C'est ça aussi qu'on appelle "mettre ses culottes". Même si parfois, cette franchise nous vaut des épithétes plus que désagréables.
  4. Ou alors je les garde pour la prochaine fois ? On ne sait jamais quand ça arrive, ces trucs là .......
  5. Zut : que vais-je faire de mes deux kilos d'oranges ,prévus pour ma prochaine visite au parloir ????
  6. Oui. Pas plus que le gouvernement ne se méle des contrats passés entre un client et un fournisseur. Si le contrat n'est pas respecté, le client change de fournisseur, c'est tout. Pour les entreprises agro-alimentaires, le hallal, comme le casher ( ou le catho,pour l'exemple des vins de messe) est un débouché comme un autre. Généralement ça demande un certains nombre d'investissements ( en matériel et en personnel) et l'entreprise calcul si le coût d'investissement sera ou non rentable. C'est au client de vérifier si le cahier des charges est suivi correctement.
  7. Pour le halal, je ne sais pas, mais pour les produits cashers ,ce sont bien des rabins qui viennent vérifier les procédures en usine et non un quelconque organisme gouvernemental. Mon homme, longtemps directeur de production en agro-alimentaire, en a vu un certain nombre, en France ou au Québec, se promener dans l'usine, vérifier la procédure d'allumage des fours, etc... La norme casher ( et je suppose donc hallal) est délivrée par des autorités religieuses et dépend donc d'elles et d'elles seules. L'état n'a rien à voir là dedans, et n'a donc aucun contrôle à exercer sur quoi ou qui que ce soit.C'est un contrat privé de gré à gré. Après, si l'entreprise décide d'ouvrir son créneau commercial vers une population religieuse de ce type, elle se procure le cahier des charges, passe un contrat avec les autorités religieuses qu viendront faire les contrôle et autoriseront ou non le label. Un vignoble, en France, vient d'obtenir le marché des vins de messe pour les catho ( vins qui ne doivent recevoir aucun adjuvents, ni sucre , ni albumine ni autre, si ma mémoire est bonne). C'est un contrat privé et l'état n'a rien à voir là dedans non plus.
  8. oui : ils ont oublié de dire qu'il faut faire tout ça en style télégraphique pour que ça entre dans les 5 min allouées : Style " forte fièvre-STOP- Mal de gorge- STOP- mal de tête- TERMINÉ" : Diagnostique : Angine : 3 min et demi . Record battu !!!!!
  9. Pour certains, sûrement. Une façon aussi de se donner bonne conscience en prenant "ce qu'il y a de mieux pour nos enfants" , du genre "plus on dépense pour eux, plus on les rend heureux et plus on peut se foutre du reste". Mais pour d'autres,je m'avancerai jusqu'à dire une majorité, c'est beaucoup plus réfléchi. Chaque enfants a ses forces, ses limites, ses besoins et tâcher d'y répondre au mieux est aussi de la responsabilité parentale.
  10. Moi, j'extrapolerais et je dirais qu'il en va de même entre les systémes scolaires français et québécois. Chacun a ses forces et ses faiblesses, et un mixte des deux poroduirait vraissemblablement un très bon système. Un équilibre entre connaissance ( système français) et capacité d'utiliser ces compétences ( système québécois) serait l'idéal. Quand à juger des capacités des parents à élever convenablement leurs enfants de par et d'autre de la flaque, je dirais que ça évolue à peu prèt paralellement. Il y a des parents complétement dépassés d'un coté et de l'autre, et heureusement, des gens capables d'assumer leurs responsabilités des deux cotés. En tant que mère, j'ai eu, en France comme ici, maille à partir avec certains enseignants pour lesquels je n'avais aucun droit de regard sur ce qui se passait à l'école concernant mon enfant, et d'autres qui me demandait ma collaboration , pour le bien du jeune.
  11. Je ne me mele pas de votre débat : ne connaissant le 18 ème qu'en passant,je ne peut être juge. Par contre cette phrase me choque : C'est comme dire à un québécois : si tu ne veut pas voir tel ou tel problème, ne vient pas dans telle ou telle partie de ton pays ou de ta ville : abandonne là à d'autre. Ou si tu ne veux pas cotoyer de français ou de magrébins, ne vient pas sur le forum. Il me semble que beaucoup n'aiment pas ce genre de réflexion ? Chacun devrait avoir sa place partout surtout dans son propre pays. C'est le même communautarisme qui est dénoncé à longueur de temps dans ces pages . Dénonciation qui soulève des tollés et des accusations de fachisme dès qu'un français les énoncent pour son propre pays. y aurait-il deux poids /deux mesures ? Un Québécois qui dit qu'il ne veut pas de ça chez lui est un simple défendeur de sa culture, et un français qui dit la même chose est un FN raciste ?
  12. C'est exactement ça. Aurélien a poursuivit son secondaire beaucoup plus à l'aise, et obtient maintenant des résultats très satisfaisant au CÉGEP. Ça n'en a pas fait un géni, mais lui a permis d'obtenir sereinement son diplome de secondaire 5, et de poursuivre vers des études supérieures. Pas sûr que sans ce redoublement il n'ait pas fini par se décourager ....et lâcher comme beaucoup d'autres. Je précise que tout cela c'est passé dans le système public québécois, qui , à lui et à son jumeau, a très bien convenu. Je reviens toujours sur le bon coté d'avoir le choix et de pouvoir choisir l'école qui convient à chaque enfant.
  13. Lorsque nous sommes arrivés ici, notre fils était à bout de souffle, scolairement parlant.Il venait de faire une entrée en 5 ème en France( secondaire 1 ) et cela faisait au moins trois ans qu'il passait dans la classe supérieure avec des efforts de plus en plus grands et des notes de plus en plus limite : toujours un petit miracle au troisième trimestre, qui finalement lui faisait accéder à la classe supérieure. Admis en secondaire 1 , les retards accumulés miette par miette, les changements à avaler, l'adaptation et surtout un niveau d'anglais proche du zéro pointé l'ont fortement handicapé. J'ai donc fait une demande express de redoublement auprès de son prof principal et du directeur du secondaire. Son cas est passé devant une commission et a été accepté. À cette occasion, on m'a signifié que j'avais bien de la chance, parce que la réforme mise en place l'année suivante annulait toute possibilités de redoublement et multipliait les voies de rattrapage à plus ou moins long terme ( soutien, cheminement particulier, cours d'été etc, filières de fin d'étude et d'apprentissage etc...). En primaire, une amie de mon dernier fils a aussi pu redoublé sa 3 ème année, avec les mêmes conditions de passage en commission. En fait, il faut que les demandeurs ( directeur et professeur) puissent certifier que le redoublement pourra permettre à l'enfant de progresser sur ses acquis. C'est donc un privilège réservé à des enfants travailleurs et sérieux et de bonne volonté , et d'un niveau encore suffisant ( moins d'une année de retard dans ses acquis principaux) pour pouvoir rattraper le niveau de leur âge. Le redoublement est donc considéré, ici comme en France ( mon autre jumeaux a redoublé son CE1), comme un investissement sur l'enfant, dont on attend un retour. C'est un privilège qui est savament distillé, mais pas complétement exclu. Il faut montrer pate blanche.
×
×
  • Create New...

Important Information

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, de réaliser des statistiques de visites et de vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. Terms of Use Privacy Policy Guidelines